Colloque/appel à communication « Hybridations » (Université de Tours)

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Jeudi 12 et vendredi 13 mai 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527),
avec le soutien du Conseil Scientifique

Argument
Lʼhybridation est dʼabord le nom dʼune catégorie biologique, ou plus exactement
le nom dʼune rupture ou dʼune transgression des limites entre catégories
biologiques : un hybride, cʼest avant tout le produit dʼun croisement, dʼune
greffe, dʼune rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces
différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui
désigne le produit de lʼunion dʼun sanglier et dʼune truie ; puis le terme a été
graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie lʼexcès ou la
démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.
Appliqué au domaine des arts et des lettres, lʼidée dʼhybridation semble
principalement viser la porosité des registres dʼénoncés et des ordres de la
représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui sʼemploient à
explorer les formes de la « condition postmoderne », quʼil sʼagisse de la
littérature1, de lʼarchitecture2 ou du fondement des sciences3, lʼhybridation y est
caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche.
Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et
esthétique de la postmodernité, lʼhybridation est présente dans toutes les
oeuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire
des formes dʼexpression rétives à toute univocité et à toute totalisation.
En appliquant la notion dʼhybridation aux formes de la rencontre en texte et
image, il ne sʼagit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du
« diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan,
Jencks ou Lyotard, que de reprendre lʼétude de ces formes spécifiques de
greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.
Les rencontres du texte et de lʼimage fournissent une très belle occasion
dʼexaminer la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques
ou des supports sʼéchangent en permanence leurs déterminations. Des
processus de lʼadaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre
pratiques venues dʼhorizons différents aux interrogations sur les formes de la
mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que lʼon entend
rassembler autour de lʼidée dʼhybridation est vaste.
Lʼétude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande
dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de lʼalbum pour enfant
au roman-photo. La rencontre entre le texte et lʼimage constitue-t-elle par elle-même
une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non
légitimable » des discours quʼelle engendre ? Favorise-t-elle des formes
narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de
sur-hybridation à partir de lʼhybridation iconotextuelle (adaptation des comics au
cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés dʼobjets, pop-ups, produits
dérivés, etc.) ?
Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin
dʼêtre exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne
sʼagit pas tant dʼélaborer un discours formel général sur la concept dʼhybridation
que dʼen explorer la puissance heuristique en lʼappliquant à des études
dʼoeuvres déterminées.

Les propositions sont à rendre avant le 7 mars 2011.

Contacts :
Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)
Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)

Parution: La Revue des livres pour enfants n°256 :  » Livres en séries »

La Revue des livres pour enfants n°256 :  » Livres en séries »
La production de séries est massive pour les bandes dessinées et significative pour les romans et les albums… sans parler des séries télévisées. Un dossier pour faire le point sur ce phénomène éditorial et s’intéresser aux oeuvres et aux auteurs qui émergent.

Sommaire du dossier :

  • Quand une serial reader finit par écrire des séries, par Marie-Aude Murail
  • Séries, collections et sérialité en littérature pour la jeunesse, par Matthieu Letourneux
  • Ensembles romanesques et genres populaires contemporains, proposition de formalisation, par Anne Besson
  • La description lacunaire, une caractéristique des novellisations pour la jeunesse ?, par Sarah Sepulchre
  • « Caroline », « Émilie », « T’Choupi »,des séries d’albums à succès, par Cécile Boulaire
  • Des séries et des bulles, par Olivier Piffault

Colloque « San-Antonio et la culture française », Les Actes

San-Antonio, l’auteur français le plus lu du XXe siècle, a vu son œuvre passer de l’état de bien culturel de grande consommation à celui d’une sorte de trésor national, monument littéraire et linguistique entretenu par une foule de thuriféraires. Plébiscité par les lecteurs, il a aussi retenu l’attention de l’université, séduit la critique et captivé les médias. Soixante ans après sa création et dix ans après la mort de l’auteur, la série de ses aventures continue et les rééditions se succèdent.

La place de San-Antonio dans la culture française continue de faire débat. Au delà de son statut de phénomène d’édition, la mesure de son importance dans l’histoire culturelle de l’après guerre jusqu’à nos jours reste à prendre. En 1965, le premier colloque qui lui fut consacré, dirigé par R. Escarpit, l’abordait du point de vue d’une sociologie de la lecture, et en tant que représentant de la «culture de masse». Quarante-cinq ans plus tard, le colloque international qui s’est tenu à la Sorbonne du 18 au 20 mars 2010 envisage son œuvre dans ses multiples rapports à la culture française, tant populaire que lettrée.
Cet ouvrage rassemble les communications présentées dans ce cadre. Il montre à la fois comment San-Antonio est devenu un héros (contre-) culturel en France et une exception française à l’étranger, et comment la série se nourrit de références intertextuelles et parodiques, de Rabelais à Alphonse Allais, des anciens manuels de savoir-vivre à la littérature pornographique. Il donne ainsi une perspective dynamique sur ses origines et sur le contexte culturel dans lequel elle s’inscrit et sur lequel elle a à son tour influé, tout en rappelant à quels titres San-Antonio, Bérurier et les autres peuvent se targuer d’un caractère «épiquement français».

A signaler: Eugène Sue, Correspondance générale, volume 1

Parution à signaler

Eugène Sue

CORRESPONDANCE GENERALE
VOLUME 1
(1825-1840)

Editée par Jean-Pierre Galvan

Eugène Sue (1804-1857) est probablement un des écrivains les plus célèbres et les plus mal connus du XIXe siècle. Victime de son succès populaire et de son engagement social, il a suscité bien des polémiques et donné naissance à des légendes qui perdurentaujourd’hui encore.

Un des objectifs de cette édition est de donner de l’homme et de l’auteur des Mystères de Paris l’image la plus objective possible. Au fil des lettres, sont minutieusement retracées les différentes étapes de sa carrière littéraire et de l’évolution de ses idées. À travers l’itinéraire particulier d’Eugène Sue, c’est tout un aspect encore peu connu de la littérature de la première moitié du XIXe siècle qui se révèle.

Les séries télévisées dans le monde : colloque université du Havre

Colloque international organisé par le GRIC (Le Havre) et l’ERIAC (Rouen)

Les séries télévisées dans le monde : échanges, déplacements et transposition

15-16-17 juin 2011 à l’université du Havre

Ce colloque pluridisciplinaire se propose d’éclairer les séries télévisées de différents pays à travers le prisme de l’échange, de la transposition et du déplacement. En savoir plus: cliquez

(source: Martine Yvernault)

Parution des nouveaux Cahiers Alexandre Dumas

Claude Schopp nous signale la parution des nouveaux Cahiers Alexandre Dumas.

Cahiers Alexandre Dumas

Alexandre Dumas :
L’art et les artistes contemporains
au salon de 1859

Encrage, 2010

« Plus le peintre sera grand et individuel, plus la traduction s’éloignera de
l’original. […], À l’heure qu’il est, il est impossible qu’un poète et un peintre
jugent de la même façon. Le peintre peut voir juste à l’endroit du poète,
et le poète le reconnaître ; mais le peintre n’admettra jamais que le poète
voie juste à l’endroit du peintre. » Malgré ce constat d’incompatibilité de pratiques,
Alexandre Dumas, ami des peintres et qui « vivait dans l’art jusqu’au
cou » (Ch. Yriarte), est l’un des écrivains du XIXe siècle à s’être penché
avec le plus de constance et souvent de perspicacité sur les arts plastiques.
Aussi L’Art et les artistes contemporains au Salon de 1859 méritait-il cette
réédition, cent cinquante ans après son apparition. C’est le seul compte
rendu du Salon parisien qu’il ait laissé, tout nostalgique de la grande peinture
romantique : « Vous vous plaignez avec raison de la tendance des arts.
Nous visions en haut autrefois. Heureux qui pouvait y atteindre ! Je crains
que la taille des lutteurs d’aujourd’hui ne leur permette pas même d’en
avoir la pensée. » lui écrivait Delacroix.

Letourneux Matthieu (Univ. Paris Ouest)

Matthieu Letourneux
Professeur de Littérature
Univ. Paris Ouest-Nanterre

CSLF – EA 1586

Matthieu Letourneux est spécialiste des cultures sérielles et médiatiques des XIXe et XXe siècle (littérature populaire et de masse, presse, cultures de jeunesse), et des relations entre culture matérielle et médiatique.

Il dirige la revue Belphégor, spécialisée dans les cultures médiatiques et la littérature populaire (https://belphegor.revues.org/).

Secrétaire de la LPCM (association des chercheurs en Littérature Populaire et Culture Médiatique) il a présidé l’AFRELOCE (Association des chercheurs sur les livres et objets culturels de l’enfance).

Il a participé aux ANR « Anticipation » (2014-2017), au projet Légipop (depuis 2017), à l’ANR (France) – FQRSC (Québec) Médias 19 (équipe « Petite Presse », dirigée par Alain Vaillant, Paris Ouest-Nanterre, 2010-2014), à l’ANR « Mame » (2008-2011), et à l’ANR « Histoire de la traduction » (2008-2011 équipes littérature pour la jeunesse XIXe S. et littérature pour la jeunesse XXe S.). Il a été membre du projet européen « EPOP » (« Popular Roots of European Culture », 2008-2010).

Ouvrages

– Cinéma, Premiers crimes, avec Alain Carou, Paris, Paris Bibliothèques, 2015
 Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire, avec Loïc Artiaga, Les Prairies Ordinaires, « Singulières modernités », 2013
– La Librairie Tallandier (1870-2000), Histoire d’une grande maison d’édition populaire, avec Jean-Yves Mollier, Nouveau Monde, 2011
– Le Roman d’aventures, 1870-1930, PULIM, « Médiatextes », 2010
– Arthur Rimbaud, avec Pierre Brunel et Paule-Elise Boudou, ADPF, 2004
– Dictionnaire des mythes d’aujourd’hui, avec Pierre Brunel et Frédéric Mancier, Éditions du Rocher, 1999

Direction d’ouvrages ou de numéros de revues
– SérialitésBelphégor, 14, 2016, https://belphegor.revues.org/647

– Lumières sur le noir ; Décoder le polar, Nanterre, Presses Universitaires de Université Paris Nanterre, 2014
– Les Formes de la fiction dans la culture pour la jeunesseStrenae, n° 2, 2011
– L’Avenir du livre de jeunesse, avec Cécile Boulaire et Claudine Hervouet, BNF, 2010
– TallandierLe Rocambole, avec Jean-Luc Buard, n° 39-40, 2007
– Culture médiatiqueCompar(a)ison, Peter Lang, 2005

Editions et préfaces
– Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas (volumes I à V avec Loïc Artiaga), R. Laffont, Bouquins, 2013-2015
– De Caroline au Caprice », préface à Cecil Saint Laurent, Un Caprice de Caroline chérie, Paris, L’Archipel, 2013
– Louis Forest, On vole des enfants à Paris, Le Masque, 2012
– Gabriel Ferry, Le Coureur des bois, Phébus, 2009
– G. Ferry, Les Gambusinos, Magellan, 2009
– Stanley Weyman, Un Gentilhomme et son roi, Revif, 2008
– S. Weyman, La Maison du loup, Revif, 2007
– Emilio Salgari, La Capitaine du Yucatan, éd. Maison, 2005
– Eugène Sue, Les Mystères du peuple (premier volume), Paris, R. Laffont, Bouquins, 2003
– E. Salgari, Le Corsaire noir et autres romans exotiques, R. Laffont, Bouquins, 2002
– Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas et autres romans de l’Ouest, R. Laffont, Bouquins, 2001

 

Pagello Federico (Limoges)

Research fields:

History of Popular Culture, Contemporary American Cinema, Film and Popular Literature, Film and Comics.

Curriculum Vitae

see: http://www.linkedin.com/pub/federico-pagello/9/66/659

Recent Publications

« Space as History. Watchmen and the Urban Imagery in Superhero Comics », (FORTHCOMING), in P. Chemartin, S. Giovenco (eds.), Proceedings of the VIII MAGIS Spring School, Campanotto, Udine, 2011. Continuer la lecture de Pagello Federico (Limoges)

Expo: Les racines populaires de la culture européenne

L’Exposition EPOP, les racines de la culture européenne

Dèjà présentée en avril à Louvain-la-Neuve (Belgique) et Pescara (Italie), cf. EPOP Newsletter #11, l’exposition EPOP arrive à l’Université de Limoges. Elle se tiendra dans la Hallde la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines du 29 novembre au 20 Decembre. L’entrée est gratuite.

Continuer la lecture de Expo: Les racines populaires de la culture européenne

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture