Parution: Ilcorsaronero 19

corsaro nero

Parution

Ilcorsaronero 19

 

Sommario de “Ilcorsaronero” n. 19:

Editoriale; Marcello Simoni (Dove l’avventura e il mare si intrecciano in storie incredibili);

Claudio Gallo&Giuseppe Bonomi (Qualcosa di nuovo sull’alunno Salgari/Dai registri scolastici della scuola media “Paolo Caliari” di Verona);

Luca Crovi (La Frontiera di Elmore Leonard): Nicola Ruffo (Intervista con Moreno Burattini, curatore della serie a fumetti “Zagor” di Bonelli Editore);

Luciano Curreri (Gabriele, dove sei? Notolette birichine intorno al 150° anniversario della nascita e al 75° della morte di Gabriele d’Annunzio);

Luigi De Liguori (Poe e Salgari: una discesa nel Maelström);

Claudia Mizzotti (Presentazione di Cuore di tigre al liceo “Messedaglia” di Verona. Da Taibo II a Carlotto: scrittori in cattedra);

Franco Pezzini (Ricordare al futuro. Riccardo Valla, Paolo De Crescenzo e le Ombre Lunghe);

Stefano Nocentini (Salgari e i paletuvieri);

Danilo Arona (A volte esistono);

Emanuele Delmiglio (Capitani coraggiosi);

Darwin Pastorin (Quando le favole cominciavano con «C’era una volta…»);

Chiara Begnini (Bisogna leggere Sandokan per sentirsi Sandokan? Quel che resta dell’anno salgariano);

Claudio Gallo (Pietro Gelatti, libraio delle meraviglie);

Giovanni Soldati (Mio padre, Mario Soldati, ed Emilio Salgari);

Massimo Tassi (Don Camillo e Peppone parlano il russo);

Cavalcando l’avventura, a cura di Gino Bedeschi, Giuseppe Cantarosa e Bartolo Tondini; Segnalazioni bibliografiche.

 

PER ABBONARSI

L’abbonamento per il 2013 (anno solare) alla rivista Ilcorsaronero ha un costo di € 12,00 (sostenitore € 25,00). L’importo può essere inviato tramite versamento sul conto corrente postale n. 98473986 intestato a: Associazione Ilcorsaronero

Specificare nella causale: Ilcorsaronero – 2013.

L’ufficio postale rilascerà direttamente ricevuta dell’avvenuto versamento.

La cifra di cui sopra è da intendersi quale contributo alle spese tipografiche e di spedizione della pubblicazione.

Consultando il sito www.delmiglio.it 

è possibile trovare il contenuto di tutti gli arretrati de Ilcorsaronero

Presto nuove news sul mondo dell’avventura!

Séminaire: Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870)

charivari

Séminaire 2014

« Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

(Alain Vaillant, université Paris Ouest, et Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

 

Pour la troisième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.
Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR,  s’est fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au xixe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.
Cette année, deux séances sont organisées, avant le colloque international qui, au terme du programme ANR, se tiendra à l’université Paris Ouest au printemps 2015.

14 février – le rire de la petite presse.
Valérie Stiénon (université Paris 13 Nord), « Former une communauté discursive de la blague. Les conditions médiatiques du rire charivarique ».
Alain Vaillant (université Paris Ouest), « Poétique de l’ironie médiatique et anthropologie du rire ».

9 mai – Sociabilités, petite presse et poétique textuelle.
Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA 21), « La Plume, petite revue, lieu de sociabilité et œuvre totale ».
Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale de France), « La conspiration comique de la petite presse ».

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Cycle de conférences en Etudes Culturelles

confUCL

 

Cycle de conférences en Etudes Culturelles

UCL/LLN – UCL/Mons

 

Le 5 février, 18-20h : Evelyne Ledoux-Beaugrand (université de Gand) – Héritage et mélancolie : les legs du féminisme dans les écrits de femmes depuis 1990

Lieu : UCL Louvain-la-Neuve, E. 221, bâtiment Dupriez*

 

Le 5 mars, 18-20h : Carolina Duek (Université de Buenos Aires/ Conicet, Argentine) – Les enfants, les médias et les Cultural Studies: réception, pratiques et significations

Lieu : UCL Louvain-la-Neuve, E. 221, bâtiment Dupriez*

 

Le 26 mars, 18-20h : Juliette Dalbavie (Université de Lille 3) – La patrimonialisation de la chanson : le cas de Brassens à Sète

Lieu : UCL-Mons, Salle 12, Ateliers des Fucam**

 

Le 23 avril, 18-20h: Muriel Mille (EHESS) – Construction du vraisemblable et mise en scène de la réalité sociale dans un feuilleton télévisé français. L’exemple de Plus Belle La Vie

Lieu : UCL Louvain-la-Neuve, D. 144, bâtiment Dupriez*

 

Adresses

*Ecole de Communication, Bâtiment Dupriez, Ruelle de la lanterne magique, 14 , 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique

** Ateliers des Fucam, Rue des Soeurs noires, 2, 7000 Mons, Belgique (entrée du parking rue Grand Oudart)

 

Une organisation de Joëlle Desterbecq, Sébastien Fevry, Sarah Sepulchre et Marie Vanoost (Observatoire de Recherche sur les Médias et le journalisme). Avec le soutien du RECOM et de l’IL&C. Contact : joelle.desterbecq@uclouvain.be

Parution: Barbara Pezzotti, Politics and Society in Italian Crime Fiction: An Historical Overview

Pezzotti

Barbara Pezzotti

Politics and Society in Italian Crime Fiction: An Historical Overview

Jefferson: McFarland & Company, 2014

This book comprehensively covers the history of Italian crime fiction from its origins to the present. Using the concept of « moral rebellion, » the author examines the ways in which Italian crime fiction has articulated the country’s social and political changes. The book concentrates on such writers as Augusto de Angelis (1888-1944), Giorgio Scerbanenco (1911-1969), Leonardo Sciascia (1921-1989), Andrea Camilleri (b. 1925), Loriano Macchiavelli (b. 1934), Massimo Carlotto (b. 1956), and Marcello Fois (b. 1960). Through the analysis of writers belonging to differing crucial periods of Italy’s history, this work reveals the many ways in which authors exploit the genre to reflect social transformation and dysfunction.

About the Author
Barbara Pezzotti is an honorary research associate of the Australasian Centre for Italian Studies. Author of a 2012 book and several journal articles on Italian crime fiction and co-editor of a volume on international crime writing, she lives in New Zealand.

For further information: http://www.mcfarlandpub.com/book-2.php?id=978-0-7864-7652-7

Journée d'étude: Les Bifurcations du récit interactif: Continuité ou rupture?

récit interactif

Les Bifurcations du récit interactif:

Continuité ou rupture?

Journée d’étude à l’Université de Lausanne

Vendredi 14 février 2014

Bâtiment Anthropole, salle 2055

 

Dans une étude traitant de l’évolution de la théorie contemporaine du récit, Jan Christoph Meister signale un « changement d’orientation nous faisant passer d’une centration sur les phénomènes textuels à l’analyse des fonctions cognitives de récits oraux et non-littéraires, ouvrant ainsi un nouveau chapitre dans le projet narratologique ». Dans le prolongement de  cette mutation, Meister signale l’émergence d’approches transgénériques et transmédiatiques qui « explorent la pertinence des concepts narratologiques pour l’étude de genres et de médias qui s’écartent des objets traditionnels » propres aux études littéraires (idem). Parmi ces nouvelles formes narratives, ce que l’on pourrait désigner comme les « récits interactifs », incluant notamment les jeux vidéo, les jeux de rôles et différents types de fictions interactives (histoire dont vous êtes le héros, fanfiction, etc.) nous contraignent à réévaluer une notion aussi centrale que l’intrigue, dont dépend la définition de la narrativité.

 

Programme

8:30 Introduction (C. Clivaz, M. Marti & R. Baroni)

  • 8:45 Marie-Laure Ryan, L’expérience de l’espace dans les jeux vidéo et les récits numériques
  • 9:30 Olivier Caïra, Jeux vidéo et jeux d’interaction en face-à-face : vers un modèle unifié d’écologie de l’intrigue

10:15-10:45 Pause

  • 10:45 Marc   Marti, Possibles et impossibles de l’intrigue : le jeu vidéo et l’instabilité de l’intrigue
  • 11:30 Raphaël Baroni, L’ombre de l’intrigue : de l’histoire vécue à la console en passant par le récit de fiction

12:15-14:00 Repas

  • 14:00 Olivier Glassey, Mondes ouverts, révoltes populaires et communautés de modifications : aux frontières du récit vidéoludique
  • 14:45 Selim Krichane, L’intrigue en trois dimensions. Les récits vidéoludiques à l’ère des polygones, de la « caméra virtuelle » et du CD-ROM

15:30-15:45  Pause

  • 15:45 Nicolas Szilas, Où va l’intrigue ? Réflexions autour de quelques récits fortement interactifs  
  • 16:30 Cyril Bornet et Daniel de Roulet, La Simulation humaine : Le roman fleuve comme terrain d’expérimentation narrative
  • 17:15 Michael Lew, Comment l’évolution d’un média influence l’évolution d’un autre média ?

18:00 Clôture

Organisation

Cette journée d’étude est organisée par Raphaël Baroni (EFLE/RRN), Claire Clivaz (LADHUL), Marc Marti (LIRCES) et Frédéric Kaplan (DHLAB).

Cycle de conférences: « Fiction littéraire » contre Storytelling

 

« Fiction littéraire » contre Storytelling :

un nouveau critère de définition et de valorisation de la littérature ?

 Projet du Centre de Recherches en Littérature Comparée de l’Université de Paris-Sorbonne, soutenu par le Labex OBVIL (« Observatoire de la Vie littéraire »).

Coordination : Danielle Perrot-Corpet (Sorbonne / CRLC)

 

Le projet de recherche « Fiction littéraire contre Storytelling », coordonné par Danielle Perrot-Corpet dans le cadre du CRLC et du Labex « OBVIL » de 2014 à 2016, se propose de réunir des chercheurs dans les diverses branches des sciences humaines autour d’un séminaire de recherches, de journées d’études et de deux colloques internationaux (2015 et 2016). Il s’enrichira d’un dialogue qu’on espère soutenu entre chercheurs et acteurs de la vie littéraire contemporaine. Le programme s’ouvrira ainsi en 2014 :

–              par une première journée d’études le 16 mai 2014 intitulée : « Face au Storytelling : selon quels critères définir la “fiction littéraire” ? »

Lieu : Maison de la Recherche de l’université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle D-035. Coordination : Danielle Perrot-Corpet. Le programme de cette journée sera communiqué prochainement.

–              par un séminaire formé, de janvier à juin 2014, d’un cycle de rencontres entre universitaires et écrivains, autour de leur pratique de la « fiction littéraire » à l’ère du Storytelling :

Cycle

Fiction littéraire contre Storytelling :

formes, valeurs, pouvoirs de la littérature aujourd’hui

Coordination : Danielle Perrot-Corpet, en collaboration avec Gisèle Sapiro (CESSP/CNRS/EHESS) et Emmanuel Bouju (Rennes 2/CELLAM : Groupe Phi).

Lieu : Maison de la Poésie, 157 rue Saint-Martin 75003 Paris.

Réservations : www.maisondelapoesieparis.com

 

Programme 

• Mardi 28 janvier 2014 à 19h : conférence de Christian SALMON, chercheur et écrivain : « Politique de la littérature ».

• Jeudi 27 mars 2014 à 19h : Vincent MESSAGE (Université Paris 8) s’entretient avec Eric REINHARDT, écrivain.

• Jeudi 10 avril 2014 à 19h : Gisèle SAPIRO (CESSP/CNRS/EHESS) s’entretient avec Olivier CADIOT, écrivain. Date à confirmer !

• Mardi 03 juin 2014 à 19h : Emmanuel BOUJU (Université Rennes 2/CELLAM : Groupe φ) s’entretient avec Nicole CALIGARIS, Noémi LEFEBVRE et Alban LEFRANC, écrivains.

• Date non encore fixée : Christian SALMON s’entretient avec Hughes JALLON, éditeur et écrivain.


