Archives par mot-clé : communication

Parution : Analyse des séries

Eléments pour l’analyse des séries

Recueil d’articles de Jean-Pierre Esquenazi 

L’Harmattan « Champs visuel »

Les textes rassemblés explorent notamment deux questions. La première concerne la série comme « tout », comme objet singulier : comment parler de l’unité d’un objet aussi morcelé, comment le saisir comme une oeuvre achevée ? La seconde touche à une éventuelle spécificité des séries : peuvent-elles se prévaloir d’une qualité narrative et esthétique distincte d’autres objets narratifs, romans, films, bandes dessinées ? De nombreux exemples sont proposés : Six Feet Under, Breaking Bad, 24 heures chrono, Battlestar Galactia, Law and Order, et bien d’autres sont examinées.

Parution : « Polyptique » de Pascal Robert

Polyptyque. Pour une anthropologie communicationnelle des images

Pascal ROBERT

Hermann, « Cultures numériques », 2015

polyptique Robert

Ce livre se veut une exploration du polyptyque que déploient nos images dans leur diversité. On peut y entrer par n’importe quel chapitre, sauf le dernier qui s’offre comme une synthèse. Inévitablement pluridisciplinaire, cette anthropologie communicationnelle s’ouvre sur l’histoire de l’art, la sociologie, la sémiotique, la philosophie politique tout autant que les SIC. Elle s’intéresse à des images de peinture comme à des images « machinées » par la photographie, le cinéma ou l’informatique, à des images de la culture cultivée comme aux images plus triviales d’aujourd’hui, celles des jeux vidéo, de la bande-dessinée ou de la télévision. Cette anthropologie se veut communicationnelle, non pour dire que « ça communique », mais qu’il en va d’une aptitude des images à mettre en scène et/ou à conjurer la logique de l’incommunication et à gérer ce que l’on appelle ici le « paradoxe de la simultanéité ». Loin d’être isolée, la question du numérique est alors réinscrite dans une anthropologie globale des images qui prête attention à leur matérialité comme aux jeux de leurs signes et qui en offre, au final, une approche comparatiste raisonnée.

Call for papers : Secret, publicité, recherche en sciences sociales (ESSACHESS)

(english below)

Appel à contributions pour le volume 6, n° 2(12)/ 2013

Secret, publicité, recherche en sciences sociales

Coordination du dossier :

Olivier CHANTRAINE (Geriico, Université Charles de Gaulle de Lille 3, France) et

Patrice de la BROISE (Geriico, Université Charles de Gaulle de Lille 3, France)

La recherche en Sciences Sociales ne peut qu’entretenir un rapport conflictuel et problématique avec le secret, puisqu’elle cherche à « découvrir »: « dévoiler », « déceler », « révéler », « expliciter », « publier » ; ce qui suppose que son objet de recherche soit souvent « couvert », « voilé », « caché ou recélé », « inconnu », « implicite » ou « réservé »… pour des raisons plus ou moins légitimes et appuyées par plus ou moins de force. Raisons d’Etat, parfois mais aussi souvent « bonnes raisons » aux yeux des institutions et de l’opinion, ou encore de l’Université elle-même.

La recherche est sous le régime d’un devoir de publication et d’une éthique de publicité alors qu’elle a souvent affaire avec des faits sociaux et des situations qui sont pour les « acteurs » concernés d’un tout autre registre. En effet le secret est au cœur de la construction des formes sociales (Simmel, 1991 ; Petitat, 1998) où il se décline sous de nombreuses acceptions selon les contextes et les enjeux ; ainsi on peut le retrouver :

  • dans l’implicite et le non dit,
  • dans l’inconscient et le déni,
  • dans le caché plus ou moins légitime,
  • dans les savoirs et savoir-faire thésaurisés par des groupes ou des institutions qui s’en réservent l’usage, la pratique, les fruits et les récompenses et en font leurs armes dans des situations de concurrence ;
  • dans le sale et l’impur, dont on détourne le regard et qu’on évite de nommer  lorsque l’on est contraint de s’y investir et impliquer (Hugues, 1996).

États, professions, castes, partis, sectes, factions, entreprises, institutions, équipes, nations, ethnies, associations de bienfaisance ou de malfaiteurs, cercles, conjurations, bandes, gangs, sociétés secrètes, écoles, réseaux, tendances ne disent ni ne montrent tout. Ce qu’ils taisent et ce qu’ils cachent leur est consubstantiel, voire structurel et ils se préservent de sa divulgation, selon les contextes, par la loi, par l’usage, par la morale, par le mensonge, par la censure ou par la violence. Préserver leurs secrets leur apparaît souvent comme une nécessité vitale.

Pourtant, soucieux parfois de « stratégie », de « critique » ou de « réflexivité », voire « d’efficacité ou de performance » ou mus par le souci de gérer ou restaurer leur image publique ils vont négocier avec des prestataires recrutés « à l’interne » ou « de l’extérieur » des « contrats de recherche ». Il peut aussi apparaître, en leur sein, des critiques, des imprécateurs, des « lanceurs d’alerte », des praticiens de la « recherche-action » ou des formateurs plus ou moins inspirés par des démarches disciplinaires relevant des sciences sociales.

Ou encore des chercheurs de diverses disciplines seront (auto)missionnés par le souci de la connaissance.

Des partenaires, des adversaires, des tutelles, des institutions ou l’Etat missionneront des agences d’évaluation.  Des experts pousseront parfois leurs investigations au-delà des premières évidences et des conclusions ou préconisations pré-formatées.

Des espions voleront les secrets de fabrication et des traîtres ou transfuges en livreront.

De ces diverses circonstances et entreprises le secret ne sortira pas indemne. Son partage, son territoire et ses masques seront autres. Corrélativement, les espaces où il aura été découvert seront eux-mêmes transformés.

Souvent ces processus feront émerger d’autres formes de secret :

  • les secrets largement connus, c’est-à-dire ces choses que « tout le monde » sait mais à quoi tout le monde tient à conserver le statut de secret, ce qui rencontre parfois la notion de tabou. Par exemple, faire de « l’éducation sexuelle » avec les « vrais mots », dénoncer le « plafond de verre » dans les institutions, mettre sur la sellette le machisme dans le management et la gestion des ressources humaines, avouer le cynisme au cœur du « réalisme » scolaire des « bons élèves » à l’école, ou le même cynisme dans la docilité à l’évaluation chez les universitaires « excellents »  n’apprend pas grand-chose à grand monde  mais change la règle du jeu dans le débat public. Ironiquement on appelle parfois ces secrets les « grands secrets » ;
  • les « secrets de polichinelle », ignorés seulement de ceux qui en sont les victimes, les « jobards » (Goffman,1990) ou des « innocents » qui seront humiliés au moment de la révélation-publication  en prenant conscience qu’ils n’étaient pas dans la confidence, qu’ils étaient aveugles ou naïf ;
  • les secrets qui  cachent simplement qu’il n’y a rien à cacher, et autour desquels seuls la dissimulation et le silence imposés ont un sens : instrument de pouvoir et de contrainte sur les assujettis d’une secte ou d’une confrérie (Sissela Bok, 1984) ;
  • les secrets gardés par ceux qui n’en connaissent pas eux-mêmes le contenu ou la signification, ou ne veulent pas les connaître, craignant parfois les conséquences d’une abréaction.

Il peut arriver que la critique du secret consiste moins dans le dévoilement de son contenu supposé que dans la mise en évidence d’aspects peu avouables de sa légitimité.

Ainsi les secrets professionnels – du médecin, du prêtre, du psychanalyste, du savant, de l’inventeur par exemple – sont argumentés par l’intérêt du patient et le souci de l’intérêt public, voire de l’objectivité et l’impartialité dans la pratique professionnelle, mais apparaissent au moins autant comme des moyens du pouvoir et de la domination ou des exemptions de responsabilité.

On ne les publie/révèle pas non plus toujours impunément… Celui qui publie des secrets acquiert souvent par là même un statut d’hérétique. En sciences économiques, ceux qui ont regardé de trop près la « main invisible » des marchés sont appelés « hétérodoxes »… et gérés comme tels par leurs « pairs ».

On ne les révèle-publie non plus tout à fait légitimement : publier/dévoiler un secret supposant toujours une transgression. S’autoriser cette transgression nécessite une analyse stratégique, éthique et épistémologique.

On voudrait dans ce numéro interroger les relations et  articulations entre « « recherche, « secret », « publicité » et « publication ». On voudrait s’attacher notamment aux situations concrètes qui obligent à repenser les repères éthiques, méthodologiques et épistémologiques qui semblent avoir déjà été posés par les grands auteurs. Ainsi la tradition Kantienne (Sissela Bok, 1984) interdit au praticien de la recherche-action d’avancer masqué au sein d’une organisation pour espionner et révéler les procès, au nom du fait que le mensonge initiant une telle démarche invalide définitivement les résultats de la recherche.

Selon la même tradition (Kant, 1798, Macherey, 2011) les secrets de l’Université devraient être les mieux gardés, le secret étant la condition légitime de la liberté universitaire. Cet aspect fait de la recherche réflexive sur l’Université et le monde de la recherche une pratique très particulière, difficile à mettre en œuvre, gérer, valoriser et défendre. La publication de recherches sur les aspects du fonctionnement de l’institution qui sont protégés par ce secret est problématique, alors que s’en sont précisément les aspects essentiels, agissants, qui sont en cause. L’institution se légitime de l’intérêt public pour mettre le voile sur ses fonctionnements vitaux, au nom de l’autonomie par rapport à l’opinion et l’Etat. Ce qui induit que la raison n’est ni semblable à l’intérieur et à l’extérieur des enceintes, ni partagée entre les initiés et les profanes. Ce qui rend aussi difficile une juste articulation des pratiques syndicales ou corporatiste et des pratiques de recherche et publication réflexive.

Dates importantes :

  • 30 décembre 2012 : envoi de la proposition d’article sous forme d’un résumé d’environ 2500 – 3500 signes espaces compris (comportant 5 mots clés et bibliographie sélective récente) ;
  • 15 février 2013 : notification des résultats ;
  • 15 juillet 2013 : soumission intégrale de l’article;
  • 30 septembre 2013 : acceptation définitive de l’article.

Les articles devront comprendre entre 20 000 et 25 000 signes espaces compris. Ils peuvent être soumis en français ou en anglais et doivent être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail de tous les auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à :

essachess@gmail.com

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail. La revue sera publiée en décembre 2013.

***

Call for Papers for volume 6, n° 2(12)/ 2013

Secret, Publicity, Social Sciences Research

Coordinators:

Olivier CHANTRAINE (Geriico, University Charles de Gaulle of Lille 3, France) and

Patrice de la BROISE (Geriico, University Charles de Gaulle of Lille 3, France)

Research in Social Sciences cannot escape a confrontational and problematic relationship to secret and secrecy, for the reason that its focus is on “discovering”, “unveiling”, “detecting”, revealing”, “making explicit” and “publicizing”, this supposing that its subject (or object) of research is often “covered”, “veiled”, “hidden or concealed”, “unknown”, “implicit” or “private”… for more or less legitimate reasons sustained by weak or strong forces. Superior interests, sometimes, and, often, merely “good reasons” according to the view of institutions and public opinion, or even University itself.

Science obeys to a duty of publicizing and an ethic of “publicity”, while it often deals with social facts and situations considered by the stake holding actors as being of a very different status. Secret is in fact in the very heart of construction of social forms. (Simmel, 1991, Petitat, 1998) and registers in a great variety of significations according to contexts and stakes. It will be found:

  • in implied contents and what is left unsaid,
  • in the unconscious and the denial,
  • in the more or less legitimately hidden,
  • in knowledge and know-how hoarded by groups or institutions who preserve their privilege of use, practice, produce and benefit and use them as weapons in competition,
  • in dirt and impure, which one does not look at and, even if compelled to handle with, and avoids to designate by name (Hughes 1996).

States, professions, castes, parties, sects, factions, companies, institutions, staffs, nations, ethnic groups, benefit associations, conspiracies and mafias, societies, bands, gangs, secret societies, schools, networks, trends do not tell everything nor make all visible. What they keep unsaid or hidden is part of their proper substance and structure and not to be stricken by divulgation, they take or receive protection, according to circumstances and opportunities, from law, usages and customs, morality, lying, censorship or violence. They often feel their secrets as vital necessity and interest.

Meanwhile they happen to deal with insiders or outsiders, providers of « research », for the sake of efficiency, reflexivity or productivity. Insiders sometimes turn to critics, campaigners, whistle blowers, action-researchers or trainers, more or less inspired by disciplinary methodologies related to social sciences.

It can happen too that academics from various fields self-hire for the sake of advancement of knowledge.

Partners, competitors, authorities, institutions, or the administration will commission evaluation agencies. Experts sometimes lead their inquiries further than primary obviousness and pre-framed conclusions and counseling.

Spies steal industrial secrets; traitors and defectors negotiate them.

In such circumstances and actions, secret will not remain unharmed. Its ownership, its territory and its veils will be transformed, whereas the contexts where it has been discovered will themselves be changed.

Such processes often give birth to new forms of secret:

  • Widely shared secrets, that is to say things “everyone” knows, but also about which “everyone” sticks to preserve their statute of secrecy, sometimes referring to a taboo. For example, conduct “sexual education” using “true words”, denunciate the “glass ceiling” in institutions and companies, prosecute gender discrimination in management and human resources, reveal school materialism among “good pupils”, or suspect cynicism when “excellent” academics comply voluntarily to the desires of agencies, will not inform anyone nor lead to a change in the frame of public debate. Ironically such secrets will be designated as “Big Secrets”.
  • So called “open secrets”, only hidden to greenhorns and victims who will loose face when it will be published that they were not in the confidence, being blind or innocent.
  • Secrets consisting in keeping secret that there is nothing to keep hidden. Such secrets only signify, through dissimulation and forced silence the force and authority exerted by a sect or friary on its affiliated.
  • Secrets preserved by those who do not know themselves, or do not want to know, their content or meaning, for the reason sometimes that they fear the results of an abreaction

To criticize a secret can consist, rather than in revelation of its suspected content, in the publication of unsustainable aspects of its legitimacy. So professional secrets – held by doctors, clericals, psychoanalysts, scientists, inventors for example – are supported by the sake of patient interest, or public safety, or even objectivity and neutrality in professional practice, but appear to be, at least equally tool for power, domination and deny of accountability.

To publish or reveal is not always safe and leads to be enlisted among heretics. Among economists those who burnt their eyes looking at the “invisible hand” to close are qualified heterodox and … handled by peers in consequence. To publish or reveal is also not quite legitimate: it always contains a violation. To allow it to oneself requires a strategic, ethical and epistemic analysis.

The present Call for Papers of Essachess – Journal for Communication Studies aims at investigating relations and ties between “Research”, “Secret”, “Publicity” and “Publication”.

It aims at taking into consideration empiric situation facts who lead to re-think the boundaries and flags instituted by main authors.

The Kant’s tradition (Sissela Bok, 1984) prohibits to practitioners or action-research to go under cover, considering that lying induces invalidation of the results of the searcher. In the same tradition (Kant, 1789, Macherey, 2011) the secrets of University should be the best kept of all, for the reason that secret of institutional deliberations is the legitimate and necessary condition of academic autonomy. This specificity makes it an awkward and uneasy enterprise to conduct a reflexive research in University and in the academic world and to manage, put to work and defend that practice and its results. Publication of results about the functioning of institution is a problem, as the aspects protected by secret are specifically the more effective and substantial. The institution legitimates its restriction strategy referring to public interest, which calls for autonomy from administration and public opinion. This leads to a variation of rationality, not the same inside and outside the closure of institution, and unshared between laymen and initiates. It also results in a difficulty to correlate proper statutes of trade union and corporate concerns on one hand and research practices and publications on the other hand.

Important Deadlines

  • December 30, 2012: submission of the proposition of article in the form of a summary of 400-500 words. The proposal must include a list of recent references;
  • February 15, 2013: acceptance of the proposal;
  • July 15, 2013: full paper submission;
  • September 30, 2013: full paper acceptance.

Papers should be between 6,000-10,000 words in length. Papers can be submitted in English or French. The abstracts should be in English and French, max. 200-250 words followed by 5 keywords. Please provide the full names, affiliations, and e-mail addresses of all authors, indicating the contact author. Papers, and any queries, should be sent to:

essachess@gmail.com

Authors of the accepted papers will be notified by e-mail. The journal will be published in December 2013.