Colloque: Une journée autour de M. Angenot : témoignages, relectures, questionnements (Vendredi 9 mai 2014)

marcangenot

Une journée autour de M. Angenot : témoignages, relectures, questionnements

Vendredi 9 mai 2014, Montréal, Université McGill

À l’occasion de la réédition sur Médias 19 de l’ouvrage 1889, un état du discours social , Guillaume Pinson (Université Laval) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) convient le public à une journée autour de Marc Angenot. À cette occasion, plusieurs chercheurs et anciens étudiants d’Angenot prendront la parole, afin de proposer des témoignagnes, des analyses et des parcours de recherche à partir des travaux du professeur de l’Université McGill.

Montréal, Université McGill, Salle Ferrier 456, accueil à 8h30

Matin : Le retour des thésards

9h00 François-Emmanuël Boucher (Collège militaire royal, Kingston) – L’absence d’un chef ou la sociocritique made in Québec

9h15 Pascal Brissette (Université McGill) – Quelques leçons pour étudiants en lettres

9h30 Paul Choinière (Chercheur indépendant) – Le concierge du Grand hôtel Historia

9h45 Michel Lacroix (UQAM) – Les frontières du discours social

Pause

10h30 Marie-Hélène Larochelle (York University) – Rencontre avec l’anarchisme

10h45 Guillaume Pinson (Université Laval) – Lire la presse, toute la presse

11h00 Anne Trépanier (Carleton University) – Imagination d’un Canada avant la Confédération

11h30 – 13h00 Pause – Buffet servi sur place

 

Après-midi : les champs disciplinaires en question

13h00 Régine Robin (UQAM) – Hommage au soldat méconnu du discours social

13h20 Michel Biron (Université McGill) – Un théoricien écrivain

13h40 Dominique Kalifa (Paris 1) – Du discours à l’imaginaire social

Pause

14h20 Paul Aron (ULB) – La poésie des potards (sans savon ni Congo)

14h40 Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) – La littérature en ses dehors

15h00 Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) – À propos de L’Histoire des idées (2014)

Pause

15h40 Marie-Ève Thérenty (Montpellier 3) – La presse et le « romanesque généralisé »

16h00 Alain Vaillant (Paris Ouest) – De la théorie du discours social à la poétique historique des pratiques littéraires

16h20 Matthieu Letourneux (Paris Ouest) – Le projet 1929, un état du discours médiatique

16h40 Pascal Ory (Paris 1) – Le Monument Angenot, un modèle d’histoire culturelle

17h00 Marc Angenot – Mot de conclusion

17h30 – Lancement de la version numérique de 1889 – Cocktail offert par le Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill

 

Les organisateurs de la journée Autour de Marc Angenot tiennent à remercier tout particulièrement Catherine Blaquière et Nadia Bendjebbar, qui ont travaillé à l’édition numérique de 1889, un état du discours social. Merci également à Pascal Brissette pour son accueil à l’Université McGill, et au Département de langue et littérature françaises pour sa générosité.

Parution: Luciano Curreri Misure del ritorno. Scrittori, critici e altri revenants

curreri

Luciano Curreri

Misure del ritorno. Scrittori, critici e altri revenants

Milano, Greco&Greco, «I quaderni di Nuova Prosa», 2014, 200 p.

ISBN 978-88-7980-638-1

On y parle de la représentation romanesque – dans l’Italie au tournant du siècle (1980-2013) – des écrivains, philosophes, théologiens, critiques littéraires, traducteurs, agents éditoriaux et journalistes militants tels que Campanella, Salgari, d’Annunzio, Benjamin, G. Debenedetti, Bazlen, Bonhoeffer, Pasolini… On y parle de ce peuple italien dont personne n’est jamais content, à commencer, bien sûr, par les intellectuels, comme le suggérait déjà Gramsci. On y parle des « maîtres à penser » et on se souvient de Pinocchio: « Si on les laissait faire, ils se prendraient tous pour nos pères ou nos maîtres ». Mais on parle également d’une littérature italienne contemporaine connue et méconnue, à mi-chemin entre fiction et essai : Affinati, Arpaia, Barbero, Belpoliti, A. Debenedetti, Defilippi, Del Giudice, Eco, E. Ferrero, Guarnieri, Maffia, Magris, Mari, Masali, W. Pedullà, Stajano, Tabucchi, E. Trevi. On parle aussi de cette résistance à la mort que sont notre vie, notre écriture, notre témoignage. On parle enfin de ces particuliers revenants qui seront nos « papà » tout au cours de notre vie. C’est un livre avec des coquilles mais que son auteur considère nécessaire.

