Archives par mot-clé : adaptation

Parution : « Analyser une adaptation »

Jean Cléder, Laurent Jullier, Analyser une adaptation. Du texte à l’écran, Flammarion « Champs Arts »

Image : Tamara Drewe, film de Stephen Frears et roman graphique  de Posy Simmonds.

Que se passe-t-il lorsqu’une œuvre littéraire est adaptée au cinéma ? Pour analyser le passage du texte à l’image, comment aller au-delà d’une simple énumération des changements ? Une adaptation cinématographique est-elle une interprétation d’un texte ou un objet autonome ?
De La Princesse de Clèves à Shining, de Tamara Drewe à Madame Bovary, Jean Cléder et Laurent Jullier examinent les notions de personnage, de narration ou de fidélité, pour présenter des clefs de réflexion dans cette perspective : mieux comprendre ce qui se joue lorsqu’un livre devient film (et inversement).
Analyser une adaptation nous invite à identifier les spécificités de chaque genre et les passerelles qui les relient, en abandonnant la séparation entre les arts qui limite la compréhension de la littérature comme du cinéma, pour les faire véritablement dialoguer.

Maître de conférences en littérature générale et comparée à l’université Rennes 2 et agrégé de lettres modernes, Jean Cléder a Continuer la lecture de Parution : « Analyser une adaptation »

Appel : adaptation et animation

AU MILIEU DE L’IMAGE COULENT LES TEXTES

(Adaptation littéraire & Courts métrages d’animation)

 22, 23 et 24 mars 2018

COLLOQUE INTERNATIONAL

CELEC (EA 3069), Université Jean Monnet Saint-Etienne

en partenariat avec l’IUT de Roanne et le Festival Ciné Court de Roanne, 9ème édition

et avec le soutien de la NEF Animation

 Direction : Jérôme Dutel

 

« Dans les rapports entre l’histoire et l’image,

l’histoire, pour moi, ressemble à un vampire

qui essaie de vider l’image de son sang. »

Wim Wenders[1]

 

Appel à contribution

Après ses premières années et expérimentations, le cinéma d’animation a très tôt été rattrapé par la question de l’adaptation de sources littéraires. Ce qui a été longtemps considéré comme le premier long métrage d’animation, Les Aventures du Prince Ahmed (Die Abenteuer des Prinzen Achmed, 1926) de Lotte Reininger (1899-1981), puise ainsi directement dans Les Mille et une nuits. En 1928, l’ouverture d’un des premiers chefs d’œuvre de Walt Disney (1901-1966) montre elle aussi à quel point le passage « du littéraire au filmique »[2] est devenu un enjeu fondamental.

Blanche Neige débute par l’image d’un livre à lourd fermoir et respectable reliure, luxueusement serti d’enluminures dorées, le Continuer la lecture de Appel : adaptation et animation

Parution : Séries et adaptations

Shannon Wells Lassagne, Television and Serial Adaptation, Routledge, 2017

As American television continues to garner considerable esteem, rivalling the seventh art in its « cinematic » aesthetics and the complexity of its narratives, one aspect of its development has been relatively unexamined. While film has long acknowledged its tendency to adapt, an ability that contributed to its status as narrative art (capable of translating canonical texts onto the screen), television adaptations have seemingly been relegated to the miniseries or classic serial. From remakes and reboots to transmedia storytelling, loose adaptations or adaptations which last but a single episode, the recycling of pre-existing narrative is a practice that is just as common in television as in film, and this text seeks to rectify that oversight, examining series from M*A*S*H to Game of Thrones, Pride and Prejudice to Castle.

Image : la série « Bosch », adaptée des romans de Michael Connelly

Parution: « Harry Potter, adaptations et interprétations »

Parution du numéro 73 :2 de la revue trimestrielle Mélanges de Science Religieuse :

Harry Potter : adaptations et interprétations.

SOMMAIRE
Présentation – Anne-Frédérique Mochel-Caballero (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)

Harry Potter et la poétique de l’adaptation – David Goldie (Université d’Aix-Marseille)

Fanfictions et les limites du texte original dans Harry Potter :
hommage ou trangression – Marion Jolin (King’s College, University of Western Ontario)

Les figures christiques dans la série Harry Potter – Anne-Frédérique Mochel-Caballero (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)

Reliques, horcruxes ou don de soi : vaincre la mort dans la série Harry Potter – Suzanne Bray (Université Catholique de Lille)

Recensions et comptes rendus

CFP: Cinema et serialite, Paris, 8/10 Septembre 2016

Cinéma et sérialité

 22ème colloque de la Sercia, 8-9-10 septembre 2016

Université Paris Diderot / Université Paris Ouest La Défense / Université du Havre / Guest Normandie / Fondation des Etats-Unis

Les propositions de communication sont à envoyer à sercia2016@gmail.com avant le 15 février 2016 (notice biographique de 150 mots maximum, abstract de 500 mots maximum).

La Société d’Etudes et de Recherche sur le Cinéma Anglophone réunit des chercheurs français et internationaux afin de promouvoir la recherche et l’enseignement dans le domaine du cinéma anglophone.

La nature du cinéma est étroitement liée à la notion de série. C’est par la succession d’une série d’images fixes qu’apparaît le mouvement dans les premières inventions comme le zoetrope, puis dans les appareils des frères Lumière ou de Thomas Edison. Alors que le récit cinématographique se complexifie, certains films choisissent de se décliner sous forme d’épisodes que les spectateurs sont encouragés à suivre, comme The Perils of Pauline (1914) ou The Exploits of Elaine (1914). Le plaisir de suivre une histoire sur Continuer la lecture de CFP: Cinema et serialite, Paris, 8/10 Septembre 2016

Colloque « Littérature et séries »

LITTERATURE ET SERIES

tv-books

Présentation et programme du colloque, 26-28 mars 2015, Université de Bretagne-Sud (Lorient)

Laboratoire HCTI/Réseau GUEST

http://www.serieslitteraturelorient.org/Litterature_et_series/Welcome.html

De nombreux travaux avancent l’idée que la télévision accorde une place de choix à l’écrivain, contrairement au cinéma, où le réalisateur est censé régner en maître. Ce lieu commun est étonnant et presque ironique si l’on considère que les séries télévisées se sont intéressées assez tardivement à l’adaptation littéraire alors qu’elle est pratique courante au cinéma. Quelles que soient les différences Continuer la lecture de Colloque « Littérature et séries »

Colloque « Lecture jeunesse » : « Du cross-média au transmédia »

« Lecture et culture des adolescents dans un monde qui change. Du cross-média au transmédia »

Colloque, mardi 18 novembre 2014, Petit auditorium de la Gaîté lyrique (Paris 75003)

 

Avec des termes comme cross-over ou cross-age, passés dans le vocabulaire des professionnels, ou, plus récemment, pure player, cross-média et transmédia, éditeurs et médiateurs peuvent se perdre dans les concepts et les acceptions. C’est bien l’objet de cette journée de définir les champs du transmédia univers qui s’expérimente à travers ses différents supports médiatiques

Continuer la lecture de Colloque « Lecture jeunesse » : « Du cross-média au transmédia »

Roudier Luce (élève à l’ENS Ulm)

 

Luce Roudier

Elève normalienne

Publication :

« Roman populaire et (dés)engagement : la violence politique désactivée chez Michel Zévaco », in Le Rocambole, n°73 « Héros illustres et illustrés populaires », pp. 101 à 111.

 « Michel Zévaco, entre histoire romancée et anarchie historique », in Ecrire l’Histoire avec des « si », Florian Besson et Jan Synowiecki dir., Editions de la rue d’Ulm, 2015

2016 : Agrégation de Lettres Modernes (3ème)

Directrice des publications aux Editions La Taupe Médite

2015 : Secrétaire générale et fondatrice du Centre International Michel Zévaco.

Master 2 en Théorie de la Littérature, cohabilité Ulm/EHESS/Paris IV, sous la direction de Judith Lyon-Caen. Mémoire : La Fabrique Zévaco, manufacture de l’écriture

2014 : Master 1 en Théorie de la Littérature, cohabilité Ulm/EHESS/Paris IV, sous la direction de Judith Lyon-Caen.

Mémoire : Michel Zévaco. Ecrire l’Histoire.

