Archives par mot-clé : genres populaires

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

 

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

Université Paris 13 et BNF

les 13, 14 et 15 avril 2016

Télécharger ici le programme

Le XIXe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Ces différents facteurs induisent une « spécialisation du roman », c’est-à-dire une division du genre romanesque en de multiples sous-genres. Roman noir, personnel, sentimental, historique, d’aventures, de mœurs, de cape et d’épée, mondain, psychologique, scientifique ne sont que quelques-unes des catégories permettant aux contemporains de fragmenter un domaine romanesque devenu immense. Cette multiplication est facilitée par la possibilité de définir un genre à partir de nombreux critères, plus ou moins pertinents. D’autres genres ont été oubliés : qui se souvient du roman ecclésiastique ou du roman militaire ? Alors que de nombreux travaux ont déjà permis de préciser les connaissances sur un genre particulier, nous souhaiterions porter un regard englobant et transversal sur cette division du roman en de multiples genres, qui nous semble constituer un enjeu majeur pour l’étude de la production littéraire au XIXe siècle.

 

Parution : Les Frères Coen en poche

Julie Assouly, L’Amérique des frères Coen

CNRS Editions « Biblis », 2015

l-amerique-des-freres-coen

L’ouvrage de 2012 (CNRS Editions) reparait dans la collection de poche à 10 euros  :

Les frères Coen, « réalisateur à deux têtes », tandem farouchement inclassable, paire prodigieuse révélée au grand public par Arizona junior (1987), dressent un tableau désopilant de l’Amérique profonde. Comédies, westerns, films noirs : ils ont subverti les conventions du film de genre pour créer un néo-cinéma ambitieux, nourri de clins d’oeil rétro aux séries B, aux grandes productions hollywoodiennes, au polar, et à la peinture réaliste américaine…

Julie Assouly nous invite à un voyage passionnant au cœur de cet univers, Continuer la lecture de Parution : Les Frères Coen en poche

Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Appel à contributions

Troisième numéro de la revue en ligne À l’épreuve : «  Genres et enjeux de légitimation »

Image : dessin de Benjamin Roubaud, 1842. « La Grande Chevauchée de la Postérité »

Reposant sur l’établissement de contrastes qui permettent de dégager des traits distinctifs pertinents, l’activité classificatoire se trouve au cœur des processus d’élaboration des savoirs. En littérature et plus généralement dans les arts, c’est la notion de « genre » qui sert à opérer un ensemble de discriminations indispensables au travail de conceptualisation de divers pans de la production culturelle.

Bien que génératrice de nombreuses taxinomies dont on peut facilement mesurer l’efficacité pratique dans notre vie quotidienne – des étiquettes comme « polar » ou « rap » aident non seulement la pensée à reconnaître immédiatement une forme particulière mais également le potentiel acheteur à s’orienter vers ou tel ou tel rayonnage en fonction de ses goûts –, il s’agit de l’une des notions théoriques les plus nébuleuses et par là-même des plus polémiques.

Et cela parce qu’elle fait, selon les cas, entrer en jeu des critères taxinomiques très divers. Tentant d’en résumer la totalité dans le domaine littéraire, Daniel Couégnas énumère : Continuer la lecture de Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Journée « Genres littéraires et fictions médiatiques »

Genres littéraires et fictions médiatiques

Journée d’étude organisée à l’université de Limoges

Le 17 novembre 2015

par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

avec le soutien de l’équipe d’accueil EHIC et de l’école doctorale LPAH

Affiche-JE-genres fictions

 Programme

Continuer la lecture de Journée « Genres littéraires et fictions médiatiques »

Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Colloque

Les genres du roman au xixe siècle

Université Paris 13, les 14-15 avril 2016

Le xixe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman[1] » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Continuer la lecture de Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Appel: Au-delà des frontières : Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

fantasy sci fi 

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières :

Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

(XXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Université Bordeaux Montaigne

 

clare.u-bordeaux3.fr

telem.u-bordeaux3.fr

 

15-16-17 octobre 2014

Auditorium de la Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)

Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac)

 

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? »[2].

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[3], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[4] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[5].

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

 

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

 

Les propositions de communication (2000 signes maximum; format word, police time new roman, taille 12) seront à envoyer avant le 1er mai 2014 au comité scientifique :

d.gachet@orange.fr ; natvd@cegetel.net ; flonicoplet@free.fr

 

Les communications seront limitées à 25 minutes par participant.

 

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

 

Écrivains invités (selon leurs disponibilités)

– Pierre Bordage

– Lionel Davoust

– Laurent Queyssi

– Xavier Mauméjean

 

 

Partenaires :

Région Aquitaine

Mairie de Bordeaux

Service culturel Université Bordeaux-Montaigne

Association du CERLI

Association Modernités médiévales

 

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora » Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

 

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

Enregistrements audio et vidéo consultables sur :
http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=1236

 


[1]              Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.

[2]              Ibid.

[3]              Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.

[4]              Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[5]              Ibid.

 

Parution/ressources: Marginalia 80

marginalia

Parution du n° 80 de Marginalia

Marginalia

Bulletin bibliographique des études sur les littératures et le film populaires

Créé en 1993, Marginalia recense les études sur les genres suivants : la science-fiction, le fantastique, la fantasy, le roman policier et d’espionnage, le western, la bande dessinée, la littérature érotique, le roman de guerre et le récit historique et d’aventures.
First published in 1993, Marginalia is a bibliographic bulletin of secondary sources on the following literary and filmic genres : science-fiction & fantasy, the fantastic, gothic, horror, mysteries & detective fiction, comics & cartoons, westerns, erotica, war stories and historical novel.

 

Colloque: American Mysteries: Urban Crime Fiction

 quaker

American Mysteries: Urban Crime Fiction from Eugène Sue’s Mysteries of Paris to the American Noir & Steampunk

February 26-28 & March 1, 2014
Interdisciplinary Humanities Center
UC Santa Barbara
In collaboration with
Université Montpellier III-RIRRA 21 (France)

 

 

 

Wednesday, February 26, 4:00-5:15pm
Location: Old Little Theatre, College of Creative Studies
Caroline Allen (UC Santa Barbara) and writer & director Jean-Christophe Valtat (Université Montpellier 3-Rirra 21, France) will read from and speak on the two volumes of Valtat’s trilogy Mysteries of the New Venice: Aurorarama and Luminous Chaos in the College of Creative Studies Literature Symposium.

***

Location: McCune Conference Room, Interdisciplinary Humanities Center,
Humanities and Social Sciences Building 6th floor

 

Thursday, February 27, Opening of the Colloquium

5:00pm: Welcome by David Marshall, Dean of Humanities and Fine Arts
& Introduction by Dominique Jullien and Catherine Nesci, co-organizers (UC Santa Barbara)

 

5:30pm: Plenary Session #1
Moderator:  Patricia C. Cohen (UC Santa Barbara)

Paul J. Erickson (American Antiquarian Society)

“The Mysteries and Miseries of Small Cities: The Geographic Reach of City-Mysteries Fiction in Antebellum America”

 

 

Reception:  6:45-7:30pm

 

***

Friday, February 28

 

Session I, 9:00am-12:15pm: Urban Gothic? Poverty and Prostitution from Sue’s Mysteries of Paris to Lippard’s The Quaker City and Beyond
Moderator: Dominique Jullien (UC Santa Barbara)

 

–          Carolyn Betensky (University of Rhode Island): “The Spectral Working-Class Reader in Les  Mystères  de Paris

 

–          Elizabeth Erbeznik (Northern Illinois University): “Saving Working-Class Women from Eugène Sue’s Paris”

Coffee Break: 10:15-10:30am

 

Moderator: Erika Rappaport (UC Santa Barbara)

–          Sari Altschuler (John B. Hench Post-Dissertation Fellow, American Antiquarian Society & University of South Florida): “Race and Media: The New History of George Lippard’s The Quaker City

 

–          Laure Katsaros (Amherst College): “New York By Gas Light, Paris By Night: George Foster and Julie de Marguerittes”

 

–          Christopher Newfield (UCSB): “Fates of the Subversive Imagination: Blanchard Jerrold and Gustave Doré’s London: A Pilgrimage (1868)”

 

***

 

2:00pm-3:00pm, Plenary Session #2
Moderator: Catherine Nesci (UC Santa Barbara)

 

 

 

Marie-Eve Thérenty (Université Montpellier 3-Director, Rirra 21)

“The Mysteries of New York from Ned Buntline on: Intercultural Transfers and Adaptations in the Nineteenth Century (France-United States)”

***

Session II, 3:15-5:00pm: American Underworlds

Moderator: David L. Pike (American University)

 

–          Dominique Kalifa (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne): “The Informal History of Herbert Asbury’s Underworld”

 

–          Michael Grafals (UC Santa Barbara): “The Mysteries of New Orleans: Asbury’s New Orleans Vs. Reizenstein’s Secrets of New Orleans

 

–          Jean-Christophe Valtat (Université Montpellier 3-Rirra 21): “Tall Tale: The Mysteries of Ideology in Mark Helprin’s Winter Tale and Thomas Pynchon’s Against the Day

 

Coffee Break: 5:00-5:15pm

 

Session III, 5:15-7:00pm: The Detective Novel Vs. The Urban Mystery Novel

Moderator: Sari Altschuler (AAS & University of South Florida)

–          Devin Fromm (UC Santa Barbara):  “As Poet and Mathematician: Dupin’s Investigations of the Mysterious City”

 

–          Christian Reed (UC Los Angeles): “What It Means To Say the Gothic Scatters: On George Thompson’s City Crimes (1849)”

 

–         Daniel Couch (UC Los Angeles): “An Extravagant Economy: The Literary Prizes of Alcott’s and Buntline’s Sensational Fiction”

***

Saturday, March I

Session IV, 9:15am-11:00am: Translating French Mysteries in America  

Moderator: Carolyn Betensky (University of Rhode Island)

–          Eliza Smith (UC Santa Barbara): “Flash/Slang/Slumming: The Language of the Underworld”

–          Filippos Katsanos (Université Montpellier 3-Rirra 21; University of Patras, Greece):  “The American Editions of The Mysteries of Paris in 1843: Translation as a Battleground between Old-Timers and Newcomers of the American Publishing Industry”

–          Jonathan Loesberg (American University):  “(Re)Translating Sue’s Mysteries of Paris Now:  Sue’s Narrative Voice and Criminal Argot”

 

Coffee Break: 11:00-10:15pm

 

 

Session V, 10:15-noon: Americanizing Parisian Crime Fiction

Moderator: Laure Katsaros (Amherst College)

–          Amy Wigelsworth (University of Durham, UK): “The American in Paris: The Americanization of City and Text in French Urban Mystery Novels”

 

–          Matthieu Letourneux (Université Paris 10-Nanterre): “‘America Invades France’: The Arrival of the Dime Novels and the Transformations of the Criminal and Urban Imaginaries in Belle Époque Popular Literature”

 

Lunch and Film Screening

12:00-2:30pm
Charlie Chan in Paris (1935)

 

 

Session VI, 2:45-4:15pm: From American Noir to Steampunk

Moderator: Eric Prieto (UC Santa Barbara)

–          David L. Pike (American University):  “City Settings: American Urban Mysteries from Film Noir to Steampunk”

 

–          Yunte Huang (UC Santa Barbara): “Racing Noir: Charlie Chan’s Mysteries”

 

Coffee Break: 4:15-4:30pm

 

***

4:30-6:30pm [MCC or Pollock Theatre?]

 

Chan is Missing (1982, Director’s Cut), featuring

Film Director Wayne Wang

 

This conference is the fourth in a series of conferences on the innovative novel of urban mysteries, which has remained largely unexplored as a global cultural phenomenon.  Starting with one of the first literary mass-successes, Eugène Sue’s serialized novel Les Mystères de Paris (1842-43 [The Mysteries of Paris]), the launch and reception of the urban mystery marked not only the most important media phenomenon that France had ever seen; it was also one of the first occurrences of cultural globalization. In the months following the French publication, the novel was translated into several languages and gained international success from southern Europe to North America, from northern Europe to Latin America, Russia, throughout the Commonwealth, and, finally, at the turn of the century, in Japan and China. These translations were mostly adaptations.  Sue’s Mystères de Paris also initiated the production of hundreds of novels worldwide with considerable local variation. Examples are Reynolds’s Mysteries of London (1844-1848), Juan Martínez Villergas’s Los Misteríos de Madrid (1844), Ned Buntline’s The Mysteries and Miseries of New York (1847-48), Edouard Rivière’s Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico (1851), Camilo Castelo Branco’s Os Mistéros de Lisboa (1854), and B. Del Vecchio’s I Misteri di Roma contemporanea (1851-1853).  With interwoven stories and urban chronicles that feature deep conflicts of class and gender, Sue’s Mysteries of Paris was the first popular novel to confront head-on the modern megalopolis. Starting with Sue’s serialized best-seller, the urban mystery novel provided a matrix of hybridization with other literary or cultural forms: the gothic novel, the historical novel, the melodrama, the novel of social mores, the fiction of detection, the journalistic reportage, and travel narratives, to name a few. Our UCSB mystery conference focuses on the translations, adaptations and transformations of the Parisian mystery novels in the United States, from George Lippard’s The Quaker City (1844) and Edward Zane Carroll Judson [Ned Buntline]’s The Mysteries and Miseries of New York (1847-48), to the influence this neglected popular genre had on the modern detective novel and the making of the Hollywood film noir.

 

This colloquium is organized and sponsored by the Department of French and Italian, the Comparative Literature Program, and the Graduate Center for Literary Research, at the University of California, Santa Barbara, in collaboration with Université Montpellier III, France, and its Research Center RIRRA21.
The organizers would like to thank the following institutions for their co-sponsoring:  the College of Letters and Sciences and its Division of Humanities and Fine Arts, the Interdisciplinary Humanities Center, the College of Creative Studies, The Multicultural Center, and the Departments of English, Film and Media Studies, and History, and the Center for Modern Literature, Materialism and Aesthetics (COMMA) at the University of California, Santa Barbara.

We also thank Paul Goldberg and Janice Taylor of the Office of Development and the staff of the Interdisciplinary Humanities Center at UC Santa Barbara as well as the following colleagues for their support of this project:  Caroline Allen, Carolyn Betensky, Paul Erickson, Yunte Huang, Dominique Kalifa, Erika Rappaport, and Marie-Eve Thérenty.

Our gratitude also goes to the Albert and Elaine Borchard Foundation, Inc., for its generous financial support.

 

Catherine Nesci and Dominique Jullien, Department of French and Italian, and co-organizers

http://www.ihc.ucsb.edu

http://www.complit.ucsb.edu/gclr

http://www.complit.ucsb.edu

http://rirra21.upv.univ-montp3.fr

 

CFP: Mythcon 45, Where Fantasy Fits

mythcon-45-logo

Mythcon 45

Where Fantasy Fits

Wheaton College
Norton, MA
August 8-11, 2014

Call for Papers: Mythopoeic Society Conference 45
Wheaton College, Norton, MA

Friday, August 8 through Monday, August 11, 2014
http://www.mythsoc.org/mythcon/45/

WHERE FANTASY FITS

Scholar Guest of Honor: Richard C. West
Winner of the 1976 Mythopoeic Award for Inklings Scholarship for Tolkien Criticism.

Author Guest of Honor: Ursula Vernon
Winner of the 2013 Mythopoeic Fantasy Award for Adult Literature for Digger.

Fantasy literature does not fit comfortably into any scheme. Both old and new, traditional and innovative, popular and elite, mainstream and esoteric, escapist and engaged, high-tech and anti-technology, fantasy defies definitions and transcends categories, dramatizing the incompleteness of our understanding of our own imaginations. At Mythcon 45 we will discuss the place of fantasy in our culture, our institutions, and our hearts.

Central to this theme will be questions of genre: What is fantasy? What are fairy stories? What constitutes the fantastic? What is fantasy versus magical realism? What is speculative fiction? How does Tolkien’s legendarium fit in with the mythic texts such as Beowulf or the Norse Eddas or his scholarship? How do Lewis’s Narnia books or his science fiction fit into the classic literary tradition? How do fantasists question our fundamental assumptions about literature and the world? We can discuss authors who explore different genres or modes of writing that do not lend themselves to easy categorization such as Neil Gaiman, Ursula K. Le Guin, Guy Gavriel Kay, Tim Powers, Terry Pratchett, and others who make us ponder what it means to fit into a particular style or format. We invite papers that broadly consider the nature and boundaries of fantasy and the relationship between fantasy and different literary and artistic forms—how fantasy fits or resists our attempts to classify and define it.

Papers and panels dealing with the conference themes (or other themes sparked in your brain by this topic) are encouraged. As always, we especially welcome proposals for papers and panels focusing on the work and interests of the Inklings (especially J. R. R. Tolkien, C. S. Lewis, and Charles Williams), of our Guests of Honor, and of other fantasy authors and themes. Papers and panels from a variety of critical perspectives and disciplines are welcome.

Individual papers will be scheduled for one hour to allow time for questions, but should be timed for oral presentation in 40 minutes maximum. Two presenters who wish to present shorter, related papers may also share a one-hour slot. Panels will be scheduled for 1.5-hour time slots and will normally include 3-5 presenters who speak briefly on the subject (usually 10-15 minutes), leaving substantial time for discussion with the audience.

Participants are encouraged to submit papers chosen for presentation at the conference to Mythlore, the refereed journal of the Mythopoeic Society (http://www.mythsoc.org/mythlore). All papers should conform to the MLA Style Manual. Papers from graduate and undergraduate students are especially encouraged; we offer an award for “Best Student Paper.” See http://www.mythsoc.org/awards/student-paper.

Paper and panel proposals (250 word maximum), along with contact information, should be sent to the Papers Coordinator at the following email address by 15 April 2014. AV and technology requests must be included in your proposal.

 

Papers Coordinator:
David D. Oberhelman
Edmon Low Library
Oklahoma State University
d.oberhelman@okstate.edu

 

The Mythopoeic Society is an international literary and educational organization devoted to the study, discussion, and enjoyment of the works of J. R. R. Tolkien, C. S. Lewis, Charles Williams, and mythopoeic literature. We believe the study of these writers can lead to greater understanding and appreciation of the literary, philosophical, and spiritual traditions which underlie their works, and can engender an interest in the study of myth, legend, and the genre of fantasy. Find out about past conferences at (http://www.mythsoc.org/mythcon).

Séminaire: Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870)

charivari

Séminaire 2014

« Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

(Alain Vaillant, université Paris Ouest, et Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

 

Pour la troisième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.
Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR,  s’est fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au xixe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.
Cette année, deux séances sont organisées, avant le colloque international qui, au terme du programme ANR, se tiendra à l’université Paris Ouest au printemps 2015.

14 février – le rire de la petite presse.
Valérie Stiénon (université Paris 13 Nord), « Former une communauté discursive de la blague. Les conditions médiatiques du rire charivarique ».
Alain Vaillant (université Paris Ouest), « Poétique de l’ironie médiatique et anthropologie du rire ».

9 mai – Sociabilités, petite presse et poétique textuelle.
Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA 21), « La Plume, petite revue, lieu de sociabilité et œuvre totale ».
Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale de France), « La conspiration comique de la petite presse ».

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).