Archives par mot-clé : culture médiatique / media culture

Appel : voyages et imprimés

Appel à textes : Mémoires du livre/Studies in Book Cultures, Volume 10, numéro 1, automne 2018 « VOYAGER DANS LA MODERNITÉ : DES MOYENS TECHNIQUES AUX SUPPORTS IMPRIMÉS DE L’AVENTURE »

Sous la direction de Mélodie Simard-Houde, docteure de l’Université Laval et de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Propositions avant le 15 novembre 2017

Au XIXe siècle, les modalités nouvelles du voyage deviennent l’un des multiples visages du progrès dans les sociétés occidentales. À l’âge d’or de la route succède, au mitan du siècle, celui du chemin de fer, et bientôt des bateaux à vapeur et des paquebots transatlantiques. Au XXe siècle, l’avion prend le relais de ce rêve de progrès, qui trouve un ultime prolongement dans la conquête spatiale. Les innovations techniques permettent de sillonner le monde autrement, d’en repousser les lointains; elles modifient les représentations de l’espace1 et nourrissent l’utopie d’un rapprochement des peuples. Or, leurs échos sont sensibles dans l’histoire du livre, où la révolution industrielle suscite des mutations d’égale ampleur. De la presse mécanique à vapeur aux rotatives Continuer la lecture de Appel : voyages et imprimés

Appel : Media Industry Studies

CFP: ​MEDIA INDUSTRY STUDIES: CURRENT DEBATES AND FUTURE DIRECTIONS

Réponses attendues avant le 15 septembre 2017, pour un congrès international les 18-20 avril 2018,  Department of Culture, Media and Creative Industries, King’s College London

Studies of media industries have formed a distinctive strand of media scholarship. Foundational traditions in this field are marked by the political economy of communications, sociology of media occupations and institutions, media economics, media industry historiography, and critical and cultural studies. Subsequently, insights drawn from critical legal studies, cultural policy studies, economic geography, creative labour, cultural economy, Internet studies, production cultures and informal media economies have diversified and enriched the field.

In part this interest arises from contemporary changes within the media industries themselves, with the global extension and integration of media markets, digitalization of media production and distribution, changing business models, proliferation of supply channels, patterns of corporate convergence, and the blurring of producer/consumer relations. These are only the most recent development, however, of industries built on complex and contested histories.

Continuer la lecture de Appel : Media Industry Studies

Appel : Assises CPM 2018

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

« Approches  critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes »

Research on Popular Cultures and Media Cultures Convention 2018: “Critical approaches to media fictions: stakes, tools and methods”

 

Appel à communications/Call for proposals

 

Dates : 11-13 octobre 2018

Lieu : Nanterre et Paris

Langues des communications : français, anglais

Organisation : Plusieurs équipes de recherche ou associations de chercheur-e-s  actives dans le champ de la culture populaire, de l’étude des médias, des fictions, des jeux, etc. collaborent afin d’organiser ces assises fondatrices, qui visent à susciter des convergences inédites.

English below

La recherche sur les cultures populaires et médiatiques, si elle a débuté dès les années 1960 par quelques travaux pionniers, s’est considérablement développée depuis 25 ans, a fortiori depuis une dizaine d’années avec la contribution de nouvelles générations de chercheur-e-s assumant leur immersion dans la culture transmédiale et sérielle contemporaine. Des études sectorielles ou plus synthétiques ont ainsi exploré des domaines aussi divers que la littérature, le cinéma, les séries télévisées, les productions transmédias, les jeux vidéo, les jeux, la bande dessinée, la littérature jeunesse, les figurines, les images …

Une moisson considérable de recherches éclairantes et objectivement complémentaires a donc été réalisée depuis les années 1990, qui mérite aujourd’hui d’être ressaisie collectivement, sur la base de coopérations inédites et en recherchant des synergies pluridisciplinaires.  De fait, si de nombreux colloques ont été organisés dans le champ de la culture médiatique, si les chercheur-e-s s’entrelisent souvent, si nous connaissons souvent les recherches Continuer la lecture de Appel : Assises CPM 2018

Colloque : BD et médias

Colloque international « Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques »

29-30 juin, Reims

Organisé par Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Guillaume Pinson (Université Laval), le colloque aura lieu à Sciences Po, campus de Reims (1 Place Museux, 51100 Reims)

Programme

Jeudi 29 juin

9h00 : Ouverture par Jean-Louis Haquette (Université de Reims, directeur du Crimel), Françoise Gevrey (Université de Reims), Adeline Wrona (Celsa Paris-Sorbonne, directrice du Gripic), Nathalie Jacquet (Sciences Po, directrice du Campus de Reims)

9h30 : Introduction (Alexis Lévrier et Guillaume Pinson)

 

10h00 : Séance 1 : Poétiques du support 1 (XIXe siècle : émergence de la presse BD)

Présidence : Nathalie Preiss (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Valérie Stiénon (Université de Paris 13), « De la caricature à la bande dessinée, et retour : enjeux poétiques et médiatiques d’une affinité (1830-1890) »

Julien Schuh (Université de Paris-Nanterre), « L’influence des contraintes médiatiques sur l’émergence de la forme BD » Continuer la lecture de Colloque : BD et médias

Parution : « Faire sensation »

Roy Pinker

Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique

Agone, « Contrefeux », mai 2017

 

 

En mars 1932, le fils du célèbre aviateur Charles Lindbergh, âgé de 20 mois, est victime d’un enlèvement puis retrouvé mort. En 1935, Bruno Hauptmann, reconnu coupable du crime lors du tout premier procès filmé, est condamné à mort malgré ses dénégations et des preuves contestables, puis exécuté. Ce qui deviendra rapidement « l’affaire Baby Lindbergh » a passionné la presse et le cinéma d’actualité, et inspiré une foule d’artistes écrivains, d’Agatha Christie à Philip Roth en passant par Hergé et Dali.
Loin d’une énième tentative visant à faire la vérité sur l’affaire Lindbergh, ce livre en fait un moment emblématique où se mettent en place, dans les médias, des méthodes et des habitudes – diffusion d’informations non vérifiées, invention ou distorsion de l’information pour la faire correspondre à la temporalité du média, accentuation d’une réalité étrangère pour renforcer une cohésion communautaire, simplifications visant à donner du sens à ce qui n’en a pas, sensationnalisme en continu – dont on aurait pu croire qu’elles étaient spécifiques à notre époque.

Parution : Analyse des séries

Eléments pour l’analyse des séries

Recueil d’articles de Jean-Pierre Esquenazi 

L’Harmattan « Champs visuel »

Les textes rassemblés explorent notamment deux questions. La première concerne la série comme « tout », comme objet singulier : comment parler de l’unité d’un objet aussi morcelé, comment le saisir comme une oeuvre achevée ? La seconde touche à une éventuelle spécificité des séries : peuvent-elles se prévaloir d’une qualité narrative et esthétique distincte d’autres objets narratifs, romans, films, bandes dessinées ? De nombreux exemples sont proposés : Six Feet Under, Breaking Bad, 24 heures chrono, Battlestar Galactia, Law and Order, et bien d’autres sont examinées.

Parution : L’âge d’or des médias

Revue « Le Temps des médias », n°27, « L’âge d’or »

temps-medias

Dans un cadre médiatique, l’« âge d’or » est d’abord une formule d’une grande simplicité, aisément mobilisable pour catégoriser un phénomène ou une période. Elle est ainsi perçue comme un levier efficace pour conférer un sentiment de gratification, pour valoriser irréfutablement une période antérieure. En somme, parler d’âge d’or permet de faire référence à un passé révolu dont le souvenir rayonne encore sur le présent, tout en insufflant instantanément une coloration méliorative. Les médias apparaissent comme un terrain privilégié de ce travail en raison de leur rôle dans les représentations collectives. Ce dossier du Temps des médias questionne les dynamiques sous-jacentes à l’oeuvre pour les faire éclore : tour à tour stratégie éditoriale et médiatique, support de rhétoriques professionnelles, ou encore condensation sublimée de la mémoire délayée par le filtrage du présent, l’âge d’or n’est pas un objet propice au lissage uniformisant du processus de catégorisation.

Dossier coordonné par Emmanuelle Fantin et Thibault Le Hégarat.
n° 27, Automne-Hiver 2016-2017.

consulter le sommaire et lire les articles : http://www.histoiredesmedias.com/-27-L-Age-d-or-.html

 

Séminaire : l’essai médiatique

« L’essai médiatique », séminaire de l’EA 1087 EHIC

Université de Limoges

 

Le séminaire « L’essai médiatique » de l’EA 1087 EHIC, université de Limoges, courra sur 2 ans, à raison de 4 séances par année universitaire, et se conclura par un colloque international.

Organisatrices : Irène Langlet et Chloé Ouaked, avec l’aide de Maxime Hureau.

cropped-l_l-de-mars-allegorie-verite

Argument (résumé)

De la forme de discours de savoir inventée par Montaigne, libre et subjective, nous souhaitons interroger les espèces qui se sont mêlées à, et ont migré vers d’autres supports que le livre et d’autres systèmes de signes que le texte littéraire: l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué.

Dans un deuxième sens, plus relatif à la réception de l’essai, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les médias. Résolument contre la position des ceux qui expulsent du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), nous examinerons sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et tenterons de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé.

Lire l’argument complet.

Calendrier

Mercredi 14 décembre 2016, 16h-19h L’essai photographique Andrew Stafford, University of Leeds (Royaume-Uni) Continuer la lecture de Séminaire : l’essai médiatique

Appel : Mirages du bonheur

Congrès de l’AFEA ( Congrès de l’Association Française des Etudes Nord Américaines)

Université de Strasbourg du 6 au 9 juin 2017

 

Atelier :    Culture(s) populaire(s) et pratiques culturelles :

Miroirs et mirages du bonheur

 

L’expression « la recherche du bonheur » a longtemps signifié aspirer à une vie meilleure et était liée à un rêve américain que chacun pouvait prétendument atteindre, mais ce rêve semble pour beaucoup inatteignable. La culture populaire nord-américaine rend visible aussi bien la dichotomie entre la réalité et l’idéal que la fluctuation du terme « bonheur », dont le sens varie selon les sociétés et les périodes. Doit-on repenser le bonheur ? Si oui, en quels termes ?

L’utilisation de l’expression « la recherche du bonheur », comme titre de maintes productions culturelles et comme enjeu commercial, montre que si cette notion est un droit inaliénable qui fait partie de l’héritage nord-américain et de ses valeurs, elle est aussi  insaisissable et trompeuse. La société nord-américaine est fondée sur une économie capitaliste dont l’un des mécanismes consiste à persuader les individus qu’ils doivent toujours se procurer/acheter quelque chose afin d’être parfaitement heureux. La culture populaire pousse à repenser le sens de ce que sont et impliquent le bonheur et sa recherche.                                      Continuer la lecture de Appel : Mirages du bonheur

Appel : « Populaire, moi ? »

 

 Le Pardaillan n°3 : Populaire, moi ?

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2017

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan souhaite revenir sur l’épineux adjectif « populaire », et sur les délimitations du champ populaire, pour essayer d’en proposer des éclairages différents. Cet adjectif sert de point d’appui épistémologique, en ce qu’il est constitutif d’une catégorie théorique, alors même qu’il est sémantiquement flottant. Il hérite en effet de tous les jeux polysémiques, rhétoriques et idéologiques du mot « peuple », de la masse indifférenciée aux couches socialement défavorisées, en passant par la communauté souveraine ou encore le populisme… Lourd de toutes ces significations possibles, il s’est constitué comme pôle d’adversativité (le populaire comme polarisation constante du non-populaire), définissant en négatif une « culture légitime ».

Il peut sembler étonnant d’avoir choisi un mot si instable pour désigner une catégorie littéraire et culturelle, d’autant que « le populaire » a la vie dure, malgré les nombreuses expressions de remplacement (paralittérature, culture médiatique…) qui ont pu être proposées. Mais il est possible d’apporter des éclairages à cet usage de l’adjectif « populaire » en se penchant sur des cas-limites, frontaliers. Le fait de prendre la culture populaire comme objet d’étude implique en effet de forger des outils théoriques adaptés, et de réfléchir à ces outils que l’on se crée (comme le fait, par exemple, le dernier numéro de Poétiques comparatistes, « Fictions médiatiques et récit de genre. Pour en finir avec le populaire ? »). Que se passe-t-il lorsque l’on applique ces outils à des objets qui semblent inattendus, car ils n’appartiennent a priori pas au champ du populaire ? Un auteur comme Martial, du fait de son ancienneté et de son genre littéraire, l’épigramme, est aujourd’hui un auteur de spécialistes, relégué au domaine des études littéraires et antiques. Mais que devient ce même Martial lorsqu’on le considère comme populaire au point d’avoir été imité par d’innombrables auteurs jusqu’au XVIIIe siècle, et que devient la notion de « populaire » ainsi employée ? De nombreux auteurs du XIXe siècle, aujourd’hui intégrés au canon littéraire et faisant figure de monstres sacrés, ont publié leurs écrits dans les mêmes circuits de diffusion que la littérature dite populaire, à savoir le feuilleton. Comment articuler ce croisement entre populaire et canon, et comment, peut-être, relire le canon à la lumière de ce mode de diffusion ? Autre forme de croisement possible, la figure de Louis XIV, figure non-populaire au possible, à un certain sens du mot du moins, est aujourd’hui l’un des personnages historiques les plus populaires de la culture médiatique, de la série télévisée à la comédie musicale. Les zones de croisement sont nombreuses, on le voit. Continuer la lecture de Appel : « Populaire, moi ? »