Présentation du projet

Nota bene : les informations et appels à communications concernant les prochains déroulements de ce projet, qui se veut ouvert à l’ensemble des chercheurs en sciences humaines et sociales, seront bientôt accessibles sur le site du labex OBVIL, dont l’ouverture est imminente. Contact : danielle.perrot@wanadoo.fr

 

Le « storytelling management » (traduit par « communication narrative ») est une stratégie de communication qui utilise la narration d’histoires (« stories ») comme technique de persuasion : d’abord développée comme stratégie de marketing dans l’entreprise depuis les années 1990 (stratégies pionnières de la marque Apple par exemple), elle s’est étendue au monde de la communication politique, d’abord aux États-Unis puis en Europe (voir les campagnes présidentielles des dix dernières années, par exemple aux États-Unis et en France).

Christian Salmon (CRAL/CNRS-EHESS) a fait connaître ce concept au grand public français en 2007 avec son ouvrage polémique Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, (La Découverte), qui a eu un grand retentissement, et qu’il a fait suivre récemment par Ces histoires qui nous gouvernent (J.C. Gawsewitch, mars 2012), qui dénonce sans ambages la contamination de nos démocraties par l’hypermédiatisation et la « novélisation du politique ». Dans la lignée de Barthes et de Foucault, Salmon (fondateur du Parlement International des Écrivains, organisme de protection des écrivains menacés par les pouvoirs politiques, de 1993-2005) a développé, dans une dizaine d’ouvrages, une réflexion sur la fiction littéraire comme lieu de résistance aux pouvoirs (et comme objet de censure et de persécution de la part de ces mêmes pouvoirs) : il conclut à l’antagonisme entre le « nouvel ordre narratif » dans lequel baignent désormais les échanges communicationnels à tous les niveaux de notre société mondialisée, et la fiction littéraire entendue comme une « contre-narration », dont la valeur consiste, ni plus ni moins, à donner aux hommes « les moyens intellectuels et symboliques de penser leur vie » (Storytelling, ed. de Poche, 2008, p. 212) : contre le storytelling, moyen de propagande visant l’adhésion de l’auditeur (consommateur, électeur, salarié…) au discours du Pouvoir et le renforcement d’une norme idéologique sous-jacente, la fiction littéraire vise au contraire la remise en cause, le déplacement, la mise en suspens ou en débat, des discours de la Norme. Pour Salmon, l’emprise généralisée du « nouvel ordre narratif » sur notre monde occidental « dessine donc un nouveau champ de luttes démocratiques : ses enjeux ne seront plus seulement le partage des revenus du travail et du capital, les inégalités au niveau mondial, les menaces écologiques, mais aussi la violence symbolique qui pèse sur l’action des hommes, influence leurs opinions, transforme et instrumentalise leurs émotions […] » (ibid.).

Dans un esprit de dialogue constructif avec le livre de Christian Salmon, certains auteurs ont critiqué cette image purement négative d’un « nouvel ordre narratif » identifié à une force d’aliénation massive : ce n’est pas — objectent-ils — parce que les « communicants » aussi font leur miel de la notion d’« identité narrative » propagée dans les sciences sociales à partir des années 1980 (Paul Ricœur, Temps et récit, 3 vol., Seuil, 1983-1985), que le « narrative turn » dans son ensemble ne produit que des récits de masse aliénants. Ainsi, Marc Marti et Nicolas Pélissier reviennent sur les fondements théoriques d’une « révolution narrative » qui a su générer  ses « contre-narrations » subversives (M. Marti et N. Pélissier (dir.), Le Storytelling : succès des histoires, histoire d’un succès, L’Harmattan, 2012), tandis qu’Yves Citton, avec le collectif de la revue Multitudes (dont il est co-directeur), explore activement les moyens de renverser, à des fins d’émancipation politique et non plus de conditionnement lénifiant, le « pouvoir de scénarisation » des conduites individuelles qui est l’arme du récit (Yves Citton, Mythocratie : Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam, 2010 ; voir également le dossier « Contre-fictions politiques », Multitudes, n° 481, mars 2012, p. 70-148).

