Parution : Cécile Boulaire, « Les Petits Livres d’or »

Cécile Boulaire : Les Petits Livres d’or. Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide, Presses Universitaires François-Rabelais

En 1949, les éditions Cocorico lancent sur le marché de l’édition pour la jeunesse une collection de petits albums colorés et bon marché qui vont enchanter les enfants du baby-boom : les « Petits Livres d’or », des importations américaines aux couleurs chatoyantes et aux histoires positives et enjouées. Mais qui se cache derrière la société Cocorico ? Quels enjeux porte le livre pour enfants dans la France de la guerre froide, et comment évolue l’édition pour la jeunesse dans ce début des Trente Glorieuses ?

Toutes les informations, sommaire et extraits de l’ouvrage sont à retrouver sur : https://intru.hypotheses.org/3860 ou directement sur : http://pufr-editions.fr/livre/petits-livres-d%E2%80%99or

 

Christine Prévost (ESPE-Lille Nord de France)

Maître de conférences en didactique du français, qualifiée en CNU 9 et  70

ESPE Lille Nord-de-France, Site d’Outreau / université d’Artois

photo prevost 2015

CV complet sur le site de Textes et Cultures, Centre Robinson, EA 4028, Université d’Artois

Thèmes de recherche :

Après une thèse sur la réception du théâtre d’Alexandre Dumas père, mes recherches se poursuivent sur les genres populaires à la scène et à l’écran, les interactions entre patrimoine littéraire et naissance de médias grand public. Il s’agit de répondre aux questions suivantes : Comment les transpositions médiatiques (cinéma, dessin animé, télévision…) ont contribué à diffuser le patrimoine littéraire, du XIXème siècle en particulier, auprès du grand public, et du public enfant et adolescent ? ; L’école s’approprie-t-elle ces transpositions ? ; En quoi ces transpositions sont-elles des formes indirectes de critique de la littérature patrimoniale, mais aussi de la littérature de jeunesse naissante ?

Mots clefs : Théâtre et Littérature de jeunesse XIXème/XXème, transpositions filmiques, filiations patrimoniales, médias XIXème/XXème, didactique de la lecture littéraire

 

Parution : « Europe », Tolkien et Lovecraft

Revue Europe, avril 2016 : « Lovecraft, Tolkien », sous la direction de Roger Bozzetto et Vincent Ferré

revue-lovecraft-tolkien-400

Lire la préface de Roger Bozzetto, « Ni un duel, ni un duo » http://www.europe-revue.net/page-accueil/page-accueil/Preface-Lovecraft-TolkienR.pdf

On pourrait trouver incongru de réunir dans une même livraison d’ Europe deux auteurs aussi différents que J.R.R. Tolkien et H.P. Lovecraft. Ils semblent se situer aux deux extrémités des territoires de l’imaginaire, et rien dans leurs œuvres ne les rattache à une source commune. Ironie du sort, en 1937, Tolkien publie son premier chef-d’œuvre, Le Hobbit , tandis que Lovecraft succombe à un cancer à l’hôpital.
Ce sont deux écrivains qui ont produit des œuvres fascinantes, deux auteurs dont le succès s’est lentement établi, puis s’est perpétué et étendu après leur mort. Ils se trouvent tous deux à l’origine de phénomènes touchant à l’imaginaire sociétal. Leurs œuvres ont créé des mondes qui ont été revivifiés par des « disciples ». Elles ont aussi donné lieu à de nombreuses œuvres parallèles, littéraires, filmiques, etc., qui s’en réclament plus ou moins ouvertement. Elles ont enfin ensemencé, chacune à leur façon, le champ de la bande dessinée et des jeux de rôle.
Lovecraft, Tolkien. Deux auteurs, deux mondes, deux explorations profondes et fort différentes de l’imaginaire, deux œuvres dont le domaine est en expansion. Continuer la lecture de Parution : « Europe », Tolkien et Lovecraft

Conférence : L’attachement aux personnages de série

LE POUVOIR DES LIENS FAIBLES (2015-2016)

Alexandre GEFEN (CNRS-Paris 4 Sorbonne) / Sandra LAUGIER (Paris 1 Sorbonne)

JEUDI DE 18H00 À 20H00

Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque Georges Ascoli, Escalier C, 2e étage, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (Entrée par le 17, rue de la Sorbonne).

Séances ouvertes à tous sans réservation

14 avril : Hugo CLEMOT : L’attachement aux personnages de séries télévisées

La thèse centrale de l’article désormais classique de M. Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage, etc.) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles. Ecartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur de nos formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de notre vie culturelle, dans l’espace de nos formes de présence à l’autre, visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir », lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les situations de longue durée, les identifications directes et les affects massifs. C’est la richesse et l’importance de ce tissu sensible, de ces échos et de ses reconnaissances puissantes autant qu’inattendues, que nous voudrions commencer à décrire.

  • 19 mai : Veena DAS : Violence of the everyday and against the everyday
  •  9 juin : Joelle ZASK : Les relations face-à-face
  •  30 juin : Alexandre GEFEN et Sandra LAUGIER : Conclusion

Journée d’etude: Objets et médias de l’enfance

L’équipe du projet CoCirPE organisera une journée d’étude le 17 mai 2016 :

Objets et médias de l’enfance : conception/circulation

 

La journée aura lieu à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord de 9h15 à 18h00.

L’entrée est libre et gratuite, sur inscription (voir ci-dessous). Nous vous y attendons nombreux.

A cette occasion, des chercheurs de l’équipe CoCirPE présenteront les premiers résultats de leurs enquêtes. La journée sera l’occasion d’échanger sur les problématiques du projet et de faire un bilan des recherches menées. La réflexion se nourrira par ailleurs des conférences de trois spécialistes internationaux des industries culturelles et des cultures juvéniles :

  • Marc Steinberg, Mel Hoppenheim School of Cinema, Concordia University (site web ; Twitter) : auteur de Anime’s Media Mix: Franchising Toys and Characters in Japan (2012), il est expert des industries médiatiques japonaises et en particulier du manga et de l’animation (anime).
  • Ning de Coninck-Smith, Danish School of Education, Aarhus University : auteure de travaux de référence sur l’histoire de l’école danoise, cette historienne et chercheuse en sciences de l’éducation s’est notamment intéressée à la construction des espaces de l’enfance. En 2015, elle a co-dirigé avec Marta Gutman l’ouvrage Designing Modern Childhoods. History, Space, and the Material Culture of Children.
  • Derek Johnson, Department of Communication Arts, Wisconsin-Madison University (Twitter) : chercheur en media et en culturalstudies, il étudie la manière dont les stratégies médiatiques des industries culturelles (mises en places de licences, cross- et transmédia) transforment leur organisation et leurs modes de production. On lui doit en 2013 Media Franchising: Creative License and Collaboration in the Culture Industries.

Le programme : programme

La brochure : brochure

Pour s’inscrire, cliquez : ici

Organisation : Sébastien François (Labex ICCA), Doriane Montmasson (CERLIS)

Pour toute question, merci d’utiliser le formulaire de contact.

Kiosque à Conférences

oreilles_lavater1

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) organise chaque mois une soirée sur des thèmes autour du Paris populaire et révolutionnaire. Vous avez envie d’écouter les conférences de Michèle Perrot sur son livre Mélancolie ouvrière, ou  les illustrations du roman populaire par Laurent Bihl  ou encore Dominique Desanti racontant L’aristocrate rebelle, Marie d’Agoult ?

Retrouvez en ligne plus 100 conférences organisées depuis 1984 par cette bibliothèque populaire.

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

 

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

Université Paris 13 et BNF

les 13, 14 et 15 avril 2016

Télécharger ici le programme

Le XIXe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Ces différents facteurs induisent une « spécialisation du roman », c’est-à-dire une division du genre romanesque en de multiples sous-genres. Roman noir, personnel, sentimental, historique, d’aventures, de mœurs, de cape et d’épée, mondain, psychologique, scientifique ne sont que quelques-unes des catégories permettant aux contemporains de fragmenter un domaine romanesque devenu immense. Cette multiplication est facilitée par la possibilité de définir un genre à partir de nombreux critères, plus ou moins pertinents. D’autres genres ont été oubliés : qui se souvient du roman ecclésiastique ou du roman militaire ? Alors que de nombreux travaux ont déjà permis de préciser les connaissances sur un genre particulier, nous souhaiterions porter un regard englobant et transversal sur cette division du roman en de multiples genres, qui nous semble constituer un enjeu majeur pour l’étude de la production littéraire au XIXe siècle.