Archives par mot-clé : figures populaires / characters

Parution: Belphégor, Fantômas

Belphégor 1, 2013

Fantômas dans le siècle

http://belphegor.revues.org/75

C’est il y a un siècle que l’ombre immense de Fantômas s’est allongée pour la première fois sur Paris. Continuer la lecture de Parution: Belphégor, Fantômas

Appel: Les héroïsmes passés relus par la fiction; La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Les héroïsmes passés relus par la fiction

La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Musée des Invalides – 7 juin 2014

Le développement du roman historique moderne au XIXe siècle a engagé la représentation de l’histoire dans un dialogue avec les imaginaires contemporains de la  culture médiatique et urbaine. En convoquant dans leurs romans certains lieux, événements, personnages empruntés au passé, les écrivains les redéfinissent suivant l’économie de la fiction au point d’en faire rapidement des stéréotypes romanesques repris d’une œuvre à l’autre. Ils leur associent un ensemble de traits attendus qui construisent les représentations de l’Histoire. Ainsi, un certain nombre de figures historiques se retrouvent-elles prises dans un va-et-vient entre reconstitution historique, stéréotypes littéraires et discours d’actualité.

L’un des exemples les plus frappants au XIXe siècle de ce processus de reconfiguration par la littérature est sans doute la figure du mousquetaire. Rendu fameux par Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, ce personnage se décline durant tout le XIXe siècle et continue au XXe siècle d’alimenter un imaginaire romanesque renouvelé. On compte de nombreuses suites apportées au roman de Dumas au théâtre et dans le feuilleton, une multitude de déclinaisons dans les récits de cape et d’épée, et tout un ensemble de relectures plus tardives (du D’Artagnan amoureux du Français Roger Nimier au Club Dumas de l’Espagnol Arturo Perez Reverte). A force de variations stéréotypées, le personnage devient un marqueur générique, associé au récit de cape et d’épée et, plus largement, à une certaine conception du romanesque. Il détermine un pacte de lecture particulier avec lequel les auteurs jouent plus ou moins librement. Le mousquetaire et ses variantes, gasconnes ou autres, apparaissent ainsi comme des figures littéraires se structurant sur la matière même de l’Histoire ; et à travers eux se dit quelque chose de la construction d’une identité collective, autour de « l’esprit français », du panache, etc. Mais au fil du temps, ces imaginaires se transforment à leur tour en fonction des mutations sociales, politiques et culturelles : évolution de l’idée de Nation, débats sur l’armée, la conscription ou le rôle international de la France, tensions politiques redéfinissent ainsi le personnage et les significations qui lui sont associées.

L’objet de ce colloque sera d’explorer les différentes thématiques qui s’articulent autour de la figure du mousquetaire et de ses variantes : thématiques génériques, autour de la définition du roman historique et du roman de cape et d’épée, et de leurs convergences ; thématiques politiques et idéologiques, avec la question de la transformation des armées et l’émergence des nationalismes ; thématiques historiographiques, autour des discours charriés par les fictions sur ce corps d’armée et de son représentant paradigmatique, Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan ; thématiques esthétiques, dans la mesure où l’éthos du mousquetaire vaut pour une certaine définition du romanesque, mais où son imaginaire s’est transformé au cours du XIXe siècle et plus encore au cours du XXe siècle.

Le colloque est ouvert aux propositions issues de disciplines différentes (histoire de l’art, littérature, Histoire, études théâtrales et cinématographiques) ou aux approches interdisciplinaires.

On s’intéressera tout particulièrement aux questions suivantes :

  • Quelle est la signification du personnage dans la société du XIXe siècle ? Quelle position occupe-t-il dans la définition des représentations nationales et d’une mythologie collective ? Quels sont les enjeux politiques et idéologiques qui traversent ses différentes définitions ? On pourra par exemple se demander comment il dialogue avec l’imaginaire de l’armée française, quel lien il entretient avec les débats sur la conscription ou les tensions politiques du temps. On questionnera également certains des lieux communs associés à la figure du mousquetaire : le duel, le panache, l’esprit français, en tentant de montrer leur valeur culturelle et littéraire, et leur relation avec les imaginaires du XIXe siècle.
  • On cherchera à montrer le rôle de Dumas dans l’invention du personnage (et les études consacrées à la trilogie des Mousquetaires seront bienvenues). On étudiera les glissements successifs qui ont transformé ce personnage dumasien pour en faire un type collectif avec ses caractéristiques, un marqueur générique. On tentera de mettre en évidence la constitution d’un type romanesque, associé à des intrigues, un ton, une encyclopédie narrative et thématique. Dans cette perspective, on étudiera la fonction du mousquetaire dans les imaginaires sériels de l’époque, ceux en particulier de genres comme le roman de cape et d’épée ou le roman historique (et les études sur ces deux genres seront les bienvenues), en tentant également de mettre en évidence les transformations de ces imaginaires au fil du temps – y compris dans leurs versions étrangères (anglaises, espagnoles, américaines).
  • On s’intéressera aux différents avatars du mousquetaire : il s’agira d’abord de se pencher sur quelques uns des prolongements du cycle de Dumas (comme les reprises du cycle des mousquetaires par Paul Mahalin ou Paul Féval), mais aussi sur les variantes plus libres – le cadet de Gascogne, le « petit parisien », etc. On pourra ainsi aborder quelques-uns des personnages clés de cet imaginaire du panache associé au récit de cape et d’épée, comme Cyrano de Bergerac, Lagardère, ou Pardaillan.
  • On abordera plus largement la circulation du personnage dans l’ensemble des espaces culturels : du côté du théâtre et des spectacles bien sûr, mais aussi du côté de l’illustration, de la caricature ou des récits en images, dans la culture populaire et la culture matérielle. Plus généralement, la question de la réception de cet imaginaire – par exemple dans des adaptations pour la jeunesse – pourra être abordée. Enfin, des ouvertures pourront être faites du côté des réécritures plus contemporaines ou des versions médiatiques (cinéma, télévision, bande dessinée) qui ont fleuri aux XXe et XXIe siècles.

La journée d’étude est organisée par la Société des Amis d’Alexandre Dumas (SAAD) – http://www.dumaspere.com/

Les propositions de communication sont à envoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Isabelle Safa (safa.isabelle@gmail.com) avant le 8 janvier 2014.

Appel: Les Soldats populaires

Appel

« Les Soldats populaires »

Rencontres internationales du Roman Populaire

4 et 5 avril 2014 à Amiens

organisées par l’Association des Amis du Roman Populaire

Ces Rencontres ont pour objectif l’exploration d’un domaine encore peu étudié : les liens entre la Grande Guerre et les romans populaires. Très peu de travaux ont abordé cet aspect de notre histoire culturelle et l’AARP propose donc de travailler sur ce sujet.

Ces Cinquièmes Rencontres Internantionales du Roman Populaire qui ont reçu le label « Centenaire » de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, vont s’intéresser aux diverses représentations des soldats de la Grande Guerre dans les romans populaires européens. Le corpus (énorme) ne se limite pas aux romans publiés en France, mais aussi à ceux qui sont parus en Allemagne, en Angleterre, en Italie et dans d’autres pays touchés par le conflit. Il s’agit donc d’explorer les publications de romans-feuilletons dans la presse, fascicules, « pulps » anglo-saxons, Kriegs Roman Serie, etc.

Le sujet des Rencontres vise à valoriser le soldat en tant que personnage romanesque. Et à travers ce thème, souligner que les romans populaires qui prennent la Grande Guerre comme cadre constituent non seulement des récits destinés à intéresser les lecteurs par leur intrigue (récit sentimental, roman d’aventures, espionnage, mélodrame, etc.), mais se présentent aussi comme les témoins de la mentalité d’une époque.

Les « soldats populaires», ce sont autant le soldat combattant (Les Poilus de la 9e d’Arnould Galopin, Das Eiserne Kreuz de Walther Kabel et Richard Grau, No man’s land de Sapper), ses exploits et ses peurs (Zizi dit « le tueur de boches » de Marcel Allain), que le soldat blessé, voire mutilé (Cœur cassé d’Aristide Bruant, L’Enigme de Givreuse de J.-H. Rosny). Et aussi les « contes héroïques » de Maurice Leblanc et les récits de Léon Groc dans la collection « Patrie » ou ses contes dans la presse. C’est le soldat dans ses relations avec les autres personnages : l’officier, les copains, l’infirmière, l’ennemi (L’Horrible drame de Charles Mérouvel, Bochemar de Léon Sazie).

C’est aussi le soldat prisonnier (Le Roi des cuistots de Julien et Marcel Priollet, ou les contes de Gustave Vigoureux) ou le déserteur, mais aussi le soldat amoureux (Suppliciée ! de Jules Mary). Et l’espionnage, vol des plans d’une arme secrète (Marjolie de Michel Morphy, Rouletabille chez Krupp de Gaston Leroux) ou démantèlement de réseaux (Sauvagette de Maurice Landay). Et aussi Le Sang de la France de Paul Bertnay, La Fin d’une walkyrie de Delly, la série « Chantecoq » d’Arthur Bernède, etc. Plusieurs romans traitent de l’enfant-soldat (Confitou de Gaston Leroux, Du lycée aux tranchées de Jules Chancel) et des victimes de la guerre, familles endeuillées, enfants orphelins, veuves, etc.

La question des « soldats populaires » permettra d’observer le traitement romanesque des événements de la guerre. Y a-t-il des épisodes privilégiés ? Comment traite-t-on les figures historiques ? Ainsi de Guillaume II qui est personnage de plusieurs romans. Cette littérature participe-t-elle à la propagande belliciste ? Ou met-elle en place un nouvel héroïsme ? Que révèle-t-elle de la vie quotidienne des soldats pendant le conflit, de leurs projections dans l’imaginaire ? Autant de questions à poser et à discuter.

Modalités

Les propositions de communications sont à adresser avant le 11 novembre 2013 à :

daniel.compere@orange.fr

Les communications retenues et présentées lors de ces Rencontres Internationales constitueront un dossier de la revue Le Rocambole, après sélection par le comité de lecture.

Appel: HACKERS – la fiction du virtuel

Appel à communications

HACKERS : la fiction du virtuel

Journée d’étude organisée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Matthieu Freyheit, Université de Haute Alsace, ILLE (EA 4363)

Mulhouse, 11 avril 2014

De nombreux chercheurs en Humanités Numériques interrogent aujourd’hui les différentes influences des technologies liées au cyberespace sur nos usages du monde et nos rapports aux autres comme à soi. Nos pratiques de lecture ne sont pas épargnées, et le discours commun est le plus souvent alarmiste. Milad Doueihi calme cependant les esprits en scindant deux savoir-lire distincts et non exclusifs : « Lire en ligne n’est pas la même chose que lire un livre : les deux opérations sont radicalement différentes. […] la compétence numérique est une compétence autonome, qu’il ne faut pas nécessairement lier au savoir-lire de la culture imprimée et à ses institutions1». Il reste que la littérature demeure victime, dans les esprits, de cette nouvelle culture numérique, au même titre qu’un monde tout entier livré en pâture à d’étranges wizzards, cow-boys et autres brigands de grands chemins numériques : les hackers.

Yannick Chatelain et Loïck Roche2 voient dans ces figures l’avènement – parfois fantasmé – d’un cinquième pouvoir angoissant : notre monde appartient-il aux hackers ? Influences politiques, économiques, sociales et culturelles, le hacker semble capable de tout dans un monde qu’il pénètre et domine depuis l’ombre éclairante de son écran. Héros de la libération technologique, les hackers ont, sous leurs diverses formes, fait du chemin dans l’imaginaire collectif qui les saisit à son tour dans une pluralité d’objets. Leur portée littéraire reste pourtant à interroger. Ces héros immobiles ont bien leur place dans la production romanesque : de la culture cyberpunk au roman policier en passant par la littérature de jeunesse, la cyberaventure augmente peu à peu sa bibliothèque. Mais si le hacker influence notre monde et son devenir, sa mise en littérature l’influence-t-elle à son tour ? La mise en roman ou en film du hacker constitue-t-elle une tentative de reprise du pouvoir en opposant la fiction au virtuel ?

Cette journée d’étude propose de remettre l’objet fictionnel au centre du débat, et d’interroger les manières dont nous nous saisissons du hacker pour le comprendre, l’interroger, l’admirer, le craindre… Piratage, hacking, hacktivisme, cracking : comment la fiction s’empare-t-elle des visages démultipliés de ce nouvel acteur social ? À titre d’exemple, la mise en avant de héros adolescents pour une histoire adolescente mérite d’être interrogée, notamment au sein d’une littérature de jeunesse présente sur le sujet. De la même manière, les problématiques de genre questionnent les représentations masculin/féminin des usages numériques. Les motifs de la cybercriminalité, du pouvoir technologique et du risque numérique enregistrent quant à elles les terreurs virtuelles que les hackers nous imposent, tandis que ceux de la révolte et de la résistance convoquent l’idée d’une libération par le numérique. Par ailleurs, les problématiques d’identité virtuelle et de devenir-numérique interrogent la position numérique de l’individu mis en situation de développer des compétences nouvelles, et de nouvelles faiblesses. Dans un retour primitif de la proie et du chasseur, le hacker réalise une ouverture des champs de l’aventure, et impose de définir le rôle et l’agencement de la fiction dans la relation du réel au virtuel.

Littérature comparée, littérature de jeunesse, bande dessinée, cinéma, et autres : les organisateurs accueillent les propositions de tous les champs d’étude de la création fictionnelle.

Les propositions, longues d’une vingtaine de lignes environ, accompagnées d’une bibliographie indicative ainsi que d’une courte présentation bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard le 31 octobre 2013 aux deux adresses suivantes :

frédérique.toudoire@free.fr

matthieu.freyheit@gmail.com

Une publication est envisagée aux éditions Orizons.

1. Milad Douehi, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2011, p.50-55.

2. Yannick Chatelain, Loïck Roche, Hackers! Le cinquième pouvoir: qui sont les pirates de l’internet?, Paris, Maxima, 2002.

Appel/parution: Pop-en-stock, Alien, une tératogonie de l'abjection

Nouveau dossier: Pop-en-stock

Alien, une tératogonie de l’abjection

Directeur:

Antonio Dominguez Leiva

Dossier ouvert

«Il y a une chose qui perturbe tout le monde et c`est le sexe… Je me suis dit : c’est comme ça que je vais attaquer le public; je vais l`attaquer sexuellement. Et je ne vais pas cibler les femmes dans l`audience, je vais attaquer les hommes. Je vais mettre toutes les images susceptibles de leur faire croiser leurs jambes de crainte. Viol oral homosexuel, reproduction… la chose pondant ses œufs dans votre gorge, la totale… » C` est ainsi que Dan O`Bannon, le scénariste du mythique Alien (1979) décrivait rétrospectivement la genèse d`une création qui changea durablement l`imaginaire phobique contemporain.

Oeuvre hybride à l`image de sa créature éponyme, fusionnant le body horror le plus extrême avec les codes de la science-fiction, mais aussi le thriller, le monster movie, le drame en huis clos, voire leslasher (avec notamment l`érection de la Final Girl en antagoniste ambivalent du Monstre), Alien ne lança pas seulement une des franchises les plus populaires et tenaces de l`âge des blockbusterssériels mais consolida un sous-genre liminaire (le sci-fi horror) et, partant, devint une des métaphores les plus obsédantes de l`altérité pour dire la débâcle cauchemardesque de l`Amérique à la fin desseventies.

Après avoir suscité dès sa sortie de nombreuses interprétations psychanalytiques, féministes et marxistes, la saga inaugurée par le film de Ridley Scott s’est retrouvée récemment au centre d’un débat passionnant provoqué par le livre de Stephen Mulhall intitulé On Film, opposant les tenants de la philosophie du cinéma aux partisans de la philosophie ou encore « critique philosophique » des films.  C`est dans le sillage de toutes ces approches critiques que nous proposons de revenir sur cette créature dont l`ombre protéiforme ne cesse de nous hanter. Pour cela nous prendrons en compte autant le corpus canonique de la « franchise » cinématographique, incluant la tétralogie, sescrossovers (le diptyque qui confronte le Monstre au grand chasseur interplanétaire Predator) et sesspin-offs (dont le polémique Prometheus, 2012) que ses multiples ramifications transmédiatiques (les comic books, les jeux vidéos, voire la littérature, des novélisations initiales aux œuvres originales de J. Shirley ou D. Evenson). Seront aussi envisagés les différents remaniements du mythe, des nombreuses imitations (avec notamment le cycle de l`Alienomanie italienne, de Contamination à Xtro) aux franches parodies.

Colloque: Fantômas en Europe. Les origines industrielles, sociales et esthétiques (fin XIXe-années 1930)

Fantômas en Europe

Les origines industrielles, sociales et esthétiques

(fin XIXe-années 1930)

Colloque international organisé par les Université de Limoges, Paris X-Nanterre, Bologne et le Théâtre de l’Union

(Limoges, Théâtre de l’Union, 15, 16 et 17 mai, entrée libre et accès gratuit aux spectacles)

Renseignements : loic.artiaga@unilim.fr

Télécharger le programme en version PDF: Programme fantomas

Programme

Mercredi 15 mai

13h-13h30

Accueil des participants

13h45

Introduction du colloque, Pierre Pradinas (Théâtre de l’Union), Philippe Allée (Faculté des Lettres et des sciences humaines de Limoges)

14h

Dominique Kalifa (Université de Paris I) « Ecrire l’histoire de Fantômas »

15h15-17h30

Session 1. Cent visages pour Fantômas

Jacques Migozzi (Université de Limoges) « De Zigomar à Fantômas ou le passage du côté obscur de la Force »

Monica Dall’Asta (Université de Bologne), « Les femmes de Fantômas : images de l’ambiguité dans le cinéma noir des années 1910 »

François-Marie Pons (Université de Paris XIII), « Navarre-Fantômas. Destins mêlés »

18h00

Séance de signatures et de présentation à la presse

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Histoire culturelle d’un héros sériel, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013 et Fantômas, t. 1 et 2, Paris, Bouquins, 2013.

Dominique Kalifa, Les bas-fonds, histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

Natacha Levet, Sherlock Holmes. De Baker street au grand écran, Paris, Autrement, 2012.

François-Marie Pons, Fantômas c’était moi. Souvenirs du créateur de Fantômas en 1913, mémoires de René Navarre présentés par François-Marie Pons, Paris, L’Harmattan, 2012.

Olivier Boquet, La Colère de Fantômas, Dargaud, 2013

19h30 Diffusion publique et gratuite de Fantômas (Paul Fejös, 1932)

Jeudi 16 mai

9h30-12h45

Session 2. Souvestre & Allain : journalistes, écrivains, hommes du monde, etc.

Thomas Bauer (Université de Limoges), « Les origines sportives de Fantômas. Le Rour (1909), de Pierre Souvestre et Marcel Allain»

Paul Bleton (Téluq, Montréal), « Naz-en-l’air (1912-1913) »

Matthieu Letourneux (Université de Paris X), « Fantômas. Du feuilleton à la collection »

14h30-17h30

Assemblée générale de la LPCM

18h Table Table ronde, « Adapter les classiques… populaires », animée par Natacha Levet  (Olivier Boquet, Gabor Rassov, Hugues Pagan, Pierre Pradinas)

19h30 Diffusion publique et gratuite de la captation de « Fantômas revient ! » (2006)

Vendredi 17 mai

9h30

Robin Walz (Université de l’Alaska), Panorama de la pègre. Une arrière-pensée de l’avant-garde

10h30-12h30

Session 3. L’Européenne du crime

Federico Pagello (Université de Dublin), « Dr  Nikola »

Sandor Kalai (Université de Debrecen), « Un génie du crime : le docteur Cornélius »

Christos Dermentzopoulos, Lampros Flitouris (Université de Ioannina), « Les aigles des montagnes : Des options du crime dans le roman populaire grec du début du XXème siècle »

14h

Jean-Yves Mollier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), « Arthème Fayard et la révolution du Livre populaire »

15h-17h

Session 4. Cent lectures  de Fantômas

Loïc Artiaga (Université de Limoges) « Fantômas, la presse et la morale. Comment on reçoit un criminel »

Alain Carou (BNF), « Fantômas-Express, récits de films »

Annabelle Audureau (Université de La Rochelle), « Fantômas,  mythe moderne et et mythe de la modernité dans la peinture, du Cubisme au Surréalisme »

Isabel Violante (Université de Paris I), « Fantômas en relief dans les Soirées de Paris »

17h30

Conclusions, par Jacques Migozzi et les organisateurs du colloque

CFP: Sherlock Collection of Essays 1st June 2013

CFP

Sherlock Collection of Essays 1st June 2013

contact email:
Nadine.Farghaly@gmx.net

Sherlock Holmes and Dr. Watson are one of the best known couples in Literature. Since Arthur Canon Doyle first published his famous detective stories in 1887, with his work covering the years 1880 until 1914 when Sherlock Holmes and Dr. Watson finally retired to the countryside, these stories have not lost any of their charm. Frequent adaptations in both the book world and the movie world have demonstrated that the famous detective has neither lost his charm nor his appeal. Different adaptations have added different layers to the Sherlock Holmes universe. While Robert Downey Jr.’s Sherlock brought a sexy playfulness to the screen, Benedict Cumberbatch’s Sherlock made his social ineptness as well as his disabilities more prominent. The same can be said for the different John Watsons. Jude Law, added a very sophisticated Watson while Martin Freeman’s Watson is a down to earth, broke, Afghanistan war veteran who suffers from PTSD. The female characters of these adaptations are also more than worthy of a thorough analysis; the recent BBC version features Irene Adler as a dominatrix. All of these different versions show very distinctive advantages and challenges, as well as they demonstrate different views/takes on sexuality. BBC’s Sherlock has been given the moniker The Virgin while Ritchie’s Sherlock obviously has a promiscuous side.

The CBS adaptation titled Elementary adds another layer of discourse to the Sherlock Holmes discussion. In this version of the famous detective stories John Watson has been transformed into Jane Watson. Here, Holmes is a former consultant to Scotland Yard whose drug addiction brings him to a rehabilitation centre in NYC. Post-rehab, Holmes moves in with a “sober companion” in Brooklyn, Joan Watson, a “former surgeon who lost her medical license after a patient died while consulting with the NYPD.” The series is already highly awaited by critics and fans alike since the gender change is something that, while it has been attempted before, never worked successfully. And while not much can be said about this series at this point, it will be necessary to analyse it thoroughly. The gender politics implemented in this show alone will be a reason to review it.

Another aspect that is not too underestimated and highlights the audiences’ interests into this fandom is the I Believe in Sherlock Holmes movement inspired by the BBC Sherlock Season Two Finale. Although it is unclear whether or not the movement was started by the BBC or by fans, it does not really matter in the end. Thousands of fans are participating in the movement, and there seems to be no end in sight; demonstrating a high kinship and connection to Sherlock Holmes and his sidekick.

This collection will strongly focus on the gender politics that have been assigned over the last three years to the different Sherlock Holmes adaptations.

The following categories suggest possibilities but are by no means exhaustive:
• Fandom and/or Reception
• Transformation and/or Adaptation
• Gender
• Race
• Sexuality
• Romance and Desire
• Power
• Monstrosity
• Heroism
• Villainy
• Identify
• Visual Style and practices

What to Send:

300 – 500 word abstracts (or complete articles, if available) and CVs should be submitted by June 1, 2013. If an abstract is accepted for the collection, a full draft of the essay (5000 – 8000 words) will be required by December 1, 2013.

Abstracts and final articles should be submitted to: Nadine.Farghaly@gmx.netreceipt of the abstracts will be send within one week. In case you do not receive an email, please resend your proposal.

Publication : Femmes médiatrices et ambivalentes. Mythes et imaginaires, Anna Caiozzo, Nathalie Ernoult (dir.)

Anna Caiozzo, Nathalie Ernoult (dir.), Femmes médiatrices et ambivalentes. Mythes et imaginaires, Armand Colin, 336 p., 29 euros. EAN13 : 9782200272814

Lilith, Ishtar, Athéna, Déméter, Mélusine, Marie, Vis, Aglauros, Shirin, et bien d’autres, toutes sont femmes, tout comme sont aussi femmes ces créatures effrayantes, Lilith, Umm Sibyan , et autres démones, ogresses, sirènes ou amazones contre lesquelles les hommes et les femmes se protègent en consultant d’autres femmes, devineresses, prophétesses et autres vetules. Car toutes ces femmes, d’ici et d’ailleurs, issues du passé ou du présent, réelles ou imaginaires, offrent par-delà leurs différences apparentes un même visage, celui de l’ambiguïté et des questionnements relatifs à l’ontologie même de la féminité dans les imaginaires masculins. Les portraits de femmes présentés dans cet ouvrage tentent de cerner, en abordant différents types d’êtres féminins, le mystère de la féminité dans ce qu’il possède de plus complexe : le rapport au sacré stigmatisé par l’ambivalence et illustré par la médiation.

Réelles ou mythiques, ces femmes présentent toutes, à l’instar de la déesse, de la fée ou de la sirène, des facettes de la femme fatale dont la seule évocation résume tout un imaginaire masculin relatif à la femme, mère et amante, pourvoyeuse de plaisir et de richesses, mais aussi potentiellement dangereuse. Et, en particulier, sont redoutées celles d’entre elles qui ont échoué dans leur fonction d’épouse et de mère, entités nuisibles aux autres femmes et à leur progéniture, voire aux hommes eux-mêmes. Si le mystère de la vie lie indéfectiblement les femmes avec l’au-delà, elles en tirent aussi des capacités occultes qui en font aussi des médiatrices pourvoyeuses de biens matériels. Mais leur médiation se limite parfois à une tâche autrement plus noble : aider l’homme à accomplir son destin.

Anna Caiozzo est maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge à l’université de Paris 7 Denis Diderot.

Nathalie Ernoult est chercheuse UMR-ANHIMA et attachée de conservation au Centre Pompidou.

http://www.armand-colin.com/livre.php?idp=39885

Parution: Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans les bandes dessinées (dossier de « Neuvième Art 2.0″)

Voyageurs immobiles :

le thème du voyage dans les bandes dessinées

(dossier de « Neuvième Art 2.0 »)

Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans les bandes dessinées

Dossier de « Neuvième Art 2.0 », août 2012.

Présentation :

Depuis toujours les héros de bande dessinée sillonnent la planète et voyagent jusqu’aux confins des mondes connus. Dans ce dossier, Camille Filliot montre comment la thématique du voyage était déjà prépondérante au XIXème siècle et y rencontrait l’intérêt croissant pour la géographie ainsi que les débuts du tourisme. Laurent Gerbier interroge la figure du héros globe-trotter à travers les héros emblématiques que sont Tintin et Spirou. Et Harry Morgan s’intéresse aux voyages qui s’effectuent, non dans l’espace, mais dans le temps.

Lire les articles du dossier : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique75

Bibliographie proposée : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article439

Appel à communications. Fantômas en Europe. Les origines industrielles, sociales et esthétiques (fin XIXe – années 1930)

Fantômas en Europe.

Les origines industrielles, sociales et esthétiques (fin XIXe siècle – années 1930)

Appel à communications [cliquez pour le télécharger en format PDF]

Colloque international bilingue (français/anglais) organisé les 15, 16 et 17 mai 2013 (Limoges, Théâtre de l’Union) par Loïc Artiaga (Université de Limoges), Monica Dall’Asta (Université de Bologne) et Matthieu Letourneux (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense).

Un projet artistique accompagne le colloque. Il est coordonné par Catherine Geel (École nationale supérieure d’Art, Limoges / Sandberg Institut, Amsterdam), David Enon (École supérieure des Beaux-Arts d’Angers) et Pierre Pradinas (Théâtre de l’Union, Limoges)

Présentation

Personnage littéraire créé en 1911 par Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas fait partie des principales figures de la culture médiatique de la Belle Époque, dont il réussit à synthétiser une part des peurs et des fantasmes. Destiné à l’obsolescence, comme l’essentiel des productions populaires de son temps, il y survit néanmoins. Jusque dans les années 1960, il incarne dans l’imaginaire collectif le Méchant superlatif, « le Maître de l’Effroi », le « Génie du crime », « Le Tortionnaire » et même, pour certains, l’archétype du terroriste moderne.

Apparu dans la collection du « Livre populaire » chez Fayard, Fantômas est le fruit des industries culturelles du début du siècle, celles dont les moyens techniques et financiers autorisent les succès de masse. Elles imposent à l’œuvre son format, son prix, son rythme de parution, ses illustrations et les slogans qui y sont associés. Fantômas, annoncé dans des encarts de presse comme « plus inquiétant que Cartouche, plus subtil que Vidocq, plus fort que Rocambole », apparaît ainsi mensuellement durant deux ans et demi, dans des volumes d’un peu plus de 380 pages, dotés de couvertures aisément reconnaissables. Produits culturels voués à une exploitation rapide, les romans sont traduits, imités, adaptés au théâtre et au cinéma. Dès 1914, Fantômas est célèbre pour ses méfaits imprimés autant que pour ceux commis à l’écran ; il est à la fois un personnage populaire et une source d’inspiration pour les avant-gardes, qui signent manifestes, poèmes et tableaux à la Gloire d’un « Génie du crime » qu’ils opposent à l’ordre bourgeois.

En se situant en Europe, à une époque qui se termine avec le basculement des industries culturelles dans une « culture monde » sous influence américaine, le projet collectif proposé ici ne saisit volontairement qu’une partie du phénomène étudié. Rejetant la démarche « généalogique » – que reste-t-il du Fantômas de Souvestre et Allain dans la somme des œuvres postérieures ? – il propose de concentrer l’attention des chercheurs sur les manifestations des premiers temps de la chronologie fantômassienne. Dominique Kalifa l’a montré pour la France : la naissance et le succès de Fantômas se comprennent dans un climat d’obsession sécuritaire, de hantise des Apaches et des attentats anarchistes[1]. Fantômas dépeint l’échec des nouveaux modes d’investigation policière et de contrôle des individus, alors qu’apparaissent dans le Pays les premiers documents portatifs d’identité. Qu’en est-il ailleurs en Europe ? Comment expliquer l’engouement que suscite Fantômas, notamment en Italie où il est traduit pour la première fois, en Espagne, au Portugal ou en Allemagne, qui voit naître son double le plus marquant, le Dr Mabuse  ? Pourquoi donne-t-il naissance au cinéma à une profusion d’épigones ? Comment les sociétés européennes reçoivent-elles et reformulent-elles Fantômas au début du XXe siècle?

Accompagnant l’avènement de nouvelles pratiques éditoriales (liées aux collections populaires) et culturelles (liées à la circulation des fictions d’un média à l’autre), Fantômas illustre les transformations radicales de la culture sérielle au début du XXe siècle. Les changements qui interviennent dans les relations entre les auteurs et les éditeurs, dans les supports et leurs usages, dans les modes de consommation des œuvres vont naturellement se traduire par des mutations des genres populaires, des modèles narratifs, des stéréotypes, des scénarios intertextuels et des séries culturelles dominantes. Ainsi les aventures du personnage éclairent-elles autant les circulations des imaginaires et des représentations que leur adaptation aux bouleversements de l’industrie culturelle et à leur incidence sur les formes et leur réception.

Le présent colloque tend à favoriser des approches comparées ou des études de transferts entre Fantômas et la masse des fictions populaires européennes construites autour de figures de génie du crime. En effet, si Fantômas est bien à la Belle Époque un succès européen, il n’est cependant que l’élément saillant d’une coterie transnationale de génies maléfiques. Le Dr Nikola de Guy Boothby et le Zigomar de Léon Sazie le précèdent dans la chronologie, tandis que les années 1911-1915 voient se multiplier sur papier et à l’écran des personnages similaires : Doctor Gar El Hama au Danemark, Le Mystérieux Docteur Cornélius en France, Fu Manchu et Ultus en Angleterre, Tigris et Za-la-Mort dans le cinéma italien… La rareté des copies conservées des films de l’époque rend difficile un inventaire complet de ces personnages, qui sont aussi repris dans des parodies. Néanmoins, malgré les incontestables influences américaines sur ces fictions – celle des aventures de Nick Carter notamment – et les transferts qui s’opèrent entre l’édition anglaise et celle de la Côte Est des États-Unis, la simultanéité de l’apparition de ces personnages aux qualités similaires invite à initier une approche continentale du phénomène.

Thèmes proposés

L’étude de Fantômas et des génies du crime à l’échelle du vieux Continent est proposée dans une perspective pluridisciplinaire. L’histoire, les études littéraires et cinématographiques, les Cultural studies seront associées dans ce colloque qui devra permettre d’évaluer la place de Fantômas et des génies criminels dans l’imaginaire collectif européen. La perspective proposée – européenne, transnationale et comparée – doit également donner l’occasion de se saisir de questions méthodologiques. L’étude des fictions populaires européennes passe-t-elle par le recours au distant reading ou par de nouvelles approches de la poétique des fictions de grande consommation ? Sur quelles archives faut-il baser l’histoire des fictions populaires ? Comment s’assurer de leur sauvegarde et de leur accès ?

Fantômas peut ainsi apparaître comme une étude de cas permettant de tirer un bilan des connaissances et des concepts accumulés depuis le milieu des années 1990 dans l’étude des manifestations de la culture médiatique. A l’étude des résonnances sociales de l’émergence des figures de génies du crime, le présent colloque propose d’ajouter un nouvel examen des débuts littéraires de Pierre Souvestre et de Marcel Allain, de leur inscription dans les logiques des premières industries culturelles européennes, des différentes adaptations de Fantômas, ainsi qu’une approche des réceptions et des publics de Fantômas – la critique, les avant-gardes, les lecteurs, les spectateurs. Les communications proposées devront s’inscrire dans l’un des cinq thèmes suivants :

1. L’Europe des génies du crime (situation, cartographie des personnages ; représentation des espaces européens)

2. Les débuts en littérature, au théâtre et au cinéma de Pierre Souvestre, Marcel Allain et de Fantômas

3. Les industries culturelles et le motif du crime à la Belle Époque

4. Les avant-gardes et la figure de Fantômas

5. Les génies criminels, leurs publics et leurs censures

Les propositions de communication, de 2 500 caractères, sont à adresser avant le 9 janvier 2013 à Loïc Artiaga (loic.artiaga@unilim.fr), Monica Dall’Asta (monica.dallasta@unibo.it) et (Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr).

Bibliographie indicative

Loïc Artiaga (dir.), Le Roman populaire : des premiers feuilletons aux adaptations télévisuelles (1836-1960), Paris, Autrement, 2008.

Annabel Audureau, Fantômas, un mythe moderne au croisement des arts, Rennes, PUR, 2010.

Didier Blonde, Les Voleurs de visages, Paris, Métailié, 1992.

Monica Dall’Asta, Trame spezzate, Archeologia del film seriale, Gènes, Le Mani, 2009.

– (dir.), Fantômas. La vita plurale di un antieroe, Udine, Il Principe costante, 2004.

Dominique Kalifa, L’Encre et le sang, Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

-, « Archéologie de l’Apachisme ; Les représentations des Peaux-Rouges dans la France du XIXe siècle », Le Temps de l’Histoire, n° 4, 2002.

-, « Les Lieux du crime. Topographie criminelle et imaginaire social à Paris au XIXe siècle », Sociétés et représentations, 2004/1, n° 17.

-, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, « Pour l’Histoire », 2005.

Jacques Migozzi, Boulevards du populaire, Limoges, PULIM, 2005.

– (dir.), Le Roman populaire en question(s), Limoges, PULIM, 1997.

– (dir.), De l’Écrit à l’écran. Littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques, Limoges, PULIM, 2000.

– et Philippe Le Guern (dir.), Production(s) du populaire, Limoges, PULIM, 2004.

Lise Queffélec, Le Roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, PUF, 1989.

Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien. Lecteurs et lectures à la Belle Époque [1984], Paris, Seuil, « Points Histoire », 2000.

Jean-Claude Vareille, Filatures, Itinéraires à travers les cycles de Lupin et Rouletabille, Grenoble, PUG, 1980.

– , L’homme masqué, le justicier et le détective, Lyon, PUL, 1989

– , « Le Paris de Fantômas », Nouvelle Revue des études fantômassiennes, op. cit.

Robin Walz, Pulp Surrealism: Insolent Culture in Early-Twentieth-Century Paris, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2000.


[1] Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, « Pour l’Histoire », 2005.