D’un autre côté, les enjeux politiques et philosophiques de la fiction littéraire* sont fréquemment relevés avec une grande vigueur critique par les artistes eux-mêmes, écrivains (comme Édouard Glissant, Salman Rushdie, Juan Goytisolo, Milan Kundera…) ou cinéastes (comme Lars von Trier, Michael Haneke, Nicolas Klotz…) entre autres : de nombreux artistes ne cessent en effet de souligner la valeur de lutte démocratique qu’ils reconnaissent à leur pratique de la fiction littéraire, dans un contexte d’oppression (idéologique, sinon politique). Le lien entre littérature et démocratie — diversement mis en lumière par des philosophes comme Jacques Derrida, Gilles Deleuze, Jacques Rancière ou Jean-Luc Nancy — a d’ailleurs récemment fait l’objet d’une journée d’études intitulée « Autonomie de la littérature et ethos démocratique » (Journée d’études internationale CERC-EHESS qui s’est tenue en décembre 2011 dans le cadre du séminaire « Narrations contemporaines » du CRAL).

Cela dit, la confrontation méthodique entre usages du récit à des fins de stratégie communicationnelle (dans un but commercial, politique, de gestion du personnel…) et usages littéraires de la fiction semble encore à faire**, alors qu’elle polarise la production de « fictions » entre, d’un côté, certaines pratiques artistiques (surtout minoritaires, relevant du « pôle de diffusion restreinte » des sociologues) qui se veulent — dans leurs choix formels comme dans leur visée pragmatique — autant d’actes de résistance d’une certaine Valeur absolue assiégée par le marché mondial et, d’un autre côté, le flot des « success stories » en tout genre… ce qui, pourtant, n’autorise pas le rejet a priori de tout best seller dans les ténèbres extérieures de la « paralittérature », catégorie flottante qui elle-même ne saurait être reversée en bloc dans l’océan médiatique des récits produits à des fins de « communication narrative » (storytelling management).

À l’heure où « l’art de raconter des histoires » devient aussi, et à grande échelle, le moyen par excellence de vendre ou de gouverner, la question de la spécificité de la fiction littéraire doit être posée à nouveaux frais : dans le « bain narratif » qui semble devenu la condition la plus générale de notre expérience quotidienne du monde, peut-on distinguer un récit/une fiction qui soit spécifiquement littéraire ? Si oui, la littérarité d’un récit/d’une fiction tient-elle à des traits formels ou seulement à l’usage (« littéraire » ou stratégique) qui en est fait ?

Qu’est-ce que le storytelling, dans son sens restreint de « stratégie de communication narrative », emprunte exactement à cet « art de conter » (« storytelling » dans l’acception traditionnelle du terme anglais) dont relève peu ou prou (fût-ce pour s’en défendre) la fiction littéraire ? Que reste-t-il en propre, à la fiction littéraire, d’irréductiblement autre et irrécupérable par la « machine à raconter des histoires et à formater les esprits » qu’évoque Christian Salmon ?

La charge passionnelle qui entoure le débat lancé en France par le livre de Salmon ne semble pas devoir être éludée ici par l’effort de la réflexion théorique, mais au contraire prise en compte comme l’indice d’une portée éthique et politique de la « littérature », notion qui, dans sa nature même de construction historique et d’instrument axiologique, se trouve mise en demeure de définition, par la force des frictions en tout genre qui l’accolent et l’opposent aux entreprises du storytelling.

Axes de réflexion possibles (liste non limitative)

 

–            Étude des glissements sémantiques que peut induire, dans les travaux de théorie littéraire en français, le calque de termes comme « story », « narrative » ou « fiction ».

–            Examen des facteurs d’immersion du lecteur/auditeur/spectateur, communs aux fictions « littéraires » et aux stories à vocation « persuasive », parmi lesquels : le suspense, l’identification aux personnages, la quête d’une rassurance morale… Ces facteurs d’immersion fonctionnent-ils de la même façon dans tous les cas ?

–            Liens possibles entre la vogue du storytelling management et les phénomènes complexes de dévalorisation/revalorisation esthétique de la « tension narrative » (Raphaël Baroni) en littérature.

–            « Pouvoir de scénarisation » du récit et clarté axiologique : rapports possibles entre ethos romanesque (au sens de Jean-Marie Schaeffer, « La catégorie du romanesque », dans Gilles Declercq et Michel Murat (dir.), Le romanesque, Paris, Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 2004), propagande (politique, publicitaire…), littérature « à thèse »…

–            Caractéristiques formelles du récit et liberté d’interprétation du lecteur/auditeur/spectateur : polysémie, connotations, ambiguïtés, « suspens du jugement moral » (Milan Kundera), sont-ils réservés à la « fiction littéraire » ?

–            Frontières du storytelling : industrie du divertissement, critères de définition d’une « paralittérature », récupérations idéologiques ou commerciales des classiques littéraires…

–            « Fiction littéraire », « vérité » et « mensonge » à l’ère du storytelling : « autofiction » et « factographies » (Marie-Jeanne Zenetti) comme formes contemporaines de « littérature » qui « disent la vérité », « vérité » anthropologique de la « fiction littéraire »… Opposition  autonomie-gratuité vs communication-vente comme critère de distinction du véridique et du mensonger (tendant à se substituer au binôme traditionnel « récit factuel » vs « affabulation » ?).

–            Question de la responsabilité auctoriale à l’ère du storytelling : qui « signe » les « récits », en littérature et ailleurs ? Question de l’anonymat, du pseudonyme, des signatures collectives. Signature du journaliste et signature de l’écrivain… « Plumes » et « spin doctors »…

–            Vers une définition éthique de la littérature : valeur de la gratuité à l’ère néolibérale, responsabilité, autonomie, désintéressement de la littérature face aux stratégies du storytelling.

 

 

Danielle PERROT-CORPET (danielle.perrot@wanadoo.fr)

Maître de conférences en littérature comparée, Université de Paris-Sorbonne

Centre de recherche en littérature comparée (EA 4510)

http://www.crlc.paris-sorbonne.fr

 

 

 

Avec le soutien du Service Culturel

et de l’École Doctorale III de l’université Paris-Sorbonne.

 


* La formule « fiction littéraire » est à comprendre ici à titre provisoire, sans restriction en termes de medium (texte, image, multimedia…), comme toute forme de narration dont le cadre pragmatique est celui d’une « feintise ludique partagée » (J.M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, 1999) visant, en quelque sorte pour elle-même (et non en vue de renforcer l’adhésion à un acte illocutoire englobant), l’immersion du lecteur/auditeur/spectateur dans l’univers feint.

** C’est aussi le constat de Françoise Lavocat, qui regrette que « les essais sur le storytelling (ainsi d’ailleurs que maints ouvrages inspirés par les sciences cognitives) témoignent d’un désintérêt total pour les aspects formels des œuvres de fiction, ce qui prive ces anayses de toute portée descriptive au profit de généralités infalsifiables ». (F. Lavocat, « Du récit au “storytelling” : enjeux pour la fiction », Dossier « Storytelling » coordonné par Charlotte Krauss et Urs Urban, Lendemains — Études comparées sur la France , vol. 38/n° 149, 2013).

De Oliveira Joao (docteur de l’université Paris III)

Franco-brésilien, Joao de Oliveira est professeur de portuguais, d’histoire du Brésil et du cinéma brésilien, de littérature brésilienne.

Il a soutenu en 2013 un Doctorat en recherches cinématographiques et audiovisuelles à Paris 3 (avec les félicitations du jury) : « La constrution idéologique de la culture populaire dans le cinéma brésilien (1950-1975) », Continuer la lecture de De Oliveira Joao (docteur de l’université Paris III)

Parution: Alain Boillat Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Print-Couv-1. Cinémondes

Parution

Alain Boillat

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Genève, Georg, février 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur

 

Dans cet ouvrage, l’auteur propose une conceptualisation théorique de la coprésence en un même film de mondes multiples en abordant différents paramètres (hétérogénéité de la facture de l’image, pratiques du montage alterné, typologie des enchâssements, expansion sérielle, etc.) sur la base d’un corpus de films de fiction récents qui appartiennent pour la plupart au genre de la science-fiction (Matrix, Dark City, Avalon, Resident Evil, Avatar,…). Issue de la filmologie, la notion de « diégèse » y est développée à la fois dans le potentiel d’autonomisation dont témoigne la conception mondaine qui semble dominer d’aujourd’hui à l’ère des jeux vidéo, dans ses liens avec le récit et dans une perspective intermédiale. La comparaison entre les films (Tron et son récent sequel, Totall Recall et son remake) et entre des œuvres filmiques et littéraires (en particulier les nouvelles de Philip K. Dick et Simlacron 3 de Galouye) constitue un outil d’analyse permettant de saisir la contemporanéité de cette problématique, envisagée sur le plan esthétique dans le contexte de l’imagerie numérique.

Cette parution marque le coup d’envoi de la collection « Emprise de vue » chez l’éditeur genevois Georg. Principalement dédiée au cinéma contemporain, elle se donne pour but d’envisager les imaginaires technologiques dont ce dernier témoigne, les traditions dans lesquelles il s’inscrit et les enjeux formels qu’il soulève.

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples, Genève, Georg, 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur.

Sommaire

Préface de Marc Atallah…………………………………………………………… 13
Préambule……………………………………………………………………………. 19
1 – Introduction aux « machines à mondes »…………………………………. 27
Entrée en matière à l’ère du « virtuel » :
Alice au pays des nouvelles technologies………………………………………………. 35
La science en fiction (et autres genres)………………………………………………….. 45
Moyen et objet de la représentation……………………………………………………….. 48
La technologie en abyme : l’acte de création dans Jurassic Park…………………..51
Espaces « insulaires » : aux limites de Pandora (Avatar)……………………………. 56
Voyages immobiles en situation de « projection »……………………………………. 64
Corpus et période……………………………………………………………………………….. 72
Notes du chapitre 1…………………………………………………………………………….. 77
2 – La « diégèse » filmique et ses possibles……………………………………. 87
Prémices filmologiques d’une conception mondaine du cinéma……………….89
« Mondes possibles » et transfictionnalité……………………………………………… 97
L’écart entre les mondes……………………………………………………………………..101
Typologie des univers multiples…………………………………………………………. 105
Mondes exotiques…………………………………………………………………………………………….106
Mondes factices………………………………………………………………………………………………..106
Mondes surnaturels…………………………………………………………………………………………. 110
Mondes mentaux et relation d’attribution………………………………………………………..112
Mondes alternatifs…………………………………………………………………………………………..120
Mondes virtuels……………………………………………………………………………………………….. 126
Commentaires conclusifs………………………………………………………………….. 130
Notes du chapitre 2…………………………………………………………………………….132
3 – Les mondes en film(s) : image et montage……………………………….139
Matière de l’image……………………………………………………………………………..143
La couleur est-elle diégétique ?…………………………………………………………….147
Les possibles en séries (Lost, Fringe)…………………………………………………….. 169
Un monde de circuits imprimés (sur pellicule)………………………………………..185
Un montage qui déraille : la figure de la boucle (Je t’aime je t’aime, 1968)…….188
Agencements : le principe de l’alternance……………………………………………. 203
D’un Total Recall l’autre : l’immersion comme indice……………………………… 226
Notes du chapitre 3…………………………………………………………………………….241
4– Cyberespace : le monde-simulacre de la « matrice »………………….. 253
John et Neo : les signes d’un temps……………………………………………………… 254
Le simulacre urbain du cinéma postmoderne : Dark City………………………… 263
Simulacron 3 : les mondes de la cyberculture………………………………………….275
Le système informatique vécu de l’intérieur : Tron et son « héritage »……….. 293
Notes du chapitre 4……………………………………………………………………………308
5 – Un (autre) monde sans 11 septembre………………………………………313
L’imaginaire audiovisuel post-11 septembre…………………………………………..314
L’autre World Trade Center de la série Fringe…………………………………………. 317
En deçà de l’effondrement urbain : une posture révisionniste…………………..318
Next (le monde d’après) : de la nouvelle au film……………………………………….323
Les possibles de l’impossible : un sentiment de « déjà vu »……………………… 328
Le fantasme d’une porte dérobée à l’inéluctabilité du code………………………334
Notes du chapitre 5…………………………………………………………………………… 346
Conclusion……………………………………………………………………………351
Notes de la conclusion………………………………………………………………………. 366
Index des films cités……………………………………………………………… 369
Bibliographie………………………………………………………………………..381

 

 

Parution: ResFuturae 3, 2013 La science-fiction française depuis 1970

resfuturae

ResFuturae 3 | 2013

La science-fiction française depuis 1970

Dossier thématique : « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Des figures majeures ont su imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. ReS Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente.