Archives par mot-clé : LPCM

Parution : « Belphégor : Middlebrow »

Middlebrow

Belphégor 15-2, Décembre 2017

The term ‘middlebrow’ has a strong negative charge. It suggests middle-of-the-road, compromise and insipidity, middle class in an aspirational and snobbish way. The metaphor on which it is based refers back to the discredited nineteenth-century science of phrenology: a high forehead or brow was believed to denote intelligence, a low one its opposite. The hierarchy of brows, however, is not straightforward, for if the ‘high’ and ‘low’ at least have the dignity of the extreme, ‘middlebrow’ is charged with all the opprobrium that attaches to the norm, the median, the merely average. Recently, however, middlebrow culture in Britain and the United States has become the object of scholarly interest and the term has started to be reclaimed as something more than a dismissive epithet. The English word, with all its derogatory connotations, is – as far as we know – unmatched in any other language hence never quite translatable. Yet the phenomenon of the middlebrow itself surely extends beyond Anglophone cultures, and in this volume our aim is to explore the concept’s wider international relevance to cultural history and to the present. We will begin with an outline history of the term itself and its recent critical renaissance in Anglophone scholarship, then introduce the articles collected here through a brief discussion of the questions they collectively address, and the value of this international perspective for the study of the middlebrow.

Diana Holmes Continuer la lecture de Parution : « Belphégor : Middlebrow »

Séminaire : Cultures de l’imagination

« Les cultures de l’imagination »

Séminaire 2017-2018 PHisTeM (CSLF, EA 1586)–LPCM

Coordination : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Alain Vaillant.

Les séances ont lieu à l’université Paris Nanterre (RER Nanterre-Université) le vendredi, de 14 à 17h, en salle des Conseils de l’UFR PHILLIA ).

Présentation : 

Ce séminaire prend la suite de celui que nous avons animé au PHisTeM les deux années précédentes, sur la thématique « fiction, croyance, médias » et qui nous a permis de confronter les théories de la fiction et d’élaborer nos propres outils heuristiques, à la croisée de la poétique historique, de l’anthropologie culturelle et des cultural studies. Les cultures de l’imaginaire désignent aujourd’hui un ensemble de pratiques qui, avec ou sans artefacts techniques, mettent en jeu les compétences ludiques et fictionnelles : jeux de rôles ou de société, jeux vidéo, jeux de simulation. Mais l’imagination englobe, bien plus largement, toutes les pratiques culturelles ou intellectuelles où la faculté imaginative de l’esprit est mise en œuvre : les jeux bien sûr, mais aussi les religions, les arts et la littérature, la pensée spéculative, et toute activité pratique ou technique où l’esprit, même canalisé par des consignes ou des contraintes précises, doit encore s’ingénier à les adapter en fonction de conditions d’application toujours singulières et inattendues.

La visée du séminaire est donc de rendre à l’imagination l’immense territoire qu’on lui a progressivement contesté, parce que l’imagination, longtemps annexée au vocabulaire et à la problématique de la psychologie ancienne des facultés de l’entendement, paraissait une notion obsolète. Elle a donc été concurrencée et en grande partie remplacée par le concept de fiction, qui semblait permettre une description plus concrète et plus précise des mécanismes formels, des productions culturelles et des effets de réception. Mais, au moment même où les sciences cognitives ont profondément renouvelé l’approche des réalités psychiques, la fiction nous paraît à la fois plus restrictive et ambiguë dans ses usages. De fait, elle tend à confondre l’imaginaire avec la narrativité ou le jeu, qui impliquent tous deux une structure ou des règles précises : elle interdit donc de prendre en compte tout ce que l’imagination garde de fondamentalement informe, dans sa participation à l’intuition, aux mécanismes de l’invention intellectuelle ou esthétique, à l’activité onirique ou libidinale de l’esprit.

Concrètement, notre objet d’analyse ne sera pas l’imagination au général (car il va de soi que toute activité humaine implique une participation de l’imagination, qui permet à l’individu de s’adapter et de réagir à un environnement par nature imprévisible), mais seulement les pratiques, individuelles ou collectives, où les plaisirs de l’imagination sont recherchés pour eux-mêmes (notamment dans les sphères ludique, littéraire, artistique ou médiatique). Ce sont elles que désigne ici, de façon restrictive, l’intitulé « les cultures de l’imagination ».

Programme

13 octobre 2017 – Anne Besson (université d’Artois), Matthieu Letourneux (université Paris Nanterre) et Alain Vaillant (université Paris Nanterre), « Imagination/Fiction : introduction générale ».

8 décembre 2017 – Pierre Lagrange (École d’art d’Avignon), « Extraterrestres, science et fiction ».

19 janvier 2018 – Jérôme David (université de Lausanne), « Les Secondes Lumières françaises : une culture démocratique de l’imagination ».

23 mars 2018 – Patrick Suter (université de Berne), « Les combats de l’imagination. Avant-gardes er autres –ismes ».

6 avril 2018 – Sébastien François (université Paris 8), « Les fabricants de l’imaginaire enfantin : regards croisés sur la production des objets et des médias de l’enfance ».

Appel : Assises CPM 2018

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

« Approches  critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes »

Research on Popular Cultures and Media Cultures Convention 2018: “Critical approaches to media fictions: stakes, tools and methods”

 

Appel à communications/Call for proposals

 

Dates : 11-13 octobre 2018

Lieu : Nanterre et Paris

Langues des communications : français, anglais

Organisation : Plusieurs équipes de recherche ou associations de chercheur-e-s  actives dans le champ de la culture populaire, de l’étude des médias, des fictions, des jeux, etc. collaborent afin d’organiser ces assises fondatrices, qui visent à susciter des convergences inédites.

English below

La recherche sur les cultures populaires et médiatiques, si elle a débuté dès les années 1960 par quelques travaux pionniers, s’est considérablement développée depuis 25 ans, a fortiori depuis une dizaine d’années avec la contribution de nouvelles générations de chercheur-e-s assumant leur immersion dans la culture transmédiale et sérielle contemporaine. Des études sectorielles ou plus synthétiques ont ainsi exploré des domaines aussi divers que la littérature, le cinéma, les séries télévisées, les productions transmédias, les jeux vidéo, les jeux, la bande dessinée, la littérature jeunesse, les figurines, les images …

Une moisson considérable de recherches éclairantes et objectivement complémentaires a donc été réalisée depuis les années 1990, qui mérite aujourd’hui d’être ressaisie collectivement, sur la base de coopérations inédites et en recherchant des synergies pluridisciplinaires.  De fait, si de nombreux colloques ont été organisés dans le champ de la culture médiatique, si les chercheur-e-s s’entrelisent souvent, si nous connaissons souvent les recherches Continuer la lecture de Appel : Assises CPM 2018