CFP: Sherlock Collection of Essays 1st June 2013

CFP

Sherlock Collection of Essays 1st June 2013

contact email:
Nadine.Farghaly@gmx.net

Sherlock Holmes and Dr. Watson are one of the best known couples in Literature. Since Arthur Canon Doyle first published his famous detective stories in 1887, with his work covering the years 1880 until 1914 when Sherlock Holmes and Dr. Watson finally retired to the countryside, these stories have not lost any of their charm. Frequent adaptations in both the book world and the movie world have demonstrated that the famous detective has neither lost his charm nor his appeal. Different adaptations have added different layers to the Sherlock Holmes universe. While Robert Downey Jr.’s Sherlock brought a sexy playfulness to the screen, Benedict Cumberbatch’s Sherlock made his social ineptness as well as his disabilities more prominent. The same can be said for the different John Watsons. Jude Law, added a very sophisticated Watson while Martin Freeman’s Watson is a down to earth, broke, Afghanistan war veteran who suffers from PTSD. The female characters of these adaptations are also more than worthy of a thorough analysis; the recent BBC version features Irene Adler as a dominatrix. All of these different versions show very distinctive advantages and challenges, as well as they demonstrate different views/takes on sexuality. BBC’s Sherlock has been given the moniker The Virgin while Ritchie’s Sherlock obviously has a promiscuous side.

The CBS adaptation titled Elementary adds another layer of discourse to the Sherlock Holmes discussion. In this version of the famous detective stories John Watson has been transformed into Jane Watson. Here, Holmes is a former consultant to Scotland Yard whose drug addiction brings him to a rehabilitation centre in NYC. Post-rehab, Holmes moves in with a “sober companion” in Brooklyn, Joan Watson, a “former surgeon who lost her medical license after a patient died while consulting with the NYPD.” The series is already highly awaited by critics and fans alike since the gender change is something that, while it has been attempted before, never worked successfully. And while not much can be said about this series at this point, it will be necessary to analyse it thoroughly. The gender politics implemented in this show alone will be a reason to review it.

Another aspect that is not too underestimated and highlights the audiences’ interests into this fandom is the I Believe in Sherlock Holmes movement inspired by the BBC Sherlock Season Two Finale. Although it is unclear whether or not the movement was started by the BBC or by fans, it does not really matter in the end. Thousands of fans are participating in the movement, and there seems to be no end in sight; demonstrating a high kinship and connection to Sherlock Holmes and his sidekick.

This collection will strongly focus on the gender politics that have been assigned over the last three years to the different Sherlock Holmes adaptations.

The following categories suggest possibilities but are by no means exhaustive:
• Fandom and/or Reception
• Transformation and/or Adaptation
• Gender
• Race
• Sexuality
• Romance and Desire
• Power
• Monstrosity
• Heroism
• Villainy
• Identify
• Visual Style and practices

What to Send:

300 – 500 word abstracts (or complete articles, if available) and CVs should be submitted by June 1, 2013. If an abstract is accepted for the collection, a full draft of the essay (5000 – 8000 words) will be required by December 1, 2013.

Abstracts and final articles should be submitted to: Nadine.Farghaly@gmx.netreceipt of the abstracts will be send within one week. In case you do not receive an email, please resend your proposal.

Appel: Les mondes du spectacle au XIXe siècle

LES MONDES DU SPECTACLE AU XIXE SIÈCLE

APPEL À CONTRIBUTION

Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes

(www. etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr)

Appel à communications

La SERD organisera au premier trimestre 2014, à Paris, son Congrès bisannuel sur le thème :

Les mondes du spectacle au XIXe siècle

Si le XIXe siècle a récemment été défini comme la « civilisation du journal », on pourrait tout aussi bien y voir une « civilisation des spectacles » tant, des théâtres officiels aux baraques foraines, dans la variété des lieux théâtraux qui se multiplient et se diversifient au cours du siècle, les spectacles y imprègnent la vie quotidienne d’un public de plus en plus large. Le Congrès organisé par la SERD au premier trimestre 2014 a pour projet, non de décrire en détail cette immense entreprise de spectacle qui, jour après jour, rythme la vie culturelle et sociale, mais de s’interroger plus précisément sur les rapports entre les spectacles et l’espace, compris dans sa dimension extra-théâtrale et référentielle. Comment le monde est‑il mis en spectacle au XIXe siècle ? En quoi un spectacle est-il lié à un espace précis ? Que dit-il des espaces qu’il met en scène ? En d’autres termes, il s’agit d’une part – dans le cadre d’un XIXe siècle qui s’ouvre au monde par le progrès des techniques et des idées – d’envisager la question des espaces représentés (lieux géographiques, espaces naturels, territoires nationaux…), l’intérêt, les visées, les moyens techniques et artistiques de ces représentations ; et d’autre part, il s’agit de comprendre dans quels espaces (local, national, européen, mondial), le spectacle et ses pratiques multiples s’inscrivent, et quelles en sont les possibilités et les modalités de circulation. De manière plus générale, les formes multiples du spectacle, la variété des pratiques artistiques, des conventions, des esthétiques de la scène, des modèles de représentations et des codes, dominants ou minoritaires, travaillent à des degrés divers à l’élaboration de constructions symboliques et identitaires fortes (locales, nationales), qui constituent des enjeux particulièrement importants au XIXe siècle. Bien des salles, par exemple, sont désignées comme « nationales » (ce qui signifie alors, le plus souvent, qu’elles ont un caractère officiel), tandis que certains genres sont perçus comme typiquement nationaux, et l’on sait par exemple combien l’opéra a compté dans l’édification de l’unité italienne. En cherchant à définir les « mondes du spectacle », le congrès entend donc avant tout comprendre de quelles façons les spectacles ont contribué à construire une vision du monde et à définir l’identité (géographique, politique et culturelle) de ceux qui y participaient au XIXe siècle, des deux côtés de la rampe.

Souhaitant favoriser une approche pluridisciplinaire, le Congrès s’adresse à l’ensemble des chercheurs qui s’intéressent aux spectacles au XIXe siècle : littéraires, historiens, spécialistes des arts du spectacle, historiens de l’art, musicologues, etc.

Les questions qui peuvent être abordées au cours du Congrès sont nombreuses et peuvent être articulées autour de quatre points essentiels.

I.         Spectacles du monde

  • Comment le monde est-il mis en spectacle au XIXe siècle (panoramas, dioramas, féeries, pièces à grand spectacle…) ?
  • Quelles représentations les différents types de spectacles donnent-ils de tels ou tels espaces (les différents pays, mais également des espaces plus génériques : la montagne, la mer, etc., ou les mondes anciens) ?
  • Quels stéréotypes les répertoires véhiculent-ils sur tel ou tel pays ? Comment l’exotisme est-il suggéré (en particulier décors et costumes) ? Quel rôle joue la parodie ?
  • Quelles minorités sont représentées sur la scène, et comment ?

II.         Spectacles, pouvoir et nation

A.    Spectacle et affirmation identitaire

  • Les États utilisent-ils les spectacles pour affirmer leur suprématie, et comment ?
  • Étude comparée du pouvoir politique et de ses représentants mis en scène au spectacle.
  • Les spectacles sont-ils au service de l’affirmation des jeunes nations (par exemple en Amérique latine) ?
  • Les spectacles de la « petite patrie » : genres régionaux, spectacles en langues « non dominantes », pratiques théâtrales liées au folklore, etc.

B.    La constitution de répertoires nationaux

  • Existe-t-il des genres « nationaux » ?
  • Quelles sont les déclinaisons nationales d’un type (Polichinelle, Jocrisse, etc.) ?

C.    Confrontations, exportations, influences

  • Comment la signification politique d’une œuvre peut-elle varier d’un pays à un autre (par exemple dans les drames historiques) ? Y a-t-il des différences de traitement, pour une même œuvre, par les bureaux de censure de différents pays ?
  • Y a-t-il des répertoires servant de repoussoir ?
  • Quels spectacles (représentations et expositions) sont mis en valeur dans les Expositions universelles ?
  • L’opérette est-elle une invention française ou viennoise ? Comment le music-hall est-il exporté par l’Angleterre ? La revue, genre international ? La zarzuela s’exporte-t-elle ?

III.         Circulations et transferts culturels

A. Circulation des œuvres et des artistes

  • Comment circulent les œuvres et les artistes ? La tournée est une modalité essentielle de notre réflexion et elle peut être déclinée de multiples façons, par exemple sous l’angle économique, en s’intéressant aux agences théâtrales, ou encore à l’opposition ville / campagne.
  • Quelles sont les entreprises de spectacles en langue étrangère qui existent au XIXe siècle ? Font-elles l’objet de critiques nationalistes ? Quelle est leur chronologie ?
  • Quels sont les parcours des artistes qui vont se former dans un pays autre que le leur ?
  • Comment s’organise la circulation des documents professionnels (livrets de mise en scène, manuscrits, etc.) ?
  • Quelles sont les modalités et les délais des traductions et créations d’œuvres dans un pays étranger ?

B. Internationalisation des formes et genres « mineurs »

  • La danse ignore-t-elle les frontières ? Les carrières internationales des maîtres de ballet.
  • La circulation internationale des spectacles de magie et de cirque.
  • La circulation des œuvres de café-concert.
  • Les évolutions du cirque en Europe et aux États-Unis.
  • La vogue et la diffusion du théâtre d’ombres.
  • La naissance du spectacle sportif (courses de chevaux, corridas, football etc.).

C. Spectacles et circulation du savoir

  • Le théâtre dans les congrès littéraires internationaux.
  • Les voyages d’études liés aux spectacles.
  • Les correspondants dans les journaux et les périodiques.

IV.         Spectacles et usages nationaux

  • En quoi la salle de théâtre est-elle le lieu d’affirmation d’une culture particulière (locale, nationale ou universelle) ? L’architecture théâtrale d’un pays s’exporte-t-elle ?
  • Comment les voyageurs notent-ils les variations des usages liés aux représentations, par exemple la claque ?
  • Quels costumes porte-t-on au spectacle ?
  • Quelle place pour la nourriture dans les salles de spectacle selon les pays ? Quelles odeurs dans les salles ?
  • Quelles différences techniques d’une nation à l’autre (techniques de jeu ; passage au noir dans la salle ; affiches de spectacle ; lutte contre l’incendie etc. dans les différents pays) ?

Toute proposition de communication doit impérativement intégrer la dimension spatiale, telle qu’envisagée ci-dessus. Un court argumentaire (2000 à 3000 signes maximum) ainsi qu’un court CV (une page maximum) doivent être fournis avant le 1er juillet 2013 à l’adresse suivante : jeanclaudeyon@wanadoo.fr. Les communications qui ne seront pas faites en français devront être accompagnées d’un résumé de 9000 signes en français. Les actes du colloque seront publiés en ligne sur le site de la SERD.

Les auteurs des propositions retenues seront informés à l’automne 2013, après examen par le Comité scientifique des propositions reçues.

Comité scientifique : Olivier Bara, Florence Fix, Violaine Heyraud, Hervé Lacombe, Sophie Lucet, Agathe Novak-Lechevalier, Cécile Reynaud, Jean-Claude Yon.

Responsables et organisateurs du Congrès : Sophie Lucet, Agathe Novak-Lechevalier, Jean-Claude Yon

CFP: Upstairs and Downstairs: The British Historical Costume Drama on TV

Upstairs and Downstairs:

The British Historical Costume Drama on TV

(from The Forsyte Saga to Downton Abbey)

The recent popular success of “Downton Abbey” calls for a renewed examination of such earlier BBC/ITV/Masterpiece Theatre serialized period dramas as “Upstairs Downstairs,” “The Pallisers,”and “The Forsyte Saga,” among others, that have aired (and have been repeated)since the 1970s. We also want to examine how more recent dramas like “Downton Abbey” engage with these earlier productions in terms of style, thematic content, and programming.

We are seeking essays for a critical anthology that addresses such topics (but are not limited to) as the following:
 How the small screen period drama interrogates past and present gender/ class/race relations and notions of historical “authenticity”
 Transatlantic reception /interpretations
 How these TV serials fulfill and/or disrupt notions of “quality television”
 The afterlife of the serialized period drama on video/DVD
 The role of fans in shaping the content/reception of these dramas (message boards, role playing, Facebook and other social media sites that connect fans, etc)
 The relationship between history, heritage, and the costume drama
 Adaptation and the translation from historical novel to the TV miniseries
 How history and culture are commodified for popular audiences
 The feminization of history via the costume drama
 The relationship between these series and wider developments in TV or popular culture more generally
 How these programs have engaged with, or been received in relation to, ideas of region and regional difference
 How the development of the genre been bound up with technological changes, such as the use of video, widescreen and (more recently) HD

Please submit a 500 word abstract and brief CV by April 15 to the editors,
Julie Anne Taddeo, University of Maryland, USA
taddeo@umd.edu
And
James Leggott, Northumbria University, UK
james.leggott@northumbria.ac.uk
If accepted, the first draft of essays (approx. 7000 words) will be due
Sept. 15, 2013 (guidelines from press will follow).
Please note: Individual authors are responsible for permissions for any images reproduced in their essays.

Dubois François-Ronan (Université Stendhal-Grenoble 3)

François-Ronan Dubois, Université Stendhal — Grenoble 3

UMR LIRE — Pôle grenoblois, RARE

Agrégé et certifié de Lettres Modernes

Doctorant contractuel

francoisronandubois@gmail.com

Domaines de recherche :

— Méthodologie des études littéraires et de la critique interprétative

— Littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles

— Séries télévisées des domaines britanniques et américains : formes, styles, thèmes

Continuer la lecture de Dubois François-Ronan (Université Stendhal-Grenoble 3)

CFP: The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction (Edited Collection)

The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction

(Edited Collection)

contact email:
k.phillips@curtin.edu.au; Claire.Trevenen@curtin.edu.au

The publication of EL James’ Fifty Shades of Grey in 2011 marks a particularly visible moment in what appears to be a proliferation of erotic fiction, written by and for women, since the end of the twentieth century. More than just an instance of a particular genre of fiction, Fifty Shades has spawned considerable discussion of the significance of ‘women’s popular erotic fiction’ generally.
The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction seeks to explore this phenomenon, its social and textual origins and its attendant conceptual and political effects. In doing so, the book aims to examine the discursive regularities and popular debates framing the production and reception of women’s popular erotic fiction; the cultural anxieties and transformations such texts express; the ways in which they reinscribe and negotiate relations of gender, sexuality, race, and kinship. We are interested in exploring the ideological forces underpinning their development and visibility as both a ‘new’ and ‘popular’ form; the ever-growing proliferation of subgenres and their role in shaping popular ideas about romance, relationships, desire, and the erotic.
We invite proposals for contributions to an edited collection of critical research on the cultural significance of ‘women’s popular erotic fiction’. Possible areas of research include (though are not limited to):
• The cultural work of the different subgenres (BDSM, paranormal romance, erotic crime fiction, ménage a trois, ‘neighbour from hell’, sex confessionals) and the ways of speaking about, categorising and marketing these texts.
• The rise of independently published online erotic fiction (production and consumption) and the discourses surrounding it.
• Debates around originality and derivativeness.
• The continuities and departures of erotic fiction from its predecessors in romance fiction and chick lit, as well as those from more ‘respectable’ literary traditions.
• The role of popular erotic fiction in reinforcing and/or transgressing the hegemony of whiteness, heterosexuality, patriarchy, the family, etc.
• The role of this fiction in circumscribing an idea of ‘the West’, as well as the possibilities offered by non-western forms of popular erotic fiction.
• The pleasures of reader consumption and the discourses surrounding it.
• The function of romance in women’s erotic fiction.
Expressions of interest, including an abstract (250-300 words), a short author bio and list of recent publications, may be forwarded via email to the editors by 24 May, 2013. The anticipated due date for accepted contributions (6,500 –7,500) is 29 November, 2013.
Dr Kristen Phillips, Claire Trevenen, Curtin University (Bentley, Western Australia)
Contact email: k.phillips@curtin.edu.auClaire.Trevenen@curtin.edu.au

Parution: Sébastien Fevry, La comédie cinématographique à l’épreuve de l’Histoire

LA COMÉDIE CINÉMATOGRAPHIQUE À L’ÉPREUVE DE L’HISTOIRE

Sebastien Fevry

L’Harmattan, Collection Champs visuels

Chaque période historique, même la plus tragique, peut engendrer sa repartie comique. Au cinéma, des films comme Charlot soldatLe Mur de l’Atlantique ou La vie est belle témoignent de la licence dont dispose le genre comique pour détourner les grands événements du passé. Voici mise en perspective la tension entre le comique et l’Histoire, notamment dans les films burlesques de la Grande Guerre, les comédies françaises de la Résistance, les satires du Vietnam ou les comédies de la Shoah.
EAN : 9782336006574 • 282 pages
Prix éditeur : 29 €
Voir la fiche de ce livre

Professeur à l’IAD et chargé de cours invité à l’École de Communication (UCL), Sébastien Fevry enseigne l’histoire et l’esthétique du cinéma à Louvain-la-Neuve (Belgique). Il a notamment rédigé un ouvrage consacré à la mise en abyme filmique et codirigé un recueil d’articles portant sur l’imaginaire de l’apocalypse au cinéma.

Table des matières

Avant-propos

PREMIERE PARTIE
Anatomie de la comédie historique

Ouverture panoramique
Chapitre I
Histoire et comique : approche croisée
Chapitre II
La vision comique de l’histoire : une histoire contrariée
Chapitre III
Une approche en tension générique

DEUXIEME PARTIE
Le héros comique face à l’Histoire

Note d’orientation
Chapitre IV
Le burlesque à l’épreuve des tranchées
Chapitre V
Le double jeu des comédies de la Résistance
Chapitre VI
L’incorporation historique : Zelig et Forrest Gump
Reprise (1) :
trajectoires du héros comique
TROISIEME PARTIE
L’Histoire renversée

Chapitre VII
L’inversion en question
Chapitre VIII
De la guerre nucléaire à la guerre-spectacle
Chapitre IX
Les métaphores de la guerre du Vietnam : dégradation et rabaissement
Chapitre X
Les comédies de la Shoah : l’appel à une mémoire du bien
Reprise (2) :
la triple orientation temporelle de l’inversion

Partie conclusive
Triple retour et ouverture

Bibliographie sélective
Index

Appel: Harlequin enchaîné, 50 nuances de Grey

HARLEQUIN ENCHAÎNÉ, 50 NUANCES DE GREY

(DOSSIER POP-EN-STOCK)

Vendue à 65 million d’exemplaires dans le monde, la trilogie de E. L. James autour des amours tortueuses de la naïve universitaire Anastasia Steele et le jeune magnat Christian Grey constitue l´oeuvre la plus rapidement et viralement consommée de l´Histoire de l´édition. Émergeant de la fan fiction qui prolifère autour de la série Twilight, il s´agissait de transformer la pornographie de l´abstinence qui unit le couple principal en un récit d´initiation sadomasochiste, ce qui fut perçu par la communauté twihard comme une profonde entorse au mythe initial, provoquant l´exil de l´œuvre des sites officiels d´expansion de la franchise et par là son affranchissement du canon vampirique. Triomphant dans les nouveaux réseaux de la cyberlecture (du web au e-book), la trilogie imprimée devint vite l´oeuvre la plus vendue sur Amazon.

Saluée par J. Goudreau comme l´émergence d´un nouveau sous-genre, le « mommy porn » destiné aux mamans trentenaires nostalgiques d´une sexualité à laquelle elles auraient en grande partie renoncée, honnie pour ses phrases « asiniennes » et sa trame « déprimante » (J. Reeves), l´œuvre intrigue avant tout par les conditions de son succès. Ce nouveau jalon dans la blockbusterisation marchande de la littérature de masses a été ironiquement considéré comme le symptôme d´une nouvelle (et ultime) décadence par le New York Daily (« Fin de la civilisation: E. L. James choisie Personnalité de l´Année par le Publishers Weekly« ), réveillant des vieilles craintes autour de l´abêtissement (dumbing down) des masses américaines et, désormais, planétaires.

Le débat attise bien entendu les réflexions autour du post-féminisme. Alors que l´on peut se demander avec K. Roiphe si le libre arbitre est devenu pour les femmes un fardeau dont elles voudraient se délivrer par des fantasmes de soumission, d´autres penseuses y voient au contraire un signe inévitable et positif de l´égalité d´opportunités, les femmes étant libres enfin d´accéder sans complexes à leur propre pornographie. Or qu´il soit le signe de l´échec ou du triomphe du féminisme, ce qui frappe dans ce prétendu érotisme c´est à quel point il est dominé par le modèle de la littérature sentimentale la plus traditionnelle, au moment même où les productions Harlequin sont entrées dans une ère de sexualisation explicite de leurs produits (la catégorie Blaze/Désir), déjà annoncée par le succès de leurs rivales (Silhouettes, Candlelight Ecstasy) dans les années Reagan. La sentimentalisation du BDSM aux bras du Prince youppie serait-elle alors le signe d´un autre retour du refoulé, au-delà de la régression vers des consolations archaïques d´une féminité en déreliction?

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

La longueur des articles est variable. POP-EN-STOCK accepte une limite inférieure équivalent à sept ou huit pages (3000 mots), afin de favoriser la publication rapide, mais peut aussi accepter des articles beaucoup plus longs selon l’offre (n’étant pas limitée par un impératif de préservation de la forêt boréale).

Parution: Humoresques, n°36, Humour "anglais"

Humoresques, n°36, automne 2012 : Humour « anglais »

Textes réunis par Corinne François-Denève

Prix 13EUR

Sommaire
Corinne François-Denève
Every man in his humour : sur la piste de l’humour « anglais » 5
Nelly Feuerhahn
Ronald Searle, un humour graphique anglais 27
Norbert Elias (traduit de l’allemand par Wolf Feuerhahn)
Le Sense of Humour 57
Wolf Feuerhahn
Humours nationaux : le regard situé de Norbert Elias 67
Pierre Troullier
Entre héritage latin et invention du nonsense, la poésie satirique
de John Skelton (c. 1460-1529) 83
Virginie Iché
Le Nonsense et ses jeux de mots (in)traduisibles
Le cas d’Alice’s Adventures in Wonderland 99
Françoise Dupeyron-Lafay
L’humour anglais aux xixe et xxe siècles
Approche culturelle et stylistique 113
Laetitia Pasquet
L’humour dans le théâtre anglais contemporain :
pour une éthique de la poétique 127
Yen-Maï Tran-Gervat
L’humour de Tristram Shandy et ses adaptations
graphique et cinématographique 145
Jérémy Houillère
La série télévisée The Office et l’Amérique du Nord :
un humour fragile 161

Appel: Le Thriller métaphysique

Le Thriller métaphysique

Colloque bilingue (anglais/français)

Université de Liège, CIPA, Belspo

Liège, Belgique – 26-27 septembre 2013

Fin de l’appel à candidatures le 16 Juin 2013

Le thriller métaphysique est souvent considéré comme un phénomène typiquement contemporain dont l’apogée coïncide avec le dernier quart de siècle. Il est aussi généralement associé au développement de la fiction postmoderne expérimentale. Mais, au final, qu’est-ce que le thriller métaphysique ?

Le colloque s’intéressera au « thriller » et au « métaphysique » selon une approche diachronique et/ou synchronique. Il s’agira de décrire les différents avatars de la littérature policière de Poe à nos jours, ainsi que la capacité de ce genre à intégrer certaines considérations qui dépassent les enjeux traditionnels de la littérature policière et de ses nombreuses manifestations sous-génériques.

Le plus souvent, les écrits policiers métaphysiques récents mettent en exergue métafiction et autoréflexivité. Ces aspects seront comparés aux structures plus habituelles de la littérature policière « traditionnelle ». Une telle approche nous amènera à reconsidérer le contrat de lecture des œuvres envisagées tout en interrogeant la nature même du « fictionnel » ainsi que la question fondamentale des « limites de la connaissance ». A la lumière de telles stratégies anti-narratives, le terme « métaphysique » sera aussi remis en question et confronté à d’autres terminologies.

On peut regretter le peu de sources secondaires concernant le thriller métaphysique. Toutefois, l’ouvrage dirigé par Patricia Merivale et Susan Elizabeth Sweeney, intitulé Detecting Texts: The Metaphysical Detective Story from Poe to Postmodernism (1999), établit les bases fondamentales d’une recherche approfondie dans le domaine, ébauchant une définition du genre tout en soulignant les éléments de parodie et/ou de subversion des conventions de base de la littérature policière dite traditionnelle. Il est à noter que cette notion apparait comme étant de plus en plus problématique au regard de la richesse et de la variété de ce genre depuis son apparition, durant la seconde moitié du 19e siècle.

Les articles sur des sujets incluant les thèmes suivants, sans toutefois s’y limiter, sont les bienvenus :

  • la « métaphysique fictionnelle » et la « fiction métaphysique »
  • les lectures rapprochées d’écrivains tels que E.A. Poe, Franz Fafka, J.L. Borges, Vladimir Nabokov, Umberto Eco, Alain Robbe-Grillet, Georges Perec, William Faulkner, Paul Auster, …
  • les structures et thèmes récurrents (e.g., le double, la pièce fermée, le labyrinthe, …)
  • l’héritage de Poe (e.g., les paradigmes de la lettre volée et de « l’homme des foules »)
  • l’ambiguïté ou l’absence de signification des indices matériels, des preuves et des témoignages
  • les éléments de métafiction et/ou d’intertextualité
  • le détective vaincu
  • le thriller métaphysique en tant que phénomène postmoderne
  • les stratégies ontologiques et épistémologiques dans la littérature policière
  • les identités perdues, transformées ou échangées
  • l’absence de fin, la circularité narrative et l’effet de boucle

Veuillez envoyer vos propositions (300 mots maximum) pour des interventions de 20 minutes à adechene@ulg.ac.be et mdelville@ulg.ac.be avant le 16 juin 2013.

Pour plus d’informations veuillez contacter :

Antoine Dechêne, Université de Liège adechene@ulg.ac.be

Michel Delville, Université de Liège mdelville@ulg.ac.be

CIPA website: www.cipa.ulg.ac.be

Parution: G. Pinson, L'imaginaire médiatique; Histoire et fiction du journal au XIXe siècle

G. PINSON,

L’IMAGINAIRE MÉDIATIQUE

HISTOIRE ET FICTION DU JOURNAL AU XIXE SIÈCLE

Paris : Classiques Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes « , 2013.

EAN 9782812408670.

272 p.

Prix 21EUR

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage propose une histoire de l’imaginaire du journal, des années 1830 à 1914, en se fondant sur l’étude du premier grand récit de l’information en France à travers des sources variées : romans, essais, historiographies, recueils de souvenirs, notamment.

table des matières

introduction
L’imaginaire médiatique   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .    7
Journal et temps présent    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   14
Le journal dans le temps   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   16
Le journal hors temps   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   18
l’impossible panorama  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   23
une « littérature panoramique » ?    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   24
une distance critique   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   28
Physiologie du journaliste (années 1820-1840,
et quelques reprises ultérieures)   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   30
La période anecdotique (années 1850-1860)   . . . . . . . . . . . . . .   46
ascension et chute des « napoléon de la presse »   . . . . . . . . . .   54
La partie pour le tout : la scène discursive autour de 1900   . . . .   58
le journalisme est un roman  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   63
Le scénario primitif : devenir journaliste   . . . . . . . . . . . . . . . .   65
Le déraciné   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   70
rencontres et sociabilités   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   80
Le renoncement   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   89
Le scandale  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   93
scènes de la vie moderne   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   97
le journal et le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Les régimes et la presse   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
naissance de l’histoire de la presse
(e. Hatin, plus tard H. avenel)   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Fictions mémorielles   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Le journal, archive du futur   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  137
temps présent  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
La «publicistique » : presse, actualité et opinion publique   . . . 144
un jeune métier du temps présent   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  153
ordonner et classer le journal   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
La matière du journal   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
le journaliste est un héros  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
Le reporter fictif   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
L’aventurier (l’impulsion géniale de Jules verne)   . . . . . . . . . .  193
L’enquêteur   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Épilogue : tintin, reporter au Petit vingtième  . . . . . . . . . . . . .  216
conclusion
Pour une histoire des sensibilités médiatiques   . . . . . . . . . . . . . .  231
retour sur le concept d’imaginaire médiatique   . . . . . . . . . . . 233
Faire l’histoire des sensibilités médiatiques    . . . . . . . . . . . . . 236
bibliographie  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
index des noms  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
table des illustrations  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269