CFP : 24h Chrono et A la Maison Blanche

Chers et chères collègues,

Dans le cadre de la publication en janvier 2015 dans la revue TV/Series de Philoséries 2011 sur 24h Chrono (24) et Philoséries 2013 sur Àla Maison Blanche (The West Wing), nous lançons un appel à articles complémentaires à renvoyer avant le 1er juillet 2014 (àallouche.sylvie@gmail.com). Vous retrouverez les appels à communication initiaux sur http://philofictions.org/ . Les articles devront être mis en forme selon les instructions de TV/Series http://www.univ-lehavre.fr/ ulh_services/Contribuer-For- contributors.html et seront évalués par le comité scientifique de la revue.

Sylvie Allouche et Sandra Laugier, coordinatrices du programme Philoséries.

Appel: Les super-héros d’aujourd’hui : que sont nos héros devenus ?

Les super-héros d’aujourd’hui : que sont nos héros devenus ?

Journée d’étude organisée par l’Institut de Lettres et Langues Européennes (ILLE) de l’Université de Haute-Alsace le vendredi 5 décembre 2014

Dans le prolongement de la journée d’étude portant sur les hackers, nouveaux types de personnages apparus dans la littérature, la culture et le cinéma contemporains, on s’interrogera sur un autre type de ces personnages qui ont émergé avec la postmodernité et se sont renforcés dans notre hypermodernité : celui de super-héros. Dans le prolongement des analyses d’Umberto Eco, De Superman au surhomme, on s’interrogera sur les nouveaux modes d’expression héroïques dans les personnages d’aujourd’hui. Quand les personnages d’antan stimulaient une « consolation héroïque » (Les Trois Mousquetaires, Monte-Christo d’Alexandre Dumas, Ulysses de James Joyce, ou même Ivanhoe de Walter Scott), nos héros contemporains sont des héros masqués, jouant de leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont surnaturels et anormaux ; ils se sont disséminés sous différentes formes qu’il sera intéressant de mettre au jour et d’analyser dans une perspective transdisciplinaire.

Que sont donc nos héros devenus ? Par quels mécanismes gratifiants réussissent-ils à transformer leur condition héroïque ? L’avenir est-il dans les héroïnes ? Dans quelle mesure également sont-ils à même de faire de grandes œuvres de celles, très différentes, qui les accueillent (romans, cinéma, mais également comics, roman-graphique, séries télévisées et autres nouvelles médiatisations culturelles) ? Ce sont ces différentes questions que l’on abordera. Outre la littérature comparée et les champs de la théorie générique et fictionnelle, cette approche nécessitera également de croiser les expériences de champs disciplinaires novateurs dans le domaine des sciences humaines et sociales (cultural studies, humanités numériques, etc.).

Les propositions de communication sont à adresser à Frédérique Toudoire-Surlapierre (frederique.toudoire@free.fr) et Sébastien Hubier (sebastien.hubier@univ-reims.fr) avant le 8 septembre 2014.

Sébastien Hubier Frédérique Toudoire-Surlapierre

Appel: Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2

« Livre : Création, Culture et Société »

 

Thématique 2014-2015 :

« Critique et prescription culturelles :

comment le livre vient au lecteur »

 

Appel à contribution

Date limite : 4 juillet 2014

 

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème annuel : « Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur ».

 

Champ de recherche :

Dans la continuité des divers colloques et journées d’étude organisées par le groupe de recherche, notamment :

–       La mise en livre du texte de théâtre : approches médiatisées, historiques, esthétiques et professionnelles, en collaboration avec Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 septembre 2012

–       Comment le livre vient au lecteur. La prescription littéraire à l’heure de l’hyperchoix et du numérique, en collaboration avec Maria Pourchet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 juin 2012

–       Bibliothèques et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ?, en collaboration avec Sylvie Dallet et Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 4 mai 2012,

 

dans celle de la publication du numéro de Communication & Langages dirigé par Sylvie Ducas et Maria Pourchet – De la prescription. Comment le livre vient au lecteur (mai 2014) et en vue du colloque du 14 novembre 2014 consacré à « Hyperchoix et prescription culturelle », organisé par Brigitte Chapelain (université Paris Nord), Anne-Réach-Ngô (université de Mulhouse) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest),

 

notre groupe de travail entend s’intéresser cette fois à la prescription et au jugement critique dans le domaine du livre et de la culture.

A l’ère du web 2.0, nous assistons à une extension du champ des objets critiqués et prescrits (livres, films mais aussi séries télévisées, jeux vidéos etc.), à une diversification des prescripteurs  (professionnels et amateurs) et au renouvellement des formes de la critique et de la prescription comme des supports de leur diffusion (presse, radio, TV, internet, réseaux sociaux etc.). Que devient dès lors l’exercice de la critique et/ou de la prescription dans le contexte contemporain ? Quel était-il avant la rupture numérique et sur quel terrain les mutations ont-elle opéré ? Quels sont aujourd’hui les objets de la critique et/ou de la prescription, ses acteurs, ses moyens, ses enjeux, ses effets (tant sur la réception, la production, que sur les métiers de la chaîne du livre – éditeurs, libraires et bibliothécaires) ?

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles, non limitée au XXIe siècle, refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, et n’excluant pas les productions commerciales grand public ni les créations les moins légitimes (best-sellers, genres populaires dits mineurs). Dans cette optique, toutes les perspectives (esthétiques, historiques, économiques, littéraires, sociologiques, issues des sciences de l’information et de la communication) seront autorisées. De même, l’ouverture sur une réflexion transnationale offrant de confronter des aires géographiques différentes sera particulièrement appréciée. Enfin, les propositions pourront poser la question du genre et s’interroger notamment sur la spécificité d’une critique et/ou d’une prescription au féminin.

 

Renseignements pratiques :

 

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences HDR à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense

Nicolas Malais,

 

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

 

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

 

Calendrier des séances :

Entre mi septembre et mi-mars

 

Forme et date limite de remise des propositions :

 

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 4 juillet 2014 à la double adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr et sylvie.ducas@wanadoo.fr

Lancement du Groupe de recherches et d'études sur les fans

Le GREF est un réseau pluridisciplinaire, fondé par Mélanie Bourdaa, qui accueille des chercheurs francophones en sociologie, SIC ou encore études cinématographiques par exemple. Ce réseau poursuit un triple objectif :

  • Dans un premier temps, nous souhaitons rendre compte de la recherche française, et internationale, sur les étude de fans en proposant une veille sur les productions scientifiques, colloques, séminaires ou recherches ayant trait à ce sujet.
  • Dans un deuxième temps, le réseau est également un lieu de rencontre et d’échanges des chercheurs français travaillant sur des problématiques liées aux études de fans. Ce réseau permettra d’identifier des collègues pour monter des projets éditoriaux ou de recherche.
  • Dans un troisième temps, le Comité Scientifique est garant de la qualité scientifique des futures productions et échanges du réseau. Les membres du Comité sont tous spécialistes des études de fans qu’ils couplent avec une autre spécialité (gender, postcolonial studies, transmedia, analyse du discours) pour témoigner de la richesse française dans le domaine.

 

Le Groupe de recherches s’est doté d’un site (http://etudesfans.wordpress.com), une newsletter devrait suivre.

 

Colloque : Guerres en séries, Amiens, 11-13 juin

Guerres en séries

Amiens, UPJV, Logis du Roy

11-13 juin 2014

 

Mercredi 11 Juin : Guerre et Histoire

 

10h15 : Accueil par Philippe Nivet

10h30 : Introduction par Marjolaine Boutet

 

Mercredi matin (10h45-12h) : Guerre et stéréotypes

Président de séance : Philippe Nivet (UPJV)

10h45 : Julie Gallego (UPPA-CRPHL), Guerre des Gaules et guerres civiles dans la série Rome (HBO, 2005-2007)

11h15 : Olivia Carpi (UPJV-CHSSC), L’art du stéréotype. La mise en scène des guerres de Religion françaises du XVIe siècle dans Le Chevalier de Pardaillan de Josée Dayan (Antenne 2, 1988)

11h45 : Justine Breton (UPJV – TRAME), Faire rire avec la guerre : l’exemple de la série télévisée Kaamelott (M6, 2005-2009)

12h15 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Mercredi après-midi 1 (14h15-16h15) : Violences physiques et sociales des guerres médiévales et industrielles

Présidente de séance : Manon Pignot (UPJV-CHSSC)

14h15 : Maureen Attali (Paris 4), Violences extrêmes et mutilations dans Game of Thrones (HBO, 2011-) : la mise en scène d’un contexte religieux

14h45 : Jean Du Verger (ENSMM de Besançon), Parade’s End (BBC-HBO, 2012), ou le miroir fragmenté d’un monde en décomposition

15h15 : Donna Andréolle (U. du Havre – GRIC), The trauma of war and of (no) return: Figures of the veteran in Boardwalk Empire (HBO, 2010-)

15h45 : discussion

 

16h15-16h45 : pause

 

Mercredi après-midi 2 (17h-18h30) : Fantasmer la Seconde Guerre mondiale

16h45 : Guillaume Piketty (U. d’Oxford – Centre d’Histoire de Sciences Po), La Seconde Guerre mondiale dans Band of Brothers (HBO, 2001) et The Pacific (HBO, 2010)

17h15 : Zoé Grumberg et Clément Collard (Sciences Po), Le « maquis d’Antoine » dans Un Village français (France 3, 2009-) : théâtre de la résistance ?

17h45 : discussion

 

18h30 – 20h : Rencontre avec Frédéric Krivine, créateur et scénariste d’Un Village français, et Richard Sammel qui interprète Heinrich Müller dans la série.

20h30 : Dîner

Jeudi 12 juin : Les conflits récents

 

Jeudi matin 1 (9h-10h30) : Séries et guerre froide

Présidente : Barbara Villez (Paris 8)

9h30 : Claire Cornillon (Paris 13 – CERC de Paris 3), La représentation des guerres et de l’histoire américaine de la seconde moitié du XXe siècle dans Code Quantum (NBC, 1989-1993)

10h : Julie Richard et Georges Caron (lycée Alfred-Kastler, Cergy-Pontoise), Représenter la guerre froide : un conflit insaisissable ?

10h30 : discussion

 

Pause (11h-11h30)

 

Jeudi matin 2 (11h30-13h) : Guerres et mémoire

11h30 : Maggy Hary (Paris 7), Terrorisme ou guerre de libération ?
 Lecture critique du conflit israélo-palestinien dans The Promise de Peter Kosminsky (Channel 4, 2011)

12h : Florent Favard (U. de Bordeaux 3), War without end : le devoir de mémoire dans Babylon 5 (PTEN puis TNT, 1994-1998)

12h30 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Jeudi après-midi 1 (14h-16h) : La guerre contre la Terreur à l’écran

Présidente : Ariane Hudelet (Paris 7)

14h : Vanessa Loubet-Poëtte (UPPA – CRPHL), Conflit et stratégie(s) de l’évitement : La représentation du 11 septembre et de ses conséquences dans deux séries d’Aaron Sorkin, The West Wing (NBC, 1999-2006) et The Newsroom (HBO, 2012-)

14h30 : Pauline Blistène et Olivier Chopin (EHESS – CESPRA), De 24h chrono (Fox, 2001-2010) à Homeland (Showtime, 2011-) : la menace, l’ennemi et la Guerre à la Terreur

15h : Alexis Pichard (U. du Havre – GRIC), « Mens insana in corpore insano » : Figurations du mal de guerre américain dans Homeland (Showtime, 2011-) 

15h30 : discussion

 

Pause 16h-16h30

 

Jeudi après-midi 1 (16h30-18h30) : Focus sur Generation Kill de David Simon

16h30 : Sébastien Lefait (U. de Corse), « Tu n’as rien vu en Irak. » Logistique de l’aperception dans Generation Kill (HBO, 2008).

17h : Monica Michlin (Paris 4), Between Sensory Overload and Disillusionment? Representations of the Invasion of Iraq in Generation Kill (HBO, 2008)

17h30 : Thibaut de Saint-Maurice (lycée Gustave Eiffel, Rueil-Malmaison), Generation Kill (HBO, 2008) : le spectacle d’une guerre injuste

18h : discussion

 

 

20h : Dîner

 

Vendredi 13 juin : La guerre, autrement

 

Vendredi matin 1 (9h30-11h) : La guerre dans les séries espagnoles

Présidente : Sylvaine Bataille (U. de Rouen – ERIAC)

9h30 : Jean-Marc Lafon (U. de Montpellier 3 – CRISES), Hommage artistique ou tentative pionnière de révision historique ? La guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814) au prisme de la série Los Desastres de la guerra (1983)

10h : Jennifer Houdiard (U. de Nantes), Entre traumatisme originel et choc fondateur : la Guerre Civile espagnole dans la série catalane Temps de silenci (TV3, 2001-2002)

10h30 : discussion

 

Pause 11h-11h30

 

Vendredi matin 2 (11h30-13h) : Les traces de la guerre

11h30 : William Gleeson (U. du Maine), “Dark Lines on the Landscape”: Televised Uses of Post-Civil War Railroads

12h : Sarah Hatchuel (U. du Havre – GRIC), « Guilt is not an issue for a pilot in a time of war, we’re not trained to think that way » : Les maux de la guerre à travers les mots d’Alex dans la série In Treatment (HBO, 2008-2010)

12h30 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Vendredi après-midi (14h30-16h30) : Rire de la guerre

Présidente Donna Andréolle (U. du Havre – GRIC)

14h30 : Dennis Tredy (Paris 3), « War… What Is It Good For?’ Laughs and Ratings“: The Development of the Wartime Sitcom in the 1960’s and 1970’s

15h : Shannon Wells-Lassagne (U. de Bretagne-Sud), War games in Community (NBC, 2009-)

15h30 : discussion

 

16h : Conclusion et perspectives par Monica Michlin (U. de Paris 4)

 

Visite des hortillonnages pour ceux qui veulent prolonger leur séjour

Lancement du site socius, ressources sur le littéraire et le social

Ouverture du site

socius : ressources sur le littéraire et le social

http://ressources-socius.info.

 

Ce site a l’ambition de devenir un important ensemble d’outils pour toutes celles et tous ceux, enseignants-chercheurs et étudiants, qui s’intéressent aux relations entre le littéraire et le social.

 

Vous y trouverez dès à présent :

  •          Un lexique de concepts, établi par une équipe internationale de chercheurs : d’ « Adhésion » à « Transfert » en passant par « Habitus », « Milieu » et « Postmoderne », vous trouverez là un répertoire précieux (et appelé à se développer d’année en année) des concepts les plus importants des études sociales sur la littérature, étudiés par les meilleurs spécialistes.
  •          Un grand nombre de bibliographies, soit des bibliographies rééditées (depuis celle de Hugh Daziel Duncan en 1953 jusqu’à celle de Marc Angenot et Janusz Przychodzen en 2002) et des bibliographies inédites comme celles des revues COnTEXTES, Actes de la recherche en sciences sociales et Opus – Sociologie de l’art ainsi que, parmi d’autres, celles des collections « Discours social » et « Logiques sociales ».
  •          Des rééditions de livres et d’articles (avec pour premiers auteurs réédités Pierre Macherey, Jacques Dubois ou encore Gustave Lanson) qui ont marqué l’histoire de la critique.
  •          Des liens vers des revues, des centres de recherche et vers la liste de diffusion socius, à la base de ce projet.

 

Toutes ces ressources continueront à croître alors revenez souvent visiter le site (ou même abonnez-vous au fil Twitter @listesocius ou au fil RSS).

Publication : TV/Series n°5, Religions en séries

series-tv

Cher-e-s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 5 de la revue TV/Series (http://tvseries.univ-lehavre.fr), numéro intitulé « Religions en séries » dirigé par Anne Crémieux et Donna Spalding-Andréolle.

Accès direct au numéro: https://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/Numero-5-Issue-5-mai-2014.html

Vous trouverez le sommaire ci-dessous. Très bonne lecture!

Bien cordialement,

Sarah Hatchuel, pour le comité de rédaction de TV/Series

 

SOMMAIRE

 

Préface (Anne Crémieux et Donna Spalding Andréolle)

Shannon Wells-Lassagne. « Religious Aesthetics in Game of Thrones »

Maureen Attali. « Fondamentalisme religieux et féminité démoniaque : réflexions autour du personnage de Lilith dansTrue Blood »

Sarah Hatchuel. « Lire l’avenir, changer le passé : Rêves et foi en la fiction dans la série Lost »

Emmanuelle Delanoë-Brun. « Esprit de corps, matière d’âme : les cadavres exquis du petit écran (The Walking Dead,BonesCSIDexterThe Closer, et quelques autres) »

Julie Richard et Georges Caron. « La religion et les grandes questions de société : l’exemple de la représentation de la peine de mort dans les séries américaines »

Elizabeth Levy. « “You Killed Our Baby !” : Cristina Yang and the Breaking of the Abortion Taboo in Grey’s Anatomy »

Nolwenn Mingant. « Peut-on être Américain et musulman ? La preuve par l’image dans All-American Muslim »

Notices biographiques des auteurs

Publication : Democratising the Museum, reflections on Participatory Technologies, Runnel, Pille / Pruulmann-Vengerfeldt, Pille (eds.)

Democratising the Museum. Reflections on Participatory Technologies, Runnel, Pille / Pruulmann-Vengerfeldt, Pille (eds.)

Democratising the Museum

Reflections on Participatory Technologies
Runnel, Pille / Pruulmann-Vengerfeldt, Pille (eds.)
Year of Publication: 2014
Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien,
2014. 240 pp., 17 b/w fig., 10 tables, 7 graphs
ISBN 978-3-631-64916-9 pb. (Softcover)
ISBN 978-3-653-03972-6 (eBook)

http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=78860&cid=448&concordeid=264916


Book synopsis

Democratising the museum is a collection of articles reflecting upon the
problem of how participation, technologically mediated or not, can
support the museum in the process of becoming more accessible. The open
museum shares power with its visitors while negotiating professionalism
and the role of the museum in a modern society. The book looks at the
roles and struggles of audiences/visitors and professionals and the role
of digital technologies in supporting the participatory museum. While
different chapters draw on a variety of empirical examples, the main
analytical backbone of the book comes from an extended participatory
action research study conducted at the Estonian National Museum. This
book aims at both academics and professionals working in the museum field.

Contents

Contents: Pille Pruulmann-Vengerfeldt/Pille Runnel: The Challenge of
Democratising the Museum – Pille Runnel/Taavi Tatsi/Pille
Pruulmann-Vengerfeldt: Who Authors the Nation? The Debate Surrounding
the Building of the New Estonian National Museum – Pille
Pruulmann-Vengerfeldt/Pille Runnel: When the Museum Becomes the Message
for Participating Audiences – Pille Pruulmann-Vengerfeldt/Pille
Runnel/Agnes Aljas: A Multi-Method and Multi-Site Interventionist
Approach to Studying Audience Participation in Museums – Krista
Lepik/Pille Pruulmann-Vengerfeldt: Handicraft Hobbyists in an
Ethnographic Museum – Negotiating Expertise and Participation – Linda
Lotina: Analysis of Participatory Activities in the Museums in Latvia –
Nico Carpentier: Facing the Death of the Author. Cultural Professional’s
Identity Work and the Fantasies of Control – Taavi Tatsi: Identity
Struggles of Museum Professionals: Autonomous Expertise and Audience
Participation in Exhibition Production – Taavi Tatsi/Agnes Aljas:
Democratising Collections through Audience Participation: Opportunities
and Obstacles – Pille Pruulmann-Vengerfeldt/Agnes Aljas: Digital
Cultural Heritage – Challenging Museums, Archives and Users – Nico
Carpentier: Happily Lost in Virtual Space? – Pille
Pruulmann-Vengerfeldt/Pille Runnel: Increasing the Usability of the
Museum: Four Studies – Pille Runnel/Krista Lepik/Pille
Pruulmann-Vengerfeldt: Visitors, Users, Audiences: Conceptualising
People in the Museum.

About the editors

Pille Runnel, ethnologist and PhD in Media and Communication, is a
research director at the Estonian National Museum.
Pille Pruulmann-Vengerfeldt is an associate professor at the University
of Tartu Institute of Journalism, Communication and Information Studies
and research associate at the Estonian National Museum.

Publication : Bande Dessinée et lien social, Eric Dacheux (dir.)

Dacheux Eric, Bande Dessinée et lien social, CNRS Editions, 2014, coll. Les essentiels d’Hermès

La bande dessinée est une représentation du monde qui donne à voir notre monde de représentation. C’est un art reconnu par le public et les mondes de la culture. C’est aussi un plaisir né du jeu entre la vision de l’auteur et celle du lecteur. C’est, enfin, un média méconnu : un dispositif sensible créateur de sens et de lien social. Dans cette optique, les textes réunis dans cet Essentiel montrent comment la BD rend compte des interactions politiques et économiques quotidiennes et la façon dont elle prend place dans nos imaginaires. Une invitation à plonger avec délice dans la chair du monde, au rythme des illustrations de Stéphane Heuet.

CFP : The Craft Economy, edited volume

The Craft Economy edited volume

Call for papers — abstract proposals due 31 July 2014

 

The Craft Economy: Making, Materiality and Meaning

edited by Susan Luckman (University of South Australia) & Nicola Thomas (University of Exeter)

 

A making renaissance is underway with handmade practice and goods in global demand. Thus the central aim of The Craft Economy collection is to bring together a comprehensive account of the current moment of growth in the contemporary handmade marketplace. We wish to examine the reasons why we are now seeing such significant growth, and identify the key drivers – both in terms of production and consumption. Importantly, we seek to locate this discussion within the larger picture of its implications for our understandings of the contemporary cultural economy. For example, what it may reveal about perceptions of authenticity and practices of ethical consumption, as well as shifting labour and production models (creative micro-enterprise; the home-based digital cultural economy; the attraction of entrepreneurial self-employment; and the gendering of craft work).

In the digital age, almost seventy years since the Frankfurt School first railed against the culture industry’s commodification and standardisation of all art, the bespoke ‘analogue’ physical item becomes Othered, different, desirable. Handmade objects are imbrued with touch, and therefore offer a sense of the ‘authentic’ in an ‘inauthentic’ world: they offer connection to the maker through the skill and learning apparent in their construction, and they demonstrate the time spent on their making in a way in most other objects cannot. Handmade cultural goods thus need to be located within wider debates regarding ethical consumption, makings, and ‘retro’ interest in unique physical artefacts.

 

In dialogue with this, the integration of digitally enabling technology with more traditional practices of making is a key trend transforming social and material relations between makers and consumers. Alongside more traditional retail options such as direct and commission sales, online distribution is changing the environment for operating a creative micro-enterprise, offering both creative graduates and more established designer-makers micro-entrepreneurial pathways not previously open to them. Alternative making spaces (for example Makerspaces and FabLabs) are transforming access to making, and the integration of digital technologies into the making process.

 

Therefore we welcome proposals for papers that address any aspect of the contemporary craft economy, especially (but certainly not limited to) the following:

  • Craft as a 21st century creative industry;
  • Craft work as a model for wider cultural work practice;
  • Spatialities of craft: relations of making, places of making;
  • The politics of home-based production and studio/workshop production models;
  • New places of making: practices within Fablabs and Makerspaces;
  • Craft apprenticeships, bench training, learning and skills development;
  • Craft education and the contemporary curriculum;
  • Social inclusion/exclusion, micro-entrepreneurialism and the contemporary craft economy;
  • Vibrant materiality and craft objects and practice;
  • Materiality, authenticity and the handmade;
  • Craft making, flow and ‘being in the zone’;
  • The ongoing resonance of binaries such as: professional/amateur; art/craft; producer/consumer; technology/hand;
  • Making and intersections with policy: regeneration through return to making;
  • Collectivisation, support organisations, guilds and cooperative practices;
  • Online identity work, self-marketing and art/craft production;
  • ‘Technology’ versus ‘ handmade’ – scale, growth and the place of tools in the making process;
  • Digital making and new models of making;
  • Lab cultures,  community / social enterprise models;
  • Craft, tourism and place-making;
  • Craft co-creation and lessons for contemporary making from the history of patronage and commissioned work;
  • Craft and ethical production/consumption;
  • Craft as means of economising.

 

Proposals: Please send proposals to both editors by 31 July 2014. Proposal should include: title, abstract of up to 500 words, institutional affiliation, and short biographical details for author.

 

Provisional acceptance will be advised by 30 September 2014.

 

About the editors:

 

Susan Luckman (Susan.Luckman@unisa.edu.au) is Associate Professor in Cultural Studies at the University of South Australia. Her books include the forthcoming title Craft and the Creative Economy (Palgrave Macmillan 2015), Locating Cultural Work: The Politics and Poetics of Rural, Regional and Remote Creativity (Palgrave Macmillan 2012), and Sonic Synergies: Music, Identity, Technology and Community (Ashgate 2008, co-edited with Gerry Bloustien and Margaret Peters).

 

Nicola Thomas (Nicola.J.Thomas@exeter.ac.uk) is Senior Lecturer in Cultural Geography at the University of Exeter. She works on the cultures of the creative economy, specifically addressing the geographies of the craft sector. Her recent AHRC funded research includes an analysis of the enduring place of regional craft guilds, communities of making, and relations between craft policy and practice. Her research has been undertaken in partnership with Devon Guild of Craftsmen, Gloucestershire Guild of Craftsmen, Crafts Council, Craftspace, Heritage Crafts Association and Leach Pottery. Published work includes ‘Crafting the Region: Creative Industries and Practices of Regional Space’ (Regional Studies, 2012, with Harriet Hawkins and David C. Harvey).