Archives par mot-clé : gender studies / études de genre

Séminaire : « Le placard sous l’escalier »

« Le placard sous l’escalier »

Genres, sexualités et identités queer dans les productions culturelles pour la jeunesse (1945-2015)

Séminaire d’élèves ENS, organisé par Marie Alhinho et Anne-Fleur Multon

Premier semestre de l’année 2016-2017 (du 28 septembre au 25 janvier), un mercredi sur deux, de 18 à 20h, à l’École Normale Supérieure de Paris (45, rue d’Ulm, salle Celan, rdc).

Calendrier des séances

28 Septembre – Séance inaugurale

Anne-Fleur Multon et Marie Alhinho

12 Octobre – Table ronde Prescriptions et réception. Les questions de genres et de sexualités au cœur de la transmission

Audrey (Le Souffle des mots), Nathan (Le Cahier de lecture de Nathan) et Lucie Kosmala (madmoiZelle.com)

2 Novembre – Table ronde Corps et canons esthétiques. Expressions de la féminité et de la masculinité dans la littérature de jeunesse

Tom Lévêque, Anne-Fleur Multon et Maureen Wingrove (Diglee)

16 Novembre – Girl Power. Femmes de pouvoir et pouvoirs des femmes dans les productions culturelles pour la jeunesse

Julie Roy (Johns Hopkins University/Université du Littoral) – Quand l’écran vient révolutionner la page : bisexualité et power couple dans The 100

Matthieu Freyheit (Université de Haute-Alsace) – Pirater le genre : la piraterie, une affaire de filles ?

29 Novembre – Table ronde d’autrices. Écrire les genres et les sexualités dans la littérature de jeunesse

Charlotte Bousquet, Carina Rozenfeld, Christine Féret-Fleury et Hélène Bréda Continuer la lecture de Séminaire : « Le placard sous l’escalier »

Parution : La BD au féminin

Numéro spécial sur « la BD au féminin » Alternative francophone, Vol. 1, No 9 (2016)

 

Crédits : Fluide Glamour. Le Hors-Série Fluide. Rigolo, sexy et moderne de Glacial. Mai 2010, n°1. Droits Réservés ISSN : 1916-8470
Crédits : Fluide Glamour. Le Hors-Série Fluide. Rigolo, sexy et moderne de Glacial. Mai 2010, n°1. Droits Réservés
ISSN : 1916-8470
Éditeurs invités : Sophie Milquet (Université Libre de Bruxelles et Université Paris-Sorbonne)
et Chris Reyns-Chikuma (Université de l’Alberta)Guest editors: Sophie Milquet (Université Libre de Bruxelles and Université Paris-Sorbonne)
and Chris Reyns-Chikuma (University of Alberta)Articles sur la BD au féminin

Sommaire

Préface au numéro spécial sur la BD au féminin : Sophie Milquet , Chris Reyns-Chikuma

Féminin, féminité et diversité dans les albums Agrippine de Claire Bretécher depuis 1995 : Adeline Geneviève Caute

Violences de l’énonciation, énonciations de la violence dans Faire semblant c’est mentir de Dominique Goblet : François Poudevigne

Défense et illustration de la chick BD : Laurent Bozard

Les filles sortent (de) leurs bulles : Pénélope Bagieu, Margaux Motin, Eva Rollin, Diglee… un nouveau genre de BD féminine. Séverine Olivier

Continuer la lecture de Parution : La BD au féminin

Congrès « La question du genre dans le cinéma et les séries »

21e Congrès de la SERCIA (Société d’Études et de Recherches sur le Cinéma Anglophone)

Masculin / Féminin. La question du genre  dans le cinéma et les séries anglophones

Organisé par Julie Assouly (Université d’Artois, « Textes et cultures ») et Marianne Kac-Vergne (Université Picardie-Jules Verne, « Corpus »)

Université d’Artois, Arras,  du 3 au 5 septembre 2015.

Voir le programme en pdf à partir de la page

http://textesetcultures.univ-artois.fr/Colloques-br-et-Journees-d-etudes

 

Parution : « True Blood. Politique de la différence »

Frédéric Bisson, True Blood. Politique de la différence

  PUF, mars 2015//

Les vampires sont sortis du cercueil. Grâce à l’invention d’un sang synthétique, le Tru Blood, ils se sont libérés de la prédation clandestine. La Ligue américaine des vampires lutte dans les médias contre les stigmatisations morales et religieuses et pour la reconnaissance de leurs droits civiques. Mais derrière cette mascarade de l’intégration, ils demeurent inassimilables. La morsure du vampire et la puissance addictive de son sang érotisent les rapports sociaux avec les humains. Après ce premier coming out, une foule bigarrée d’êtres surnaturels sort peu à peu de l’ombre, métamorphes, loups-garous ou fées. Ils se mêlent à la population rurale de Bon Temps, petite ville de Louisiane qui devient soudain le théâtre d’une déconstruction généralisée des identités de genre.
Cet essai montre en quoi la série d’Alan Ball constitue une contribution originale aux études sur le genre et la sexualité.
Continuer la lecture de Parution : « True Blood. Politique de la différence »

CFP: la Société Canadienne pour l’Etude de la BD

Call for Papers (version française ci-dessous)

Canadian Society for the Study of Comics (CSSC) 2015

The annual conference of the Canadian Society for the Study of Comics invites proposals for papers on any and all aspects of comics, graphic narrative, picture books, and textual- visual arts. Special panels are also planned on the gains of comics scholarship and criticism over the past 20 years.

Continuer la lecture de CFP: la Société Canadienne pour l’Etude de la BD

Revue « Genres en séries »

Appel permanent à proposition pour la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Revue scientifique en ligne hébergée par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine Genre en séries : cinéma, télévision, médias ambitionne d’être une revue universitaire en ligne  pratiquant les critères scientifiques (comité scientifique international, évaluation en double aveugle), pour explorer la manière dont le genre (gender) traverse les cultures médiatiques. Continuer la lecture de Revue « Genres en séries »

Colloque : genre en séries : productions, représentations et appropriations genrées d'un dispositif télévisuel

seriesbordeaux

Colloque : genre en séries : productions, représentations et appropriations genrées d’un dispositif télévisuel

 

Le colloque Genre en séries: productions, représentations et appropriations genrées d’un dispositif télévisuel se déroulera les mercredi 26 et jeudi 27 mars 2014 à Bordeaux (Maison des Suds et Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

Le colloque international « Genre en séries » bénéficie du soutien de l’Université Bordeaux Montaigne, de l’équipe d’accueil MICA – Médiations, Information, Communication, Arts et de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Il est labellisé par l’Atelier Genre des Universités de Bordeaux.

L’accès aux deux journées est libre et gratuit. Pour celles et ceux qui ne pourraient être présent.e.s, une publication des actes aura lieu dans la revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (publication scientifique adossée à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

 

Mercredi 26 mars 2014, Amphithéâtre de la Maison des Suds

 

13h Accueil des participant.e.s

 

13h30 Ouverture du colloque

Pierre Beylot, Directeur de la MSHA

Laetitia Biscarrat et Gwénaëlle Le Gras

 

13h45-14h45 Conférence inaugurale

Geneviève Sellier, Professeure d’études cinématographiques et audiovisuelles, Université Bordeaux Montaigne:

« Les séries télévisées, lieu privilégié de discussions des normes de genre: un essai de comparaison France/États-Unis »

 

Session 1. 14h45-16h15 : Les genres de la réception

Modérateur: Pierre Beylot, Université Bordeaux Montaigne

– Charo Lacalle, Professeure de sémiotique et théories de la communication à l’Université Autonome de Barcelone:

« L’expérience spectatorielle des femmes: analyse de la réception »

– Marianne Alex, Doctorante en communication. Spécialités cinéma et études des genres, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse:

« Le panthéon individuel de personnage : les séries télévisées américaines au service de l’identité de genre »

– Hülya Uğur Tanrıöver, Maître de conférences HDR, Faculté de Communication, Université Galatasaray:

« Femmes turques et séries télévisées : diversité des lectures, richesse des usages »

 

[16h15-16h45 pause]

 

Session 2. 16h45-18h15 : Il était une fois… ou l’apprentissage du genre

Modératrice: Sarah Sepulchre, Université Catholique de Louvain

– Mélanie Lallet, Doctorante contractuelle en SIC, Université Sorbonne Nouvelle, Laboratoire CIM, équipe MCPN:

« Genre et séries animées françaises: normativités, phénomènes de reprise et nouvelles représentations »

– Viviane Golasowski, Doctorante en littérature et arts de la scène et de l’écran, Université de Laval, Québec:

« Étude transmédiatique du genre : entre stéréotypes et modernités dans les fictions sérielles se réclamant des contes merveilleux (l’univers de Once Upon a Time) »

– Muriel Mille, Docteure en sociologie de l’EHESS, Postdoctorante en sociologie au Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS-CNRS):

« Inverser les rôles ou les conserver ? Les ambiguïtés de la représentation du genre dans le processus de fabrication de Plus Belle La Vie »

 

Jeudi 27 mars 2014, salle Jean Borde, MSHA

 

Session 3. 9h-10h30 : Fictions sérielles entre innovation et consensus
Modératrice: Marlène Coulomb-Gully, Université Toulouse-Mirail

– Marie-France Chambat-Houillon, Maître de conférences en sémiologie des images, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CIM (CEISME)-Labex ICCA et Laurence Corroy, Maître de conférences en éducation aux médias, Vice-présidente en charge des moyens, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CIM (ERCOMES):

« Pour un archétype du féminin et du masculin ? Le discours essentialiste dans la série Les mystères de l’amour »

– Aurélie Blot, Docteure en études anglophones, contractuelle à l’IUT de Bordeaux 1:

« Girls : une révolution du genre ? »

– Charles-Antoine Courcoux, Maître d’enseignement et de recherche, section d’histoire et esthétique du cinéma, Université de Lausanne:

« A l’Ouest, quelque chose de nouveau ? Féminité et sexualité dans les séries contemporaines américaines »

 

[10h30-10h45 pause café]

 

Session 4. 10h45-12h15 : Genre et parentalité

Modératrice: Véronique Béghain, Université Bordeaux Montaigne

– Peter Marquis, Maître de conférences études américaines, Université de Rouen:

« Le père nouveau genre? La paternité dans Modern Family, Parenthood et Tara dans tous ses Etats »

– Florent Favard, Doctorant en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Bordeaux Montaigne:

« Liminarité, hubris et paternité dans la série Fringe »

– Sarah Lécossais, Doctorante en SIC, ATER InfoCom, Université Paris 3:

« Quand le genre fait le parent. Genre et parentalité dans les séries télévisées françaises »

 

12h15-12h30

Présentation de l’association Littératures populaires et culture médiatique par Sarah Sepulchre

 

[12h30-14h buffet]

 

Session 5. 14h-15h30 : Féminité et séries contemporaines : entre archaïsme et modernité

Modérateur: Éric Macé, Université de Bordeaux

– Barbara Laborde, Maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3:

« Des scénarios qui rendent les femmes malades : le cancer du sein dans les séries TV »

– Barbara Dupont, Assistante à l’Institut des hautes études de communications sociales (IHECS, Bruxelles) et doctorante en communication à l’Université de Louvain-la-Neuve (UCL):

« Questionner la binarité des genres dans les séries TV: l’exemple de la masculinité au féminin dans Glee »

– Özlem Danacı Yüce, Maître de conférences en sciences de la communication, Université Galatasaray et Gülsün Güvenli, Maître de conférences associée en Sciences de la Communication, Université Galatasaray :

« Représentations des femmes dans les séries télévisées turques »

 

[15h30-16h pause]

 

Session 6. 16h-17h30 : Les séries policières ont-elles mauvais genre ?

Modératrice: Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne

– Taline Karamanoukian, Docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, chargée de cours à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense:

« Représentations de genre dans la série Les Bleus, premiers pas dans la police »

– Aline Hartemann, Doctorante en sociologie, Zentrum/Centre Marc Bloch, Berlin et EHESS, Institut Marcel Mauss, Paris:

« Le commissaire est une femme : les séries policières sur Arte comme espace de réflexion et de projection du changement social »

– Mathieu Arbogast, Doctorant en sociologie à l’EHESS et Paris-Ouest-Nanterre-La Défense (co-direction):

« De si jeunes femmes ? L’âge des comédien.ne.s, révélateur et générateur d’inégalités dans les séries policières. »

 

17h30-17h45 Conclusion

 

Organisatrices : Gwénaëlle Le Gras, Laetitia Biscarrat

Url de référence : http://genreenseries.weebly.com/  

Séminaire "Actualité des études de genre" (Dijon)

Séminaire « Actualité des études de genre »

Université de Bourgogne, Dijon, avec le soutien de la MSH et du Centre Georges Chevrier.

Le séminaire a lieu le vendredi de 10 h à 12 h à la MSH de Dijon (6 Esplanade Erasme, 21000 Dijon), salle des séminaires R03 (sauf le 21 février, salle 102, 1erétage).

L’entrée est libre. Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

Programme 2013-2014

Depuis quelques années, les études de genre connaissent un essor remarquable. Elles se déploient dans des perspectives variées (le genre comme variable, comme objet d’étude, comme concept permettant d’appréhender les rapports entre hommes et femmes) dont les nuances peuvent parfois être difficiles à saisir. En quoi consistent les études de genre ? Quels intérêts scientifiques présentent-elles ? Quelles sont les orientations actuelles de cette perspective de recherche ? Ce séminaire apporte des éléments de réponse à ces questions à partir d’études récentes réalisées sur le sujet. Public, il s’adresse à toute personne intéressée par cette perspective de recherche.

Contacts : Maud Navarre (mnavarre@laposte.net) ; Georges Ubbiali (g.ubbiali@free.fr).

Séance Date Intervenant-e-s Sujet
1 22 novembre Cécile Guillaume (Clersé – UMR 8019, Lille 1) Ce que le genre apporte à l’analyse du syndicalisme
2 20 décembre Marie Duru-Bellat (Sciences Po, Paris) Mixité, non-mixité et labilité des identités de genre
3 17 janvier Natacha Chetcuti (CESP-INSERM U1018, Paris 7) Les territoires de l’émancipation de genre
4 21 février Ludovic Gaussot (GRESCO, Université de Poitiers) Les sciences sociales au prisme du genre
5 21 mars Julie Canovas (CREDESPO, UB) L’épistémologie écoféministe inspirée des cosmovisions autochtones : au-delà des dualismes et des rapports de domination
6 11 avril Emmanuelle Zolesio (ACTÉ, Université Blaise Pascal) Genre et approche dispositionnaliste. Aspects théoriques et méthodologiques à travers l’étude des femmes chirurgiens
7 23 mai Sophie Pochic (Centre Maurice Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS) L’égalité professionnelle en restructurations.

Appel: Genre en séries: productions, représentations et appropriations genrées

« GENRE EN SÉRIES : PRODUCTIONS, REPRÉSENTATIONS ET APPROPRIATIONS GENRÉES DUN DISPOSITIF TÉLÉVISUEL »
Journée d’études
Université de Bordeaux 3, jeudi 27 mars 2014
Appel à communication

Comité d’organisation :

Laetitia Biscarrat, Docteure en SIC, Université Bordeaux 3, EA MICA

Mélanie Bourdaa, MCF Information-Communication, Université Bordeaux 3, EA MICA

Gwénaëlle Le Gras, MCF Études Cinématographiques, Université Bordeaux 3, EA MICA

Soutiens institutionnels :

Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

Équipe d’accueil MICA – Médiations, Information, Communication, Arts – Université Bordeaux 3

Atelier Genre, Université Bordeaux 3

La conférence inaugurale sera prononcée par Geneviève Sellier, Professeure en Études Cinématographiques, Université Bordeaux 3, EA MICA.

Argumentaire

Autrefois dénigrées pour leur fonction de divertissement populaire (entertainment), les séries télévisées – entendues au sens large de fictions télévisuelles épisodiques – sont devenues un objet culturel légitime aux USA, là où elles aspirent à le devenir en France. Très largement dominées par une production américaine pour le public américain, mais fonctionnant au-delà des frontières, par leur posture hégémonique, comme un modèle universel, les séries attirent aujourd’hui l’attention d’un public diversifié et élargi, dont les préoccupations s’organisent en trois grands ensembles : divertissement, analyse et critique. Les technologies actuelles (DVD, VOD, streaming, téléchargement) offrent aux « publics » (Esquenazi, 2002) un accès quasiment immédiat à la diffusion américaine. Des collectifs de téléspectateurs engagés participent de ce phénomène en relayant les épisodes sur des plateformes internet et en proposant bénévolement des sous-titrages. L’engouement pour ce mode de narration a catalysé un renouveau des productions nationales européennes. Ainsi, les chaînes espagnoles produisent de nombreux feuilletons historiques à succès (Aguila RojaTierra de Lobo) ou des soap communautaires qui atteignent d’importants taux d’audience (AidaLas chicas de oro). En France, le label Création Originale de Canal Plus diffuse des séries à succès (BraquoEngrenages). On l’aura compris, la « sériephilie » (Glévarec, 2012) est aujourd’hui un phénomène culturel incontournable.

Les travaux de Dominique Pasquier ont montré le rôle joué par la sitcom Hélène et les garçons dans la socialisation des adolescents (Pasquier, 1999). Sabine Chalvon-Demersay a souligné le rôle des héros dans la perception des professions par les publics (Chalvon-Demersay, 2004). Enfin, Henry Jenkins a développé les notions d’engagement et de convergence culturelle pour analyser les pratiques des communautés de fans (Jenkins, 2006). Ces recherches témoignent de l’articulation entre les produits d’une industrie culturelle et les pratiques et identifications personnelles des publics. La fiction sérielle est en effet intimement liée aux sentiments, interrogations et préoccupations individuelles et sociales de ces derniers. Entre productions transnationales et expériences spectatorielles individuelles, cet appel à contributions propose d’interroger les séries télévisées au prisme du genre, le genre étant entendu comme principe organisateur des rapports sociaux de sexe. Il permet d’étudier la construction historique, sociale et culturelle de la différence des sexes pour repenser collectivement les questions de pouvoir, de structure sociale et de rôles construits sur ces différences.

A la suite de Teresa de Lauretis, nous partons de l’hypothèse de travail que les fictions sérielles, en tant qu’elles sont parties intégrantes du dispositif télévisuel, sont une « technologie de genre » (De Lauretis, 2007). La fiction sérielle est à la fois constituée et constitutive des représentations de genre, tiraillée et nourrie par des contradictions sociales genrées tout autant qu’une recherche de consensus (Beylot & Sellier, 2004). Interroger les séries télévisées au prisme du genre permet d’identifier le « non-conscient socioculturel » (Carcaud-Macaire & Clerc, 1995) qui structure les pratiques et représentations médiatiques. Afin d’éviter une re-substantivation des assignations de genre qu’il s’agit de déconstruire, la journée s’inscrira dans une approche relationnelle et intersectionnelle du genre. Le genre est transversal aux trois niveaux du processus médiatique – production, représentations et réception. Les propositions de contributions pourront porter spécifiquement ou synchroniquement sur ces différentes étapes. Elles répondront, de manière non-exclusive aux questions suivantes :

1. Comment le genre organise-t-il la production des séries télévisées ?

Parce que l’industrie médiatique est une industrie culturelle dont la visée est économique, la production de séries repose sur un « contrat de communication » (Charaudeau, 1997) ou du moins une « promesse » (Jost, 1997), qui vise à l’intelligibilité des contenus. En ce sens, la production capitalise sur les attentes, réelles ou supposées, des publics. Le genre participe dès lors des imaginaires de la production, mais aussi de leur effectivité. Les rapports de genre façonnent en effet l’organisation de l’industrie médiatique tout en devenant de « nouveaux territoires de la série télévisée » (Macé, 2007).

2. Quelles normes et assignations de genre les séries véhiculent-elles ?

Les représentations sont à la fois produites par le genre et contribuent à sa reproduction sur un mode itératif. Aussi, en analysant les contenus des séries, nous pouvons accéder au travail de naturalisation des normes de genre. Celles-ci seront étudiées au croisement des différents rapports de pouvoir qui organisent la monstration du féminin et du masculin. Il s’agira de mettre en exergue les imaginaires genrés qui organisent l’intelligibilité du texte médiatique. Dans cet axe, les contributions pourront également analyser les représentations contre-hégémoniques, les failles et disruptions éventuelles aux normes de genre, ainsi que les processus de réappropriations des figures déjouant la norme. La confrontation entre la réception et les représentations construites pourra aussi servir à mettre au jour les ambivalences d’une série, ses enjeux et les contradictions et même les non-dits d’une époque en rendant compte des préoccupations d’alors (ce que la réception a retenu), tout en révélant les éléments occultés dans le texte sériel par la réception.

3. En quoi l’expérience spectatorielle des publics est-elle façonnée par le genre ?

L’approche pragmatique souligne que le contenu est une coproduction. La rencontre entre le contenu et les publics donne lieu à des pratiques de « décodage » (Hall, 1994) diversifiées. Au niveau individuel, le rapport entre téléspectateur et série se caractérise par une forte dimension affective. Ces liens inscrivent l’objet sériel dans un « paradigme du sentiment » (Ang, 1985) qui génère des stratégies variées d’appropriations et de « braconnage » (De Certeau, 1980). Les communautés de fans sont symptomatiques de cette relation aux séries. Elles obéissent à une organisation stricte et codifiée (Bourdaa, 2012) qui témoigne de la normativité de ces pratiques. Partant de ce constat, nous souhaitons interroger l’expérience spectatorielle sérielle au prisme du genre. Comment le genre participe-t-il de l’appropriation par les publics d’une série ? Comment organise-t-il les pratiques de réception, tant du point de vue de la quotidienneté que des usages numériques ?

Au travers de ces trois axes, c’est donc la fabrique médiatique du genre dans les séries télévisées qui est interrogée. La journée se veut un cadre de réflexions et d’échanges autour d’un champ scientifique interdisciplinaire, à la croisée des Sciences de l’Information et de la Communication, des Études Cinématographiques et de la Sociologie des Médias. Les contributions qui mettront l’accès sur leurs pratiques de recherche et leurs choix méthodologiques seront particulièrement appréciées.

Modalités pratiques :

Les propositions de communication devront être envoyées au plus tard le 20 novembre 2013 aux trois adresses suivantes : gwenlegras@wanadoo.frmelaniebourdaa@yahoo.frlaetitiabiscarrat@hotmail.com. Le mail devra être intitulé « JE Genre en séries ».

Les propositions, d’une longueur de 500 mots, seront accompagnées de mots-clés et de quelques références bibliographiques.

La journée aura lieu le jeudi 27 mars 2014, à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, salle Jean Borde (10, esplanade des Antilles, 33607 Pessac).

Une publication des actes est envisagée.