Archives par mot-clé : france

Parution : Fleming en France

Pierre Olivier Lombarteix

La France de Fleming : James Bond, une passion française 

Pornic, Le Temps éditeur, 2017.

 

Présentation de l’éditeur

Avec deux histoires intégralement situées sur le territoire français et plus de 1000 références à l’hexagone dans l’ensemble de son œuvre, la France joue un rôle essentiel dans la saga James Bond. Pourtant à ce jour, aucune étude ne s’est intéressée à la place qu’occupe notre pays (et notre nation)  dans l’œuvre mais aussi dans la vie de Fleming. C’est donc ce que se propose de faire cet ouvrage préfacé par le président du club James Bond France et illustré par Floc’h. En se basant sur un analyse détaillée de l’œuvre mais aussi du triple contexte historique, littéraire et familial, cet essai sur La France de Fleming permet d’aborder l’œuvre sous un angle aussi nouveau que surprenant. Du décès de son père en France en passant par l’évacuation de Bordeaux, ses plongées aux côtés de Jacques Cousteau au large de Marseille, son attirance pour Continuer la lecture de Parution : Fleming en France

Parution : Séries françaises

Pierre Ziemniak  

Exception française. De Vidocq au Bureau des légendes  : 60 ans de séries

 Vendémiaire,  coll. « L’univers des séries », 2017.

Texte de présentation de l’ouvrage :

Dix pour centLes RevenantsUn village françaisEngrenagesProfilageLe Bureau des Légendes… Si quelques séries françaises semblent annoncer un renouveau créatif, la production nationale souffre encore de la comparaison avec les séries américaines, britanniques, scandinaves ou encore israéliennes. Y aurait-il en ce domaine une malédiction française ? Aux origines de ce handicap, un ensemble de facteurs : poids symbolique du cinéma, dissociation des fonctions de producteur et de diffuseur, manque de reconnaissance du statut de scénariste. La situation est inquiétante. Mais pas irrémédiable. Les créateurs français ont toutes les capacités pour émerger à leur tour. Encore faut-il qu’ils soient soutenus par une politique publique.

Colloque « Feuilletons »

Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974)

Colloque international, Paris, 6-7 juin 2017

 

Concernant la fiction télévisuelle sérielle (ou plurielle, évolutive, …), la recherche universitaire est passée en quelques années du mépris condescendant (qui était, peu ou prou, celui qui s’exprimait pour tout objet télévisuel) à une célébration quasiunanime d’une production devenue parfois, à elle-seule, synonyme de qualité. On réhabilite l’auteur (fût-il lui-même pluriel), on invente le concept de sériephilie, on fait de la production télévisuelle sérielle le lieu de toutes les inventions dans l’art de la conduite du récit et/ou de la mobilisation spectatorielle. Journée d’études, colloques, monographies et ouvrages collectifs se multiplient pour scruter sous toutes les facettes – historique, sociologique, narratologique, philosophique, genré, … – ce nouvel objet désormais éminemment légitime pour les chercheurs. Il y a néanmoins, dans ce nouvel intérêt épistémologique, des territoires encore largement inexplorés. Tout d’abord, force est de constater que, à de rares exceptions près, la réflexion prend essentiellement pour objet les séries anglo-saxonnes, le plus souvent américaines, qui seules incarneraient la « Quality TV ». Ensuite, à scruter le programme de tous ces colloques et les sommaires de tous ces ouvrages consacrés aujourd’hui aux séries, c’est un peu comme si la télévision (et avec elle la fiction sérielle) était née au tournant des années 2000 et n’était un objet digne d’étude que dans son second âge d’or (voire son troisième). C’est un peu comme si la fiction sérielle n’avait pas d’histoire, ni littéraire, ni radiophonique, ni télévisuelle. Et comme si le téléspectateur d’aujourd’hui n’avait pas de mémoire. Or, dès ses origines, la télévision fut (aussi) sérielle et bien des « séries » (qui étaient, pour une grande majorité, plutôt des feuilletons en ce qui concerne la production française) ont laissé des traces encore vivaces dans la mémoire collective. L’idée première de ce colloque, c’est de réorienter le regard des chercheurs vers cette préhistoire des séries, des séries diffusées par une télévision publique – aux temps de la RTF et de l’ORTF – et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières séries américaines mais fit également la part belle aux productions anglaises, canadiennes… et françaises. Il est donc temps maintenant de se lancer dans une investigation plus globalisante et systématique de la période pour mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’une télévision de service public et déterminer quels objectifs lui étaient assignés dans l’ambition qui fut celle de la RTF et de l’ORTF de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et d’apprentissage de la citoyenneté. Par ailleurs, les séries contemporaines sont – pas toujours mais souvent – étudiées, dans la globalité fermée de leurs saisons, comme des objets autonomes, comme des unitaires et des collections en quelque sorte, sans que l’on se préoccupe suffisamment de leur généalogie et de leurs modes de Continuer la lecture de Colloque « Feuilletons »

Parution « Fiction télévisée française, 1995-2010 »

Ignorée de tous… sauf du public. Quinze ans de fiction télévisée française : 1995 – 2010

Noël BURCH et Geneviève SELLIER

INA Thèque, Collection : médias histoire, 2014

 justice de femme

(Frédéric Deban dans « Justice de Femme », 2002)

Les téléfilms français de ces quinze dernières années sont certainement parmi les objets culturels les plus méprisés et les plus méconnus des tenants de la culture cultivée, alors que leur public oscille, selon les chaînes, entre 2 et 5 millions de téléspectateurs.

Continuer la lecture de Parution « Fiction télévisée française, 1995-2010 »

Parution: The French Comics Theory Reader (Ed. Ann Miller – Bart Beaty)

leuven

The French Comics Theory Reader

Edited by Ann Miller and Bart Beaty
Leuven University Press
€ 59,00, ISBN 9789058679888, paperback, 334 p., English
Key French-language theoretical texts on comics translated into English for the first time

The French Comics Theory Reader presents a collection of key theoretical texts on comics, spanning a period from the 1960s to the 2010s, written in French and never before translated into English. The publication brings a distinctive set of authors together uniting theoretical scholars, artists, journalists, and comics critics. Readers will gain access to important debates that have taken place among major French-language comics scholars, including Thierry Groensteen, Benoît Peeters, Jan Baetens, and Pierre Fresnault-Deruelle, over the past fifty years. The collection covers a broad range of approaches to the medium, including historical, formal, sociological, philosophical, and psychoanalytic. A general introduction provides an overall context, and, in addition, each of the four thematic sections is prefaced by a brief summary of each text and an explanation of how they have influenced later work. The translations are faithful to the originals while reading clearly in English, and, where necessary, cultural references are clarified.

Contributors
Jan Baetens, † Gérard Blanchard, Luc Boltanski, Sylvain Bouyer, Philippe Capart, Erwin Dejasse, Pierre Fresnault-Deruelle, † Jean-Claude Glasser, Thierry Groensteen, Manuel Hirtz, † Francis Lacassin, Bruno Lecigne, Pascal Lefèvre, Jean-Christophe Menu, Harry Morgan, Pascal Ory, Benoît Peeters, Jacques Samson, Barthélémy Schwartz, Michel Serres, Thierry Smolderen, Pierre Sterckx, Jean-Pierre Tamine, Serge Tisseron

Parution: ResFuturae 3, 2013 La science-fiction française depuis 1970

resfuturae

ResFuturae 3 | 2013

La science-fiction française depuis 1970

Dossier thématique : « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Des figures majeures ont su imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. ReS Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente.

 

Parution: Finding the Plot

Finding the Plot: Storytelling in Popular Fictions
Editor: Diana Holmes, David Platten, Loïc Artiaga and Jacques Migozzi

Date Of Publication: Jan 2013
Isbn13: 978-1-4438-4238-9
Isbn: 1-4438-4238-9
“Plot”, writes Peter Brooks, “is so basic to our very experience of reading, and indeed to our articulation of experience in general, that criticism has often passed it over in silence…” (Reading for the Plot, xi). Finding the Plot both explores and helps to redress this critical neglect. The book brings together an international group of scholars to address the nature, effects and specific pleasures of consuming stories. If the central focus is on France and popular literary fiction, the book’s scope – like contemporary fiction itself – observes no national frontiers, and extends across a variety of media. The book addresses both the empirical question of which genres and types of text have been and are most “popular”, and the theoretical questions of how plots work, what pleasures they offer to readers, and why it matters that the plot should not be lost.

Diana Holmes is Professor of French at the University of Leeds. Her published work on women writers includes monographs on Colette, Rachilde, French Women Writers 1848–1994 and romance. She is also the co-author of a study of Truffaut’s cinema, and co-edits the Manchester University Press series French Film Directors. Her current research is on the poetics and practice of middlebrow fiction.

David Platten is Professor of Modern French Studies at the University of Leeds. He has published on a wide range of modern French writers, including Michel Tournier, Philippe Djian, Jorge Semprun and Jules Verne. His most recent book, published by Rodopi in 2011, is entitled The Pleasures of Crime: Reading Modern French Crime Fiction. A scholar and fan of detective and crime fiction, he has recently produced studies of the literary thriller and of the links between the media and politics in the contemporary crime novel.

Loïc Artiaga is Assistant Professor at the University of Limoges, and Associate Researcher of the Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). He is a member of the executive committee of the LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques). His publications include “Des Torrents de papier” in Médiatextes, and “James Bond: modes d’emploi (1965 – années 1990)”, in James Bond (2)007: Anatomie d’un mythe populaire. His forthcoming book, Fantômas. Figure mythique, with Matthieu Letourneux, is due out in 2013.

Jacques Migozzi is Professor of French Literature at the University of Limoges, and President of the Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique. His more recent publications include “Boulevards du populaire” (Médiatextes, 2005); two co-edited special issues of journals; “Storytelling: opium du peuple et / ou plaisirs du texte?” in a special issue of French Cultural Studies; and “Cet obscur objet du désir universitaire: coup d’oeil dans le rétroviseur sur 15 ans de recherches sur les fictions populaires” in Fictions populaires.

Parution: Simon Bréan, La Science-fiction en France. Théorie et histoire d'une littérature

Simon Bréan, préface de Gérard Klein

La Science-fiction en France. Théorie et histoire d’une littérature

PUPS, collection « Lettres françaises », 2012

« La science-fiction vaincra ! », lance Raymond Queneau à des lecteurs français incrédules, en 1953. Soixante ans plus tard, la science-fiction s’est bel et bien répandue partout. Ses images sont connues de tous. 
Il a pourtant fallu des générations d’écrivains avant que cette littérature n’obtienne une reconnaissance de fait.

Ce livre retrace l’histoire de la lutte pour l’affirmation du genre en France et pour la légitimité d’une science-fiction française, unissant l’imagination scientifique à la Jules Verne aux inventions des maîtres américains. À travers une histoire éditoriale complexe et de longue haleine, il propose une initiation originale aux thèmes de la science-fiction, qui vivent, mûrissent et évoluent avec le temps, pour former un riche patrimoine littéraire. Sous la plume des écrivains français, Gérard Klein, Stefan Wul, Philippe Curval, Pierre Pelot, et bien d’autres, le lecteur verra naître des mondes possibles et extraordinaires, dont l’étude pourrait apporter un sang neuf aux théories contemporaines de la fiction.

Colloque international: L'œuvre romanesque Pierre Benoit (3 et 14 décembre 2012)

L’œuvre romanesque Pierre Benoit

Colloque international >> 13 et 14 décembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Colloque organisé par Anne Struve-Debeaux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CSLF, EA 1586) et l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) dirigée par Myriam Boucharenc.

Avec le soutien du CSLF (Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), du centre HAR (Histoire des Arts et Représentations, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), et des éditions Albin Michel.

En collaboration avec l’Association des Amis de Pierre Benoit et le CRAM (Centre de Réflexion sur les auteurs méconnus)

Argumentaire

Romancier prolifique et grand voyageur, Pierre Benoit a publié une quarantaine de romans. Parmi les plus connus : Koenigsmark (1918), L’Atlandide (1919), Mademoiselle de La Ferté (1923), La Châtelaine du Liban (1924), Axelle (1928)… A l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’écrivain, alors que les éditions Albin Michel s’apprêtent à rééditer un certain nombre de titres, il paraît intéressant de revenir à cette œuvre qui, incontestablement, a marqué la production romanesque de l’entre-deux-guerres, mais aussi les débuts du cinéma, avec plusieurs adaptations, dont celle de L’Atlandide par Jacques Feyder en 1921. Teintée d’un certain érotisme, et mêlant le plus souvent l’aventure, le fantastique et l’exotisme, elle n’est pas étrangère, non plus, au domaine du roman de caractère, par son exploration du cœur de l’homme et de ses passions.

Jeudi 13 décembre 2012

9h30-10h — Accueil des participants.

10h- 10h15 — Allocution d’ouverture par Myriam BOUCHARENC, Professeur de littérature française, responsable de l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) du CSLF.

Séance présidée par Yves Baudelle

10h15 — Daniel ARANJO (Univ. du Sud Toulon-Var) : « Pierre Benoit sans œillères, universitaires ou autres »

10h35 — Jean-François CROZ (CPGE) – « Pierre Benoit et le monde savant : entre séduction et dérision. »

10h55– Catherine HELBERT (Univ. Paris IV-Sorbonne) — « La réception critique de Pierre Benoit par Benjamin Crémieux et la NRF »

11h15– Luc RASSON (Univ. d’Anvers) – « Modernité de Pierre Benoit ? »

11h35-12h — Discussion

12h-14 h — Déjeuner

Séance présidée par Gérard de Cortanze

14h — Hossein TENGOUR (Univ. Paris VII): « La prose de Pierre Benoit, entre roman d’aventures et récit poétique ».

14h20 — Yves BAUDELLE  (Univ. Lille III-Charles de Gaulle) : « Romanesque et parodie : L’Atlantide »».

14h40 — Chantal FOUCRIER ( Univ. de Rouen) : « L’Atlantide de Pierre Benoit, ou : l’art d’accommoder les restes »

15h — Thierry OZWALD (Univ. de Limoges) : « Pierre Benoit et Prosper Mérimée »

15h20-15h-45 : Discussion

15h45-16h : Pause

16h — Henri LHERITIER (écrivain) : « Une verticale de Pierre Benoit »

16h20-17 h — Table ronde

Gérard de CORTANZE et Stéphane HÉAUME (écrivains)

Dégustation et dédicaces.

Vendredi 14 décembre 2012

Séance présidée par Chantal Foucrier

10h15 — Maurice THUILIERE (écrivain) : « Du voyage au reportage, puis au roman : l’exemple du Soleil de Minuit »

10h35 — Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Réalité et création littéraire dans Notre-Dame de Tortose ».

10h55 — Eleni TATSOPOULOU (Univ. d’Athènes) : «Saint-Jean d’Acre de Pierre Benoit, à la croisée des cultures et des passions »

11h15 — Jean ARROUYE (Aix-Marseille Université) : « Erromango, bilan négatif de la colonisation »

11h35-12h : Discussion

12h-14 h : Déjeuner

Séance présidée par Daniel Aranjo

14h00– Edith PERRY (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Mademoiselle de la Ferté, une poétique de l’ambiguïté »

14h20– Paul KAWCZAK (Univ. de Franche-Comté ) : «La mort de l’aventurier dans Koenigsmark et L’Atlantide de Pierre Benoit : une mort idéale ?

14h40-15h — Discussion

15h-15h15 : Pause

Séance présidée par Jean Arrouye

15h15– Erik PESENTI-ROSSI (Univ. de Mulhouse) : « Les adaptations cinématographiques de L’Atlantide ».

15h35–Laurence SCHIFANO (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le mythique, un enjeu d’adaptation dans L’Atlantide (Die Herrin von Atlantis) de G.W. Pabst, 1932 ».

16h55– Prosper HILLAIRET (Univ. Paris VIII – Vincennes- Saint Denis) : les adaptations cinématographiques de La Châtelaine du Liban (Gastyne (1926), Epstein (1934), Pottier (1956))

16h15 — Laurent VERAY (Univ. Paris III-Sorbonne Nouvelle) : Kœnigsmark de Léonce Perret  (1923)

16h35-17h : Discussion et conclusion.

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Appel à contributions

« La science-fiction française depuis 1970 »

(automne 2013)

ReSF est en passe d’ouvrir ses pages en open access. Le carnet qui l’accompagne lance en avant première l’appel à contribution pour le numéro 3, qui paraîtra à l’automne 2013. Les consignes sont listées dans le menu du carnet et seront répétées sur le site de la revue. A vos plumes…

***

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » ReS Futurae, numéro 3 (automne 2013)
Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 20 décembre 2012, à: irene.langlet@unilim.fr
– réponse de ReSF le 20 février au plus tard.
– remise des articles le 31 mai 2013 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

***

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques œuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les œuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertain, Cette chère humanité, Delirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (Blue, Rempart des naufrageurs, Poupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner City, F.A.U.S.T., La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraie, Les Guerriers du silence, Le Chant du cosmos, Aucune étoile aussi lointaine, Une porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalité, Structura maxima, Pollen, Plaguers, Rêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera de proposer des études sur des œuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, telles que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvage, Les Maîtres du temps, Gandahar), ou les œuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace Hotel, Tykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>