Chauchard Catherine (BILIPO)

Catherine Chauchard, conservatrice en chef, dirige la BILIPO depuis 1995.

La bibliothèque des littératures policières (BILIPO) est l’unique établissement français consacré à la conservation et à la promotion des littératures policières et d’espionnage. Ses collections permettent de consulter en salle d’étude la quasi totalité de l’édition française dans ces domaines ainsi que de très nombreux documents relatifs tant à ces genres littéraires qu’aux principaux aspects de la criminalité.

Son fonds de référence propose quelque 10 000 ouvrages en accès libre selon une classification adaptée aux besoins des chercheurs (aspects historiques, études thématiques, biographies, bibliographies, cinéma policier, faits divers, espionnage…), 4000 dossiers de presse thématiques et biographiques, 80 titres de périodiques spécialisés français et étrangers.

La collection de romans a été initialement constituée par le transfert (en 1984) des 9000 livres policiers entrés à la Bibliothèque Nationale par le Dépôt Légal et affectés à la Bibliothèque de l’Arsenal. A son ouverture, la BILIPO s’est vu attribuer un exemplaire du Dépôt Légal pour la littérature policière. Le fonds de fiction à ce jour compte environ 100 000 ouvrages dont la plupart des collections françaises depuis le début du siècle, des bandes dessinées et des livres pour la jeunesse à thème policier, des romans en langue étrangère et des collections complètes de périodiques voués à la fiction.

Des fonds spéciaux viennent l’enrichir encore : fonds Régis Messac (auteur de la première thèse sur le roman policier), fonds Gallimard (originaux anglo-saxons des romans de la Série Noire, correspondance de Marcel Duhamel), fonds d’objets publicitaires, de diapositives et d’affiches.

La BILIPO est fréquentée par un lectorat très diversifié : simples curieux ou amateurs, mais aussi étudiants, chercheurs, journalistes, scénaristes, auteurs, professionnels de la lecture. La consultation des ouvrages se fait sur place uniquement, il est possible de demander des renseignements par téléphone ou par courrier.

Parallèlement à sa mission de conservation, la BILIPO s’attache à la mise en valeur de ses collections et à la promotion de la littérature policière : expositions, conférences, rencontres, formations sont régulièrement organisées par la bibliothèque.

BILIPO : 48-50 rue du Cardinal-Lemoine 75005 Paris. Tél : 01 42 34 93 00. Mel : bilipo@paris.fr

Mollier, Jean-Yves (Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines)

 

 

 

Jean-Yves Mollier est Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialiste d’histoire culturelle – histoire des médias, du livre et de la lecture.

N.B. : De son impressionnante bibliographie, ne  sont mentionnés ci-dessous que les titres d »ouvrages personnels ou collectifs.

I – OUVRAGES PERSONNELS :

1. Noël Parfait (1813-1896). Biographie littéraire et historique, thèse de 3e cycle de littérature française, université Paris III, 1978, 2 vol., 479 p., inédite.

2. Dans les bagnes de Napoléon III. Mémoires de Charles Ferdinand Gambon, PUF, 1983, 296 p.

3. Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne. 1836-1891, Calmann-Lévy, 1984, 549 p. Médaille de la SGDL 1984, prix de l’Académie française 1985, prix Henri Hertz du rectorat de Paris 1986.

4. Lettres inédites d’Ernest Renan à ses éditeurs Michel et Calmann Lévy, Calmann-Lévy, 1986, 343 p.

5. Une aventure d’éditeurs au XIXe siècle, catalogue de l’exposition organisée à la BN, avril-mai 1986, 87 p. ; en collaboration avec Mauricette Berne.

6. L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Fayard, 1988, 549 p. ; traduction en portugais-brésilien, O Dinheiro e as Letras. Historia do Capitalismo Editorial, Sao Paulo, Edusp, 2010, 693 p., ouvrage publié avec le soutien du Ministères des Affaires Etrangères et Européennes dans la cadre de l’année de la France au Brésil en 2009.

