Archives par mot-clé : histoire littéraire

Colloque : Anticipation francophone

L’émergence du roman d’anticipation scientifique dans l’espace médiatique francophone 1860-1940

Université du Québec à Montréal – Local D-R200 et Salon Orange

3-5 mai 2017

Le roman d’anticipation scientifique se développe, dans le domaine francophone, au tournant du XXe siècle. Situé au croisement de la littérature et des sciences, à la lisière du roman d’aventure et du fantastique, il ne s’impose pas immédiatement comme un genre à part entière, mais se pense peu à peu à travers une série de dénominations génériques, du « merveilleux scientifique » au « roman des temps futurs » ou à la « science-fiction ». Cette cristallisation accompagne l’essor de la vulgarisation scientifique, adoptant souvent de semblables  logiques de diffusion et de popularisation.
À l’exception de quelques auteurs (Verne, Robida, Rosny aîné, Renard…), le vaste corpus qui compose cette littérature est peu connu. Le roman d’anticipation échappe au canon littéraire, à la fois parce qu’il relève de la littérature populaire et parce que ses productions ne sont pas unifiées sous une même bannière. L’un des objectifs de ce colloque est de remédier à cette méconnaissance en identifiant les parentés, les réseaux, les supports éditoriaux permettant de circonscrire cet ensemble générique. Pour ce faire, il propose d’aborder des romans et des nouvelles de littérature française, québécoise, belge et suisse, entre 1860 et 1940, soit du début des « Voyages extraordinaires » de Jules Verne jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
Dans ce cadre général, nous souhaiterions plus spécifiquement Continuer la lecture de Colloque : Anticipation francophone

Parution : « En finir avec le populaire ? »

Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ? 

sous la direction d’Anne Besson

Lucie Editions, « Poétiques comparatistes », 2016

poetiques-comparatistes

Il s’agit avec ce numéro de mettre en lumière les évolutions rapides des recherches, largement interdisciplinaires, consacrées à la littérature et plus largement à la culture dites « populaires ». Si la transformation du statut – légitimité, valeur – des fictions médiatiques et des récits de genre semble un fait largement acquis dans la sphère socio-culturelle, cet intérêt plus grand entraîne-t-il des travaux renouvelés et donc, peut-on espérer, l’adaptation ou la mise en place des outils critiques adéquats à leur évaluation ? Ce dossier adoptera une perspective résolument méta-critique : chacun des chercheurs sollicités est invité, dans son domaine de spécialité, à faire le point sur ses pratiques et ses méthodes.

Le sommaire contient les contributions de grands spécialistes français et étrangers parmi les plus reconnus du domaine, et donne aussi la parole pour une part significative aux jeunes chercheurs dans un champ dont le dynamisme actuel constitue justement un trait frappant. Continuer la lecture de Parution : « En finir avec le populaire ? »

Parution : Belphégor « Sérialités »

Le nouveau numéro de la revue internationale plurilingue Belphégor,  consacrée à l’étude des littératures populaires et de la culture médiatique, est en ligne. Son dossier est consacré aux sérialités.

Si l’on allume la radio, si l’on regarde des programmes télévisuels ou si l’on ouvre les pages « culture » de la presse quotidienne ou hebdomadaire, on ne peut faire que le constat d’une culture devenue avant tout culture de masse, dans laquelle la plupart des pratiques distinctives s’inscrivent elles-mêmes dans un dialogue avec les productions de la culture industrielle. Tout un ensemble d’objets – les séries télévisées, la littérature de genre, les blockbusters, les bandes dessinées, les produits dérivés, les jeux vidéo ont en quelques décennies glissé de pratiques délégitimées stigmatisées par les prescripteurs, au sujet principal des discours critiques, au cœur de nos imaginaires. Or, tous ont en commun de pouvoir être décrits comme des productions sérielles. Par productions sérielles, nous entendons toute œuvre dont les modalités de Continuer la lecture de Parution : Belphégor « Sérialités »

Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Colloque

Les genres du roman au xixe siècle

Université Paris 13, les 14-15 avril 2016

Le xixe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman[1] » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Continuer la lecture de Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Colloque: Une journée autour de M. Angenot : témoignages, relectures, questionnements (Vendredi 9 mai 2014)

marcangenot

Une journée autour de M. Angenot : témoignages, relectures, questionnements

Vendredi 9 mai 2014, Montréal, Université McGill

À l’occasion de la réédition sur Médias 19 de l’ouvrage 1889, un état du discours social , Guillaume Pinson (Université Laval) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) convient le public à une journée autour de Marc Angenot. À cette occasion, plusieurs chercheurs et anciens étudiants d’Angenot prendront la parole, afin de proposer des témoignagnes, des analyses et des parcours de recherche à partir des travaux du professeur de l’Université McGill.

Montréal, Université McGill, Salle Ferrier 456, accueil à 8h30

Matin : Le retour des thésards

9h00 François-Emmanuël Boucher (Collège militaire royal, Kingston) – L’absence d’un chef ou la sociocritique made in Québec

9h15 Pascal Brissette (Université McGill) – Quelques leçons pour étudiants en lettres

9h30 Paul Choinière (Chercheur indépendant) – Le concierge du Grand hôtel Historia

9h45 Michel Lacroix (UQAM) – Les frontières du discours social

Pause

10h30 Marie-Hélène Larochelle (York University) – Rencontre avec l’anarchisme

10h45 Guillaume Pinson (Université Laval) – Lire la presse, toute la presse

11h00 Anne Trépanier (Carleton University) – Imagination d’un Canada avant la Confédération

11h30 – 13h00 Pause – Buffet servi sur place

 

Après-midi : les champs disciplinaires en question

13h00 Régine Robin (UQAM) – Hommage au soldat méconnu du discours social

13h20 Michel Biron (Université McGill) – Un théoricien écrivain

13h40 Dominique Kalifa (Paris 1) – Du discours à l’imaginaire social

Pause

14h20 Paul Aron (ULB) – La poésie des potards (sans savon ni Congo)

14h40 Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) – La littérature en ses dehors

15h00 Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) – À propos de L’Histoire des idées (2014)

Pause

15h40 Marie-Ève Thérenty (Montpellier 3) – La presse et le « romanesque généralisé »

16h00 Alain Vaillant (Paris Ouest) – De la théorie du discours social à la poétique historique des pratiques littéraires

16h20 Matthieu Letourneux (Paris Ouest) – Le projet 1929, un état du discours médiatique

16h40 Pascal Ory (Paris 1) – Le Monument Angenot, un modèle d’histoire culturelle

17h00 Marc Angenot – Mot de conclusion

17h30 – Lancement de la version numérique de 1889 – Cocktail offert par le Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill

 

Les organisateurs de la journée Autour de Marc Angenot tiennent à remercier tout particulièrement Catherine Blaquière et Nadia Bendjebbar, qui ont travaillé à l’édition numérique de 1889, un état du discours social. Merci également à Pascal Brissette pour son accueil à l’Université McGill, et au Département de langue et littérature françaises pour sa générosité.

Séminaire: Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870)

charivari

Séminaire 2014

« Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

(Alain Vaillant, université Paris Ouest, et Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

 

Pour la troisième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.
Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR,  s’est fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au xixe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.
Cette année, deux séances sont organisées, avant le colloque international qui, au terme du programme ANR, se tiendra à l’université Paris Ouest au printemps 2015.

14 février – le rire de la petite presse.
Valérie Stiénon (université Paris 13 Nord), « Former une communauté discursive de la blague. Les conditions médiatiques du rire charivarique ».
Alain Vaillant (université Paris Ouest), « Poétique de l’ironie médiatique et anthropologie du rire ».

9 mai – Sociabilités, petite presse et poétique textuelle.
Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA 21), « La Plume, petite revue, lieu de sociabilité et œuvre totale ».
Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale de France), « La conspiration comique de la petite presse ».

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Colloque: La Parisienne, du Second Empire aux années folles

parisienne

La Parisienne, du Second Empire aux années folles

Université de Paris Ouest

Salle des Colloques

Bâtiment B

Jeudi 16 janvier

 

9 h 45 : Ouverture

I. La Parisienne : un type social : la vie quotidienne et l’histoire

Histoire d’un type social et Physiologies

 

10 h – Emmanuelle Retaillaud-Bajac, Université de Tours

Histoire d’un type social et littéraire

 

10h 25- Jean-Didier Wagneur, Conservateur BNF

« La Parisienne dans les Physiologies »

Pause

11h 15 -Alex Lascar, Docteur d’Etat

« La Parisienne de  Gozlan »

 

11h 40 – Jean de Palacio, Paris IV Sorbonne

« La Parisienne : entre l’être et le néant »

Déjeuner

Modes de vie

14 h- Véronique Cnockaert, Université du Québec à Montréal

« Territoires de la Parisienne.»

 

14 h 25 – Marie Ange Voisin Fougère, Université de Bourgogne

« La Figure de la Parisienne à la grande porte de l’Exposition  1900. »

Pause

15 h 15 – Joëlle Ponnier, ITEM CNRS Goncourt

« La Parisienne au bal »

 

15 h 40 – Gabrielle Melison, Université de Lorraine

« Figures de Parisiennes dans les interviews d’Alphonse Daudet »

 

Vendredi 17 janvier 2014

 

9h 30

II La Parisienne au miroir des Arts

 

9h 30- Françoise Tétart-Vittu, Historienne d’art et du costume, ancien responsable du cabinet des arts graphiques du musée Galliera.

« La Parisienne et l’art de la mode »

 

9h 55- Philippe Thiébaut, Conservateur général du patrimoine

« La Parisienne dans la rue, dans la peinture impressionniste. »

 

10h 20- Cyril Barde, Doctorant Paris 8

« La Parisienne 1900. Reine de l’attitude et princesse du geste. »

Pause

11h 15 Myriam Kohnen, ITEM Zola  (Luxembourg)

« La Parisienne dans l’œuvre d’Hector Malot »

 

11h 40 – Noëlle Benhamou, ITEM CNRS Zola

« La Parisienne au Bois dans la fiction de 1850 à 1914 : victoire du corps féminin, défaite de la femme ? »

 

III. La Parisienne et la Mode

 

14 h- Muriel Berthou-Crestey, ITEM (CNRS – UMR 8132 – ENS)

« La Comtesse de Castiglione. Reflet de l’élégance parisienne. »

 

14 h 25-Aurélia Moulin, Doctorante Paris IV Sorbonne

« La Parisienne dans le périodique de mode »

 

14 h 50 – Gaëlle Viémont, Doctorante Université de Strasbourg, costumière de théâtre

« Les couturières : agents anonymes du mythe de la Parisienne, ambassadrices de la Mode »

Pause

La Parisienne au théâtre

 

15 h 45 – Guy Ducrey, Université de Strasbourg
«La Figure et la  Forme: Parisiennes du théâtre de moeurs à la fin du XIXe siècle.»

 

16 h 10 – Hanan Hashem, Doctorante Université de Strasbourg,

« Mondaines et demi-mondaines dans le Théâtre du Second Empire »

 

Université d’Angers

Jeudi 30 janvier 2014

MSH Amphi Germaine Tillon

 

9h 30 : Accueil

 

IV La Parisienne, une héroïne littéraire

 

10 h- Jean-Louis Cabanès, Université Paris Ouest Nanterre

La Parisienne : variations du Journal des Goncourt.

 

10 h 25 – Hemlata Giri, Doctorante Université de Paris III Sorbonne-Nouvelle

« La Parisienne à la bicyclette dans Paris (1898) d’Emile Zola »

 Pause

11h 15 – Simona Montini, Université de Paris III (Arts du Spectacle)

« La Parisienne » d’Henry Becque : une figure contradictoire aux contours incertains ? »

 

11h 40 Sophie Pelletier, Université de Québec à Montréal

« La Célibataire parisienne : mademoiselle Vatnaz, icône d’un livre sur rien. »

 

Déjeuner

14h – Anna Kaczmarek, Université d’Opole (Pologne)

« La grâce facile d’une Parisienne déjà lasse et rompue à tous les sujets… » : la bourgeoise et la grande mondaine dans le Paris de Pot-Bouille et de La Curée d’Emile Zola

 

14 h 25 – Sébastien Roldan, Université de Québec à Montréal

« La Parisienne, un fléau naturaliste. »

Pause

15 h 15 –  Nolwenn Pamart, Doctorante Paris IV-Sorbonne

« Sur quelques figures parisiennes dans l’œuvre de Jean de Tinan »

 

15 h 45 – Cyril Piroux, Chercheur associé au Centre Jacques Petit (Université de Franche-Comté)

Les dessous de la Parisienne. Figures féminines interlopes dans quelques romans des années 20.

 

18 h 00 Réception offerte par la mairie au Musée des Hospices Saint Jean

20 h Dîner

 

Vendredi 31 janvier 2014

 

9h 30 -Jean-Sébastien Macke, ITEM CNRS

« La Parisienne en chansons »

Souvenirs et correspondances

9h 55   Anne-Simone Dufief , Université d’Angers

« L’Enfance d’une parisienne Julia Daudet »

 

10h 20 – Virginie Meyer, BNF

« Aspasie, Marguerite, Georgette : trois générations de Parisiennes autour de l’éditeur Georges Charpentier »

Pause

11h 15 Edouard Galby-Marinetti, Université de Montpellier

« Les Parisiennes, auteurs et héroïnes sociales dans les carnets du siège de Paris (septembre 1870 – janvier 1871) »

 

11 h 40 – Pierre Dufief, Université de Paris Ouest

« Portraits de Parisiennes : Octave Uzanne. »

Déjeuner

V La Parisienne à l’étranger

 

14 h – Silvia Disegni, Université Federico II, Naples

« La Parisienne de Vallès. »

 

14 h 25 – Valérie Boulain, Université de la Réunion

« Adieu Paris !… L’écriture de l’appartenance par la Parisienne en voyage du Second Empire

aux Années Folles. »

 

– 14h 50 Jean-Pierre Ricard

« Paul Bourget, la Parisienne et les autres. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parution: Dumas critique

Parution

DUMAS Critique

sous la direction de Julie ANSELMINI

264 p, 2013
Collection Médiatextes
ISBN : 978-2-84287-600-5

On connaît Dumas père comme romancier, dramaturge, conteur et journaliste. En revanche, on considère généralement qu’il n’a rien d’un théoricien et que son oeuvre, adressée au grand public, n’a aucune dimension réflexive. Son discours sur la littérature (celle d’autrui et la sienne), discours aussi abondant que polymorphe, révèle au contraire une pensée d’une grande richesse.
Comment Dumas affirme-t-il, entre dénégation et revendication, un statut original d’auteur critique ? Sur quels supports élabore-t-il sa réflexion, et dans quels cadres énonciatifs (articles de journaux, causeries, lettres, mémoires, préfaces, passages métadiscursifs de son oeuvre fictionnelle…) ? Quelles sont les modalités de son écriture critique, et comment s’inscrit-il dans les débats littéraires de son temps ? Quelles idées, enfin, exprime-t-il sur la littérature, et quelle vision a-t-il de l’histoire littéraire ? Voilà quelques-unes des interrogations que l’ouvrage prend à coeur d’explorer, afin de mettre en lumière un aspect de Dumas méconnu : celui d’un écrivain éminemment conscient des moyens et des fins de la Littérature.

SOMMAIRE
Remerciements

Avant-propos J. ANSELMINI

Première partie. Dumas dans l’arène critique
CHAPITRE I Dumas dans la polémique autour de la « littérature facile »
A.-M. CALLET-BIANCO
CHAPITRE II Leçons de critique (1836-1838) S. CARVALHOSA
CHAPITRE III Alexandre Dumas contre Jules Janin. Le duel des critiques
S. MOMBERT

Deuxième partie. Dumas critique dramatique
CHAPITRE IV Dumas critique et « théoricien » du théâtre à l’époque romantique
B. T. COOPER
CHAPITRE V Dumas critique de son propre théâtre dans Mes Mémoires, S. ARTHUR
CHAPITRE VI Dumas métathéâtral : réflexions dramatiques en contrebande, S. ROBARDEY-EPPSTEIN
CHAPITRE VII Du théâtre au roman : Dumas spectateur et lecteur de Mauprat (G. Sand)
M. PRÉVOST

Troisième partie. La création romanesque au miroir
CHAPITRE VIII Dumas lecteur de Flaubert – et vice versa, V. FRIGERIO
CHAPITRE IX L’art et les artistes dans Les Mohicans de Paris, J. ANSELMINI
CHAPITRE X Mélancolie de Dumas. L’Histoire et les histoires, S. THOREL
CHAPITRE XI La « ligne rêveuse de la poésie » : poétique de la représentation de l’Histoire dans quelques romans d’Alexandre Dumas, I. SAFA

Quatrième partie. Critique, réemplois, modes d’emploi
CHAPITRE XII Dumas en Froissart : le romancier et le chroniqueur, P. VICTORIN
CHAPITRE XIII Quand Dumas traduit, adapte, transpose la littérature européenne, quel critique est-il ? Ch. PRÉVOST
CHAPITRE XIV Dumas, auteur critique en second, Ch. GRIVEL
CHAPITRE XV De la plume et de la cuillère à pot, C. SCHOPP

Bibliographie, Présentation des auteurs

Parution: éditions critiques: George Sand, La Tour de Percemont et Malgrétout

George Sand
Oeuvres complètes

Sous la direction de Béatrice Didier
1876
La Tour de Percemont
Édition critique par Dominique Laporte
2013. No 140. 1 vol., 248 p., relié, 15 × 22 cm. ISBN 978-2-7453-2295-1. 65 €

Ultime roman achevé de George Sand, La Tour de Percemont, dont l’histoire est datée de 1873 et située en Auvergne, consacre le républicanisme modéré après la Commune de Paris. Le récit est pris en charge par un narrateur dont la profession d’avocat emblématise l’essor socioéconomique de la bourgeoisie provinciale.
Ce modèle patriarcal du républicain initie de jeunes gens à leurs futures responsabilités matrimoniales et familiales, qu’il oppose à la mauvaise influence d’une marâtre et à l’éducation offerte par les congrégations religieuses. Son pouvoir laïc a raison non seulement du cléricalisme, mais aussi du monarchisme en déclin. Or, le manichéisme marquant le roman conjure malaisément la hantise d’un retour aux « convulsions » des pétroleuses, que connote la folie imputée à un
personnage de jeune fille rebelle, mais assujettie aux règles de la bourgeoisie plutôt que condamnée à la marginalité.

Dominique Laporte enseigne à l’Université du Manitoba (Canada). Il a publié des articles sur le roman et le théâtre français du XIXe siècle. Il poursuit des recherches sur la littérature populaire et les relations France-Canada français.

George Sand
Oeuvres complètes

Sous la direction de Béatrice Didier
1870, I
Malgrétout
Édition critique par Dominique Laporte
2013. No 141. 1 vol., 336 p., relié, 15 × 22 cm. ISBN 978-2-7453-2296-8. 85 €

Considéré depuis sa parution en 1870 comme un roman à clef sur l’Impératrice Eugénie, Malgrétout peut être lu comme une oeuvre charnière instruisant le procès du capitalisme et de l’embourgeoisement sous le Second Empire, tout en laissant entrevoir une issue à l’impasse politique par l’intermédiaire de l’art et de l’instruction populaire. Avant que la IIIe République n’institue l’identité nationale de la société française moderne, l’idéal républicain au coeur du récit motive la recherche d’un équilibre entre les valeurs sociofamiliales, la préservation des patrimoines naturels et régionaux, et la culture cosmopolite née du triple essor des transports, des communications et des loisirs. À la jonction de la tradition et de la modernité, Malgrétout soulève au fond les enjeux interculturels auxquels se mesure la société française dans l’histoire de sa démocratisation depuis la Révolution.

Dominique Laporte enseigne à l’Université du Manitoba (Canada). Il a publié des articles sur le roman et le théâtre français du XIXe siècle. Il poursuit des recherches sur la littérature populaire et les relations France-Canada français.

Parution: Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve (dir.) Le rire moderne

Le Rire moderne

Sous la direction d’Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

Paris : Presses universitaires de Paris Ouest, coll. « RITM (Recherches Interdisciplinaires sur les Textes Modernes) », 2013

EAN9782840161615

470 p.

Prix : 22EUR

Présentation de l’éditeur :

La France d’Ancien Régime était celle de la « gaieté » et de l’« esprit ». Avec la Révolution, commence le temps du rire moderne : d’un rire franc, dévastateur, protéiforme, et faisant flèche de tout bois (de l’ironie, de la parodie, de la satire, mais aussi des brindilles du calembour ou de la blague).

Ce rire naît des convulsions de la Révolution. Il sape l’autorité triste des rois de la Restauration. Il triomphe dans le Paris louis-philippard, pour le plus grand plaisir du Bourgeois qui ne se lasse jamais de sa propre caricature. Il constitue le plaisir ordinaire d’une bohème entrée en dissidence contre toutes les formes de sérieux. Il trouve sa consécration sous la Troisième République, avec le Chat noir et ses avatars fin de siècle.

Phénomène de société, le rire moderne est au cœur des inventions esthétiques du xixe siècle. Il inspire les journalistes, les poètes, les artistes et le monde de la scène. Il envahit les formes mineures de création culturelle aussi bien que les grandes œuvres du canon. En voici le premier panorama raisonné, issu du travail collectif de vingt-huit spécialistes, historiens de la littérature, des arts ou de la culture.

Sommaire

Introduction

Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

Le rire et la société. Le propre de l’homme moderne

Alain Vaillant

Physiognomonie du rire

Anca Parvulescu

La crise du rire au xixe siècle : autopsie d’un lieu commun

Marie-Ange Fougère

De Bièvre à Brisset : du calembour de salon au calembour cosmique

Bernard Champion

Buchoz-Hilton, le rire fou de « la Poire-Molle »

Fabrice Erre

Le rire parlementaire. Une petite histoire des (Rires) de 1830 à 1851, ou l’apprentissage de la démocratie par le comique

Dominique Dupart

Rire en Chambre : le comique parlementaire au début de la IIIe République

Jean Ruhlmann

Le rire et la littérature. Le rire cénaculaire

Vincent Laisney

Les rapports circulaires du rire et de l’horreur dans le genre frénétique

Émilie Pezard

Rire dans le genre et rire du genre, pratiques sérielles et humour dans le roman d’aventures

Matthieu Letourneux

Le rire de Choses vues

Gabrielle Chamarat

Le rire épistolaire : un rire de contradictions. L’exemple Flaubert

Thierry Poyet

« La tyrannie de l’imprimé » déjouée

Hélène Bauchard

Rodolphe Salis et Émile Zola : rencontres chatnoiresques

Catherine Dousteyssier-Khoze

Le rire fantaisiste

Amandine Cyprès

Le rire et l’imprimé. Modernités du rire de réemploi. Les « Physiologies » ou l’art d’accommoder les restes

Valérie Stiénon

Parodies de journaux ou journaux pour de rire

Marie-Ève Thérenty

Le rire sous (petite) presse : le cas du Corsaire-Satan (1844-1847)

Sandrine Berthelot

Satires en trois mots : le dictionnaire pour rire

Denis Saint-Amand

Penser le rire au xixe siècle à travers les Histoires de la caricature

Michela Lo Feudo

Naïveté et régression ludique : les premiers pas de la bande dessinée au xixe siècle

Camille Filliot

Histoire de l’invalide à la tête de bois (improbable épiphanie du corps glorieux)

Charles Grivel

Le rire et les spectacles. Dérive, déliaison, délire : Odry dans la parade des Saltimbanques, ou le rire en 1838

Olivier Bara

Zola et le rire de Labiche

Silvia Disegni

Le pince-sans-rire a-t-il le mot pour rire ? L’exemple de Vincent Hyspa au cabaret

Carol Gouspy

Du rire à travers les arts : l’ironie dans l’adaptation littéraire d’un « échec » musical

Victoria Llort Llopart

Pantomime et vaudeville : le rire entre le pire et le dire

Jérôme Solal

La pantomime fin de siècle, caprice moderne