Archives par mot-clé : Cinéma

Séminaire : Cinéma de genre

Séminaire « Cinémas de genre. Formes, usages, étiquetages »

Longtemps délaissés par la littérature académique, la notion de genre et les nombreux enjeux qu’elle recouvre suscitent depuis une quinzaine d’années un nombre croissant de réflexions qui ont contribué à un renouvellement des études cinématographiques ainsi qu’à l’émergence de nouveaux champs de recherche, liés notamment à l’étude de la réception, des publics, de la cinéphilie et des usages sociaux liés au cinéma.

Ce séminaire entend participer à ce renouveau et contribuer à Continuer la lecture de Séminaire : Cinéma de genre

Parution : « Je suis ton père »

Marc Atallah (dir.), Alain Boillat et Frédéric Jaccaud, Je suis ton père. Origines et héritages d’une saga intergalactique, Paris, Huginn & Munnin (Fantask), 2017

Véritable livre d’art, il expose les travaux d’artistes internationaux, dont certains pour la première fois. Précis de culture pop, il contient aussi deux longs essais illustrés, de Frédéric Jaccaud et d’Alain Boillat, sur les origines et les héritages des univers créés par George Lucas. L’ouvrage fait donc à la fois office d’étude scientifique des films de la saga « Star Wars » et de catalogue d’une exposition proposée par la Maison d’Ailleurs (Yverdon-les-Bains) et consacrée au travail de treize artistes contemporains internationaux qui, tous, se réapproprient l’univers de Star Wars pour en proposer une version personnelle et décalée, souvent en exploitant les possibilités du numérique. L’intégralité des oeuvres de l’exposition sont reproduites en grand format dans le catalogue. Dans un essai intitulé « Stars Wars, encore et toujours : d’une logique sérielle répétitive à la création d’un mythe intemporel », illustré notamment par des pièces issues des fonds d’archives de la Maison d’Ailleurs, Alain Boillat analyse certaines de ces oeuvres contemporaines – en particulier les photographies de Cédric Delsaux, auquel Marc Atallah accorde un entretien en fin d’ouvrage – et commente sur un plan narratif et visuel les phénomènes de sérialité et de répétition présents dans les huit longs-métrages de cinéma, ainsi que les modalités selon lesquelles cette logique répétitive se poursuit en dehors des films à travers les médias et les produits dérivés.

 

Colloque : « Cinéma d’animation »

Colloque : « Ecrire sur le cinéma d’animation »

1er et 2  décembre 2017, à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris).

http://nefanimation.fr/etudes-recherches/colloque-universitaire/ 

Image : Lou et l’île aux sirènes  de Masaaki Yuasa

Deuxième colloque d’études francophones, initié par le comité scientifique de la NEF Animation, organisé par Jean-Baptiste Massuet, Marie Pruvost-Delaspre, Nicolas Thys et Pascal Vimenet.

Il est conçu en partenariat avec l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, l’Université Toulouse Jean Jaurès, l’Ecole National Supérieure des Arts Décoratifs, l’Université de Picardie Jules Verne, l’Université de Rennes 2, l’Ecole des Métiers du Cinéma d’Animation et l’AFCA.

Lire l’argument

Si le cinéma d’animation constitue un territoire
cinématographique aussi bien institutionnel
qu’esthétique, il n’en reste pas moins, également,
une invention discursive.
Principalement institutionnalisé dans les années
1950-1960 par le biais de la création de l’ASIFA
(Association Internationale du Film d’Animation), Continuer la lecture de Colloque : « Cinéma d’animation »

Parution : Culture Trash

Trash Cultures in the Francophone World

Image : Benoit Poelvoorde et Albert Dupontel dans Le grand soir , film de Benoit Delépine et Gustave de Kervern, 2011.

French Cultural Studies , Volume 28, Issue 3, Août 2017

 Natalia Bremner  et Jamal Bahmad (éd.)
consultation payante en ligne :  http://journals.sagepub.com/toc/frc/current
Although the act of labelling cultural practices or products as trash is often framed as a casual dismissal based on self-evident assumptions, it can in fact be viewed as a mechanism which reflects, perpetuates and justifies the power dynamics of the social context. Trash theorists have argued that our relationship to material trash should be denaturalised and recognised as socio-culturally situated, but should the same not also apply to our relationship to trash culture? The contributions to this special issue all aim to denaturalise trash cultures in the Francophone world through critical and reflexive analyses which tease out social and power dynamics specific to the social context in question.

Appel : cinémas de genre

SÉMINAIRE « CINÉMAS DE GENRE : FORMES, USAGES, ÉTIQUETAGES »

Paris III-Sorbonne Nouvelle, IRCAV, ICCA

Appel à communications, avant le 15 septembre 2017

Longtemps délaissés par la littérature académique, la notion de genre et les nombreux enjeux qu’elle recouvre suscitent depuis une quinzaine d’années un nombre croissant de réflexions qui ont contribué à un renouvellement des études cinématographiques ainsi qu’à l’émergence de nouveaux champs de recherche, liés notamment à l’étude de la réception, des publics, de la cinéphilie et des usages sociaux liés au cinéma. Ce séminaire entend participer à ce renouveau et contribuer à fédérer, dans une perspective pluridisciplinaire, un ensemble de travaux se proposant d’étudier de manière plus spécifique les films ou les cinémas dits « de genre », tout en réfléchissant aux différents sens de ce qualificatif polysémique et à la variété de ses usages créatifs, professionnels et cinéphiliques. Traditionnellement opposée au cinéma d’auteur, l’expression « cinéma de genre » désigne le plus souvent un ensemble de films fortement marqués par leur catégorie filmique, reposant sur un mode de production industriel et relevant d’une forme de divertissement sériel et commercial destiné à fidéliser un public large. Pour certain-e-s cinéphiles, chercheur-e-s, critiques et membres de la profession, cette notion a cependant un sens plus particulier, en ce qu’elle renvoie plus précisément à certains genres « illégitimes », aussi peu considérés que peu visibles et peu étudiés, et relevant d’une économie souvent précaire ou marginale. Entre ces deux acceptions dominantes du terme, qui correspondent à deux définitions aux contours flous, assez singuliers pour que les films concernés soient le plus souvent nommés de façon relativement différenciée, mais paradoxalement insuffisamment déterminés pour les opposer ou les distinguer tout à fait, coexistent une variété de formes, d’usages et d’étiquetage liés aux films et cinémas « de genre ». Convaincue que cette variété témoigne à la fois de la richesse des phénomènes envisagés et de la nécessité de les contextualiser de Continuer la lecture de Appel : cinémas de genre

Parution : « Analyser une adaptation »

Jean Cléder, Laurent Jullier, Analyser une adaptation. Du texte à l’écran, Flammarion « Champs Arts »

Image : Tamara Drewe, film de Stephen Frears et roman graphique  de Posy Simmonds.

Que se passe-t-il lorsqu’une œuvre littéraire est adaptée au cinéma ? Pour analyser le passage du texte à l’image, comment aller au-delà d’une simple énumération des changements ? Une adaptation cinématographique est-elle une interprétation d’un texte ou un objet autonome ?
De La Princesse de Clèves à Shining, de Tamara Drewe à Madame Bovary, Jean Cléder et Laurent Jullier examinent les notions de personnage, de narration ou de fidélité, pour présenter des clefs de réflexion dans cette perspective : mieux comprendre ce qui se joue lorsqu’un livre devient film (et inversement).
Analyser une adaptation nous invite à identifier les spécificités de chaque genre et les passerelles qui les relient, en abandonnant la séparation entre les arts qui limite la compréhension de la littérature comme du cinéma, pour les faire véritablement dialoguer.

Maître de conférences en littérature générale et comparée à l’université Rennes 2 et agrégé de lettres modernes, Jean Cléder a Continuer la lecture de Parution : « Analyser une adaptation »

Appel : adaptation et animation

AU MILIEU DE L’IMAGE COULENT LES TEXTES

(Adaptation littéraire & Courts métrages d’animation)

 22, 23 et 24 mars 2018

COLLOQUE INTERNATIONAL

CELEC (EA 3069), Université Jean Monnet Saint-Etienne

en partenariat avec l’IUT de Roanne et le Festival Ciné Court de Roanne, 9ème édition

et avec le soutien de la NEF Animation

 Direction : Jérôme Dutel

 

« Dans les rapports entre l’histoire et l’image,

l’histoire, pour moi, ressemble à un vampire

qui essaie de vider l’image de son sang. »

Wim Wenders[1]

 

Appel à contribution

Après ses premières années et expérimentations, le cinéma d’animation a très tôt été rattrapé par la question de l’adaptation de sources littéraires. Ce qui a été longtemps considéré comme le premier long métrage d’animation, Les Aventures du Prince Ahmed (Die Abenteuer des Prinzen Achmed, 1926) de Lotte Reininger (1899-1981), puise ainsi directement dans Les Mille et une nuits. En 1928, l’ouverture d’un des premiers chefs d’œuvre de Walt Disney (1901-1966) montre elle aussi à quel point le passage « du littéraire au filmique »[2] est devenu un enjeu fondamental.

Blanche Neige débute par l’image d’un livre à lourd fermoir et respectable reliure, luxueusement serti d’enluminures dorées, le Continuer la lecture de Appel : adaptation et animation

Parution: « Le péplum, et après ? »

Vivien Bessières, Le péplum, et après? L’Antiquité gréco-romaine dans les récits contemporains

Paris, Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », 2016

Cet ouvrage fait le lien entre la réception populaire de la matière antique dans le péplum, un genre à vocation spectaculaire et politique, et sa réception plus élitaire dans un ensemble d’œuvres singulières qui ont cherché à défamiliariser l’Antiquité à partir des années 1960.

Tables des matières

Conférences de Benoît Peeters

Conférences de Benoît Peeters

La révolution des images (1830-1914)

9 octobre 2016 – 10 mai 2017

Musée des arts et métiers

60 rue Réaumur, Paris 3e

Image : Winsor McCay, Little Nemo, 1908

Au cours de ces huit Conférences Étienne-Jules Marey, Benoît Peeters analysera les mutations fondamentales qu’ont connues les images entre 1830 et 1914, en devenant reproductibles et séquentielles, puis mobiles. Ce sont les médias naissants – la caricature, le livre illustré, la bande dessinée, la photographie, le cinéma et le dessin animé – qui seront surtout évoqués. Mais au lieu de les séparer, la recherche mettra en évidence tout ce qui les relie.

Il sera question des panoramas et de la lithographie, du télégraphe et du phonographe, du chemin de fer et de l’aviation, mais aussi de personnages qui ont joué un rôle de passeurs entre les disciplines comme Töpffer, Nadar, Muybridge, Marey, Edison, les frères Lumière, Méliès et Winsor McCay. Il y aura des échappées vers Daumier, Meissonier et Degas, mais aussi vers Balzac, Jules Verne, Charles Cros, Clément Ader, Darwin et Freud. Plus souterrainement, il s’agira d’une réflexion sur les liens entre l’histoire des arts et celle des techniques.

Informations et réservations : arts-et-metiers.net

Conférences de Benoît Peeters au Musée des arts et métiers de 18h30 à 20h30

Mercredi 19 octobre 2016

Paris 1830 : UN NOUVEAU MONDE Continuer la lecture de Conférences de Benoît Peeters

Colloque « Shakespeare et la culture populaire »

 

Shakespeare et la culture populaire contemporaine

Laboratoire Textes & Cultures

Université d’Artois, 15-17 juin 2016

Maison de la Recherche, Salle des colloques. Entrée libre et gratuite

Organisation : Julie Assouly (Université d’Artois), Vincent Roger (Université Catholique de Lille), Guillaume Winter (Université d’Artois)

Sous l’égide de la Société Française Shakespeare

15 juin

13h15 : Accueil des participants et ouverture du colloque par M. Pasquale Mammone, Président de l’Université d’Artois

13h45 : A brief introduction to Shakespeare in Modern Popular Culture, Guillaume WINTER (Université d’Artois)

World Cinema

Présidence: Julie ASSOULY (Université d’Artois)

14h-14h40
Karol JÓŹWIAK (University of Lodz) “Pasolini’s Che cosa sono le nuvole, or Otello staged as a commedia dell’arte” Continuer la lecture de Colloque « Shakespeare et la culture populaire »