Archives par mot-clé : fantastique

Appel : Espaces clos dans l’imaginaire

« Voyages intérieurs et espaces clos dans les domaines de l’imaginaire (littérature, cinéma, transmédias), XIX-XXIème siècle »

Appel à communications

4-5-6 octobre 2017

Salle Ausone, Librairie Mollat, Bordeaux ; Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac) ;Maison de la Recherche, Université Bordeaux-Montaigne (Pessac)

Image : Affiche du Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2016

Tantôt morphique, tantôt métaphorique, le recours à la notion d’espace en littérature est pratique courante. Ce fait s’explique, entre autres, par la prédisposition du langage spatial à pouvoir s’ériger en un métalangage capable de parler de toute autre chose que de l’espace. Si la théorie littéraire a été longtemps dévouée à la dimension temporelle du récit, Mikhaïl Bakhtine et Youri Lotman ont démontré que les structures spatiales du monde fictionnel sont fondamentales à la production du sens. Ce colloque s’intéresse aux différentes dimensions des univers clos, des espaces fermés dans les productions artistiques de l’imaginaire, tant dans les œuvres littéraires que cinématographiques ou transmédiatiques (séries, jeux vidéo, jeux de rôles, bande dessinée). Une des spécificités de la Continuer la lecture de Appel : Espaces clos dans l’imaginaire

Appel : Reinterpreting Victorian Serial Murderers in Literature, Film, TV Series and Graphic Novels

ESSE Conference, Galway, Ireland

Monday 22 August – Friday 26 August 2016

http://www.essenglish.org/

Seminar title: Reinterpreting Victorian Serial Murderers in Literature, Film, TV Series and Graphic Novels

Serial murder came to the fore in the Victorian era and constituted a specific phenomenon within a growing attraction for deviance. If crime tended to be associated with socially problematic areas of the metropolis, the idea of serial killing raised newissues. Continuer la lecture de Appel : Reinterpreting Victorian Serial Murderers in Literature, Film, TV Series and Graphic Novels

Colloque : « Etats et empires de l’imaginaire », 19-21 novembre

Colloque du CERLI

États et empires de l’imaginaire

Nancy (19-21 novembre 2015)

Direction : Christian Chelebourg

 

Jeudi 19 matin (salle A 104)

09h00 Accueil

Utopies
09h30 Justine Breton Camelot, cité utopique : objectif rêvé ou illusion trompeuse ?
10h00 Natalia Chumarova États utopiques de la science-fiction en URSS : entre dogmes et liberté d’expression
10h30 Camille Zimmermann Princesses en leurs royaumes : les héritières dans les productions Walt Disney

Pause

Mutations sociétales
11h15 Jean-Loup Héraud Des mondes mutants à la Cité virtuelle chez Greg Egan
11h45 Charlotte Simonin Les Amazones : actualité d’un royaume féminin

Jeudi 19 après-midi (salle A 104)

La cosmogonie pour quoi Faire ?
14h00 Christian Chelebourg Cosmogonie du surnaturel et mondes imaginaires
14h30 Hervé Lagoguey Inventer des mondes pour tenter de comprendre le monde : la quête sans fin de Philip K. Dick, explorateur des cosmos privés

Pause

Apocalypse et post-apocalypse
15h15 Thierry Jandrok Foundation Series d’Isaac Asimov ou la Stochastique Apocalyptique
15h45 Gilles Ménégaldo L’imaginaire post-apocalyptique dans le cinéma hollywoodien contemporain

Pause

Le corps et après ?
16h30 Jérôme Goffette Le territoire, le corps et la parole dans La Zone du dehors d’Alain Damasio
17h00 Apolline Lehmann L’espace thanatonautique dans les récits d’Expérience de Mort Imminente : l’ultime conquête

Vendredi 20 matin (salle A 104)

Dispersion médiatique
09h00 Danièle André Chute et renaissance d’un empire : l’imaginaire sécessioniste et la société états-unienne à travers la culture populaire (Jeu de rôle, roman, série, BD…)
09h30 Guillaume Labrude Conception et représentations d’Arkham dans la saga Batman

Pause

10h15 Julie Roy Le « Potterverse » : quand l’imaginaire se déverse dans le réel
10h45 Isabelle Limousin Fantastic Art, Dada, Surréalisme

Pause

Colonisation, décolonisation
11h15 Patricia Crouan-Véron Le rôle des écrivains impérialistes britanniques dans la vision occidentale de l’Afrique du Sud à la fin du XIXe et au début du XXe siècles. Entre impérialisme et empires de l’imaginaire
11h45 Matthieu Freyheit Adultes : “they shall not pass!”: Les mondes sans adultes, un essai de décolonisation culturelle

Vendredi après-midi (salle A 104)

Pause

La nature sens dessus dessous
14h30 Jean Arrouye Inquiétants bouleversements de l’État de nature
15h00 Jérôme Blanchet-Gravel Le mythe de Moïse et Rise of the Planet of the Apes de Rupert Wyatt
15h30 Elsa Caboche Inventer des mondes pour inventer des mondes : ce que la métafiction fait au récit

Pause

Féeries nomades
16h15 Florence Cheron Les Pays des merveilles de Tim Burton
16h45 Caroline Klensch Oz en France

Vendredi 20 après-midi (salle A 115)

Empires oniriques
14h30 Samuel Minne Empires de songe : mondes rêvés et univers de poche
15h00 Patrizia d’Andrea Outrance et fantastique de l’Empire du Rêve dans Die andere Seite d’Alfred Kubin
15h30 Caroline Duvezin-Caubet Empires é-cartés, état rêvé : conquête de l’espace imaginaire dans la trilogie de Bas-Lag de China Miéville

Pause

L’imaginaire à la lettre
16h15 Jérôme Dutel Les débits de l’imaginaire chez Jack Vance : défi, délit, déni et dépit
16h45 Vivien Féasson Quel projet traductif pour la fantasy ?

18h00 Assemblée générale du CERLI

Samedi 21 matin (salle A 104)

Politique
09h00 Michel Viegnes Religion et pouvoir dans trois mondes imaginaires : Dune Series, The Chronicles of Riddick et Babylon Babies
09h30 Nathanaël Wadbled Totalitarisme robotique et résistances cybernétiques. La critique libérale de l’État dans I, Robot d’Alex Proyas
10h00 Marwa Ibrahim Les territoires politiques de Jean-Pierre Andrevon : lecture de Šukran et Le Travail du furet à l’intérieur du poulailler

Pause

Féerie et fantasy
10h45 Noémie Budin Ethnographie du Petit Peuple : l’empire du merveilleux
11h15 Isabelle Périer Construire des mondes imaginaires : l’exemple des exergues de Frank Herbert et Pierre Bordage

11h45 Bilan et clôture

Continuer la lecture de Colloque : « Etats et empires de l’imaginaire », 19-21 novembre

Appel : Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Le réel invisible

Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Appel à communications

Ouvrage collectif dirigé par

Victoire Feuillebois (Université de Tours) et Émilie Pezard (ENS-Lyon)

pour la série « Écriture du xixe siècle » dirigée par Christian Chelebourg (Minard / Classiques Garnier)

Argumentaire

Le xixe siècle est le siècle du magnétisme : l’intérêt scientifique soulevé par les travaux du médecin Anton Mesmer dans la décennie 1770 et l’engouement qui en résulte dans les lettres et le mouvement des idées marquent « la fin des Lumières », selon la formule de Robert Darnton. Continuer la lecture de Appel : Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Appel : la peur (Romanica Silesiana)

LA PEUR

« L’émotion la plus ancienne et la plus forte chez l’homme est la peur, et la peur la plus ancienne et la plus forte est la peur de l’inconnu »[1] constate H. P. Lovecraft, un des maîtres américains de la littérature horrifique. Pour Guy de Maupassant, classique français du genre, « la vraie peur, c’est quelque chose comme une réminiscence des terreurs fantastiques d’autrefois »[2]. Soulignant la parenté du mystique et du fantastique, Rudolf Otto définit les deux comme l’expression du « mysterium tremendum et fascinans ». Il voit également le rapport entre le frisson du croyant (et du lecteur) devant des sphères et des puissances inconnues et une manifestation du divin, une participation au grand mystère de l’existence. Pourtant, Louis Vax et Roger Caillois perçoivent la peur dans la perspective plus laïque et  déprécient sa valeur spirituelle. Vax dit que « l’art fantastique doit introduire des terreurs imaginaires au sein du monde réel »[3]. Caillois, quant à lui, souligne l’aspect ludique du fantastique et estime que le genre s’appuie sur le jeu avec la peur. Vu l’importance de ce facteur dans le fantastique et ses genres voisins, la onzième livraison de la revue Romanica Silesiana se propose donc la réflexion sur la peur dans la littérature et le cinéma. Continuer la lecture de Appel : la peur (Romanica Silesiana)

Le fantastique contemporain : vers de nouveaux partages ?

Fantastique

Le fantastique contemporain : vers de nouveaux partages ?  Frontières et limites de la littérature fantastique.

Un colloque international organisé par le laboratoire PLH avec la collaboration du Centre de Romanistique de l’Université Alpen-Adria de Klagenfürt (Autriche). Il se déroule du 20 au 22 mai 2015 à  Toulouse. Pour tous renseignements, contactez Philippe Marengo (marengo@univ-tlse2.fr).

Parution : « Poétiques du merveilleux »

« Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy, en littérature et dans les arts visuels »

brauner

Recueil dirigé par Anne Besson et Evelyne Jacquelin, Artois Presses Université, janvier 2015.

Réunir sous le signe du merveilleux les domaines du fantastique, de la science-fiction et de lafantasy ne va pas de soi si l’on se réfère aux théories établies qui ont d’abord cherché à saisir la spécificité de chacun d’entre eux en tentant de les circonscrire comme des territoires limités par des frontières. Cet ouvrage se propose de revenir sur les poétiques des genres de l’imaginaire pour mettre en lumière la porosité des catégories héritées, et notamment de la célèbre tripartition todorovienne entre merveilleux, fantastique et étrange. Les articles réunis repèrent avec une grande cohérence cette plasticité théorique contemporaine, qui s’impose à eux dans des corpus diversifiés, du roman post-moderne à la littérature pour la jeunesse en passant par le cinéma et les séries télévisées.

Image (couverture du recueil)  : Victor Brauner, « A la découverte de la conscience », Musée d’Art Moderne de Stockholm.

Table des matières Continuer la lecture de Parution : « Poétiques du merveilleux »

Colloque « Mobilités dans le fantastique et la SF »

Colloque

« Mobilités dans les récits de fantastique et de science-fiction (XIXe-XXIe s.) : quêtes et enquêtes ».

Organisé par Patricia Crouan-Véron et Arnaud Huftier avec le soutien du CERLI, il se tiendra du 20 au 22 novembre 2014 à l’IUT de Fontainebleau. 

Les récits dits de fantastiques ou de science-­fiction partent, on le sait, à la rencontre de l’Autre ou/et  d’un  Ailleurs.  Toutefois,  une  telle  visée  s’impose  a  posteriori,  quand  la  confrontation « effective » propose une véritable trouée qui avale et avalise le parcours préalable. Dès lors, au gré des différentes re­lectures des textes, les détours, détournements et contournements sont perçus comme  autant  de stases « ornementales »,  comme  autant  de  zones  de  concrétion,  à l’aune  d’un point  d’arrivée  qui  fige,  dans  des  formes  variées  de  sidération Continuer la lecture de Colloque « Mobilités dans le fantastique et la SF »

Parution : L'Antiquité dans l'imaginaire contemporain – Fantasy, science-fiction, fantastique

Couverture Antiquité / imaginaire

L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain – Fantasy, science-fiction, fantastique

Éditeur scientifique Bost-Fievet (Mélanie), Provini (Sandra)

Collection Rencontres (n° 88)
ISBN 978-2-8124-2993-4
EAN 9782812429934

Prix unitaire: 39.00 € TTC

Cet ouvrage issu d’un colloque international associe des chercheurs de différentes disciplines pour explorer les modalités variées de la réception de l’Antiquité gréco-latine dans les genres de l’imaginaire contemporains, de la réécriture à la reprise de motifs mythiques, de l’emprunt de realia au détournement.

This volume, the proceedings of an international conference, gathers scholars from various fields in order to explore the many modes of classical reception in the contemporary genres of fantasy, science-fiction and the fantastic, be it by refashioning narrative or of mythological patterns, by borrowing from realia or by revamping them.

Appel: Mobilités dans les récits de fantastique et de science- fiction (XIX-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

espace

APPEL A COMMUNICATIONS

Colloque CERLI, Fontainebleau, 20-22 Nov. 2014

Mobilités dans les récits de fantastique et de science- fiction (XIX-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

 

Les récits dits de fantastiques ou de science-fiction partent, on le sait, à la rencontre de l’Autre ou /et d’un Ailleurs. Toutefois, une telle visée s’impose a posteriori, quand la confrontation « effective » propose une véritable trouée qui avale et avalise le parcours préalable. Dès lors, au gré des différentes re-lectures des textes, les détours, détournements et contournements sont perçus comme autant de stases « ornementales », comme autant de zones de concrétion, à l’aune d’un point d’arrivée qui fige, dans des formes variées de sidération, une quête enfin aboutie, une enquête enfin terminée. Pivots diégétiques ou ressorts psychologiques, ces détours, détournements et contournements participeraient de la sorte d’une mobilisation du sens entièrement sous-tendue par la confirmation progressive d’une quête, initialement assumée ou simplement « ressentie », l’enquête consistant à esquiver ou instrumentaliser ce qui détourne.

Une simple question s’impose alors : comment juger et appréhender le parcours (quête et enquête) si l’on oublie la fin pour se concentrer sur les aléas de l’itinéraire, la trajectoire, ce qui est vu et ce qui permet de voir ? Autrement dit, ne pourrait-on dégager, si l’on refuse l’emprise téléologique, un imaginaire de la mobilité, laissant ouverts jusqu’au dénouement les récits de fantastique et de science-fiction ?

Plus précisément, pour cerner cet imaginaire de la mobilité, il importe dès lors de re-lier les découpages génériques – eux aussi généralement conçus a posteriori. Autour des termes « quête » et « enquête », les schèmes des récits de voyage, des parcours oniriques, des romans d’aventures et de l’aventure, des différentes formes de mystère, n’irrigueraient-ils pas les récits relevant prétendument du fantastique et de la science-fiction ? A partir de là, plus qu’un changement de focalisation qui se contenterait des « moyens » comme supports de l’intrigue, nous entendrions faire de ces « moyens » le foyer réflexif : qu’il s’agisse de supports technologique, physique ou psychique. Ce qui importe dans cette perspective, ce n’est pas tant « voyager » que « ce qui fait voyager » ; ce n’est pas « y aller », mais « comment y aller », le « comment » ne pouvant que sous-tendre à son tour différents « pourquoi ». Détours, détournements et contournements redéfinissent de la sorte une quête en actes et en action, le sensitif du déplacement s’appariant non à la mobilisation d’un sens, mais à la mobilité de sens, les récits étant perçus comme des enquêtes où ce qui apparaît au final comme des leurres fait sens.

Expansif, un tel imaginaire de la mobilité nécessite de regarder plus précisément les avancées scientifiques (dans les différents domaines préalablement mentionnés), de chercher les métaphores sociales, culturelles et nationales, de jauger la perspective genrée, d’appréhender la cartographie des territoires. Il permet aussi, dans l’urgence d’un présent du récit, de cerner différents croisements mettant bout-à-bout les catégories de l’intime et de l’extime, les frontières du connu et de l’inconceptualisable, le passé et le devenir.

Insistons cependant sur un point : si la tentation téléologique permet de condenser le faisceau, de subsumer le parcours, elle efface en un même mouvement la pluralité consubstantielle à toute quête. De là découle l’aspect généralement déceptif des récits de fantastique et de science-fiction qui, d’un dernier geste, s’enferrent sur une mobilisation terminale en écartant la problématique mobilité. En cette perspective, le déplacement (de sens) peut être assimilé, alors que la mobilité en soi s’estompe inexorablement.

Le voyage peut donc être ici repris sous l’angle d’une dispersion, voire d’une dissémination qui fait sens. Ce qui importe ici, ce n’est pas l’après, ce sont les apprêts.

Le voyage peut de la sorte emprunter différentes pistes, susceptibles de se rejoindre :

  • ·il conviendra par exemple de conceptualiser la « mobilité de sens » en regard du « déplacement de sens » ;
  • ·faire dialoguer des espaces de la mobilité apparemment incompatibles, tels les lieux sacrés vs. les lieux sécularisés, les espaces fermés vs. les espaces ouverts, les espaces naturels vs. les espaces « civilisationnels » ;
  • ·un dialogue du même ordre peut être entamé entre les moyens de la mobilité, « intérieurs » ou « extérieurs » ;
  • ·en parallèle, la question du « comment parcourir » peut s’étendre tout autant à l’espace d’un monde perdu, d’un rêve perdu et, en contrepoint, un monde prétendument a-référentiel ;
  • ·si l’on prend alors pour base l’apparition récente des récits dits fantastiques et de science-fiction, ne conviendrait-il pas de les interroger en regard d’une ré-invention de soi par la mobilité ? Un tel jeu de miroir pourrait refléter les « affres » de la modernité et/ou de la postmodernité ;
  • ·ceci implique aussi une prise en considération d’une « technologie » associée à la mobilité : que cette technologie apparaisse dans les récits, cela n’implique-t-il pas un autre dispositif spéculaire, les nouveaux moyens de se déplacer (« empruntés » à la société contemporaine, ou « inventés » dans les récits) reflétant de manière problématique les « origines » de la mobilité et les moyens qui y étaient associés ;
  • ·ceci entraîne aussi une cartographie « en train de se faire », où le présent du parcours reflète un passé éventuellement oublié ou nié : que ce passé ressurgisse au cours du parcours, c’est tout un pan identitaire que le récit met à jour, une re-définition de soi par le territoire (une place pourrait être par exemple accordée aux récits post-apocalyptiques, où les nouvelles formes de mobilité sont en symbiose avec de nouvelles quêtes et des formes inédites d’une enquête sans sens) ;
  • ·enfin, un tel « imaginaire de la mobilité » peut permettre d’interroger les formes empruntées par les récits qui allient de la sorte quête et enquête : peut-on parler, et comment en parler, d’un art du contre-sens, d’un art de l’impasse et, à l’occasion, interroger la méta-fiction par ces détours et détournements qui deviendraient les réels ressorts de l’enquête.

 

Responsables : Patricia CROUAN-VERON (IUT Sénart-Fontainebleau, Université Paris Est-Créteil), Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes)

Lieu du colloque : IUT Sénart-Fontainebleau, Université Paris Est Créteil, route du Hurtault, 77300 Fontainebleau

Un résumé de la communication (3000 signes) et une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés au plus tard le 12 avril 2014 aux adresses suivantes : patricia.crouan@u-pec.fr ; arnaud.huftier@univ-valenciennes.fr

L’annonce des sélections aura lieu à la fin du mois de mai 2014.

Le colloque se tiendra en français. Les communications en anglais sont toutefois bienvenues.