Durand Pascal (Université de Liège)

Pascal DURAND, professeur ordinaire à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège

Spécialiste de Mallarmé et de l’histoire sociale des formes poétiques, Pascal Durand consacre une autre part de ses travaux à la littérature et à la culture de masse : rhétorique du genre fantastique (Jean Ray, Marcel Thiry) ; littérarisation des technologies de communication dans le roman-feuilleton (Dumas, Verne, Leroux, Lerouge) ; rapports entre littérature et presse (Alexandre Dumas) ; théorie critique de la culture de masse (Gramsci, McLuhan). Mène actuellement une recherche sur les transformations et la dimension socio-politique des robinsonnades (de Daniel Defoe à la série Lost).

Parmi ses publications à ces différents sujets :

« La leçon des choses. Robinson ou la répétition », dans Etudes françaises, n° 35, 1, 1999, p. 7-23

« La “culture médiatique” au XIXe siècle. Essai de définition-périodisation », dans Quaderni, n° 39, automne 1999, p. 29-40

« Utopie et contre-utopie. La communication allégorique dans Le Comte de Monte-Cristo », dans Dumas, une lecture de l’histoire (M. Arrous dir.), Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 209-229

« Culture populaire, culture de masse ou culture de mass-médias ? Autour de cinq thèses moins une d’Antonio Gramsci », dans Gramsci, les médias et la culture, Quaderni, n° 57, printemps 2005, p. 73-83

« Techno-logie. À propos du Château des Carpathes », dans Politique, communication et technologies (A. Gras et P. Musso  dir.), Paris, Presses Universitaires de France, 2006, p. 345-356

« De la littérature industrielle au poème populaire moderne. Filtrages médiatiques et littéraires de la culture de masse au XIXe siècle », dans Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques (1860-1940) (sous la dir. J.-Y. Mollier, J.-Fr. Sirinelli et Fr. Vallotton), Paris, Presses Universitaires de France, 2006, p. 23-36

« Rhétorique de l’explication dans le récit fantastique. Une lecture de La ruelle ténébreuse de Jean Ray », dans Études francophones, vol. 23/n° 1 & 2, printemps-automne 2008, p. 10-33

Entre presse et littérature. Le Mousquetaire, journal de M. Alexandre Dumas (1853-1857) (dir. avec Sarah Mombert), Liège, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, 2009.

Appel à contributions urgent, Revue des livres pour enfants.

Nous transmettons cet appel à contribution urgent à destination des universitaires, chercheurs et doctorants, dans la mesure où il peut intéresser bien des spécialistes de littérature populaire et culture médiatique. Toute contribution est la bienvenue dès lors qu’elle porte sur les littératures et cultures de jeunesse (y compris dans leurs formes délégitimées).

Appel à contributions/urgent

Chercheurs/doctorants.

La BNF/JPL (Bibliothèque Nationale de France/Joie Par les Livres) prépare, comme chaque année, le dossier de La Revue des livres pour enfants intitulé « Libre parcours » qui rassemble quelques articles (5 ou 6) de spécialistes (critiques, chercheurs, doctorants…) de la littérature pour la jeunesse française ou internationale (approche spécifique ou comparative d’un genre, d’un grand auteur (illustrateur), d’un éditeur, d’un type de support, de pratiques littéraires et culturelles, ou d’une œuvre du patrimoine classique et contemporain). Le principe auquel la revue tient est celui de la diversité des entrées (c’est-à-dire des domaines de recherche).

Les lecteurs de la revue ne sont pas des universitaires mais des professionnels du livre et de la lecture. Il s’agit donc d’articles de synthèse vulgarisée de travaux de recherche.

Le volume des articles est de 16 000 signes et ils sont à rendre pour le 9 mai. Les auteurs sont rétribués forfaitairement.

Ce numéro de la revue est tiré à 4000 exemplaires. Universitaires, chercheurs et doctorants sont les bienvenus.

Les propositions de contributions sont à transmettre très rapidement à Annick Lorant-Jolly, rédactrice en chef de la revue: annick.lorant-jolly@bnf.fr

De Milady à Darth Vador : les Méchants dans les romans populaires 4e Rencontres Internationales du Roman Populaire

De Milady à Darth Vador : les Méchants dans les romans populaires
4e Rencontres Internationales du Roman Populaire
vendredi 8 et samedi 9 avril 2011
Auditorium de la Bibliothèque Louis Aragon à Amiens
entrée libre (dans la mesure des places disponibles)
Centre Rocambole : http://www.lerocambole.com

Informations: http://www.fictionbis.com/rocambole/images/imgedito/Programme4R.pdf?PHPSESSID=181adc5985eba46e669958b8ee908758

L’AARP (Association des Amis du Roman Populaire) a décidé de renouer avec la tradition des Rencontres Internationales du
Roman Populaire. Et le thème retenu pour ces Rencontres est « Les Méchants dans les romans
populaires », en liaison avec les manifestations organisées à la Bibliothèque d’Amiens Métropole
sur le thème des Méchants.
Le Méchant est un type de personnage fréquent dans les romans populaires, depuis les malfaiteurs
des Mystères de Paris d’Eugène Sue, la Milady des Trois mousquetaires de Dumas, sir Williams,
Zigomar, Fantômas, sans compter les nombreux traîtres, espions, sales types et bourreaux qui
exercent leurs méfaits dans les romans d’Arthur Bernède, Paul Féval, Maurice Landay, Karl May,
Michel Zévaco ou Pierre Zaccone.

Vendredi 8 avril

9 h 30 — 12 h 30
Arnaud Huftier (Univ. Valenciennes, AARP) : « Quand dire c’est faire : les méchants
et le discours du monde dans la littérature populaire »
Sándor Kálai (Univ. Debrecen, Hongrie) : « Le méchant dans le roman judiciaire »
Charles Ridoux (AARP) : « L’Agent du Mal. D’Eblis dans le Carot Coupe-Tête
de Maurice Landay »
Daniel Compère (Univ. Paris 3, AARP) : « Belphégor de Bernède et ses avatars »
Pause
14 h — 17 h
Paolo Tortonese (Univ. Sorbonne nouvelle Paris 3, CRP19) : « Méchanceté et moralité
dans Les Mystères de Paris de Sue »
Anne-Marie Callet-Bianco (Univ. Angers) : « Dumas et ses monstres : le dépassement
des stéréotypes »
Christophe Reffait (Univ. Picardie) : « La conversion de la méchante chez Pierre Zaccone »
Jean-Luc Buard (AARP) : « La Royalda de Souvestre et Allain, ou le retour du méchant »
Isabelle Casta (Univ. d’Artois, AARP) : « « Je serai Darth Vador ou rien… »
La problématique des « anges noirs » dans le roman populaire »

Samedi 9 avril

9 h 30 — 12 h 30
Alfu (AARP, CRAL) : « Gaston Leroux aime les méchants »
Angels Santa (Univ. Lleida, Espagne, AARP) : « La méchanceté à l’oeuvre : Les Habits noirs
de Paul Féval »
Carmen Figuerola (Univ. Lleida, Espagne) : « L’Histoire a aussi ses méchants : Michel
Zévaco »
Hosseïn Tengour (AARP) : « Axiologie et amphibologie dans le roman populaire »
Pause
14 h — 17 h
Paul Bleton (Téluq, UQÀM, Montréal) : « Sale type et improbable héros. Archétype, type,
emploi, cliché : l’apparition de l’espion dans le discours social »
Ulrich von Thüna (Allemagne) : « Le bien et le mal chez Karl May »
Anissa Belhadjin (EMA- Université de Cergy-Pontoise) : « Truands, brigands ou dirigeants :
le personnage du méchant dans le roman noir français »
Riccardo Barbagallo (Univ. Catania, Italie) et Vincent Mollet : « L’archétype du Traître :
quelques visages de Judas dans les fictions populaires »
Conclusions

Colloque: LA TIGRE È ARRIVATA! EMILIO SALGARI a 100 anni dalla sua scomparsa 7-8 avril 2011

LA TIGRE È ARRIVATA! EMILIO SALGARI

http://www.educazione.unipd.it/web/?q=node/260

Nell’autunno del 1883 prende avvio, in appendice
a “La Nuova Arena” di Verona, la serie delle 150
puntate de La Tigre della Malesia ( 16 ottobre
1883-13 marzo 1884), feuilleton che vedrà la
luce come romanzo nel 1900, col titolo Le Tigri
di Mompracem, per i tipi dell’editore Donath di
Genova.
L’esordio del celeberrimo feuilleton salgariano fu
fatto precedere da originali manifesti pubblicitari,
sparsi in tutta Verona, raffiguranti una enorme
tigre con l’annuncio: “La Tigre sta per arrivare”.
È a questo aneddoto che fa riferimento il titolo
del Convegno patavino, iniziativa con la quale
il Dipartimento di Scienze dell’Educazione
dell’Università di Padova intende celebrare il
centenario della scomparsa di Emilio Salgari.
Il ricordo di Salgari è strettamente intrecciato
con la Celebrazione dell’ Unità d’Italia, poiché
lo Scrittore veronese (Verona, 21 agosto 1862;
Torino, 25 aprile 1911) si tolse la vita proprio
nell’anno dei festeggiamenti del Cinquantenario
del Regno d’Italia ( proclamato, come si sa, il
17 marzo 1861).
In quello stesso 25 aprile 1911, infatti, in
cui Torino festeggiava con l’Esposizione
universale l’Unità d’Italia, fu trovato da una
lavandaia, in una località delle colline torinesi,
il corpo esanime del nemmeno cinquantenne
Salgari, compostamente piegato su un fianco,
orribilmente ferito a morte da colpi di rasoio
autoinflitti al ventre e alla gola.
Il Convegno patavino si propone come
opportunità per fare il punto sugli studi
relativi alla ricca produzione salgariana, alle
illustrazioni che l’hanno corredata, presentando
aspetti particolari dell’attuale indagine critica, e
delle più recenti ricostruzioni bio-bibliografiche
dell’Autore veronese.

