Archives par mot-clé : histoire culturelle

Appel : « Les séries télévisées et l’Histoire »

« Les séries télévisées et l’Histoire »

Appel à communication, avant le 30 septembre 2016, pour une journée d’étude (CRIHAM / EHIC)
Jeudi 27 avril 2017, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université de Limoges

 

Image : Cillian Murphy dans “’Peaky Blinders’

Avec Marc Ferro et Pierre Sorlin, les historiens s’intéressent au cinéma depuis longtemps, mais c’est au livre de Christian Delage et Vincent Guigueno L’Historien et le film que l’on doit d’avoir profondément renouvelé les problématiques du rapport entre le cinéma et l’histoire. Le Cinéma est donc un domaine de recherche qui, en acquérant une légitimité scientifique, a vu ses méthodes et ses enjeux évoluer en profondeur. Le temps serait-il venu de voir les séries télévisées suivre le même processus ?

La forme sérielle apparaît avec la culture médiatique, dès les années 1830. Un siècle plus tard, elle a gagné différents supports, dont celui du premier cinéma puis des fictions télévisuelles, sans véritablement éveiller l’attention académique. L’essor de séries d’auteur, portées par un projet esthétique, a toutefois considérablement changé le regard porté sur cet objet. Ces dernières années, la bibliographie critique s’est étoffée, avec la naissance de collections dédiées. Les spécialistes de séries TV voient leurs objets intégrer le champ des productions légitimes et dépasser le stade de supports populaires Continuer la lecture de Appel : « Les séries télévisées et l’Histoire »

Soutenance de thèse: « L’encadrement des publications érotiques »

« Sens interdits : l’encadrement des publications érotiques en France des années 1920 aux années 1970 »

thèse présentée par Madame Anne Urbain, sous la direction de Monsieur Jean-Yves Mollier.

Date : Le lundi 7 décembre à 13h30

Lieu : Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines Bâtiment d’Alembert Salle des Thèses – 2ème étage 5-7 Boulevard d’Alembert 78047 Guyancourt

Membres du jury :

Laurent MARTIN, Professeur des Universités, à l’Université de Paris III Sorbonne-Nouvelle – Rapporteur Olivier BESSARD-BANQUY, Professeur des Universités, à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 – Rapporteur Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Directeur de thèse Serge LINARES, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Examinateur Pascal ORY, Professeur des Universités, à l’Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne – Examinateur Discipline : Histoire, histoire de l’art et archéologie

Résumé : Depuis le milieu des années 1970, l’encadrement juridique des publications érotiques n’a pas connu, en France, d’évolution majeure. Continuer la lecture de Soutenance de thèse: « L’encadrement des publications érotiques »

Parution : « Les Trente Glorieuses du téléspectateur »

Les Trente Glorieuses du téléspectateur : Une histoire de la réception télévisuelle des années 1950 aux années 1980

Géraldine Poels, Ina Editions, Collection « Médias essais », ISBN 978-2-86938-227-5, Avril 2015, 420 p.

trenteglorieuses

Raconter la télévision non plus du point de vue de ceux qui la font, mais du point de vue de ceux qui la regardent : ce changement de perspective représente à la fois un défi méthodologique et une approche iconoclaste qui met à mal certains mythes, à commencer par celui du téléspectateur fasciné, un peu naïf et souvent passif.

Cet ouvrage propose donc une autre histoire de la télévision, celle de la réception et des publics, à partir d’une hypothèse : les manières de regarder la télévision, le sens qu’on donne à ces pratiques, sont historiquement déterminées. Continuer la lecture de Parution : « Les Trente Glorieuses du téléspectateur »

Colloque : « Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle »

Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

9-10 avril 2015, Université Paris 13, Institut Galilée, salle Darwin

Organisatrices : Valérie Stiénon et Elina Absalyamova

Le XIXe siècle est assurément l’âge de la lecture. Traversé par un double mouvement d’alphabétisation et de croissance démographique, il voit le lectorat s’étendre à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Dans les foyers, les cafés, les cercles et les cabinets de lecture, c’est l’imprimé à diffusion périodique qui attire à lui l’essentiel de ce nouveau public. Le journal offre une alternative majeure au livre, moins coûteuse et plus accessible. Plus immédiate, aussi, puisqu’il construit avec ses destinataires un système d’adresses et de réponses autour de l’actualité socioculturelle. Du courrier des lecteurs au droit de réponse, en passant par la causerie, le badinage, la note et la lettre ouverte, variés sont les moyens dont il dispose pour donner, réellement ou fictivement, la parole à ses lecteurs.

Plus qu’une figure de récepteur à émouvoir, éduquer ou moraliser, le lecteur devient véritablement une « voix » qui investit les nouveaux espaces d’_expression_ de la civilisation du journal alors en constitution en France. Commenter les faits divers, orienter l’intrigue du roman-feuilleton et réagir à la parution d’une oeuvre deviennent autant d’initiatives accessibles au plus grand nombre. En associant l’étude des imaginaires médiatiques à la poétique du support et à l’histoire culturelle, ces deux journées ont pour objectif d’éclairer les rôles et les statuts du lectorat tels qu’ils sont décelables dans la textualité du journal. Que nous apprend celle-ci sur la participation des lecteurs au dialogue créatif avec les producteurs, à la configuration des genres, à la promotion des oeuvres, aux définitions de l’écrivain en régime médiatique ?

PROGRAMME

Continuer la lecture de Colloque : « Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle »

Au théâtre! La Sortie au spectacle XIXe-XXIe siècles

 

Aller au spectacle, à l’époque contemporaine, est une activité relativement banale et pratiquée dans toutes les parties du monde, selon toutefois des modalités et des enjeux qui varient considérablement dans le temps et l’espace. L’objet des quinze études réunies dans ce volume est d’étudier ce phénomène dans toute sa variété. De la fin du XVIIIe siècle à nos jours, de l’Amérique latine à la Russie en passant par Londres et Paris, Au théâtre ! en présente les différents aspects. Attente dans la queue, trafic de billets, goûts et stratégies sociales, codes et rituels, petits métiers liés à la sortie : tous ces éléments et bien d’autres sont ici analysés pour mieux appréhender cette expérience singulière qu’est la sortie au spectacle.

CFP – Special Issue of *Jeunesse* on Mobility

Jeunesse: Young People, Texts, Cultures invites essay submissions for a special issue addressing mobility in relation to youth texts and culture(s). We welcome essays that consider registers of race, class, gender, and disability. Essays should be between 6,000 and 9,000 words in length and prepared for blind peer-review.

Mobility invites us to think about bodies, identities, and agency from diverse disciplinary and methodological perspectives. Im/mobility can be many things: geographic, physical, ideological, imaginative, temporal, social. What are some of the ways that we might analyze this amorphous—in fact, mobile—topic in light of young people, their texts, and their cultures?

Submissions are requested by: 30 June 2015.

Continuer la lecture de CFP – Special Issue of *Jeunesse* on Mobility

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 Des bibliothèques populaires à la lecture publique,   Coordonné par Agnès Sandras, publié aux Presse de l’Enssib, juin 2014, 42 euros

Au XIXe siècle, une myriade de bibliothèques dites « populaires » se créent Continuer la lecture de Des bibliothèques populaires à la lecture publique

Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

presse

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Projet de colloque à l’Université Paris 13, premier trimestre 2015.

Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Pléiade)

 

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et de la lecture publique, le XIXe siècle est le témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Continuer la lecture de Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Appel à communications: "L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies"

Appel à communications

« L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies« 

journée d’études qui se tiendra à Paris le vendredi 12 septembre 2014. 


source : gallica.bnf.fr
Journée d’études co-organisée par le French Media Research Group (Newcastle University), le CHCSC (Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) et le GRIPIC (Celsa Paris-Sorbonne)

Les propositions de communication (500 mots environ) accompagnées d’une présentation de l’auteur doivent être adressées à Emmanuelle Fantin (emmanuellefantin@gmail.com) et Thibault Le Hégarat (thibault.lehegarat@gmail.com), avant le 20 mai 2014.

La journée d’études se tiendra à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne le vendredi 12 septembre 2014.

Comité d’organisation :
Emmanuelle FANTIN, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Thibault LE HEGARAT, CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Télécharger le texte de l’appel [PDF – 35 Ko]

Définissant la nostalgie comme le « beau regret du passé », les historiens du culturel[1] rappellent la double portée de la notion : tout en continuant de faire référence à son sens originel, celui de la peine causée par un espace perdu, la nostalgie renvoie désormais davantage au regret « d’un temps qui ne reviendra plus ». Exprimant une forme de remémoration et de regard porté sur le passé, la nostalgie a trouvé dans le champ médiatique un espace d’expression privilégié. Par l’étude de ces discours, il nous est possible de constater la diversité des formes du sentiment nostalgique et de son expression. On pense par exemple au mouvement rétro[2] dont les médias se nourrissent tant dans leurs contenus que dans leurs formes, oscillant entre pastiche, hommage et recyclage. Quels sont les dispositifs médiatiques à l’œuvre pour soulever le sentiment nostalgique, et comment les analyser ? Pour Svetlana Boym[3] et Hartmut Rosa[4], la nostalgie est l’une des composantes inhérente au progrès et à la modernité. La banalisation du sentiment nostalgique dans les médias doit-elle alors être comprise comme un biais incontournable de l’appréhension médiatique du passé? Par ailleurs, la nostalgie s’insère dans le chantier plus large de l’étude des discours mémoriels dans les productions médiatiques.

Les multiples liens entre médias et mémoire ont déjà été explorés dans de nombreuses études. Dans ses travaux, l’historienne Isabelle Veyrat-Masson[5] a successivement analysé l’histoire à la télévision française et les affrontements mémoriels dans les médias. Katharina Niemeyer[6] a quant à elle posé la question de l’écriture de l’histoire dans et par la télévision, interrogeant en particulier les commémorations d’événements. Nourrie des écrits fondateurs de Pierre Nora[7] sur la mémoire, elle envisage le journal télévisé comme un « lieu-de-mémoire-en-mouvement ». Loin d’être de simples vecteurs du passé, les médias seraient de véritables « opérateurs de mémoire »[8], des interprètes contribuant à la constitution des représentations collectives du passé, et en mesure de concourir à la mythologisation du passé.

Dans le sillon de ces études, nous souhaitons prolonger la réflexion sur les interactions entre médias, mémoires et nostalgies autour de la notion spécifique de l’âge d’or. A l’origine, il désigne le mythe du premier âge de l’humanité relaté par Hésiode, âge caractérisé par un imaginaire de paix et de bonheur insubmersibles. L’étonnante plasticité de ce mythe lui a permis, traversant le temps et les traditions, de se muer en lieu commun pour qualifier une période d’apogée révolue, source immuable d’idéalisation et de sentiment nostalgique. L’âge d’or est donc toujours construit a posteriori : il sous-tend en creux une rupture avec le temps présent habitée par l’idée d’un appauvrissement, d’un déclassement par rapport au passé.

L’enjeu de cette journée d’étude sera donc d’interroger les processus médiatiques d’idéalisation du passé : l’âge d’or pourra être compris comme une modalité spécifique de la nostalgie dans et par les médias. Certaines représentations médiatiques du passé tendent en effet à mythifier des périodes historiques ; il s’agit de fait d’une forme de sélection et de construction mémorielle qui repose sur une perception sublimée du passé. Ces discours et mises en scène se déploient à travers des leviers rhétoriques et esthétiques de glorification du passé, contribuant ainsi à la diffusion et la popularisation de ces intangibles âges d’or. Ces mythes d’âges d’or peuvent se rapporter à une période tout entière – les Trente Glorieuses, La Belle Epoque, les années folles, etc. –, à des objets et des pratiques médiatiques plus spécifiques – l’âge d’or de la presse quotidienne ou de la radio familiale –, ou à des courants culturels et à leur production – l’âge d’or du cinéma hollywoodien, du roman populaire ou de la fiction historique à la télévision.

L’âge d’or peut être appréhendé à travers diverses approches conceptuelles. Se pose en premier lieu la question des enjeux sous-tendus par le recours à un passé magnifié. Ce regard spécifique porté sur le passé émane-t-il d’un jugement critique du temps présent et d’une méfiance envers le futur ? Les mass medias seraient-ils un lieu privilégié de l’expression de mythes de l’âge d’or ? Les médias instrumentalisent-ils les âges d’or pour asseoir leurs propres légitimations ? Est-il possible d’identifier des groupes porteurs de ces mémoires idéalisées de temps passés, et quels sont les modalités et les objectifs de leurs constructions mémorielles ? La variété des représentations et des dispositifs nostalgiques invite également à d’interroger sur les mécanismes et les processus dont il est fait usage : quelles sont les rhétoriques discursives et médiatiques à l’œuvre ? Est-il possible de définir les pratiques nostalgiques de l’âge d’or dans et par les médias ?