Luciano Curreri (Turin, 1966) est professeur ordinaire de Langue et littérature italienne à l’Université de Liège où il enseigne la civilisation, la littérature moderne et contemporaine, l’histoire de la critique et de la langue.

Parution: Lauric Guillaud, Des mines du roi Salomon à la quête du Graal

haggard couv

Lauric Guillaud

Des mines du roi Salomon à la quête du Graal

Michel Houdiard Editeur. 2014

 

 

Aux sources de la fantasy

Durant l’ère victorienne, tout un monde mystérieux s’ouvre à la colonisation, tandis qu’apparaissent les romans de monde perdu, héritiers des voyages extraordinaires des siècles précédents. Etonnamment, on revient aux valeurs du Moyen Âge et en particulier à l’esprit chevaleresque arthurien qui représente au XIXe siècle un nouvel idéal. L’Afrique offre ses obscures « terres de rêve » à une nouvelle épopée chrétienne. Le colon britannique n’est que la réincarnation moderne du chevalier Galahad en quête de nouveaux Graals.

Les mondes perdus de H. Rider Haggard réactivent l’imaginaire médiéval, créant une « nouvelle » mythologie, celle d’une Afrique nourrie de fantasmes millénaires. Tel un chroniqueur des derniers siècles du Moyen Âge, Haggard décrit moultes « races » monstrueuses ou fabuleuses. Au cœur des ténèbres africaines, on redécouvre des mondes enfouis : peuples terrifiants, ruines énigmatiques, faune inconnue. Sur cette Afrique véritablement « fantôme » se projettent les mythes et les croyances d’antan, exhumant les dieux païens et la liberté noire des désirs inassouvis. Ce glissement de l’Afrique « réelle » à une Afrique mythique est évident chez Haggard, mais aussi chez E. R. Burroughs (Tarzan) et R.E. Howard (Solomon Kane).

Au moment où la fantasy triomphe aujourd’hui universellement dans l’édition ou le cinéma, il était nécessaire de mettre en lumière l’influence médiévale sur le roman d’aventures britannique au 19e siècle, en particulier dans l’œuvre passionnante de Rider Haggard –une influence qui n’est pas prête apparemment de s’éteindre.

 

Spécialiste des littératures de l’imaginaire, Lauric Guillaud est professeur émérite de littérature et de civilisation américaines à l’Université d’Angers.

Parution: Eftychia Amiltou, L'écrivain et le camelot; Littérature médiatique en Grèce (1880-1945)

amiltou

Parution

L’ÉCRIVAIN ET LE CAMELOT

Littérature médiatique en Grèce (1880-1945)

AMILTOU EFTYCHIA

Longtemps considérés comme des domaines distincts et séparés, voire concurrents, la presse et la littérature font pourtant partie d’un continuum discursif et culturel, dans lequel circulent et se recyclent des oeuvres, des genres, des poétiques, des individus et des réseaux divers. L’« ère médiatique », dans laquelle entrent les pays européens à partir du XIXe siècle, entraîne une modification profonde du statut de la littérature et de ceux qui la produisent : écrivains, hommes de lettres, publicistes, journalistes, sont pris dans un processus d’interférences entre la sphère médiatique et la sphère littéraire.

