Colloque : BD et médias

Colloque international « Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques »

29-30 juin, Reims

Organisé par Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Guillaume Pinson (Université Laval), le colloque aura lieu à Sciences Po, campus de Reims (1 Place Museux, 51100 Reims)

Programme

Jeudi 29 juin

9h00 : Ouverture par Jean-Louis Haquette (Université de Reims, directeur du Crimel), Françoise Gevrey (Université de Reims), Adeline Wrona (Celsa Paris-Sorbonne, directrice du Gripic), Nathalie Jacquet (Sciences Po, directrice du Campus de Reims)

9h30 : Introduction (Alexis Lévrier et Guillaume Pinson)

 

10h00 : Séance 1 : Poétiques du support 1 (XIXe siècle : émergence de la presse BD)

Présidence : Nathalie Preiss (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Valérie Stiénon (Université de Paris 13), « De la caricature à la bande dessinée, et retour : enjeux poétiques et médiatiques d’une affinité (1830-1890) »

Julien Schuh (Université de Paris-Nanterre), « L’influence des contraintes médiatiques sur l’émergence de la forme BD » Continuer la lecture de Colloque : BD et médias

Séminaire LPCM : Tintin et les Martiens

Séance du 9 juin 2017

André Gunthert

Tintin et les Martiens. Du réalisme dans la fiction

En comparant deux processus où des œuvres de fiction présentent un gain de vraisemblance, dans les premiers albums de Tintin et dans les films de conquête extra-terrestre, on propose de mettre en évidence la dimension du réalisme comme un opérateur de distinction, dont les effets sont perceptibles y compris au sein de l’univers fictionnel.

Voir le programme du séminaire

André Gunthert est maître de conférences en histoire visuelle à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Auteur de nombreuses études en histoire de la photographie, du daguerréotype à l’image numérique, il est l’un des principaux spécialistes français de la culture visuelle. Ses recherches actuelles sont consacrées aux systèmes narratifs des industries culturelles.

Fondateur de la revue Etudes photographiques en 1996, il a notamment dirigé avec Michel Poivert L’Art de la photographie (Citadelles-Mazenod, 2007). Son dernier ouvrage, L’Image partagée. La photographie numérique (Textuel, 2015) propose une première histoire du basculement vers l’image numérique. Il publie régulièrement ses travaux récents sur le blog L’image sociale. Continuer la lecture de Séminaire LPCM : Tintin et les Martiens

Le merveilleux scientifique en spectacle

Appels à contributions

Dans la relation privilégiée, quoique paradoxale et souvent conflictuelle, que la culture occidentale entretient avec le domaine du visuel, le xixe siècle occupe une place de choix. C’est en effet le moment où le goût pour l’image sous toutes ses formes se voit offrir une prolifération de modalités de consommation avec, entre autres : le recours en littérature, en histoire ou en histoire de l’art, aux stratégies rhétoriques de la visualisation (hypotypose, ekphrasis, etc.) ; l’exploitation systématique de l’illustration, avec le développement de nouvelles techniques de gravure et d’impression qui en favorise l’essor dans l’édition grand public ainsi que dans la presse ; l’invention de la photographie, suivie des premières tentatives d’enregistrement du mouvement puis de la naissance du cinéma ; le développement de nouveaux supports de communication (brochures, affiches publicitaires, colonnes Morris, etc.) ; l’apparition de lieux et événements dédiés (salons, musées, vitrines, expositions universelles) ; enfin l’explosion des arts du spectacle, y compris sous leurs formes les plus populaires (revues, cabarets, opérettes, pantomimes, cirques, etc.). Continuer la lecture de Le merveilleux scientifique en spectacle

Parution : « Ecrivains à l’écran »

 

Dossier « Ecrivains à l’écran » 

Captures. Figures, théories et pratiques de l’imaginaire, volume 2, numéro 1, mai 2017.

www.revuecaptures.org/dossier/écrivains-à-l’écran

Responsable : Nadja Cohen

(image : Kafka, film de Steven Soderbergh, 1991)

Sommaire

Présentation du dossier, Nadja Cohen

Partant du constat que, malgré son caractère apparemment peu cinégénique, la figure de l’écrivain est souvent présente à l’écran, l’introduction de ce numéro avance quelques hypothèses pour comprendre la fortune d’un tel personnage et analyser les enjeux de sa représentation. Elle justifie également les partis pris et pointe l’intérêt de ce dossier, tant pour les études cinématographiques que littéraires.

Des écrivains Jumeaux, Trudy Bolter

Étude approfondie des deux seuls films sur des écrivains jumeaux que j’aie pu identifier, en vingt vingt ans de recherches sur la figure de l’écrivain. Comment et pourquoi cette configuration? Il s’agit dans les deux cas de personnages renvoyant à l’auteur (King, Kaufman) révélant dans les deux cas une triple présence de celui-ci, textuelle, para-textuelle et intertextuelle.

« It’s a horrible thing to live with a writer ! », Nadja Cohen

Cet article étudie la série américaine The Affair (Showtime, 2014-) qui articule l’anatomie d’une passion amoureuse à la représentation d’un auteur en devenir. Il analyse le rôle de la figure de l’écrivain dans la peinture acerbe qui est faite du milieu éditorial mais aussi le travail particulier sur le langage. Plus encore, en ressort un questionnement sur la validité des récits et les liens inextricables unissant la fiction et la réalité.

Californication ou la légitimation de l’écriture télévisuelle, Sarah Sepulchre Continuer la lecture de Parution : « Ecrivains à l’écran »

Parution: Incommunication en BD

Pascal Robert, De l’incommunication au miroir de la Bande Dessinée

Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, Collection « Communication, Cultures & Lien social », avril 2017

La communication est difficile à penser. Car, si ça communique vraiment, que dire d’autre ? Ne convient-il pas, dès lors, de renverser la perspective, de penser d’abord en termes d’incommunication et de penser cette incommunication elle-même ? Voilà tout le projet de ce livre. Et s’il n’est pas le premier à s’intéresser à l’incommunication, il possède néanmoins l’indéniable originalité de travailler sur un terreau riche à la fois de toute sa fraîcheur et de sa profondeur, la bande dessinée. Non pour y plaquer une théorie, mais bien pour construire une réflexion sur l’incommunication à partir de la bande dessinée.
On pourrait supposer que la bande dessinée est trop faible pour constituer un support suffisamment pertinent à une telle construction. Or, il n’en est rien. Car elle offre une pré-modélisation des actions, situations et personnages en les épurant, tout en Continuer la lecture de Parution: Incommunication en BD

Appel : « Signatures »

Le Pardaillan n°4, « Signatures »

Appel à propositions d’articles, pour le 15 septembre 2017

 

Le quatrième numéro du Pardaillan, revue de littérature populaire et culture médiatique, se propose d’interroger la notion de signature dans les productions culturelles, artistiques et médiatiques. La question de la signature renvoie à celle de la paternité de l’œuvre : signer une œuvre entérine une forme de reconnaissance de cette paternité, mais aussi une propriété et un droit moral. La signature est également le lieu où s’établit un jugement de valeur sur l’œuvre, distinguant le domaine de l’art de tous les autres domaines. En outre, elle entretient un lien étroit avec l’empreinte personnelle de l’auteur. Si l’on postule en effet que tout artiste signe son œuvre dans les formes qu’il manipule, on peut alors penser que toute œuvre induit une signature spécifique par la récurrence, plus ou moins consciente, de motifs, d’obsessions, ou de procédés particuliers et originaux.

La signature se caractérise en premier lieu par le nom : elle est le Continuer la lecture de Appel : « Signatures »

Parution : « Faire sensation »

Roy Pinker

Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique

Agone, « Contrefeux », mai 2017

 

 

En mars 1932, le fils du célèbre aviateur Charles Lindbergh, âgé de 20 mois, est victime d’un enlèvement puis retrouvé mort. En 1935, Bruno Hauptmann, reconnu coupable du crime lors du tout premier procès filmé, est condamné à mort malgré ses dénégations et des preuves contestables, puis exécuté. Ce qui deviendra rapidement « l’affaire Baby Lindbergh » a passionné la presse et le cinéma d’actualité, et inspiré une foule d’artistes écrivains, d’Agatha Christie à Philip Roth en passant par Hergé et Dali.
Loin d’une énième tentative visant à faire la vérité sur l’affaire Lindbergh, ce livre en fait un moment emblématique où se mettent en place, dans les médias, des méthodes et des habitudes – diffusion d’informations non vérifiées, invention ou distorsion de l’information pour la faire correspondre à la temporalité du média, accentuation d’une réalité étrangère pour renforcer une cohésion communautaire, simplifications visant à donner du sens à ce qui n’en a pas, sensationnalisme en continu – dont on aurait pu croire qu’elles étaient spécifiques à notre époque.

Colloque « Feuilletons »

Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974)

Colloque international, Paris, 6-7 juin 2017

 

Concernant la fiction télévisuelle sérielle (ou plurielle, évolutive, …), la recherche universitaire est passée en quelques années du mépris condescendant (qui était, peu ou prou, celui qui s’exprimait pour tout objet télévisuel) à une célébration quasiunanime d’une production devenue parfois, à elle-seule, synonyme de qualité. On réhabilite l’auteur (fût-il lui-même pluriel), on invente le concept de sériephilie, on fait de la production télévisuelle sérielle le lieu de toutes les inventions dans l’art de la conduite du récit et/ou de la mobilisation spectatorielle. Journée d’études, colloques, monographies et ouvrages collectifs se multiplient pour scruter sous toutes les facettes – historique, sociologique, narratologique, philosophique, genré, … – ce nouvel objet désormais éminemment légitime pour les chercheurs. Il y a néanmoins, dans ce nouvel intérêt épistémologique, des territoires encore largement inexplorés. Tout d’abord, force est de constater que, à de rares exceptions près, la réflexion prend essentiellement pour objet les séries anglo-saxonnes, le plus souvent américaines, qui seules incarneraient la « Quality TV ». Ensuite, à scruter le programme de tous ces colloques et les sommaires de tous ces ouvrages consacrés aujourd’hui aux séries, c’est un peu comme si la télévision (et avec elle la fiction sérielle) était née au tournant des années 2000 et n’était un objet digne d’étude que dans son second âge d’or (voire son troisième). C’est un peu comme si la fiction sérielle n’avait pas d’histoire, ni littéraire, ni radiophonique, ni télévisuelle. Et comme si le téléspectateur d’aujourd’hui n’avait pas de mémoire. Or, dès ses origines, la télévision fut (aussi) sérielle et bien des « séries » (qui étaient, pour une grande majorité, plutôt des feuilletons en ce qui concerne la production française) ont laissé des traces encore vivaces dans la mémoire collective. L’idée première de ce colloque, c’est de réorienter le regard des chercheurs vers cette préhistoire des séries, des séries diffusées par une télévision publique – aux temps de la RTF et de l’ORTF – et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières séries américaines mais fit également la part belle aux productions anglaises, canadiennes… et françaises. Il est donc temps maintenant de se lancer dans une investigation plus globalisante et systématique de la période pour mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’une télévision de service public et déterminer quels objectifs lui étaient assignés dans l’ambition qui fut celle de la RTF et de l’ORTF de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et d’apprentissage de la citoyenneté. Par ailleurs, les séries contemporaines sont – pas toujours mais souvent – étudiées, dans la globalité fermée de leurs saisons, comme des objets autonomes, comme des unitaires et des collections en quelque sorte, sans que l’on se préoccupe suffisamment de leur généalogie et de leurs modes de Continuer la lecture de Colloque « Feuilletons »

Journée « Fabrique de l’animation »

La Fabrique de l’animation.

Une industrie culturelle saisie par les sciences sociales

Mardi 6 juin 2017, Maison de la Recherche (Paris 3), 4 rue des Irlandais, 75005 Paris 

(animateurs travaillant sur le film Les Aventures de Pinocchio – 1936. Romolo Bacchni)

Cette journée d’étude internationale, à l’initiative du Laboratoire d’excellence « Industries culturelles et création artistique » (LabEx ICCA) et deux de ses composantes, le laboratoire EXPERICE (Université Paris 13) et l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle) et soutenue par l’association NEF Animation, a pour objectif de donner une visibilité aux recherches en sciences sociales qui traitent de l’animation en tant que processus de production et phénomène socioéconomique. Moment de rencontre et d’échanges entre chercheurs, elle vise également à construire des ponts avec le secteur lui-même.

En plus de sessions thématiques qui feront se croiser recherches académiques et points de vue professionnels, deux conférences (en anglais), assurées par Chris Pallant (Canterbury Christ Church University) et Timothy G. Jones (UCLA), alimenteront la réflexion.

Programme Continuer la lecture de Journée « Fabrique de l’animation »

Parution : Les Experts

Hélène Monnet-Cantagrel

Les Experts, au nom de la science

Atlande  coll. « A suivre… », avril 2017

Crime scene Investigation (CSI), en français Les Experts, est la série de tous les records. Diffusée dans 177 pays, elle a été tournée pendant 16 ans, déclinée en 4 séries autonomes – Miami, New York, Las Vegas et Cyber – connu des dizaines de dérivés (jeux vidéos, rides, comics, romans, etc.) et initié un procédé audiovisuel, les CSI shots, qui donnent à voir des réactions de l’intérieur du corps. L’ouvrage décortique les ressorts de ce succès: bande-son, procédés visuels, liens avec l’actualité.

Hélène Monnet-Cantagrel est professeur de lettres et de culture générale à l’Ecole nationale supérieure des Arts Appliqués et des métiers d’art (ENSAAMA) et docteur en sciences de l’information et de la communication. Auteur d’une thèse sur Les Séries télévisées : du format aux franchises. Pratique et esthétique des dramas américains de Prime-Time, créée entre 1996 et 2006, elle a écrit plusieurs articles pour des revues à propose de CSI, American Horror Story, les séries HBO ou encore Nicolas Le Floch.

 

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture