Archives par mot-clé : jules verne

Appel : Verne américain

L’Imaginaire nord-américain de Jules Verne

Colloque par Guillaume Pinson et Maxime Prévost

Université d’Ottawa

7 et 8 juin 2018

 

Appel à communications

L’Amérique du Nord et les Nord-Américains sont omniprésents dans les Voyages extraordinaires : Marie-Hélène Huet y dénombre 85 personnages américains jouant un rôle de premier plan dans 26 romans, auxquels s’ajoutent les trois romans entièrement consacrés au Canada que Verne, dans une lettre du 31 mai 1887 à Louis-Jules Hetzel, appelle «mon pays de prédilection» (Le Pays des fourrures, 1873; Famille-sans-nom, 1889; Le Volcan d’or, première publication posthume en 1906). Il est pourtant fascinant de constater que, dans toute son existence, Jules Verne n’aura passé que quelques jours aux États-Unis et moins de vingt-quatre heures au Canada : tout son savoir sur l’ethnologie et les mœurs de ces pays lui proviennent de sources livresques et, surtout, de la presse contemporaine, tant quotidienne que périodique. Tel Phileas Fogg, Jules Verne est en effet un homme en prise directe sur le discours social de son époque, et qui se distingue par la maîtrise qu’il en affiche : tout ce qui s’écrit, se pense et se représente dans la presse et la littérature contemporaine pénètre ses notes de lecture et la composition de ses romans. Ainsi, son Amérique textuelle procède entièrement de l’imaginaire social ambiant, qui le nourrit et auquel il ajoute en retour des représentations marquantes. Continuer la lecture de Appel : Verne américain

Parution : Espionnage et complots

« Espionnage, complots, secrets d’État : l’imaginaire de la terreur» 

Etudes littéraires, volume 46.3

sous la direction de François-Emmanuël Boucher, Sylvain David et Maxime Prévost.

Le monde a peur. L’imaginaire social occidental se définit aujourd’hui, en grande partie, par la terreur : nos discours – et, de plus en plus, nos pratiques – sont ceux de l’État d’exception, voire de l’État de siège, c’est-à-dire ceux de la guerre perpétuelle contre un ennemi dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est fuyant. Ce dossier d’Études littéraires se donne pour aire d’analyse les textes qui alimentent et dessinent les grands paramètres de ce monde qui serait encore plus réel que le réel (avec des complots inconnus, des espions de toutes sortes, des menaces qu’on ne saurait détruire et des moyens techniques, financiers, informatiques, etc., d’une puissance sans cesse grandissante). Il prend pour hypothèse que le roman d’espionnage institue, dès ses origines, les mécanismes d’un imaginaire de la terreur et préfigure ses glissements ultérieurs.

Les articles composant ce dossier s’intéressent aux fondations de l’imaginaire de la terreur, des proto-origines du roman d’espionnage à son âge d’or, aux effets de la terreur au quotidien à travers différents genres et littératures nationales, et aux enjeux contemporains investis par la littérature de la terreur et du complot. Ils analysent une belle sélection d’auteurs, allant de Paul Féval à Jean-Jacques Pelletier, en passant par Jules Vernes, Ian Fleming, George Orwell, Martín Kohan, Pedro Mairal, André Benchetrit, Continuer la lecture de Parution : Espionnage et complots

Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

maxime-prevost

Maxime Prévost est professeur au Département de français de l’Université d’Ottawa. Auteur de Rictus romantiques. Politiques du rire chez Victor Hugo (Presses de l’Université de Montréal, 2002) et de L’Aventure extérieure. Alexandre Dumas mythographe et mythologue (Honoré Champion, à paraître en 2017), il s’intéresse à la littérature romantique et aux mythologies modernes. Avec Guillaume Pinson (Université Laval), il dirige un projet de recherche intitulé Le Canada de Jules Verne : savoirs, représentations, imaginaire social (Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, 2013-2017). Il codirige avec François-Emmanuël Boucher la collection «Littérature et imaginaire contemporain» aux Presses de l’Université Laval.

Continuer la lecture de Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

Appel: Jules Verne, la science. Jusqu’où explorer ?

verne

5èmes Rencontres Jules Verne 2014

Colloque international

 

Jules Verne, la science. Jusqu’où explorer ?

 

26-27 Novembre 2014  à  l’Ecole Centrale de Nantes

 

Organisées par l’Ecole Centrale de Nantes et l’Université de Nantes,

 

Les Rencontres Jules Verne

Les Rencontres Jules Verne, créées en 2005, et organisées tous les deux ans, par l’École Centrale de Nantes et l’Université de Nantes, sont l’occasion, de poursuivre une exploration des relations entre la science, la culture et la société.

Après « Jules Verne, les machines et la science » en 2005,  « Jules Verne, le partage du savoir » en 2008,  «  Jules Verne, science, technique et société : de quoi sommes-nous responsables ? » en 2010, et « Jules Verne, crise et utopies » en 2012 les Rencontres Jules Verne poursuivent le questionnement de la science, en s’arrêtant en 2014 sur le thème suivant :

 

« Jules Verne, la science : jusqu’où explorer ? »

Ouvertes à un large public, ces rencontres s’adressent aux professionnels (chercheurs, enseignants, acteurs de la culture scientifique, industriels…) comme aux citoyens.  Les Rencontres Jules Verne »  réuniront des chercheurs des disciplines scientifiques ou des sciences humaines, mais également des ingénieurs, architectes, journalistes, artistes … Ce sera l’occasion de croiser et de confronter des approches différentes : histoire des idées, histoire littéraire, analyses philosophiques et anthropologiques de l’imaginaire social. Sans oublier les « verniens », analysant le projet sociétal de l’auteur des Voyages Extraordinaires.

La problématique

Les sciences et les techniques concernent à présent tous les secteurs de la vie sociale, la production et la consommation des biens de tous ordres, l’information et la communication, l’éducation et la santé, la défense, les sports… Or, il semble bien que ce soit leur fantastique succès et le surcroît de pouvoir qu’elles procurent qui font problème aujourd’hui.

L’œuvre de Jules Verne, animée d’une inlassable curiosité pour les mondes connus et inconnus, se faisait déjà l’écho de ces ambiguïtés. Certes, à l’époque, peu de régions terrestres restaient encore à découvrir, mais les héros verniens se lançaient dans des « voyages seconds », des explorations scientifiques qu’elles soient géographiques ou naturalistes. De manière réaliste ou fantastique ils n’hésitaient pas à traverser tous les éléments : l’air et l’espace, les profondeurs de la mer ou de l’écorce terrestre et jusqu’au feu des volcans. Ils ne reculaient devant aucune réalisation technique, aussi prométhéenne soit-elle ; et chaque roman constituait une sorte de laboratoire où l’on expérimente les possibles. La logique de l’exploration était d’aller jusqu’au bout quoiqu’il en coûte, au mépris du risque pour soi et les autres. Surgit alors, de bien des récits, la question de savoir si tout le possible s’avère souhaitable, si la prudence ne commanderait pas de renoncer, si l’homme ne va pas trop loin.

Mais Prométhée a-t- il le sens des limites ? Faust ne guette-t-il pas la science en lui proposant un pacte diabolique ? Les chercheurs, les savants, jusqu’où iront-ils ?

Jules Verne soulève ainsi une question qu’il nous faut reprendre aujourd’hui, en ce début de XXIe siècle : jusqu’où explorer ?

La question en appelle au sens des possibles et à celui des limites.

 

Les communications se situeront dans  cinq axes :

1-      Que reste-t-il à explorer dans les différentes disciplines scientifiques ou techniques ? Quelles sont les prochaines aventures à entreprendre, les possibles qu’ouvre l’état des recherches ? Que pouvons-nous espérer connaître et maîtriser demain ? Peut-on, et dans quel domaine précis, faire le partage entre réalisme et imaginaire, entre science et science-fiction ?

2-      Tout le possible est-il souhaitable ? Au nom de quoi renoncer à l’exploration dans l’âge de l’expérimentation totale ? La question de la transgression se pose sans cesse, sans que l’on puisse d’ailleurs localiser précisément les limites à ne pas dépasser. Doit-on préférer l’ignorance au risque ? Quelle instance religieuse, politique, morale pourrait légitimement commander d’arrêter avant qu’il ne soit trop tard ?