7. Le Scandale de Panama, Fayard, 1991, 564 p.

8. La Plus Longue des Républiques (1870-1940), Fayard, 1994, 872 p. ; en collaboration avec Jocelyne George ; ch. I à IX, pages 7 à 454 ; 2e éd. 2001.

9. La Révolution de 1848 en France et en Europe, Editions sociales, 1998, 255 p. ; en collaboration avec Sylvie Aprile, Raymond Huard et Pierre Lévêque ; pages 5 à 10, 127 à 178, 241 à 254.

10. L’Abécédaire de la République et du Citoyen, Flammarion, 1998, 124 p. ; en collaboration avec Christian Amalvi, Marie-Christine Chaudonneret et Alice Gérard ; 50 p. ; traduction en coréen, 2002.

11. Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999, 554 p.

12. La lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001, 186 p. Traduction en portugais-brésilien, A Leitura e Seu Publico no Mundo Contemporâneo. Ensaios sobre Historia Cultural, Sao-Paulo, Autêntica, 2008.

13. Le Camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles, Paris, Fayard, 2004, 365 p. Traduction en portugais-brésilien, Ô Camelo. Figura emblematica de Communicaçao, Sao Paulo, Edusp, 2009, 415 p.

14. Edition, presse et pouvoir en France au XXe siècle, Fayard, 2008, 495 p.

15. La Lectura en Francia durante el siglo XIX (1789-1914), Mexico, Cuadernos Secuencia, 2009, 90 p.

16. La Librairie Tallandier. Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000), en collaboration avec Matthieu Letourneux, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, 624 p.

17. Histoire de la librairie Larousse (1852-2010), en collaboration avec Bruno Dubot, Paris, Fayard, 2012, 736 p.

 

 

II – DIRECTION D’OUVRAGES COLLECTIFS :

18. Manuels scolaires et Révolution française, Messidor-Ed. sociales, 1990, 250 p.

19. Usages de l’image au XIXe siècle, dir. S. Michaud, J.Y. Mollier et N. Savy, Créaphis, 1992, 258 p.

20. L’Ecrivain chez son éditeur, N° 1990/3 (219) de la Revue des Sciences humaines, dir. A. Buisine et J.Y. Mollier, 175 p.

21. L’Edition populaire, N° 80/1993 de la revue Romantisme, dir. J.Y. Mollier et Guy Rosa, 128 p.

22. Pierre Larousse et son temps, dir. J.Y. Mollier et P. Ory, Larousse, 1995, 549 p.

23. Le Commerce de la librairie en France au XIXe siècle (1789-1914), dir. J.Y. Mollier, IMEC Editions-Ed. de la MSH, 1998, 454 p.

24. La foule, N° 17/1998 de la Revue d’histoire du XIXe siècle, dir. J.Y. Mollier, 132 p.

25. Où va le livre ?, dir. J.Y. Mollier, La Dispute, 2000, 284 p.

26. Intolérance et indignation, l’affaire Dreyfus, dir. J.M. Guieu, H. Mitterand et J.Y. Mollier, Fischbacher, 2000, 268 p.

27. La Perception de l’événement dans la presse et la littérature du XVIIe au XIXe siècle, dir. H.J. Lüsebrink et J.Y. Mollier, Berne, Peter Lang, 2000, 323 p.

28. Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du XVIIIe siècle à l’an 2000, dir. J. Michon et J.Y. Mollier, Québec – Paris, Presses de l’université Laval – L’Harmattan, 2001, 597 p. ; 2e édition en 2002.

29. La Belle Epoque des revues. 1880-1914, dir. J. Pluet-Despatin, M. Leymarie et J.Y. Mollier, Paris IMEC-Ed., 2002, 440 p.

30. Où va le livre ? (éd. 2002-2003), dir. J.Y. Mollier, Paris, La Dispute, 2002, 351 p.

31. Les Lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (XVIIe-XXe siècles), dir. H.J. Lüsebrink, Y.G. Mix, J.Y. Mollier et P. Sorel, Complexe, Bruxelles 2003, 348 p.

32. Au siècle de Victor Hugo : la librairie romantique et industrielle en France et en Europe, N° 116-117 (2002/2) de la Revue française d’histoire du livre, dir. F. Barbier et J.Y. Mollier, 364 p.

33. Ecrire pour convaincre. Libelles et brochures. XVIe-XXe siècles, dir. M. Carrez et J.Y. Mollier, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique N° 90-91/2003, 250 p.

34. Les Goncourt dans leur siècle. Un siècle de « Goncourt », dir. J.L. Cabanès, P.J. Dufief,  R. Kopp et J.Y. Mollier, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005, 462 p.

35. Repenser la Restauration, dir. J.Y. Mollier, M. Reid et J.C. Yon, Paris, Nouveau Monde Ed., 2005, 376 p.

36. Histoires de lecture. XIXe-XXe siècles, N° 17/2005 de Matériaux pour l’histoire de la lecture et de ses institutions, dir. J.Y. Mollier, 152 p.

37. Passeurs culturels dans le monde des médias et de l’édition en Europe (XIX°et XX° siècles), dir. D. Cooper-Richet, J.Y. Mollier et A. Silem, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2005, 348 p.

38. La censure de l’imprimé. Belgique, France, Québec et Suisse romande. XIX° et XX° siècles, dir. P. Durand, P. Hébert, J.Y. Mollier et F. Vallotton, Québec, Editions Nota Bene, 2006, 464 p.

39. Politica, Nação et Edição. O lugar dos impressos na construçặo da vida politica. Brasil, Europa e Americas nos seculos XVIII-XX, org. Eliana de Freitas Dutra e Jean-Yves Mollier, Sao Paulo, Annablume Editora, 2006, 621 p.

40. Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques 1860-1940, dir. J.Y. Mollier, J.F Sirinelli et F. Vallotton, Paris : PUF, coll. « Le nœud gordien », 2006, 323 p.

41. Au bonheur du feuilleton. Naissance et mutations  d’un genre (France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, XVIIIe-XXe siècles), dir. M.F. Cachin, D. Cooper-Richet, J.Y. Mollier et C. Parfait, Paris, Créaphis, 2007, 320 p.

42. Où va le livre ? Ed. 2007-2008, dir. Jean-Yves Mollier, Paris, La Dispute Ed., 2007, 392 p.

43. La production de l’immatériel. Théories, représentations et pratiques de la culture au XIXe siècle, dir. J.Y. Mollier, P. Régnier et A. Vaillant, Saint-Etienne, Presses de l’université de Saint-Etienne, 2008, 471 p.

44. L’émergence du domaine et du monde francophone (1945-1970), dir. J.Y. Mollier et G. Vigner, in Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde n° 40-41, juin-décembre 2008, Paris, SIHFLES, 2010, 350 p.

45. Littérature et censure au XIXe siècle, n° 121-2/2009 des Mélanges de l’Ecole française de Rome (MEFRIM), Rome, 2010, p. 303-483.

46. Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, dir. C. Delporte, J.Y. Mollier et J.F. Sirinelli, PUF, 2010, 910 p.

47. Du « poche » aux collections de poche. Histoire et mutations d’un genre, dir. J.Y. Mollier et L. Trunel, Liège, Editions du Céfal, 2011, 131 p.

48. La diplomatie par le livre. Réseaux et circulation internationale de l’imprimé de 1880 à nos jours, dir. C. Hauser, T. Loué, J.Y. Mollier et F. Vallotton, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, 486 p.

49. Pour une histoire transnationale du livre, dir. M. Lyons et J.Y. Mollier, n° VIII/2012 de Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, p. 7-248.

50. Le commerce transatlantique de librairie, un des fondements de la mondialisation culturelle (France-Portugal-Brésil, XVIIIe-XXe siècle), Diana Cooper-Richet et Jean-Yves Mollier (Org.), Campinas, Publiel, 2012, 258 p.

51. Histoire nationale ou histoire internationale du livre et de l’édition ? Un débat planétaire, dir. M. Lyons, J.Y. Mollier et F. Vallotton, Québec, Nota Bene éd, 2012, 432 p.

52. Les connexions dans la circulation transatlantique des imprimés au XIXe siècle, dir. M. Abreu, M. Midori et J.Y. Mollier, à paraître Campinas, 2013.

 

Appel à articles : Ecrans n°3, analyser les séries télévisées

ECRANS N°3 ANALYSER LES SERIES TELEVISEES

Les séries télévisées sont des produits culturels industriels narratifs, qui offrent à l’analyste deux difficultés majeures.

La première concerne leur temporalité. Produites durant plusieurs années sous des conditions variables et souvent par des individus différents, évoluant sous l’action de réceptions plus que jamais actives, elles n’apparaissent ni uniformes ni stables.

La seconde peut être formulée sous la forme d’un paradoxe : une série est un objet narratif, mais qui n’est pas du tout un récit. Une série en tant qu’objet textuel s’apparente plutôt à une machine à fabriquer des récits à l’intérieur d’un univers fictionnel (relativement) stable.

La temporalité sérielle nous oblige à rendre compte des inflexions à l’intérieur de cet objet long. Peut-on la comparer à celles d’autres « objets longs » comme l’œuvre d’un cinéaste ? À quoi oblige et que permet ce temps long ? Une série est-elle un objet à la dérive, inventé au fur et à mesure des épisodes ? Ou doit l’examiner à partir d’un potentiel narratif dont il serait possible de rendre compte ? Et comment rendre compte de l’intervention de la réception-interprétation par des publics, déjà mentionnée par Dominique Pasquier à propos de Hélène et les garçons ou par Henry Jenkins à propos de Star trek ?

Nous savons analyser des objets narratifs clos, comme les films ou les romans. Comment analyser des objets narratifs ouverts comme des séries télévisées ? La solution consiste trop souvent à revenir à des analyses de contenu qui négligent toute mise en scène (et toute mise en temps, voir le paragraphe précédent) aussi bien que l’expansion narrative, saison après saison, des séries télévisées. Les catégories classiques de genre ou d’auteur sont-elles d’une quelconque utilité ? L’analyse du film a mis au point des méthodes fructueuses : dans quelle mesure sont-elles exportables vers les séries télévisées ? Pour rendre compte de la narrativité spécifique des séries, faut-il rechercher de nouvelles méthodes ?

Écrans propose à la sagacité des chercheurs ces questions et sans doute quelques autres. Les propositions privilégiées manifesteront une démarche méthodologique explicite, soit de façon théorique, soit accompagnant l’analyse d’une série particulière.

Les propositions sont à envoyer à jpierre.esquenazi@wanadoo.fr avant le 30 juin (désolé de ce temps court). On connaîtra les propositions acceptées avant le 10 juillet.

Les articles sont à rendre pour la fin du mois d’octobre.

Publication : Il Fachiro di Altantide, Felice Pozzo

Publication : Il Fachiro di Atlantide, Felice Pozzo, Edizion il Foglio, Plombino, Collana Archivi Diversi.

Dopo il rutilante revival di Emilio Salgari, durato un biennio (2011-2012) allo scopo di commemorarne rispettivamente morte e nascita, il papà del Corsaro Nero è qui richiamato in scena con un ruolo secondario: quello di imprescindibile caratterista la cui ben riposta fama di bulimico veicolatore di immaginario collettivo e di stereotipi funziona a meraviglia come filo d’Arianna nel labirinto delle leggende, dei miti, dei grandi misteri e delle più intriganti tematiche d’intrattenimento che lo hanno preceduto e seguito in libri di vario genere, oltre che sui palcoscenici, al cinema e in televisione. Si tratta di un percorso insolito, affrontato in modo sciolto ma argomentato e non privo di visuali inedite, dove prevale l’associazione di idee. Sono così riproposti famosi autori del passato – da Edgar Allan Poe a Jules Verne, da Alexandre Dumas a John Dickson Carr – accanto ad altri caduti a torto nel dimenticatoio, come ad esempio Louis Jacolliot.
Ritornano inoltre in scena, con risalto innovativo, personaggi mai dimenticati, sia reali, come Cagliostro, Houdini, Wandohobb, che d’immaginazione, come il Vampiro, il Fantasma dell’Opera e molti altri.
Sono inoltre rievocati luoghi fantastici, altrettanto e forse ancora più noti, come Atlantide, Agarthi e la Terra Cava. Per non parlare delle sette segrete, del mesmerismo e del mentalismo da spettacolo, dei delitti nelle camere chiuse, di streghe e fate, robot, polipi giganti e mostri, di esplorazioni bizzarre e di investigatori dell’impossibile.
Perché sotto il sole continuano a volteggiare i fantasmi dell’eterno Maelstrom azionato dagli imprinting dei Maestri ottocenteschi della carta stampata e dei loro allievi e colleghi a venire.
Maestri ottocenteschi che, a loro volta…

FELICE POZZO – Nato nel 1945. Le prosaiche necessità della vita lo hanno recluso davanti a una scrivania sino al pensionamento, ma ciò non gli ha impedito di coltivare le amate ricerche letterarie e la passione per la scrittura. Poiché il tutto ha avuto origine, in buona misura, da Emilio Salgari, rimasto a lungo immerso nella leggenda, lo scopo delle ricerche è stato quello di riportare alla luce la realtà, persino con un’attenzione protratta al viaggiatore Augusto Franzoj, che si tolse la vita a pochi giorni e a pochi chilometri di distanza rispetto al creatore di Sandokan (ne sono nati tre libri, in particolare Un viaggiatore di braghe di tela, Vivalda 2003). Opere principali: Avventure ai Poli (Ist. Geografico Polare “Silvio Zavatti”, 1998), Emilio Salgari e dintorni (Liguori, 2000), L’officina segreta di Emilio Salgari (Mercurio, 2006), Nella giungla di carta – Itinerari toscani di Emilio Salgari (Bibliografia e informazione, 2010); Il Corsaro Nero – Nel mondo di Emilio Salgari, con Pino Boero e Walter Fochesato (Franco Angeli, 2011). Ha curato antologie di racconti salgariani: Gli antropofaghi del mare del Corallo – Racconti ritrovati (Oscar Mondadori, 1995); Storie di montagna (Centro Documentazione Alpina, 2001), ristampata aggiornata col titolo Avventure di montagna (Vivalda, 2011); Storie con la maschera (Mephite, 2003); I racconti del Capitano (Magenes, 2006); Il laboratorio magico di Emilio Salgari (Nerosubianco, 2012).
Ha curato inoltre numerose riedizioni critiche di opere salgariane, tra cui L’Eroina di Port Arthur (Viglongo, 1990); I drammi della schiavitù (Viglongo, 1992); Un naufragio nella Florida (Mephite, 2004); Spada al vento (Viglongo, 2007) e – scoperta d’un inedito di Salgari – La vendetta d’uno schiavo (Viglongo, 2011). Tra il 1970 e oggi – su riviste specializzate e non – ha pubblicato, con riferimento alla letteratura di intrattenimento e in prevalenza a Salgari e dintorni, oltre 650 tra articoli, elzeviri, relazioni e saggi.

http://www.ilfoglioletterario.it/Catalogo_Archivi_Diversi_Fachiro.htm