2012 : Admission au concours de l’ENS Ulm.

2009-2012 : Hypokhâgne et Khâgne A/L, lycée Louis le Grand, Paris.

Obtention d’une double licence en Lettres Classiques et en Philosophie.

2009 : Baccalauréat littéraire avec Félicitations du Jury, lycée Louis le Grand, Paris.

Présentation du Concours Général de Philosophie.

Appel: “Le roman graphique”: des influences de la BD sur le roman

fantomas-cortazar

“Le roman graphiqué”: des influences de la BD sur le roman

            D’une part, il existe des études sur la poésie influencée par la peinture (Reverdy) ou sur le roman influencé par le cinema (voir Morissette); d’autre part, il existe des articles sur les réalisateurs séduits par les « comics » (e.g. Resnais, Snyder dans les 300) et sur les peintres utilisant les comics comme inspiration (e.g. Warhol, Lichtenstein). Cependant, il n’y a presque rien sur le roman influencé par la BD ou les “comics”.

Ces romans informés par la BD le sont-ils par ses thèmes, ses techniques narratives, ses spécificités visuelles ? Cette autre novelisation est-elle une preuve supplémentaire de légitimation de la BD ?

Dans le monde anglo-saxon, il existe déjà quelques articles avant-coureurs sur cette problématique et sur les quelques auteurs anglophones, tous américains, qui ont exploré cette esthétique transmédiatique comme: Tom de Haven (Funny Papers, 1985), Jay Kantor (Krazy Kat, 1987), Frederic Tuten (Tintin in the New World, 1993), Austin Grossman (Soon I will be Invincible, 2007), et sans doute le plus connu, Michael Chabon (Kavalier & Clay, prix Pulitzer 2001). Comment ces romanciers représentent-ils les « comics », les BD et les mangas ? S’ils utilisent souvent des thèmes et personnages (auteurs ou protagonistes de « comics »), usent-ils aussi de techniques spécifiques inspirées par la BD et les comics? Et si oui, lesquelles ?  Y a-t-il d’autres auteurs anglo-saxons influencés par les comics ? Britanniques ? Australiens ? Africains ?

Et qu’en est-il des auteurs d’autres langues/cultures comme l’Italie (e.g. Umberto Eco—La Misteriosa Fiamma de la regina Loana), la France et le Japon pour ne parler que de trois pays qui ont une tradition de la BD, longue et dynamique ? D’autres cultures produisent-elles des romans marqués par les tebeo, beeldverhaal, banda desenhada, komiks ? Les romanciers qui sont aussi bédéistes séparent-ils hermétiquement leurs univers selon qu’ils composent un roman ou une BD ? Jean Teulé dans un ouvrage au titre évocateur Bord cadrage (2009) joue-t-il aussi avec une esthétique BD ? Et quid de Harry Morgan qui est romancier, bédéiste et en plus théoricien de la  BD ? Et Ludovic Debeurme (Ocean Park, 2014), Joann Sfar (L’éternel, 2012), Willy Mouele (Willy the Kid, 2011), et les travaux transmédiatiques d’un Benoit Peeters ? La BD est traditionnelement un domaine masculin. Y a-t-il des romancières américaines, françaises ou d’autres langues inspirées par certaines BD?

Existe-il en français des exemples de novelisation de livres pour la jeunesse comme c’est le cas en anglais des “Fantastic four” dans les années 1960 ou plus récemment Where the Wild Things are par Dave Eggers?

Nous invitons des propositions sur un ou des auteurs de fictions (romans, nouvelles), ou sur des problèmes plus directement théoriques (narratologie spécifique à la BD; adaptation transmédiatique), soit dans dans une langue/culture, soit sur plusieurs dans une perspective comparative, ainsi que des entretiens avec des romanciers qui s’intéressent à la BD.

Dates-limites:

Proposition (400-500 mots) pour le 30 septembre 2014; article complet (4000-5000 mots) pour le 30 janvier 2015; après double lecture en aveugle, les textes acceptés seront publiés dans Image & Narrative; langues: anglais ou français.

Contacter: Hugo Frey (h.frey@chi.ac.uk ) ET Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca).