Appel à articles : La production télévisuelle dans la francophonie, n° 7 Alternative Francophone

Appel à textes pour le no7 du journal en ligne Alternative Francophone

http://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/af

Thème : la production télévisuelle dans la francophonie

Les séries télévisées sont indéniablement très appréciées en ce moment, tant de la part du public que par les analystes des médias, comme en témoignent les articles de revues, collections de livres, colloques consacrés aux séries. Il suffit feuilleter les programmes télé du monde entier pour s’en rendre compte, qu’il s’agisse de chaînes publiques ou privées. Les séries sont maintenant l’objet d’une véritable critique télévisuelle, comme le cinéma est l’occasion d’une critique cinématographique intense. Les journalistes et les médias se sont emparés du genre. L’analyse scientifique est également de plus en plus abondante.

Pourtant, c’est presque toujours de séries télévisées anglophones dont il est question, et surtout de la production américaine. Ceci occulte toute une part de la production en d’autres langues, spécialement en français. Le “phénomène” n’est-il qu’américain ? Les séries sont-elles aussi francophones ? Existe-t-il une production francophone de séries ? Il est évident que la réponse à cette question est positive car les télévisions, publiques et privées, francophones produisent effectivement des séries. Pourtant, au-delà de l’aspect peut-être superficiel de l’énonciation, on peut se demander s’il existe véritablement un ou des projet(s) de production de fictions sérielles en francophonie. Y a-t-il une volonté du côté des producteurs/diffuseurs ? Y a-t-il un secteur professionnel formé spécifiquement ? Existe-t-il un “monde le l’art télévisuel” au sens où les sociologues de l’art ou de la culture l’ont établi ? Y a-t-il un public et des amateurs ? Faut-il parler d’une production ou d’un marché francophone ou de productions et de marchés propres à chaque pays francophone ?

La thématique peut être traitée selon différents axes :

1. La production et le marché francophone

  • Existe-t-il une véritable production de séries en francophonie ? Quels sont les acteurs de cette production ? Quelles sont les chaînes et les maisons de production qui s’en chargent ? Existe-t-il une production francophone de fictions plurielles sur chaque continent, dans chaque pays francophone ? Quelles sont les stratégies et les lignes de rédaction des créateurs, des producteurs, des diffuseurs ? Existe-t-il une volonté politique de permettre l’émergence d’une production fictionnelle sérielle ou les séries sont-elles encore un objet illégitime ? Est-il légitime de parler d’un retard francophone en la matière ou est-on simplement dans des modes de production différents ?
  • Existe-t-il un véritable monde de l’art de la série francophone ? Y a-t-il des créateurs, des acheteurs, des amateurs ? Ce secteur est-il formé spécifiquement à la création télévisuelle sérielle ou les professionnels (scénaristes, producteurs, etc.) sont-ils polyvalents ? Existe-t-il des prix, des jurys, des récompenses, des festivals ? Existe-t-il une critique spécifique à la francophonie ? Doit-on parler d’un monde de l’art francophone ou propre à chaque pays francophone ?
  • Existe-t-il un marché francophone des séries ? Des co-productions ? Des liens privilégiés de vente, d’échanges de programmes ? Les séries francophones s’exportent-elles ? Vers quels pays ? Comment ? Sont-elles sous-titrées, traduites, adaptées ? L’exemple de Un gars, une fille est-il la norme ? La production de certains grands pays, comme la France et le Canada, occulte-t-elle les productions francophones plus limitées ? Y a-t-il une production de séries francophones en Afrique, en Amérique, en Asie, en Europe ? La production française, particulièrement les séries Canal +, n’occultent-elles pas tout autre production, comme la production hollywoodienne fait oublier la production britannique ?

2. Les contenus et formats spécifiques

  • Existe-t-il une écriture francophone de séries télévisées ou bien les scénaristes copient-ils les formats américains ou anglais ? Existe-t-il des écritures canadienne, belge, française, suisse, algérienne, congolaise, ivoirienne, etc. ? Les formats, les genres, l’humour, etc. sont-ils identiques ? Les thèmes, les préoccupations, les stéréotypes, etc. sont-ils les mêmes ? Les séries africaines répondent-elles aux mêmes codes que les séries européennes ou canadiennes ?
  • Quelles sont les représentations de la francophonie, du Français, des francophones dans ces fictions ? Existe-t-il des représentations croisées ? Par exemple, des personnages canadiens apparaissent-ils dans les séries françaises, des Belges dans les séries canadiennes, des Suisses dans les séries africaines, etc ?

