Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Journée « Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

séminaire doctoral « TransLittéraires », E.A.  Textes et Cultures, projet LégiPop de la MESHS Nord

vendredi 5 mai, Université d’Artois (Arras) en Salle des colloques de  la maison de la recherche

 

Programme

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSic), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche » Continuer la lecture de Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Parution : Japanese Pop Culture

Mutual Images Journal: Japanese pop culture in Europe today: economic challenges, mediated notions, future opportunities.

En ligne :  http://www.mutualimages-journal.org/index.php/MI/issue/view/6

 

ARTICLES

Manuel Hernandez Perez, Kevin Corstorphine, Darren Stephens : Cartoons vs. Manga Movies: A Brief History of Anime in the UK

Björn-Ole Kamm : Brokers of “Japaneseness:” Bringing table-top J-RPGs to the “West »

Bounthavy Suvilay : The Anime VHS Home Video Market in France

José Andrés Santiago Iglesias : Dragon Ball Popularity in Spain Compared to Current Delocalized Models of Consumption How Dragon Ball developed from a regionally-based complex system into a nationwide social phenomenon Continuer la lecture de Parution : Japanese Pop Culture

Appel : « Populaire, moi ? »

 

 Le Pardaillan n°3 : Populaire, moi ?

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2017

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan souhaite revenir sur l’épineux adjectif « populaire », et sur les délimitations du champ populaire, pour essayer d’en proposer des éclairages différents. Cet adjectif sert de point d’appui épistémologique, en ce qu’il est constitutif d’une catégorie théorique, alors même qu’il est sémantiquement flottant. Il hérite en effet de tous les jeux polysémiques, rhétoriques et idéologiques du mot « peuple », de la masse indifférenciée aux couches socialement défavorisées, en passant par la communauté souveraine ou encore le populisme… Lourd de toutes ces significations possibles, il s’est constitué comme pôle d’adversativité (le populaire comme polarisation constante du non-populaire), définissant en négatif une « culture légitime ».

Il peut sembler étonnant d’avoir choisi un mot si instable pour désigner une catégorie littéraire et culturelle, d’autant que « le populaire » a la vie dure, malgré les nombreuses expressions de remplacement (paralittérature, culture médiatique…) qui ont pu être proposées. Mais il est possible d’apporter des éclairages à cet usage de l’adjectif « populaire » en se penchant sur des cas-limites, frontaliers. Le fait de prendre la culture populaire comme objet d’étude implique en effet de forger des outils théoriques adaptés, et de réfléchir à ces outils que l’on se crée (comme le fait, par exemple, le dernier numéro de Poétiques comparatistes, « Fictions médiatiques et récit de genre. Pour en finir avec le populaire ? »). Que se passe-t-il lorsque l’on applique ces outils à des objets qui semblent inattendus, car ils n’appartiennent a priori pas au champ du populaire ? Un auteur comme Martial, du fait de son ancienneté et de son genre littéraire, l’épigramme, est aujourd’hui un auteur de spécialistes, relégué au domaine des études littéraires et antiques. Mais que devient ce même Martial lorsqu’on le considère comme populaire au point d’avoir été imité par d’innombrables auteurs jusqu’au XVIIIe siècle, et que devient la notion de « populaire » ainsi employée ? De nombreux auteurs du XIXe siècle, aujourd’hui intégrés au canon littéraire et faisant figure de monstres sacrés, ont publié leurs écrits dans les mêmes circuits de diffusion que la littérature dite populaire, à savoir le feuilleton. Comment articuler ce croisement entre populaire et canon, et comment, peut-être, relire le canon à la lumière de ce mode de diffusion ? Autre forme de croisement possible, la figure de Louis XIV, figure non-populaire au possible, à un certain sens du mot du moins, est aujourd’hui l’un des personnages historiques les plus populaires de la culture médiatique, de la série télévisée à la comédie musicale. Les zones de croisement sont nombreuses, on le voit. Continuer la lecture de Appel : « Populaire, moi ? »

Parution : « Pop culture ! »

Imaginaires, n°19/2015 : Pop Culture ! Les cultures populaires aujourd’hui

Coordination éditoriale de Sylvie Mikowski, Yann Philippe  ; EPURE, (Edition et Presses universitaires de Reims)
Les cultures populaires constituent aujourd’hui un domaine de recherche florissant, suscitant une production exponentielle sur des sujets d’études aussi divers que les séries télévisées, la musique populaire (pop, punk, rap, rock), la célébrité ou les nouveaux médias. Cependant, malgré ou peut-être à cause de la curiosité que ces études suscitent parfois dans les médias, cette recherche provoque encore ça et là dans le monde universitaire, notamment français, réticences ou ignorance délibérée d’autant que la discipline des cultural studies n’existe pas en tant que telle en France. Au-delà des positionnements propres à l’intérieur des disciplines, cette ambivalence tient en partie aussi aux particularités de l’objet de recherche. Comme le notent Omayra Cruz et Raiford Guins, il est à la fois facile et difficile de parler des cultures populaires. Cela est en effet facile, tant les objets de la culture populaire constituent le cadre familier et envahissant de nos vies et tant ils fournissent le sujet de nombre de conversations ordinaires. Mais pour des raisons exactement symétriques, cela est difficile car la familiarité même de cette forme de culture rend la plus-value apportée par le commentateur universitaire plus hypothétique que pour des
objets éloignés dans le temps, déjà consacrés au rang d’œuvre par Continuer la lecture de Parution : « Pop culture ! »

Appel : Reinterpreting Victorian Serial Murderers in Literature, Film, TV Series and Graphic Novels

ESSE Conference, Galway, Ireland

Monday 22 August – Friday 26 August 2016

http://www.essenglish.org/

Seminar title: Reinterpreting Victorian Serial Murderers in Literature, Film, TV Series and Graphic Novels

Serial murder came to the fore in the Victorian era and constituted a specific phenomenon within a growing attraction for deviance. If crime tended to be associated with socially problematic areas of the metropolis, the idea of serial killing raised newissues. Continuer la lecture de Appel : Reinterpreting Victorian Serial Murderers in Literature, Film, TV Series and Graphic Novels

Appel : la peur (Romanica Silesiana)

LA PEUR

« L’émotion la plus ancienne et la plus forte chez l’homme est la peur, et la peur la plus ancienne et la plus forte est la peur de l’inconnu »[1] constate H. P. Lovecraft, un des maîtres américains de la littérature horrifique. Pour Guy de Maupassant, classique français du genre, « la vraie peur, c’est quelque chose comme une réminiscence des terreurs fantastiques d’autrefois »[2]. Soulignant la parenté du mystique et du fantastique, Rudolf Otto définit les deux comme l’expression du « mysterium tremendum et fascinans ». Il voit également le rapport entre le frisson du croyant (et du lecteur) devant des sphères et des puissances inconnues et une manifestation du divin, une participation au grand mystère de l’existence. Pourtant, Louis Vax et Roger Caillois perçoivent la peur dans la perspective plus laïque et  déprécient sa valeur spirituelle. Vax dit que « l’art fantastique doit introduire des terreurs imaginaires au sein du monde réel »[3]. Caillois, quant à lui, souligne l’aspect ludique du fantastique et estime que le genre s’appuie sur le jeu avec la peur. Vu l’importance de ce facteur dans le fantastique et ses genres voisins, la onzième livraison de la revue Romanica Silesiana se propose donc la réflexion sur la peur dans la littérature et le cinéma. Continuer la lecture de Appel : la peur (Romanica Silesiana)

Appel : « Tweeter Dante »

Appel à communication, CELEC – EA 3069, Université Jean Monnet Saint-Etienne

Tweeter Dante

Colloque transdisciplinaire, 17, 18 et 19 mars 2016

 

Nel mezzo del cammin di nostra vita

Mi ritrovai ad aprir l’utenza Facebook

Sperando che la cosa sia gradita

 @DanteSommoPoeta, 25 mai 2014

 

Ce colloque s’inscrit au sein d’un projet scientifique quinquennal 2016-2020 sur la « Relation », et plus particulièrement d’un axe consacré à la « Réécriture des textes canoniques et des mythes médiévaux dans les arts et les médias modernes ». Il portera sur la présence de Dante et de la Divine Comédie dans la littérature et la culture populaires d’aujourd’hui, à l’image de la réécriture twittée par @DanteSommoPoeta, initiée en mai 2014 et comptant, à l’heure actuelle, environ 7000 tweets rigoureusement en tercets enchaînés d’hendécasyllabes. Continuer la lecture de Appel : « Tweeter Dante »

Conference: Popular Culture Association of Canada

Call for Papers
Popular Culture Association of Canada (PCAC) 5th Annual Conference, May 7-9, 2015

The fifth Annual Conference of the Popular Culture Association of Canada will be held at the Sheraton on the Falls Hotel, Niagara Falls, Ontario, Canada from Thursday, May 7 to Saturday, May 9, 2015.

Continuer la lecture de Conference: Popular Culture Association of Canada

Exposition: EXPIONNAGE Les espions se livrent (BILIPO)

BILIPO

EXPIONNAGE

Les espions se livrent


Exposition à la BILIPO (Paris) du 15 novembre 2013 au 24 mars 2014.

À partir des fonds de la BILIPO, mais aussi des collections historiques des services français, l’exposition se propose de dévoiler la relation trouble et complexe entre les services de renseignement et l’écrit, de 1800 à 1989.
Écrivains espionnés, écrivains espions et écrivains d’espionnage nous révèlent comment s’est bâti un pan de l’imaginaire moderne à travers la littérature populaire et le cinéma.
Dans les films, les instructions sont orales et les mallettes s’autodétruisent ; dans la réalité, les services de renseignement intérieur et extérieur sont des administrations qui ont, de longue date, une culture de l’écrit.
Rapports, fiches, dossiers, messages codés et autres microfilms sont au cœur des grandes affaires qui, elles-mêmes, ont inspiré de nombreuses fictions, plus ou moins fidèles.
Pour la première fois en France, d’authentiques documents et objets utilisés par les agents sont aujourd’hui présentés au public. Appareils photo miniatures comme le célèbre Minox, micros dissimulés dans un livre ou dans une boîte d’allumettes, montre à détecter les radiations, stylos lancegaz et machines à coder, plus de trente instruments de la dernière chance seront exposés.

Exposition ouverte du mardi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 10h à 17h, fermée les jours fériés