Archives par mot-clé : genres littéraires

Séminaire « Mauvais genre ? »

Séminaire Mauvais Goût, Mauvais Genre ?

ENS Ulm, Salle des Actes Lundi, 16h30-18h30

– Les romans populaires ont-ils une valeur littéraire ? – Le jeu vidéo mérite-t-il le statut d’art ? – YouTube peut-il avoir une valeur culturelle légitime ? – Le cinéma est-il un art ou un média populaire ? – Le manga est-il de mauvais goût ?

Ou plutôt… toutes ces questions ont-elles bien lieu d’être, ou bien ne vaudrait-il pas mieux apprendre à réfléchir autrement…?

Réfléchir autrement, c’est ce que propose ce séminaire, à travers une trentaine d’interventions portant à la fois sur la littérature populaire, la science-fiction, la BD, le jeu vidéo, la comédie musicale, et bien d’autres médias. Chaque semaine, un intervenant différent proposera son regard, et nous avons eu à coeur d’inviter aussi bien des chercheurs reconnus que des jeunes chercheurs innovants.

D’Arsène Lupin à Dragon Ball, nous essayerons de poser un autre regard sur la culture médiatique et populaire, qui d’habitude a si peu de place dans les institutions savantes.

Car le mauvais goût, ça s’apprend.

Programme Continuer la lecture de Séminaire « Mauvais genre ? »

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

 

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

Université Paris 13 et BNF

les 13, 14 et 15 avril 2016

Télécharger ici le programme

Le XIXe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Ces différents facteurs induisent une « spécialisation du roman », c’est-à-dire une division du genre romanesque en de multiples sous-genres. Roman noir, personnel, sentimental, historique, d’aventures, de mœurs, de cape et d’épée, mondain, psychologique, scientifique ne sont que quelques-unes des catégories permettant aux contemporains de fragmenter un domaine romanesque devenu immense. Cette multiplication est facilitée par la possibilité de définir un genre à partir de nombreux critères, plus ou moins pertinents. D’autres genres ont été oubliés : qui se souvient du roman ecclésiastique ou du roman militaire ? Alors que de nombreux travaux ont déjà permis de préciser les connaissances sur un genre particulier, nous souhaiterions porter un regard englobant et transversal sur cette division du roman en de multiples genres, qui nous semble constituer un enjeu majeur pour l’étude de la production littéraire au XIXe siècle.

 

Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Appel à contributions

Troisième numéro de la revue en ligne À l’épreuve : «  Genres et enjeux de légitimation »

Image : dessin de Benjamin Roubaud, 1842. « La Grande Chevauchée de la Postérité »

Reposant sur l’établissement de contrastes qui permettent de dégager des traits distinctifs pertinents, l’activité classificatoire se trouve au cœur des processus d’élaboration des savoirs. En littérature et plus généralement dans les arts, c’est la notion de « genre » qui sert à opérer un ensemble de discriminations indispensables au travail de conceptualisation de divers pans de la production culturelle.

Bien que génératrice de nombreuses taxinomies dont on peut facilement mesurer l’efficacité pratique dans notre vie quotidienne – des étiquettes comme « polar » ou « rap » aident non seulement la pensée à reconnaître immédiatement une forme particulière mais également le potentiel acheteur à s’orienter vers ou tel ou tel rayonnage en fonction de ses goûts –, il s’agit de l’une des notions théoriques les plus nébuleuses et par là-même des plus polémiques.

Et cela parce qu’elle fait, selon les cas, entrer en jeu des critères taxinomiques très divers. Tentant d’en résumer la totalité dans le domaine littéraire, Daniel Couégnas énumère : Continuer la lecture de Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Journée « Genres littéraires et fictions médiatiques »

Genres littéraires et fictions médiatiques

Journée d’étude organisée à l’université de Limoges

Le 17 novembre 2015

par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

avec le soutien de l’équipe d’accueil EHIC et de l’école doctorale LPAH

Affiche-JE-genres fictions

 Programme

Continuer la lecture de Journée « Genres littéraires et fictions médiatiques »

CFP: Genres littéraires et fictions médiatiques

Appel à communication

 Journée d’étude doctorale organisée le 17 novembre 2015 à l’université de Limoges dans le cadre de l’équipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles – EA 1087)

 

GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Genres et médias : la convergence des problématiques liées à ces deux objets de recherche se manifeste d’emblée par le jeu des dénominations utilisées pour évoquer certains objets de notre culture de masse contemporaine. Ainsi « paralittérature », « littérature médiatique », fictions « industrielles » et « sérielles » Continuer la lecture de CFP: Genres littéraires et fictions médiatiques

Parution: Les mystères urbains au prisme de l'identité nationale

Medias19

Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale
Sous la direction de Marie-Ève Thérenty

Marie-Eve Thérenty Présentation. Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale

Grande-Bretagne

Matthieu Letourneux Imaginaires sériels et circulation internationale. Le cas des mystères urbains (France, Grande-Bretagne)

Micheline Cambron Mystères et variance des textes populaires : la contingence des supports
Marie-Astrid Charlier Mystères de papier mâché. Montréal selon Hector Berthelot
Matthieu Letourneux Un genre médiatique international, des séries culturelles locales: Le mystère urbain québécois
Yoan Vérilhac Les mystères des Mystères de Montréal d’Henri-Émile Chevalier
Alex Gagnon Crimes littéraires et transactions discursives. Les Mystères de Montréal et le récit national

Nicolas Gauthier Le « cas » des Mystères du Palais-Royal de Louis-François Raban
Amélie Chabrier Les Mystères de New-York : stratégies d’adaptation d’un serial américain au pays de l’oncle Sue

Effie Amilitou Apocryphes urbains, ou la construction d’un mystérieux genre romanesque en Grèce

Anna Lushenkova Foscolo Entre l’« école naturelle » et les mystères de la capitale : La croisée des genres et des traditions littéraires dans Les Bas-fonds de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Krestovski et sa traduction française

Helle Waahlberg « Ridicules imitations d’Eugène Sue ou de Paul Féval » : les mystères urbains scandinaves

Mexique

Laura Suárez de la Torre Lectures des Mystères de Paris à Mexico au  XIXe siècle
Maria Esther Pérez Salas Les illustrations mexicaines des Mystères de Paris

Séances séminaire LIRE XIXe: Périodiser : les temps recomposés

Séances séminaire LIRE XIXe

Périodiser : les temps recomposés

ISH – 14 av. Berthelot, 69007, Lyon

Le séminaire LIRE XIXe s’attachera, pour cette année 2012-2013, à interroger la conception et les pratiques de la périodisation dans le champ des études littéraires et artistiques.

Cette série de regards croisés permettra tout d’abord d’envisager la périodisation d’un corpus et les critères mobilisés pour le constituer, lorsque celui-ci se fixe pour objectif de mettre en lumière l’émergence d’un genre (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan) ou d’une pratique intimement liée à l’évolution des supports médiatiques, eux-mêmes soumis à des rythmes et à une périodicité spécifiques (« Les revues de fin d’année », resp. O. Bara). Geste critique dont les principes ont pu eux-mêmes varier avec le temps et qui appelle une réflexion également rétrospective sur les pratiques éditoriales (« Recherche sur l’édition critique », resp. Ph. Régnier).

La question sera également envisagée du point de vue de la sociologie du champ littéraire et artistique : placée sur ce terrain, la pratique de la périodisation permet-elle de distinguer et de définir des unités tout autant signifiantes que significatives, comme celle de « génération » (Serge Zenkine) par exemple ? Cette démarche est-elle viable lorsqu’il s’agit de faire le point sur le statut des femmes musiciennes entre le XVIIIe et le XIXe siècles (« Musiciennes », resp. A. Ramaut) ou l’analyse met-elle au jour plus de permanences que de véritables mutations ?

Enfin, si l’histoire littéraire privilégie logiquement une scansion fondée sur les événements internes à la sphère de la littérature (histoire des genres littéraires, émergence des courants et des écoles, prépondérance des chefs de file, polémiques et combats, etc.), comment prend-elle en compte, dans la démarche de périodisation, d’autres temporalités, à partir desquelles les textes « travaillent » et qu’ils réfléchissent ? Temps scientifique, scandé par les découvertes et sous-tendu par une idéologie du progrès (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan ; « Machines à images », resp. D. Gleizes & D. Reynaud) ; temps historique, marqué par la violence de l’événement révolutionnaire (« Romans de la Révolution », resp. J.-M. Roulin) ou par la persistance douloureuse de l’esclavage (« La voix des esclaves » (resp. S. Moussa & D. Lançon). Comment périodiser ces phénomènes de réception, marqués tour à tour par de brusques effets de focalisation, des mécanismes d’amortissement et de normalisation, des moments d’inertie et de rémanence, un travail de mémoire, enfin ?

Mercredi 10 octobre, 14h : accueil des étudiants de master 2 dans le cadre de leur formation à la recherche au LIRE.

1. Jeudi 11 octobre :

« La voix des esclaves » (resp. Sarga Moussa & Daniel Lançon)

– Vanessa Guignery (PR ENS de Lyon, UMR LIRE), « Voix et silence des esclaves du Cap en Afrique du Sud : écritures contemporaines »

– Elodie Gaden (doctorante, Grenoble 3), « La voix des esclaves dans les lettres de Sophia Poole, la soeur d’Edward Lane (The Englishwoman in Egypt, 1844-1845) »

2. Jeudi 15 novembre

« Histoire des genres/histoire des sciences : questions de périodisation » (resp. Claire Barel-Moisan, Delphine Gleizes)

-Claire Barel-Moisan, « Le roman d’aventures scientifiques et d’anticipation à la fin du XIXe siècle : les âges de la vie d’un genre »

-Delphine Gleizes, « La littérature au prisme des inventions optiques : anticiper/refléter »

3. Jeudi 13 décembre :

Matin : « Atelier Thèse » : Amélie Caldérone, Delphine Dufour…

Après-midi : « Musiciennes » (resp. Alban Ramaut)

– Florence Launay, « La prise en compte des musiciennes par l’histoire: un tour d’horizon »

– Etienne Jardin, « Laure Cinti-Damoreau : la formation d’une première chanteuse »

– Muriel Boulan : « Louise Farrenc et la Société des concerts du Conservatoire : la singulière insertion d’une femme sur la scène symphonique française »

4. Jeudi 10 janvier

Serge Zenkine (Université des sciences humaines (RGGU), Moscou – Collegium de Lyon), « La génération sur l’échelle de l’histoire : La valeur d’une notion dans le langage courant et dans les recherches littéraires »

5. Jeudi 14 février

« Présentation de l’ANR Médias19 » (resp. Olivier Bara)

– Olivier Bara, « Editer en ligne des revues dramatiques de fin d’année »

– Amélie Calderone (doctorante, LIRE/Lyon 2), « Etude de cas »

6. Jeudi 21 mars

« Les romans d’anticipation » (resp. Claire Barel-Moisan)

-Irène Langlet (Université de Limoges), « La première littérature d’anticipation française au pied de la lettre, ou : la longue marche vers une poétique du futur »

-Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest), « Anticipation Belle Epoque et rétrofuturisme générique: oeuvres sérielles et horizon(s) d’attente »

7. Jeudi 4 Avril

« Romans de la Révolution » (resp. Jean-Marie Roulin)

-Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), « Républiques et Révolution »

-Aude Déruelle (Université d’Orléans), « Décentrements et décalages »

8. Jeudi 16 mai : Journée des doctorants

9. Jeudi 13 juin : « Recherche sur l’édition critique » (resp. Philippe Régnier)

Pour mémoire :

31 janvier et vendredi 1er février : journées conclusives sur le Théâtre populaire (resp. Olivier Bara)

Parution: Gérard Genette, Des genres et des oeuvres.

Gérard Genette, Des Genres et des oeuvres

Paris, Éditions du Seuil, collection « Points Essais »

528 p. – 9 €

Ce volume réunit sept textes tirés de Figures IV et de Figures V. Écrits et publiés après L’Oeuvre de l’art, ils en précisent et en justifient le propos, qu’ils prolongent en une interrogation d’ensemble sur la relation esthétique en général, l’art et la littérature en particulier, et le rapport qui s’y manifeste entre les genres et les oeuvres – dont une mérite un détour et un hommage particulier : celle de Chateaubriand. Un mode de création inclassable ou transversal, le comique, jusqu’ici – depuis la perte du légendaire Traité d’Aristote – dédaigné ou négligé par les poétiques classiques et modernes, y fait son apparition sous ce titre stimulant : « Morts de rire ».

Cet ouvrage est composé d’une sélection de textes issus de Figures IV (1999) et de Figures V (2002).

CFP: « The ethics and poetics of genre literature » (20 septembre)

« The ethics and poetics of genre literature »

International Conference Organized by EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone), Université Paul Valéry- Montpellier 3, March 15-16 2013.

With the support of the Société de Stylistique Anglaise (SSA).

This interdisciplinary international conference, the second section of the project ‘Ethics & Rhetoric’ within EMMA’s line of research ‘Ethics of Alterity’, will focus on language and ethics in literary genres that depict encounters with alterity.

The situations in which the subject is faced with different or alien beings will be studied namely in novels belonging to the genre of utopia/dystopia, science fiction, fantasy, etc., as the so-called ‘genre literature’ embodies a heuristic model that dramatises and exacerbates encounters with alterity, featuring exotic, subhuman or posthuman beings that defy human knowledge (in SF and fantasy especially). Genre literature has often been regarded as an entertaining or escapist field that does not lend itself to ethical and poetical reflections, limiting itself to a hollow and servile repetition of the genre codes. Nevertheless, theoreticians of these genres that have not been sufficiently studied highlight their defamiliarizing power through which things can be « seen ». This process of defamiliarization is often associated with the stylistic, poetic and ethical force inherent in fiction, but in its attempt at meta-conceptualizing the relationship between language and reality, genre literature seems to problematize and enhance these phenomena by making them more easily perceivable. Thus not resting content with merely questioning the mechanism of estrangement, genre literature explores the confines of readability and the break-point between the readerly and the writerly.

In their desire to represent the Other in all its complexity, writers are indeed confronted with an ethical and poetical aporia: how to describe what escapes Humanity in Human language? In the eyes of its critics, Science Fiction (SF) seems to lean towards the side of the readerly. On the border between total defamiliarization and cognition (Darko Suvin speaks of ‘cognitive estrangement’), SF seems to embody a genre that cannot afford to lose its readers. That may be the reason why extra-terrestrial languages are often filtered by English—crushing down linguistic difference under the weight of a single language that everybody can understand—as in Vonnegut’s Cat’s Cradle in which the creole form of English is ironed out through translation. How to represent a world in which the classical pronominal references (she/he) are not relevant anymore since ontology no longer relies on binary distinctions (as in The Left Hand of Darkness by Ursula Le Guin)? Yet certain SF or dystopia writers do manage to stretch out language and readability in their description of an alien situation (Russell Hoban’s Riddley Walker might be the best example here). But fantasy can perhaps be construed as the most subversive genre in that matter as it wallows in undecidability and interpretative wavering. In its attempt to reconcile the inexpressible, what is without a name, and the speakable or visible, according to Rosemary Jackson, fantasy delimits a zone of non-signification where the Other cannot be reduced to the self. Should we thus conclude that reaching the breaking point of intelligibility can guarantee the birth of the other in its radical alterity?

Todorov brought to light the difficulty of apprehending alterity in schemes other than the ones we are familiar with, questioning the possibility of mapping the other’s radical difference. The narratives about the Aztecs are among the first illustrations of this tendency to project pre-conceived expectations onto the other: ‘One would seek to transpose it into a familiar cognitive scheme in order to make it understandable and thereby at least partially acceptable’ (Tzvetan Todorov, Les Morales de l’histoire, Paris, Grasset, 1991, p. 41, our translation). Can reducing alterity to the categories of the same or resorting to the other as a foil to reinforce the self (the other being then everything the self is not) be said to be part of the more conservative trend in SF as opposed to more subversive trends of the genre (what Broderick calls allographers along Terry Dowling’s coinage ‘xenographies’) or of fantasy?

Are we condemned to a certain ethno- or anthropo-centrism—an accusation that is launched against the socio-constructionists that contend that our beliefs, desires or intentions are mediated by shared social and normative conventions that have been learnt and internalized in the specific discourse community we belong to—or can the other be ‘known’ to a certain extent while preserving its radical difference? Do tropes have a heuristic power able to change our conception of the world and of others? Is there such a thing as ‘rhetorical ethics’ that could give us access to the other? If, according to Broderick, zeugma and syllepses are characteristic of the poetics of SF, what relationships do these tropes of fusion entertain between self and other? How effective are other figures of speech in their depiction of the Other? Can they be said to be a product of an all-powerful Reason reducing alterity to the same? In La Raison classificatoire, for example, Patrick Tort indeed recalls that the two major classifying systems of human thoughts rely on metaphor and metonymy. Or, on the other hand, can tropes be said to ensure a speculative and prospective exploration, producing ‘scandalous or non-sense effects’ (Rosolato) that are capable of upsetting the classifications through which we have been trained to perceive the world? Can stylistic problems like focalisation or reported speech—that are often a privileged way to access the other’s conceptual schemes—be seen as anthropocentric blows dealt to alterity? Can the other be sketched out through lexical and syntactic inventiveness without its portrait being entirely tamed or harnessed?

The focus on this conference will thus be on the linguistic and poetic means writers resort to in their description of others (rather than be merely thematic). The point is to bring under scrutiny how fiction succeeds (or fails) in its discursive mapping of otherness and what the dialogue it imagines with the other teaches us on language and the human self. What will be explored are the limits of language and the linguistic strategies that are displayed by genre literature to get around this predicament.

This interdisciplinary international conference wishes to attract both literary critics, linguists and stylisticians working on the literature of the English-speaking countries from the 19th to the 21st centuries.

The following themes could be addressed but they are in no way restrictive:

linguistic representation of alterity
tropological ethics
stylistics and genre
intelligibility and linguistic experimentation
the speakable / unspeakable
representation of cognitive structures through focalisation, reported speech, pronominal identification, etc.

Deadline for submission: September 20 2012
Notification of acceptance: November 30 2012
Proposals of around 300 words to be sent to both Maylis Rospide (maylis.rospide@univ-montp3.fr) and Sandrine Sorlin (sandrine.sorlin@univ-montp3.fr)
Language of the conference: English
Selected papers will be considered for publication

Guest speakers:

Jean-Jacques Lecercle (Paris Ouest Nanterre la Défense) Peter Stockwell (University of Nottingham, UK)

Advisory Board:

Catherine Bernard (Paris Diderot), Monique de Mattia-Viviès (Aix-Marseille), Catherine Emmott (Glasgow), Jacqueline Fromonot (Paris 8), Jean-Michel Ganteau (Montpellier 3), Lesley Jeffries (Huddersfield), Manuel Jobert (Lyon 3), Catherine Paulin (Besançon), Frédéric Regard (Paris IV Sorbonne), Mick Short (Lancaster), Paul Simpson (Belfast).

Colloque international « La littérature pour la jeunesse de l'entre-deux-guerres : renouveau et mutations » 27-28 septembre 2012

Colloque international

« La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations »
Dates : 27-28 septembre 2012
Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense, bâtiment B, Salle des conférences.

Organisateurs : Anne Struve-Debeaux (Université Paris Ouest) et Mathilde Lévêque (Université Paris XIII).

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à
un bel avenir. En Allemagne, à partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour
les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en
1931, naît un petit éléphant nommé Babar, et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit
Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de
l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature
de jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser
pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples
innovations et transformations que celle-ci a alors connues — esthétiques, poétiques, graphiques, mais
aussi idéologiques.

PROGRAMME
JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012

10h-10h30 – Accueil des participants
Séance présidée par Mariella COLIN
10h30 – Matthieu LETOURNEUX (Univ. Paris Ouest) : « Autres supports, autres réseaux, autres définitions
– logiques sérielles et cohérences discursives dans les collections populaires pour la jeunesse de l’entre-deux
guerres ».
10h50 – Laurent DEOM (Univ. Lille III) : « Le roman scout dans les années trente ».
11h10 – Laurent BAZIN (Univ. de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : « Science et fiction pour la jeunesse
dans l’entre-deux-guerres ».
11h30-11h50 – Discussion
12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Isabelle NIERES-CHEVREL
14 h – Yvon HOUSSAIS (Univ. de Franche-Comté) : « Marcel Aymé à contre-courant ».
14h20-14h-40 – Marie-Pierre LITAUDON (Univ. Rennes II) : « Léopold Chauveau : Cronos au coeur du
style ».
14h40 – Carine PICAUD (BNF) : « Quand « Jean de Babar », peintre poète, fit souffler un vent nouveau sur
l’album pour enfants ».
15h – Discussion
15h15-15h30 – Pause

Séance présidée par Matthieu LETOURNEUX
15h30 – Martine JACQUES (IUFM/ Univ. de Bourgogne) : « L’Île rose et La Colonie de Vildrac. Le modèle
utopique en question dans la littérature pour la jeunesse durant les années vingt ».
15h50 – Mathilde LEVEQUE (Univ. Paris XIII) : « Erich Kästner et l’apparition d’un roman « moderne » pour
enfants dans l’Allemagne de Weimar ».
16h10 – Annie RENONCIAT (Univ. Paris VII) : « Les grandes mutations de l’univers éditorial ».
16h30-16h50 – Discussion

VENDREDI 28 SEPTEMBRE 2012

10h-10h45 – Conférence
Benoit PEETERS : « Hergé, la construction d’une oeuvre (1928-1948) ».

10h45-11h – Pause
Séance présidée par Benoit PEETERS
11h – Julien BAUDRY (Univ. Paris VII) : « Alain Saint-Ogan ou l’imagerie revisitée du merveilleux pour
enfants ».
11h20 – Laurence MESSONNIER (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La question animale dans
l’entre-deux-guerres : renouveau iconographique et mutation axiologique dans Gédéon (1923-1939) ».
11h40 – Discussion

12h-14h – Déjeuner
Séance présidée par Mathilde LEVEQUE
14h – Virginie DOUGLAS (Univ. de Rouen) : « Les récits britanniques pour la jeunesse dans
l’entre-deux-guerres : entre nostalgie et modernité, littérarité et production de masse ».
14h20 – Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest) : « De la parodie à la recréation poétique : la
réinvention du récit d’aventure scientifique dans l’oeuvre de Hugh Lofting ».
14h40 – Valérie CZERNY (East Georgia College, USA) : « Mary Poppins: The Inter-War, Outer-Mind
Sojourner »
15h – Laurent POLIQUIN (Univ. de Manitoba, Canada) : « Polyphonie d’une crise scolaire en Saskatchewan :
le discours journalistique du Patriote de l’Ouest en 1931 et les stratégies discursives de Tante Présentine. »
15h20-15h45 – Discussion
15h45-16h – Pause

Séance présidée par Annie RENONCIAT
16h – Anais SUESCUN (Univ. Rennes II) : « La littérature de jeunesse en Espagne dans les années vingt ».
16h20 – Mariella COLIN (Univ. de Caen) : « Le renouveau de la littérature de jeunesse en Italie dans les
années vingt ».
16h40 – Katia GOLOUBINOVA-CENNET (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La littérature de jeunesse au
pays des Soviets ».
17h-17h30 – Discussion et conclusion