Journée d'études: Séries télévisées, sciences et science-fiction (11 octobre 2013)

Séries télévisées, sciences et science-fiction

(CPER GUEST-Normandie)

Vendredi 11 octobre après-midi – salle de conférence, Hôtel de ville du Havre

14h00 : Donna ANDREOLLE et Mehdi ACHOUCHE : «Séries de science-fiction : sciences, utopie et Histoire des Etats-Unis»

15h00 : Débat et pause

15h30 : Sylvaine BATAILLE : «Science et technologies dans Battlestar Galactica»

16h00 : Claire CORNILLON : «Science et technologies dans Stargate SG1»

16h30 : Sarah HATCHUEL : «Lost : Science et foi dans le récit»

Appel: Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipation en Belgique francophone

Appel à contributions

Revue Textyles, n° 47 (2015)

Utopies et mondes possibles.

Le récit d’anticipation en Belgique francophone

(avant le 30 novembre 2013)

Numéro dirigé par Valérie Stiénon (Université Paris XIII)

Terre fertile en paralittératures, familière des littératures de l’imaginaire, la Belgique semble paradoxalement peu représentée dans la veine utopique. Si en France le récit d’anticipation moderne se constitue en prolongement, souvent négatif, de l’utopie narrative d’Ancien Régime, la situation est plus difficile à déterminer pour la Belgique, où cette écriture n’a pas acquis de véritable visibilité auctoriale ou éditoriale et paraît loin de constituer un genre autonome. On reconnaît plus volontiers à la littérature belge d’expression française ses particularités, tôt développées, dans les domaines du fantastique et de la science-fiction. Il s’agit assurément d’esthétiques voisines, mais il ne faudrait pas les confondre. Roger Bozzetto a insisté pour considérer le fantastique et la fiction spéculative comme « deux genres spécifiques avec des origines, des généalogies et des visées différentes », tandis que Darko Suvin a proposé des critères distinguant l’utopie de la science-fiction. Sous la désignation de « littérature utopique » peuvent se regrouper des œuvres qui ont en commun les caractéristiques de la fiction prospective ou conjecturale associées à un traitement rationnel, généralement centré sur des préoccupations sociétales. Une telle définition repose à la fois sur des traits narratifs (cadre spatio-temporel d’anticipation), figuratifs (représentations de la collectivité humaine) et logiques (lien de vraisemblance entre monde fictif représenté et référence au réel). Ce numéro de la revue Textyles proposera un premier état des lieux de cette production hybride, disparate et peu considérée. Il associera, pour ce faire, des études de cas à une réflexion d’ensemble. Quatre orientations pourront être investiguées, ensemble ou séparément :