Cette journée d’étude consacrée à l’âge d’or dans les médias souhaite ouvrir la discussion à toutes les formes médiatiques – de l’information à la fiction – ainsi qu’à tous les supports. Les productions contemporaines seront interrogées, en remontant jusqu’au début du XXe siècle. Les périodes représentées, en revanche, peuvent être plus lointaines; nous espérons recueillir des propositions couvrant au moins les XIXe et XXe siècles – la Belle Epoque constitue un exemple pertinent de remémoration idéalisée a posteriori d’une époque révolue.

> Axes thématiques suggérés :

– Représentations et reconstructions idéalisées du passé dans et par les médias
– Les « formats » de l’âge d’or : anthologies, commémorations, souvenirs médiatiques…
– Les dispositifs et processus nostalgiques dans les médias
– Les enjeux et stratégies médiatiques d’invitation à la nostalgie d’un âge d’or
– L’âge d’or des médias : âge d’or du cinéma, de l’affiche publicitaire, de la télévision, etc.

Comité scientifique

Karine BERTHELOT-GUIET, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Hugh DAUNCEY, FMRG, Newcastle University
Christian DELPORTE, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Katharina NIEMEYER, CARISM, IFP-Université Panthéon-Assas
François ROBINET, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Julien TASSEL, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Christopher G. TINKER, FMRG, Heriot-Watt University


[1] Christian Delporte, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli (dir.),  Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, Quadrige/PUF, 2010, notice « Nostalgie » par Sylvain Venayre.

[2] REYNOLDS, Simon, Rétromania, Marseille, Le Mot et le Reste, 2012.

[3] BOYM, Svetlana, The future of nostalgia, New York, Basic Books, 2001.

[4] ROSA, Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La découverte, 2010.

[5] VEYRAT-MASSON, Isabelle, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran. Paris, Fayard, 2000.

[6] NIEMEYER, Katharina, De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001. Le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire. Lausanne, Antipodes, 2011.

[7] NORA, Pierre, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

[8] MERZEAU, Louise et WEBER, Thomas (dir.), Médias et mémoire, Paris, Avinus, 2010.

 

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Conférence: E. Dreux, Premiers burlesques et subversion au cinéma, Séminaire "Subversions", mardi 6 mai, InTRu, Univ. de Tours

Emmanuel DREUX

« Premiers burlesques et subversion au cinéma »

Séminaire « Subversions »

mardi 6 mai

Laboratoire InTRu, Université de Tours

Le séminaire « Subversions », organisé par le laboratoire InTRu de l’Université François Rabelais, se poursuit le mardi 6 mai prochain (17h-20h) en salle 325, avec une intervention de Emmanuel DREUX : «Premiers burlesques et subversion au cinéma»

 Un landau qu’on écrase, un bébé qu’on écartèle, un piano dans lequel on vomit. Des policiers en tutus, des courses à dos de belles-mères, des tribunes officielles balayées par une lance d’incendie. S’armer d’odeurs putrides, répandre des viscères, lancer des projectiles salissants à la tête de tout ce qui s’érige en valeur et principes. Ce sont quelques-unes des images et actions renversantes que donne à voir le premier cinéma comique et burlesque, européen et américain. Cette séance se propose d’explorer les capacités subversives et la puissance de tir de cette machine de guerre quasi spontanée – elle a ses origines spectaculaires et graphiques, qui seront évoquées – machine qui surgit, sans plan ni programme, mais massivement et faisant feu de tout bois, à la naissance et à l’adolescence du cinéma. Machine qui a pu donner naissance à quelques bâtards, aux figures d’opposition et de contradiction radicale et systématique que sont Charlot, Laurel et Hardy, les Marx, W.C. Fields…

Cette intervention sera suivie d’un débat animé par Valérie VIGNAUX (Arts du spectacle, Université de Tours).

Le programme des séances est disponible en ligne :

http://intru.hypotheses.org/1658