Archives par mot-clé : feuilleton

Parution : « Feuilletons en BD »

Françoise Revaz, Alain Boillat et alii

Case, strip, action. Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Infolio, 2016

 

feuilletonsbd

Précurseurs des séries télévisées, les histoires à suivre qui paraissaient en bandes dessinées dans des hebdomadaires pour la jeunesse tels que Le Journal de Tintin, Spirou ou Tarzan ont tenu en haleine les jeunes lecteurs de l’après-guerre et façonné leur imaginaire, mais n’ont à ce jour guère fait l’objet d’études détaillées. Richement illustré, cet ouvrage se propose de faire connaître une production foisonnante et emblématique de la culture populaire de la période 1946-1959 en l’envisageant sous l’angle de l’histoire de la bande dessinée, de l’étude du récit et de l’intermédialité. Les auteurs y soulignent notamment les liens entre BD et cinéma, tant sur un plan théorique (logique du feuilleton, rythme narratif, découpage de l’action) qu’analytique (adaptations de films en BD).

Alain Boillat est professeur à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne. Ses dernières recherches portent sur l’histoire des liens entre bande dessinée et cinéma. Marine Borel réalise actuellement une thèse de doctorat en linguistique française à l’Université de Fribourg et à l’Université de Lorraine. Raphaël Oesterlé est licencié en Histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne. Il mène une thèse sur les périodiques de bandes dessinées francophones de l’après-guerre. Françoise Revaz est professeure de linguistique française à la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg. Elle a fondé, avec R. Baroni, le Réseau Romand de Narratologie.

Colloque: American Mysteries: Urban Crime Fiction

 quaker

American Mysteries: Urban Crime Fiction from Eugène Sue’s Mysteries of Paris to the American Noir & Steampunk

February 26-28 & March 1, 2014
Interdisciplinary Humanities Center
UC Santa Barbara
In collaboration with
Université Montpellier III-RIRRA 21 (France)

 

 

 

Wednesday, February 26, 4:00-5:15pm
Location: Old Little Theatre, College of Creative Studies
Caroline Allen (UC Santa Barbara) and writer & director Jean-Christophe Valtat (Université Montpellier 3-Rirra 21, France) will read from and speak on the two volumes of Valtat’s trilogy Mysteries of the New Venice: Aurorarama and Luminous Chaos in the College of Creative Studies Literature Symposium.

***

Location: McCune Conference Room, Interdisciplinary Humanities Center,
Humanities and Social Sciences Building 6th floor

 

Thursday, February 27, Opening of the Colloquium

5:00pm: Welcome by David Marshall, Dean of Humanities and Fine Arts
& Introduction by Dominique Jullien and Catherine Nesci, co-organizers (UC Santa Barbara)

 

5:30pm: Plenary Session #1
Moderator:  Patricia C. Cohen (UC Santa Barbara)

Paul J. Erickson (American Antiquarian Society)

“The Mysteries and Miseries of Small Cities: The Geographic Reach of City-Mysteries Fiction in Antebellum America”

 

 

Reception:  6:45-7:30pm

 

***

Friday, February 28

 

Session I, 9:00am-12:15pm: Urban Gothic? Poverty and Prostitution from Sue’s Mysteries of Paris to Lippard’s The Quaker City and Beyond
Moderator: Dominique Jullien (UC Santa Barbara)

 

–          Carolyn Betensky (University of Rhode Island): “The Spectral Working-Class Reader in Les  Mystères  de Paris

 

–          Elizabeth Erbeznik (Northern Illinois University): “Saving Working-Class Women from Eugène Sue’s Paris”

Coffee Break: 10:15-10:30am

 

Moderator: Erika Rappaport (UC Santa Barbara)

–          Sari Altschuler (John B. Hench Post-Dissertation Fellow, American Antiquarian Society & University of South Florida): “Race and Media: The New History of George Lippard’s The Quaker City

 

–          Laure Katsaros (Amherst College): “New York By Gas Light, Paris By Night: George Foster and Julie de Marguerittes”

 

–          Christopher Newfield (UCSB): “Fates of the Subversive Imagination: Blanchard Jerrold and Gustave Doré’s London: A Pilgrimage (1868)”

 

***

 

2:00pm-3:00pm, Plenary Session #2
Moderator: Catherine Nesci (UC Santa Barbara)

 

 

 

Marie-Eve Thérenty (Université Montpellier 3-Director, Rirra 21)

“The Mysteries of New York from Ned Buntline on: Intercultural Transfers and Adaptations in the Nineteenth Century (France-United States)”

***

Session II, 3:15-5:00pm: American Underworlds

Moderator: David L. Pike (American University)

 

–          Dominique Kalifa (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne): “The Informal History of Herbert Asbury’s Underworld”

 

–          Michael Grafals (UC Santa Barbara): “The Mysteries of New Orleans: Asbury’s New Orleans Vs. Reizenstein’s Secrets of New Orleans

 

–          Jean-Christophe Valtat (Université Montpellier 3-Rirra 21): “Tall Tale: The Mysteries of Ideology in Mark Helprin’s Winter Tale and Thomas Pynchon’s Against the Day

 

Coffee Break: 5:00-5:15pm

 

Session III, 5:15-7:00pm: The Detective Novel Vs. The Urban Mystery Novel

Moderator: Sari Altschuler (AAS & University of South Florida)

–          Devin Fromm (UC Santa Barbara):  “As Poet and Mathematician: Dupin’s Investigations of the Mysterious City”

 

–          Christian Reed (UC Los Angeles): “What It Means To Say the Gothic Scatters: On George Thompson’s City Crimes (1849)”

 

–         Daniel Couch (UC Los Angeles): “An Extravagant Economy: The Literary Prizes of Alcott’s and Buntline’s Sensational Fiction”

***

Saturday, March I

Session IV, 9:15am-11:00am: Translating French Mysteries in America  

Moderator: Carolyn Betensky (University of Rhode Island)

–          Eliza Smith (UC Santa Barbara): “Flash/Slang/Slumming: The Language of the Underworld”

–          Filippos Katsanos (Université Montpellier 3-Rirra 21; University of Patras, Greece):  “The American Editions of The Mysteries of Paris in 1843: Translation as a Battleground between Old-Timers and Newcomers of the American Publishing Industry”

–          Jonathan Loesberg (American University):  “(Re)Translating Sue’s Mysteries of Paris Now:  Sue’s Narrative Voice and Criminal Argot”

 

Coffee Break: 11:00-10:15pm

 

 

Session V, 10:15-noon: Americanizing Parisian Crime Fiction

Moderator: Laure Katsaros (Amherst College)

–          Amy Wigelsworth (University of Durham, UK): “The American in Paris: The Americanization of City and Text in French Urban Mystery Novels”

 

–          Matthieu Letourneux (Université Paris 10-Nanterre): “‘America Invades France’: The Arrival of the Dime Novels and the Transformations of the Criminal and Urban Imaginaries in Belle Époque Popular Literature”

 

Lunch and Film Screening

12:00-2:30pm
Charlie Chan in Paris (1935)

 

 

Session VI, 2:45-4:15pm: From American Noir to Steampunk

Moderator: Eric Prieto (UC Santa Barbara)

–          David L. Pike (American University):  “City Settings: American Urban Mysteries from Film Noir to Steampunk”

 

–          Yunte Huang (UC Santa Barbara): “Racing Noir: Charlie Chan’s Mysteries”

 

Coffee Break: 4:15-4:30pm

 

***

4:30-6:30pm [MCC or Pollock Theatre?]

 

Chan is Missing (1982, Director’s Cut), featuring

Film Director Wayne Wang

 

This conference is the fourth in a series of conferences on the innovative novel of urban mysteries, which has remained largely unexplored as a global cultural phenomenon.  Starting with one of the first literary mass-successes, Eugène Sue’s serialized novel Les Mystères de Paris (1842-43 [The Mysteries of Paris]), the launch and reception of the urban mystery marked not only the most important media phenomenon that France had ever seen; it was also one of the first occurrences of cultural globalization. In the months following the French publication, the novel was translated into several languages and gained international success from southern Europe to North America, from northern Europe to Latin America, Russia, throughout the Commonwealth, and, finally, at the turn of the century, in Japan and China. These translations were mostly adaptations.  Sue’s Mystères de Paris also initiated the production of hundreds of novels worldwide with considerable local variation. Examples are Reynolds’s Mysteries of London (1844-1848), Juan Martínez Villergas’s Los Misteríos de Madrid (1844), Ned Buntline’s The Mysteries and Miseries of New York (1847-48), Edouard Rivière’s Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico (1851), Camilo Castelo Branco’s Os Mistéros de Lisboa (1854), and B. Del Vecchio’s I Misteri di Roma contemporanea (1851-1853).  With interwoven stories and urban chronicles that feature deep conflicts of class and gender, Sue’s Mysteries of Paris was the first popular novel to confront head-on the modern megalopolis. Starting with Sue’s serialized best-seller, the urban mystery novel provided a matrix of hybridization with other literary or cultural forms: the gothic novel, the historical novel, the melodrama, the novel of social mores, the fiction of detection, the journalistic reportage, and travel narratives, to name a few. Our UCSB mystery conference focuses on the translations, adaptations and transformations of the Parisian mystery novels in the United States, from George Lippard’s The Quaker City (1844) and Edward Zane Carroll Judson [Ned Buntline]’s The Mysteries and Miseries of New York (1847-48), to the influence this neglected popular genre had on the modern detective novel and the making of the Hollywood film noir.

 

This colloquium is organized and sponsored by the Department of French and Italian, the Comparative Literature Program, and the Graduate Center for Literary Research, at the University of California, Santa Barbara, in collaboration with Université Montpellier III, France, and its Research Center RIRRA21.
The organizers would like to thank the following institutions for their co-sponsoring:  the College of Letters and Sciences and its Division of Humanities and Fine Arts, the Interdisciplinary Humanities Center, the College of Creative Studies, The Multicultural Center, and the Departments of English, Film and Media Studies, and History, and the Center for Modern Literature, Materialism and Aesthetics (COMMA) at the University of California, Santa Barbara.

We also thank Paul Goldberg and Janice Taylor of the Office of Development and the staff of the Interdisciplinary Humanities Center at UC Santa Barbara as well as the following colleagues for their support of this project:  Caroline Allen, Carolyn Betensky, Paul Erickson, Yunte Huang, Dominique Kalifa, Erika Rappaport, and Marie-Eve Thérenty.

Our gratitude also goes to the Albert and Elaine Borchard Foundation, Inc., for its generous financial support.

 

Catherine Nesci and Dominique Jullien, Department of French and Italian, and co-organizers

http://www.ihc.ucsb.edu

http://www.complit.ucsb.edu/gclr

http://www.complit.ucsb.edu

http://rirra21.upv.univ-montp3.fr

 

Appel: Rocambole, Paul Féval

bossu (2)

Dossier Paul Féval (1816-1887)

Appel à contribution

 

L’année 2016 verra le bicentenaire de la naissance de Paul Féval. Cet écrivain  doit encore la plus grande part de sa popularité aux multiples rééditions, traductions (dont plusieurs en espagnol et en portugais) et adaptations du Bossu, y compris le film d’André Hunebelle mettant en vedette Jean Marais en 1959 et celui de Philippe de Broca en 1997, bénéficiant d’une distribution idoine (Daniel Auteuil dans le rôle éponyme du roman, Vincent Pérez et Fabrice Luchini). La réplique la plus célèbre du Bossu, « Et, quand il sera temps, si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! », fait du conflit entre le protecteur d’Aurore de Nevers et le prince de Gonzague un exemple typique du roman de cape et d’épée et de la littérature populaire en général. Après avoir été réservé aux lecteurs du journal Le Siècle sous forme de feuilleton en 1857, Le Bossu trouva naturellement sa place dans les collections de romans populaires édités pour la jeunesse et les familles, ce qui éloigna pendant longtemps l’œuvre de Féval des romans du XIXe siècle étudiés et légitimés au sein de l’institution littéraire. Porté aux scrupules après son retour au catholicisme en 1875, l’auteur édulcora lui-même plusieurs de ses romans et contes en vue de les republier chez l’éditeur catholique Victor Palmé, sous le label « Œuvres de Paul Féval soigneusement revues et corrigées », ce qui en favorisa une diffusion durable dans les milieux catholiques, y compris au Canada français. De fait, cette étiquette invariable donna, à défaut d’une légitimité littéraire, des gages de convenance aux éditeurs qui, d’Ollendorf à Albin Michel en passant par Granger au Québec, exploitèrent tel quel le fonds Palmé au lieu de retourner aux éditions originales des textes caviardés ou écartés par Féval. En revanche, les éditions Gérard, réputées pour ses collections de poche « Marabout Géant » et « Bibliothèque Marabout », et Robert Laffont ont préparé la voie à la redécouverte de quelques romans de Féval absents du catalogue de Victor Palmé comme le cycle des Habits noirs (1863-1875), dont l’édition en deux volumes établie par Francis Lacassin dans la collection « Bouquins » de Robert Laffont a servi, en l’absence d’édition critique proprement dite, de référence à quelques-uns des spécialistes de la littérature populaire ayant contribué à réévaluer l’écriture de Féval selon des critères littéraires modernes.

Comme il ressort des actes du colloque tenu à Rennes à l’occasion du centenaire de la mort de Féval en 1987 (Rohou et Dugast, 1992) et d’études ultérieures, l’écriture févalienne tend en partie à se conformer formellement et idéologiquement au modèle standard de la littérature populaire. Dans ses récits manichéens ayant la Bretagne contre-révolutionnaire comme cadre, un justicier providentiel restitue à des héritiers légitimes incarnant les valeurs aristocratiques de l’Ancien Régime les titres et les biens que des parvenus leur ont spoliés après la Révolution. Or d’autres aspects de la narration févalienne exemplifient la tendance inverse de Féval à (se) jouer des procédés de la littérature populaire, comme en témoignent, entre autres, la satire du vaudeville dans Le Fils du diable (1846-1847), le métadiscours ironique dans Le Bossu, la mise en abyme du roman criminel dans Les Habits noirs, voire sa parodie dans La Fabrique de crime (1866) ou celle du roman gothique anglais dans La Ville-Vampire ou bien le malheur d’écrire des romans noirs (1875), autant de ripostes aux polémiques au sujet de la littérature de masse au cours du XIXe siècle. De là l’ambivalence de son écriture romanesque qui produit alternativement les effets de répétition constitutifs de la littérature populaire et les effets de distanciation associés plutôt à la littérature légitimée. Dans Paul Féval. Choix de lettres inédites (1987) et Paul Féval. Parcours d’une œuvre (2000), Jean-Pierre Galvan prend la mesure de cet enjeu textuel dans une perspective biographique rejoignant la sociologie bourdieusienne du champ littéraire ; il replace la production févalienne dans son contexte de diffusion et la rattache à une stratégie auctoriale visant à rompre avec le roman-feuilleton conventionnel au profit d’études de mœurs satiriques destinées, sous leur forme ramassée, à des périodiques publiés en circuit restreint (Revue de Paris, Revue contemporaine). Les lettres de Féval éditées par J.-P. Galvan s’avèrent à cet égard significatives : elles révèlent non seulement les rapports professionnels du romancier avec ses diffuseurs (directeur de journal ou de revue, éditeur), mais aussi son rôle dans la réglementation de la pratique éditoriale à titre de président de la Société des Gens de Lettres (de 1865 à 1868 et de 1872 à 1876). Il n’empêche que Féval n’obtint jamais la reconnaissance littéraire qu’il avait espérée, malgré ses efforts, sinon pour se débarrasser de sa mauvaise réputation de feuilletoniste, du moins pour instruire le procès de la critique et du public par fiction interposée (Aimée, 1859) et pour faire l’apologie du roman-feuilleton (La littérature au Sénat, 1861) et du roman (Recueil de rapports sur les progrès des lettres et des sciences en France, 1868).

Afin de creuser plus avant quelques-unes des pistes de recherche déjà ouvertes et en frayer d’autres, le dossier proposé vise d’abord à élargir le corpus étudié en y incluant idéalement les manuscrits de Féval et les exemplaires de livres retouchés de sa main qui sont conservés à la Bibliothèque municipale de Rennes. Ce fonds a fait l’objet d’une exposition à l’occasion du centenaire de la mort de Féval en 1987, mais a été très peu exploité dans les études sur l’auteur jusqu’à présent, malgré l’intérêt textologique qu’il présente dans le cas des œuvres révisées par le romancier pour le compte de Victor Palmé. Cela dit, l’autocensure, à laquelle s’ajoute la révision des pièces manuscrites soumises à la censure des théâtres sous le Second Empire et conservées aux Archives nationales de France, ne constitue qu’une composante parmi d’autres d’une histoire philologique et éditoriale caractérisée également par le changement fréquent de titres, par la constitution de nombreux recueils de contes et nouvelles, et par la transposition de quelques romans à la scène, pour ne mentionner que les exemples de réécriture ou de réédition les plus manifestes. Ces états textuels, que la republication de romans févaliens sans présentation ni apparat critique chez Alteredit et autres maisons d’édition actuelles ne laissent pas soupçonner, se situent en aval d’un processus de diffusion qui recoupe dès le départ l’essor du roman-feuilleton dans les journaux à grand tirage sous la monarchie de Juillet, tout en offrant quelques-uns des prototypes, dont Les Mystères de Londres et Les Amours de Paris, parus dans Le Courrier français entre 1843 et 1845. Après avoir été lancé par Anténor Joly, directeur du Courrier français, par le biais d’une mystification littéraire répétée (l’attribution des Mystères de Londres et des Amours de Paris à un sir Francis Trolopp fictif), Féval se montre soucieux non seulement de s’illustrer dans la pratique du roman-feuilleton, dont il reproduit et démonte à plaisir les topoï tout au long de sa carrière, mais encore de se distinguer des autres feuilletonistes régnant au rez-de-chaussée des journaux à grand tirage, de Frédéric Soulié à Ponson du Terrail, en passant par Alexandre Dumas père et Eugène Sue.

Si les relations entre quelques romans févaliens et des genres ou catégories génériques comme le roman noir, le mélodrame, les « mystères », le roman de cape et d’épée ou le roman criminel ont déjà été traitées par les spécialistes de la littérature populaire, il reste à établir les liens intertextuels entre Féval et l’auteur des Mémoires du diable ou de celui de Rocambole, par exemple, et à analyser l’intratextualité chez l’écrivain à partir d’un corpus ne se limitant pas aux romans ayant été le plus souvent étudiés jusqu’à présent (Le Bossu, Les Habits noirs). Cette composante de la réécriture févalienne se traduit par les relations entre l’œuvre dramatique et les romans dont elle est principalement tirée, et plus largement par des variations romanesques sur des thèmes (féodalité bretonne, chouannerie, embourgeoisement de la société française, rapport à l’argent, capitalisme moderne), des personnages (aristocrates, domestiques au service de nobles, usurpateurs, parvenus), des topoï (spoliation et restitution d’un patrimoine, manœuvres d’une société secrète ou d’une organisation criminelle) et des chronotopes (la Bretagne sous l’Ancien Régime ou après la Révolution, Paris au XIXe siècle) circulant à travers l’ensemble de l’œuvre, y compris les récits mi-romanesques, mi-autobiographiques où Féval se met en scène (Le Drame de la jeunesse, 1861 ; Les Étapes d’une conversion, 1877-1878).

Une étude comparative des romans, nouvelles ou contes publiés, par exemple, dans un journal monarchiste comme L’Assemblée nationale ou dans un magazine illustré comme Le Musée des familles, par exemple, aiderait à l’évaluation de la capacité de Féval à adapter sa production à un contexte de diffusion et de réception variant d’un périodique à un autre et d’une période historique à une autre. Les pièces et romans qu’il écrivit dans le contexte répressif de l’après-1848 tranchent en effet avec sa contribution à la Révolution de février à titre de dramaturge (Le 24 février, scène dramatique en vers composée en collaboration avec Pierre Zaccone et créée à l’Ambigu-Comique le 9 mars 1848) et de directeur-fondateur de journaux républicains, dont le dépouillement n’a pas encore été fait (Le Bon sens du peuple, journal des honnêtes gens et L’Avenir national, journal des libertés civiles, politiques et religieuses). Un rapprochement entre le roman Jean Diable, paru dans Le Siècle en 1862, et le périodique fondé et rédigé sous le même titre et sous divers pseudonymes par Féval entre 1862 et 1863 pourrait quant à lui éclairer les relations littérature-presse chez l’auteur, qui collabora en outre au Paris-Journal de 1868 à 1870 et à d’autres journaux à titre de chroniqueur.

Les rapports texte-image chez Féval, qui bénéficia de la collaboration d’illustrateurs renommés (Bertall pour l’édition originale des Contes de nos pères chez Chlendowski en 1845, Gavarni et Castelli respectivement pour la publication en livraisons du Fils du diable chez Bry & Willermy de 1847 à 1848 et pour l’édition des Œuvres complètes de Paul Féval, Gustave Doré pour Les Couteaux d’or dans le Journal pour tous en 1856) constituent également un aspect révélateur de l’ancrage de la production févalienne dans l’espace médiatique du XIXe siècle, caractérisé, entre autres, par l’exploitation industrielle de la gravure dans les magazines illustrés. Le développement de la culture de masse eut une incidence sur la carrière de Féval, qui servit comme les célébrités de son temps de cible aux caricaturistes, et sur la réception de son œuvre, vue encore aujourd’hui à travers le filtre des stéréotypes et clichés concernant la Bretagne et les Bretons. Tout en se présentant comme un écrivain bretonnant, l’auteur, entre autres, des Contes de Bretagne (1844) et de Châteaupauvre (1877), intitulé Voyage au dernier pays breton dans la collection des « Œuvres de Paul Féval soigneusement revues et corrigées », prit assez de recul pour faire de l’histoire de ses ancêtres et de leurs légendes une évocation mi-ethnologique, mi-fantastique, teintée par moments d’ironie, à travers laquelle il négocie, en tant qu’écrivain rennais vivant et faisant carrière à Paris, ses relations avec son lectorat parisien épris du pittoresque que lui fournissent déjà Les Français peints par eux-mêmes, comprenant des physiologies de types régionaux, et d’autres études du même genre. Il en va de même pour la description févalienne de Paris et de la culture métropolitaine, de la Restauration au Second Empire. Chez Féval, l’opposition entre la Bretagne et Paris se révèlent moins schématique qu’elle ne le paraît au premier abord, comme en témoigne, entre autres, l’évocation fantasmatique du Palais-Royal, ancien lieu de prostitution, et de ses caveaux dans Les Amours de Paris. Ici comme ailleurs, l’écriture févalienne mise sur une alternance d’effets mélodramatiques et d’effets comiques qu’une étude en diachronie pourrait analyser comme une poétique du roman conciliant les conventions de la littérature populaire avec les trouvailles qui distinguent Féval, créateur de personnages pittoresques, styliste et ironiste, des fournisseurs de romans-feuilletons standards.

Toute personne désireuse de suivre l’un des axes de travail proposés ou d’ouvrir d’autres perspectives de recherche est priée de soumettre une proposition d’article d’une page maximum le 1er juin 2014 au plus tard aux responsables du dossier. Les auteurs des propositions retenues devront remettre leur article (30 000 signes environ) à la fin mars 2015 au plus tard en vue d’une soumission aux responsables du dossier et au comité de rédaction de Rocambole. Bulletin des Amis du Roman Populaire. La publication du dossier est projetée pour 2016, année du bicentenaire de la naissance de Féval.

 

Responsables du dossier :

Dominique Laporte, professeur agrégé à l’Université du Manitoba (Dominique.Laporte@umanitoba.ca), et Agnès Sandras, conservateur à la BnF (agnes.sandras75@yahoo.fr).

 

Adresses du site de Rocambole : http://www.lerocambole.net ; http://www.lerocambole.com.

 

Sélection d’éditions modernes d’œuvres de Féval

 

Albin Michel (Le Loup blanc) ;

Alteredit (La Quittance de minuit, La Louve et sa suite, Valentine de Rohant, Le Roi des gueux et sa suite, La Maison de Pilate, Le Cavalier Fortune, Le Dernier vivant) ;

Aube (Les Molly-Maguires, La Fabrique de crimes [repris également dans Tapis-Franc : revue du roman populaire, éd. René Guise et Christiane Thil, no 1, hiver 1998, p. 95-132]) ;

Gérard, coll. « Marabout » (Les Mystères de Londres, Les Couteaux d’or, Le Bossu, Les Compagnons du silence, Le Chevalier Ténèbre suivi de La Ville vampire, Les Habits noirs, Les Drames de la mort) ;

GF Flammarion (Le Bossu, présentation par Ellen Constans) ;

Hachette Livre BnF (97 titres en provenance de Gallica et en vente à cette adresse : www.hachettebnf.fr) ;

Jacques Glénat (Le Livre des mystères, réédité sous le titre de Nuits de terreur) ;

L’ancre de marine (La Fée des grèves) ;

Le Livre de Poche (Le Bossu) ;

Ombres / Climats (Le Chevalier Ténèbre, La Vampire, La Ville vampire) ;

Phébus (Les Mystères de Londres, Les Compagnons du silence) ;

Presses de la Cité / Omnibus (Le Bossu. Le roman de Lagardère) ;

Robert Laffont, coll. « Bouquins » (Les Habits noirs, établie par Francis Lacassin) ;

Slatkine (Les Contes de nos pères [réimpression de l’édition originale illustrée par Bertall]) ;

Yves Salmon (Châteaupauvre).

 

Une bibliographie complète des œuvres de Féval, y compris ses feuilletons publiés dans les journaux et revues du XIXe siècle, se trouve dans le catalogue de l’exposition Paul Féval 1816-1887, tenue à la Bibliothèque municipale de Rennes du 10 septembre au 10 octobre 1987, à l’occasion du centenaire de la mort de Féval. Ce catalogue inclut un inventaire des manuscrits de l’auteur conservés à la Bibliothèque municipale de Rennes et une bibliographie des éditions espagnoles et portugaises. Nous renvoyons aussi à la bibliographie commentée par Jean-Pierre Galvan dans Paul Féval. Parcours d’une oeuvre (Encrage, 2000). Elle contient un résumé de chaque roman, en plus de références. J.-P. Galvan a publié en outre Paul Féval. Choix de lettres inédites (Centre de recherches sur le roman populaire, Nancy, 1987). Cette anthologie est disponible auprès du Rocambole (Amiens) ou de Jean-Luc Buard, rédacteur en chef de la revue (prix du volume : 12 euros, port compris). Voir également le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France, qui comprend plusieurs reproductions numériques d’éditions de Féval, et enfin la bibliographie électronique composée par Vladimir Matuschenko [http://rraymond.narod.ru/rf-feval-pere-bib.htm].

 

 

 

Sélection d’études sur Féval, y compris les actes du colloque de Rennes à l’occasion du centenaire de la mort de l’auteur en 1987 (Rohou et Dugast, 1992)

 

BUARD (Jean-Luc), « Le Juif errant, suites et fin… », Le Rocambole, dossier « Les suites… sans fin », coordonné par Alfu, no 23, été 2003, p. 33-44.

CHALVON-DEMERSAY (Sabine), « Si tu ne vas pas à Lagardère, fictions patrimoniales et rapport au passé ; patrimoine et transmission », dans Fictions patrimoniales sur grand et petit écran : contours et enjeux d’un genre intermédiatique, éd. Pierre Beylot et Raphaëlle Moine, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, p. 79-92.

COMPÈRE (Daniel), « L’art de la suite chez Paul Féval fils », Le Rocambole, dossier « Les suites… sans fin », coordonné par Alfu, no 23, été 2003, p. 45-58.

COUÉGNAS (Daniel). « Distance humoristique et subversion des codes : Féval », dans Fictions, Enigmes, Images. Lectures (para ?)littéraires, Limoges, PULIM, 2001, p. 179-188.

DIVERRES (A. H.), « Paul Féval and the Novel », dans Mélanges de littérature française moderne offerts à Garnet Rees par ses collègues et amis, éd. Cedric E. Pickford et Patricia Iñes Maguire, Paris, Minard, 1980, p. 131-144.

DROIN-YOKEL (Richard), « Les Signifants du désir dans Les Habits noirs de Paul Féval », Littérature, 23, 1976, p. 31-48.

DUMASY (Lise), « Le mystère urbain, entre roman gothique et roman de l’histoire social : le noir moderne », Autour de Vallès, à paraître.

DUMASY (Lise), Le Roman-feuilleton français au XIXème siècle, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1989. (Cet ouvrage, épuisé, est mis en ligne sur le site de la revue en ligne Belphégor [http ://etc.dal.ca/belphegor]. Il en constitue le volume 7, n°1, novembre 2007.)

DUMASY (Lise), « Les Habits noirs de Paul Féval : le roman au miroir », Recherches et travaux  dossier Crise de la représentation, n° 43, 1993.

DUMASY (Lise), « Ironie et fantastique chez P. Féval », Recherches et Travaux de l’Université de Grenoble, dossier L’ironie. Hommage à René Bourgeois, n° 40, 1991.

FRIGERIO (Vittorio), « Paul Féval feuilletoniste et martyr », dans Les fils de Monte-Cristo. Idéologie du héros de roman populaire, Limoges, PULIM, 2002, p. 258-274.

FRITZ-EL AHMAD (Dorothée), « Une manière de produire des romans-feuilletons : Paul   Féval », Richesses du Roman Populaire, éd. René Guise et Hans-Jörg Neuschäfer, Nancy, Centre de Recherches sur le Roman Populaire, 1986, p. 271-279.

GALVAN (Jean-Pierre), « Paul Féval (1816-1887) », dans Dictionnaire du roman populaire francophone, éd. Daniel Compère, Paris, Nouveau Monde éditions 2007, p. 169-170.

GALVAN (Jean-Pierre), Paul Féval. Parcours d’une oeuvre, Amiens, Encrage, 2000.

GAUTHIER (Nicolas), « Le médecin dans les “mystères urbains” (1840-1860) », dans Interpréter, juger, soigner. Herméneutique et clinique dans la représentation littéraire du médecin et de la médecine (XIXe-XXIe siècles), éd. Lise Dumasy et Hélène Spengler, Genève, Droz, à paraître.

GAUTHIER (Nicolas), « La Ville criminelle dans les grands cycles romanesques de 1840 à 1860 », thèse de doctorat réalisée en cotutelle entre l’Université de Montréal (sous la direction de M. Stéphane Vachon) et l’Université Stendhal – Grenoble 3 (sous la direction de Mme Lise Dumasy), soutenue le 28 mai 2011.

GRIVEL (Charles), « Écriture, feu d’enfer. Paul Féval et le roman », Revues des Sciences humaines, dossier « Le Diable », no 234, 1994, p. 11-34.

GUIRAUD (Michèle), « Un Roman de Paul Féval sur le Portugal du XVIIe siècle : Les Fanfarons du Roi (1845) », Quadrant, 17, 2000, p. 41-62.

KNIGHT (Stephen), The Mysteries of the Cities : Urban Crime Fiction in the Nineteenth Century, Jefferson, NC, McFarland, 2012.

LACASSIN (Francis), « Paul Féval ou la Comédie humaine racontée par Vautrin », dans À la recherche de l’empire caché. Mythologie du roman populaire, Paris, Julliard, 1991, p. 43-60.

LAPORTE (Dominique), « Une métaphore de la contre-révolution après 1848 : la thérapeutique du corps social chez Paul Féval », dans Interpréter, juger, soigner. Herméneutique et clinique dans la représentation littéraire du médecin et de la médecine (XIXe-XXIe siècles), éd. Lise Dumasy et Hélène Spengler, Genève, Droz, vol. 1, à paraître.

LAPORTE (Dominique), « Une revanche contre la fatalité post-révolutionnaire : la satire du snobisme industriel chez Paul Féval », dans L’argent et le rire. De Balzac à Mirbeau, éd. Florence Fix et Marie-Ange Fougère, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 141-152.

LAPORTE (Dominique), « Les hommes de loi et les plaideurs dans la littérature populaire du XIXe siècle (Caigniez, Ducange, Féval) », Eidôlon. Cahiers Du Laboratoire Pluridisciplinaire de Recherches Sur l’imaginaire appliquées à la Littérature (L.A.P.R.I.L), no 98, 2012, p. 163-175.

LAPORTE (Dominique), « Une métaphore du pouvoir dictatorial sous le Second Empire : la représentation de Louis XI sur la scène (Nerval, Banville) et en feuilleton (Féval) », Bien Dire et Bien Aprandre. Revue de Médiévistique, dossier Louis XI, une figure controversée, éd. Marie-Madeleine Castellani et Fiona Mcintosh-Varjabédian, no 27, 2010, p. 299-314.

MERCIER-FAIVRE (Anne-Marie), « Le Régent bossu », dans Le Régent : entre fable et histoire, éd. Denis Reynaud et Chantal Thomas, Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 2003, p. 143-156.

MIGOZZI (Jacques), « 4 – Entre illusion référentielle et carnavalisation, quelle    distanciation ? », dans Boulevards du populaire, Limoges, PULIM, 2005, p. 173-184.

MILIN (Gaël), « Chouans et Bleus de Paul Féval : une mythologie contre-révolutionnaire », dans La Révolution française dans la conscience intellectuelle bretonne du XIXe siècle, Université de Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 1988, p. 55-99.

MOMBERT (Sarah), « Lagardère de père en fils ou les aventures d’un genre populaire », dans Le Roman Populaire en Question(s), éd. Jacques Migozzi, Limoges, PULIM, 1997, p. 405-416.

NATHAN (Michel), « La Fille du Juif-Errant », dans Splendeurs & misères du roman populaire, éd. René-Pierre Colin, René Guise et Pierre Michel, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1990, p. 179-188.

OLIVIER-MARTIN (Yves), « Paul Féval », dans Histoire du roman populaire en France, Paris, Albin Michel, 1980, p. 115-125.

OLIVIER-MARTIN (Yves), Paul Féval ou Lagardère au champ des lettres, Rennes, Simon, 1969.

PRÉAUD (Maxime), « Les affiches de librairie illustrées pour le roman populaire sous le Second Empire », dans L’aventure dans la littérature populaire au XIXe siècle, éd. R. Bellet, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1985, p. 105-126.

PRÉVOST (Maxime), « Pénombre historique (Ann Radcliffe) et noirceur sociale (Eugène Sue, Paul Féval). Le mystère des Mystères », Discours social / Social Discourse, nouvelle série, III, 2001, p. 11-30.

ROHOU (Jean), DUGAST (Jacques) éd., Paul Féval romancier populaire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1992.

SANTA (Àngels), « La méchanceté à l’œuvre : Bozzo et Lecoq dans Les Habits Noirs de Paul Féval », Le Rocambole, dossier Ces fameux méchants, no 59-60, 2012, p. 30-42.

SANTA (Àngels), « Les Avatars du Bossu de Paul Féval en Espagne », Œuvres et Critiques : Revue Internationale d’Etude de la Réception Critique des Œuvres Littéraires de Langue Française, vol. 31, no 2, 2006, p. 75-89.

SANTA (Àngels), « La Figure de la bohémienne chez Paul Féval », dans La Bohémienne, figure poétique de l’errance aux XVIIIe et XIXe siècles, éd. Pascale Auraix-Jonchière et Gérard Loubinoux, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2005, p. 177-186.

SANTA (Àngels), « Jules Vallés et les écrivains populaires : Eugène Sue, Alexandre Dumas et Paul Féval », Autour de Jules Vallès. Revue de lectures et d’études vallésiennes, nº 33, 2003-2004, p. 135-146.

SANTA (Àngels), « La douleur de la vengeance. Les Habits Noirs de Paul Féval », L’Ull crític, nº 8, 2003, p.71-80.

SANTA (Àngels), « Le Bossu de Paul Féval, passage du roman au mélodrame », dans Mélodrames et romans noirs, 1750-1890, éd. Simone Bernard-Griffiths et Jean Sgard, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2000, p. 235-245.

SANTA (Àngels), « À propos de Paul Féval et des Jésuites… », dans Le Populaire à l’ombre des clochers, éd. Antoine Court et Pierre Charreton, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 1997, p. 45-54.

SANTA (Àngels) « L’imaginaire de la justice en France à travers L’Arme invisible de Paul Féval », Problèmes de l’écriture populaire au XIXe siècle, éd. Roger Bellet et Philippe Régnier, Limoges, PULIM, 1997, p.67-76.

SANTA (Àngels), « Réécriture du même crime : Le Bossu et L’Avaleur de sabres de Paul Féval », dans Crime et châtiment dans le roman populaire de langue française du XIXe siècle, éd. Jean-Claude Vareille et Ellen Constans, Limoges, PULIM, 1994, p.259-270.

SANTA (Àngels), « Le “Roman de cape et d’épée” : micro genre du roman historiqueou avatar du roman populaire? L’Exemple du Bossu de Paul Féval », dans Du côté du populaire, éd. Antoine Courtet Pierre Charreton, Saint-Étienne, Université Jean Monnet, 1994, p. 29-34.

SANTA (Àngels), « Nature du héros dans les romans de cape et d’épée (Le Bossu de Paul Féval) », dans À la rencontre du populaire, éd. Antoine Court et Roger Bellet, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, 1993, p. 17-27.

SANTA (Àngels), « Paul Féval : Héroïsme et Fatalité », dans À la recherche du populaire, éd. Antoine Court, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, 1992, p. 39-52.

SANTA (Àngels), « Archétypes féminins dans Le Bossu », dans Paul Féval, romancier populaire, éd. Jean Rohou et Jacques Dugast, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1992, p. 247-260.

SANTA (Àngels), « Crime et criminels dans Les Habits Noirs de Paul Féval », dans Crimes et criminels dans la littérature française, éd. Claude Foucart, Lyon, C.E.D.I.C., 1991, p.167-174.

SAUVY (Anne), « L’aventure au coin du feu dans les premières années des Veillées des chaumières », dans L’aventure dans la littérature populaire au XIXe siècle, éd. R. Bellet, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1985, p. 153-175.

VAREILLE (Jean-Claude), « Répétitions », dans L’Homme masqué, le justicier et le détective, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1989, p. 73-97.

VAUILLAUME (Marcel), « Le Repérage temporel dans les textes narratifs », Langages, 112, déc. 1993, p. 92-105.

 

 

 

Parution: Les mystères urbains au prisme de l'identité nationale

Medias19

Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale
Sous la direction de Marie-Ève Thérenty

Marie-Eve Thérenty Présentation. Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale

Grande-Bretagne

Matthieu Letourneux Imaginaires sériels et circulation internationale. Le cas des mystères urbains (France, Grande-Bretagne)

Micheline Cambron Mystères et variance des textes populaires : la contingence des supports
Marie-Astrid Charlier Mystères de papier mâché. Montréal selon Hector Berthelot
Matthieu Letourneux Un genre médiatique international, des séries culturelles locales: Le mystère urbain québécois
Yoan Vérilhac Les mystères des Mystères de Montréal d’Henri-Émile Chevalier
Alex Gagnon Crimes littéraires et transactions discursives. Les Mystères de Montréal et le récit national

Nicolas Gauthier Le « cas » des Mystères du Palais-Royal de Louis-François Raban
Amélie Chabrier Les Mystères de New-York : stratégies d’adaptation d’un serial américain au pays de l’oncle Sue

Effie Amilitou Apocryphes urbains, ou la construction d’un mystérieux genre romanesque en Grèce

Anna Lushenkova Foscolo Entre l’« école naturelle » et les mystères de la capitale : La croisée des genres et des traditions littéraires dans Les Bas-fonds de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Krestovski et sa traduction française

Helle Waahlberg « Ridicules imitations d’Eugène Sue ou de Paul Féval » : les mystères urbains scandinaves

Mexique

Laura Suárez de la Torre Lectures des Mystères de Paris à Mexico au  XIXe siècle
Maria Esther Pérez Salas Les illustrations mexicaines des Mystères de Paris

Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations

Littérature, Histoire, Médias

Congrès  international organisé par le RIRRA21 (université Montpellier III) et le centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1/Paris 4)

__________________________________________________________________________________

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854)… Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Le congrès que nous proposons de tenir à Montpellier et à Paris entre le 8 et le 16 novembre 2013 souhaite étudier ce premier large phénomène de mondialisation médiatique.

PROGRAMME

Vendredi 8 novembre 2013

(Café des lettres, Médiathèque Emile Zola, Montpellier)

19h00

Les mystères urbains au XIXe siècle. Aux sources de notre culture médiatique globale.

Conférence par Marie-Ève Thérenty, professeur de littérature française.

Mardi 12 novembre 2013 (cinéma Diagonal, rue de Verdun)

19h45    Soirée d’ouverture au cinéma Diagonal de Montpellier : les mystères urbains au cinéma. Projection de Gangs of New York de Martin Scorcese. États-Unis, Italie, 2002, 2h47, avec Leonardo Di Caprio, Daniel Day-Lewis, Cameron Diaz, Liam Neeson, John C. Reilly. Golden Globe du meilleur réalisateur et de la meilleure musique originale en 2003.

Jeudi 14 novembre 2013

(salle des colloques 1, site Saint-Charles, Montpellier)

9h00 Ouverture par Marie-Ève Thérenty et Dominique Kalifa

La source : Les Mystères de Paris

Présidente de séance : Adeline Wrona (Université de Paris IV)

9h30 Paul Bleton (Teluq, Canada), « Les mystères de Paris : échangeur générique»

10h00 Guillaume Pinson (université Laval, Quebec) :  « Les Mystères et le feuilleton : aux sources d’une culture médiatique francophone transatlantique »

Pause

11h30 Filippos Katsanos (Montpellier III, RIRRA 21/Université de Patras, Grèce), « Réceptions croisées : les enjeux de la traduction des Mystères de Paris en Angleterre et en Grèce »

12h00 Corinne Saminadayar-Perrin (Montpellier III, RIRRA21), « L’effet-titre »

Mysterymania (1)

Présidente de séance : Catherine Nesci (Université de California, Santa Barbara)

14h30 Nelson Schapochnik (Université de Sao Paulo, Brésil), « Mysterymana, de Paris au Plata ».

15h00 Kirill Chekalov (LPCM, Moscou), « Les mystères urbains en Russie au XIXe siècle : la réception contradictoire de l’héritage de Sue ».

15h30 Kalai Sandor (Université de Debrecen, Hongrie), « Les Secrets hongrois d’Ignac Nagy, le premier mystère urbain hongrois ».

Pause

16h30 Santiago Diaz Lage (Universidade de Santiago de Compostela, Espagne) : « Histoire et géographie : les mystères urbains espagnols »

17h 00 François Amy de la Bretèque (Université Montpellier III, RIRRA21), « L’art d’accommoder les restes : Les Mystères de Paris, de Baroncelli »

18 h : Projection de mystères cinématographiques et cocktail (salle 102)

20h 30 Dîner du colloque

Vendredi 15 novembre 2013

(salle des colloques 1,  site Saint-Charles, Montpellier)

Poétique des Mystères

Président de séance : Jean-Christophe Valtat (Université de Montpellier III)

9h30 Nicolas Gauthier (Université de Waterloo, Canada), « Un masque derrière un masque : la note de bas de page dans les mystères urbains »

10h00 Anaïs Goudmand (EHESS, UNIL, Suisse), « Economie et socialité du suspense dans les mystères urbains »

Pause

11h00 Laëtitia Gonon (Université de Grenoble), « Stylistique du vengeur dans les Mystères de Paris et quelques-uns de ses avatars » (1842-1847)

11h30 Présentation du site medias19 et de la base de données mystères

Politique des mystères urbains

Président de séance : Dominique Kalifa (Université de Paris I)

14 h 00 John Savage (Lehigh university, Etats-Unis), « Les Mystères des Antilles: les racines coloniales du sentiment d’horreur chez Sue »

14h30 Amy Wigelsworth (Durham University, Grande-Bretagne), « Sex and the city, rewriting the feminine in the mystères urbains »

Pause

15h30 Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA21), « Les mystères urbains, un réflexe républicain »

16h00 Rebecca Powers (John Hopkins university, Etats-Unis), « Charles Testut and Les Mystères de la Nouvelle-Orléans : Journalism in Exile ?  »

18h 24 Départ par le TGV pour Paris

Samedi 16 novembre 2013

(Amphithéâtre Turgot, Université Sorbonne, Paris)

9h 00 Ouverture par Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty

Mysterymania (2)

Présidente de séance :  Anne-Marie Thiesse (CNRS)

9h30 Paul Aron (ULB, Belgique), « Les Mystères des mystères de Bruxelles »

10h00 Laura Suárez de la Torre (Instituto Mora, Mexique), « Sur les traces des mystères à Mexico (1843-1900)»

Pause

11h00 Françoise Genevray (Université de Lyon III), « Trois décennies de mystères urbains en Russie : de la peinture du peuple à l’inventaire des bas-fonds »

11h30 Ana Porto (Université de Campinas, Brésil), « Mysteries and crimes in Brazilian newspapers in the end of the nineteenth century »

12h00 Yvan Daniel (Université La Rochelle), « Mystères urbains » en France, en Chine, des perspectives incomparables ?

Le devenir des Mystères urbains

Président de séance : Guillaume Pinson (Université Laval, Québec)

14 h30 Silvia Disegni (Université de Naples, Italie), « Les mystères napolitains entre les mystères d’Isis et ceux de la modernité »

15h00 Matthieu Letourneux (Université Paris-Ouest, Nanterre), « La disparition du genre des mystères  au début du XXe siècle »

15h30 Andrea Goulet (University of Pennsylvania, Etats-Unis), « Race, space and criminal choreographies from Les Mystères de Paris to The Wire »

16h00 Guillaume Boulangé (Montpellier III, RIRRA21)  et Prisca Grignon (Montpellier III, RIRRA21), « « To be continued » ou l’aventure infinie des Mystères de New York au cinéma »

_____________________________________________________________________________________________________

Adresses des différents lieux des manifestations :

Médiathèque Emile Zola, 240, rue de l’acropole, 34 000 Montpellier (tram : Place de l’Europe)

Cinéma Diagonal, rue de Verdun, 34000 Montpellier (tram : Comédie)

Site Saint-Charles, rue du professeur Henri Serre, 34000 Montpellier ( tram : Albert 1er)

Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (métro : Luxembourg, Cluny, Saint-Michel)

Nous souhaitons adresser des remerciements spécifiques à Helle Waahlberg, à Annick Douellou, à Sophie Lhermitte, à Laura Suarez de la Torre, à Catherine Nesci, à Micheline Cambron, à Guillaume Pinson, à Guillaume Boulangé, à Prisca Grignon, à Élisabeth Gavalda et aux étudiants du département d’arts du spectacle, aux étudiants du master pro « métiers du livre et de l’édition », à Marie-Pierre Gudin de Vallerin (DRAC) et à Gilles Gudin de Vallerin (Médiathèque Emile Zola) pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’organisation de cette manifestation.

Appel: Les héroïsmes passés relus par la fiction; La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Les héroïsmes passés relus par la fiction

La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Musée des Invalides – 7 juin 2014

Le développement du roman historique moderne au XIXe siècle a engagé la représentation de l’histoire dans un dialogue avec les imaginaires contemporains de la  culture médiatique et urbaine. En convoquant dans leurs romans certains lieux, événements, personnages empruntés au passé, les écrivains les redéfinissent suivant l’économie de la fiction au point d’en faire rapidement des stéréotypes romanesques repris d’une œuvre à l’autre. Ils leur associent un ensemble de traits attendus qui construisent les représentations de l’Histoire. Ainsi, un certain nombre de figures historiques se retrouvent-elles prises dans un va-et-vient entre reconstitution historique, stéréotypes littéraires et discours d’actualité.

L’un des exemples les plus frappants au XIXe siècle de ce processus de reconfiguration par la littérature est sans doute la figure du mousquetaire. Rendu fameux par Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, ce personnage se décline durant tout le XIXe siècle et continue au XXe siècle d’alimenter un imaginaire romanesque renouvelé. On compte de nombreuses suites apportées au roman de Dumas au théâtre et dans le feuilleton, une multitude de déclinaisons dans les récits de cape et d’épée, et tout un ensemble de relectures plus tardives (du D’Artagnan amoureux du Français Roger Nimier au Club Dumas de l’Espagnol Arturo Perez Reverte). A force de variations stéréotypées, le personnage devient un marqueur générique, associé au récit de cape et d’épée et, plus largement, à une certaine conception du romanesque. Il détermine un pacte de lecture particulier avec lequel les auteurs jouent plus ou moins librement. Le mousquetaire et ses variantes, gasconnes ou autres, apparaissent ainsi comme des figures littéraires se structurant sur la matière même de l’Histoire ; et à travers eux se dit quelque chose de la construction d’une identité collective, autour de « l’esprit français », du panache, etc. Mais au fil du temps, ces imaginaires se transforment à leur tour en fonction des mutations sociales, politiques et culturelles : évolution de l’idée de Nation, débats sur l’armée, la conscription ou le rôle international de la France, tensions politiques redéfinissent ainsi le personnage et les significations qui lui sont associées.

L’objet de ce colloque sera d’explorer les différentes thématiques qui s’articulent autour de la figure du mousquetaire et de ses variantes : thématiques génériques, autour de la définition du roman historique et du roman de cape et d’épée, et de leurs convergences ; thématiques politiques et idéologiques, avec la question de la transformation des armées et l’émergence des nationalismes ; thématiques historiographiques, autour des discours charriés par les fictions sur ce corps d’armée et de son représentant paradigmatique, Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan ; thématiques esthétiques, dans la mesure où l’éthos du mousquetaire vaut pour une certaine définition du romanesque, mais où son imaginaire s’est transformé au cours du XIXe siècle et plus encore au cours du XXe siècle.

Le colloque est ouvert aux propositions issues de disciplines différentes (histoire de l’art, littérature, Histoire, études théâtrales et cinématographiques) ou aux approches interdisciplinaires.

On s’intéressera tout particulièrement aux questions suivantes :

  • Quelle est la signification du personnage dans la société du XIXe siècle ? Quelle position occupe-t-il dans la définition des représentations nationales et d’une mythologie collective ? Quels sont les enjeux politiques et idéologiques qui traversent ses différentes définitions ? On pourra par exemple se demander comment il dialogue avec l’imaginaire de l’armée française, quel lien il entretient avec les débats sur la conscription ou les tensions politiques du temps. On questionnera également certains des lieux communs associés à la figure du mousquetaire : le duel, le panache, l’esprit français, en tentant de montrer leur valeur culturelle et littéraire, et leur relation avec les imaginaires du XIXe siècle.
  • On cherchera à montrer le rôle de Dumas dans l’invention du personnage (et les études consacrées à la trilogie des Mousquetaires seront bienvenues). On étudiera les glissements successifs qui ont transformé ce personnage dumasien pour en faire un type collectif avec ses caractéristiques, un marqueur générique. On tentera de mettre en évidence la constitution d’un type romanesque, associé à des intrigues, un ton, une encyclopédie narrative et thématique. Dans cette perspective, on étudiera la fonction du mousquetaire dans les imaginaires sériels de l’époque, ceux en particulier de genres comme le roman de cape et d’épée ou le roman historique (et les études sur ces deux genres seront les bienvenues), en tentant également de mettre en évidence les transformations de ces imaginaires au fil du temps – y compris dans leurs versions étrangères (anglaises, espagnoles, américaines).
  • On s’intéressera aux différents avatars du mousquetaire : il s’agira d’abord de se pencher sur quelques uns des prolongements du cycle de Dumas (comme les reprises du cycle des mousquetaires par Paul Mahalin ou Paul Féval), mais aussi sur les variantes plus libres – le cadet de Gascogne, le « petit parisien », etc. On pourra ainsi aborder quelques-uns des personnages clés de cet imaginaire du panache associé au récit de cape et d’épée, comme Cyrano de Bergerac, Lagardère, ou Pardaillan.
  • On abordera plus largement la circulation du personnage dans l’ensemble des espaces culturels : du côté du théâtre et des spectacles bien sûr, mais aussi du côté de l’illustration, de la caricature ou des récits en images, dans la culture populaire et la culture matérielle. Plus généralement, la question de la réception de cet imaginaire – par exemple dans des adaptations pour la jeunesse – pourra être abordée. Enfin, des ouvertures pourront être faites du côté des réécritures plus contemporaines ou des versions médiatiques (cinéma, télévision, bande dessinée) qui ont fleuri aux XXe et XXIe siècles.

La journée d’étude est organisée par la Société des Amis d’Alexandre Dumas (SAAD) – http://www.dumaspere.com/

Les propositions de communication sont à envoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Isabelle Safa (safa.isabelle@gmail.com) avant le 8 janvier 2014.

Journée d’étude: Les Mystères urbains : le roman de l’histoire sociale

Les Mystères urbains : le roman de l’histoire sociale

Journée d’études du jeudi 3 octobre 2013

Université Montpellier 3 / RIRRA 21

Site Saint-Charles, salle 102

Contact : Corinne Saminadayar-Perrin, www.csaminadayar.fr

11 h. Corinne Saminadayar-Perrin (Université Montpellier 3 / RIRRA 21), « Espaces-temps des Mystères urbains : l’enquêteur, le romancier et l’historien »

11 h 45.  Marie-Ève Therenty (Université Montpellier 3 / RIRRA 21), [titre à préciser]

12 h 30. Yoan Vérilhac (Université de Nîmes / RIRRA 21), « Le Mystère urbain en France au XIXe siècle : l’épreuve de la durée et l’écriture de l’histoire »

Déjeuner

14 h.  Matthieu Letourneux (Université de Paris-Ouest Nanterre), « L’histoire sociale phagocytée par le roman-feuilleton : Les Mystères du peuple d’Eugène Sue »

14 h 45.  Lise Dumasy (Université de Grenoble 3 / ECRIRE), « Du roman gothique au roman noir : la ville comme espace du mystère et de son exploration »

15 h 30.  Helle Waahlberg (RIRRA 21), [titre à préciser]

16 h 30.  Héléna Demirdjian (RIRRA 21), « L’insertion du discours politique dans Le Fou de Raffi »

Parution: Guillaume Apollinaire, Henry Desnar et Eugène Gaillet Que faire ? Feuilleton du Matin paru en 1900.

Parution
Médias19
Guillaume Apollinaire, Henry Desnar et Eugène Gaillet

Appel: Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations (date limite: 15 février 2013)

Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations

Littérature, Histoire, Médias

Organisé par le centre de recherches RIRRA 21, université de Montpellier III

Avec la collaboration du

Centre d’histoire du XIXe siècle, Universités Paris 1/Paris 4

et de Medias19

14 et 15 novembre (Montpellier), 16 novembre (Paris) 2013

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Pour donner une idée du succès, on rappellera la célèbre boutade de Théophile Gautier : « Des malades ont attendu pour mourir la fin des Mystères de Paris ; le magique « la suite à demain » les entraînait de jour en jour, et la mort comprenait qu’ils ne seraient pas tranquilles dans l’autre monde, s’ils ne connaissaient pas le dénouement de cette bizarre épopée ». Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Ces traductions sont d’ailleurs très souvent déjà des adaptations. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848),  Los misteríos de Madrid de Juan Martínez Villergas (1844), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854), I Misteri di Roma contemporanea de B. Del Vecchio (1851-1853), plusieurs Mystères de Montréal dont ceux d’Hector Berthelot en 1892 ….  Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Le congrès que nous proposons de tenir à Montpellier les 14 et 15 novembre et à Paris le 16 novembre 2013 souhaite étudier ce premier large phénomène de mondialisation médiatique. Cette manifestation est organisée dans la continuité d’une série de séminaires et de colloques conduits à Montpellier, à Mexico (2011) et à Québec (2012)… Il n’a donc pas vocation à reprendre l’exploration du corpus sous la forme d’une série de monographies mais bien à proposer une réflexion transversale et transdisciplinaire sur les processus de circulation, des transferts et de transformations des objets. Seront donc privilégiées, sans ce que cette liste soit limitative :

–          les communications qui proposeront un défrichage global des corpus encore inexplorés et notamment ceux d’Asie, d’Afrique, d’Europe de l’Est, d’Amérique latine… Les corpus français, grecs, scandinaves et canadiens ont fait l’objet de travaux spécifiques de l’équipe organisatrice du colloque qui sont en cours de publication sur le site medias19.org. Les corpus britanniques, étasuniens, espagnols ont été bien explorés par la critique. Dans cette catégorie, on évitera de proposer des communications monographiques portant sur une seule œuvre ou se contentant d’exposer de manière non problématisée l’état bibliographique de la question sur un pays.

–  les communications explorant ces textes avec des méthodologies autres que littéraires. Les interventions d’historiens, de sociologues, de traductologues, de linguistes… seront particulièrement utiles et appréciées.

–  les communications proposant une contextualisation du phénomène et mettant en relation par exemple la production de ce genre avec la littérature d’enquête, l’émergence de la statistique sociale, la littérature panoramique, la pensée de la de la ville, de la pauvreté, des bas-fonds sociaux, ainsi que l’écriture du reportage.

–          les communications prenant en compte la dimension des transferts culturels et la circulation des objets matériels. Comment concrètement circulent ces textes ? Quel est le profil des passeurs culturels qui prennent en charge la traduction et l’édition des mystères urbains ?

–          les communications mettant en jeu des questions de méthode devant ce qui s’apparente déjà à une forme de littérature-monde ou traitant à une échelle globale ou locale la question de la définition du genre.

–          les communications transversales visant à comparer, à évaluer des corpus, à mettre en évidence la circulation, la transformation, l’appropriation de motifs urbains, criminels, sexuels, politiques, sociaux, raciaux ou l’hybridation des modèles génériques.

–          les communications portant sur les adaptations des mystères urbains du XIXe siècle au cinéma, à la télévision, en bandes dessinées  et réfléchissant à la transmodalité de ces récits urbains qui sont à l’origine de notre culture médiatique moderne.

Une page sur le site medias19.org (rubrique actualités) tiendra à la disposition des chercheurs intéressés une série de ressources.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais (avec traduction écrite de la communication). La communication dans d’autres langues pourra être envisagée.

Le congrès sera accompagné d’un cycle Mystères urbains dans les cinémas de la ville. Seront diffusés Les Mystères de Lisbonne de Raoul Ruiz (2010) en hommage à son auteur décédé récemment, Les Mystères de Paris d’André Hunebelle (1962) avec Jean Marais et à une rareté de ciné-club, Les Mystères de New York de Louis Gasnier de 1914 (programme sous réserve). Un spectacle, avec les étudiants de la section arts du spectacle de l’université de Montpellier III, « Les Mystères urbains,  de Paris à Saint-Petersbourg », sera représenté deux fois au cours du congrès.

Le congrès prendra en charge l’hébergement et la restauration des chercheurs dont les communications seront retenues. En revanche, le budget du congrès étant limité, il faudrait d’ores et déjà penser à un financement des déplacements des communicants par leurs institutions de rattachement. En cas de problème, le comité organisateur du colloque est à votre disposition pour chercher d’éventuelles solutions.

Les propositions de communication (projet détaillé de 200 mots + bref curriculum vitae) sont attendues pour le 15 février 2013 aux adresses suivantes : marieeve.therenty@sfr.fr et dominique.kalifa@univ-paris1.fr

Comité scientifique : Paul Aron (FNRS, Université libre de Bruxelles), Georgia Gotsi (Université de Patras, Grèce), Micheline Cambron (Université de Montréal), Dominique Kalifa (université de Paris I-Sorbonne), Matthieu Letourneux (Université de Paris Ouest-Nanterre), Catherine Nesci (Université de Californie, Santa Barbara), Guillaume Pinson (université Laval, Québec), Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), Laura Suarez de la Torre (Instituto Mora, Mexico), Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier III), Anne-Marie Thiesse (CNRS), Alain Vaillant (Université de Paris Ouest-Nanterre), Yoan Vérilhac (Université de Nîmes), Helle Waahlberg (Université de Montpellier III).

Réédition: Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Réédition

Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Paris, Le Masque, 2012

Préface et postface de Matthieu Letourneux

Le 25 juin 1906, paraissait dans Le Matin le premier article d’un « reportage sensationnel » débutant sur cette annonce effrayante : « on vole des enfants à Paris ! » Pendant trois mois, ce mystère allait donner lieu à un compte-rendu quotidien, et à une enquête extraordinaire menée tambour battant par trois courageux journalistes, Aron Barbarus, Alain Bernard et Clovis Binard, et à une série d’entretiens et d’interventions des célébrités politiques et culturelles de l’époque (Louis Lépine, Georges Clémenceau, Anatole France…). Dans ce qui se révélait rapidement un roman-feuilleton, la plupart des personnages étaient ainsi des figures authentiques et fameuses de l’époque, converties par l’auteur facétieux en acteurs d’un drame de papier dans lequel ils endossaient leur propre rôle. En jouant en virtuose des frontières du roman-feuilleton et de la presse, en peignant la dynamique de l’enquête journalistique, l’auteur nous offrait une étonnante peinture des mécanismes médiatiques de la Belle Époque qui était aussi un roman criminel et un récit d’aventures fantastique.

Jamais réédité depuis 1909, ce roman dans la tradition d’un Gaston Leroux dresse ainsi un étonnant portrait de la culture médiatique de la Belle Époque.