3-      Aujourd’hui l’idée de progrès qui sous-tendait la modernité se voit questionnée et quelquefois même suspectée. La conscience des risques que fait courir le développement scientifique et technique donne lieu à l’édification d’un certain nombre de principes, de responsabilité, de précaution, de « soutenabilité ». Que penser de cette prudence et des formes plus ou moins rationnelles qu’elle peut prendre ?

4-      L’univers vernien multiplie les portraits d’ingénieurs. Les uns vont jusqu’au bout de la logique technicienne, sans trop égard pour ses conséquences fastes ou néfastes, comme le président Barbicane de la Terre à la lune et de Sans dessus-dessous. Ce sont les savants fous. D’autres refusent d’aller trop loin, comme Thomas Roch dans Face au drapeau, ou comme Marcel Bruckman, des Cinq cents millions de la Begum. Peut-on saisir dans le maximalisme vernien, prolixe en figures prométhéennes ou faustiennes, quelque chose comme une éthique des limites, un souci de la transgression ? Qu’en est-il dans l’ensemble de l’histoire ou de la littérature universelle ?

5-      Le progrès des sciences et des techniques biomédicales tend à transformer radicalement les dimensions de l’existence humaine. Les spécialistes (généticiens, chirurgiens, etc.) peuvent-ils imaginer le futur de leur pratique ? L’exploration des possibles ne doit-elle souffrir d’aucune limite?

Le colloque se propose d’interroger l’exploration dans ses dimensions scientifiques et techniques, mais également fictionnelles telles que la littérature, le cinéma la met en scène. Le sens des possibles et celui des limites seront travaillés de plusieurs points de vue : philosophique, historique, sociologique, psychologique ou politique.

 

L’organisation des Rencontres Jules Verne

 

Le Comité Scientifique  est composé de : Etienne Klein, président (CEA, Ecole Centrale-Paris) ; Bernard Baertschi (Université de Genève – Suisse); Pierre Billouet (Université de Nantes) ; Jean-Michel Besnier (Université Paris-Sorbonne, CREA, Ecole Polytechnique-Paris) ; Jean-Pierre Courtial (Université de Nantes) ; Jean Dhombres (EHESS, Centre Alexandre Koyré-Paris) ; Anne-Marie Drouin-Hans, (Université de Bourgogne, Sofphied) ; Guillaume Durand, (Université de Nantes) Ronaldo de Freitas Murao (Observatoire d’astronomie de Rio de Janeiro- Brésil) ; Michel Fabre (Université de Nantes, CREN) ; Tahar Gallali (Université de Tunis- Tunisie); Lauric Guillaud (Université d’Angers) ; Patrick Gyger ( Lieu Unique, Nantes) ; Florent Laroche (Ecole Centrale de Nantes) ; Denis Lemaître, (ENSIETA–Brest; Réseau Ingenium); Agnès Marcetteau-Paul (Musée Jules Verne, Médiathèque de Nantes) ; Philippe Mustière (Ecole Centrale de Nantes) ; Denis Simard, (Université Laval-Québec-Canada) ; Stéphane Tirard (Centre François Viète, Université de Nantes)  ; Jean-Jacques Wunenberger (Université de Lyon 3,  Centre Gaston Bachelard)

Le Comité d’organisation est composé de : Guillaume Durand (Université de Nantes) ; Michel Fabre (Université de Nantes) ; Florent Laroche (Ecole Centrale de Nantes) ; Philippe Mustière (Ecole Centrale de Nantes)

 

Les modalités:

Si vous souhaitez participer à ce colloque, veuillez adresser avant le 10 mai 2014 un résumé d’environ 300 mots comportant un titre et une bibliographie indicative (3-4 titres maxi), ainsi que vos nom, prénom,  fonctions, coordonnées et affiliation, à  l’adresse suivante :

Rencontres.JV@ec-nantes.fr

– Une réponse du comité de sélection vous parviendra le 30 mai 2014.

– Dépôt des textes définitifs : 15 Octobre 2014

 

Rencontres JULES VERNE – ECOLE CENTRALE de NANTES – 1, rue de la Noë BP 92101  44321 Nantes Cedex 3

URL : http://rencontresjulesverne.ec-nantes.fr