  • étude thématique : existe-t-il des thèmes spécifiques à l’utopie belge ainsi entendue ? L’écriture du tableau urbain et la poétique des ruines au futur antérieur, bien représentées dans la production française, trouvent-elles leurs équivalentes en Belgique ? Se développe-t-il dans la production belge une inscription topographique et politique particulière, comme semble l’indiquer par exemple Le Siège de Bruxelles de Jacques Neirynck (1996) ? L’utopie s’oriente-t-elle, comme en France, vers un pessimiste dystopique, ce que pourraient confirmer les œuvres de Jacques Sternberg, (Mai 86, 1978) et de Florian Houdart (Black-Out, 2009) développant une forme de catastrophisme prophétique qu’il reste à caractériser ? Quels aspects de l’imaginaire social ces fictions privilégient-elles, à l’instar de la précoce Mort de la Terre (1910) de Rosny Aîné, qui pose avec clairvoyance les questions écologique, démographique et atomique, ou à l’image du Species Technica(1981, publié en 2001) de Gilbert Hottois, qui explore la thématique des technosciences ?
  • étude générique : quels sont les sous-genres investis par l’anticipation belge ? La question s’étend de l’anti-utopie au steampunk, en passant par l’uchronie revisitée récemment par Stéphane de Lobkowicz avec La reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht (2011). Comment ces frontières génériques interfèrent-elles par ailleurs avec les esthétiques du merveilleux scientifique, de l’absurde, du surréalisme ou du réalisme magique manifesté notamment par un Franz Hellens dans son recueil Le dernier jour du monde(1967) ? La notion de « récit » sera entendue au sens le plus large pour mieux considérer la diversité des formes génériques susceptibles d’accueillir l’écriture d’anticipation : roman, nouvelle, conte, journal personnel, enquête fictive, entretien imaginaire, etc. Elle inclura volontiers la dimension visuelle propre à la bande dessinée. Que l’on pense à la série Les Cités obscures, conçue par François Schuiten et Benoît Peeters à partir de 1983, ou à certains albums de Blake et Mortimer (le « chronoscaphe » du Piège diabolique, 1960). Les traits définitoires du genre pourront aussi être déterminés par comparaison avec l’essai, le roman d’aventures, la littérature de voyage donnée comme authentique ou imaginaire et la littérature de jeunesse, représentée par exemple chez Philippe Ebly [Jacques Gouzou] avecLes Patrouilleurs de l’an 4003 (1984-86).
  • étude sociologique : si les auteurs belges se sont rarement spécialisés dans le seul genre du récit d’anticipation, en revanche certaines structures éditoriales ont pu contribuer à la cohérence et au rayonnement de cette forme d’écriture en Belgique. En témoigne par exemple la revue spécialiséeAnticipations, qui publie des fascicules sériels en petit format en 1945 et 1946. Pour déterminer les échanges internationaux et les effets de réseaux, il importe aussi de faire le départ entre les lieux d’édition spécifiquement belges (Marabout avant son intégration par Hachette ; La Concorde publiant à Bruxelles Le dernier couple de Roger-Henri Jacquart en 1945) et les réseaux étrangers investis occasionnellement par les auteurs belges, à l’exemple de la collection française « Anticipation » au Fleuve Noir, qui publie notamment le tandem Jean-Gaston Vandel [Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse] auteur de L’agonie des civilisés (1953). On pourra aussi s’interroger sur les modalités de collaboration des auteurs, sur les carrières d’écrivains et sur la composition des équipes éditoriales autour de la littérature d’anticipation.
  • étude monographique : parallèlement au profil socio-littéraire de l’auteur et aux réseaux qui ont favorisé sa production, on pourra choisir d’étudier non pas les entours de l’œuvre, mais l’œuvre elle-même de manière intrinsèque, afin de la faire mieux connaître et de déterminer la part laissée à l’écriture particulière de l’utopie dans un parcours d’écriture, un projet créateur, une esthétique. Il s’agira alors de mettre en évidence des caractéristiques et des dominantes discursives ou stylistiques, mais aussi des évolutions, des emprunts, des influences qui fondent la dynamique d’un ou plusieurs texte(s) au regard de la littérature utopique. La question peut être posée pour tout auteur belge concerné. Songeons entre autres à Franz Hellens, Marcel Thiry (Échec au Temps, 1945), Alain Le Bussy, Henri Vernes et sa série des Bob Morane.

Ce numéro thématique de la revue Textyles poursuit deux objectifs complémentaires. D’une part, à travers des études de cas documentées, il entend mettre en évidence cette fraction particulière de la production belge pour proposer une première esquisse d’histoire littéraire s’étendant sur un peu plus d’un siècle, de Rosny Aîné (La Mort de la Terre, 1910) à Luc Delisse (2013 Année terminus, 2012). D’autre part, il vise à interroger, par une réflexion transversale analytique et comparative, les raisons de la faible visibilité et de la relative non-reconnaissance de la littérature utopique en Belgique francophone.

Les propositions de contributions (environ 500 mots) accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique sont à adresser à Valérie Stiénon (V.Stienon@ulg.ac.be) avant le 30 novembre 2013. La présélection sera communiquée aux auteurs pour le 15 décembre 2013. Les articles retenus seront à envoyer pour le 1er mai 2014. Ils feront l’objet d’une évaluation par le directeur du dossier et par le comité scientifique de la revue.

Textyles, revue des lettres belges de langue française, est une revue universitaire, qui paraît deux fois par an, sous la forme de volumes d’environ 150 pages, comprenant un dossier consacré à une œuvre ou à une problématique, des varias, des comptes rendus d’ouvrages critiques et une bibliographie exhaustive des publications critiques de l’année écoulée dans le domaine des lettres belges. Elle constitue ainsi un véritable organe de synthèse pour la recherche, la documentation et l’enseignement des lettres belges, en Belgique et à l’étranger.

Gonzalez, Fanny (Université Lille 3)

Fanny Gonzalez, université Charles de Gaule, Lille 3

Doctorante en littérature française (ALITHILA)

Directrice de thèse : Martine Reid

fanny.f.gonzalez@gmail.com

Thèmes des recherches :

  • Les représentations du masculin et du féminin dans le roman populaire de la Belle Époque.
  • Le roman sentimental et les femmes auteurs.
  • Gender studies, cultural studies, sociologie de la littérature.
  • Teen movies, comédies romantiques et romans Harlequin.

Continuer la lecture de Gonzalez, Fanny (Université Lille 3)

Appel: Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Appel à communications

Mondes possibles, mondes numériques :

enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique)

S’il est périlleux de prétendre rendre compte des mutations d’épistémè dans le temps même qu’elles sont censées se produire, du moins peut-on sans risque d’erreur mettre en évidence le changement de paradigme qui a vu l’ère du numérique succéder en quelques décennies seulement à la galaxie Gutenberg. Dit autrement, on est passé d’une civilisation de l’imprimé à la prépondérance des écrans ; il en résulte la mise en œuvre de nouveaux cadres de référence et de réception dont la montée en puissance pourrait sembler reléguer l’écrit en général, et le texte littéraire en particulier, en marge de la conscience contemporaine au profit de l’immédiateté des médias, de la fascination des images et du prestige du Web.

À ce constat désenchanté, il faut toutefois opposer la persistance du champ littéraire, avec en particulier l’essor éditorial de la littérature pour la jeunesse, dont la place avérée dans les pratiques de consommation culturelle témoigne de son rôle structurant dans la constitution d’un imaginaire collectif des jeunes générations, de même que l’évolution des littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction…) qui touchent elles aussi un public élargi. Loin de s’opposer à la révolution numérique, de telles productions semblent au contraire l’accompagner, voire la mettre en scène, à travers le motif récurrent des mondes possibles, thème obsessionnel de la fiction contemporaine.

Reste à savoir comment ces différentes modalités de l’évasion dans d’autres univers (à travers les textes ou par le biais des jeux vidéo, jeux de rôle et autres jeux en ligne) entrent en résonance dans les perceptions contemporaines. Peut-on considérer que les expériences sont superposables dès lors que « fiction » et « play » sont souvent confondus au nom d’une adhésion collective au paradigme de l’immersion ? Ou bien faut-il les considérer comme radicalement distinctes, comme ont pu un temps le revendiquer les game studies ? On se rappelle que Jean-Marie Schaeffer, dans la fameuse ouverture de Pourquoi la fiction ?, rapprochait pour sa part Madame Bovary de Lara Croft dans l’intention de couvrir la totalité du spectre fictionnel, considérant précisément que le propre de la fiction serait d’instituer un mode d’immersion dans l’univers postulé (la feintise ludique), caractérisé par des modes de projection similaires par-delà la disparité de leurs réalisations.

Ce ne serait donc pas un hasard si la fortune critique des théories de la fiction visant à rendre compte des phénomènes littéraires à l’aune du vieux mythe des mondes possibles[1] coïncide avec le succès de « mondes imaginaires » revisités par le cinéma (Harry Potter adapté par Hollywood, Tolkien revu et corrigé par Peter Jackson, Narnia de C.S. Lewis ou His Dark Materials de Philip Pullman promus en blockbusters), la généralisation croissante des consoles de jeux ou encore l’engouement médiatique et public pour les existences alternatives et les univers persistants (Second life, World of Warcraft …).

L’objet de ce colloque est donc d’interroger la façon dont s’entrelacent aujourd’hui les trois notions de « fiction », de « monde » et de « jeu ». On pourra notamment et entre autres développer les pistes de réflexion suivantes :

– imaginaires des mondes et paradigmes théoriques, dans leurs différents investissements disciplinaires ;

– représentations de l’expérience des mondes ludiques dans la littérature, et symétriquement, modes de présence des mondes littéraires quand ils font l’objet d’adaptations ludiques ;

– multiplication des expériences « transmedia » et « crossmedia » autour de « mondes » partagés : quelles places y tiennent les différents médias, avec quels enjeux ?

– analyse des comportements psycho-cognitifs mis en jeu selon les modalités de l’immersion ;

– sociologie des pratiques et usages en fonction des supports considérés…

Ce sont ces convergences et ces nuances qu’il s’agira d’observer, voire de remettre en cause dans leur évidence première, pour tenter de forger une conception moderne de ce que serait une culture accordant la même valeur à la dimension artistique qu’au poids du numérique. C’est dire qu’une telle réflexion ne relève pas seulement du champ de l’esthétique, mais tout autant du politique dans la mesure où s’y jouent des questions d’héritage et de rupture, de transmissions patrimoniales et de conflits intergénérationnels, bref de comportements (inter)culturels et donc de modes de vie, de représentation autant que de pensée.

Le colloque proprement dit se déroulera pendant les deux journées du 19 et 20 juin. Il sera précédé le 18 juin après-midi par un workshop pour les jeunes chercheurs  s’inscrivant dans la problématique et dans le contexte théorique et méthodologique du colloque. Ce workshop, avec modérateur, consistera en une présentation rapide de leurs travaux de recherches s’appuyant sur un poster.

Les propositions (environ 3000 signes espaces compris, précisant s’il s’agit d’un poster ou d’une communication pour le colloque) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte notice biographique, à Laurent Bazin (laurentbazin60@gmail.com), Anne Besson (annebesson@free.fr) et Nathalie Prince (nathalie.prince@bbox.fr) avant le 31 décembre 2013.

Organisation

Laurent Bazin, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Anne Besson, E.A. « Textes et Cultures », Université d’Artois

Nathalie Prince, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Comité scientifique

Gilles Brougère, Université Paris Nord-Villetaneuse

Vincent Ferré, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Irène Langlet, Université de Limoges

Françoise Lavocat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Marc Lits, Université de Louvain

Francis Marcoin, Université d’Artois (Arras)

Brigitte Ouvry-Vial, Université du Maine

Richard Saint-Gelais, Université Laval (Québec)

Url de référence :

http://3lam.univ-lemans.fr/fr/index.html


[1] Entre autres : Pavel, Univers de la fiction ; Dolezel, Heterocosmica ; Eco, Lector in fabula ; Ryan, Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory ; Lavocat, La Théorie des mondes possibles et l’analyse littéraire

Parution: Sylvie Ducas, La littérature, à quel(s) prix ?

Parution

Sylvie Ducas

La littérature, à quel(s) prix ?
Histoire des prix littéraires

Les prix littéraires sont une « exception française » mal connue : s’ils prolifèrent en France, ils se diversifient selon des logiques très diverses liées à une « économie du prestige » complexe. Cette enquête, menée à partir de nombreux entretiens auprès d’écrivains et de professionnels du livre, cherche à éclairer cette complexité afin de saisir les nouvelles configurations de la condition littéraire contemporaine.
Avec les prix, ce sont des reconfigurations majeures du monde littéraire qui se donnent à lire : déclin de la fonction sociale et de l’autorité symbolique de l’écrivain ; déclin du livre comme objet sacralisé ; déclin de la lecture et mutations des pratiques culturelles ; métamorphoses de l’expertise littéraire ; figurations nouvelles du littéraire.
De l’homme de lettres d’hier à l’écrivain minuscule d’aujourd’hui, ce sont bien les effets à la fois structurants et paradoxaux des prix littéraires que ce livre cherche à pointer. Structurants : les prix régulent un marché et une offre, contrôlent et font perdurer une certaine idée de la littérature en l’ouvrant au plus grand nombre, proposent une définition normée de la lecture et du goût. Paradoxaux : les prix inscrivent l’écrivain dans une communauté, mais le fragilisent dans sa singularité ; ils obéissent à un protocole réglé dont l’écrivain ne décide pas des règles ; ils mettent en lumière mais n’aident pas à durer.
Cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire culturelle du statut de l’auteur qui interroge l’effondrement de son rôle social dans la sphère publique.

Sylvie Ducas; La littérature, à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Découverte, Cahiers libres, août 2013

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_litterature__a_quel_s__prix__-9782707175175.html

Prix : 22 €
ISBN : 9782707175175
Dimensions : 135 * 220 mm
Nb de pages : 240

Appel: Robida et l’anticipation

Robida et l’anticipation

Appel à communications pour une journée d’études

à Lyon le 19 juin 2014

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Cette journée d’étude se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissants dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation.  On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

Les propositions de communication pourront s’intégrer dans les axes suivants :

1. Une écriture de l’anticipation : les genres romanesques et l’humour de Robida

– On pourra s’intéresser aux multiples « genres de l’anticipation » abordés par Robida (et à la pertinence de ces catégories génériques). Les « guerres de demain » constituent-elles un sous-genre spécifique ? Quelle relation l’œuvre entretient-elle avec les traditions de la dystopie et de la contre-utopie ? On verra comment Robida investit le récit illustré pour la jeunesse, en y introduisant sa culture satirique et en permettant ainsi une lecture des textes à plusieurs niveaux.

– On s’attachera également aux relations d’Albert Robida avec le genre du roman d’aventures scientifiques, et plus particulièrement à son dialogue parodique avec l’œuvre de Jules Verne.

– Dans le cadre d’une réflexion sur la poétique du roman d’anticipation selon Robida, on pourra notamment analyser les structures narratives, le travail sur le personnage et le recours aux types, ainsi que la transformation de l’écriture descriptive en raison de la dynamique spécifique texte/image.

– Pour mettre en évidence les multiples ressources de l’humour mobilisé par Robida dans ses récits d’anticipation, on pourra étudier l’usage de la satire, des allusions contemporaines et des procédés d’exagération propres à la caricature, le recours à un comique de situation, ainsi que le travail de l’ironie et plus particulièrement les effets de décalage entre texte et image.

– On s’intéressera également à des récits limites, qui questionnent la nature de l’anticipation : les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul dans les cinq ou six parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne ou la série de « La Boîte aux lettres » (correspondance fictive publiée dans Le Petit Français illustré entre 1896 et 1901 par Robida, Christophe et Henriot) pourraient ainsi redéfinir les frontières de l’anticipation et de l’imagination scientifique.

2. Robida et la « civilisation du journal »

L’œuvre de Robida a été modelée par le double statut de son auteur : il a investi le champ du livre illustré, mais c’est aussi avant tout un homme de presse, dévoilant semaine après semaine une critique en images de la vie culturelle parisienne. Au moment où il publie ses premières œuvres d’anticipation, dans les années 1880, il collabore à de nombreux hebdomadaires, comme Le Journal amusant, La Vie parisienne ou Paris-caprice, et pendant plus de dix ans, il dirige son propre hebdomadaire, La Caricature.

– On pourra donc analyser l’inscription des productions d’anticipation dans la civilisation du journal, et leur relation à la culture de la petite presse et de la presse satirique. On verra l’influence du support sur l’écriture des romans, l’allusion aux événements de l’actualité médiatique témoignant d’une culture du clin d’œil et de la connivence avec le lecteur. Au-delà de ces références, on pourra dégager la proximité entre ces textes et le modèle esthétique que constitue la caricature d’actualité.

– Parallèlement à la presse satirique, un autre champ médiatique interagit avec la production d’anticipation de Robida : celui de la presse de vulgarisation. On examinera alors le dialogue et les éventuelles contradictions entre la fiction d’anticipation et support scientifique. La Vie électrique est ainsi parue dans La Science illustrée, revue de vulgarisation dirigée par Louis Figuier, qui y célébrait par ailleurs les merveilles de l’électricité.

– De façon plus générale, on pourra considérer les effets de la variété des supports de publication sur la nature des discours d’anticipation proposés et sur leur évolution. On retracera ainsi l’histoire de la genèse des œuvres (conditions éditoriales de production, transformations en fonction des supports et des publics). En examinant la diversité des supports, des destinataires, et des formats (romans, pièce de théâtre, articles de presse ou récits en volumes, œuvres pour adultes ou pour la jeunesse, œuvres écrites seul ou en collaboration), on pourra s’interroger sur les effets d’hétérogénéité autant que sur l’unité de l’œuvre.

– Symétriquement à cette imprégnation de la culture médiatique déterminant la production des œuvres d’anticipation, on explorera la réception de ces romans dans la presse d’époque, pour déterminer comment la civilisation du journal se ressaisit, en retour, de cette œuvre produite en son sein.

3. L’anticipation en images : une empreinte visuelle durable

– Le dynamisme propre de l’œuvre de Robida repose sur l’interaction originale construite entre texte et image, et l’élaboration d’un univers visuel d’une richesse remarquable, cohérent d’un roman à l’autre. On pourra examiner les mécanismes narratifs mobilisés pour l’illustration, les effets de convergence, d’expansion, de commentaire ou de contradiction entre la matière textuelle et sa transposition en image.

– Quelles influences esthétiques s’exercent sur la création graphique de Robida ? En dehors de la presse satirique, quel dialogue s’institue avec les autres artistes de presse de l’époque, ainsi qu’avec les illustrateurs de littérature de jeunesse ? On pourra également s’interroger sur l’influence de différents univers visuels, comme celui de la réclame et de l’image publicitaire, ou celui de l’illustration scientifique.

– Quelle place Robida occupe-t-il dans l’histoire de l’illustration ? Se situant après la génération des illustrateurs romantiques tels Gustave Doré, Daumier, Bertall ou Cham, il ouvre la voie à nouvelle génération d’illustrateurs comme Forain, Willette ou Caran d’Ache. Peut-on définir une spécificité de son œuvre d’anticipation, sur un plan graphique, par rapport au reste de sa production ?

– On pourra enfin analyser la postérité visuelle de Robida, dans le domaine de l’anticipation scientifique. Ses images de villes futuristes notamment, sillonnées de dirigeables, ont durablement marqué les représentations, servant de matrice imaginaire à nombre de fictions futuristes du vingtième siècle, et elles se sont vues réactivées récemment par le courant de science-fiction dénommé steampunk.

4. La société du futur

– C’est sous cet angle que l’œuvre de Robida a été le plus souvent abordée. Mais au-delà d’un répertoire des domaines de la société future affectés par l’anticipation – relations sociales (notamment le travail des femmes), transports, loisirs, moyens de communication, urbanisme – il importera de restituer la complexité du positionnement idéologique de son auteur. Le discours de Robida sur la modernité, s’il se déploie souvent dans un registre satirique, échappe néanmoins à l’univocité. A la lumière de ses fictions d’anticipation, on pourra dessiner l’itinéraire politique de Robida. On pourra également analyser les enjeux idéologiques de sa représentation des sciences et des techniques.

– On constate souvent dans les fictions d’anticipation de Robida une répartition du personnel romanesque en deux groupes, qui permet de rejouer sur un plan symbolique la guerre des sciences et des lettres. On pourra interpréter la répétition de cette structure duelle, qui se voit souvent redoublée d’une autre bipartition, sur un plan spatial. Il importera en effet d’analyser la fréquente scission entre différents espaces correspondant à des temporalités parallèles : d’une part le monde du futur, et d’autre part des espaces protégés, conçus comme des conservatoires des mœurs du passé, comme la réserve d’Armorique.

– Les romans d’anticipation sont par ailleurs le lieu d’une réflexion sur le devenir de l’art, où l’on peut deviner la transposition de cibles contemporaines et notamment l’écho des polémiques des années 1880 autour du naturalisme. Au-delà de sa dimension métatextuelle, on pourra développer cette réflexion esthétique, portant sur la littérature, mais aussi les arts du spectacle, la peinture et la musique.

Bibliographie sélective d’œuvres d’anticipation d’Albert Robida

1869La Guerre au xxe siècle – campagne de Jujubie. Album inédit

1883 Le Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux

1883 Le Vingtième Siècle, Paris, Dentu

1883 – « La Guerre au vingtième siècle », La Caricature, n° 200, 27 octobre 1883

1887La Guerre au Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux

1889La Nuit des Temps ou l’élixir de rajeunissement, Pièce d’ombres pour le cabaret du Chat Noir. Livret, Imprimerie Charles Blot

1891-1892 La Vie électrique, Paris, Librairie illustrée, publication dans La Science illustrée n° 209 du 28 novembre 1891 au n° 244 du 30 juillet 1892

1892Jadis chez Aujourd’hui, Paris, Armand Colin, publié en pré-originale par Le Petit Français iIlustré du n°63 du 10 mai 1890 au n° 68 14 juin 1890

1892 Un Voyage de fiançailles au vingtième siècle, Paris, Louis Conquet

1895 – « La Fin des Livres » in Contes pour les bibliophiles, textes d’Octave Uzanne, Paris, Albert Quantin

1902L’Horloge des Siècles, Paris, Juven publié en pré-originale dans La Vie illustrée du n° 160 du 8 novembre 1901 au n° 182 du 11 avril 1902

1908 La Guerre Infernale, texte de Pierre Giffard, Paris, Méricant

1917 – « Un Potache en 1950 » publié dans Mon Journal du n° 36 du 8 septembre 1917 au n° 51 du 22 décembre 1917

1919-1920 – « En 1965, roman prophétique » publié dans Les Annales du n° 1896 du 26 octobre 1919 au n° 1908 du 18 janvier 1920

1919L’Ingénieur Von Satanas, Paris, Renaissance du Livre

1925Un Chalet dans les Airs, Paris, Armand Colin

Les propositions de communication (environ 1000 mots) sont à envoyer, accompagnées d’une présentation bio-bibliographique, à Claire Barel-Moisan (claire.barel-moisan@ens-lyon.fr) et à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) avant le 31 octobre 2013.

Séminaire: Paratexte ou "énonciation éditoriale" : comment le livre parle au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2

« Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2013-2014 :

« Paratexte ou « énonciation éditoriale » : comment le livre parle au lecteur »

Ce groupe de travail, constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent. Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud). Cette année, se tiendra la neuvième saison de son séminaire de master 2, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel : « Paratexte ou « énonciation éditoriale » : comment le livre parle au lecteur ».

Responsable : Sylvie Ducas, maître de conférences HDR à Paris Ouest Nanterre La Défense sylvie.ducas@u-paris10.fr ; sylvie.ducas@wanadoo.fr 06 84 23 49 19

Statut : Séminaire d’enseignement et de recherche

Horaire : Jeudi de 9 à 13h par quinzaine

Lieu : Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud Salle 20, rez-de-chaussée du bâtiment, au fond du hall à gauche

Programme :

Jeudi 26 septembre 2013

Sylvie Ducas, introduction générale

Sylvie Ducas, La couronne et le bandeau. Paratexte des livres primés

Emmanuël Souchier, L’énonciation éditoriale : simplicité d’une théorie du complexe

Jeudi 3 octobre 2013

Bertrand Ferrier, Ce que dit « l’indicible » : stratégies éditoriales de marchandisation de la Shoah dans l’édition pour la jeunesse

Jean-Christophe Boudet, Le paratexte dans la bande dessinée contemporaine

Nicolas Lahaye, Les fanzines, publications à but non lucratif : modalités de fabrication et de diffusion

Jeudi 24 octobre 2013

Justine Delassus, De l’énonciation éditoriale au discours muséal. Symboliques du livre dans les maisons d’écrivains, les musées et les expositions littéraires

Pascale Argod, Fonction de l’image et créativité éditoriale dans le carnet de voyage

Nadia Fartas, L’essai et l’écrivain exposés : nouvelles formes du catalogue

Jeudi  7 novembre 2013

Léda Mansour, Le paratexte comme idéologie

Anaïs Guilet, Écrire et lire des œuvres transmédiatiques : Level 26 d’Anthony Zuiker et P.A. de Renaud Camus

Nicolas Malais, Livre numérique et patrimoine

Jeudi 21 novembre 2013 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 5 décembre 2013 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 2 janvier 2014 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 16 janvier 2014 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 30 janvier 2014

Anne Réach-Ngô, La mise en scène dans les péritextes des ouvrages de compilation à la Renaissance

Grégory Wallerick, La place des images dans une collection de voyages du XVIe siècle : le cas des Grands Voyages des De Bry

Nathalie Collé-Bak, Illustration et énonciation éditoriale, ou faire du livre un espace de négociations

Jeudi 6 février 2014

Marie-Françoise Cachin et Claire Parfait, Le paratexte d’une rive à l’autre (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis)

Oriane Deseilligny, Sur les traces de François Bon : le Tiers livre, dispositif d’écritures et d’énonciations multiples

Jeudi 20 février 2014

Pierre Banos, Ceci est (bien) un livre : limites et possibilités de la mise en livre du texte de théâtre

Annick Batard, Avant-programmes, épreuves, communiqués… : des écrits promotionnels à destination des commerciaux, communicants et journalistes

Marc Jahjah, Réseaux socio-numériques de lecteurs et manipulations textuelles

Jeudi 6 mars 2014

Serge Linarès, André du Bouchet et ses éditeurs

Evanghelia Stead, Matérialité, imaginaire et poétique du livre

Linda Gil, Condorcet éditeur de Voltaire : le paratexte éditorial, un dialogue interprétatif et militant

Journée d’étude: Les Mystères urbains : le roman de l’histoire sociale

Les Mystères urbains : le roman de l’histoire sociale

Journée d’études du jeudi 3 octobre 2013

Université Montpellier 3 / RIRRA 21

Site Saint-Charles, salle 102

Contact : Corinne Saminadayar-Perrin, www.csaminadayar.fr

11 h. Corinne Saminadayar-Perrin (Université Montpellier 3 / RIRRA 21), « Espaces-temps des Mystères urbains : l’enquêteur, le romancier et l’historien »

11 h 45.  Marie-Ève Therenty (Université Montpellier 3 / RIRRA 21), [titre à préciser]

12 h 30. Yoan Vérilhac (Université de Nîmes / RIRRA 21), « Le Mystère urbain en France au XIXe siècle : l’épreuve de la durée et l’écriture de l’histoire »

Déjeuner

14 h.  Matthieu Letourneux (Université de Paris-Ouest Nanterre), « L’histoire sociale phagocytée par le roman-feuilleton : Les Mystères du peuple d’Eugène Sue »

14 h 45.  Lise Dumasy (Université de Grenoble 3 / ECRIRE), « Du roman gothique au roman noir : la ville comme espace du mystère et de son exploration »

15 h 30.  Helle Waahlberg (RIRRA 21), [titre à préciser]

16 h 30.  Héléna Demirdjian (RIRRA 21), « L’insertion du discours politique dans Le Fou de Raffi »

Colloque: The Cultures of Popular Culture

The Cultures of Popular Culture

Biennial conference of the Royal Irish Academy Committee for Modern Languages, Literary and Cultural Studies

Queen’s University, Belfast, 13th – 14th December 2013

Call for Papers

Popular Culture has long been absent from the syllabus, eschewed by researchers and viewed condescendingly sometimes even by its most adept practitioners. It has come a long way to become the thriving academic discipline it is today. Just as the term Popular Culture describes the widest range of practices, Popular Culture Studies cover the most heterogeneous objects. While this very diversity makes it exciting as a research field, it presents a challenge in terms of methods and approaches. To promote scientific exchanges at international level, Popular Culture Studies need elements of comparability and theorization. The biennial conference of the Royal Irish Academy, hosted by the School of Modern Languages at Queen’s University Belfast, intends to offer a forum for discussion between academics, teaching and researching in the fields of Popular Cultures. It will consider the benefits of studying Popular Cultures in Modern Languages Studies and seek to map current areas of research. It presents a distinctive opportunity to discuss corpora and contrast approaches.

Keynote Speaker : Professor Diana Holmes (Leeds):  “The Way We Read Now: Popular and Middlebrow Fiction in Twenty-First Century Europe”.

Topics for discussion include but are not restricted to:

  • Translation and interpretation of Popular Culture
  • Cultural icons and cultural iconicity
  • Popular cultures as media cultures
  • Visual and digital cultures
  • Teaching Popular Cultures in their original language
  • Cultural categories, normativity, canonicity
  • Consensualism, sensationalism and mass appeal
  • Global mainstream cultures and resistance
  • Fetishism, tosh and trash
  • Self-reflexivity and parody
  • Mass education
  • Sport cultures and the body
  • Democratic culture and satire
  • Folk cultures

Papers (to be given in English) are welcome on topics relating to popular cultures in any area of Modern Languages Studies. Postgraduate research students are encouraged to submit proposals.

Please send 200-word proposals by the 1st of October 2013 to the conference organisers:

Dr Tori Holmes, Spanish and Portuguese Studies, QUB :  t.holmes@qub.ac.uk

Dr Dominique Jeannerod, French Studies, QUB :  d.jeannerod@qub.ac.uk

Dr Federico Pagello, Institute for Collaborative Research in the Humanities, QUB : f.pagello@gmail.com

For further information and updates about the conference please visit http://blogs.qub.ac.uk/popularculture/.