Publication : « Play it again, Pinocchio »

Luciano Curreri

Play it again, Pinocchio. Saggi per una storia delle pinocchiate, Moretti et Vitali, 2016, 120 p.

 

pinocchiate

Les « pinocchiate », ce sont ces textes qui reflètent, sous des formes très différentes, le personnage créé par Carlo Collodi/Carlo Lorenzini, dans les aventures de Pinocchio. Histoire d’une marionnette, au début des années 1880.

Avec Play it Again, Pinocchio, Luciano Curreri s’efforce de dessiner, au miroir du XXe siècle et de l’idée de l’enfance, une histoire des « pinocchiate » : l’éternel retour de l’espiègle marionnette est une odyssée de la politique, de la propagande, de la publicité ainsi que de la critique – littérature, cinéma, théâtre, théâtre de marionnettes, chansons, bandes dessinées… Après en avoir suivi les traces dans le futurisme, proposé un historique des affiches et de la période de la guerre en Europe, l’auteur cerne un couple de catégories plus précises : le Pinocchio « fasciste » et le Pinocchio « salgarien  ».

La première étude montre une exploitation de la marionnette, subordonnant la volonté anarchique à l’aventure, tandis que la seconde propose de surmonter, au moins en partie, l’opposition canonique entre Collodi et Salgari dans l’histoire littéraire italienne.

HOMEPAGE

Parution : Julius Corentin Acquefacques

Dany RASEMONT, Julius Corentin Acquefacques, par-delà la bande et le dessin, réédition augmentée,

Louvain-La-Neuve, Academia/L’Harmattan, 2016, 112 p., coll. « Texte-Image, n°1 ».
Bande dessinée particulièrement déroutante, Julius Corentin Acquefacques de Marc-Antoine Mathieu invite le lecteur curieux dans un labyrinthe aux contours absurdes, surréalistes et humoristiques à la fois. L’œuvre suscite et parfois implique la relecture en un mouvement circulaire tendant à absorber toute référence rationnelle. Mais, comme souvent, l’absurdité a ses raisons et sous l’apparente perte de repères, des lignes de force subsistent qui, mises au jour, invitent à une nouvelle relecture…

Parution : Statut culturel de la BD

 Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions/The Cultural Standing of Comics. Ambiguities and changes,

Maaheen AHMED, DELNESTE Stéphanie et TILLEUIL Jean-Louis (dir.),

histoire_de_france_bd

Louvain-la-Neuve, Academia/L’Harmattan, 2016, 277 p., coll. « Texte-Image, n°8 ».
En ce temps de crise des légitimités culturelles, il est pour le moins pertinent de faire le point sur les statuts des productions qui en sont l’objet. Et ce, quelle que soit leur position au sein du marché concerné, jusqu’il y a peu dominante ou, inversement, dominée. Se focaliser sur la bande dessinée parmi ces productions s’avère particulièrement de circonstance, pour peu que l’on tienne compte de la critique qui lui est faite.

Parution : Sérialité narrative

narratologieLe dernier numéro de la revue Cahiers de narratologie est paru, il porte sur la sérialité narrative. Enjeux esthétiques et économiques.

Les Cahiers de narratologie consacrent ce numéro à l’étude des rapports entre l’esthétique et l’économie, les articles ici réunis éclairent le sujet à partir d’angles de lecture différents, mais gravitent tous autour d’un même thème fédérateur : la notion de sérialité.

Parution : L’âge d’or des médias

Revue « Le Temps des médias », n°27, « L’âge d’or »

temps-medias

Dans un cadre médiatique, l’« âge d’or » est d’abord une formule d’une grande simplicité, aisément mobilisable pour catégoriser un phénomène ou une période. Elle est ainsi perçue comme un levier efficace pour conférer un sentiment de gratification, pour valoriser irréfutablement une période antérieure. En somme, parler d’âge d’or permet de faire référence à un passé révolu dont le souvenir rayonne encore sur le présent, tout en insufflant instantanément une coloration méliorative. Les médias apparaissent comme un terrain privilégié de ce travail en raison de leur rôle dans les représentations collectives. Ce dossier du Temps des médias questionne les dynamiques sous-jacentes à l’oeuvre pour les faire éclore : tour à tour stratégie éditoriale et médiatique, support de rhétoriques professionnelles, ou encore condensation sublimée de la mémoire délayée par le filtrage du présent, l’âge d’or n’est pas un objet propice au lissage uniformisant du processus de catégorisation.

Dossier coordonné par Emmanuelle Fantin et Thibault Le Hégarat.
n° 27, Automne-Hiver 2016-2017.

consulter le sommaire et lire les articles : http://www.histoiredesmedias.com/-27-L-Age-d-or-.html

 

Parution : Radio et jeunesse

Cahiers Robinson n°40, Une radio pour la jeunesse

 

Ce numéro a l’ambition d’ouvrir un champ d’études sur un sujet peu travaillé. Il adopte une perspective essentiellement historique et informative puisque les grandes émissions pour la jeunesse ont disparu. Il s’intéresse à de grands éducateurs comme Lisa Tetzner ou Janusz Korczak, à des artistes comme Alain Saint-Ogan, à des journalistes comme Jacques Pauliac, qui ont inventé ou nourri un nouveau mode d’expression. L’ensemble de cette livraison considère à la fois les aspects éducatifs et récréatifs de ce medium qui a rassemblé les familles autour de jeux ou de feuilletons devenus des lieux de mémoire. Des contributions portent également sur des émissions plus récentes comme L’As-tu lu mon p’tit loup ou Maman les p’tits bateaux.

 

Sommaire:

Francis Marcoin

Tombeau pour une radio jeune et familiale, éducative et récréative

Continuer la lecture de Parution : Radio et jeunesse