Archives par mot-clé : culture légitime

Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Journée « Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

séminaire doctoral « TransLittéraires », E.A.  Textes et Cultures, projet LégiPop de la MESHS Nord

vendredi 5 mai, Université d’Artois (Arras) en Salle des colloques de  la maison de la recherche

 

Programme

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSic), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche » Continuer la lecture de Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Appel: Le Thriller métaphysique

Le Thriller métaphysique

Colloque bilingue (anglais/français)

Université de Liège, CIPA, Belspo

Liège, Belgique – 26-27 septembre 2013

Fin de l’appel à candidatures le 16 Juin 2013

Le thriller métaphysique est souvent considéré comme un phénomène typiquement contemporain dont l’apogée coïncide avec le dernier quart de siècle. Il est aussi généralement associé au développement de la fiction postmoderne expérimentale. Mais, au final, qu’est-ce que le thriller métaphysique ?

Le colloque s’intéressera au « thriller » et au « métaphysique » selon une approche diachronique et/ou synchronique. Il s’agira de décrire les différents avatars de la littérature policière de Poe à nos jours, ainsi que la capacité de ce genre à intégrer certaines considérations qui dépassent les enjeux traditionnels de la littérature policière et de ses nombreuses manifestations sous-génériques.

Le plus souvent, les écrits policiers métaphysiques récents mettent en exergue métafiction et autoréflexivité. Ces aspects seront comparés aux structures plus habituelles de la littérature policière « traditionnelle ». Une telle approche nous amènera à reconsidérer le contrat de lecture des œuvres envisagées tout en interrogeant la nature même du « fictionnel » ainsi que la question fondamentale des « limites de la connaissance ». A la lumière de telles stratégies anti-narratives, le terme « métaphysique » sera aussi remis en question et confronté à d’autres terminologies.

On peut regretter le peu de sources secondaires concernant le thriller métaphysique. Toutefois, l’ouvrage dirigé par Patricia Merivale et Susan Elizabeth Sweeney, intitulé Detecting Texts: The Metaphysical Detective Story from Poe to Postmodernism (1999), établit les bases fondamentales d’une recherche approfondie dans le domaine, ébauchant une définition du genre tout en soulignant les éléments de parodie et/ou de subversion des conventions de base de la littérature policière dite traditionnelle. Il est à noter que cette notion apparait comme étant de plus en plus problématique au regard de la richesse et de la variété de ce genre depuis son apparition, durant la seconde moitié du 19e siècle.

Les articles sur des sujets incluant les thèmes suivants, sans toutefois s’y limiter, sont les bienvenus :

  • la « métaphysique fictionnelle » et la « fiction métaphysique »
  • les lectures rapprochées d’écrivains tels que E.A. Poe, Franz Fafka, J.L. Borges, Vladimir Nabokov, Umberto Eco, Alain Robbe-Grillet, Georges Perec, William Faulkner, Paul Auster, …
  • les structures et thèmes récurrents (e.g., le double, la pièce fermée, le labyrinthe, …)
  • l’héritage de Poe (e.g., les paradigmes de la lettre volée et de « l’homme des foules »)
  • l’ambiguïté ou l’absence de signification des indices matériels, des preuves et des témoignages
  • les éléments de métafiction et/ou d’intertextualité
  • le détective vaincu
  • le thriller métaphysique en tant que phénomène postmoderne
  • les stratégies ontologiques et épistémologiques dans la littérature policière
  • les identités perdues, transformées ou échangées
  • l’absence de fin, la circularité narrative et l’effet de boucle

Veuillez envoyer vos propositions (300 mots maximum) pour des interventions de 20 minutes à adechene@ulg.ac.be et mdelville@ulg.ac.be avant le 16 juin 2013.

Pour plus d’informations veuillez contacter :

Antoine Dechêne, Université de Liège adechene@ulg.ac.be

Michel Delville, Université de Liège mdelville@ulg.ac.be

CIPA website: www.cipa.ulg.ac.be

Appel à contributions: Max Jacob et la “culture populaire” (date limite 1e octobre 2013)

Appel à contributions: Max Jacob et la “culture populaire”

Les Cahiers Max Jacob souhaitent constituer un dossier consacré à Max Jacob et la « culture populaire ». Dès ses débuts d’écrivain, avec la publication du conte pour enfants « Histoire du roi Kaboul Ier et du marmiton Gauwain », Max Jacob (1876-1944) interroge la culture de masse et les formes dites “populaires”. Avant que dada et le surréalisme n’aient définitivement établi la légitimité d’une telle démarche, Jacob puise dans des sources aussi diverses que le cinéma, le folklore, la romance, le roman feuilleton, l’opérette et le théâtre du boulevard, pour n’en nommer que quelques-unes. Le conte en tout genre – conte folklorique, conte pour enfants, conte merveilleux ou conte de fées – occupe parmi ces genres  populaires une place de choix chez Jacob. Que ce soit sur le mode de l’emprunt ou de la parodie, de l’allusion isolée ou de l’usage global d’une forme, Jacob n’hésite pas à mélanger librement le “savant” et le populaire, et à faire voir leur potentiel de renversement ou de réversibilité : car le populaire d’une époque peut bientôt devenir matière à gloses érudites, tandis que quelque production académique est susceptible de s’infiltrer dans les productions populaires. Cette propension à faire sien tout discours hétéronome fait de l’œuvre de Max Jacob un bouillon de culture unique en son genre, un kaléidoscope de discours hétérogènes où prime toujours le merveilleux et l’envol de l’imagination. Mais quels sont les enjeux de cette démarche chez Max Jacob? Comment diffère-t-elle des récupérations surréalistes qui peuvent paraître analogues au premier abord? Comment le populaire s’articule-t-il au religieux chez l’écrivain catholique que fut Max Jacob? Comment ce recours à des sources oubliées ou minorées influe-t-elle sur la réception de l’œuvre jusqu’à aujourd’hui? Autant de questions que ce numéro des Cahiers Max Jacob cherchera à approfondir et à éclaircir.

L’axe d’étude que nous proposons de mettre en œuvre a été jusque-là peu balisé par les études critiques consacrées à Max Jacob. Il semble nécessaire aujourd’hui d’aller vers une exploration en conjuguant les méthodes et les questionnements. Ce numéro propose une exploration selon trois axes principaux :

Les formes et les sources : Les formes sous lesquelles le « populaire » est susceptible d’apparaître dans les textes de Jacob, l’usage que Jacob en fait et les transformations qu’il fait subir à la matière « populaire ».

L’hybridité, le mélange, la mosaïque/la marqueterie, la ménippée

L’intertextualité, la parodie, le pastiche et le collage, usage des faits divers (recyclage)

Le conte, le merveilleux : L’influence formelle ou thématique du récit populaire sous toutes ses formes.

La place et les formes du récit dans la poésie de Jacob (historiettes et anecdotes en vers, e.g.)

Folklore breton (ou français) – contes et chansons

L’oralité et les traditions orales

Contes pour enfants

Mythologie

Miracles et visions

(Ir)réalisme et fantastique dans les récits de Jacob

Le voyage et le dépaysement

Questions de réception : Destins et destinations de l’œuvre littéraire, tel que la matière populaire influe sur ceux-ci.

Canonicité, (il)légitimité et réception(s) de l’œuvre d’art

L’art et l’érudition, l’art et le (non-)savoir

Destinations de l’œuvre de Max Jacob : quel(s) public(s) ?

PROPOSITION DE CONTRIBUTION : en langue française, 1 500 signes, accompagnée d’une notice bio-bibliographique, à envoyer avant le 1er octobre 2013 à Alexander Dickow, Assistant Professor of French at Virginia Tech, responsable du dossier thématique : ard@vt.edu.

ARTICLE FINAL : 30 000 signes

Publication : LES CAHIERS MAX JACOB, publication bisannuelle des Amis de Max Jacob, revue à comité scientifique (www : // cahiersmaxjacob.org).

DATE DE PARUTION :  1er octobre 2015

Direction scientifique DES CAHIERS MAX JACOB : Antonio Rodriguez, Professeur de littérature française à l’Université de Lausanne

Colloque: La littérature à l'épreuve des arts populaires (13-15 juin 2012)

Du 13 juin 2012 au 15 juin 2012, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

PROJET ANR HIDIL UNIVERSITE PARIS SORBONNE

HISTOIRE DES IDEES  DE LITTERATURE

COLLOQUE  « LA LITTERATURE A L’EPREUVE DES ARTS POPULAIRES »

UNIVERSITE PARIS – EST MARNE – LA – VALLEE

13, 14 et 15 juin 2012

MERCREDI 13 JUIN

9h30  Accueil des participants et ouverture du colloque

Présidence : Pascale Alexandre- Bergues (UPEMLV)

10h Paul FOURNEL, Président de l’OULIPO : « A propos de  Guignol »

10h40 Discussion et pause

11h Julien SCHUH (Université de Reims) « Synthétisme, primitivisme et éloge de la naïveté : une tentative de généalogie »

11h30Bérangère CHAPUIS (Paris  Sorbonne) « Genèse et enjeux du kitsch »

12h Discussion et déjeuner

Présidence : Jean- Yves Debreuille  (Université Lyon II)

14h30Martine JEY (Paris Sorbonne) « Ecrire à la Communale : émancipation ou contrainte ? »

15h Vladimir KAPOR (Université de Manchester) « Pour une littérature du terroir d’outre-mer : Marius –Ary Leblond, théoriciens de la littérature coloniale sous la Troisième République »

15h30 Discussion et pause

16h Yvan DANIEL (Université de La Rochelle) « Pierre Loti : populariser le « vertige mondial » »

16h30 Corinne CONTINI – FLICKER (Aix- Marseille) « Les formes dramatiques populaires sur la scène française tonkinoise (1884 -1945) »

Discussion

JEUDI 14 JUIN

Présidence : Catherine Naugrette (Paris Cité- Sorbonne Nouvelle)

9h30 Didier ALEXANDRE (Paris Sorbonne) « La Ville de Claudel et le théâtre anarchiste »

10h Emmanuelle KAES (Université de Tours) « De la poétique à l’écriture dramatique : formes et enjeux de la langue populaire chez Claudel »

10h30 Discussion et pause

11h Caroline SURMANN (Université de Mannheim) « Le cirque et le music- hall dans les ballets –théâtre de Cocteau »

11h30 Delphine VERNOZY (Paris Sorbonne)  « Aragon : du ballet au spectacle populaire»

12h Discussion et déjeuner

Présidence : Martine Jey (Université Paris Sorbonne)

14h Catherine NAUGRETTE (Paris Cité- Sorbonne Nouvelle) « Peer Gynt et le Troll : le théâtre d’Ibsen et les contes populaires norvégiens »

14h30 Pascale ALEXANDRE –BERGUES (UPEMLV) « Copeau et l’idée de théâtre populaire »

15h Catherine DOUZOU (Université de Tours) « Ramuz et les arts populaires »

15h30  Discussion et pause

16h Jean –Pierre ZUBIATE (Toulouse II –Le Mirail) La chanson de cabaret à la source du lyrisme et du fantastique social »

16h30 Ivanne RIALLAND (UPEMLV) L’Entrepreneur d’illuminations : le feu d’artifice chinois du douanier Salmon »

17h Discussion

VENDREDI 15 JUIN

Présidence : Catherine Douzou (Université de Tours)

9h30 Laurence PERRIGAULT (Paris VIII) « Jacques Prévert ou le merveilleux populaire (1926 -1936)

10h Jean –Yves DEBREUILLE (Lyon II) « Le devoir de trivialité dans la poésie d’André Frénaud »

10h30 Discussion et pause

11h Claude –Pierre PEREZ (Université de Provence)  « Du populaire dans Documents »

11h30 Sophie MENARD (Université de Lorraine) « « Il était une fois » l’histoire de deux catherinettes : lecture ethno –critique de Germinie Lacerteux »

12h Discussion

Présidence : Claude- Pierre Perez (Aix-Marseille)

14h30 Vital RAMBAUD (Paris Sorbonne) « Barrès, un romancier populaire ? »

15h Virginie TAHAR (UPEMLV) « L’influence du dessin humoristique sur l’écriture des premiers romans de Mac Orlan »

15h30 Discussion et pause

16h Annabel AUDUREAU (Université de La Rochelle) « La culture populaire, source de renouvellement d’un genre dans Anicet ou le Panorama, roman de Louis Aragon »

16h30 Clément SIGALAS (Paris Sorbonne) « « Ce sera malgré moi si dans ce livre j’allais pécher par littérature » : la littérature confrontée à l’expérience populaire de la seconde guerre mondiale »

17h Discussion et clôture du colloque

Le colloque se tiendra salle 2B50- 56 (bâtiment Copernic, 2ème étage, 5, bd Descartes, Champs- sur- Marne, RER A, station Noisy- Champs).

Organisation : Pascale ALEXANDRE- BERGUES (LISAA)

Contacts : Pascale.alexandre@univ-mlv.fr; nadine.marchand-tollet@paris-sorbonne.fr

Call for papers – The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

08 November 2012 – 09 November 2012

Event Type: Conference / Symposium
Venue: Institute of English Studies
Venue Details: Senate House, Malet Street, London, WC1E 7HU

Description

Keynote Speakers include: Professor Phillip Tew (Brunel University), Professor James Chapman (University of Leicester), Christoph Lindner (University of Amsterdam)

The Marginalised Mainstream seeks to discuss the growing interest in and importance of mainstream culture and the popular as ways of engaging with cultural products of the late nineteenth to early twenty-first centuries, the long twentieth century, 1880–2010. Specifically, we seek to bring together postgraduate students, early career academics and established researchers working in the fields of Literature, Cultural Studies and elsewhere in the Humanities, to explore why mainstream culture and objects of mass appeal are so frequently marginalised by the academic community.

CLICK HERE FOR CALL FOR PAPERS.

Abstracts of no more than 350 words are invited by 1 June 2012 . They must include:

  • 350-word abstract, including title,
  • your name,
  • affiliation,
  • contact information,
  • a brief biographical paragraph about your academic interests,
  • any technical support that might be needed

Please email submissions, in Word, WordPerfect, or RTF formats, to organisers Brittain Bright, Sam Goodman and Emma Grundy Haigh at marginalisedmainstream@gmail.com . Acceptances will be sent out by no later than 16 July 2012.

Conference website: http://marginalisedmainstream.wordpress.com

Facebook page: https://www.facebook.com/pages/Marginalised-Mainstream-Conference-2012/259522867458369

Please note: we are not in a position to be able to assist with conference travel or subsistence.