3. La réception francophone

  • Existe-t-il une réception particulière de ces séries francophones ? Existe-t-il un public pour ces séries ? Des personnes se revendiquent-elles amatrices ou fans de ces séries ? Les producteurs/diffuseurs tiennent-ils compte de ces publics (invitation à des tournages, des projections, création de boutiques, de moments de rencontre, star system…) ? Les communautés de fans sont-elles aussi actives que les fandom de séries américaines et les activités sont-elles les mêmes (sites internet, fan fiction, conventions, etc.) ? Les publics francophones reçoivent-ils différemment les séries francophones des séries anglophones ? Perçoivent-ils différemment les séries de leur pays et celles d’autres pays francophones ?

Calendrier de publication :

Le dossier sera dirigé par Sarah Sepulchre, professeure à l’Université de Louvain (UCL, Belgique). Les auteurs sont priés d’adresser leurs articles à Sarah Sepulchre (sarah.sepulchre@uclouvain.be) et en cc à Sathya Rao (srao@ualberta.ca) et Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca) avec comme objet : « Proposition TV AF/7 ». Les articles ne respectant pas le protocole de publication ne seront pas acceptés. Pour toute demande d’informations, veuillez contacter Sarah Sepulchre (sarah.sepulchre@uclouvain.be) et en cc Sathya Rao et Chris Reyns-Chikuma.

  • Remise des articles : 31 août 2013
  • Réponse aux auteurs : mi-octobre 2013
  • Publication en ligne : janvier 2014

Colloque: Educations sentimentales : Construction des identités féminines et masculines dans le texte et l'image, 3-5 avril 2013

Educations sentimentales :

Construction des identités féminines et masculines dans le texte et l’image

Colloque international organisé par le GEO

EA 1340  Groupe d’études orientales, slaves et néo-helléniques

3, 4 et 5 avril 2013

à l’Université de Strasbourg

Mercredi 3 avril 2013

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15-9h30 : Ouverture du colloque par Irini Tsamadou-Jacoberger, directrice de l’EA 1340 et Marie Bizais, directrice du département d’études chinoises

9h30-10h30 : Dire l’amour (conférence inaugurale)

Georgine Ayoub (Inalco, France) : « Le masculin et le féminin et le vocabulaire de l’amour fou dans la culture arabe classique »

10h30-12h : La séduction

Christine Peltre (Université de Strasbourg, France) : « Les références orientales dans le jeu de la séduction au XIXe siècle »

Marina Gaillard (CNRS, France) : « Voir, être vu, entendre dire : la rencontre amoureuse dans la prose narrative de l’Iran médiéval »

Ballé Niane (Université de Strasbourg, France) : « La qayna entre réalité et fantasme »

12h-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30 : Modèles de la relation amoureuse

Anthony Qualin (Texas Tech University, USA) : « Creating the Ideal Russian Love Story: Marina Vladi’s role in Vladimir Vyssotski’s construction of Russian masculine identity »

Hanan Hashem (Université de Strasbourg, France) : « Théâtre égyptien de l’époque 1900 : Le Savoir-vivre galant dans le texte dramatique. Le cas de Teymour (1892-1921) »

Viriginie Fermaud (Université de Strasbourg – CEEJA, France) : « Constructions répétitives d’identités féminines et masculines dans les œuvres de Mizoguchi Kenji et d’Ozu Yasujirô : les rapports entre hommes et femmes, leurs codes et transgressions pour une critique de la société japonaise »

15h30-16h : Pause café (en gras)

16h-18h : Histoire des idées et construction des genres

Kim Kyong-Kon (Université de Bonn, Allemagne) : « Influence confucéenne sur la construction de l’identité féminine et masculine en Corée »

Guillaume Ducoeur (Université de Strasbourg, France) : « La codification des genres dans le Kâmasûtra »

Eric Geoffroy (Université de Strasbourg, France) : « « Pas de [fausse] pudeur en religion ! » : l’érotisme chez les savants musulmans anciens »

Evelyne Enderlein (Université de Strasbourg, France) : « Voix féminines dans les Lettres russes contemporaines : nouvelles stratégies narratives – nouvelle vision du Masculin/Féminin? »

Jeudi 4 avril 2013

9h30-12h : Représentation du genre

Léonie Lauvaux (Université Rennes 2, France) : « L’apprentissage de la broderie, l’impératif du devenir femme »

Haviva Pedaya (Université Ben Gourion, Israël) : « Faith: a Journey Following Maternity »

Frédéric Ebrard (Université de Strasbourg, CEEJA, France) : « Un certain regard sur la femme japonaise à l’aube des années 1920 –  Eiga shō setsu – Onna hyaku mensō (« Cent aspects de la physionomie féminine- Roman cinématographique ») de Okamoto Ippei »

Stefano Salzani (Université de Vérone, Italie) : « D’angel sembianza : la construction de la femme imaginale, d’après le Dolce Stil Novo »

Carmen Boustani (Université libanaise, Liban) : « Du roman Harlequin au roman actuel »

12h-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30 : Gender Studies

Sandra Boehringer (Université de Strasbourg, France) : « Chanter Tithon et Atalante : amour, éducation et persuasion dans la poésie grecque archaïque »

Marie Bizais (Université de Strasbourg, France) : « « Sois belle et tais-toi ?«  : La parole aux épouses sous les Han et les Six Dynasties »

Françoise Robin (Inalco, France) : « L’Ogresse, l’amour et le sexe : Palmo, poétesse, féministe et militante tibétaine »

Carine Kool (Université Rennes 2, France) : « Transcription de l’intime chez Tracey Emin : une écriture brodée »

15h30-16h : Pause café

16h-17h : Initiation à la relation amoureuse (1/2)

Nader Nasiri-Moghaddam (Université de Strasbourg, France) : « Analyse comparative de guides d’éducation sentimentale pour les femmes iraniennes au XIXe siècle »

Khalid Rizk (Université Ibn Tofail, Maroc) : « L’éducation sentimentale des enfants et des jeunes dans la presse magazine arabophone  (magazines maghrébins et moyen-orientaux) »

17h30 : Projection du film d’Alida Dimitriou intitulé Les filles de la pluie (2011)

Vendredi 5 avril 2013

10h-12h : Initiation à la relation amoureuse (2/2)

Yann Richard (Université Sorbonne nouvelle, France) : « Les femmes et l’éducation des sentiments dans les romans de Nezâmi Ganjavi (1141-1209) »

Helena Badell Giralt (Université de Barcelone, Espagne, Université Paris 8, France) : « Le Grand Oriental d’Andreas Embiricos et le désir féminin dans le roman d’initiation »

Jelena Antic (Université Lyon 2, France) : « Quelques réflexions sur l’éducation sentimentale dans le roman d’Assia Djebar Vaste est la prison »

Erin Collopy (Texas Tech University, USA) : « Gender Relations in Contemporary Russian Vampire Novels »

12h-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30 : Famille et société

Rania Huntington (University of Wisconsin, USA) : « Family Legacies of Mourning and Affection: the Case of the Yu family, 1879-1897 and Beyond »

Florine Leplâtre (Inalco, France) : « Les antagonismes sociaux sont-ils solubles dans l’amour conjugal ? : la défense du mariage libre dans un roman réformiste chinois des années 1900 »

Sandra Schaal (Université de Strasbourg, France) : « L’éducation sentimentale des femmes japonaises en question – La ‘vocation de la femme’ et l’idéologie de la ‘bonne épouse et la mère avisée’ (ryôsai kenbo) dans le Japon d’avant-guerre – »

Nozomi Takahashi (Université de Strasbourg, France) : « Représentation des femmes célibataires à travers leurs vues sur le mariage : Une analyse du discours des médias après la catastrophe du 11 mars 2011 au Japon »

15h30-16h : Pause café

16h-17h30 : Brouillage des genres

Odette Varon-Vassard (Université ouverte, Grèce) : « L’ éducation sentimentale face à l’extrême : Kambanellis, Semprun, Delbo »

Muriel Berthou Crestey (ITEM/CNRS, France) « Dennis Oppenheim : une démultiplication des genres »

Shahla Nosrat (Université de Strasbourg, France) : «Les femmes ‘Ayyâr et Amazone : guerrières bisexuelles »

À l’Amphithéâtre du Collège doctoral européen

46 Boulevard de la Victoire Strasbourg

Entrée libre

Contacts: jacoberg@unistra.fr

bizais@unistra.fr

Colloque: Victorien Sardou: polifonia della rappresentazione, mars 2013

CONVEGNO INTERNAZIONALE

Victorien Sardou: polifonia della rappresentazione

20-21 MARZO 2013 Sala di Rappresentanza del Rettorato

Comitato scientifico: Alberto Bentoglio                                                                                              e

Continuer la lecture de Colloque: Victorien Sardou: polifonia della rappresentazione, mars 2013

CFP: Feminist Theory and Pop Culture

Call For Papers

Feminist Theory and Pop Culture

Forthcoming in 2015 from Sense Publishers
Contact: Adrienne Trier-Bieniek, Ph.D., Editor. adrienne.mtb@gmail.com

Deadline for Submissions: June 15, 2013
Deadline for Chapters: April 30, 2014

Book Information
Feminist Theory and Pop Culture examines the ways that entertainment and media are often examples of feminist theory, particularly when used to understand and challenge gender stereotypes. This book is a culmination of multiple authors who each connect an aspect of popular culture with feminist theory, demonstrating how feminism is part of day-to-day media/social life while also giving students examples of how feminist theory is present in their favorite genres of pop culture. Each chapter will provide in-depth examples of how feminist theory is represented in popular culture as well as contain key words and theories throughout the chapter so that the reader will see which theoretical perspective the author is working from and what key terms will be associated with this perspective. This text would provide the opportunity for feminist theory to be accessible and culturally relevant to students, particularly considering how present in the media is in student’s day-to-day lives. Contributors should be able to balance applying terms and feminist theory with areas of, or instances of, popular culture within their chapter.
The idea for this book was born from incidents at the 2012 Comic Con. During the festival there were widespread reports of women being fondled and sexually objectified by men in attendance. One aspect of this objectification can presumably stem from the over-sexualized images of women in comic books. Feminist theory could easily be applied to this incident via the male gaze to connect privilege, power and pop culture at Comic Con in general, or the ways women are represented in comic books in particular. A chapter which focused on these topics would give the students a tangible example (Comic Con) of a feminist theory (e.g. the male gaze) and a theorist (e.g. Laura Mulvey) to connect feminist theory “the real world.” Another example would be to consider the aspects of intersectionality, masculinity and/or “The Other” as they relate to the recent controversies surrounding Seth MacFarlane’s hosting of The Oscars. The sexual references, dismissal of rape scenes in film as opportunities for women to “show their boobs”, and sexualization of Quvenzhané Wallis via comments by MacFarlane and The Onion. Other examples could include the examination of television shows, women’s representation in music, addressing reality television, addressing film or a specific performance in a film, representations of women in comics/animation/costume play, the emergence of strong female characters, etc. All ideas are welcome but theoretical perspectives should fit with the CFP categories below.

CFP Categories
Feminist Standpoint Theory; The “Outsider Looking In”: Black Feminist Thought; Intersectionality and Feminist Theory;
Masculinities and Feminist Theory; The Second Sex/The Other and Simone de Beauvior; Feminist Theory and Work;
Feminist Theory and Violence Against Women; Feminist Activism and Feminist Theory

Submission Requirements
Proposals should include the main ideas to be addressed as well as the feminist theoretical framework and terms you will be working from. All disciplines are welcome. Please send 400-500 word abstracts as well as a short CV to Adrienne.mtb@gmail.com by June 15, 2013. Questions can also be addressed to this email. Please only submit abstracts which fit with the CFP category above. Selected authors will be notified by July 15, 2013 and chapters will be due April 30, 2014. Final chapters should be between 18-20 pages, including references.

About the Editor
Adrienne Trier-Bieniek is a qualitative researcher whose primary interest lies in the impact pop culture has on shaping ideas about gender. Her forthcoming book Sing Us a Song, Piano Woman: Female Fans and the Music of Tori Amos will be released in June from Scarecrow Press and focuses on how women have used music as a means of healing/emotional support. Her research can be found in the journals Qualitative Research and Humanity & Society as well as in the book The Art of Social Critique edited by Shawn Bingham, as well as The Orlando Sentinel, where she has been a guest columnist. She is the co-editor, along with Patricia Leavy, of the forthcoming book Gender and Pop Culture: A Text-Reader to be released from Sense Publishers in 2014. Adrienne is currently a faculty member at Valencia College and can be found at www.adriennetrier-bieniek.com.

Séminaire: Qu’est-ce qu’un roman géographique au XIX° siècle ? L’exemple des Voyages extraordinaires de Jules Verne

Qu’est-ce qu’un roman géographique au XIX° siècle ?

L’exemple des Voyages extraordinaires de Jules Verne

séminaire Géographie, arts et littérature
mercredi 6 mars,  14h à 16h – salle Info1 (ENS, 45 rue d’Ulm, sous-sol du NIR)

Lionel DUPUY (Docteur en géographie, chercheur associé au laboratoire SET – UMR 5603 CNRS, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Jules Verne a toujours revendiqué l’appellation de « roman géographique » pour qualifier la série de ses Voyages extraordinaires. Partant de ce constat, et en procédant à une lecture systématique de son oeuvre, il est possible de dégager une grille de lecture qui structure l’ensemble de ces récits qui s’articulent tous autour de deux géographies, l’une réelle, l’autre plus ancrée dans l’imaginaire. L’oeuvre de Jules Verne, désormais éditée dans la célèbre collection de la Pléiade, constitue ainsi une porte d’entrée inattendue mais efficace pour qui s’intéresse au fonctionnement de l’imaginaire en géographie, au moment même où s’esquissent les contours d’une géographie que l’on qualifie de « littéraire ».

Appel : Le rire du pauvre.

10e Colloque international CORHUM

(Association pour le développement de la recherche sur le Comique, le Rire et l’Humour)

Approche pluridisciplinaire du comique populaire dans les cultures de langues romanes

des modèles anciens aux représentations contemporaines (XVIe-XXIe siècles)

Nos écrans, nos journaux, nos rues et parfois même nos paliers regorgent des marques d’une pauvreté croissante que même les beaux quartiers ne parviennent pas à rendre invisible. En ces temps de crise globalisée, l’humour reste une réaction qui prend des formes diverses, éruptives et même nos boîtes à lettres de courrier électronique deviennent les dépositaires d’une autodérision où le rire côtoie la critique sociale et politique. C’est dans ce contexte que le colloqueLe rire du pauvre entend poursuivre, en l’élargissant à d’autres approches, la réflexion engagée lors de la journée d’étude organisée en mai 2012 par le département d’études lusophones de l’Université Paris Ouest et consacrée aux personnages comiques populaires dans les cultures de langues romanes.

De la littérature aux espaces numériques, en passant par les arts graphiques, le cinéma, le spectacle vivant, la chanson, la bande dessinée ou la télévision, la figure polymorphe du comique populaire est récurrente et, comme le rire, semble être le propre de la création artistique sous toutes ses formes. Par figure comique populaire, nous entendons aussi bien des personnages de pauvres rieurs, de gueux qui s’échinent à rire pour ne pas sombrer (comme le paysan-jongleur médiéval réinventé par Dario Fo), des personnages issus de classes populaires qui provoquent le rire (comme Zé Povinho au Portugal ou encore les héritiers de l’emblématique Charlot), ainsi que des personnages qui font corps avec un acteur comique dont le public est populaire (comme Fernand Reynaud ou Coluche), ces trois caractéristiques pouvant bien entendu être entremêlées. Le rire du pauvre est donc à envisager du point de vue de la création artistique comme du point de vue de sa réception, en étudiant ce qui est tout autant une forme de rire qu’une dénonciation sociale et politique.

Axes proposés pour ce colloque international et pluridisciplinaire :
– Personnages et genres : dans une perspective diachronique, on pourra s’interroger sur les types de personnages comiques populaires récurrents à travers les âges, ainsi que sur les genres privilégiés pour l’expression de ce type de comique (l’anecdote, la saynète, la revue, le sketch, le one-man-show et plus récemment le stand-up ou la diffusion sur internet)
– Fonction socio-politique : l’analyse des conditions de production et de réalisation des œuvres, ainsi que l’étude du public auquel elles s’adressent, permettront de réfléchir à la valeur politique du rire, aux enjeux culturels du métier de l’humoriste et à la place du comique et de l’humour dans la culture.
Ces pistes de réflexion – non exhaustives –, appliquées aux cultures de langues romanes (français, espagnol, portugais, italien, roumain), pourront être développées selon des approches diverses (analyse littéraire ou linguistique, arts du spectacle, histoire culturelle, sociologie…).

Modalités de soumission :
Merci d’envoyer vos propositions de communication à l’adresse riredupauvre@gmail.com avant le 30 avril 2013
– Dans un fichier attaché un résumé anonyme de 2500 signes comprenant un titre, un résumé, le fichier, au format .doc, sera nommé titre_abrégé_de_la_communication.doc
– Indiquer dans le corps du message votre nom, votre adresse mail, le titre de la communication, l’université et le laboratoire de rattachement, le directeur de thèse (si vous êtes doctorant).
La langue du colloque est le français.
La participation en tant que communiquant au colloque nécessite l’adhésion à l’association CORHUM, donnant droit aux deux numéros annuels de la revue Humoresques. Adhésion : 35€ / 30€ pour les étudiants.

Calendrier :
Le colloque « le rire du pauvre » aura lieu les 21, 22 et 23 novembre 2013, à l’Université Paris Ouest Nanterre et à la Cité Internationale Universitaire de Paris (Maison du Portugal – André de Gouveia)
Date limite d’envoi des propositions : 30 avril 2013
Notification d’acceptation : juin 2013

Organisateurs et partenaires
EA Etudes Romanes 369 CRILUS / CRIX / CRIIA
ED 138 Lettres Langues Spectacles
UFR LCE, Chaire Lindley Cintra
Histoire des Arts et des Représentations /EA 4414
CHCSC Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines
Association CORHUM
IELT-Universidade Nova de Lisboa
Pos-Cult-Universidade Federal da Bahia
Maison du Portugal – André de Gouveia, Institut Camões

Comité d’organisation :
Laetitia Dumont-Lewi, José Manuel Esteves, Lina Iglesias, Ricardo Lindenberg, Leda Mansour, Christophe Mileschi, Graça dos Santos, Isabel Vieira.

Conseil scientifique
Christian Biet, Silvia Contarini, Christophe Couderc, Jean-Pierre De Giorgio, Bernard Faivre, Nelly Feuerhahn, Ana Paula Guimarães, Lina Iglesias, Rafael Mandressi, Edilene Matos, Jean-Marc Moura, Christophe Mileschi, Idelette Muzart – Fonseca dos Santos, Graça Dos Santos, Judith Stora, Marie-José Tramuta, Jean-Claude Yon


Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

Colloque: La Séquence du regardeur Histoires, formes et fonctions de l’illustration au prisme de la séquentialité

La Séquence du regardeur
Histoires, formes et fonctions de l’illustration au prisme de la séquentialité

Colloque international – 7 et 8 mars 2013
Haute école des arts du Rhin

La variété insoupçonnable du livre à images, des combinaisons techniques, logiques, spatiales, chronologiques ou conceptuelles qu’il propose ouvrent autant de pistes sur l’illustration qu’elles retranchent d’idées reçues pour peu qu’on accepte d’y apposer un regard curieux. Une des approches possibles consiste à envisager l’illustration au prisme de sa séquentialité. Ainsi, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle un intérêt inédit pour l’idée de simultanéité doublé parfois d’une sorte de défiance pour celle de succession apparait. Le philosophe hollandais François Hemsterhuis affirme, par exemple dans ses Dialogues, que l’« âme juge le plus beau ce dont elle peut se faire une idée dans le minimum de temps possible ». En 1766, dans son fameux essai sur le Laocoon, Lessing avait d’ailleurs argumenté en faveur de la théorie du « premier coup d’oeil », cet effet immédiat qu’une oeuvre susciterait sur le spectateur. Paradoxalement, c’est aussi à partir de cette date que se développe une attention croissante pour l’action progressive et successive.
Or il nous semble que ces tensions entre simultanéité et succession reflètent les tentatives qui s’ébauchent alors de dépasser le vieux clivage entre, d’un côté, les arts qui déploient leurs représentations dans l’espace, et, de l’autre, ceux qui en déroulent les différentes actions dans le temps. Une opposition traditionnelle, dont on a peu à peu compris, au cours des périodes suivantes, avec la possibilité technique de capter les images successives du mouvement, grâce à la photographie instantanée et à la chronophotographie, qu’elle peut en partie se résoudre dans certaines formes d’expression séquentielles dessinées.
Dans ce dispositif la séquence proposée au regardeur (que ce soit une suite d’images, d’actions, d’épisodes, de volumes…) semble primordiale pour dépasser les cadres restreints dans lesquels l’illustration est souvent reléguée faute d’outils d’analyse pertinents. Car la suite, en constituant des séries séquencées d’épisodes distincts génère à la fois des enchaînements d’images engendrant une narration et des pratiques de lecture spécifiques qui se recomposent dans la continuité. C’est à partir de cette approche séquentielle que nous envisageons l’illustration, à l’aide de spécialistes d’horizons différents, dans le cadre de ces nouvelles rencontres interdisciplinaires.
Le colloque La Séquence du regardeur marque la deuxième édition de nos rendez-vous strasbourgeois et fait suite au colloque De Traits et d’esprit qui s’est tenu en 2011 et dont les actes paraissent à la veille de ce nouveau rendez-vous.
Nous nous proposons d’explorer à nouveau l’illustration dans ses histoires, ses formes, ses usages et dans une acception étendue à la bande dessinée (mais pas uniquement). Plutôt centré sur l’illustration dessinée ou gravée et en lien ontologique avec l’atelier d’illustration de la Haute école des arts du Rhin (HEAR), le colloque s’insère dans un projet de recherche de plusieurs années sélectionné par le Conseil scientifique de la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture et de la communication et piloté par le laboratoire De Traits et d’esprit. La manifestation propose d’alterner les communications scientifiques des chercheurs invités avec des rencontres plus informelles entre une personnalité du monde des arts et un illustrateur tout en ponctuant les travaux de propositions plastiques et d’une performance dessinée.

La variété insoupçonnable du livre à images, des combinaisons techniques,logiques, spatiales, chronologiques ou conceptuelles qu’il propose ouvrent autant de pistes sur l’illustration qu’elles retranchent d’idées reçues pour peu qu’on accepte d’y apposer un regard curieux. Une des approches possibles consiste à envisager l’illustration au prisme de sa séquentialité. Ainsi, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle un intérêt inédit pour l’idée de simultanéité doublé parfois d’une sorte de défiance pour celle de succession apparait. Le philosophe hollandais François Hemsterhuis affirme, par exemple dans ses Dialogues, que l’« âme juge le plus beau ce dont elle peut se faire une idée dans le minimum de temps possible ». En 1766, dans son fameux essai sur le Laocoon, Lessing avait d’ailleurs argumenté en faveur de la théorie du « premier coup d’oeil », cet effet immédiat qu’une oeuvre susciterait sur le spectateur.Paradoxalement, c’est aussi à partir de cette date que se développe une attention croissante pour l’action progressive et successive.Or il nous semble que ces tensions entre simultanéité et succession reflètent les tentatives qui s’ébauchent alors de dépasser le vieux clivage entre, d’un côté, les arts qui déploient leurs représentations dans l’espace, et, de l’autre,ceux qui en déroulent les différentes actions dans le temps. Une opposition traditionnelle, dont on a peu à peu compris, au cours des périodes suivantes,avec la possibilité technique de capter les images successives du mouvement,grâce à la photographie instantanée et à la chronophotographie, qu’elle peut en partie se résoudre dans certaines formes d’expression séquentielles dessinées.Dans ce dispositif la séquence proposée au regardeur (que ce soit une suite d’images, d’actions, d’épisodes, de volumes…) semble primordiale pour dépasser les cadres restreints dans lesquels l’illustration est souvent reléguée faute d’outils d’analyse pertinents. Car la suite, en constituant des séries séquencées d’épisodes distincts génère à la fois des enchaînements d’images engendrant une narration et des pratiques de lecture spécifiques qui se recomposent dans la continuité. C’est à partir de cette approche séquentielle que nous envisageons l’illustration, à l’aide de spécialistes d’horizons différents, dans le cadre de ces nouvelles rencontres interdisciplinaires.Le colloque La Séquence du regardeur marque la deuxième édition de nos rendez-vous strasbourgeois et fait suite au colloque De Traits et d’esprit qui s’est tenu en 2011 et dont les actes paraissent à la veille de ce nouveau rendez-vous. Nous nous proposons d’explorer à nouveau l’illustration dans ses histoires,ses formes, ses usages et dans une acception étendue à la bande dessinée (mais pas uniquement). Plutôt centré sur l’illustration dessinée ou gravée et en lien ontologique avec l’atelier d’illustration de la Haute école des arts du Rhin (HEAR),le colloque s’insère dans un projet de recherche de plusieurs années sélectionné par le Conseil scientifique de la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture et de la communication et piloté par le laboratoire De Traits et d’esprit. La manifestation propose d’alterner les communications scientifiques des chercheurs invités avec des rencontres plus informelles entre une personnalité du monde des arts et un illustrateur tout en ponctuant les travaux de propositions plastiques et d’une performance dessinée.

Jeudi 7 mars.

Prélude

Accueil et présentation des actes du colloque De Traits et d’esprit, Éditions de la HEAR, 2013.

DANIEL PAYOT (Université de Strasbourg, Haute école des arts du Rhin),

ouverture du colloque.

Pause

1. Us et coutumes de la séquence en illustration

Présidence, AGATHE BISCHOFF-MORALES (Médiathèque André Malraux, Strasbourg)

ÉLISE CANAPLE (Médiathèque André Malraux, Strasbourg, Centre de l’illustration),

Discours sur la séquence et « manuels » en illustration, quelques réflexions d’une ramasseuse de balles.

MARTIAL GUÉDRON (Université de Strasbourg, EA 3400 Arche), Progrès des hommes, progrès des arts : successions, enchaînements, séquences, des Lumières au positivisme.

Interlude

Conversation entre GAÉTAN DORÉMUS (Haute école des arts du Rhin) & FLORIAN SIFFER (Cabinet des estampes, Strasbourg)

Pause

2. Séquentialités gyrovagues ou la translation stationnaire

Présidence, ISABELLE LABOULAIS (Université de Strasbourg, EA 3400 Arche)

GUILLAUME DÉGÉ (Haute école des arts du Rhin), Séquence et cheminement, du scénario utilisé à la manière d’une partition de musique.

FRANÇOIS PETRY (Conservateur honoraire du patrimoine), Un voyage aux eaux depuis Paris jusqu’à Aix-les-Bains en juillet-août 1840. Examen d’un carnet à dessins « conceptuel avant la lettre ».

LAURENT GERBIER (Université François-Rabelais, Tours, EA 6301 InTRu), « Des images immobiles séparées par du blanc » : La séquentialité problématique des carnets de voyage de dessinateurs.

Pause

Intermède(s)

Séquences immersion au coeur du réacteur. Présentation des publications estudiantines.

Conversation entre THÉRÈSE WILLER (Musée Tomi Ungerer, Centre international de l’illustration) & ANTOINE BERNHART (plasticien).

NICOLAS SIMONIN (Rhinoceros, R-diffusion) présentation d’AtopoZ, regard sur la lettre dessinée, Éditions Rhinoceros, 2013.

Vendredi 8 mars

3. Littératures illustrées, jeunesse, scansions séquencées

Présidence, MAUD PFAFF (Université de Strasbourg, faculté de lettres)

Accueil

BRIGITTE FRIANT-KESSLER (Université de Valenciennes), L’oeil sur la lande : dynamiques séquentielles, traces et polychronies de l’illustration. Le cas de Macbeth.

CÉCILE BOULAIRE (Université François-Rabelais, Tours, EA 6301 InTRu), Chronologie et récit en images dans l’album pour enfants, XXe – XIXe siècles.

VÉRONIQUE BOONE (Université libre de Bruxelles ; Ensap, Lille), La séquence dans l’oeuvre visuelle de Le Corbusier (téléconférence).

Pause

4. Page, gaufrier, feuillet, fascicule… les formes séquentielles en littérature dessinée

Présidence, JOSEPH BÉHÉ (Haute école des arts du Rhin)

FRÉDÉRIC VERRY (Université de Strasbourg), Bandes dessinées sans personnages : le parcours en vue subjective.

FABRICE PREYAT (Université libre de Bruxelles, FNRS), Penser la séquentialité : théorisations et pratiques du roman graphique de Frans Masereel.

LAURENT BERGER (Université de Montpellier III, Paul Valery), Trahir le père Ubu : distorsions spatio-temporelles et dramaturgiques dans les adaptations d’Ubu Roi en bandes-dessinées.

Pause

Présidence, DAVID-GEORGES PICARD (Drac Alsace)

OLIVIER DELOIGNON (Haute école des arts du Rhin et Université de Strasbourg, EA 3400 Arche), Viper, premier magazine de bande dessinée bio ? La séquentialité du périodique illustré.

Exterlude(s)

Séquences immersion au coeur du réacteur. Présentation des publications estudiantines.

FINZO et alii (Haute école des arts du Rhin), Malentendu, performance dessinée.

Final

Clôture du colloque par DAVID CASCARO (Haute école des arts du Rhin).