Archives par mot-clé : fan studies / fandom / fanfiction

Appel : « Ecrits de la réception »

« Les écrits de la réception : pratiques textuelles des publics médiatiques »

Appel à contribution pour le numéro 7 de la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Coordination du numéro :

Sébastien François, docteur en sociologie, postdoctorant au Labex ICCA, rattaché aux laboratoires EXPERICE (Université Paris 13) et CERLIS (Université Paris Descartes)

Thomas Pillard, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles, chercheur associé à l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

 

Lettres à la célébrité, courriers des lecteurs, analyses critiques, récits dérivés et fanfictions, etc. : l’écrit n’a eu de cesse d’être un vecteur privilégié pour prolonger des expériences de réception médiatiques. Par-delà les contenus qui leur donnent naissance, les différences de contexte historique ou les dispositifs de communication mobilisés, ces textes en disent souvent long sur leurs auteur×e×s, comme sur la composition et le degré de structuration des publics auxquels ils appartiennent (Abercrombie & Longhurst 1998 ; Cefaï & Pasquier 2004). Plus encore, ils sont un des lieux où se jouent et se révèlent les enjeux de genre (gender) qui façonnent ces différents publics (Buckingham 1993 ; Maigret 1995 ; Sellier 2009), fournissant aux chercheur×e×s des ressources précieuses pour traiter des problèmes théoriques, méthodologiques et épistémologiques liés à l’étude du « genre de la réception » (Biscarrat 2015).

Ce numéro de Genre en Séries entend rassembler des travaux qui prennent pour objet ces multiples pratiques textuelles et qui mobilisent, de différentes façons, le prisme du genre pour sa capacité à éclairer tant les contenus médiatiques consommés que les discours suscités. Les écritures « ordinaires », « domestiques » ou « non-scolaires » étant déjà hautement genrées (Blanc 1993 ; Lahire 1997 ; Lyons 2013), il semble essentiel de mieux connaître le profil des rédacteurs/trices de ces textes adossés à la réception d’objets culturels eux-mêmes porteurs de représentations et de normes genrées. L’étude des conditions d’écriture et, le cas échéant, de publication Continuer la lecture de Appel : « Ecrits de la réception »

Parution: David Peyron, Culture Geek

Parution

David Peyron, Culture Geek, FYP éditions

192 pages; 19,50 euros

Aujourd’hui, être geek est une identité culturelle revendiquée par un grand nombre d’adeptes de tout âge.

Certains geeks sont devenus des modèles de réussite sociale et professionnelle. Autrefois perçue comme minoritaire et péjorative, la culture geek est devenue tendance.

Les geeks sont désormais à l’avant-garde de nos usages.

Cet ouvrage remonte aux sources de cette nouvelle culture, en explique toutes les racines

et en explore toutes les facettes : la science-fiction, la fantasy, les jeux de rôles, les pulps,

les comics, les fanfictions, l’informatique, les jeux vidéo, les oeuvres fondatrices,

l’internet, les mèmes, les hackers, l’influence d’une culture populaire mondiale, le culte du détail,

le rapport aux objets, la culture participative, etc.

Il révèle ce qui fait lien dans la multitude des pratiques, d’attitudes, de passions, d’aspects positifs

comme péjoratifs, accolés au terme geek, et dévoile la différence entre l’identité geek féminine ou masculine.

Il montre que ce qui est commun à tous les geeks, c’est un parcours, une trajectoire sociale, des objets fondateurs, et aussi le partage de références et d’un imaginaire communautaire dans les sociétés

contemporaines marquées par l’individualisme.

Cette monographie très complète apporte un regard neuf et inédit sur l’émergence de la culture geek,

un phénomène culturel actuel majeur.

David Peyron est docteur en sciences de l’information et de la communication et titulaire d’un master en sociologie de l’art et de la culture.

Il est l’auteur d’une thèse sur la construction sociale de la culture geek.

Membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH) et de l’Association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique, il a collaboré à divers documentaires sur le mouvement geek.

CFP: Sherlock Collection of Essays 1st June 2013

CFP

Sherlock Collection of Essays 1st June 2013

contact email:
Nadine.Farghaly@gmx.net

Sherlock Holmes and Dr. Watson are one of the best known couples in Literature. Since Arthur Canon Doyle first published his famous detective stories in 1887, with his work covering the years 1880 until 1914 when Sherlock Holmes and Dr. Watson finally retired to the countryside, these stories have not lost any of their charm. Frequent adaptations in both the book world and the movie world have demonstrated that the famous detective has neither lost his charm nor his appeal. Different adaptations have added different layers to the Sherlock Holmes universe. While Robert Downey Jr.’s Sherlock brought a sexy playfulness to the screen, Benedict Cumberbatch’s Sherlock made his social ineptness as well as his disabilities more prominent. The same can be said for the different John Watsons. Jude Law, added a very sophisticated Watson while Martin Freeman’s Watson is a down to earth, broke, Afghanistan war veteran who suffers from PTSD. The female characters of these adaptations are also more than worthy of a thorough analysis; the recent BBC version features Irene Adler as a dominatrix. All of these different versions show very distinctive advantages and challenges, as well as they demonstrate different views/takes on sexuality. BBC’s Sherlock has been given the moniker The Virgin while Ritchie’s Sherlock obviously has a promiscuous side.

The CBS adaptation titled Elementary adds another layer of discourse to the Sherlock Holmes discussion. In this version of the famous detective stories John Watson has been transformed into Jane Watson. Here, Holmes is a former consultant to Scotland Yard whose drug addiction brings him to a rehabilitation centre in NYC. Post-rehab, Holmes moves in with a “sober companion” in Brooklyn, Joan Watson, a “former surgeon who lost her medical license after a patient died while consulting with the NYPD.” The series is already highly awaited by critics and fans alike since the gender change is something that, while it has been attempted before, never worked successfully. And while not much can be said about this series at this point, it will be necessary to analyse it thoroughly. The gender politics implemented in this show alone will be a reason to review it.

Another aspect that is not too underestimated and highlights the audiences’ interests into this fandom is the I Believe in Sherlock Holmes movement inspired by the BBC Sherlock Season Two Finale. Although it is unclear whether or not the movement was started by the BBC or by fans, it does not really matter in the end. Thousands of fans are participating in the movement, and there seems to be no end in sight; demonstrating a high kinship and connection to Sherlock Holmes and his sidekick.

This collection will strongly focus on the gender politics that have been assigned over the last three years to the different Sherlock Holmes adaptations.

The following categories suggest possibilities but are by no means exhaustive:
• Fandom and/or Reception
• Transformation and/or Adaptation
• Gender
• Race
• Sexuality
• Romance and Desire
• Power
• Monstrosity
• Heroism
• Villainy
• Identify
• Visual Style and practices

What to Send:

300 – 500 word abstracts (or complete articles, if available) and CVs should be submitted by June 1, 2013. If an abstract is accepted for the collection, a full draft of the essay (5000 – 8000 words) will be required by December 1, 2013.

Abstracts and final articles should be submitted to: Nadine.Farghaly@gmx.netreceipt of the abstracts will be send within one week. In case you do not receive an email, please resend your proposal.

Séminaire: Stratégies de la convergence à l’ère du numérique et des pratiques médiatiques

Séminaire

Stratégies de la convergence à l’ère du numérique et des pratiques médiatiques

Contexte du séminaire : Le cycle de séminaires consiste à réfléchir sur l’émergence de nouvelles pratiques médiatiques au sein de la culture numérique, aussi bien du côté de la production que du côté de la réception. La convergence des technologies tout comme la convergence culturelle ont favorisé l’émergence de nouvelles stratégies de production : le Cross-média, le Transmedia Storytelling (Jenkins), le Deep Media (Rose), le Mediamix (Ito) sont ainsi progressivement apparus dans les paysages audiovisuels depuis les années 90. Ces stratégies de production mettent en exergue des mutations des industries culturelles, une (ré) appropriation des nouvelles technologies, ainsi qu’une redéfinition de la narration (storytelling). Elles favorisent également de nouvelles pratiques de réception qu’il est alors intéressant d’analyser. Il est alors important d’étudier ces phénomènes médiatiques en mutation afin de comprendre les enjeux des industries culturelles et la nouvelle relation qui s’instaure avec les récepteurs-usagers.

Séminaire 2 : 4 Février 2013, 14h-17h, Salle F107, Université de Bordeaux 3 Le deuxième Séminaire du programme de recherche aura pour thématique « Jeux Vidéos : narrations et appropriations». Il consistera à aborder les questions de la stratégie narrative et de la réception des jeux vidéos dans un contexte immersif.

Il sera centré autour de deux interventions : Fanny Georges (MCF, Paris 3, Laboratoire CIM) : «Jeu vidéo et production du sens: les machinima comme traces d’appropriation »
Olivier Mauco (Docteur, Université Panthéon-Sorbonne Paris 1) : « GTA IV, une chronique sur le rêve américain. Jeux vidéo, narration et capacités transformatives».

Le troisième séminaire se focalisera sur les cultures Fans et Geek (David Peyron / Sébastien François). La date sera précisée ultérieurement. Le cycle de séminaire se conclura par une journée d’études, rencontres entre enseignants-chercheurs et professionnels du Transmedia, qui aura lieu en avril 2013.
Organisation : Mélanie Bourdaa, MCF, Bordeaux 3, MICA Contact : melaniebourdaa@yahoo.fr

Publication : la sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec

La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec, Ellipses, Paris, 2012.

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ?
À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

Information et sommaire : http://www.editions-ellipses.fr/product_info.php?products_id=8742

Colloque: 6ème université d’été de la bande dessinée mangaphilie, mangafolie ? du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)

6ème université d’été de la bande dessinée

mangaphilie, mangafolie ?

du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)


Après plus de vingt ans de présence du manga en France, l’Université d’été de la bande dessinée, organisée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Pôle Image Magelis, fait le bilan du phénomène qui a modifié le paysage de l’édition de la bande dessinée et établi un nouveau modèle économique, voire engendré une nouvelle culture.

Alors phénomène de société ou mode ? Comment expliquer le succès fulgurant des mangas chez les jeunes ? Quid de la « japanisation » de la bande dessinée ?
Pour répondre à ces interrogations les différents spécialistes réunis pour ce rendez-vous désormais incontournables évalueront les conséquences de l’arrivée du manga en occident, analyseront sa situation économique après deux décennies de succès et regarderont la situation de la bande dessinée japonaise aujourd’hui, en France, au Japon et dans le reste du monde, et les développements à venir.
Les conférences permettront de mieux cerner la notion de « culture manga » – à travers des études inédites sur le lectorat des mangas par exemple – et les débats porteront sur le statut des mangakas, le manga à la française ou encore la place du manga au sein de l’édition numérique…

Benoît Berthou sera le grand témoin des débats.
Frédéric Bézian sera le témoin graphique.

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

p r o g r a m m e

lundi 2 juillet 2012 de 14h à 18h
le phénomène manga

l’arrivée du manga en Occident, les conséquences
Retour sur l’histoire de la diffusion des mangas dans le monde. Impacts sur les territoires ayant une forte tradition bande dessinée : la France et les États-Unis. Conséquences pour l’édition, en librairie, en bibliothèque.
en Europe par Jean-Pierre Mercier
en Amérique du Nord par Paul Gravett

la situation économique en Occident
L’étranger représente la part croissante des ventes de mangas. Les demandes des éditeurs en Occident n’ont cessé d’augmenter ces dix dernières années, au point que dans certains pays « consommateurs » elles ont pratiquement supplanté les productions nationales. Et en France ? La machine à succès a-t-elle encore de belles années devant-elle ? Le marché n’est-il pas en train de se tasser, quid des autres productions asiatiques ?
par Xavier Guilbert

l’économie du manga aujourd’hui au Japon Même s’il accuse un tassement significatif ces dernières années, le manga représente tout de même 40% du marché de l’édition japonaise pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 4 milliards d’euros par an. Examen de ce marché et de la situation aujourd’hui.
par Kensuké Noda

table ronde : les implications économiques et politiques du système de publication japonais et de la diffusion des mangas dans le reste du monde

mardi 3 juillet 2012 de 9h à 18h
manga et culture

le manga d’auteur
Un des pionniers de l’édition du manga en France, Tonkam, devenu depuis une des collections des éditions Delcourt, a très vite défriché le terrain de la bande dessinée d’auteur (Taiyō Matsumoto, par exemple) avec Amer béton, Frères du Japon. Ouvrant la voie à d’autres : Vertige Graphic (Gen d’Hiroshima de Keiji Nakasawa, Coup d’éclat de Yoshihiro Tatsumi), ego comme X (Yoshiharu Tsuge, Kazuichi Hanawa), Cornélius (Shigeru Mizuki), Imho (Tori Miki, Nekojiru, Junko Mizuno, Shigeru Sugiura), le Lézard noir (Suehiro Maruo, Akino Kondoh, Ax, Takashi Fukutani). Ces dernières années la bande dessinée d’auteur n’est plus seulement l’apanage des indépendants. Casterman avec ses collections « Écritures » et « Sakka », outre Jirô Taniguchi, publie Yôji Fukuyama, Kiriko Nananan, Hideji Oda, Kan Takahama… Pika (Hachette) a fait découvrir l’œuvre de Moyoko Anno. Kana (Dargaud) a introduit le travail de Naito Yamada ou de Kamimura.
par Pierre Laurent Daurès

figures du mangaka dans les manga une approche de la condition d’auteur de bande dessinée au Japon à travers ses représentations dans les fictions et les autobiographies.
par Nobuhiko Saito

table ronde : la bande dessinée japonaise d’auteur dans l’édition française.

la culture manga ?

Difficile d’imaginer désormais un festival de la bande dessinée, du dessin animé, du jeu vidéo, un tant soit peu important, sans son versant manga, fût-il symbolique : bandes dessinées, produit dérivés (goodies), musiques, jeux vidéo, travestissements (cosplay), formant un ensemble solidaire auquel s’identifient des communautés aux comportements fortement ritualisés. Se reconnaissant donc dans ce que certains désignent comme la « culture manga ». Mais peut-on véritablement parler de culture ?

les lecteurs de mangas : qui lit des mangas, quels mangas ?
Présentation des résultats de la vaste étude sur les lecteurs de bandes dessinées réalisée par le Département des études et de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et la Bibliothèque publique d’information. Destinée à compléter les premières données issues de l’enquête sur les Pratiques culturelles de 2008, cette enquête nationale apporte des éléments inédits en termes de taux de pénétration de la lecture de bandes dessinées et de profil sociodémographique des lecteurs. Cette présentation situera plus particulièrement la lecture des mangas dans le champ de la lecture des bandes dessinées.
par Christophe Evans

les mangados, lire des mangas à l’adolescence
Titre de l’ouvrage de Christine Détrez et Olivier Vanhée, fruit d’une enquête sur les pratiques de lecture adolescentes. Comprendre ce qui pousse un adolescent ou une adolescente à lire des mangas aujourd’hui oblige à procéder en deux temps. Tout d’abord, le manga « s’encastre » parfaitement dans la « culture jeune » : il s’insère dans toute une constellation d’intérêts, dont la musique, la sociabilité, le numérique, les pratiques amateurs. Mais le manga est aussi le support d’appropriations savantes ou concrètes (apprendre à dessiner, s’habiller, etc.), éthiques et identificatoires.
par Christine Détrez

table ronde : la culture manga, la segmentation du lectorat, les festivals, les cosplays…

mercredi 4 juillet 2012 de 9h à 13h
extensions

l’édition numérique au japon
Selon certains observateurs : l’édition du manga au Japon doit sa sortie de crise au numérique qui lui a ouvert de nouveaux débouchés économiques. Quelle place occupe occupe le manga numérique aujourd’hui. Quelle est son influence sur l’édition papier traditionnelle ?

manga numérique, quelle offre chez les éditeurs français ?
Étonnamment, l’édition française de manga semble accuser un certain retard en la matière. Quelles en sont les raisons ?
par Mario Geles

le scantrad
Entre démarche fanique et piratage industriel, le phénomène a pris une ampleur telle que les auteurs et les éditeurs, hier complaisants, se mobilisent pour limiter voire s’opposer au phénomène. Mais de nouvelles relations ne sont-elles pas en train de se développer entre éditeurs et “teams” de “scantrad” ?
par Aurélien Pigeat

vers une bande dessinée globale
Bandes dessinées « hybrides », global manga, manfra… : doit-on voir dans ces productions l’émergence de ce qui pourrait s’apparenter à une « bande dessinée globale » ? Quelle est la place aujourd’hui occupée par ces mangas « locaux » ?
par Benoit Berthou

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne,
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

CFP: Report from the Pop Line: On the Life and Afterlife of Popular (deadline July 15th, 2012)

CECC – The Research Centre for Communication and Culture announces:
3rd Graduate Conference in Culture Studies
December 3-4, 2012
Faculty of Human Sciences – Catholic University of Portugal, Lisbon

Report from the Pop Line: On the Life and Afterlife of Popular

The concept of the popular, or popular culture for that matter, has never ceased to be an ambivalent one. Although it has come to occupy a particular place under the spotlight over the past decades within the broad study of culture, such apparently privileged position has not deprived it of the manifold ambiguities, complexities or misconceptions that have often involved its general understanding.

Since its emergence within the context of the processes of industrialization and the changes they brought about, namely in terms of cultural relations and the development of the capitalist market economy, the concept of popular culture has been, not only utterly rejected by intellectuals and scholars alike, but also denied any possibility of constituting a serious and valid topic for academic debate. Up until the mid twentieth-century, popular culture was often reduced to a poor and simplistic form of entertainment and pleasure, and was even deemed morally and ethically questionable (not to mention aesthetically). However, and particularly after the 1950s, new perspectives would soon alter this perception in very significant ways, especially with the emergence of Cultural Studies and the influence their project had on both sides of the Atlantic. From severe condemnation, popular culture quickly evolved into a period of positive reception and celebration, which resulted from critical work developed inside the academia, but also popular demand outside it.

The concept of the popular was then adopted both as an intrinsic feature, and as topic in its own right of artistic creation developed under the sign of pop. From pop art to pop music, a new understanding of culture has been put forth, building from what is embedded in the ambivalence of the popular and its many possibilities of intersection with new artistic forms of expression.

At the end of the first decade of the twenty-first century, popular culture finds itself at a crossroads: has the concept been drained of its meaning because of its overwhelming popularity? After the euphoria around the popular, what afterlife can be expected from it? Should we still be discussing the popular as opposed to high and folk culture? And where and how do pop art forms intersect with the current notion of the popular?

This conference wishes to address the complexities surrounding the debate around the notions of both pop and the popular and discuss the possibilities of their afterlife.

The event wishes to bring together doctoral students, post-doc researchers and international key scholars from different areas and disciplines, to share research interests and works-in-progress, engage in fresh intellectual discussion and build a community of young scholars.

Papers are welcome on the topics listed below, amongst others:
Popular Culture in Theory
Life and Afterlife of Popular Culture
Popular, Power and Politics
Popular Culture: Globalization, Centres and Peripheries
Material Culture
Popular Arts
Celebrities and Fans: The Dynamics of Popularity
Representation, Mediation and Mediatisation of the Popular
Cultures, Subcultures, Scenes and Tribes
Pop and Popular: Overlap, Dissemblance and Divergence

Confirmed keynote speakers:
John Hutnyk (Goldsmiths College, University of London)
Luísa Leal de Faria (Catholic University of Portugal)

Speakers should be prepared for a 20-minute presentation followed by questions.
Please send a 300-word abstract, as well as a brief biographical note (100 words) to email popline2012@gmail.com by July 15th, 2012. Proposals should list paper title, name, institutional affiliation and contact details.
Successful applicants will be notified by July 31st, 2012.

Please note there is a conference registration fee of 30€ due by October 30th. We regret that travel and accommodation funding for conference participants is not available at this time

CFP: Doctor Who: Fan Phenomena

CFP: Doctor Who: Fan Phenomena

Now accepting abstracts for consideration for the new Doctor Who (Fan Phenomena) title from Intellect Press. This will be part of the second series of Fan Phenomena books, which aim to explore and decode the fascination we have with what constitutes an iconic or cultish phenomenon and how a particular person, TV show or film character/film infiltrates their way into the public consciousness.

The Doctor Who (Fan Phenomena) title will look at particular examples of Doctor Who fan culture and approach the subject in an accessible manner aimed at both fans and those interested in the cultural and social aspects of Doctor Who and fan culture. The editor is particularly interested in exploring the changing characteristics of Doctor Who fandom, from scholars and fans alike, over the fifty-year history of the programme.

As such, we invite papers that address the nature of fandom, the unique attributes of Doctor Who fandom specifically, or the relationship between Doctor Who as a multi-generational text and its fans. Other topics could include (but are not limited to):

• Fandom of specific Doctors
• Changing norms of fandom
• How one knows he/she is a fan
• Aca-Fandom
• The influence of other factors on Doctor Who fandom
• Fandom of Doctor Who ancillary products, like the Big Finish audio or Virgin book titles
• Specific fan practices (vidding, fanfic, cosplay, et al.)
• Multi-generational fandom
• Doctor Who conventions
• Gender/Sexuality in Doctor Who fandom
• New Who vs. Classic Who fandom
• Fandom of Doctor Who DVD
• Fan collecting
• Learning through Doctor Who

This book is aimed at both fans and those interested in the cultural and social aspects of Doctor Who. The book is intended to be entertaining, informative, and generally jargon-free (or at least jargon-lite).

Abstracts should be 300 words long. Please also send a CV or resume with your abstract. Abstracts due 15 Aug 2012. Final chapters of 3000-3500 words will be due 01 Nov 2012. The final book will include ten chapters. Please direct all questions and submissions to Paul Booth, pbooth@depaul.edu

Call for Papers: Participations special issue: The Fan Studies Network: New Connections, New Research

Call for Papers: Participations special issue: The Fan Studies Network: New Connections, New Research

Formed in March 2012, the Fan Studies Network (http://fanstudies.wordpress.com/) was created with the idea of cultivating a space in which scholars of fandom could easily forge connections with other academics in the field, and discuss the latest topics within fan studies. Having attracted close to 200 members, the network is already fostering a sense of community and engendering fruitful debate. We intend to capture this dynamic intersection of scholars working in the field, and present it in a special issue of Participations: Journal of Audience&  Reception Studies (http://www.participations.org/).

Although fandom has been, to a degree, widely studied, the influence of the Internet and social media on fandom is resulting in scholars questioning and ruminating on how these platforms are presenting new challenges and how their influence can be understood. In this issue we will present a snapshot of the current state of the field and the topical themes that are presently being debated within this.

Thusly, the issue will provide a platform for new scholarly collaborations between FSN members, demonstrating the possibilities for new modes of research.

We encourage new members to the network and welcome proposals for articles on, but not limited to, the following possible topics:

  • Fan use of social media platforms
  • Fan practices
  • Activism and fandom
  • Producer-audience interactions
  • “Underrepresented” fan cultures
  • New modes of fan fiction

New collaborations between network members, in addition to individual submissions, are particularly encouraged in order to reflect the FSN’s aims at strengthening the way in which knowledge is shared across the field.

We also invite shorter pieces for a forum section. These will be 2,000 words maximum, non-peer reviewed debates between scholars on particular issues. Aiming for a more conversational mode, we welcome proposals for themes that may include:

  • Acafandom
  • Fan studies methodologies
  • Offline fandoms
  • The “next generation” of fan studies
  • Defining “fandom”
  • The ethics of fan studies
  • Fandom and brands

Please submit article proposals or forum provocations of no more than 300 words, along with a 200 word biographical note to both Tom Phillips (T.Phillips@uea.ac.uk) and Lucy Bennett (Bennettlucyk@gmail.com) by 2 July 2012. Please also contact us with any queries or requests for further information. Completed articles will have a submission deadline of 10 December 2012 and you must be a member of the network to participate.

Please note that Participations operates an open-refereeing policy. For more information see the website (http://www.participations.org/submission_guidelines.htm).