Archives par mot-clé : humour

Colloque : Kaamelott

Colloque – Kaamelott, la relecture de l’histoire

Le 24 et 25 mars, Université Paris-Sorbonne, Paris

Attention : l’inscription obligatoire est close

Colloque organisé par Florian Besson (doctorant en histoire médiévale à l’Université Paris-Sorbonne) et Justine Breton (docteure en littérature médiévale de l’Université de Picardie-Jules-Verne)

Programme :

Vendredi 24 mars 2017

9h : accueil des participants
9h30-10h Introduction (Florian Besson – Justine Breton)

Session 1 Pouvoirs arthuriens

10h-10h25 Aurélie Houdebert (Université Paris III-Sorbonne) – « Le poète et le roi : le Perceval d’Alexandre Astier »
10h25-10h50 Rudi Beaulant (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – « « Demain, on gracie » ! Représenter la justice mediévale dans Kaamelott »
1050-11h15 Jonathan Bocquet (de Lyon) – « De l’idéal de la table ronde à l’exercice du pouvoir, le politique dans Kaamelott »
11h15-11h45 Questions
Repas 11h45-13h15

Session 2 Images de Rome

13h15-13h40 Maxime Emion (Université de Rouen) – « L’armée romaine dans Kaamelott »
13h40-14h05 Pauline Ducret (Université Paris 8-Saint Denis) – « Arturus Rex, roi des Bretons. Images de la Rome antique dans Kaamelott » Continuer la lecture de Colloque : Kaamelott

Parution : « Le Rire du pauvre »

Humoresques n°40 (automne 2014) :

 « Le Rire du pauvre, Approche pluridisciplinaire des figures comiques populaires : des modèles anciens aux représentations contemporaines (XVIe-XXIe siècles) »

Textes issus du Colloque international organisé par l’Association Corhum et L’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (21-23 novembre 2013) , réunis par Graça Dos Santos, Laetitia Dummond-Lewi et Lina Iglesias

 

Sommaire:

Laetitia Dumont-Lewi « Nos larmes font du mal au roi » Introduction

 

Nelly Feuerhahn Tignous. Le rire d’un indigné

Continuer la lecture de Parution : « Le Rire du pauvre »

Séminaire: Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870)

charivari

Séminaire 2014

« Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

(Alain Vaillant, université Paris Ouest, et Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

 

Pour la troisième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.
Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR,  s’est fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au xixe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.
Cette année, deux séances sont organisées, avant le colloque international qui, au terme du programme ANR, se tiendra à l’université Paris Ouest au printemps 2015.

14 février – le rire de la petite presse.
Valérie Stiénon (université Paris 13 Nord), « Former une communauté discursive de la blague. Les conditions médiatiques du rire charivarique ».
Alain Vaillant (université Paris Ouest), « Poétique de l’ironie médiatique et anthropologie du rire ».

9 mai – Sociabilités, petite presse et poétique textuelle.
Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA 21), « La Plume, petite revue, lieu de sociabilité et œuvre totale ».
Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale de France), « La conspiration comique de la petite presse ».

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Colloque international: Le Rire du pauvre (21-22 novembre 2013)

Le Rire du pauvre

10e Colloque international CORHUM

(Association pour le développement de la recherche sur le Comique, le Rire et l’Humour)

Université Paris Ouest Nanterre La Défense (UPOND)

Coorganisé par l’EA 369 « Etudes romanes »

Approche pluridisciplinaire du comique populaire dans les cultures de langues romanes : des modèles anciens aux représentations contemporaines (XVIe-XXIe siècles)

21-22 novembre 2013

Salle des conférences Bât. B / Université Paris Ouest Nanterre La Défense

23 novembre

Maison du Portugal – André de Gouveia / CIUP : 7 P, boulevard Jourdan, 75014 Paris

Nos écrans, nos journaux, nos rues et parfois même nos paliers regorgent des marques d’une pauvreté croissante que même les beaux quartiers ne parviennent pas à rendre invisible. En ces temps de crise globalisée, l’humour reste une réaction qui prend des formes diverses, éruptives et même nos boîtes à lettres de courrier électronique deviennent les dépositaires d’une autodérision où le rire côtoie la critique sociale et politique. C’est dans ce contexte que le colloque Le rire du pauvre entend poursuivre, en l’élargissant à d’autres approches, la réflexion engagée lors de la journée d’étude organisée en mai 2012 par le département d’études lusophones de l’Université Paris Ouest et consacrée aux personnages comiques populaires dans les cultures de langues romanes.

De la littérature aux espaces numériques, en passant par les arts graphiques, le cinéma, le spectacle vivant, la chanson, la bande dessinée ou la télévision, la figure polymorphe du comique populaire est récurrente et, comme le rire, semble être le propre de la création artistique sous toutes ses formes. Par figure comique populaire, nous entendons aussi bien des personnages de pauvres rieurs, de gueux qui s’échinent à rire pour ne pas sombrer (comme le paysan-jongleur médiéval réinventé par Dario Fo), des personnages issus de classes populaires qui provoquent le rire (comme Zé Povinho au Portugal ou encore les héritiers de l’emblématique Charlot), ainsi que des personnages qui font corps avec un acteur comique dont le public est populaire (comme Fernand Reynaud ou Coluche), ces trois caractéristiques pouvant bien entendu être entremêlées. Le rire du pauvre est donc à envisager du point de vue de la création artistique comme du point de vue de sa réception, en étudiant ce qui est tout autant une forme de rire qu’une dénonciation sociale et politique.

Organisateurs et partenaires

EA 369 Etudes Romanes  CRILUS / CRIX / CRIIA, ED 138 Lettres Langues Spectacles, EA 4414 Histoire des Arts et des Représentations, UFR LCE, Chaire Lindley Cintra, CHCSC Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, association CORHUM, IELT-Universidade Nova de Lisboa, Pos-Cult-Universidade Federal da Bahia, Maison du Portugal – André de Gouveia, Institut Camões – Instituto da Cooperação e da Língua,  CIC Iberbanco

Comité d’organisation : Graça Dos Santos,  Laetitia Dumont-Lewi, José Manuel da Costa  Esteves, Lina Iglesias, Christophe Mileschi, Marie-Isabelle Vieira.

Comité scientifique : Christian Biet, Silvia Contarini, Christophe Couderc, Bernard Faivre, Nelly Feuerhahn, Ana Paula Guimarães, Lina Iglesias, Rafael Mandressi, Edilene Matos, Jean-Marc Moura, Christophe Mileschi, Idelette Muzart – Fonseca dos Santos, Graça Dos Santos, Judith Stora, Marie-José Tramuta, Emmanuel Wallon, Jean-Claude Yon.

Site : http://www.humoresques.fr Contact:riredupauvre@gmail.com

Programme

Jeudi 21 novembre 2013
9h15 Accueil à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences Bât. B
9h30 Ouverture du colloque avec
Philippe Gervais-Lambony Vice – Président de la recherche
Hélène Aji Directrice de l’UFR Langues
Christophe Couderc Directeur de l’EA 369 Études romanes
Silvia Contarini et Christophe Mileschi Directeurs du CRIX
Emmanuelle Sinardet Codirectrice du CRIIA
Idelette Muzart Directrice du CRILUS
Emmanuel Wallon EA 4414 Histoire des Arts et des Représentations
Judith Stora et Nelly Feuerhahn CORHUM – Humoresques
Graça Dos Santos Comité d’organisation du colloque
10h00 Première Conférence inaugurale
Bernard Faivre . UPOND
Le rire égalisateur

Séance 1 . Les personnages
Président de séance . Christophe Mileschi . UPOND
10h30 Marie-José Tramuta . Université de Caen – Basse Normandie
et Laetitia Dumont-Lewi . UPOND
Du roi des diables au pauvre diable : Arlequin dans tous ses états
11h00 Christophe Couderc . UPOND
Rire de l’autre : Alcuzcuz, valet morisque dans Amar después
de la muerte de Calderón de la Barca
11h20 Pause
11h40 Céline Candiard . Université Lumière Lyon 2
“Toujours quelque mot goinfre est dans tous ses discours” : bouffons affamés
et connivence sociale sur la scène comique parisienne au XVIIe siècle
12h00 Eve Mascarau . UPOND
Personnages populaires et rire dans Knock
12h20 Sarah Amrani . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Portraits de Marcovaldo et Fantozzi en travailleurs rêveurs
12h40 Discussion
13h00 Repas


Séance 2 . De la rue au petit écran
Présidente de séance Lina Iglesias . UPOND
15h00 Anna Leone . École des Hautes Études en Sciences Sociales
Du rire de l’homme pauvre au rire du pauvre homme.
Sur la fonction du rire dans les spectacles de marionnettes à gaine napolitaines
15h20 Gwénaëlle Le Gras . Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3
Bourvil ou les enjeux socioculturels du comique paysan de l’immédiat
après-guerre
15h40 Marie Duret-Pujol . Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3
Les rires des Deschiens
16h00 Héla Msellati – Kraiem . Université de Carthage – Institut Supérieur
des Langues de Tunis . Rire du pauvre : les voies de Radio Bistro
16h40 Discussion


Vendredi 22 novembre 2013
9h30 Accueil à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences Bât. B
10h00 Deuxième Conférence inaugurale
Jean-Marc Moura . UPOND
Le personnage du pauvre comme source d’humour
Séance 3 . De la rue au Boulevard
Présidente de séance . Laetitia Dumont-Lewi . UPOND
10h30 Ksenia Fesenko . Université Vincennes-Saint-Denis – Paris 8
Ah ! Vous avez souri, ne dites pas non, vous avez souri !
Le « comique éternel » au théâtre des Funambules
10h50 Agnès Curel . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Faire rire la rue : l’exemple du bonimenteur dans les foires parisiennes
à la fin du XIXe siècle
11h10 Pause
11h30 Daniel Batista Lima Borges
UNICAMP – Universidade Estadual de Campinas, São Paulo, Brésil
Le rire du clown de la Folia de Reis
11h50 Nina Jambrina . Université Toulouse II – Le Mirail
Comique populaire sur la scène bogotanaise, de la place publique au
plateau de théâtre. Les deux visages du rire.
12h10 Discussion
13h00 Repas


Séance 4 . Dessins et gravures
Présidente de séance . Idelette Muzart-Fonseca dos Santos . UPOND
14h30 Everardo Ramos . Universidade Federal do Rio Grande do Norte/ Brésil
Rire du pauvre, rire des pauvres : l’humour et le comique dans la gravure
populaire brésilienne
14h50 Adriana Coelho Florent . Université Aix Marseille
Pour la légalisation du pauvre brésilien : Graúna et l’apprentissage de la
démocratie dans l’oeuvre du cartooniste Henfil (1944 – 1988)
15h10 Laurent Bihl . Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Rire de la cloche de bois : mendiants, indigents et clochards dans l’image
satirique de la Belle Epoque
15h30 Morgan Labar . Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Saltimbanques et clowns grotesques : quelques usages du comique populaire
dans l’art contemporain
15h50 Discussion

19h00 Accueil à la Maison du Portugal – André de Gouveia, Cité Universitaire
par Ana Paixão Directrice de la Maison
Spectacle
Les cris de la crise
Musique et crise financière avec
Helena Afonso soprano ,
António Wagner Diniz baryton ,
accompagnés par José Manuel Brandão piano


Samedi 23 novembre 2013
9h30 Accueil à la Maison du Portugal – André de Gouveia, Cité Universitaire

Séance 5 . Rires du pauvre
Président de séance Jean-Claude Yon .
Université Versailles – St Quentin en Yvelines
10h00 Bernard Andrès . Université du Québec Montréal
Le rire du « pauvre Sauvage » en Nouvelle-France: résister à l’évangélisation
10h20 Tommaso Meldolesi . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Le rire triste et gai des « pauvres gens » dans quelques pages de Benjamin
Gastineau
10h40 Carlos Augusto Ribeiro . Universidade Nova de Lisboa IELT
Des restes : l’art comme une blague ou l’art comme la blague de la blague ?
11h00 Pause
11h20 Béatrice Ménard . UPOND
Rire carnavalesque et satire sociale dans El desfile del amor de Sergio Pitol
11h40 Fernanda Vilar . UPOND
Le rire postcolonial : un rire de critique
12h00 Discussion
12h20 Conclusions
Nelly Feuerhahn . CORHUM – Humoresques
Graça Dos Santos,
José Manuel da Costa Esteves,
Silvia Contarini . UPOND
13h00 Repas

Parution: Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve (dir.) Le rire moderne

Le Rire moderne

Sous la direction d’Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

Paris : Presses universitaires de Paris Ouest, coll. « RITM (Recherches Interdisciplinaires sur les Textes Modernes) », 2013

EAN9782840161615

470 p.

Prix : 22EUR

Présentation de l’éditeur :

La France d’Ancien Régime était celle de la « gaieté » et de l’« esprit ». Avec la Révolution, commence le temps du rire moderne : d’un rire franc, dévastateur, protéiforme, et faisant flèche de tout bois (de l’ironie, de la parodie, de la satire, mais aussi des brindilles du calembour ou de la blague).

Ce rire naît des convulsions de la Révolution. Il sape l’autorité triste des rois de la Restauration. Il triomphe dans le Paris louis-philippard, pour le plus grand plaisir du Bourgeois qui ne se lasse jamais de sa propre caricature. Il constitue le plaisir ordinaire d’une bohème entrée en dissidence contre toutes les formes de sérieux. Il trouve sa consécration sous la Troisième République, avec le Chat noir et ses avatars fin de siècle.

Phénomène de société, le rire moderne est au cœur des inventions esthétiques du xixe siècle. Il inspire les journalistes, les poètes, les artistes et le monde de la scène. Il envahit les formes mineures de création culturelle aussi bien que les grandes œuvres du canon. En voici le premier panorama raisonné, issu du travail collectif de vingt-huit spécialistes, historiens de la littérature, des arts ou de la culture.

Sommaire

Introduction

Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

Le rire et la société. Le propre de l’homme moderne

Alain Vaillant

Physiognomonie du rire

Anca Parvulescu

La crise du rire au xixe siècle : autopsie d’un lieu commun

Marie-Ange Fougère

De Bièvre à Brisset : du calembour de salon au calembour cosmique

Bernard Champion

Buchoz-Hilton, le rire fou de « la Poire-Molle »

Fabrice Erre

Le rire parlementaire. Une petite histoire des (Rires) de 1830 à 1851, ou l’apprentissage de la démocratie par le comique

Dominique Dupart

Rire en Chambre : le comique parlementaire au début de la IIIe République

Jean Ruhlmann

Le rire et la littérature. Le rire cénaculaire

Vincent Laisney

Les rapports circulaires du rire et de l’horreur dans le genre frénétique

Émilie Pezard

Rire dans le genre et rire du genre, pratiques sérielles et humour dans le roman d’aventures

Matthieu Letourneux

Le rire de Choses vues

Gabrielle Chamarat

Le rire épistolaire : un rire de contradictions. L’exemple Flaubert

Thierry Poyet

« La tyrannie de l’imprimé » déjouée

Hélène Bauchard

Rodolphe Salis et Émile Zola : rencontres chatnoiresques

Catherine Dousteyssier-Khoze

Le rire fantaisiste

Amandine Cyprès

Le rire et l’imprimé. Modernités du rire de réemploi. Les « Physiologies » ou l’art d’accommoder les restes

Valérie Stiénon

Parodies de journaux ou journaux pour de rire

Marie-Ève Thérenty

Le rire sous (petite) presse : le cas du Corsaire-Satan (1844-1847)

Sandrine Berthelot

Satires en trois mots : le dictionnaire pour rire

Denis Saint-Amand

Penser le rire au xixe siècle à travers les Histoires de la caricature

Michela Lo Feudo

Naïveté et régression ludique : les premiers pas de la bande dessinée au xixe siècle

Camille Filliot

Histoire de l’invalide à la tête de bois (improbable épiphanie du corps glorieux)

Charles Grivel

Le rire et les spectacles. Dérive, déliaison, délire : Odry dans la parade des Saltimbanques, ou le rire en 1838

Olivier Bara

Zola et le rire de Labiche

Silvia Disegni

Le pince-sans-rire a-t-il le mot pour rire ? L’exemple de Vincent Hyspa au cabaret

Carol Gouspy

Du rire à travers les arts : l’ironie dans l’adaptation littéraire d’un « échec » musical

Victoria Llort Llopart

Pantomime et vaudeville : le rire entre le pire et le dire

Jérôme Solal

La pantomime fin de siècle, caprice moderne

Appel : Le rire du pauvre.

10e Colloque international CORHUM

(Association pour le développement de la recherche sur le Comique, le Rire et l’Humour)

Approche pluridisciplinaire du comique populaire dans les cultures de langues romanes

des modèles anciens aux représentations contemporaines (XVIe-XXIe siècles)

Nos écrans, nos journaux, nos rues et parfois même nos paliers regorgent des marques d’une pauvreté croissante que même les beaux quartiers ne parviennent pas à rendre invisible. En ces temps de crise globalisée, l’humour reste une réaction qui prend des formes diverses, éruptives et même nos boîtes à lettres de courrier électronique deviennent les dépositaires d’une autodérision où le rire côtoie la critique sociale et politique. C’est dans ce contexte que le colloqueLe rire du pauvre entend poursuivre, en l’élargissant à d’autres approches, la réflexion engagée lors de la journée d’étude organisée en mai 2012 par le département d’études lusophones de l’Université Paris Ouest et consacrée aux personnages comiques populaires dans les cultures de langues romanes.

De la littérature aux espaces numériques, en passant par les arts graphiques, le cinéma, le spectacle vivant, la chanson, la bande dessinée ou la télévision, la figure polymorphe du comique populaire est récurrente et, comme le rire, semble être le propre de la création artistique sous toutes ses formes. Par figure comique populaire, nous entendons aussi bien des personnages de pauvres rieurs, de gueux qui s’échinent à rire pour ne pas sombrer (comme le paysan-jongleur médiéval réinventé par Dario Fo), des personnages issus de classes populaires qui provoquent le rire (comme Zé Povinho au Portugal ou encore les héritiers de l’emblématique Charlot), ainsi que des personnages qui font corps avec un acteur comique dont le public est populaire (comme Fernand Reynaud ou Coluche), ces trois caractéristiques pouvant bien entendu être entremêlées. Le rire du pauvre est donc à envisager du point de vue de la création artistique comme du point de vue de sa réception, en étudiant ce qui est tout autant une forme de rire qu’une dénonciation sociale et politique.

Axes proposés pour ce colloque international et pluridisciplinaire :
– Personnages et genres : dans une perspective diachronique, on pourra s’interroger sur les types de personnages comiques populaires récurrents à travers les âges, ainsi que sur les genres privilégiés pour l’expression de ce type de comique (l’anecdote, la saynète, la revue, le sketch, le one-man-show et plus récemment le stand-up ou la diffusion sur internet)
– Fonction socio-politique : l’analyse des conditions de production et de réalisation des œuvres, ainsi que l’étude du public auquel elles s’adressent, permettront de réfléchir à la valeur politique du rire, aux enjeux culturels du métier de l’humoriste et à la place du comique et de l’humour dans la culture.
Ces pistes de réflexion – non exhaustives –, appliquées aux cultures de langues romanes (français, espagnol, portugais, italien, roumain), pourront être développées selon des approches diverses (analyse littéraire ou linguistique, arts du spectacle, histoire culturelle, sociologie…).

Modalités de soumission :
Merci d’envoyer vos propositions de communication à l’adresse riredupauvre@gmail.com avant le 30 avril 2013
– Dans un fichier attaché un résumé anonyme de 2500 signes comprenant un titre, un résumé, le fichier, au format .doc, sera nommé titre_abrégé_de_la_communication.doc
– Indiquer dans le corps du message votre nom, votre adresse mail, le titre de la communication, l’université et le laboratoire de rattachement, le directeur de thèse (si vous êtes doctorant).
La langue du colloque est le français.
La participation en tant que communiquant au colloque nécessite l’adhésion à l’association CORHUM, donnant droit aux deux numéros annuels de la revue Humoresques. Adhésion : 35€ / 30€ pour les étudiants.

Calendrier :
Le colloque « le rire du pauvre » aura lieu les 21, 22 et 23 novembre 2013, à l’Université Paris Ouest Nanterre et à la Cité Internationale Universitaire de Paris (Maison du Portugal – André de Gouveia)
Date limite d’envoi des propositions : 30 avril 2013
Notification d’acceptation : juin 2013

Organisateurs et partenaires
EA Etudes Romanes 369 CRILUS / CRIX / CRIIA
ED 138 Lettres Langues Spectacles
UFR LCE, Chaire Lindley Cintra
Histoire des Arts et des Représentations /EA 4414
CHCSC Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines
Association CORHUM
IELT-Universidade Nova de Lisboa
Pos-Cult-Universidade Federal da Bahia
Maison du Portugal – André de Gouveia, Institut Camões

Comité d’organisation :
Laetitia Dumont-Lewi, José Manuel Esteves, Lina Iglesias, Ricardo Lindenberg, Leda Mansour, Christophe Mileschi, Graça dos Santos, Isabel Vieira.

Conseil scientifique
Christian Biet, Silvia Contarini, Christophe Couderc, Jean-Pierre De Giorgio, Bernard Faivre, Nelly Feuerhahn, Ana Paula Guimarães, Lina Iglesias, Rafael Mandressi, Edilene Matos, Jean-Marc Moura, Christophe Mileschi, Idelette Muzart – Fonseca dos Santos, Graça Dos Santos, Judith Stora, Marie-José Tramuta, Jean-Claude Yon


Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

Parution: Humoresques, n°36, Humour "anglais"

Humoresques, n°36, automne 2012 : Humour « anglais »

Textes réunis par Corinne François-Denève

Prix 13EUR

Sommaire
Corinne François-Denève
Every man in his humour : sur la piste de l’humour « anglais » 5
Nelly Feuerhahn
Ronald Searle, un humour graphique anglais 27
Norbert Elias (traduit de l’allemand par Wolf Feuerhahn)
Le Sense of Humour 57
Wolf Feuerhahn
Humours nationaux : le regard situé de Norbert Elias 67
Pierre Troullier
Entre héritage latin et invention du nonsense, la poésie satirique
de John Skelton (c. 1460-1529) 83
Virginie Iché
Le Nonsense et ses jeux de mots (in)traduisibles
Le cas d’Alice’s Adventures in Wonderland 99
Françoise Dupeyron-Lafay
L’humour anglais aux xixe et xxe siècles
Approche culturelle et stylistique 113
Laetitia Pasquet
L’humour dans le théâtre anglais contemporain :
pour une éthique de la poétique 127
Yen-Maï Tran-Gervat
L’humour de Tristram Shandy et ses adaptations
graphique et cinématographique 145
Jérémy Houillère
La série télévisée The Office et l’Amérique du Nord :
un humour fragile 161

Parution: Maeder, C. C. M., Giudicetti, G. P., Mélan, A. (cur.) Dalla tragedia al giallo Comico fuori posto e comico volontario

Maeder, Costantino C. M. / Giudicetti, Gian Paolo / Mélan, Amandine (cur.)
Dalla tragedia al giallo
Comico fuori posto e comico volontario

Présentation

I saggi riuniti in questo libro sono dedicati alla comicità nella letteratura, nella saggistica e nell’opera italiane, in particolare alla comicità fuori posto in opere di Campanile, Guicciardini, Dumas, Ariosto, Gadda, Flaiano, Wolf-Ferrari, Camilleri, Lakhous, Wolf-Ferrari, Verdi, Eco, Svevo e altri. Il comico è in un certo senso sempre fuori posto, un contrasto tra un evento, una frase, una scena inappropriata e un contesto che di per sé non si presta a quell’evento, quella frase, quella scena. Proprio per riflettere su questo contrasto, il libro si sofferma su quei contesti che
ancor meno di altri son predisposti ad accogliere il comico e a suscitare una risata: la tragedia del Cinquecento, il genere epistolare, l’opera seria, la saggistica seriosa, il tutto attraverso l’accostamento di approcci diversi: dalla filologia alla semiotica, all’analisi testuale, agli studi culturali. Sorgerà forse al lettore la domanda: sono questi approcci troppo seri per affrontare il tema della comicità, tanto da essere a loro volta fuori posto?

Indice

Un’introduzione dislocata…………………………………………………………… 9
Costantino C. M. Maeder
Che cosa genera l’effetto comico?
Fondamenti per un approccio semiotico…………………………………….. 25
Harri Veivo
Per una semiotica del ridere ……………………………………………………… 35
Alessandro Perissinotto
Il riso amaro della tragedia……………………………………………………….. 69
Valentina Gallo
Il teatro del Cinquecento tra il comico e l’ironico …………………….. 101
Franco Musarra
“Tra le più savie teste d’Italia”
Il riso di Francesco Guicciardini nelle pagine del carteggio ………. 121
Paola Moreno
La comicità (infantile) nell’Orlando Furioso…………………………….. 137
Gian Paolo Giudicetti
Il riso fra avventura e lacrime:
la Trilogia dei moschettieri di Alexandre Dumas ……………………… 157
Clotilde Bertoni
L’umorismo debordante di Achille Campanile.
Spunti per una fenomenologia del comico fuori posto ………………. 181
Pietro Benzoni
La solitudine dei satiri: Gadda e Flaiano …………………………………. 203
Giuseppe Papponetti
Il giallo si tinge di comico………………………………………………………… 219
Inge Lanslots
Lo scontro di civiltà visto dagli altri:
lo sguardo di Lakhous sull’Italia contemporanea …………………….. 233
Daniele Comberiati
La fisiologia del sorriso inRagazze che dovresti conoscere ……….. 249
Monica Jansen
Il comico nella saggistica fra moderno e postmoderno:
Svevo, Magris, Eco …………………………………………………………………. 265
Ulla Musarra-Schrøder
Il comico nell’opera seria.
Appunti su alcune strategie intermediali………………………………….. 283
Costantino C. M. Maeder
Ermanno Wolf-Ferrari e il comico goldoniano
sulla scena operistica italiana degli anni Trenta:
La Vedova scaltra (1931) e Il Campiello (1936)………………………… 299
Walter Zidarič
Note biografiche……………………………………………………………………… 319

CFP: “Horror (as/is) Humor, Humor (as/is) Horror: sLaughter in Popular Cinema” (15 octobre 2012)

CFP:

“Horror (as/is) Humor, Humor (as/is) Horror: sLaughter in Popular Cinema” (collection)

(15 octobre 2012)

In his review of Tavernier’s Coup de torchon, David Kehr wrote in When Movies Mattered: Reviews from a Transformative Decade,
Death, violence, and moral corruption aren’t just slapstick props … but agonizingly real presences, and their comedy isn’t a release from horror, but a confrontation with it.… [H]umor and horror exist side by side, they play on the very thin line that separates a laugh from a scream, touching the hysteria common to both.… The best black humor makes us feel the horror. (186)
Scholarly collections in Humor and Horror Studies have largely conceived of them as separate genres and fields. Yet popular culture has increasingly seen a rise in the emotional and visceral confluence of humor and horror—from black comedies, dark fantasy and a renewed interest in fairy tale adaptations, to fresh literary works, graphic novels, and politics and satire.
Scholarly essays are sought for a potential collection on the nexus of humor and horror—sLaughter—in popular culture texts with a primary focus on film. Topics may include, but are clearly not limited to: Genre (e.g., parody, science / speculative fiction, thriller, dark fantasy, cyberpunk / splatterpunk, “classical” comedy / drama, post-humanism, terror/ism, apocalyptica and TEOTWAWKI); Creator / Auteur (e.g., Joss Whedon, Stephen King, Chuck Palahniuk, Mary Harron, Matt Groening, Seth McFarlane, the Soska sisters, the Coen brothers, Bret Easton Ellis, Charles Bukowski, Amy Lynn Best, David Cronenberg, Tim Burton, John Carpenter); or Theory / Theorist (e.g., structuralism, grotesquerie / freakery, transgressionism, attraction=repulsion, bodily mutilation / ablation, postmodernism, biomechanics / cyborg interfaces).
We are NOT interested in Abbot and Costello, “camp,” or anything else offering the audience a chance to be “psychologically distanced” from mortal terror—beyond the fact that they are viewing images on a screen. Though we are interested in zombies, lycanthropy, vampirism, and that lot, we envision a much broader and more scholarly collection than the fanzone tends to produce—much scarier than Twilight, etc.—that addresses the intersection of humor/horror. We want you to make us FEEL it, and tell us why it’s important.

By 15 October 2012, please submit a 250 word abstract and one-page CV to both Johnson Cheu (cheu@msu.edu) and John A Dowell (jdowell@msu.edu)

Appel: L'humour anglais (Humoresques 36)

Humoresques n° 36, Automne 2012

L’humour anglais

Appel à contribution

Tous les dictionnaires l’attestent : l’ « humour » est arrivé en France par le biais de l‘anglais. Et tous les manuels le répètent : s’il est un peuple qui a de l’humour, c’est bien le peuple anglais. L’humour est donc anglais.

Une fois ces évidences posées, il semble toutefois bien difficile de définir « l’humour anglais » — à moins qu’il ne soit d’ailleurs « britannique ». Certains s’y sont bien sûr essayés, évoquant d’abord une particularité anatomique, l’humour britannique ayant trait à la bile noire et à la mélancolie. Lorsque l’humour a cessé de relever de l’humeur, et lorsque l’on a cessé de croire à la théorie des tempéraments, on s’est parfois tourné vers des explications climatiques : l’humour anglais est « sombre » comme les cieux d’Albion. Plus récemment, Salman Rushdie, dans Imaginary Homelands, affirme que l’humour anglais relève de l’imaginaire, de la fiction, du « what if ». Toutes ces idées se résument en une seule : l’humour anglais serait un mécanisme de défense — contre sa nature propre, l’humaine condition, les caprices du temps ou les aléas de l’histoire. D’autres théoriciens ont choisi une approche chronologique et/ou générique, distinguant entre diverses formes d’humour anglais, telles que le « wit », le « nonsense », la satire. Enfin, on peut aussi analyser les procédés de l’humour anglais, en soulignant notamment le jeu avec les « codes », ce savant mélange entre désir de ne pas se faire remarquer et amour de l’excentricité. Pour pouvoir apporter un nouvel éclairage sur « l’humour anglais », nous proposons de partir d’un certain nombre de questions :

Des questions classiques :

– L’humour anglais est-il lié à la langue anglaise ? Pierre Daninos, humoriste français, peut-il imiter l’humour britannique ? L’humour anglais peut-il traverser la Manche ? Est-il traduisible ? Est-il compréhensible pour les non-autochtones?

– Quelle forme de «l’ humour anglais » serait « exportable »? Benny Hill, Mr Bean, Peter Sellers, les Monty Python, tous comiques fondés sur le corps, mais pas le Goon Show, fondé sur la langue ?

– En quoi l’humour anglais est-il différent de l’humour américain, ou irlandais, ou écossais ?

Humour anglais et mondialisation :

– En ces temps de mondialisation, l’humour britannique a-t-il pu préserver sa particularité ? (voir les déclinaisons anglo-saxonnes de séries comiques, comme The Office, serait à ce titre intéressant).

Humour anglais et communautarisme:

– Il semble paradoxal, voire non-politiquement correct, de parler encore d’humour anglais « national ». L’humour anglais existe-t-il encore, ou a-t-il été « assimilé » dans le melting-pot ? Comment est-il assumé, ou refusé, par les diverses « communautés » de Grande Bretagne. ? Bend it like Beckham, réalisé par Gurinder Chadra, est-il le nouvel humour anglais ? Ou Gurinder Chadra un parfait exemple d’ « assimilée » ?

Humour anglais et postcolonie

– Qu’en est-il, de même, de l’humour dans les anciennes colonies britanniques ? L’humour britannique a-t-il laissé des traces visibles en Inde ?

Les propositions d’articles, accompagnées d’un titre, d’un résumé et d’une brève présentation de l’auteur, sont à adresser à : corinne.francois-deneve@uvsq.fr, avant le 30 avril 2012.