Parution : Pardaillan n°1

Parution : Le Pardaillan, N°1, « Fictions Populaires »

couverture-pardaillan-1

Le Pardaillan est la revue du Centre International Michel Zévaco, qui a ainsi souhaité ouvrir un espace de réflexion et de publication aux chercheurs qui se consacrent aux littératures populaires et à la culture médiatique dans son ensemble. De niveau universitaire, elle encourage le plus possible les approches originales, interdisciplinaires et transmédiatiques.

La revue paraît deux fois par an, en mars et en septembre.

Le N°1 du Pardaillan aborde la double et épineuse question de la fiction et de la problématique appellation populaire, à travers un ensemble de contributions qui traversent le champ médiatique de la littérature à la comédie musicale, en passant par le droit, la philosophie, ou la chanson populaire.

Sommaire Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°1

Séminaire « Mauvais genre ? »

Séminaire Mauvais Goût, Mauvais Genre ?

ENS Ulm, Salle des Actes Lundi, 16h30-18h30

– Les romans populaires ont-ils une valeur littéraire ? – Le jeu vidéo mérite-t-il le statut d’art ? – YouTube peut-il avoir une valeur culturelle légitime ? – Le cinéma est-il un art ou un média populaire ? – Le manga est-il de mauvais goût ?

Ou plutôt… toutes ces questions ont-elles bien lieu d’être, ou bien ne vaudrait-il pas mieux apprendre à réfléchir autrement…?

Réfléchir autrement, c’est ce que propose ce séminaire, à travers une trentaine d’interventions portant à la fois sur la littérature populaire, la science-fiction, la BD, le jeu vidéo, la comédie musicale, et bien d’autres médias. Chaque semaine, un intervenant différent proposera son regard, et nous avons eu à coeur d’inviter aussi bien des chercheurs reconnus que des jeunes chercheurs innovants.

D’Arsène Lupin à Dragon Ball, nous essayerons de poser un autre regard sur la culture médiatique et populaire, qui d’habitude a si peu de place dans les institutions savantes.

Car le mauvais goût, ça s’apprend.

Programme Continuer la lecture de Séminaire « Mauvais genre ? »

Colloque : Chanson et jeunesse

La chanson dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse

Jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2016

Université d’Artois, Arras

E.A. Textes et Cultures, équipe « Littératures et Cultures d’enfance », Association AFRELOCE

Colloque coordonné par Eléonore Hamaide et Florence Gaiotti

Jeudi 13 octobre

8h45-9h15 : Accueil

9h15 : Introduction. Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti

9h30-10h10 : Michel Manson

Les enfants et le chat de la Mère Michel. Continuer la lecture de Colloque : Chanson et jeunesse

Granier Caroline

Caroline GRANIER est née en 1973. Normalienne, agrégée de Lettres Modernes, elle soutient un doctorat à l’Université Paris VIII–Saint-Denis en 2003, publié sous le titre : Les Briseurs de formules. Les Écrivains anarchistes en France à la fin du XIXe siècle (Ressouvenances, 2008). Elle participe ensuite à la réédition de plusieurs romans de la fin du XIXe siècle (Charles Malato, Henry Fèvre, André Léo). Enseignante dans un lycée parisien, elle s’intéresse depuis quelques années à la littérature policière féministe. 

briseurs

 

MANUSCRIT EN ATTENTE DE PUBLICATION

« À armes égales. Les femmes armées dans les romans policiers contemporains » (écrit grâce à une bourse « Découverte » du Centre National du Livre) 

PUBLICATIONS

« À nous les flingues, guys ! » Femmes armées dans la littérature noire contemporaine », actes du colloque international CriminELLES, Université de Haute-Alsace (Mulhouse), 24-25 avril 2015 (à paraître) Continuer la lecture de Granier Caroline

Journée : « Intimité des publics »

Journée d’études « Dans l’intimité des publics: appropriations et usages personnels des images audiovisuelles »

IRCAV-JE-DansinitimitepublicsBAT.indd

Sous la responsabilité de Delphine Chedaleux, Myriam Juan et Thomas Pillard

Jeudi 6 octobre 2016, 9h-18h

Maison de la Recherche (Salle Athéna)

4 rue des Irlandais, 75005 Paris

 

Depuis les années 1990 et 2000, des travaux importants, issus d’horizons disciplinaires divers, ont contribué à revisiter l’histoire du cinéma et de la télévision en mettant l’accent sur l’expertise des spectateurs/trices et sur la participation active des publics cinématographiques et audiovisuels. Ces différentes approches ont joué un rôle central dans le développement actuel des études de réception, permettant à la recherche française de commencer à combler le retard sensible pris sur les travaux universitaires anglo-américains dans l’analyse des cultures fan, des jugements amateurs et des expériences spectatorielles ordinaires. À l’heure où les pratiques sociales liées aux écrans sont reconfigurées au sein de la « culture de la convergence », attestant d’une intimité toujours plus forte entre les publics et les images animées, il demeure pourtant peu fréquent d’interroger les usages personnels et les appropriations individuelles de ces images, en plaçant les spectateurs/trices au centre du questionnement analytique. Cette journée d’études vise précisément à adopter une telle démarche Continuer la lecture de Journée : « Intimité des publics »

Appel : Du ludique au narratif

Appel à textes pour le numéro 9 de Sciences du jeu

Du ludique au narratif. Enjeux narratologiques des jeux vidéo

Dossier thématique sous la coordination de Sébastien Genvo

Le paradigme narratif a été l’un des premiers modèles théoriques à être mobilisé lorsqu’il a été question de penser les spécificités médiatiques du jeu vidéo (Murray, 1997). Si cette approche initiale a permis de formaliser rapidement certaines particularités des modalités narratives du domaine, par exemple à travers la notion de narration spatialisée (Jenkins, 2002), elle a aussi fait l’objet de débats incitant l’exploration d’autres cadres, notamment à travers l’approche « ludologique » (Frasca, 2003). Mais davantage qu’une opposition ou incompatibilité entre différents modèles, ces confrontations ont finalement fait apparaître une complémentarité d’approches (Murray, 2005 ; Neitzel, 2005 ; Ryan, 2006), voire un enrichissement mutuel. On peut en effet considérer que les réflexions narratologiques sur le jeu ont amené à revisiter le rôle du récepteur dans la production du sens au sein d’une narration, en plaçant différemment le point focal sur la structure de jeu ou sur le joueur, qui serait parfois à investir comme auteur d’intrigues ou de récit de jeu (Marti, 2014). Cela encourage de fait à repenser les articulations qui peuvent exister entre histoire, narration et récit. Enfin, comme le remarquait Janet Murray, il est indéniable que les jeux vidéo servent de source d’inspiration pour concevoir plus largement ce qu’elle nommait alors les « cyberfictions ». Aujourd’hui, la façon dont on raconte par le jeu sert de modèle à d’autres formes médiatiques, comme les webdocumentaires. La frontière entre fiction numérique interactive et jeu se veut parfois ténue, comme le Continuer la lecture de Appel : Du ludique au narratif

Colloque : Cannibales !

Cannibales !

Colloque international et interdisciplinaire jeunes chercheurs du centre Littératures, Imaginaire et Sociétés (LIS)

13-14 octobre 2016
Université de Lorraine – Nancy – France

 

Jeudi 13 octobre : Ingestion

09h00 – 09h30            Accueil des participants et mot de bienvenue

Dévoration et possession
Présidence : Apolline LEHMANN

09h30 – 10h00           Laura DAVIDEL (Université de Lorraine) – Le cannibalisme comme transfert de pouvoir dans les Chroniques des vampires d’Anne Rice.

10h00 – 10h30           Lucie GROETZINGER (Université de Lorraine) – Cannibalisme et super-pouvoirs : zombifications des héros Marvel. Continuer la lecture de Colloque : Cannibales !

Colloque : Edogawa Ranpo

COLLOQUE INTERNATIONAL : EDOGAWA RANPO OU LES LABYRINTHES DE LA MODERNITE JAPONAISE

Université Paris Diderot et Maison de la Culture du Japon à Paris (14 et 15 octobre 2016)

Pionnier de la littérature policière au Japon, Edogawa Ranpo (1894-1965) ne cesse d’être réédité et traduit dans le monde entier, notamment en France et aux États-Unis : La Proie et l’ombre (Inju), La Chambre rouge, La Chenille, Le Démon de l’île solitaire ou Le Lézard noir comptent parmi les chefs-d’œuvre de cet ensemble noir et baroque, souvent adapté au cinéma. Diverses lectures sont possibles : critique de la période historique, expérimentations de la modernité littéraire dans la première moitié du XXe siècle.

Tout en inventant une forme japonaise du roman policier, Edogawa Ranpo n’a cessé de se référer au patrimoine mondial du genre, à ses maîtres Edgar Allan Poe, Maurice Leblanc ou Sir Arthur Conan Doyle. Cette articulation hors frontières explique sans doute l’intérêt constant pour l’œuvre, un demi-siècle après le décès de l’auteur. Un labyrinthe aux recoins et ombres multiples, que ce colloque international se propose d’explorer.

Organisé par le CRCAO (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale, UMR 8155 : CNRS, Université Paris Diderot, EPHE, Collège de France) Continuer la lecture de Colloque : Edogawa Ranpo

Appel : Belphégor, Emilio Salgari

Appel à contribution :

LES ÂMES D’EMILIO SALGARI

Belphégor (https://belphegor.revues.org/?lang=fr)

Qu’il ait été apprécié ou critiqué, adoré ou ignoré, Emilio Salgari, le doyen du genre du roman d’aventures en Italie, a attiré l’attention de chercheurs de tous niveaux – des amateurs passionnés aux spécialistes universitaires – qui ont exploré un très grand nombre de thèmes reliés à sa vie et à son œuvre. Parmi ceux qui sont restés jusqu’ici dans les marges, toujours ignorés, figure la question de la profondeur psychologique de ses personnages.

Quoiqu’il soit admis que ses aventures emportent le lecteur dans une sarabande ininterrompue à laquelle on ne sait aisément se soustraire (que l’on mette cela sur le compte d’un indéniable métier, d’un aplatissement banal sur des schémas tout aussi fixes que frénétiques, ou encore qu’on le juge être le résultat de la passion de l’auteur et de sa capacité de se plonger totalement dans son travail), on ne reconnaît la plupart du temps aux personnages salgariens qu’un certain aspect. Un aspect impressionnant, bien sûr, mais tout en extension et aucunement en profondeur. Une présence au lieu d’une essence. Un paraître plutôt qu’un être. Un caractère, mais pas une personnalité, si on veut considérer celle-ci comme une construction complexe et contradictoire faite d’expériences qui se superposent et s’intègrent les unes aux autres. En d’autres termes, les personnages salgariens ne pourraient pas compter sur une psychologie qui leur serait propre, mais seraient simplement constitués de signes unidimensionnels, d’éléments non pas simples, mais plutôt simplistes, visant à en faire uniquement des symboles susceptibles de faire avancer l’action et progresser l’histoire. Cette critique, si on veut la considérer telle, s’applique par ailleurs tout aussi bien à l’écrivain de Vérone qu’aux autres romanciers populaires, non exclusivement de son époque. Il ne s’agirait alors pas d’un défaut qui lui serait exclusif, mais d’un phénomène que l’on associe souvent et volontiers à un prétendu manque de valeur littéraire authentique typique des narrations feuilletonesques et, au-delà, de la narration de masse jusqu’à nos jours. Dans ce contexte, Salgari ne serait donc ni meilleur ni pire que tant d’autres, si ce n’est peut-être encore plus « pur », c’est-à-dire parfaitement détaché d’une quelconque aspiration à la mise en scène de la moindre profondeur psychologique, qui appartiendrait à un registre littéraire auquel il n’aurait jamais pu ni voulu prétendre aspirer.

Des explorations moins classificatoires et canoniquement orientées de l’œuvre de Salgari n’ont pourtant pas pu manquer de relever comment les personnages de ses aventures, et les situations auxquelles ils sont confrontés, présupposent de la part de l’auteur une connaissance loin d’être superficielle de l’âme humaine, une pénétration profonde qui permet de graver certains souvenirs de manière indélébile dans la mémoire et la psyché d’innombrables lecteurs. Ces recherches, après avoir mis en lumière l’évolution cohérente à laquelle l’œuvre salgarienne a été soumise au fil des ans, au-delà d’idées préconçues datées si ce n’est inexplicables, ont révélé par exemple la forte attraction, longtemps ignorée, dont ces romans ont fait preuve sur le public féminin de tous âges, qui s’expliquerait notamment par une identification profonde, projetée au-dessus et au-delà de la simple aventure et de tout sentimentalisme. De même, certains personnages qui se ressentent d’une inspiration autobiographique ou qui sont liés de bien des façons à l’univers de la Bohème, dont la présence a animé des créations soumises à des rythmes de production ardus à gérer, seraient eux-mêmes significatifs de ce point de vue et, lorsqu’ils réapparaissent d’un roman à l’autre, révèlent les traces d’une forte attention au détail, de polissures et d’approfondissements. Ce phénomène est sensible même dans le cas de personnages secondaires, dont la personnalité fortement marquée semble parfois leur permettre d’échapper aux intentions initiales de l’auteur, pour leur conférer l’autonomie nécessaire à leur faire occuper pour un temps les devants de la scène.

Ce numéro de Belphégor tâchera de cerner ces aspects divers et variés pour vérifier s’il est effectivement vrai que l’esprit des personnages salgariens équivaut à une page blanche. Nous essayerons d’analyser la vaste œuvre du romancier, si possible en proposant des excursions dans des lieux encore inexplorés, ou en se concentrant sur certains cas particulièrement représentatifs, pour déterminer en quoi consiste, étymologiquement, ce « souffle » qui transporte les personnages de Salgari, hommes et femmes (ces dernières, particulièrement nombreuses) dans leurs aventures héroïques et sentimentales. Peut-on parler d’une psychologie des personnages salgariens ? Jusqu’à quel point et dans quels buts ? Qu’est-ce qui la construit, qu’est-ce qui révèle sa présence ? Ou alors, quels sont les effets que son absence peut avoir sur les romans et sur les constructions des univers qui sont issus de l’imagination invraisemblablement féconde du romancier ?

 

Numéro sous la direction de Vittorio Frigerio et Felice Pozzo

Prière d’envoyer les articles d’ici le 31 mars 2017 aux adresses suivantes :

frigerio@dal.ca et felicepozzo@alice.it

 

Belphégor (https://belphegor.revues.org/?lang=fr)

 

THE SOUL OF EMILIO SALGARI

Whether he has been appreciated or criticized, adored or ignored, Emilio Salgari – the dean of Italy’s adventure novelists – has attracted attention at all levels, from aficionados to academics. The studies on varied aspects of his life and his works are now many. One point, however, has hardly been explored at all and remains open to debate and discussion: that regarding the psychology of his characters.

Salgari’s stories are recognized for their ability to transport the reader in an unceasing whirlwind of breath-taking action. Some explain this as proof of outstanding writerly skill, others as a sign of his unimaginative use of frenetic and predictable narrative schemes, others yet as revealing of the author’s passion and ability to invest himself fully in his work. No matter what position is preferred, however, his characters are generally just granted a certain aspect, undoubtedly impressive, but quite superficial and devoid of depth. A presence as opposed to an essence. An appearance that replaces being. A character but not a personality, if we consider the latter a complex and contradictory assemblage of layers of integrated experiences. In other words, Salgari’s characters would not be endowed of their own psychology. They would be simply assembled from unidimensional signs, simplistic (rather than simple) elements that make them into easily decipherable symbols, whose only task is to help the progression of the story. This criticism, however, is not specific to Salgari, but is rather often heard when talking in general terms of the serialized novels of his times, or of modern mass culture, as being essentially devoid of true literary value. Salgari would therefore not be any better, nor any worse, than his many ‘popular’ colleagues. Maybe just ‘purer’, even further detached from any hope of attaining a valid representation of psychological qualities that belong to a kind of literature to which he could not ever have aspired, nor wanted to aspire to. But this is not all. Some less canonical and less depreciatory analysis of Salgari’s opus have revealed how his characters and the situations he depicts show a knowledge of the human soul that is far from superficial. Indeed, one that at times reaches to such depths as to leave an indelible mark in the readers’ memory and their psyche. It has been shown that Salgari’s work has known a coherent evolution over time, from the early frenzied adventures he published just out of his teens. It has also ben shown that women of all ages have been consistently and widely attracted to his novels, and that this unexpected and largely ignored public felt a kinship with Salgari’s work that goes beyond the simple fascination with adventure or simplistic sentimentalism. An otherwise unsuspected depth can also be felt in some characters where autobiographical influences can be identified, in particular those close to bohemian lifestyles. When recurring from novel to novel, they betray the marks of an increasing complexity. This same complexity also appears in a number of secondary characters, whose striking personality seems to provide them with more autonomy than the author originally intended, and makes them rivals of the main heroes for the readers’ attention.

This issue of Belphégor will explore these diverse aspects to debate the validity of the notion according to which the mind of Salgari’s characters is akin to a blank page. We encourage papers that will analyze the novelist’s large opus, with possible incursions into as yet “unexplored territories”, or who focus on single cases that deserve particular attention, to attempt to determine – as the etymology of the word requires it – from which faraway seas comes the “soul” that carries Salgari’s heroes, male and female, towards their multi-faceted adventures. Is it possible to speak of a psychology of Salgari’s characters? How far and for what reasons? What is it made of, and what betrays its presence? Alternately, what are the consequences of its absence on the novels and on the architecture of the universes that have sprung from the writer’s unusually fertile mind?

 

Issue edited by Vittorio Frigerio and Felice Pozzo

Please send all articles by March 31st, 2017 at both addresses below.

frigerio@dal.ca felicepozzo@alice.it

 

Belphégor (https://belphegor.revues.org/)

 

LE ANIME DI SALGARI

 

 

Apprezzato o criticato, adorato o ignorato, Emilio Salgari, il creatore del genere avventuroso in Italia, ha smosso le attenzioni di studiosi ad ogni livello- dagli appassionati agli accademici- su moltissimi temi riferiti alla sua vita e alla sua opera.

Ma, tra i punti rimasti ai margini e perciò insoluti, resta quello riguardante la psicologia dei suoi personaggi.

Per quanto le avventure trascinino il lettore in una sarabanda inarrestabile alla quale è difficile sottrarsi (che si ritenga ciò segno di innegabile mestiere o di banale appiattimento a schemi tanto prefissi quanto frenetici o ancora risultato di passione e a volte di immedesimazione nel lavoro), si è sovente propensi a riconoscere ai suoi personaggi soltanto un certo aspetto.

Aspetto impressionante, certo, ma sviluppato tutto in estensione e per nulla in profondità. Una presenza, non un’essenza. Un apparire piuttosto che un essere. Un carattere ma non una personalità, se si vuole considerare quest’ultima come un costrutto complesso e contradditorio fatto di un graduale sovrapporsi e integrarsi di esperienze.

In altre parole, i personaggi salgariani non disporrebbero di una psicologia loro propria, ma sarebbero semplicemente costituiti da segni unidimensionali, da elementi non semplici ma semplicistici miranti a farne meri simboli atti a fare avanzare l’azione e progredire la storia.

Questa critica, se tale la si vuole considerare, accomuna d’altronde lo scrittore veronese con gli altri romanzi popolari del suo tempo e non solo. Non sarebbe una deficienza particolare dell’autore a provocare questo fenomeno, associato spesso e volentieri alla mancanza di reale valore letterario attribuita alle narrazioni d’appendice dell’epoca , o a quella di massa dei giorni nostri.

Salgari, in questo contesto, non sarebbe in fondo né migliore né peggiore di tanti altri, forse solo più “puro”, ossia perfettamente distaccato da qualsivoglia aspirazione alla rappresentazione di una profondità psicologica che appartiene a un registro letterario al quale non avrebbe mai aspirato, né al quale avrebbe potuto o dovuto pretendere.

Ricognizioni meno canoniche e classificatorie dell’opera salgariana non hanno peraltro potuto esimersi dal verificare come personaggi e situazioni non solo presuppongano una conoscenza non superficiale dell’animo umano, ma sappiano penetrare nel profondo, così da consentire una sosta pressoché indelebile nella memoria e nella psiche di moltissimi lettori.

Dopo aver constatato- superando datati e forse inspiegabili preconcetti- che anche l’opera di Salgari, che iniziò a pubblicare le prime, esagitate avventure ai limiti della maggior età di allora, abbia ottenuto nel tempo una coerente evoluzione, queste ricognizioni hanno evidenziato, ad esempio, che la grande e a lungo ignorata attrazione del pubblico femminile di ogni età per quell’opera, trova riscontro in una immedesimazione non epidermica, ma proiettata al di là e al di sopra della mera avventura o del semplice sentimentalismo.

Parimenti, certi personaggi, a volte non esenti da richiami autobiografici o legati per molti versi all’universo bohèmien, che hanno vivacizzato pagine sottoposte a ritmi di lavoro tutt’altro che agevoli, risulterebbero rilevanti da questo punto di vista e, se presenti a lungo, sottoposti a evidenti attenzioni, rifiniture, approfondimenti.

Ciò accadrebbe persino quando si tratta di figure di contorno, che sembrano sfuggire alle iniziali intenzioni dell’autore, come dotati di autonomia, per rubare la scena ai protagonisti, grazie alla loro spiccata personalità.

 

Questo numero di Belphégor intende esaminare questi aspetti per verificare, appunto, quanto sia vera l’idea che la mente dei personaggi salgariani si apparenti a una pagina bianca.

Si tratterà, insomma, di esaminare la vasta opera del romanziere, magari con incursioni in “luoghi inesplorati”, o di concentrarsi su qualche singolo caso rappresentativo, per determinare cosa sia, etimologicamente, quel “soffio” che trasporta i personaggi salgariani, maschili e femminili (insolitamente numerosi, questi ultimi) nelle loro avventure eroiche e sentimentali.

Si può parlare di psicologia dei personaggi di Salgari? Fino a che punto e per quali motivi? Cosa la

costruisce, cosa rivela la sua presenza? Oppure, quali sono gli effetti che la sua assenza può avere sui romanzi e sulla costruzione degli universi creati dalla fervida immaginazione del romanziere?

 

 

Numero sotto la direzione di Vittorio Frigerio e Felice Pozzo

Si prega di inviare gli articoli entro il 31 marzo 2017 agli indirizzi seguenti:

frigerio@dal.ca e felicepozzo@alice.it

Programme : « Détective », fabrique de crimes ?

Programme « Détective, fabrique de crimes ? »

Journées d’études organisées par Rirra 21 (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Unîmes.

29 septembre 2016 à Montpellier, salle des colloques 2, Saint-Charles

9h00 : Accueil

9h15 Ouverture des journées d’étude et introduction par Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty

L’esprit Détective. Présidence : Catherine Chauchard

10h00 Dominique Kalifa (Paris I, IUF) : « Henri La Barthe, l’inventeur de Détective »

10h45 Adeline Wrona (Celsa, Paris-Sorbonne) « Pour faire un bon journaliste : figures de l’auteur dans Détective ».

11h30 Will Straw (McGill University, Montréal) : « Quand le crime donne un visage au journal à sensation »

 

L’imaginaire criminel. Présidence : Corinne Saminadayar-Perrin

14h00 Laetitia Gonon (Université Grenoble 3) : « Détective et Police Magazine à l’heure américaine (1931) »

14h45 Mélodie Simard-Houde (Université Paris I) : « Les ailes du crime : aviateurs et techniques aéronautiques dans Détective »

15h30 Nicolas Bianchi (UPV, Université de Gand) « Les Mains du Tueur Weidmann. Détective dans la tempête médiatique d’un fait divers national ».

 

Pause

18h00 Inauguration de l’exposition et cocktail à la bibliothèque Raimon Llull

en présence de Patrick Gilli, président de l’université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Vendredi 30 septembre à l’Université de Nîmes (site Vauban)

Continuer la lecture de Programme : « Détective », fabrique de crimes ?