Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations

Littérature, Histoire, Médias

Congrès  international organisé par le RIRRA21 (université Montpellier III) et le centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1/Paris 4)

__________________________________________________________________________________

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854)… Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Le congrès que nous proposons de tenir à Montpellier et à Paris entre le 8 et le 16 novembre 2013 souhaite étudier ce premier large phénomène de mondialisation médiatique.

PROGRAMME

Vendredi 8 novembre 2013

(Café des lettres, Médiathèque Emile Zola, Montpellier)

19h00

Les mystères urbains au XIXe siècle. Aux sources de notre culture médiatique globale.

Conférence par Marie-Ève Thérenty, professeur de littérature française.

Mardi 12 novembre 2013 (cinéma Diagonal, rue de Verdun)

19h45    Soirée d’ouverture au cinéma Diagonal de Montpellier : les mystères urbains au cinéma. Projection de Gangs of New York de Martin Scorcese. États-Unis, Italie, 2002, 2h47, avec Leonardo Di Caprio, Daniel Day-Lewis, Cameron Diaz, Liam Neeson, John C. Reilly. Golden Globe du meilleur réalisateur et de la meilleure musique originale en 2003.

Jeudi 14 novembre 2013

(salle des colloques 1, site Saint-Charles, Montpellier)

9h00 Ouverture par Marie-Ève Thérenty et Dominique Kalifa

La source : Les Mystères de Paris

Présidente de séance : Adeline Wrona (Université de Paris IV)

9h30 Paul Bleton (Teluq, Canada), « Les mystères de Paris : échangeur générique»

10h00 Guillaume Pinson (université Laval, Quebec) :  « Les Mystères et le feuilleton : aux sources d’une culture médiatique francophone transatlantique »

Pause

11h30 Filippos Katsanos (Montpellier III, RIRRA 21/Université de Patras, Grèce), « Réceptions croisées : les enjeux de la traduction des Mystères de Paris en Angleterre et en Grèce »

12h00 Corinne Saminadayar-Perrin (Montpellier III, RIRRA21), « L’effet-titre »

Mysterymania (1)

Présidente de séance : Catherine Nesci (Université de California, Santa Barbara)

14h30 Nelson Schapochnik (Université de Sao Paulo, Brésil), « Mysterymana, de Paris au Plata ».

15h00 Kirill Chekalov (LPCM, Moscou), « Les mystères urbains en Russie au XIXe siècle : la réception contradictoire de l’héritage de Sue ».

15h30 Kalai Sandor (Université de Debrecen, Hongrie), « Les Secrets hongrois d’Ignac Nagy, le premier mystère urbain hongrois ».

Pause

16h30 Santiago Diaz Lage (Universidade de Santiago de Compostela, Espagne) : « Histoire et géographie : les mystères urbains espagnols »

17h 00 François Amy de la Bretèque (Université Montpellier III, RIRRA21), « L’art d’accommoder les restes : Les Mystères de Paris, de Baroncelli »

18 h : Projection de mystères cinématographiques et cocktail (salle 102)

20h 30 Dîner du colloque

Vendredi 15 novembre 2013

(salle des colloques 1,  site Saint-Charles, Montpellier)

Poétique des Mystères

Président de séance : Jean-Christophe Valtat (Université de Montpellier III)

9h30 Nicolas Gauthier (Université de Waterloo, Canada), « Un masque derrière un masque : la note de bas de page dans les mystères urbains »

10h00 Anaïs Goudmand (EHESS, UNIL, Suisse), « Economie et socialité du suspense dans les mystères urbains »

Pause

11h00 Laëtitia Gonon (Université de Grenoble), « Stylistique du vengeur dans les Mystères de Paris et quelques-uns de ses avatars » (1842-1847)

11h30 Présentation du site medias19 et de la base de données mystères

Politique des mystères urbains

Président de séance : Dominique Kalifa (Université de Paris I)

14 h 00 John Savage (Lehigh university, Etats-Unis), « Les Mystères des Antilles: les racines coloniales du sentiment d’horreur chez Sue »

14h30 Amy Wigelsworth (Durham University, Grande-Bretagne), « Sex and the city, rewriting the feminine in the mystères urbains »

Pause

15h30 Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA21), « Les mystères urbains, un réflexe républicain »

16h00 Rebecca Powers (John Hopkins university, Etats-Unis), « Charles Testut and Les Mystères de la Nouvelle-Orléans : Journalism in Exile ?  »

18h 24 Départ par le TGV pour Paris

Samedi 16 novembre 2013

(Amphithéâtre Turgot, Université Sorbonne, Paris)

9h 00 Ouverture par Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty

Mysterymania (2)

Présidente de séance :  Anne-Marie Thiesse (CNRS)

9h30 Paul Aron (ULB, Belgique), « Les Mystères des mystères de Bruxelles »

10h00 Laura Suárez de la Torre (Instituto Mora, Mexique), « Sur les traces des mystères à Mexico (1843-1900)»

Pause

11h00 Françoise Genevray (Université de Lyon III), « Trois décennies de mystères urbains en Russie : de la peinture du peuple à l’inventaire des bas-fonds »

11h30 Ana Porto (Université de Campinas, Brésil), « Mysteries and crimes in Brazilian newspapers in the end of the nineteenth century »

12h00 Yvan Daniel (Université La Rochelle), « Mystères urbains » en France, en Chine, des perspectives incomparables ?

Le devenir des Mystères urbains

Président de séance : Guillaume Pinson (Université Laval, Québec)

14 h30 Silvia Disegni (Université de Naples, Italie), « Les mystères napolitains entre les mystères d’Isis et ceux de la modernité »

15h00 Matthieu Letourneux (Université Paris-Ouest, Nanterre), « La disparition du genre des mystères  au début du XXe siècle »

15h30 Andrea Goulet (University of Pennsylvania, Etats-Unis), « Race, space and criminal choreographies from Les Mystères de Paris to The Wire »

16h00 Guillaume Boulangé (Montpellier III, RIRRA21)  et Prisca Grignon (Montpellier III, RIRRA21), « « To be continued » ou l’aventure infinie des Mystères de New York au cinéma »

_____________________________________________________________________________________________________

Adresses des différents lieux des manifestations :

Médiathèque Emile Zola, 240, rue de l’acropole, 34 000 Montpellier (tram : Place de l’Europe)

Cinéma Diagonal, rue de Verdun, 34000 Montpellier (tram : Comédie)

Site Saint-Charles, rue du professeur Henri Serre, 34000 Montpellier ( tram : Albert 1er)

Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (métro : Luxembourg, Cluny, Saint-Michel)

Nous souhaitons adresser des remerciements spécifiques à Helle Waahlberg, à Annick Douellou, à Sophie Lhermitte, à Laura Suarez de la Torre, à Catherine Nesci, à Micheline Cambron, à Guillaume Pinson, à Guillaume Boulangé, à Prisca Grignon, à Élisabeth Gavalda et aux étudiants du département d’arts du spectacle, aux étudiants du master pro « métiers du livre et de l’édition », à Marie-Pierre Gudin de Vallerin (DRAC) et à Gilles Gudin de Vallerin (Médiathèque Emile Zola) pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’organisation de cette manifestation.

Parution: Les séries américaines: la société réinventée ?

Les séries américaines: la société réinventée ?

éd. Aurélie Blot et Alexis Pichard, L’Harmattan.

Fruit de deux ans de travail, ce livre regroupe douze articles s’interrogeant sur les liens de figuration et de préfiguration que les séries entretiennent avec la société américaine (voir la table des matières ci-dessous).

———————————————————–

Les séries américaines: la société réinventée ?, éd. Aurélie Blot et Alexis Pichard, L’Harmattan

Table des matières:

– Purification morale et ode au conformisme : 7th Heaven ou la célébration de l’Amérique (Aurélie Blot)

– Du joggeur au cadavre : Critique de l’idéologie du corps sain dans Six Feet Under (Marie Parent)…

– Tony Soprano et l’américanité : Un trouble identitaire moderne ? (Yann François)

– De JAG À Army Wives : La femme américaine à travers la série militaire (Bruno Sasson)

– La célébration du système politico-médiatique américain : Mise en scène des démocrates dans The West Wing (Eric Gatefin)

– Rome, Sweet Rome : L’idée américaine du foyer dans la série Rome (Vivien Bessières)

– Quand la réalité historique rencontre The Grapes of Wrath : La reconstitution d’une époque dans Carnivàle (Damien Alcade)

– Drame et Dramatisation : L’écriture de l’histoire américaine dans The Kennedys (Alexis Pichard)

– Battlestar Galactica : Mémoire future de l’Amérique (Mehdi Achouche)

– « The Call of the Wild » : Le héros de série télévisée dans la wilderness nord-américaine (Ioanis Deroide)

– Le melting-pot est mort : Intégration et marginalisation dans la série True Blood (Victor-Arthur Piégay)

– « The Big Geek Theory » ou la revanche de la subculture geek (Célia Sauvage)

Appel: Les héroïsmes passés relus par la fiction; La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Les héroïsmes passés relus par la fiction

La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Musée des Invalides – 7 juin 2014

Le développement du roman historique moderne au XIXe siècle a engagé la représentation de l’histoire dans un dialogue avec les imaginaires contemporains de la  culture médiatique et urbaine. En convoquant dans leurs romans certains lieux, événements, personnages empruntés au passé, les écrivains les redéfinissent suivant l’économie de la fiction au point d’en faire rapidement des stéréotypes romanesques repris d’une œuvre à l’autre. Ils leur associent un ensemble de traits attendus qui construisent les représentations de l’Histoire. Ainsi, un certain nombre de figures historiques se retrouvent-elles prises dans un va-et-vient entre reconstitution historique, stéréotypes littéraires et discours d’actualité.

L’un des exemples les plus frappants au XIXe siècle de ce processus de reconfiguration par la littérature est sans doute la figure du mousquetaire. Rendu fameux par Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, ce personnage se décline durant tout le XIXe siècle et continue au XXe siècle d’alimenter un imaginaire romanesque renouvelé. On compte de nombreuses suites apportées au roman de Dumas au théâtre et dans le feuilleton, une multitude de déclinaisons dans les récits de cape et d’épée, et tout un ensemble de relectures plus tardives (du D’Artagnan amoureux du Français Roger Nimier au Club Dumas de l’Espagnol Arturo Perez Reverte). A force de variations stéréotypées, le personnage devient un marqueur générique, associé au récit de cape et d’épée et, plus largement, à une certaine conception du romanesque. Il détermine un pacte de lecture particulier avec lequel les auteurs jouent plus ou moins librement. Le mousquetaire et ses variantes, gasconnes ou autres, apparaissent ainsi comme des figures littéraires se structurant sur la matière même de l’Histoire ; et à travers eux se dit quelque chose de la construction d’une identité collective, autour de « l’esprit français », du panache, etc. Mais au fil du temps, ces imaginaires se transforment à leur tour en fonction des mutations sociales, politiques et culturelles : évolution de l’idée de Nation, débats sur l’armée, la conscription ou le rôle international de la France, tensions politiques redéfinissent ainsi le personnage et les significations qui lui sont associées.

L’objet de ce colloque sera d’explorer les différentes thématiques qui s’articulent autour de la figure du mousquetaire et de ses variantes : thématiques génériques, autour de la définition du roman historique et du roman de cape et d’épée, et de leurs convergences ; thématiques politiques et idéologiques, avec la question de la transformation des armées et l’émergence des nationalismes ; thématiques historiographiques, autour des discours charriés par les fictions sur ce corps d’armée et de son représentant paradigmatique, Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan ; thématiques esthétiques, dans la mesure où l’éthos du mousquetaire vaut pour une certaine définition du romanesque, mais où son imaginaire s’est transformé au cours du XIXe siècle et plus encore au cours du XXe siècle.

Le colloque est ouvert aux propositions issues de disciplines différentes (histoire de l’art, littérature, Histoire, études théâtrales et cinématographiques) ou aux approches interdisciplinaires.

On s’intéressera tout particulièrement aux questions suivantes :

  • Quelle est la signification du personnage dans la société du XIXe siècle ? Quelle position occupe-t-il dans la définition des représentations nationales et d’une mythologie collective ? Quels sont les enjeux politiques et idéologiques qui traversent ses différentes définitions ? On pourra par exemple se demander comment il dialogue avec l’imaginaire de l’armée française, quel lien il entretient avec les débats sur la conscription ou les tensions politiques du temps. On questionnera également certains des lieux communs associés à la figure du mousquetaire : le duel, le panache, l’esprit français, en tentant de montrer leur valeur culturelle et littéraire, et leur relation avec les imaginaires du XIXe siècle.
  • On cherchera à montrer le rôle de Dumas dans l’invention du personnage (et les études consacrées à la trilogie des Mousquetaires seront bienvenues). On étudiera les glissements successifs qui ont transformé ce personnage dumasien pour en faire un type collectif avec ses caractéristiques, un marqueur générique. On tentera de mettre en évidence la constitution d’un type romanesque, associé à des intrigues, un ton, une encyclopédie narrative et thématique. Dans cette perspective, on étudiera la fonction du mousquetaire dans les imaginaires sériels de l’époque, ceux en particulier de genres comme le roman de cape et d’épée ou le roman historique (et les études sur ces deux genres seront les bienvenues), en tentant également de mettre en évidence les transformations de ces imaginaires au fil du temps – y compris dans leurs versions étrangères (anglaises, espagnoles, américaines).
  • On s’intéressera aux différents avatars du mousquetaire : il s’agira d’abord de se pencher sur quelques uns des prolongements du cycle de Dumas (comme les reprises du cycle des mousquetaires par Paul Mahalin ou Paul Féval), mais aussi sur les variantes plus libres – le cadet de Gascogne, le « petit parisien », etc. On pourra ainsi aborder quelques-uns des personnages clés de cet imaginaire du panache associé au récit de cape et d’épée, comme Cyrano de Bergerac, Lagardère, ou Pardaillan.
  • On abordera plus largement la circulation du personnage dans l’ensemble des espaces culturels : du côté du théâtre et des spectacles bien sûr, mais aussi du côté de l’illustration, de la caricature ou des récits en images, dans la culture populaire et la culture matérielle. Plus généralement, la question de la réception de cet imaginaire – par exemple dans des adaptations pour la jeunesse – pourra être abordée. Enfin, des ouvertures pourront être faites du côté des réécritures plus contemporaines ou des versions médiatiques (cinéma, télévision, bande dessinée) qui ont fleuri aux XXe et XXIe siècles.

La journée d’étude est organisée par la Société des Amis d’Alexandre Dumas (SAAD) – http://www.dumaspere.com/

Les propositions de communication sont à envoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Isabelle Safa (safa.isabelle@gmail.com) avant le 8 janvier 2014.

Appel: Frontière(s) au cinéma (6 janvier)

Frontière(s) au cinéma

Border in film

Septièmes rencontres « Droit et cinéma »

Seventh « Law and Cinema » conference

Résumé

La septième édition des rencontres « Droit et cinéma » sera consacrée au thème des frontières dans le cinéma. Nous tenterons par une approche interdisciplinaire (juridique, historique, économique, littéraire, civilisationniste, sociologique, communicationnelle, cinématographique) d’analyser la frontière au prisme du 7ème art. La frontière est-elle coupure ou passage ? Les marches, héritées de l’Empire romain, ont-elles disparu ? La chute du Mur et la suppression d’une partie des postes frontières, notamment en Europe, signifient-elles disparition de toutes les frontières ou leur maintien dans les domaines économiques et politiques ? Le cinéma transcende-t-il les frontières nationales à la fois par son ingéniosité créative, mais également dans sa représentation des frontières symboliques, mentales, de genre ?

Argumentaire

La septième édition des rencontres « Droit et cinéma », organisées depuis 2008  pendant le Festival International du Film de La Rochelle, sera consacrée au thème des frontières dans le cinéma. Nous tenterons par une approche interdisciplinaire (juridique, historique, économique, littéraire, civilisationniste, sociologique, communicationnelle, cinématographique) d’analyser la frontière au prisme du 7ème art. Le processus de délimitation d’une frontière – fruit d’une longue démarche diplomatique et/ou militaire – est à la fois un acte géographique de représentation des espaces sur une carte, un acte politique fixant les limites d’une souveraineté étatique, et un acte juridique fondant la compétence de chacun des Etats par un procédé de reconnaissance internationale. Dès lors les frontières – qu’elles soient terrestres, fluviales, maritimes ou spatiales – ont imprimé la pellicule cinématographique, à l’image du cinéma états-unien, comme des filmographies issues de pays en proie à des revendications territoriales, à travers lignes de démarcation, postes frontières, murs, mais aussi migrants, réfugiés ou populations déplacées.

À une époque de mondialisation, d’effacement apparent des frontières, celles-ci semblent s’intérioriser, devenir plus floues, avec une remise en cause des identités et des entités physiques, psychologiques et culturelles, conduisant à une nécessaire reconsidération éthique des changements opérés. Ainsi avec l’Internet, la (re)composition de groupes identitaires et de communautés virtuelles éphémères s’opère, au gré d’engouements et d’engagements divers.Le cinéma apparaît comme un médium privilégié pour interroger de manière interdisciplinaire cette notion de frontière. La frontière est-elle coupure ou passage ? Les marches, héritées de l’Empire romain, ont-elles disparu ? La chute du Mur et la suppression d’une partie des postes frontières, notamment en Europe, signifient-elles disparition de toutes les frontières ou leur maintien dans les domaines économiques et politiques ? Le cinéma, qui a pu être considéré comme un art de l’universel, transcende-t-il les frontières nationales à la fois par son ingéniosité créative, mais également dans sa représentation des frontières symboliques, mentales, de genre ?

Les films, par leur thématique, peuvent aborder la frontière diversement (western, roadmovie, science fiction, films de gangsters…), que ce soit par absorption, réécriture ou palimpseste, mais également la notion de transgenre, tout comme des festivals de cinéma – nés à la marge de festivals officiels dans l’utopie des années 70 – visaient à repousser les frontières établies par ceux-ci. Quant aux cinéastes, si certains filment à l’intérieur de leurs frontières nationales, d’autres s’en éloignent temporairementou définitivement. À travers leurs parcours et leurs œuvres, ils interrogent les notions de diaspora, d’exil, de transnationalisme, mais aussi les frontières du cinéma (fiction/documentaire, liens avec les autres arts…).

Le colloque envisagé ayant une dimension plurielle, le corpus de films à étudier – qu’ils soient de fiction ou documentaires, permettra aux communications de s’inscrire dans toute l’histoire cinématographique et toutes les cinématographies nationales, sans exclusive.

Colloque organisé avec le concours financier du PRES Limousin Poitou-Charentes.

Bibliographie indicative

  • Robert BELOT dir., Frontières en images. Une mémoire cinématographique, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, 2006, coll. Sciences humaines et technologie ;
  • Elyette BENJAMIN-LABARTHE dir., Cinéma métis aux Etats-Unis : représentations de la frontière Mexique/Etats-Unis, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2012 ;
  • Daniela BERGHAHN, Far-flung Families in Film : The Diasporic Family in Contemporary European Cinema, Edinburgh , Edinburgh University Press, 2013
  • Wendy BROWN, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique, trad. Nicolas Vieillescazes, Paris : Les Prairies ordinaires, 2009, coll. penser/croiser, 206 p. ;
  • Judith BUTLER, Bodies That Matter: On The Discursiv Limits of « sex », 1993 ;
  • Andrea GRUNERT dir., « L’écran des frontières », Cinémaction n° 137, 2010 ;
  • D. HASTINGS et T.M. WILSON, Borders, Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford, New-York: Berg, 1999 ;
  • N. JARMAN, Material Conflicts, Parades and Visual Displays in Northern Ireland, Oxford : Berg, 1997 ;
  • J. W. JOHN HILL, Cinema and Northern Ireland : Film, Culture and Politics, London : BFI publishing, 2006 ;
  • Stéphanie LATTE ABDALLAH et Cédric PARIZOT dir., A l’ombre du mur. Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Actes sud/MSHS, 2011, coll. Etudes méditerranénennes ;
  • Sophie LE MENAHEZE, Nathalie MARTINIERE, Ecrire la frontière, Limoges : Pulim, 2003 ;
  • Nolwenn MINGANT, Hollywood à la conquête du monde. Marchés, stratégies, influences, CNRS édition, 2010 ;
  • Laura MULVEY, Visual and Other Pleasures, Houndmills, Basingstoke, Hampshire : Macmillan, 1989) ;
  • Stan NEILSON, Robot Nation, Eridanus Press, 2011 ;
  • M. NICCRAITH, Plural Identities, Singular Narratives : The Case of Northern Ireland, UK: Berghan Book, 2002 ;
  • Jean-Marc  SOREL Dir., Les murs et le droit international, Ed. Pedone, 2010, coll. Cahiers internationaux n° 24 ;
  • Bertrand WESTPHAL, Le Monde plausible. Lieu, espace, carte, Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », octobre 2011.

Filmographie indicative

  • Bloody Sunday, Paul GREENGRASS GB/Irlande 2002
  • Bring Me The Head of Alfredo Garcia/Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia, Sam PECKINPAH, Etats-Unis/Mexique, 1974
  • Dr Jekyll and Mr Hyde, Victor FLEMING, USA, 1941
  • Frozen River, Courtney HUNT, Etats-Unis, 2008
  • Ha-kala ha-surit/La fiancée syrienne, Eran RIKLIS, Israël, 2004
  • The Hours, Stephen DALDRY, Etats-Unis/UK, 2002
  • Hudutlann Kanunu/La loi de la frontière, Lütfi Ömer AKAD, Turquie, 1966
  • Incendies, Denis VILLENEUVE, Canada, 2010
  • Laurence anyways, Xavier DOLAN, Canada/France, 2012
  • Loi, c’est la loi (La), Christian-Jaque, France/Italie, 1958
  • Los que se quedan, Juan Carlos RULFO, Mexique, 2009
  • Love Divided (A), Syd MACARTNEY, GB/Irlande, 1998
  • Man on a Thightorpe, Elia KAZAN, Etats-Unis, 1952
  • Men in Black, Barry SONENFELD, Etats-Unis, 1997
  • Mur, Simone BITTON, France/Israël, 2004
  • Searchers (The)/La prisonnière du désert, John FORD, Etats-Unis, 1956
  • Sin nombre, Cary Joji FUKUNAGA, Etats-Unis/Mexique, 2009
  • Storm/La révélation, Hans-Christian SCHMID, Allemagne, 2009
  • Terraferma, Emmanuele CRIALESE, France/Italie, 2011
  • The Time Machine/La machine à explorer le temps, George PAL, Etats-Unis, 1960
  • Tiresia, Bertrand BONELLO, France/Canada, 2002
  • To Vlemma tou Odyssea/Le regard d’Ulysse, Theo ANGELOPOULOS, France/Grèce/Italie, 1995
  • The Three Burials of Melquiades Estrada/Los tres enterrios de Melquiades Estrada/Trois enterrements, Tommy LEE JONES, Etats-Unis/France, 2005
  • Welcome, Philippe Lioret, France, 2008
  • The Wind that Shakes the Barley, Loach (Ken), Irlande, GB, Allemagne, Italie, Espagne, France, Belgique, Suisse, 2006
  • Wild side, Sébastien LIFSHITZ,France/Belgique, 2003
  • XXY, Lucia Puenzo, Argentine, 2007
  • Yadon ilaheyya/Intervention divine, Elia SULEIMAN, France/Maroc/ Allemagne/Palestine, 2002
  • Zona (La)/Zona, propriété privée (La), Rodrigo Pla, Mexique, 2007

Calendrier

Les propositions de communication devront être adressées

avant le 6 janvier 2014

à Magalie Flores-Lonjou mflores@univ-lr.fr et comporter :

  • au moins 3 000 signes ;
  • le titre de la communication, sa problématique, le corpus filmique ;
  • une petite notice biographique du/des contributeurs ;

La liste des propositions retenues par le comité scientifique sera communiquée le 24 février 2014.  Les contributions définitives devront être reçues le 24 mai 2014.

Le colloque international se tiendra à La Rochelle les 27 et 28 juin 2014. les langues de travail seront le français et l’anglais.

NB : les actes de ce colloque seront publiés : les deux journées imparties à ces rencontres limitant de facto le nombre d’interventions, le comité scientifique se réserve la possibilité de retenir pour publication seule des textes ou de les proposer pour des journées d’études/séminaires organisés dans le cadre du projet PRES Limousin Poitou-Charentes « Frontière(s) au cinéma » sur les autres sites universitaires de La Rochelle, Limoges et Poitiers.

Comité scientifique

  • Elyette BENJAMIN-LABARTHE, professeur d’études américaines à l’Université Bordeaux III,  CLIMAS EA 4196
  • Daniela BERGHAHN, professor of Film Studies, Department of Media Arts, Royal Holloway, University of London (Angleterre)
  • Christophe BONNOTTE, maître de conférences en droit public, Université de Limoges, OMIJ EA 3177
  • Xavier DAVERAT, professeur de droit privé, Université Montesquieu Bordeaux IV, IRDAP EA 4191
  • Camille GENDRAULT, maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, MICA EA 4426
  • Andrea GRUNERT, enseignante en études cinématographiques à l’Université protestante des sciences appliquées à Bochum (Allemagne)
  • Thomas HOCHMANN, maître de conférences en droit public, Université de Reims Champagne-Ardenne, CRDT EA 3312
  • Pascal KAMINA, professeur de droit privé, Université de Franche-Comté, CRJFC EA 3225
  • Eve LAMENDOUR, maître de conférences en gestion, Université de La Rochelle, CEREGE LR-MOS EA 1722
  • Ninon MAILLARD, maître de conférences en histoire du droit, Université de Nantes, Droit et Changement Social UMR 6297
  • Nathalie MARTINIERE, professeure de Littérature anglaise, département d’études anglophones, Université de Limoges, EHIC EA 1087
  • Gilles MENEGALDO, professeur émérite en littérature américaine et études et cinématographiques, UFR Lettres et Langues, Université de Poitiers, équipe FORELL B3, esthétiques comparées EA 3816
  • Nolwenn MINGANT, maître de conférences en civilisation américaine, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, CREW/CRAN EA 4399
  • François OST, professeur de droit et de philosophie, Université St Louis, Bruxelles (Belgique), directeur du Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques
  • Séverine NICOT, maître de conférences en droit public, Université Grenoble-Alpes, Centre de Recherches Juridiques EA 1965, Institut Louis Favoreu-GERJC UMR 7318
  • Nicoletta PERLO, maître de conférences en droit public, Université Toulouse 1 Capitole, IDETCOM EA785
  • Marion POIRSON, maître de conférences en cinéma, Université Paul Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 EA 4209

Comité d’organisation

  • Danièle ANDRÉ, maître de conférences en civilisation et culture populaire nord-américaines, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) EA 1163, Université de La Rochelle
  • Annabel AUDUREAU Docteur en Littérature comparée, Enseignante en Expression et Communication à l’Université de La Rochelle en qualité de PRAG (IUT), vacataire en Littérature française et comparée à la faculté de Lettres modernes de La Rochelle
  • Brigitte BASTIAT, docteure en sciences de l’information et de la communication, PRCE d’anglais, Université de La Rochelle, membre associé du CRHIA EA 1163 et du Centre d’études irlandaises de Rennes 2
  • Estelle EPINOUX, maître de conférences en études irlandaises, département d’études anglophones, Université de Limoges chercheur associé à la SOFEIR, à la SAES, membre du comité des publications de la FE2C, membre du groupe de recherche EHIC (Espaces Humains et interactions culturelles à Limoges)
  • Magalie FLORES-LONJOU, maître de conférences en droit public HDR, Université de La Rochelle, CEREGE LR-MOS EA 1722, Le blog Droit et cinéma
  • Franck HEALY, maître de conférences en anglais (CIEL), Université de la Rochelle
  • Lionel MINIATO, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, Centre universitaire Jean-François Champollion, Institut de droit privé de l’Université Toulouse I Capitole, EA 1920, Le blog Droit et cinéma
  • Jean-Baptiste THIERRY, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, Université de Lorraine, Institut François Gény EA 1138 Le blog Carnet de recherches d’un MCF en droit privé Sine lege

Séminaire: L’histoire avec des si

L’histoire avec des si

Séminaire 2013 – 2014 — Florian Besson et Jan Synowiecki

Le mercredi, de 16h30 à 18h, salle IHMC (1er semestre), salle d’histoire (2ème semestre)

Attention, ceci est un programme provisoire, susceptible d’être modifié dans l’année. Consultez le site internet du département d’histoire.

  1. Mercredi 9 octobre : Florian Besson : « introduction ».
  1. Mercredi 16 octobre : Jan Synowiecki : « les grands ancêtres ».
  1. Mercredi 23 octobre : Luce Roudier (élève à l’ENS Ulm) : « autour de Zévaco ».
  1. Mercredi 30 octobre : exposé élève : « Robert Fogel et la New Economic History ».
  1. Mercredi 6 novembre : séance avec Pierre Assouline (journaliste et romancier) : « critiquer l’uchronie ».

Mercredi 13 novembre : pas de séance.

  1. Mercredi 20 novembre : séance déplacée le Vendredi 22 novembre pour profiter de la venue de Pierre Bayard (auteur entre autres de Aurais-je été résistant ou bourreau ?) au séminaire Anachronies.

Mercredi 27 novembre : pas de séance.

  1. Mercredi 4 décembre : Jan Synowiecki : « l’uchronie à l’écran ».

VACANCES DE NOËL

  1. Mercredi 15 janvier : exposé élève : « le tropisme de Christophe Colomb ».

Mercredi 22 janvier : intersemestre.

Mercredi 29 janvier : intersemestre.

Mercredi 5 février : intersemestre.

  1. Mercredi 12 février : Tristan Martine (doctorant en histoire à l’ENS Lyon) : « l’uchronie dans la BD contemporaine : l’exemple du manga Zipang ».

10.  Mercredi 19 février : une séance sur la BD Jour J avec J.P. Pécau (le scénariste de la série).

11.  Mercredi 26 février : exposé élève : « la seconde guerre mondiale ».

12.  Mercredi 5 mars : Jacques Sapir (économiste, EHESS) : autour de son ouvrage Et si la France avait continué la guerre ?

13.  Mercredi 12 mars : exposé élève : « réécrire l’histoire à une échelle globale ».

14.  Mercredi 19 mars : Jean-Dominique Delle Luche (doctorant en histoire médiévale à l’EHESS) : « Docteur Who’s ».

15.  Mercredi 26 mars : exposé élève : « mai 68 : entre le feu de la guerre civile et les couleurs de l’utopie ».

16.  Mercredi 2 avril : exposé élève : « Et Si Napoléon… ».

17.  Mercredi 9 avril : Fabrice d’Almeida (historien) : autour de son ouvrage Et si on refaisait l’histoire ?

VACANCES DE PRINTEMPS

18.  Mercredi 30 avril : Ugo Bellagamba (historien du droit, romancier) : autour de son ouvrage Tancrède.

19.  Mercredi 7 mai : Florian Nicodème (ENS Ulm, département de philosophie) : « penser l’uchronie ».

20.  Mercredi 14 mai : exposé élève : « un même postulat, des versions ».

21. Mercredi 21 mai. Florian Besson et Jan Sinowiecki : « conclusions ».

A noter : début juin ont lieu au Musée de l’Armée les « rencontres uchroniques », ce qui pourra faire office d’une ultime séance pour ce séminaire.

Appel: Genre en séries: productions, représentations et appropriations genrées

« GENRE EN SÉRIES : PRODUCTIONS, REPRÉSENTATIONS ET APPROPRIATIONS GENRÉES DUN DISPOSITIF TÉLÉVISUEL »
Journée d’études
Université de Bordeaux 3, jeudi 27 mars 2014
Appel à communication

Comité d’organisation :

Laetitia Biscarrat, Docteure en SIC, Université Bordeaux 3, EA MICA

Mélanie Bourdaa, MCF Information-Communication, Université Bordeaux 3, EA MICA

Gwénaëlle Le Gras, MCF Études Cinématographiques, Université Bordeaux 3, EA MICA

Soutiens institutionnels :

Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

Équipe d’accueil MICA – Médiations, Information, Communication, Arts – Université Bordeaux 3

Atelier Genre, Université Bordeaux 3

La conférence inaugurale sera prononcée par Geneviève Sellier, Professeure en Études Cinématographiques, Université Bordeaux 3, EA MICA.

Argumentaire

Autrefois dénigrées pour leur fonction de divertissement populaire (entertainment), les séries télévisées – entendues au sens large de fictions télévisuelles épisodiques – sont devenues un objet culturel légitime aux USA, là où elles aspirent à le devenir en France. Très largement dominées par une production américaine pour le public américain, mais fonctionnant au-delà des frontières, par leur posture hégémonique, comme un modèle universel, les séries attirent aujourd’hui l’attention d’un public diversifié et élargi, dont les préoccupations s’organisent en trois grands ensembles : divertissement, analyse et critique. Les technologies actuelles (DVD, VOD, streaming, téléchargement) offrent aux « publics » (Esquenazi, 2002) un accès quasiment immédiat à la diffusion américaine. Des collectifs de téléspectateurs engagés participent de ce phénomène en relayant les épisodes sur des plateformes internet et en proposant bénévolement des sous-titrages. L’engouement pour ce mode de narration a catalysé un renouveau des productions nationales européennes. Ainsi, les chaînes espagnoles produisent de nombreux feuilletons historiques à succès (Aguila RojaTierra de Lobo) ou des soap communautaires qui atteignent d’importants taux d’audience (AidaLas chicas de oro). En France, le label Création Originale de Canal Plus diffuse des séries à succès (BraquoEngrenages). On l’aura compris, la « sériephilie » (Glévarec, 2012) est aujourd’hui un phénomène culturel incontournable.

Les travaux de Dominique Pasquier ont montré le rôle joué par la sitcom Hélène et les garçons dans la socialisation des adolescents (Pasquier, 1999). Sabine Chalvon-Demersay a souligné le rôle des héros dans la perception des professions par les publics (Chalvon-Demersay, 2004). Enfin, Henry Jenkins a développé les notions d’engagement et de convergence culturelle pour analyser les pratiques des communautés de fans (Jenkins, 2006). Ces recherches témoignent de l’articulation entre les produits d’une industrie culturelle et les pratiques et identifications personnelles des publics. La fiction sérielle est en effet intimement liée aux sentiments, interrogations et préoccupations individuelles et sociales de ces derniers. Entre productions transnationales et expériences spectatorielles individuelles, cet appel à contributions propose d’interroger les séries télévisées au prisme du genre, le genre étant entendu comme principe organisateur des rapports sociaux de sexe. Il permet d’étudier la construction historique, sociale et culturelle de la différence des sexes pour repenser collectivement les questions de pouvoir, de structure sociale et de rôles construits sur ces différences.

A la suite de Teresa de Lauretis, nous partons de l’hypothèse de travail que les fictions sérielles, en tant qu’elles sont parties intégrantes du dispositif télévisuel, sont une « technologie de genre » (De Lauretis, 2007). La fiction sérielle est à la fois constituée et constitutive des représentations de genre, tiraillée et nourrie par des contradictions sociales genrées tout autant qu’une recherche de consensus (Beylot & Sellier, 2004). Interroger les séries télévisées au prisme du genre permet d’identifier le « non-conscient socioculturel » (Carcaud-Macaire & Clerc, 1995) qui structure les pratiques et représentations médiatiques. Afin d’éviter une re-substantivation des assignations de genre qu’il s’agit de déconstruire, la journée s’inscrira dans une approche relationnelle et intersectionnelle du genre. Le genre est transversal aux trois niveaux du processus médiatique – production, représentations et réception. Les propositions de contributions pourront porter spécifiquement ou synchroniquement sur ces différentes étapes. Elles répondront, de manière non-exclusive aux questions suivantes :

1. Comment le genre organise-t-il la production des séries télévisées ?

Parce que l’industrie médiatique est une industrie culturelle dont la visée est économique, la production de séries repose sur un « contrat de communication » (Charaudeau, 1997) ou du moins une « promesse » (Jost, 1997), qui vise à l’intelligibilité des contenus. En ce sens, la production capitalise sur les attentes, réelles ou supposées, des publics. Le genre participe dès lors des imaginaires de la production, mais aussi de leur effectivité. Les rapports de genre façonnent en effet l’organisation de l’industrie médiatique tout en devenant de « nouveaux territoires de la série télévisée » (Macé, 2007).

2. Quelles normes et assignations de genre les séries véhiculent-elles ?

Les représentations sont à la fois produites par le genre et contribuent à sa reproduction sur un mode itératif. Aussi, en analysant les contenus des séries, nous pouvons accéder au travail de naturalisation des normes de genre. Celles-ci seront étudiées au croisement des différents rapports de pouvoir qui organisent la monstration du féminin et du masculin. Il s’agira de mettre en exergue les imaginaires genrés qui organisent l’intelligibilité du texte médiatique. Dans cet axe, les contributions pourront également analyser les représentations contre-hégémoniques, les failles et disruptions éventuelles aux normes de genre, ainsi que les processus de réappropriations des figures déjouant la norme. La confrontation entre la réception et les représentations construites pourra aussi servir à mettre au jour les ambivalences d’une série, ses enjeux et les contradictions et même les non-dits d’une époque en rendant compte des préoccupations d’alors (ce que la réception a retenu), tout en révélant les éléments occultés dans le texte sériel par la réception.

3. En quoi l’expérience spectatorielle des publics est-elle façonnée par le genre ?

L’approche pragmatique souligne que le contenu est une coproduction. La rencontre entre le contenu et les publics donne lieu à des pratiques de « décodage » (Hall, 1994) diversifiées. Au niveau individuel, le rapport entre téléspectateur et série se caractérise par une forte dimension affective. Ces liens inscrivent l’objet sériel dans un « paradigme du sentiment » (Ang, 1985) qui génère des stratégies variées d’appropriations et de « braconnage » (De Certeau, 1980). Les communautés de fans sont symptomatiques de cette relation aux séries. Elles obéissent à une organisation stricte et codifiée (Bourdaa, 2012) qui témoigne de la normativité de ces pratiques. Partant de ce constat, nous souhaitons interroger l’expérience spectatorielle sérielle au prisme du genre. Comment le genre participe-t-il de l’appropriation par les publics d’une série ? Comment organise-t-il les pratiques de réception, tant du point de vue de la quotidienneté que des usages numériques ?

Au travers de ces trois axes, c’est donc la fabrique médiatique du genre dans les séries télévisées qui est interrogée. La journée se veut un cadre de réflexions et d’échanges autour d’un champ scientifique interdisciplinaire, à la croisée des Sciences de l’Information et de la Communication, des Études Cinématographiques et de la Sociologie des Médias. Les contributions qui mettront l’accès sur leurs pratiques de recherche et leurs choix méthodologiques seront particulièrement appréciées.

Modalités pratiques :

Les propositions de communication devront être envoyées au plus tard le 20 novembre 2013 aux trois adresses suivantes : gwenlegras@wanadoo.frmelaniebourdaa@yahoo.frlaetitiabiscarrat@hotmail.com. Le mail devra être intitulé « JE Genre en séries ».

Les propositions, d’une longueur de 500 mots, seront accompagnées de mots-clés et de quelques références bibliographiques.

La journée aura lieu le jeudi 27 mars 2014, à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, salle Jean Borde (10, esplanade des Antilles, 33607 Pessac).

Une publication des actes est envisagée.

Parution: David Peyron, Culture Geek

Parution

David Peyron, Culture Geek, FYP éditions

192 pages; 19,50 euros

Aujourd’hui, être geek est une identité culturelle revendiquée par un grand nombre d’adeptes de tout âge.

Certains geeks sont devenus des modèles de réussite sociale et professionnelle. Autrefois perçue comme minoritaire et péjorative, la culture geek est devenue tendance.

Les geeks sont désormais à l’avant-garde de nos usages.

Cet ouvrage remonte aux sources de cette nouvelle culture, en explique toutes les racines

et en explore toutes les facettes : la science-fiction, la fantasy, les jeux de rôles, les pulps,

les comics, les fanfictions, l’informatique, les jeux vidéo, les oeuvres fondatrices,

l’internet, les mèmes, les hackers, l’influence d’une culture populaire mondiale, le culte du détail,

le rapport aux objets, la culture participative, etc.

Il révèle ce qui fait lien dans la multitude des pratiques, d’attitudes, de passions, d’aspects positifs

comme péjoratifs, accolés au terme geek, et dévoile la différence entre l’identité geek féminine ou masculine.

Il montre que ce qui est commun à tous les geeks, c’est un parcours, une trajectoire sociale, des objets fondateurs, et aussi le partage de références et d’un imaginaire communautaire dans les sociétés

contemporaines marquées par l’individualisme.

Cette monographie très complète apporte un regard neuf et inédit sur l’émergence de la culture geek,

un phénomène culturel actuel majeur.

David Peyron est docteur en sciences de l’information et de la communication et titulaire d’un master en sociologie de l’art et de la culture.

Il est l’auteur d’une thèse sur la construction sociale de la culture geek.

Membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH) et de l’Association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique, il a collaboré à divers documentaires sur le mouvement geek.

Appel: Bad Literature/La Mauvaise littérature

Appel/CFP

Bad Literature/La Mauvaise littérature

Bad Literature
A Graduate Student Conference Hosted by the Yale University Department of French
January 31 – February 1, 2014

(la version française suit)
“I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.” (Robertson Davies)
“What should we read?” As students and scholars of literature, we are expected to answer this question. There are of course the (relatively) obvious answers: works of the canon, whose aesthetic, moral, political, or even historical merits have been established, at least for the time being. These are the “good” books. And then, there is everything else. The guilty pleasures. The unfortunate literary experiments. The popular bestsellers, often opposed – but by whom, how and why? – to aesthetically-valued works of literature. Personal favorites, too, that one often cannot defend on higher grounds than those of sentiment. There are also the subversive books – the libertine novels, the politically contentious or philosophically problematic ones – those that get banned or censored. Whether with respect to aesthetic, political, social, or moral norms, these are the “bad” books, those that shouldn’t be read – even though they are, often more so than the good ones.
Or shouldn’t they – be read, be studied? Yale’s 2014 French Graduate student conference will be devoted to addressing this central question. While it is true that there always seems to be at least a norm against which we measure books, it is also true that norms change – but how? And why? What is the relationship between good and bad literature? Is there something that can be learned – by writers, critics, or casual readers – from works of allegedly questionable aesthetic and literary qualities? Is there an enjoyment of the text that is inextricable to the idea of it being “bad”? What can contentious or criticized books tell us about their modes of production and of reception? These are only a few of the questions we hope will arise from bringing to the fore forgotten, discarded, vilified, ridiculed, and sometimes eventually rehabilitated works of literature.

Possible topics include but are not limited to:

  • Works of literature whose aesthetic assessment has changed over time
  • Works of literature considered to be politically or morally dangerous
  • Unknown works by revered authors
  • The literary tastes of fictional characters: the representation of reading and its value
  • Canon formation, the reception of canonical works
  • Erotic or Harlequin novels
  • Forgotten bestsellers, forgotten genres
  • Popular literature, popular genres
  • Theories of aesthetics
  • The creation of literary norms
  • Banned books and censorship
  • Subversive literature
  • The libertine novel
  • The influence of “bad” literature on respected works
  • Reading and pleasure
  • Allegedly failed works
  • The influence of gender, sexuality, and identity politics on the reception of works of literature.
  • The relationship between literature, reading practices, and school (or the university)

We invite submissions for papers focusing on French and Francophone works of literature and film. Presentations may be in French or English and should not exceed fifteen minutes.

Please send abstracts of 250 words by email to yalefrenchgradconference2014@gmail.com by November 1, 2013. Proposals should include your paper title, name, contact information, and institutional/departmental affiliation.

*****

La mauvaise littérature
Conférence organisée par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale
Du 31 janvier au 1e février 2014

«I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.» (Robertson Davies)

« Quels sont les livres à lire ? » – question épineuse à laquelle peu d’étudiants de lettres échapperont dans leur vie. Ceci dit, les réponses classiques, prudentes, ne manquent pas : suffit de nommer une quelconque œuvre canonique, dont les mérites esthétiques, moraux, politiques ou historiques ont été établis – mais comment et à quel point, voilà une toute autre question. Ces livres, ce sont les « bons » livres. Il y en a néanmoins une myriade d’autres qui échappent à ce genre de réponse. Les plaisirs coupables. Les expériences littéraires malencontreuses. Les succès de librairie, souvent dénigrés au profit de ces chefs d’œuvres littéraires aux vertus esthétiques prétendument indéniables. Il y a aussi de ces livres aimés pour des raisons qui ne semblent pas dépasser l’affection pure et simple. Puis viennent les livres séditieux – les romans libertins, ceux qui provoquent des révolutions ou alimentent de dangereux débats philosophiques –, ceux qui tombent sous le couperet de la censure. Que ce soit en fonction d’une norme esthétique, politique, sociale ou encore éthique, ceux-là sont tous de « mauvais » livres, des livres à ne pas lire – même s’ils le sont, souvent plus et plus volontiers que leurs honorables et honorées contreparties.

Or, est-il vrai que nous ne devrions pas les lire, les étudier ? C’est à cette question que sera dédiée la conférence organisée cette année par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale. Même en acceptant l’idée qu’il nous faille toujours au moins une norme en vertu de laquelle évaluer la valeur d’une œuvre littéraire, il faut aussi reconnaître que les normes changent et varient – mais comment ? Et pourquoi ? Quels sont les rapports entre bonne et mauvaise littérature ? Y a-t-il quelque chose qu’un écrivain, qu’un lecteur, qu’un critique puisse tirer d’un livre aux qualités littéraires contestées ? Y a-t-il un plaisir du texte inextricablement lié à l’idée que ce dernier soit « mauvais » ? Que peuvent nous apprendre les livres critiqués ou subversifs à propos de leur mode de production et de consommation ? Voilà seulement quelques-unes des questions que nous espérons voir émerger durant les quelques jours que nous dédierons à l’étude de livres oubliés, rejetés, censurés, ridiculisés et parfois heureusement réhabilités.

Parmi les sujets possibles, on trouve entre autres :

  • L’évolution de la réception et de la valeur attribuée à une certaine œuvre littéraire
  • Les œuvres littéraires considérées dangereuses, que ce soit d’un point de vue politique ou moral
  • Les œuvres méconnues ou oubliées d’auteurs canoniques
  • La représentation littéraire de la lecture, de ses normes et de sa valeur (question des goûts et habitudes de lecture de personnages littéraires)
  • L’invention du canon, la réception d’œuvres canoniques
  • Les livres Harlequin, érotiques ou pornographiques
  • Les bestsellers ou genres oubliés
  • L’esthétique, la théorie littéraire
  • La création des normes littéraires
  • La littérature subversive
  • Le roman libertin
  • L’influence de la « mauvaise » littérature sur la « bonne »
  • La lecture et le plaisir
  • Les soi-disant livres « ratés »
  • L’influence des identités sexuelles, culturelles, ethniques ou autres sur la réception d’œuvres littéraires
  • La relation entre la littérature, la lecture et le milieu scolaire ou académique

Les propositions de communication peuvent être écrites en français ou en anglais, ne devraient pas dépasser 250 mots et devraient traiter, au moins dans une perspective comparatiste, d’œuvres littéraires et cinématographiques françaises ou francophones. Elles doivent être envoyées à yalefrenchgradconference2014@gmail.com d’ici le 1e novembre 2013 et doivent contenir le titre de la présentation, le nom, l’adresse électronique et le département de leur auteur.

Perez Prada, Nicolas (Université de Limoges)

Doctorant, Université de Limoges

Domaines de recherche

Littératures populaires et médiatiques, notamment les mangas et les anime.

FORMATION

Actuellement : Doctorat de Lettres – Université de Limoges

Thèse : Le metamanga : l’imbrication des processus réflexifs dans le manga et l’anime. Sous la direction d’Irène Langlet.

2011-2012 :    Master 2 de Lettres Modernes, mention très bien – Université de Limoges

Mémoire: La transmédialité en manga. Sous la direction de Natacha Levet.

2010-2011 :    Master 1 de Lettres Modernes – Université de Limoges

Mémoire: Gintama, les shounen dans le shounen. Sous la direction de Natacha Levet.

2006-2009 :    Licence de Lettres Modernes – Université de Limoges

EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES

2012-2013 : Enseignant contractuel dans le second degré :

Professeur de français pour une classe de 1ère

Professeur de latin pour des collégiens de la 5ème à la 3ème

Professeur de FLE

Appel: Les Soldats populaires

Appel

« Les Soldats populaires »

Rencontres internationales du Roman Populaire

4 et 5 avril 2014 à Amiens

organisées par l’Association des Amis du Roman Populaire

Ces Rencontres ont pour objectif l’exploration d’un domaine encore peu étudié : les liens entre la Grande Guerre et les romans populaires. Très peu de travaux ont abordé cet aspect de notre histoire culturelle et l’AARP propose donc de travailler sur ce sujet.

Ces Cinquièmes Rencontres Internantionales du Roman Populaire qui ont reçu le label « Centenaire » de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, vont s’intéresser aux diverses représentations des soldats de la Grande Guerre dans les romans populaires européens. Le corpus (énorme) ne se limite pas aux romans publiés en France, mais aussi à ceux qui sont parus en Allemagne, en Angleterre, en Italie et dans d’autres pays touchés par le conflit. Il s’agit donc d’explorer les publications de romans-feuilletons dans la presse, fascicules, « pulps » anglo-saxons, Kriegs Roman Serie, etc.

Le sujet des Rencontres vise à valoriser le soldat en tant que personnage romanesque. Et à travers ce thème, souligner que les romans populaires qui prennent la Grande Guerre comme cadre constituent non seulement des récits destinés à intéresser les lecteurs par leur intrigue (récit sentimental, roman d’aventures, espionnage, mélodrame, etc.), mais se présentent aussi comme les témoins de la mentalité d’une époque.

Les « soldats populaires», ce sont autant le soldat combattant (Les Poilus de la 9e d’Arnould Galopin, Das Eiserne Kreuz de Walther Kabel et Richard Grau, No man’s land de Sapper), ses exploits et ses peurs (Zizi dit « le tueur de boches » de Marcel Allain), que le soldat blessé, voire mutilé (Cœur cassé d’Aristide Bruant, L’Enigme de Givreuse de J.-H. Rosny). Et aussi les « contes héroïques » de Maurice Leblanc et les récits de Léon Groc dans la collection « Patrie » ou ses contes dans la presse. C’est le soldat dans ses relations avec les autres personnages : l’officier, les copains, l’infirmière, l’ennemi (L’Horrible drame de Charles Mérouvel, Bochemar de Léon Sazie).

C’est aussi le soldat prisonnier (Le Roi des cuistots de Julien et Marcel Priollet, ou les contes de Gustave Vigoureux) ou le déserteur, mais aussi le soldat amoureux (Suppliciée ! de Jules Mary). Et l’espionnage, vol des plans d’une arme secrète (Marjolie de Michel Morphy, Rouletabille chez Krupp de Gaston Leroux) ou démantèlement de réseaux (Sauvagette de Maurice Landay). Et aussi Le Sang de la France de Paul Bertnay, La Fin d’une walkyrie de Delly, la série « Chantecoq » d’Arthur Bernède, etc. Plusieurs romans traitent de l’enfant-soldat (Confitou de Gaston Leroux, Du lycée aux tranchées de Jules Chancel) et des victimes de la guerre, familles endeuillées, enfants orphelins, veuves, etc.

La question des « soldats populaires » permettra d’observer le traitement romanesque des événements de la guerre. Y a-t-il des épisodes privilégiés ? Comment traite-t-on les figures historiques ? Ainsi de Guillaume II qui est personnage de plusieurs romans. Cette littérature participe-t-elle à la propagande belliciste ? Ou met-elle en place un nouvel héroïsme ? Que révèle-t-elle de la vie quotidienne des soldats pendant le conflit, de leurs projections dans l’imaginaire ? Autant de questions à poser et à discuter.

Modalités

Les propositions de communications sont à adresser avant le 11 novembre 2013 à :

daniel.compere@orange.fr

Les communications retenues et présentées lors de ces Rencontres Internationales constitueront un dossier de la revue Le Rocambole, après sélection par le comité de lecture.