Archives par mot-clé : industrie culturelle

Colloque : Prescription culturelle

La prescription culturelle en question

Cultural prescription in question

Dijon, 5-7 avril 2017

Tout au long du XXe siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Ce colloque se propose de décrire, discuter et analyser différentes formes de prescription culturelle que celles-ci soient traditionnelles ou émergentes et ce dans un contexte de globalisation croissante et de crise de l’expertise.

Colloque international à la MSH de Dijon organisé par le GEP (Groupe d’Études de la Prescription) avec le soutien des laboratoires Cimeos et Geriico, de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et de l’ESPE (Université de Bourgogne).

Programme

5 avril, Demi journée 1

Continuer la lecture de Colloque : Prescription culturelle

Appel: Bad Literature/La Mauvaise littérature

Appel/CFP

Bad Literature/La Mauvaise littérature

Bad Literature
A Graduate Student Conference Hosted by the Yale University Department of French
January 31 – February 1, 2014

(la version française suit)
“I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.” (Robertson Davies)
“What should we read?” As students and scholars of literature, we are expected to answer this question. There are of course the (relatively) obvious answers: works of the canon, whose aesthetic, moral, political, or even historical merits have been established, at least for the time being. These are the “good” books. And then, there is everything else. The guilty pleasures. The unfortunate literary experiments. The popular bestsellers, often opposed – but by whom, how and why? – to aesthetically-valued works of literature. Personal favorites, too, that one often cannot defend on higher grounds than those of sentiment. There are also the subversive books – the libertine novels, the politically contentious or philosophically problematic ones – those that get banned or censored. Whether with respect to aesthetic, political, social, or moral norms, these are the “bad” books, those that shouldn’t be read – even though they are, often more so than the good ones.
Or shouldn’t they – be read, be studied? Yale’s 2014 French Graduate student conference will be devoted to addressing this central question. While it is true that there always seems to be at least a norm against which we measure books, it is also true that norms change – but how? And why? What is the relationship between good and bad literature? Is there something that can be learned – by writers, critics, or casual readers – from works of allegedly questionable aesthetic and literary qualities? Is there an enjoyment of the text that is inextricable to the idea of it being “bad”? What can contentious or criticized books tell us about their modes of production and of reception? These are only a few of the questions we hope will arise from bringing to the fore forgotten, discarded, vilified, ridiculed, and sometimes eventually rehabilitated works of literature.

Possible topics include but are not limited to:

  • Works of literature whose aesthetic assessment has changed over time
  • Works of literature considered to be politically or morally dangerous
  • Unknown works by revered authors
  • The literary tastes of fictional characters: the representation of reading and its value
  • Canon formation, the reception of canonical works
  • Erotic or Harlequin novels
  • Forgotten bestsellers, forgotten genres
  • Popular literature, popular genres
  • Theories of aesthetics
  • The creation of literary norms
  • Banned books and censorship
  • Subversive literature
  • The libertine novel
  • The influence of “bad” literature on respected works
  • Reading and pleasure
  • Allegedly failed works
  • The influence of gender, sexuality, and identity politics on the reception of works of literature.
  • The relationship between literature, reading practices, and school (or the university)

We invite submissions for papers focusing on French and Francophone works of literature and film. Presentations may be in French or English and should not exceed fifteen minutes.

Please send abstracts of 250 words by email to yalefrenchgradconference2014@gmail.com by November 1, 2013. Proposals should include your paper title, name, contact information, and institutional/departmental affiliation.

*****

La mauvaise littérature
Conférence organisée par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale
Du 31 janvier au 1e février 2014

«I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.» (Robertson Davies)

« Quels sont les livres à lire ? » – question épineuse à laquelle peu d’étudiants de lettres échapperont dans leur vie. Ceci dit, les réponses classiques, prudentes, ne manquent pas : suffit de nommer une quelconque œuvre canonique, dont les mérites esthétiques, moraux, politiques ou historiques ont été établis – mais comment et à quel point, voilà une toute autre question. Ces livres, ce sont les « bons » livres. Il y en a néanmoins une myriade d’autres qui échappent à ce genre de réponse. Les plaisirs coupables. Les expériences littéraires malencontreuses. Les succès de librairie, souvent dénigrés au profit de ces chefs d’œuvres littéraires aux vertus esthétiques prétendument indéniables. Il y a aussi de ces livres aimés pour des raisons qui ne semblent pas dépasser l’affection pure et simple. Puis viennent les livres séditieux – les romans libertins, ceux qui provoquent des révolutions ou alimentent de dangereux débats philosophiques –, ceux qui tombent sous le couperet de la censure. Que ce soit en fonction d’une norme esthétique, politique, sociale ou encore éthique, ceux-là sont tous de « mauvais » livres, des livres à ne pas lire – même s’ils le sont, souvent plus et plus volontiers que leurs honorables et honorées contreparties.

Or, est-il vrai que nous ne devrions pas les lire, les étudier ? C’est à cette question que sera dédiée la conférence organisée cette année par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale. Même en acceptant l’idée qu’il nous faille toujours au moins une norme en vertu de laquelle évaluer la valeur d’une œuvre littéraire, il faut aussi reconnaître que les normes changent et varient – mais comment ? Et pourquoi ? Quels sont les rapports entre bonne et mauvaise littérature ? Y a-t-il quelque chose qu’un écrivain, qu’un lecteur, qu’un critique puisse tirer d’un livre aux qualités littéraires contestées ? Y a-t-il un plaisir du texte inextricablement lié à l’idée que ce dernier soit « mauvais » ? Que peuvent nous apprendre les livres critiqués ou subversifs à propos de leur mode de production et de consommation ? Voilà seulement quelques-unes des questions que nous espérons voir émerger durant les quelques jours que nous dédierons à l’étude de livres oubliés, rejetés, censurés, ridiculisés et parfois heureusement réhabilités.

Parmi les sujets possibles, on trouve entre autres :

  • L’évolution de la réception et de la valeur attribuée à une certaine œuvre littéraire
  • Les œuvres littéraires considérées dangereuses, que ce soit d’un point de vue politique ou moral
  • Les œuvres méconnues ou oubliées d’auteurs canoniques
  • La représentation littéraire de la lecture, de ses normes et de sa valeur (question des goûts et habitudes de lecture de personnages littéraires)
  • L’invention du canon, la réception d’œuvres canoniques
  • Les livres Harlequin, érotiques ou pornographiques
  • Les bestsellers ou genres oubliés
  • L’esthétique, la théorie littéraire
  • La création des normes littéraires
  • La littérature subversive
  • Le roman libertin
  • L’influence de la « mauvaise » littérature sur la « bonne »
  • La lecture et le plaisir
  • Les soi-disant livres « ratés »
  • L’influence des identités sexuelles, culturelles, ethniques ou autres sur la réception d’œuvres littéraires
  • La relation entre la littérature, la lecture et le milieu scolaire ou académique

Les propositions de communication peuvent être écrites en français ou en anglais, ne devraient pas dépasser 250 mots et devraient traiter, au moins dans une perspective comparatiste, d’œuvres littéraires et cinématographiques françaises ou francophones. Elles doivent être envoyées à yalefrenchgradconference2014@gmail.com d’ici le 1e novembre 2013 et doivent contenir le titre de la présentation, le nom, l’adresse électronique et le département de leur auteur.

Parution: Fantômas! Biographie d'un criminel imaginaire

Parution

Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux

Fantômas, Biographie d’un criminel imaginaire

Paris, Les Prairies Ordinaires, « Singulières Modernités », 2013

Fantômas ! Le nom du « Génie du crime » a traversé tout le XXe siècle. À bien des égards, Pierre Souvestre et Marcel Allain ont enfanté en 1911 une œuvre monstre. Fantômas, revers obscur et grimaçant de notre monde, y invente, page après page, une violence sans visage, sans motivations et sans signification apparente. La série des Fantômas a fasciné les avant-gardes des années 1920-1930, qui en ont loué le génie créatif et la puissance subversive. Le mythe du criminel voleur d’identités, tueur cruel, virtuose de la mise en scène morbide, a inspiré tableaux, films expérimentaux, textes poétiques et polémiques. Nourri par un travail de collecte inédit, cet ouvrage propose de relire Fantômas à la lumière des travaux qui ont questionné la place des fictions dans les sociétés contemporaines. La trajectoire du protagoniste éclaire l’organisation du champ littéraire, partagé entre littérature légitime et productions de grande consommation. Consacrant la toute-puissance de l’information et des faits divers, l’œuvre apparaît bien comme « l’Énéide des temps modernes », selon la formule de Blaise Cendrars. La modernité du XXe siècle naissant y est, il est vrai, partout : grands magasins, chirurgie plastique, nouvelles techniques policières… En subvertissant les logiques classiques du detective novel où la raison et la progression de l’enquête priment sur le crime, Fantômas questionne les identités sociales, le maintien de l’Ordre et la répression des pulsions.

Parution: Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder

Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder

sous la direction de Laurence Guellec et de Françoise Hache-Bissette

Les éditions Gaussen publient Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder, sous la direction de Laurence Guellec et de Françoise Hache-Bissette, enseignant-chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines.

« La publicité est l’une des plus grandes catastrophes des deux mille dernières années pour ceux qui aiment la littérature », d’après Frédéric Beigbeder. Son roman, 99 francs, ou l’essai de Naomi Klein, No logo, contre la tyrannie des marques, ont redéfini dans les années 2000 les termes d’un conflit qui oppose, depuis le XIXe siècle, les défenseurs de la culture lettrée, classique, humaniste, aux puissantes industries culturelles et à leur « propagande ».
Mais la publicité hante la littérature autrement que sur un mode polémique. Des « cris » des vendeurs ambulants, dont les échos résonnent encore dans le roman proustien, aux personnages publicitaires (Bébé Cadum, bonhomme Bibendum), la réclame a longtemps fasciné les écrivains. Balzac, Zola, Mallarmé, Desnos ont écrit sur les stratagèmes rhétoriques du slogan, les beautés de l’affiche, le grand barnum commercial. « Pilules PINK pour personnes pâles », ces allitérations d’un rédacteur anonyme ont enchanté Dada et les surréalistes. Cendrars, en quête du lyrisme moderne, a osé dire : « Publicité = Poésie ».
Dans une double perspective historique et critique, les contributeurs de ce volume s’interrogent sur la dimension communicationnelle de la littérature, les cultures médiatiques, l’activité publicitaire des grands écrivains, la publicité comme « art » et comme sujet de fiction, les récupérations publicitaires de la littérature et les formes de la promotion marchande du livre.

Préface de Marc Martin • Entretien inédit avec Frédéric Beigbeder

Laurence Guellec, membre de l’Institut Universitaire de France, est maître de conférences en littérature française à l’Université Paris Descartes et chercheur dans l’équipe « Écritures de la modernité » de la Sorbonne Nouvelle (Sorbonne Paris Cité).
Françoise Hache-Bissette est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC).

Laurence Guellec et Françoise Hache-Bissette (dir.), Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder, Marseille, Editions Gaussen . ISBN : 978-2-35698-054-0 . 28 € . 448 pages.

Contact éditeur :
contact@editionsgaussen.fr

> Table des matières

Préface – Marc Martin
Avant-propos – Laurence Guellec et Françoise Hache-Bissette

1 – Littérature et publicité : histoires communes
Les métamorphoses littéraires des cris de Paris au Moyen Âge – Laurent Vissière
Proto-réclames : poésie scientifique et boniment publicitaire (1800-1850) – Hugues Marchal
Histoires(s) à la mode : la Tour de Nesle d’Alexandre Dumas et la commercialisation du passé – Jennifer Terni
Les concurrents, ou la promotion de la poésie à l’ère de la publicité – Muriel Louâpre
Communication littéraire, culture médiatique et publicité au XIXe siècle – Alain Vaillant

2 – L’écrivain, la réclame et le slogan
Zola, écrivain public – Éléonore Reverzy
Le mystère dans l’étalage. Mallarmé et la réclame – Pascal Durand
Nul n’est censé ignorer Dada – Eddie Breuil
Troubles de la valeur. La littérature, image des marques – Laurence Guellec

3 – Littérature, arts et publicité
La Revue Blanche ou l’art de la publicité – Cécile Barraud
Cirque, affiche et littérature : l’américanisation du roman fin de siècleCatherine Dousteyssier-Khoze
Le dernier cri ? Proust, la réclame et le mélodrame. – Cécile Leblanc
« De l’automne au printemps, l’esthétique change ». Cinéma, littérature et publicité – Laura Marcus

4 – La publicité, objet littéraire
Sketch sur le puff. Réclame, personnage et forme littéraire – Guillaume Bordry
La promesse du chiffre : l’écriture de la publicité financière, de Jérôme Paturot à L’Argent de Zola – Christophe Reffait
Réclames pour se souvenir – Myriam Boucharenc

5 – Pensées critiques et tyrannie des marques
« Froid, vide, magnifique » : publicité et fascisme à l’Exposition internationale de 1937 au prisme de Good Morning, Midnight de Jean Rhys. – Garry M. Leonard
Écrivains de langue française et publicité américaine, de l’entre-deux-guerres aux années 1960 – Véronique Pouillard
Hommes de lettres et publicité : histoire sociale d’une résistance culturelle – Valérie Sacriste
L’inversion de la vie et le moyen d’y remédier : réflexions sur le détournement de la publicité par Guy Debord – Fabien Danesi
Bret Easton Ellis ou la psychose en réclame – Béatrice Pire
Réalisme sponsorisé ou publicité gratuite. Les deux faces du placement de produit en littérature – Francesco Ghelli

6 – La littérature dans l’image et l’écrit publicitaire
La « littérature » de la publicité en France : traités et revues, XIXe-XXe siècles – Réjane Bargiel
Praticiens du verbe publicitaire du XIXe siècle à nos jours : des rédacteurs « divers » de la publicité aux concepteurs-rédacteurs – Nathalie Pelier
Fleurs et rhétorique. L’inspiration littéraire dans la publicité pour la parfumerie – Eugénie Briot
Quand la publicité parodie la littérature. Récupération ou dégradation ? – Marc Bonhomme

7 – Publicité de la littérature et stratégies éditoriales
Les mises en scène de la littérature à la Belle Époque – Jean-Yves Mollier
Prix littéraires et aléas de l’aura auctoriale : l’écrivain plébiscité ou « publi-cité » ? – Sylvie Ducas
Mordre la main qui te nourrit ? Les magazines littéraires entre critique et publicité – Claire Blandin
Le marketing de la littérature en Grande-Bretagne : une étude de cas, TrainspottingClaire Squires
Le paratexte éditorial : quand le livre fait sa publicité – Françoise Hache-Bissette
La littérature à l’épreuve du web publicitaire. Le cas du book trailerSylvie Decaux et Xavier Sense

Postface – Sara Thornton
« Regardez-moi dans les yeux… J’ai dit les yeux ». – Entretien avec Frédéric Beigbeder

Les contributeurs
Index

Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Parution: Stéphane Dorin (dir.) Sound Factory

Stéphane Dorin (dir.)

Sound Factory

Présentation

“D’une révolution à l’autre”. C’est le titre que Jeremy Deller avait choisi pour son exposition au Palais de Tokyo afin de souligner les liens inattendus entre le déclin de l’industrie manufacturière et la naissance de l’industrie musicale.

Les contributions de chercheurs en sciences sociales, réunis ici sous la direction de Stéphane Dorin, et précédées d’un entretien avec Jeremy Deller, prennent toutes au sérieux les musiques populaires, dans leurs dimensions industrielles et commerciales, mais aussi dans leur propension à renouveler les pratiques culturelles, les politiques économiques et les esthétiques.

Révolutionnaires, les musiques le sont donc bel et bien, à la fois par leurs origines lointaines, dans la naissance du capitalisme industriel et commercial au XIXe siècle, et par leur impact, numérique ou non, sur nos manières d’écouter, de voir et de vivre ensemble au début du XXIe siècle. D’une révolution à l’autre, les musiques populaires sont toujours aux avant-postes des transformations sociales à l’œuvre dans les sociétés contemporaines.

Sommaire

  • Stéphane Dorin : Introduction. Musiques populaires et logiques industrielles
  • Jeremy Deller : conversation avec Julien Fronsacq :« J’aime tout ce mélange… »
  • Simon Frith : L’industrialisation de la musique
  • Patrick Mignon : Culture populaire et innovation musicale : les origines industrielles du rock anglais
  • Stéphane Dorin : Deviens une superstar. Démocratie du génie et capitalisme flexible dans la Factory de Warhol
  • Vincent Arquillière : Industrial Music by Industrial People : Factory, le son de l’usine
  • Gérôme Guibert : La notion de scène locale. Pour une approche renouvelée de l’analyse des courants musicaux
  • Philippe Bouquillion : Mutations des industries musicales et actualité des théories des industries culturelles
  • David Hesmondhalgh : La musique et le numérique : au-delà du battage
  • Bibliographie

Séminaire Afreloce: Littérature et culture de l’enfance : d’un support à l’autre

afreloce

association française de recherches

sur les livres et objets culturels de l’enfance

Littérature et culture de l’enfance : d’un support à l’autre

Séminaire de recherche organisé en collaboration avec le département LiLa

(littérature et langage) de l’École Normale Supérieure, 2012-2013

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, des historiens du livre, des sociologues, des spécialistes des sciences de l’éducation et des anthropologues. Il est organisé en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance : http://magasindesenfants, hypotheses.org), lieu de confrontation et d’enrichissement des approches disciplinaires sur les livres, produits des industries culturelles contemporaines, objets des sociétés traditionnelles, destinés aux enfants. Le séminaire est ouvert à tous, et concernera cette année les transferts d’un support à un autre : entre le livre et les pratiques ludiques (jeux, jouets, activités fictionnalisantes), entre texte et l’image (illustration, arts plastiques, cinéma, musique), entre papier et versions numériques, audio, vidéo. La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés, pour faire connaître des recherches récentes (thèses) ou des travaux en cours.

Samedi 20 octobre

Adrienne Boutang (Université Paris 3), Du journal intime au blockbuster, chroniques d’adolescentes ordinaires ?

Samedi 17 novembre

Nadeije Dagen (ENS), Grandir avec des jouets, grandir avec des animaux : la peinture et le genre.

Samedi 8 décembre

Irène Langlet (Université de Limoges), Retour sur la gamme LEGO Bionicle : les compétences analytiques des joueurs dans le dédale transmédiatique (avec la participation de Samuel Poulain).

Samedi 19 janvier

Olivier Caïra (EHESS), Transferts et jeux de rôles.

Samedi 9 février

Anne Besson (Université d’Artois), À la recherche du transmédia : quelques exemples d’exploitation d’univers de l’imaginaire contemporain.

Samedi 16 mars

De Lascaux à l’IPad

Pascale Gossin (Université de Strasbourg), C’est un livre ? Tour d’horizon et regard sur la production de «livres» numériques en littérature de jeunesse.

Anne Larue (Université Paris 13), Les grottes de Lascaux, un album grandeur nature ?

Samedi 13 avril

Annie Renonciat (ENS – MNE), Michel Manson (Paris 13), Culture matérielle de l’enfance : un champ de recherche

Atelier de Strenae

Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide, Rythmes et temporalités de l’album.

Samedi 18 mai

Béatrice Michielsen (Association des Amis d’André Hellé), André Hellé, créateur et imagier du jouet.

Parution: L’Ecole de Francfort Jean-Marc Durand-Gasselin

L’Ecole de Francfort
Jean-Marc Durand-Gasselin

DATE DE PARUTION : 05/04/12 EDITEUR : Gallimard (Editions) COLLECTION : Tel ISBN : 978-2-07-043703-0 EAN : 9782070437030 PRÉSENTATION : Broché NB. DE PAGES : 568 p
Repérer les traits constitutifs de ce qui, de manière d’ailleurs assez tardive, s’est appelé  » École de Francfort « , présente une certaine difficulté. Sans  doute trouve-t-on quelque unité dans le mouvement théorique allemand auquel ont appartenu des figures importantes de la pensée du XXe et du début du XXIe siècles comme Horkheimer, Benjamin, Adorno, Marcuse, Habermas ou Honneth. Ils partagent, par exemple, quelques références communes comme Hegel, Marx et Weber ou encore Lukacs ; et quelques thèmes communs comme la critique de la modernité capitaliste sous l’angle de la réification.

Mais la variété de leurs productions théoriques majeures, de leurs polarités respectives et de leurs styles semble interdire de parler d’une École. Quoi de commun en effet entre les fulgurances énigmatiques de Benjamin évoquant la figure baudelairienne du flâneur et la rude élaboration théorique par Habermas d’une théorie de l’agir communicationnel ? Entre l’exigeante théorie de l’art d’avant-garde d’Adorno et celle du besoin de reconnaissance de Honneth, tournée vers la vulnérabilité ? Entre les aphorismes pessimistes du jeune et du vieux Horkheimer, et la philosophie explosive du désir de Marcuse ? Et où placer des figures importantes comme Neumann, Fromm ou Wellmer ? À cette variété s’ajoute la discontinuité des générations et des expériences historiques, et celle des références intellectuelles.

Ainsi, entre le pessimisme radical d’Adorno et de Horkheimer d’un côté, liés par l’expérience du nazisme, du stalinisme et de l’exil, et ancrés dans une culture philosophique et intellectuelle allemande, et Habermas et Honneth de l’autre, davantage réconciliés avec des institutions démocratiques consolidées par l’après guerre, et se référant notamment à la psychanalyse anglo-saxonne, au pragmatisme, aux théories américaines de la justice ou au structuralisme français, il n’y aurait pas plus de points communs qu’avec n’importe quel représentant d’une philosophie sociale ambitieuse et critique, à Francfort ou ailleurs.

Aussi c’est précisément parce que seuls quelques références communes et quelques thèmes identiques paraissent les unir que se multiplieront deux types de réception. Soit les lectures trop lointaines, qui se contentent de placer toutes ces figures dans une postérité marxiste, celle par exemple du  » marxisme occidental « , et pour qui l’appartenance à l’École de Francfort ne joue alors presque plus aucun rôle intellectuel distinctif, soit les lectures plus méticuleuses mais qui exagèrent les discontinuités, et alimentent alors les procès en trahison ou en légitimité, et donnent une impression de dispersion ou d’unité factice.
Jean-Marc Durand-Gasselin articule la diversité de ces penseurs à l’identité du projet d’origine : articuler données empiriques, enquêtes et approches plurielles des sciences humaines pour décrire au plus près la réalité sociale.

Sommaire:

LE PROJET ET LE DEFI DE LA CATASTROPHE
L’originalité du projet de Horkheimer
Genèse du marxisme esthétique : Benjamin inspirateur d’Adorno
La dynamique centrifuge des trajectoires individuelles

LE REAJUSTEMENT DEMOCRATIQUE
Expliciter les liens de la démocratie et de la Théorie critique : le problème de Habermas
Conjoncture et critique

REINTRODUIRE LA CONFLICTUALITE
La gauche habermassienne et le programme inaugural de Honneth
La reconnaissance comme enjeu des luttes sociales

CFP: "The B Film" (The Projector: A Journal on Film, Media, and Culture)

Call for Papers for Special Issue

« The B Film »

for The Projector: A Journal on Film, Media, and Culture

The Projector: An Electronic Journal on Film, Media, and Culture is a peer-reviewed journal published twice a year under the auspices of the Department of Theatre and Film at Bowling Green State University. The Projector is seeking research-based essays for a special double issue on the B feature or “low-budget” film, studio-produced or independently financed, in any genre or country of origin. A range of possible topics or approaches appears below. This proposed special issue will comprise our Spring 2013 and Fall 2013 issues.

•Industrial contexts of production, financing models, marketing strategies, exhibition outlets (broadcast or cable television, DVD, Internet)
•Historical studies (e.g., Poverty Row, Bryan Foy) or historiographic issues, such as problems of definition
•Reception or audience analyses
•Aesthetic innovations; impact of digital and new media technologies
•Regional production (e.g., Appalshop)
•Cultural, social, historical aspects of B production and reception
•B cinema and cultural hierarchy; “bad cinema” and taste formation; exploitation (e.g., AIP, Troma,John Waters)
•B film labor: the auteur, star, scriptwriter; below-the-line personnel; the producer or financier
•Nonstudio sites of production; the industrial, educational, or training film
•Mumblecore; student films
•The B film/art cinema nexus (e.g., Reichhardt, Bigelow, the Coens, Raimi)

Essays should be sent electronically to both the Guest Editor Heidi Kenaga at kenaga@oakland.edu and General Editor Cynthia Baron at cbaron@bgsu.edu by October 1, 2012. Please send the manuscript in MS Word, using the MLA style of bibliographic citation, with a separate cover sheet containing author and affiliation information. Length: 20-25 pages, excluding cover sheet, Works Cited, and images. Queries should be sent to Heidi Kenaga.

Réédition: Hans Magnus Enzensberger Culture ou mise en condition ?

Hans Magnus Enzensberger

Culture ou mise en condition ? Essais

Paris : Les Belles Lettres, collection « Le goût des idées », 2012.

EAN 9782251200255.

336p.

15,50EUR

Réédition d’un recueil, devenu un classique, d’études sur les productions de la culture médiatiques et de l’industrie culturelle. On sera en particulier attentif à ses analyses consacrées au format poche.

Présentation de l’éditeur :

Essayiste et poète, H.M. Enzensberger, l’un des jeunes écrivains allemands les mieux doués de l’après-guerre, analyse ici en les démystifiant divers éléments de la vie culturelle de notre temps, muée depuis peu en une véritable « industrie de la culture ». Avec une intelligence et un humour peu communs il démonte les mécanismes d’un grand quotidien bourgeois, ceux du célèbre Spiegel, des actualités filmées, des livres de poche, des organisations touristiques… autant d’outils destinés, consciemment ou non, à façonner les esprits, à les pré-fabriquer ou à les abrutir.
Quelques études littéraires pénétrantes (sur Böll, Grass, Johnson et divers poètes) complètent ce recueil, ainsi qu’un essai sur l’ « avant-garde » politique et littéraire, aussi méchant que sain et lucide.
Mais H.M. Enzensberger ne se contente pas de dénoncer les maladies culturelles de notre temps, il propose des solutions, il éclaire déjà les voies possibles de l’avenir.