Partant d’un auteur (Grigorios Xenopoulos, 1867-1951) et d’un corpus de base grecs, cette étude se propose d’aller plus loin dans la problématique et d’explorer l’évolution que l’avènement du journalisme moderne apporte au niveau du canon, de la vie littéraire, des figures auctoriales et du rôle de l’écrivain en régime médiatique. Dans cette perspective, l’exemple de la Grèce, d’envergure et de géographie relativement restreintes, peut rendre plus évidentes les étapes de transition. D’autre part, la nouvelle matérialité de l’écrit – supports journalistiques, romansfeuilletons, fascicules, éditions populaires –, exige une étude synthétique de ce vaste ensemble de la culture médiatique et des nouveaux mécanismes de communication. Chroniques, critiques littéraires, ouvrages de vulgarisation, «mauvais genres » de la littérature de large diffusion, romans et autres types de textes qui s’épanouissent dans la presse, sont ici mis en relation et en interaction, pour exposer les enjeux de ce changement de paradigme littéraire.
Eftychia Amilitou, docteure en littérature générale et comparée de
l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, a enseigné aux universités Nice-Sophia Antipolis, Lille 3 et Strasbourg. Ses intérêts de recherche portent sur la sociocritique, la littérature et l’interdiscours dans l’espace médiatique, l’histoire littéraire et culturelle du XIXe et du XXe siècle.

  • Collection BIBLIOT.DE LITTERATURE GENERALE ET COMPAREE
  • Format 15,5 X 23,5 CM
  • No dans la collection 0122
  • Nombre de volume 1
  • Nombre de pages 552
  • Type de reliure BROCHÉ COUSU
  • ISBN 9782745326478
  • Date de publication 27/06/2014
  • Lieu d’édition PARIS

Lost in Philosophy, 26 avril

lost

 

Séminaire Philoséries « Lost in Philosophy » (printemps 2014)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UFR de Philosophie
EA PhiCo Philosophies contemporaines – EXeCO Expérience et Connaissance

Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s collègues,

Le samedi 26 avril 2014 (EXCEPTIONNELLEMENT DE 10H À 12H) aura lieu la 3e séance du séminaire « Lost in Philosophy », en présence de Randy Laist (Goodwin College, East Hartford, CT). Vous trouverez ci-dessous  la présentation et le programme complet du séminaire.

Le programme de la séance du 26 avril avec Randy Laist est le suivant:
Ultimate Lost and Philosophy: Think Together, Die Alone (2010) de Sharon Kaye et William Irwin (dir.)
Looking for Lost: Critical Essays on the Enigmatic Series (2011) de Randy Laist (dir.)

Au plaisir de vous y rencontrer,

Les organisatrices : Sylvie Allouche, Sandra Laugier et Sarah Hatchuel.

—————–
Séminaire Philoséries « Lost in Philosophy » (printemps 2014)

Présentation

En complément du colloque annuel « Philosopher avec les séries télévisées » aura lieu à partir du 1er mars 2014 un séminaire Philoséries mensuel, centré sur les travaux d’analyse qui se multiplient sur les séries, en anglais et en français. Le séminaire propose un espace de discussion d’ouvrages ou d’articles sur les séries télévisées présentant un intérêt philosophique, à raison d’un à deux livres par séance ou plusieurs articles. Les textes choisis sont annoncés suffisamment à l’avance de façon à ce que les participants aient le temps de lire les textes et de préparer des points de discussion. Les auteurs seront régulièrement invités afin de discuter directement avec eux de leurs travaux.

Une partie des séances portera sur des textes traitant de la série choisie pour le colloque Philoséries, mais nous discuterons aussi d’ouvrages généralistes ainsi que de monographies s’intéressant à des séries déjà abordées en colloque. Certaines séances seront centrées sur l’analyse d’épisodes clés ou de larges extraits de la série en cours. Pour les séances du printemps 2014, nous nous concentrerons essentiellement sur des ouvrages qui analysent la série Lost qui est l’objet du colloque Philoséries  2014 :  « Lost in Philosophy ».

Programme

Sauf indication contraire ci-dessous, le séminaire a lieu le samedi de 14h30 à 16h30, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de philosophie, 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 1er étage, salle Lalande

Samedi 1er mars
Présentation et objectifs du séminaire : Sylvie Allouche et Sandra Laugier
Atelier « Travailler sur Lost avec Lostpedia »
Lost Online Studies (vol. 1.1, 1.2, 1.3, 2.1) (2006-2008) http://www.loststudies.com/

Samedi 29 mars avec Pacôme Thiellement (EXCEPTIONNELLEMENT salle 306/F608 entrée rue Gay-Lussac)
Lost and Philosophy: The Island Has Its Reasons (2007) de Sharon Kaye (dir.)
Les mêmes yeux que Lost (2011) de Pacôme Thiellement

Samedi 26 avril avec Randy Laist (EXCEPTIONNELLEMENT 10h-12h)
Ultimate Lost and Philosophy: Think Together, Die Alone (2010) de Sharon Kaye et William Irwin (dir.)
Looking for Lost: Critical Essays on the Enigmatic Series (2011) de Randy Laist (dir.)

Samedi 17 mai avec Thibaut de Saint Maurice
Philosophie en séries, vol. 1 (2009) et vol. 2 (2010) de Thibaut de Saint Maurice
Thibaut de Saint Maurice, « Enseigner la philosophie avec Lost »

Samedi 7 juin  avec Sarah Hatchuel
Reading Lost: Perspectives on a Hit Television Show (2009) de Roberta Pearson (dir.)
Lost : Fiction vitale (2013) de Sarah Hatchuel

Vendredi 4 et samedi 5 juillet
Colloque Philoséries n°6 : Lost

Organisation: Sandra Laugier (U. Paris 1, PhiCo), Sylvie Allouche (UT de Troyes, PhiCo), Sarah Hatchuel (U. du Havre)

Sites web
http://philofictions.org & http://philoseriestv.wordpress.com
Liste de diffusionhttp://fr.groups.yahoo.com/group/philoseries
Contactallouche.sylvie@gmail.com

Colloque: Sherlock Holmes: un nouveau limier pour le XXIe siècle

sherlock

SHERLOCK HOLMES

UN NOUVEAU LIMIER POUR LE XXIe SIÈCLE

DU LUNDI 25 AOÛT (19 H) AU LUNDI 1er SEPTEMBRE (14 H) 2014

(Colloque de 7 jours)

DIRECTION : Hélène MACHINAL, Gilles MENEGALDO, Jean-Pierre NAUGRETTE

ARGUMENT :

Sherlock Holmes comme archétype du détective moderne est devenu une référence obligée, et son succès populaire ne s’est pas démenti depuis 1887 jusqu’à nos jours où pièces de théâtre, films, séries télévisées, bandes dessinées, romans contribuent à transformer, comme autant de réécritures, le personnage de fiction en l’une des grandes figures mythiques de notre horizon contemporain.

Si Sherlock Holmes pose des questions essentielles à nos modes de pensée et de cognition, aussi bien dans le champ de la science, de la médecine, que de la philosophie, c’est sans doute parce que notre époque, plus victorienne qu’il n’y paraît, ne cesse de questionner les enjeux complexes d’une epistemè des années 1870-1900 dont Doyle, lui-même médecin, se faisait l’écho.

Enquêter sur la jeunesse et la genèse du personnage permet de mieux saisir les enjeux de sa présence décapante comme jeune détective dans notre monde contemporain où règnent ordinateurs et téléphones portables, où détection et communication se répondent, comme l’illustre la série BBC: Sherlock: un nouveau limier pour le XXIe siècle.

COMMUNICATIONS (suivies de débat) :

* Marc CERISUELO: La Vie privée de Sherlock Holmes (Billy Wilder)
* Alain CHAREYRE-MÉJAN: En quel sens Sherlock Holmes est notre ami?
* Christian CHELEBOURG: Dans la famille Holmes, la sœur: The Enola Holmes Mysteries de Nancy Springer
* Maria COSTANTINI: Sherlock Holmes’s precursors: eccentrics, amateur sleuths and Oriental mysteries in Wilkie Collins
* Olivier COTTE: La figure de Watson dans les adaptations audio-visuelles
* Gilles DECLERCQ: Equivoques du récit holmésien: éthique, logique et sophistique
* Richard DURY: Les fonctions du dialogue chez Doyle
* Antoine FAIVRE: Sherlock Holmes à l’écran muet (de 1900 à 1931)
* Camille FORT: La représentation de Londres dans les nouvelles et la série Sherlock (BBC)
* Elsa GRASSO: Le vrai, la trace et l’empreinte. Les modèles épistémologiques de Conan Doyle
* Julien GUIEU: Sherlock Holmes contre Don Juan, ou The Case of the Broken Flowers
* Lauric GUILLAUD: Démarquages, pastiches, avatars et réinventions de Sherlock Holmes: des enquêtes de Solar Pons (1928-1971, August Derleth) aux réécritures d’Anthony Horowitz (The House of Silk, 2011) et de Graham Moore (Sherlockiana, 2011)
* Arnaud HUFTIER: Epigone et déterritorialisation: Le Sherlock Holmes américain (Harry Dickson) de Jean Ray ou comment importer les sectes
* Nathalie JAËCK: Several shades of « Gray » in the Sherlock Holmes Stories
* Claire LARSONNEUR: « Brainy is the new sexy » ou la couture du sens chez Moffat
* Natacha LEVET: Jeremy Brett: un nouveau Sherlock? La série de Granada Television entre rupture et continuité
* Hélène MACHINAL: La série Sherlock (BBC), de Babbage à Wiener
* Alberto MANGUEL: Jorge Luis Borges, auteur de « Sherlock Holmes »
* Laura MARCUS: Enacting Holmes: Performance and Impersonation in Fiction and Film
* Xavier MAUMÉJEAN: Sherlock Holmes: les vies parallèles
* Gilles MENEGALDO: Sherlock Holmes et Jack the Ripper: l’entrecroisement de deux mythes
* Dominique MEYER-BOLZINGER: Sherlock Holmes et l’imaginaire de l’autopsie
* Jean-Paul MEYER: Diffraction de l’image narrative: Sherlock Holmes dans le vitrail
* Jean-Pierre NAUGRETTE: Sherlock Holmes et le grain du papier
* Maryse PETIT: Genre Holmes
* Frédéric REGARD: L’évidence même: lecture ophtalmologique de Arthur and George de Julian Barnes
* Caroline RENOUARD: Sherlock Holmes sur les planches, d’un siècle à un autre

 

 

 

Adresse : CCIC, Le Château 50210 Cerisy-La-Salle

Appel: Jules Verne, la science. Jusqu’où explorer ?

verne

5èmes Rencontres Jules Verne 2014

Colloque international

 

Jules Verne, la science. Jusqu’où explorer ?

 

26-27 Novembre 2014  à  l’Ecole Centrale de Nantes

 

Organisées par l’Ecole Centrale de Nantes et l’Université de Nantes,

 

Les Rencontres Jules Verne

Les Rencontres Jules Verne, créées en 2005, et organisées tous les deux ans, par l’École Centrale de Nantes et l’Université de Nantes, sont l’occasion, de poursuivre une exploration des relations entre la science, la culture et la société.

Après « Jules Verne, les machines et la science » en 2005,  « Jules Verne, le partage du savoir » en 2008,  «  Jules Verne, science, technique et société : de quoi sommes-nous responsables ? » en 2010, et « Jules Verne, crise et utopies » en 2012 les Rencontres Jules Verne poursuivent le questionnement de la science, en s’arrêtant en 2014 sur le thème suivant :

 

« Jules Verne, la science : jusqu’où explorer ? »

Ouvertes à un large public, ces rencontres s’adressent aux professionnels (chercheurs, enseignants, acteurs de la culture scientifique, industriels…) comme aux citoyens.  Les Rencontres Jules Verne »  réuniront des chercheurs des disciplines scientifiques ou des sciences humaines, mais également des ingénieurs, architectes, journalistes, artistes … Ce sera l’occasion de croiser et de confronter des approches différentes : histoire des idées, histoire littéraire, analyses philosophiques et anthropologiques de l’imaginaire social. Sans oublier les « verniens », analysant le projet sociétal de l’auteur des Voyages Extraordinaires.

La problématique

Les sciences et les techniques concernent à présent tous les secteurs de la vie sociale, la production et la consommation des biens de tous ordres, l’information et la communication, l’éducation et la santé, la défense, les sports… Or, il semble bien que ce soit leur fantastique succès et le surcroît de pouvoir qu’elles procurent qui font problème aujourd’hui.

L’œuvre de Jules Verne, animée d’une inlassable curiosité pour les mondes connus et inconnus, se faisait déjà l’écho de ces ambiguïtés. Certes, à l’époque, peu de régions terrestres restaient encore à découvrir, mais les héros verniens se lançaient dans des « voyages seconds », des explorations scientifiques qu’elles soient géographiques ou naturalistes. De manière réaliste ou fantastique ils n’hésitaient pas à traverser tous les éléments : l’air et l’espace, les profondeurs de la mer ou de l’écorce terrestre et jusqu’au feu des volcans. Ils ne reculaient devant aucune réalisation technique, aussi prométhéenne soit-elle ; et chaque roman constituait une sorte de laboratoire où l’on expérimente les possibles. La logique de l’exploration était d’aller jusqu’au bout quoiqu’il en coûte, au mépris du risque pour soi et les autres. Surgit alors, de bien des récits, la question de savoir si tout le possible s’avère souhaitable, si la prudence ne commanderait pas de renoncer, si l’homme ne va pas trop loin.

Mais Prométhée a-t- il le sens des limites ? Faust ne guette-t-il pas la science en lui proposant un pacte diabolique ? Les chercheurs, les savants, jusqu’où iront-ils ?

Jules Verne soulève ainsi une question qu’il nous faut reprendre aujourd’hui, en ce début de XXIe siècle : jusqu’où explorer ?

La question en appelle au sens des possibles et à celui des limites.

 

Les communications se situeront dans  cinq axes :

1-      Que reste-t-il à explorer dans les différentes disciplines scientifiques ou techniques ? Quelles sont les prochaines aventures à entreprendre, les possibles qu’ouvre l’état des recherches ? Que pouvons-nous espérer connaître et maîtriser demain ? Peut-on, et dans quel domaine précis, faire le partage entre réalisme et imaginaire, entre science et science-fiction ?

2-      Tout le possible est-il souhaitable ? Au nom de quoi renoncer à l’exploration dans l’âge de l’expérimentation totale ? La question de la transgression se pose sans cesse, sans que l’on puisse d’ailleurs localiser précisément les limites à ne pas dépasser. Doit-on préférer l’ignorance au risque ? Quelle instance religieuse, politique, morale pourrait légitimement commander d’arrêter avant qu’il ne soit trop tard ?

3-      Aujourd’hui l’idée de progrès qui sous-tendait la modernité se voit questionnée et quelquefois même suspectée. La conscience des risques que fait courir le développement scientifique et technique donne lieu à l’édification d’un certain nombre de principes, de responsabilité, de précaution, de « soutenabilité ». Que penser de cette prudence et des formes plus ou moins rationnelles qu’elle peut prendre ?

4-      L’univers vernien multiplie les portraits d’ingénieurs. Les uns vont jusqu’au bout de la logique technicienne, sans trop égard pour ses conséquences fastes ou néfastes, comme le président Barbicane de la Terre à la lune et de Sans dessus-dessous. Ce sont les savants fous. D’autres refusent d’aller trop loin, comme Thomas Roch dans Face au drapeau, ou comme Marcel Bruckman, des Cinq cents millions de la Begum. Peut-on saisir dans le maximalisme vernien, prolixe en figures prométhéennes ou faustiennes, quelque chose comme une éthique des limites, un souci de la transgression ? Qu’en est-il dans l’ensemble de l’histoire ou de la littérature universelle ?

5-      Le progrès des sciences et des techniques biomédicales tend à transformer radicalement les dimensions de l’existence humaine. Les spécialistes (généticiens, chirurgiens, etc.) peuvent-ils imaginer le futur de leur pratique ? L’exploration des possibles ne doit-elle souffrir d’aucune limite?

Le colloque se propose d’interroger l’exploration dans ses dimensions scientifiques et techniques, mais également fictionnelles telles que la littérature, le cinéma la met en scène. Le sens des possibles et celui des limites seront travaillés de plusieurs points de vue : philosophique, historique, sociologique, psychologique ou politique.

 

L’organisation des Rencontres Jules Verne

 

Le Comité Scientifique  est composé de : Etienne Klein, président (CEA, Ecole Centrale-Paris) ; Bernard Baertschi (Université de Genève – Suisse); Pierre Billouet (Université de Nantes) ; Jean-Michel Besnier (Université Paris-Sorbonne, CREA, Ecole Polytechnique-Paris) ; Jean-Pierre Courtial (Université de Nantes) ; Jean Dhombres (EHESS, Centre Alexandre Koyré-Paris) ; Anne-Marie Drouin-Hans, (Université de Bourgogne, Sofphied) ; Guillaume Durand, (Université de Nantes) Ronaldo de Freitas Murao (Observatoire d’astronomie de Rio de Janeiro- Brésil) ; Michel Fabre (Université de Nantes, CREN) ; Tahar Gallali (Université de Tunis- Tunisie); Lauric Guillaud (Université d’Angers) ; Patrick Gyger ( Lieu Unique, Nantes) ; Florent Laroche (Ecole Centrale de Nantes) ; Denis Lemaître, (ENSIETA–Brest; Réseau Ingenium); Agnès Marcetteau-Paul (Musée Jules Verne, Médiathèque de Nantes) ; Philippe Mustière (Ecole Centrale de Nantes) ; Denis Simard, (Université Laval-Québec-Canada) ; Stéphane Tirard (Centre François Viète, Université de Nantes)  ; Jean-Jacques Wunenberger (Université de Lyon 3,  Centre Gaston Bachelard)

Le Comité d’organisation est composé de : Guillaume Durand (Université de Nantes) ; Michel Fabre (Université de Nantes) ; Florent Laroche (Ecole Centrale de Nantes) ; Philippe Mustière (Ecole Centrale de Nantes)

 

Les modalités:

Si vous souhaitez participer à ce colloque, veuillez adresser avant le 10 mai 2014 un résumé d’environ 300 mots comportant un titre et une bibliographie indicative (3-4 titres maxi), ainsi que vos nom, prénom,  fonctions, coordonnées et affiliation, à  l’adresse suivante :

Rencontres.JV@ec-nantes.fr

– Une réponse du comité de sélection vous parviendra le 30 mai 2014.

– Dépôt des textes définitifs : 15 Octobre 2014

 

Rencontres JULES VERNE – ECOLE CENTRALE de NANTES – 1, rue de la Noë BP 92101  44321 Nantes Cedex 3

URL : http://rencontresjulesverne.ec-nantes.fr

 

Parution: The Wire, L’Amérique sur écoute

the wire

The Wire
L’Amérique sur écoute

Sous la direction de M.-H. Bacqué, A. Flamand, A.-M. Paquet-Deyris, J. Talpin

La Découverte; Collection : Sciences humaines – 272 pages – 24,50 €

Créée par un ancien journaliste du Baltimore Sun, David Simon, et un ancien policier, Ed Burns, et scénarisée par des grands noms du roman noir américain, la série américaine The Wire est devenue culte. S’appuyant sur des investigations de terrain de plusieurs années, elle décrit fi nement la réalité sociale, économique et politique des habitants du « ghetto » de Baltimore. Consacrée « meilleure ethnographie jamais réalisée de l’Amérique urbaine contemporaine » par le sociologue William Julius Wilson, saluée par Time Magazine ou le New York Post comme étant la meilleure série de l’histoire de la télévision américaine, elle est un outil effi cace de discussion et de débats autour des problématiques qui parcourent les quartiers populaires. Elle sert aujourd’hui de support à de nombreux cours sur la ville ou sur les inégalités sociales aux États-unis. Pourquoi un tel succès ? Que peuvent nous apprendre les médias de masse sur la société et, ce faisant, comment interpellent-ils les sciences sociales ? Que donne à voir la série des quartiers populaires américains, au service de quel message social et politique ? Quelle en est la réception française et un The Wire hexagonal serait-il possible ? Telles sont les questions discutées par cet ouvrage pluridisciplinaire, au croisement des études cinématographiques et sérielles, de la sociologie, de l’urbanisme et de la science politique.
Avec les contributions de Julien Achemchame, John Atlas, Marie-Hélène Bacqué, Anmol Chaddha, Fabien Desage, Peter Dreier, Didier Fassin, Amélie Flamand, Valérie Foucher-Dufoix, Ariane Hudelet, Marc V. Levine, Lamence Madzou, Monica Michlin, Anne-Marie Paquet-Deyris, Julien Talpin, Fabien Truong, William Julius Wilson.

– Marie-Hélène Bacqué est professeure d’études urbaines à l’université Paris-Ouest Nanterre.
– Amélie Flamand enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand.
– Anne-Marie Paquet-Deyris est professeure de cinéma anglo-saxon et de littérature américaine à l’université Paris-Ouest Nanterre.
– Julien Talpin est chargé de recherches au CNRS/CERAPS.

Colloque: Mondes possibles, mondes numériques enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Mondes possibles, mondes numériques

enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique)

Continuer la lecture de Colloque: Mondes possibles, mondes numériques enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Parution: ELSENEUR n° 28 L’Anti-critique des écrivains au XIXe siècle

Elseneur 28

ELSENEUR n° 28

L’Anti-critique des écrivains au XIXe siècle
Textes réunis par Julie Anselmini et Brigitte Diaz.

Face à une critique de plus en plus influente au XIXe siècle, mais dont les arguments ne sont pas toujours jugés
recevables (on lui reproche sa vénalité, son académisme, son moralisme, ou encore ses prétentions positivistes), les écrivains contre-attaquent : chez bon nombre d’entre eux, on trouve un discours ouvertement hostile aux critiques, qu’il s’exprime sans détour, dans des écrits privés (correspondances) ou publics (préfaces, lettres ouvertes, articles de journaux…), ou qu’il soit transposé dans des oeuvres de fiction. Les rapports entre écrivains et critiques
sont d’autant plus délicats que ces deux statuts ne sont pas clairement distincts : la plupart des critiques ont des
ambitions littéraires, tandis que de nombreux écrivains mènent parallèlement une carrière de journaliste. Dès lors, lorsque les écrivains se font critiques, ils sont amenés à justifier cette posture et, pour se démarquer des critiques « professionnels », à inventer de nouvelles formes d’écriture critique. Ce sont ces rapports mouvementés entre les écrivains et la critique au XIXe siècle que nous avons souhaité explorer, ainsi que leurs conséquences sur la critique des écrivains.

2014, 14 x 22, br., 150 p.
ISBN : 978-2-84133-492-6
SODIS : F207636
15 €

Sommaire
Présentation …………………………………………………………………………………………….. 9
Avant-propos ……………………………………………………………………………………………. 15
Les écrivains contre la critique
Gérard GENGEMBRE : Quelques notes sur Balzac critique et anti-critique ……….. 25
Brigitte DIAZ : George Sand contre les critiques : débats et polémiques ………….. 33
Pierre-Jean DUFIEF : « La critique qui est l’impuissance du génie ». Critique et créateur chez les Goncourt………………………………………………………………… 49
Mariane BURY : Maupassant critique littéraire…………………………………………….. 63
Michèle FONTANA : « On devrait fonder une chaire pour l’enseignement de la lecture entre les lignes ». Bloy anti-critique…………………………………………. 75
L’anti-critique à l’ère médiatique
Lise QUEFFÉLEC-DUMASY : La critique du roman-feuilleton sous la monarchie de Juillet : entre caste critique, critique d’écrivain et critique politique, un débat médiatique …………………………………………………………………………. 87
Nicolas VALAZZA : Les Goncourt et la neutralisation de la critique : des chroniqueurs de l’Éclair à la figure de Chassagnol ………………………………. 103
Corinne SAMINADAYAR-PERRIN : Jules Vallès au Progrès de Lyon (1864) : littérature et démocratie ……………………………………………………………………. 119
Yoann VÉRILHAC : Le critique, l’écrivain : fusion des emplois et redéfinition
des rapports dans la jeune critique symboliste……………………………………… 135
Formes et supports de l’anti-critique
Dominique MASSONAUD : Des Beaux-arts à l’art moderne : formes de l’anticritique d’art dans le premier XIXe siècle ……………………………………………. 149
Sandrine CARVALHOSA : La critique des « écrivains vulgarisateurs » : Lamartine, Dumas et Souvestre………………………………………………………….. 165
Sylvie THOREL : « On n’aime pas la Littérature ». Bouvard et Pécuchet contre la critique………………………………………………………………………………………… 181
De l’anti-critique à la critique des créateurs
José-Luis DIAZ : La réponse aux anti-critiques. Portrait du critique en créateur, de Baudelaire à Thibaudet (1846-1922)………………………………………………. 193
Comptes rendus ………………………………………………………………………………………… 213
Résumés…………………………………………………………………………………………………… 227
Notes sur les auteurs …………………………………………………………………………………. 235