7 avril – Aula magna – Palazzo del Bo
8,30 Iscrizioni e consegna materiali
9,00 Saluti delle Autorità
Coordina Donatella Lombello
9,45 Introduzione al Convegno Donatella
Lombello
10,00 Uno scapigliato nella giungla nera: Salgari
e l’Italia Antonio Faeti
10,30 Salgari e le tradizioni narrative fra Otto e
Novecento Daniela Marcheschi
11,00 Il laboratorio magico di Emilio Salgari
Felice Pozzo
11,30 Salgari ritrovato Margherita Forestan
12,00 Salgari divulgatore per bambini Silvia
Blezza Picherle
12,30 Jolanda e le altre: figure femminili nell’
opera di Emilio Salgari Emy Beseghi
Interventi del pubblico
Pausa Pranzo
Coordina Antonio Faeti
14,30 Salgari, Speirani e le riviste torinesi per
ragazzi Roberto Fioraso
15,00 Emilio Salgari e “Il Giornale dei Fanciulli”
di Achille e Virginia Tedeschi (Cordelia) Claudio
Gallo
15,30 Far ridere con Salgari: dal Travasissimo
alla Nonna del Corsaro Nero Walter Fochesato
16,00 Del poeta solo la febbre? Il crudele, il
selvaggio, l’efferato nell’ultimo Salgari: dal décor
etnografico all’angoscia vissuta Fabrizio Foni
16,30 L’isola di ferro e di fuoco: Luca Caimmi
ultimo illustratore salgariano Paola Pallottino

17,00 L’ultimo corsaro: Salgari nel catalogo
Bemporad Lucia Cappelli
17,30 Salgari e “Topolino” Monica Manzoni
Interventi del pubblico e conclusione
18,00-19,00 Spettacolo teatrale “Emilio delle
Tigri se n’é andato”, di Giulio Mozzi

8 Avril – Aula Nievo- Palazzo del Bo
Coordina Claudio Gallo
9,00 L’avventura salgariana: un riferimento per
il fumetto italiano tra gli anni Trenta e gli anni
Sessanta Alfredo Castelli
9,30 Uomini, non solo superuomini nei Racconti
di Monica Manzoni Emilio Salgari Mario Tropea
10,00 Le ragazze che leggevano Salgari Franca
Viglongo
10,30 L’anarchia tra i ghiacci: Le meraviglie del
duemila e le amarezze dell’avvenire Vittorio
Frigerio
11,00 Tra novel e romance: la narrativa d’avventura
di Emilio Salgari Donatella Lombello
11,30 Il fondo Salgari nella Fondazione Tancredi
di Barolo Pompeo Vagliani
12,00 Da Salgari lettore a Salgari scrittore:
un percorso tra le immagini a cura di Patrizia
Zamperlin e Mara Orlando. Realizzazione
tecnica di Giorgio Rossi

Couégnas Daniel (Université de Nantes)

Daniel Couégnas

Maître de conf. honoraire litt. générale et comparée, université de Nantes

HDR en langue et litt. françaises

Animateur de la revue Les Cahiers de l’Imaginaire (1980-1992)

Introduct. A la paralittérature (Seuil, coll. « Poétique », 1992)

Paraletteratura (version italienne du précédent, La Nuova Italia, Firenze, 1997)

Fictions, Enigmes, Images, (coll. « Médiatextes », PU de Limoges, 2001)

Le Roman historique ; récit et histoire (codirection avec D. Peyrache-Leborgne, coll. « Horizons comparatistes », univ. de Nantes et Editions Pleins Feux, Nantes, 2000)

Poétiques du roman d’aventures (codirect. avec A.-M. Boyer, coll. « Horizons comparatistes », univ. de Nantes et Editions Cécile Defaut, Nantes, 2000)

Seconds rôles et comparses dans le récit de grande consommation (dir. de dossier, revue électronique Belphégor, Dalhousie University, Halifax, Nelle Ecosse, Canada, 2006)

Martin Laurent (Science Po)

Laurent Martin : curriculum vitae

Coordonnées

  • Adresse professionnelle, laboratoire de rattachement : Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris

laurent.martin@sciences-po.fr

Formation

  • Doctorat en histoire de l’université de Paris-I (2000) : le Canard enchaîné ou les fortunes de la vertu (dir. Pascal Ory).
  • Maîtrise de philosophie de l’université de Paris-I (1994) : Camus lecteur de Nietzsche (dir. Sarah Kofman).
  • Agrégation d’histoire (1992).
  • Ecole Normale Supérieure (Fontenay/St Cloud) en histoire (1989).

Thèmes de recherche

Histoire des politiques culturelles

Histoire des institutions et des cultures médiatiques

Histoire des censures

Histoire des relations culturelles internationales et des circulations de savoir

Histoire intellectuelle et épistémologie des sciences humaines et sociales

Travail collectif

  • Secrétaire général de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle (A.D.H.C.), membre de la Société pour l’histoire des médias (S.P.H.M.), du Comité de rédaction du Temps des Médias
  • Co-direction du colloque « Histoires universelles et philosophies de l’histoire » (Cerisy, septembre 2008), Co-direction du colloque « Cerisy 1968-1986 : un tournant intellectuel et politique ? » (Sciences Po, décembre 2007) ; co-direction du colloque « L’histoire culturelle du contemporain » (Cerisy, août 2004) ; co-organisation du colloque « L’Humanité de Jaurès à nos jours » (BNF, avril 2004).
  • Co-direction du séminaire « Histoire culturelle » du Centre d’histoire de Sciences Po depuis 2006.
  • Co-direction du séminaire « Circulations culturelles transnationales : institutions, savoirs, pratiques ».
  • Chercheur-associé à l’Institut Mémoires de l’Edition contemporaine (IMEC) et au Comité d’histoire du ministère de la Culture.

Enseignement

  • Master histoire de Sciences Po depuis 2009.
  • INA Sup, chargé de cours et coordinateur du module « culture et patrimoine » depuis 2007.
  • Master Communication, Paris 3, 2009/2010.

Publications :

  • Livres :

Jack Lang, une vie entre culture et politique, Complexe, 2008.

– coordination du Prix du livre 1981-2006, la loi Lang, IMEC / Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2006

Histoire de la presse écrite en France au XXe siècle, Livre de Poche, 2005

L’histoire culturelle du contemporain (dir. avec S. Venayre), Centre culturel international de Cerisy / éd. Nouveau Monde, 2005

– Le Canard enchaîné ou les fortunes de la vertu. Histoire d’un journal satirique 1915-2000 (Flammarion, 2001). Rééd. poche Nouveau Monde, 2005

  • Articles dans des revues et ouvrages scientifiques :

– « La politique culturelle de la France depuis 1959 », Economia della Cultura, 2010, n°2.

– Notices « Érotisme et Pornographie » et « Futur et Avenir » dans le Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine dirigé par C. Delporte, J.-Y. Mollier, J.-F. Sirinelli, Puf, 2010.

–  « Culture et médias aujourd’hui : nouvelles approches », Le Temps des médias, 2009.

– « La censure, pathologie sociale de la communication » dans Questions de communication, 15 / 2009.

– « La nouvelle presse en France dans les années 1970 ou la réussite par l’échec », Vingtième siècle, revue d’histoire, avril 2008.

– Coord. du n°8 de la revue Le Temps des médias sur « médias et voyage », automne 2007 et rédaction de l’article « Photographie, voyage, médias de 1839 à nos jours » dans ce numéro.

– Notice « Modernité » dans Les Nouveaux mots du pouvoir : abécédaire critique dirigé par Pascal Durand, Bruxelles, Aden, 2007.

– « La censure des images », dans le Dictionnaire mondial des images dirigé par L. Gervereau, Nouveau Monde 2006.

– Notices « Canard enchaîné » et « Journalistes » dans le Dictionnaire Charles de Gaulle dirigé par C. Andrieu, Ph. Braud, S. Masse, G. Piketty, Bouquins/Laffont 2006.

– « Penser les censures dans l’histoire », Sociétés et représentations, printemps 2006.

– « Collaboration chaude ou collaboration froide ? Le cas d’Henri Jeanson, 1938-1947 » dans XXe siècle, revue d’histoire, avril-juin 2005.

– « La DDC (Direction du développement culturel) : un outil au service d’une conception transversale de la politique culturelle », dans Culture publique opus 3 « L’art de gouverner la culture », printemps 2005.

– « La mauvaise publicité. Sens et contresens d’une censure » dans Le Temps des Médias, n°2, printemps 2004.

– « Jalons pour une histoire culturelle de la pornographie » dans Le Temps des Médias, n°1, automne 2003.

– « Le Canard enchaîné, un objet politique mal identifié » dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 2003.

– « Pourquoi lit-on Le Canard enchaîné ? » dans XXe siècle, revue d’histoire, octobre-décembre 2000.

– « De l’anarchisme à l’affairisme : les deux vies d’Eugène Merle, homme de presse, 1884-1946 » dans La Revue historique, 4e trimestre 1999.

  • Communications dans des colloques et journées d’étude publiés :

– « La construction politique de l’Europe culturelle », dans A. Dulphy, R. Frank, M.-A. Matard-Bonucci et P. Ory (dir.), Les Relations culturelles internationales au XXe siècle, actes du colloque de Paris I / BNF de mai 2006, Bruxelles, Peter Lang, 2011.

– « Ivresse et promesses de la démocratie d’opinion », dans Jean Garrigues, Sylvie Guillaume et Jean-François Sirinelli (dir.), Comprendre la Ve République, actes du colloque de Sciences Po de septembre 2009, Paris, PUF, 2010.

– « La réception des objets médiatiques et la construction des normes », dans Pascale Goetschel, François Jost et Myriam Tsikounas, Lire, voir et entendre. La réception des objets médiatiques, actes du colloque de Paris I de janvier 2008, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

– « La politique extérieure du ministère de la Culture français depuis les années 1980 », dans François Chaubet (dir.), La Culture française dans le monde 1980-2000, les défis de la mondialisation, actes du colloque de Sciences Po, janvier 2008, Paris L’Harmattan, 2010.

– « Le gros comme métaphore du bourgeois dans la presse française de gauche et d’extrême gauche au XXe siècle », dans Julia Csergo et André Rauch (dir.), Trop gros ? L’obésité et ses représentations, Paris, éd. Autrement, 2009.

– « Une censure qui ne dit pas son nom. La saisie des journaux pendant la guerre d’Algérie » dans P. Durand, P. Hébert, J.-Y. Mollier, F. Vallotton (dir.), Censure et imprimé dans les pays francophones, actes du colloque de l’UVSQ, mai 2002, Québec, Nota Bene, 2005.

– « Qu’enseignent les théories de la psyché sur l’histoire de la culture ? » dans Laurent Martin et Sylvain Venayre (dir.), L’histoire culturelle du contemporain, actes du colloque de Cerisy-la-Salle, août 2004, Paris, Nouveau Monde, 2005.

– « Henri Jeanson, homme de presse, de cinéma et de théâtre, 1900-1939 » dans D. Cooper-Richet, J.-Y. Mollier, A. Silem (dir.), Passeurs culturels dans le monde de l’édition et des médias en Europe aux XIXe et XXe siècles, actes du colloque de Lyon/UVSQ, septembre 2003, Lyon, Presses de l’Enssib, août 2005.

– « Deux décades sur l’histoire » dans SIECLE, colloque de Cerisy, actes du colloque de Cerisy-la-Salle, août 2002, Paris, IMEC, 2005.

– « Les images du juif et du bourgeois dans la presse de gauche de l’entre-deux-guerres » dans M.-A. Matard-Bonucci (dir.), Antisémythes, actes du colloque BNF/UVSQ, novembre 2002, Nouveau Monde, 2005.

– « Le Canard enchaîné et L’Humanité. Regards croisés 1915-2004 » dans C. Delporte, C. Pennetier, J.-F. Sirinelli, S. Wolikow (dir.), L’Humanité de Jaurès à nos jours, actes du colloque BNF/UVSQ avril 2004, Paris, Nouveau Monde, 2004.

– « Presse écrite et publicité. Deux siècles de relations conflictuelles » dans J. Marseille et P. Eveno (dir.), Histoire des industries culturelles actes du colloque de la Sorbonne, décembre 2001, Paris, ADHE, 2002.

– « Le scandale des micros du Canard : un watergate à la française ? » dans C. Delporte, M. Palmer, D. Ruellan (dir.) Presse à scandale, scandale de presse, Paris, L’Harmattan, 2001.

– « L’idée de paix dans Le Canard enchaîné de l’entre-deux-guerres » dans R. Vandenbusche et A.R. Michel (dir.), L’Idée de paix en France et ses représentations au XXe siècle, actes du colloque de Lille mai 1999, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion 2001.

Textes à paraître

Histoire des relations culturelles dans le monde au XXe siècle (avec François Chaubet), Armand Colin, 2011.

Histoire mondiale de la bande dessinée (avec Pascal Ory et Sylvain Venayre), Citadelle et Mazenod, 2011.

Henri Jeanson (avec Alain Ferrari), Actes Sud éd.

– « Augustin Girard, une pensée tournée vers l’international », La Documentation française, 2011.

– « La politique culturelle de la France depuis 1945 », dans Histoire comparée des politiques culturelles dans le monde sous la direction de Philippe Poirrier.

– « La barbarie, catégorie de la philosophie de l’histoire », colloque de Cerisy, septembre 2008 et colloque de l’ISCH, Turku, mai 2009, à paraître aux Presses de Sciences Po.

– « Les colloques littéraires à Cerisy, entre nostalgie et avant-garde », », colloque de Sciences Po, décembre 2007, à paraître aux Editions des archives contemporaines.

Sepulchre Sarah (Louvain)

Sarah Sepulchre est chargée de cours à l’Ecole de Communication de l’Université catholique de Louvain (UCL) en Belgique. Ses matières d’enseignement sont principalement les méthodes de recherche, la culture et l’analyse des médias. Ses recherches portent sur la télévision, la culture populaire, les liens entre fiction et réalité, les représentations médiatiques principalement sous un angle narratologique. Sa thèse de doctorat en Sciences sociales s’intéressait à la construction des groupes de personnages dans les séries télévisées. Elle a publié plusieurs articles ou parties d’ouvrages et a dirigé Décoder les séries télévisées (De Boeck, avril 2011). Sarah Sepulchre est membre de l’Observatoire du récit médiatique (ORM), du réseau S.E.R.I.E.S. (Scholars Exchanging and Researching on International Entertainment Series, http://www.series.cnrs.fr), du Groupe de Contact FNRS Genre: des théories aux stratégies de recherche et membre du Conseil d’Administration de Sophia (www.sophia.be). Elle est aussi co-créatrice et co-animatrice de l’émission Aux Frontières des séries (web radio : www.hellena.tv) et du site internet lié (www.afds.tv).

Contact : sarah.sepulchre@uclouvain.be

Publications

Sélection des textes de ces cinq dernières années déjà publiés.

Direction d’ouvrage

2011. Sepulchre Sarah (dir.), Décoder les séries télévisées, Bruxelles, De Boeck.

Chapitres d’ouvrages

2010. Sepulchre Sarah, « La position des femmes au sein des groupes de personnages dans les séries télévisées françaises : le cas de Reporters », in Monique Jucquois-Delpierre (dir.), Figures de femmes dans l’art et les médias, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, Peter Land éditions.

2010. Sepulchre Sarah, « Fictions télévisuelles : l’ère de la maturité ou la complexification », in Ioanna Vovou (dir.), Introduction à la théorie et l’analyse de la télévision, Athènes, Éditions Hérôdotos.

2009. Sepulchre Sarah, « La complexité du réel dans la fiction télévisuelle. Réflexions sur le réalisme, les docudramas et l’autofiction », in Annabelle Klein, Axel Tixhon (dir.), La communication audiovisuelle : entre réalité et fiction. Approche pluridisciplinaire, Namur, Presses Universitaires de Namur.

2007. Sepulchre Sarah, Sacré Séverine, Schnock Nicolas, Lits Marc, « De la communication électorale à l’implication personnelle. La politique des blogs », in Annabelle Klein (dir.), Objectif blogs ! Explorations dynamiques de la blogosphère, Paris, L’Harmattan.

2007. Sepulchre Sarah, Antoine Frédéric, « Chapitre 1 : Le décodage de l’émission. Strip-tease assisté d’un OVNI médiatique », in Marc Lits (dir.), Le vrai-faux journal de la RTBF. Les réalités de l’information, Charleroi, Couleur Livres.

2006. Sepulchre Sarah, Lits Marc, Antoine Frédéric, Desterbecq Joëlle, La spectacularisation des personnalités politiques dans les programmes de télévision de la Communauté française, Rapport de recherche pour le CSA et le Parlement de la Communauté française, Bruxelles, Conseil supérieur de l’audiovisuel et Parlement de la Communauté française.

Publications dans des revues

2010. Sepulchre Sarah, « La description lacunaire, une caractéristique des novellisations pour la jeunesse ? » Revue des livres pour enfants, décembre 2010, n° 256.

2010. Sepulchre Sarah, « The Staircase : le poids des personnages, le choc des rebondissements », in Marie-France Chambat (dir.), Télévision et justice, Circav n°21, Paris, L’Harmattan.

2008. Sepulchre Sarah, « Cher journal… professionnel. Le blog politique a survécu aux élection de 2007 », in Actes des travaux du groupe « sociologie de la communication », congrès AISLF, Istanbul, 7 au 11 juillet 2008, AISLF Comité de recherche n°33, Sociologie de la communication http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/gtsc/DOCS_SOCIO/istambul/Actes_AISLF_GT13_Istambul_2008.pdf

2007. Sepulchre Sarah, « Ego-fiction : la riposte de la fiction face à la télé-réalité ? Le mélange de fiction et de réalité dans Curb Your Enthusiasm et Fat Actress », in Communication, 26 (1), Laval, Département d’information et de communication à l’Université Laval, pp. 151-163.

2007. Sepulchre Sarah, « Fictions de guerre », in Médiamorphoses, hors série, janvier, Paris, INA, pp. 102-105.

2006. Sepulchre Sarah, « L’utilisation des fictions télévisuelles et des types de personnages en classe. Les exemples d’Homicide et de The Shield », in Enjeux, n° 67, Namur, Centre d’études et de documentation pour l’enseignement du français (Cédocef), Département de Romanes des Facultés universitaires notre Dame de la Paix, pp. 91-108.

2006. Sepulchre Sarah, « Les fictions télévisuelles à épisodes : quelle place pour les personnages secondaires face aux héros multiples ? », in Belphégor, vol 6, n° 1, novembre, Groupe Littérature populaire et culture médiatique. http://etc.dal.ca/belphegor

Van de Winkel Aurore (Louvain)

Aurore Van de Winkel est Docteur en Information et Communication de l’Université Catholique de Louvain (Belgique). Collaboratrice scientifique de l’Institut Langage & Communication, elle est également Maître de conférence aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur. Membre associé du RECOM (Centre de Recherches en Communication de l’Université Catholique de Louvain), elle est membre du Comité de Lecture de la revue Recherches en communication, de l’International Society for Contemporary Legend Research, l’International Sociology Association, l’European Narratology Network et de l’Association Française de Sociologie. Elle est la fondatrice de Credentia, un réseau international d’études sur la croyance. Elle s’est spécialisée et a publié plusieurs articles sur le sujet des légendes urbaines et elle s’intéresse aux processus de construction, de défense et de diffusion des croyances profanes notamment sur Internet.

Marazzi Martino (Milan)

Martino Marazzi is Assistant Professor of Italian Literature at the Università degli Studi, Milan, Italy and has been a Fellow of the Italian Academy for Advanced Studies at Columbia University. He has widely written on literary and cultural relations between Italy and the United States, editing various works by Italian American writers (L.D. Ventura, A. Giovannitti, M. Fiaschetti, E. Bartoletti). He has published studies on modern and contemporary Italian literature (from Cavour and Pinocchio to Calvino), and on Dante criticism. His most recent book is A occhi aperti. Letteratura dell’emigrazione e mito americano (FrancoAngeli: Milan 2011). A reprint of his Voices of Italian America. A History of Early Italian American Literature with a Critical Anthology (originally out with Fairleigh Dickinson UP in 2004) is scheduled for late 2011 with Fordham University Press. Marazzi is also the author of two books of fiction: La fine del Purgatorio; and Filogenesi (both with Sedizioni: Milan, 2008; and 2010).

Tsikounas Myriam (Paris I)

Myriam Tsikounas

Docteur d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines, spécialité Histoire (1990, lauréate du prix européen Filippo Sacchi)

Professeur d’Histoire et Communication audiovisuelle à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (depuis 1993)

Laboratoire de rattachement : CRH du XIXe siècle/Isor

Adresse professionnelle :

ISOR (Images, sociétés, représentations)

Université Paris 1

17, rue de la Sorbonne

75 231 Paris cedex 05

tél : 01 40 46 28 36

fax : 01 40 46 31 62

Mail : Myriam.Tsikounas@univ-paris1.fr

Adresse personnelle :

95, boulevard Saint Michel 75 005 Paris

Responsabilités pédagogiques :

Responsable du master recherche « Histoire et audiovisuel », Université Paris 1

Responsabilités éditoriales :

Co-fondatrice (avec le sociologue Remi Lenoir) et co-directrice (actuellement avec l’historien de l’art Bertrand Tillier) de la revue semestrielle Sociétés & Représentations.

Rédactrice en chef adjointe de la revue trimestrielle Alcoologie et Addictologie.

Membre des comités de rédaction et de lecture des revues Télévision et CinémAction.

Principales recherches sur les cultures médiatiques (les images de grande consommation)

1. Conditions de production des images et des sons

Je cherche à appréhender, de différentes manières, les conditions de production des

images :

–        Je me suis intéressée aux héritages refusés ou revendiqués par les artistes. Par exemple, en reconstituant succinctement le répertoire des images qui circulaient dans la Russie des années 1900-1920, j’ai déterminé l’influence prépondérante de l’iconographie révolutionnaire française (de 1789 et de Juillet 1830) sur les réalisateurs et décorateurs russes ;

–        J’ai aussi tenté de comprendre la force des figures héritées dans les campagnes de prévention de l’alcoolisme comme dans les réclames en faveur de l’alcool. J’ai regardé comment les publicitaires français — qui travaillent souvent, alternativement, pour les alcooliers et pour le ministère de la Santé ou les ligues antialcooliques — ont retraité des dessins de presse du second XIXe siècle et des descriptions littéraires véhiculées par les romanciers les plus lus, des clichés qui émanaient eux-mêmes des grandes enquêtes hygiénistes réalisées sous la monarchie de Juillet. J’ai ainsi mis en évidence la manière dont se sont forgés des stéréotypes du « boire », des modèles de bonnes et de mauvaises ivresses ;

–        Plus largement, j’ai essayé de montrer, à partir de différents corpus, photographiques, filmiques et télévisuels, de quelle manière les images les plus répandues — les estampes qui ont illustré les manuels scolaires, les caricatures et cartes postales qui ont le plus circulé, les films les plus vus… — ont progressivement constitué le champ du figurable et contribué à établir une sélection dans notre univers sensible.

–        J’ai également cherché à mettre au jour, en retrouvant les contrats, scénarios, et courriers divers afférents à un film ou à une émission télévisuelle, en interrogeant les réalisateurs et producteurs survivants, les multiples contraintes — budgétaires, publicitaires, actorielles — et effets de censure ou d’autocensure qui ont pesé sur une œuvre.

–        J’ai, parallèlement, réfléchi à la programmation des émissions télévisuelles, qui ont été très rapidement ciblées en termes d’âge, de genre, d’appartenance géographique et professionnelle, et qui ont été conçues, sous l’ORTF — à une époque où les techniques de captation et de transmission des images étaient fragiles — comme des produits plus sonores que visuels.

2. Circulations

–        Dans le cadre d’une recherche collective sur la « Représentation des femmes criminelles », j’ai suivi les migrations d’images de plusieurs meurtrières célèbres, des vases antiques jusqu’aux téléfilms, en passant par les enluminures et la presse illustrée de grande consommation. J’ai essayé de faire la part des contraintes liées à la spécificité des supports et des impératifs du temps présent, des enjeux des sociétés successives.

–        J’ai aussi cherché à comprendre comment, dans les années 1950, le nouveau média télévisuel français, qui expérimente des formes et des dispositifs, réadapte des fictions cinématographiques à succès et se réapproprie un produit, le feuilleton, qui s’est assuré un succès considérable dans la presse écrite et à la radio mais qui n’a pas réussi à se maintenir au cinéma. J’ai observé la façon dont les scénaristes de « dramatiques » judiciaires retraitent les comptes rendus d’audience parus dans les quotidiens et la Gazette des Tribunaux pour satisfaire aux exigences du nouveau média.

3. Analyse d’images

–        Dans une perspective plus sémiotique et historique, et sans oublier les multiples contraintes qui ont modifié les projets scénaristiques initiaux, je tente également d’observer les fictions cinématographiques et télévisuelles pour elles-mêmes, comme des modèles proposés au spectateur, en vue de lui imposer une morale, d’en faire un citoyen capable de prendre en charge sa santé, sa reconversion professionnelle, le cursus scolaire de ses enfants… mieux armé pour suivre un procès d’assises ou se rendre aux urnes.

–        J’ai démontré comment, bien avant leur légalisation, le premier octobre 1968, les publicités de marque émaillent déjà, sur le petit écran, les émissions de grande consommation, notamment les feuilletons, et de quelle manière, par des jeux de coproductions et de firmes écran, les ministères de l’Agriculture et de l’Équipement imposent souvent aux téléastes des scénarios et des lieux de tournage.

4. Réception

J’essaie de prendre en compte les différents aspects de la réception.

–        J’ai observé des réceptions décalées, dans le temps comme dans l’espace. J’ai essayé de voir comment un tableau ou une estampe, signés par un artiste français, a été reçu sur le moment par la critique puis compris après coup, en France et à l’étranger ;

–        J’ai recensé les rediffusions d’un petit nombre de feuilletons télévisuels pour enregistrer les éventuelles variations de réception, en fonction de l’heure d’antenne, de l’image de la chaîne, du rhabillage de la fiction, parfois donnée dans un format différent ou avec un générique et une bande son modifiés ;

–        J’ai aussi cherché à déterminer les ciblages. J’ai analysé les courriers et synthèses de courriers des téléspectateurs, la critique télévisuelle, les dossiers de presse, les émissions montrant les coulisses de la télévision, pour comprendre à la fois de quelle manière un programme a été promu et par quels publics il a été vu, comment il a été compris et reçu en fonction du milieu social, de l’âge, de la religion ;

–        J’ai également été attentive aux phénomènes d’interactivité et de circularité entre production et réception. Par exemple, dans les années 1960, les téléspectateurs ont pris l’habitude d’écrire ou de téléphoner à l’ORTF pour conseiller les héros, contester un dénouement et, de fait, quand les derniers épisodes ne sont pas encore tournés, modifier le récit. J’ai analysé les dossiers de presse, les bandes-annonces, les affiches et autres « seuils » pour voir quels pactes ont été établis avec le public ;

–        Je me suis aussi intéressée aux films qui ont fait scandale car, en tant que révélateurs des normes et des morales en usage, ils constituent un lieu d’observation privilégié.

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture