Archives par mot-clé : culture médiatique / media culture

Parution : L’âge d’or des médias

Revue « Le Temps des médias », n°27, « L’âge d’or »

temps-medias

Dans un cadre médiatique, l’« âge d’or » est d’abord une formule d’une grande simplicité, aisément mobilisable pour catégoriser un phénomène ou une période. Elle est ainsi perçue comme un levier efficace pour conférer un sentiment de gratification, pour valoriser irréfutablement une période antérieure. En somme, parler d’âge d’or permet de faire référence à un passé révolu dont le souvenir rayonne encore sur le présent, tout en insufflant instantanément une coloration méliorative. Les médias apparaissent comme un terrain privilégié de ce travail en raison de leur rôle dans les représentations collectives. Ce dossier du Temps des médias questionne les dynamiques sous-jacentes à l’oeuvre pour les faire éclore : tour à tour stratégie éditoriale et médiatique, support de rhétoriques professionnelles, ou encore condensation sublimée de la mémoire délayée par le filtrage du présent, l’âge d’or n’est pas un objet propice au lissage uniformisant du processus de catégorisation.

Dossier coordonné par Emmanuelle Fantin et Thibault Le Hégarat.
n° 27, Automne-Hiver 2016-2017.

consulter le sommaire et lire les articles : http://www.histoiredesmedias.com/-27-L-Age-d-or-.html

 

Séminaire : l’essai médiatique

« L’essai médiatique », séminaire de l’EA 1087 EHIC

Université de Limoges

 

Le séminaire « L’essai médiatique » de l’EA 1087 EHIC, université de Limoges, courra sur 2 ans, à raison de 4 séances par année universitaire, et se conclura par un colloque international.

Organisatrices : Irène Langlet et Chloé Ouaked, avec l’aide de Maxime Hureau.

cropped-l_l-de-mars-allegorie-verite

Argument (résumé)

De la forme de discours de savoir inventée par Montaigne, libre et subjective, nous souhaitons interroger les espèces qui se sont mêlées à, et ont migré vers d’autres supports que le livre et d’autres systèmes de signes que le texte littéraire: l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué.

Dans un deuxième sens, plus relatif à la réception de l’essai, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les médias. Résolument contre la position des ceux qui expulsent du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), nous examinerons sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et tenterons de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé.

Lire l’argument complet.

Calendrier

Mercredi 14 décembre 2016, 16h-19h L’essai photographique Andrew Stafford, University of Leeds (Royaume-Uni) Continuer la lecture de Séminaire : l’essai médiatique

Appel : Mirages du bonheur

Congrès de l’AFEA ( Congrès de l’Association Française des Etudes Nord Américaines)

Université de Strasbourg du 6 au 9 juin 2017

 

Atelier :    Culture(s) populaire(s) et pratiques culturelles :

Miroirs et mirages du bonheur

 

L’expression « la recherche du bonheur » a longtemps signifié aspirer à une vie meilleure et était liée à un rêve américain que chacun pouvait prétendument atteindre, mais ce rêve semble pour beaucoup inatteignable. La culture populaire nord-américaine rend visible aussi bien la dichotomie entre la réalité et l’idéal que la fluctuation du terme « bonheur », dont le sens varie selon les sociétés et les périodes. Doit-on repenser le bonheur ? Si oui, en quels termes ?

L’utilisation de l’expression « la recherche du bonheur », comme titre de maintes productions culturelles et comme enjeu commercial, montre que si cette notion est un droit inaliénable qui fait partie de l’héritage nord-américain et de ses valeurs, elle est aussi  insaisissable et trompeuse. La société nord-américaine est fondée sur une économie capitaliste dont l’un des mécanismes consiste à persuader les individus qu’ils doivent toujours se procurer/acheter quelque chose afin d’être parfaitement heureux. La culture populaire pousse à repenser le sens de ce que sont et impliquent le bonheur et sa recherche.                                      Continuer la lecture de Appel : Mirages du bonheur

Appel : « Populaire, moi ? »

 

 Le Pardaillan n°3 : Populaire, moi ?

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2017

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan souhaite revenir sur l’épineux adjectif « populaire », et sur les délimitations du champ populaire, pour essayer d’en proposer des éclairages différents. Cet adjectif sert de point d’appui épistémologique, en ce qu’il est constitutif d’une catégorie théorique, alors même qu’il est sémantiquement flottant. Il hérite en effet de tous les jeux polysémiques, rhétoriques et idéologiques du mot « peuple », de la masse indifférenciée aux couches socialement défavorisées, en passant par la communauté souveraine ou encore le populisme… Lourd de toutes ces significations possibles, il s’est constitué comme pôle d’adversativité (le populaire comme polarisation constante du non-populaire), définissant en négatif une « culture légitime ».

Il peut sembler étonnant d’avoir choisi un mot si instable pour désigner une catégorie littéraire et culturelle, d’autant que « le populaire » a la vie dure, malgré les nombreuses expressions de remplacement (paralittérature, culture médiatique…) qui ont pu être proposées. Mais il est possible d’apporter des éclairages à cet usage de l’adjectif « populaire » en se penchant sur des cas-limites, frontaliers. Le fait de prendre la culture populaire comme objet d’étude implique en effet de forger des outils théoriques adaptés, et de réfléchir à ces outils que l’on se crée (comme le fait, par exemple, le dernier numéro de Poétiques comparatistes, « Fictions médiatiques et récit de genre. Pour en finir avec le populaire ? »). Que se passe-t-il lorsque l’on applique ces outils à des objets qui semblent inattendus, car ils n’appartiennent a priori pas au champ du populaire ? Un auteur comme Martial, du fait de son ancienneté et de son genre littéraire, l’épigramme, est aujourd’hui un auteur de spécialistes, relégué au domaine des études littéraires et antiques. Mais que devient ce même Martial lorsqu’on le considère comme populaire au point d’avoir été imité par d’innombrables auteurs jusqu’au XVIIIe siècle, et que devient la notion de « populaire » ainsi employée ? De nombreux auteurs du XIXe siècle, aujourd’hui intégrés au canon littéraire et faisant figure de monstres sacrés, ont publié leurs écrits dans les mêmes circuits de diffusion que la littérature dite populaire, à savoir le feuilleton. Comment articuler ce croisement entre populaire et canon, et comment, peut-être, relire le canon à la lumière de ce mode de diffusion ? Autre forme de croisement possible, la figure de Louis XIV, figure non-populaire au possible, à un certain sens du mot du moins, est aujourd’hui l’un des personnages historiques les plus populaires de la culture médiatique, de la série télévisée à la comédie musicale. Les zones de croisement sont nombreuses, on le voit. Continuer la lecture de Appel : « Populaire, moi ? »

Appel : « Ecrits de la réception »

« Les écrits de la réception : pratiques textuelles des publics médiatiques »

Appel à contribution pour le numéro 7 de la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Coordination du numéro :

Sébastien François, docteur en sociologie, postdoctorant au Labex ICCA, rattaché aux laboratoires EXPERICE (Université Paris 13) et CERLIS (Université Paris Descartes)

Thomas Pillard, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles, chercheur associé à l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

 

Lettres à la célébrité, courriers des lecteurs, analyses critiques, récits dérivés et fanfictions, etc. : l’écrit n’a eu de cesse d’être un vecteur privilégié pour prolonger des expériences de réception médiatiques. Par-delà les contenus qui leur donnent naissance, les différences de contexte historique ou les dispositifs de communication mobilisés, ces textes en disent souvent long sur leurs auteur×e×s, comme sur la composition et le degré de structuration des publics auxquels ils appartiennent (Abercrombie & Longhurst 1998 ; Cefaï & Pasquier 2004). Plus encore, ils sont un des lieux où se jouent et se révèlent les enjeux de genre (gender) qui façonnent ces différents publics (Buckingham 1993 ; Maigret 1995 ; Sellier 2009), fournissant aux chercheur×e×s des ressources précieuses pour traiter des problèmes théoriques, méthodologiques et épistémologiques liés à l’étude du « genre de la réception » (Biscarrat 2015).

Ce numéro de Genre en Séries entend rassembler des travaux qui prennent pour objet ces multiples pratiques textuelles et qui mobilisent, de différentes façons, le prisme du genre pour sa capacité à éclairer tant les contenus médiatiques consommés que les discours suscités. Les écritures « ordinaires », « domestiques » ou « non-scolaires » étant déjà hautement genrées (Blanc 1993 ; Lahire 1997 ; Lyons 2013), il semble essentiel de mieux connaître le profil des rédacteurs/trices de ces textes adossés à la réception d’objets culturels eux-mêmes porteurs de représentations et de normes genrées. L’étude des conditions d’écriture et, le cas échéant, de publication Continuer la lecture de Appel : « Ecrits de la réception »

Séminaire LPCM Nanterre : séance du 11 décembre

 Ruth Mayer (Université de Hanovre) :

“In the Nick of Time? Detective Film Serials, Temporality, and Contingency Management, 1919-1926″

 Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, salle L 205

Vendredi 11 décembre,  15-18h

Séminaire « Fictions médiatiques », LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures populaires et Culture Médiatique) et CSLF (EA 1586, équipe Phistem)

coordonné par Anne Besson (Université d’Artois) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

Continuer la lecture de Séminaire LPCM Nanterre : séance du 11 décembre

Journée « Genres littéraires et fictions médiatiques »

Genres littéraires et fictions médiatiques

Journée d’étude organisée à l’université de Limoges

Le 17 novembre 2015

par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

avec le soutien de l’équipe d’accueil EHIC et de l’école doctorale LPAH

Affiche-JE-genres fictions

 Programme

Continuer la lecture de Journée « Genres littéraires et fictions médiatiques »

Parution : Jeu vidéo et livre

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l’ouvrage

 

Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Jeu vidéo et livre, éditions Bebooks.

Si les rapports entre jeu vidéo et cinéma suscitent depuis longtemps l’intérêt des milieux académiques, les relations, échanges et points de passage entre le livre et le jeu vidéo constituent pour leur part un domaine de recherche toujours en friche. Continuer la lecture de Parution : Jeu vidéo et livre

L’entrepreneur créatif culturel au 21ème siècle

ecbnfa

Le lundi 11 mai,  un sommet Européen des Industries Créatives aura pour thème (ECIS) – « L’entrepreneur créatif culturel au 21ème siècle » à Bruxelles (Invitation sur demande)

La volonté de promouvoir les industries culturelles et créatives, inscrite au programme Europe 2020, a conduit la Commission européenne et sa présidence actuelle lettone à se concentrer sur les effets de débordement de ces industries sur l’économie et la société dans leur ensemble. Continuer la lecture de L’entrepreneur créatif culturel au 21ème siècle

Parution : Penser le jeu. Les industries culturelles face au jeu

Penser le jeu

Sous la direction de Gilles Brougère.

Jeux en ligne tels que World of Warcraft ou le poker, adaptation des succès cinématographiques en jeux vidéo, serious games, jeux télévisés, détournement artistique de certains jeux, les jeux sont aujourd’hui omniprésents au sein des loisirs et des activités culturelles. Le jeu connaît une extension de son domaine marquée par le rôle central qu’y jouent les industries culturelles portées par l’importance prise par les jeux vidéos et les outils numériques de communication. Continuer la lecture de Parution : Penser le jeu. Les industries culturelles face au jeu