Appel à communication: Adaptations et transferts télévisuels dans la francophonie

Appel à textes pour le no6 du journal en ligne Alternative Francophone

http://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/af

Thème : Adaptations et transferts télévisuels dans la francophonie

Comme l’a montré Albert Moran dans TV Formats Worldwide, la circulation de programmes télévisés (séries, jeux, émissions d’actualité) a été accélérée dans le contexte de la mondialisation. Le succès de ces programmes dans leur pays d’accueil sera d’autant plus grand qu’ils auront été préalablement reconditionnés pour répondre aux attentes spécifiques de leur(s) public(s) cible(s). L’objet de ce sixième numéro d’Alternative Francophone sera de s’interroger sur la nature et la forme de ces transferts dans le contexte francophone notamment à partir des axes de réflexion suivants, mais pas uniquement :

-Analyse et/ou comparaison d’adaptations d’émissions télévisées (séries, sitcoms, reality shows, etc.) entre espaces francophones. L’accent pourra être mis sur les questions de représentation ethnique, sexuelle et sociale. On se demandera notamment si la pratique de l’adaptation et du changement de format dans le contexte francophone peuvent faire l’objet d’une théorisation particulière.

-Comparaison entre les pratiques télévisuelles en vigueur entre espaces francophones. On pourra se questionner sur l’usage qui est fait de la langue française et de son éventuelle cohabitation avec d’autres langues à travers les pratiques de la traduction et du doublage.

-Comparaison entre programmes télévisés francophones et non-francophones. On pourra notamment s’interroger sur l’influence qu’exercent les programmes anglophones sur ceux produits dans le contexte francophone. On se demandera également dans quelle mesure le produit télévisuel francophone peut rivaliser avec son équivalent anglophone à partir d’études de cas précis. Est-il légitime de parler comme beaucoup de spécialistes d’un « retard » des séries francophones?

-Modes et stratégies de construction de l’identité francophone dans les médias, qu’ils soient minoritaires ou majoritaires, en particulier la télévision. On pourra se demander comment les francophonies se représentent entre elles et quelle image d’elles-mêmes elles donnent à voir aux publics non-francophones.

-Collaboration et compétition au niveau international entre médias francophones. On s’interrogera sur les rapports de force à l’œuvre entre médias francophones du centre et de la périphérie pour ce qui est en particulier de la construction de l’information.

Calendrier de publication :

Les auteurs sont priés d’adresser leurs articles à Sathya Rao (srao@ualberta.ca) et Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca) avec comme objet : « Proposition AF/6 ». Les articles ne respectant pas le protocole de publication ne seront pas acceptés. Pour toute demande d’informations, veuillez contacter Sathya Rao et/ou Chris Reyns-Chikuma.

-Remise des articles : 15 janvier 2013

-Réponse aux auteurs : fin mars 2013

-Publication en ligne : fin juillet 2013

Appels à communication : Exploring Canadian Identity/ies in Comics

CFP: Exploring Canadian Identity/ies in Comics

A Collection of Essays edited by Gail de Vos and Chris Reyns-Chikuma

Canadian comic artists are well known beyond our borders from Joe Shuster, the creator of “Superman”—who, like Hal Foster, the re-creator of “Tarzan”, was born in Canada but left early for the US, to contemporary award winning comics artists such as Seth, Chester Brown, Guy Delisle, and Julie Doucet who often remain in Canada to create their works.

We are looking for essays, in either English or French, that focus on the answer to the questions: what is Canadian, if anything, in the work under discussion? How does the creator deal with his or her Canadian identity; how is it explicit or not in her/his work? Noticeable examples of Canadian identity/ies issues in comics include Chester Brown’s Louis Riel, Bryan Lee O’Malley’s Scott Pilgrim, and Jeff Lemire’s Essex County. There are numerous examples where the issue is addressed less explicitly: Canadianisms in Dave Sim’s Cerebus, Canadian multiculturalism in Jill Tamaki’s and Mariko Tamaki’s Skim, Canadian identity in Québécois comics such as titles by Michel Rabagliati, in Drawn & Quarterly’s publication policy, or in Canadian Webcomics like Kate Beaton’s Hark? A Vagrant, or controversies in Canadian comics festivals and prizes. We are also interested in exploring intertextual references to other Canadian comics, novels, films or other art forms and media in these Canadian comics.

Topics may include, but are not limited to:

  • Early publishing scene in Canada
  • Captain Canuck
  • Chester Brown, Seth, Lemire and other Canadian comic book creators
  • Francophone comics in Canada
  • Quebec’s comic book scene
  • Female comic book creators in Canada
  • Feminism in Canadian comics
  • The representation of multiculturalism by Canadian comic book artists
  • Current publishing issues in Canada
  • Webcomics by Canadian creators
  • Canadian prizes and awards for comic books

Please send a 500-word proposal and a short biographical note to: Gail de Vos (gail.devos@gmail.com) & Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca) by January 15, 2013. Notification of acceptance will be sent by February 15, 2013. Essays of 6000-8000 words (MLA style) will be due July 15, 2013. Publisher has already been confirmed.

Gail de Vos, an adjunct professor in the School of Library and Information Studies at the University of Alberta for over twenty years, is the author of nine award winning monographs on storytelling and folklore. She has also written quite extensively about comic books and graphic novels for a wide variety of publications and encyclopedias and has taught an online course on comic books in library settings for the University of Alberta for over a decade.

Chris Reyns-Chikuma, associate professor in French Cultural Studies at the University of Alberta, is the author of articles on various topics (holocaust, postcolonialism, feminism) in 3 different medias (literature, film, TV series) and 5 articles on comics (Tintin & Oubapo, Van Hamme’s “Largo Winch” in Neophilologus, Van Hamme’s Les Maîtres de l’orge in The French Review, Trondheim’s Ile Bourbon 1730 in Image & Narrative,  Boudjellal’s Le Beurgeois in Belphégor, aurélia aurita’s Buzz-moi—forthcoming). He regularly teaches comics and animation courses for undergraduates and graduate students.

Publication : Femmes médiatrices et ambivalentes. Mythes et imaginaires, Anna Caiozzo, Nathalie Ernoult (dir.)

Anna Caiozzo, Nathalie Ernoult (dir.), Femmes médiatrices et ambivalentes. Mythes et imaginaires, Armand Colin, 336 p., 29 euros. EAN13 : 9782200272814

Lilith, Ishtar, Athéna, Déméter, Mélusine, Marie, Vis, Aglauros, Shirin, et bien d’autres, toutes sont femmes, tout comme sont aussi femmes ces créatures effrayantes, Lilith, Umm Sibyan , et autres démones, ogresses, sirènes ou amazones contre lesquelles les hommes et les femmes se protègent en consultant d’autres femmes, devineresses, prophétesses et autres vetules. Car toutes ces femmes, d’ici et d’ailleurs, issues du passé ou du présent, réelles ou imaginaires, offrent par-delà leurs différences apparentes un même visage, celui de l’ambiguïté et des questionnements relatifs à l’ontologie même de la féminité dans les imaginaires masculins. Les portraits de femmes présentés dans cet ouvrage tentent de cerner, en abordant différents types d’êtres féminins, le mystère de la féminité dans ce qu’il possède de plus complexe : le rapport au sacré stigmatisé par l’ambivalence et illustré par la médiation.

Réelles ou mythiques, ces femmes présentent toutes, à l’instar de la déesse, de la fée ou de la sirène, des facettes de la femme fatale dont la seule évocation résume tout un imaginaire masculin relatif à la femme, mère et amante, pourvoyeuse de plaisir et de richesses, mais aussi potentiellement dangereuse. Et, en particulier, sont redoutées celles d’entre elles qui ont échoué dans leur fonction d’épouse et de mère, entités nuisibles aux autres femmes et à leur progéniture, voire aux hommes eux-mêmes. Si le mystère de la vie lie indéfectiblement les femmes avec l’au-delà, elles en tirent aussi des capacités occultes qui en font aussi des médiatrices pourvoyeuses de biens matériels. Mais leur médiation se limite parfois à une tâche autrement plus noble : aider l’homme à accomplir son destin.

Anna Caiozzo est maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge à l’université de Paris 7 Denis Diderot.

Nathalie Ernoult est chercheuse UMR-ANHIMA et attachée de conservation au Centre Pompidou.

http://www.armand-colin.com/livre.php?idp=39885

Publication : The Renewal of Cultural Studies, Paul Smith (ed.)

Cultural Studies, once a burgeoning academic field, developed into a discipline in which just about any cultural text, object or event could be studied. The Renewal of Cultural Studies offers a panoramic view of the field, its assumptions, and its methodologies. Editor Paul Smith and thirty contributors map out new directions that will redefine and sustain the field of cultural studies.

In twenty-seven original essays, cultural studies is examined in relation to other disciplines—history, anthropology, literature, media, and American studies. The discipline is reviewed in the context of globalization, in relation to topics such as war, public policy, and labor, its pedagogy and politics, and in Marxist, feminist, and environmentalist contexts.

Smith wants to establish theoretical and methodological common ground among cultural studies scholars. Providing a “state of the discipline,” The Renewal of Cultural Studies asks, “What can and should the field of Cultural Studies be doing now?”

Content

1. Introduction • Paul Smith
2. The Project of Cultural Studies: Heretical Doubts, New Horizon • Nick Couldry
3. The Nightmare Voice of Feminism: Feminism and Cultural Studies • Carol A. Stabile
4. Cultural Studies: Always Already Disciplinary • Randall K. Cohn, Sara Regina Mitcho and John M. Woolsey
5. From Ideology Critique to Intellectuality: Towards a Neo-Gramscian Political Pedagogy for Cultural Studies • Henry Krips
6. Attack of the Fifty-Foot Anthology! Adventures in Teaching Cultural Studies • Julie Rak
7. The Literary: Cultural Capital and the Specter of Elitism • Denise Albanese
8. New Aestheticism, the Culture Industry, and the Postcolonial Novel • Deepika Bahri
9. Cultural Studies and Theory: Once More from the Top with Feeling • Clare Birchall and Gary Hall
10. Cultural Studies and the Discourse of New Media • David Golumbia
11. Lost Objects: The Museum of Cinema • Sharon Willis
12. Three Dialectics for Media Studies • Matthew Tinkcom
13. What Cultural Studies Did to Anthropological Ethnography: From Baroque Textual Aesthetics Back to the Design of the Scenes of Inquiry • George E. Marcus
14. Longing for the Ethnographic • Lisa Breglia
15. “So-Called Cultural Histories”: Cultural Studies and History in the Age of One World • Michael Denning
16. A Marxist Methodology for Cultural Studies: Analyzing (Over)Production of the Commodity Sign • Max Gulias
17. Marxism after Cultural Studies • Randy Martin
18. Out of Context: Thinking Cultural Studies Diasporically • Grant Farred
19. Toward a Vulgar Cultural Studies • Eric Cazdyn
20. Where Is the « Economy »? Cultural Studies and Narratives of Capitalism • S. Charusheela
21. Cultural Studies and “Latin America”: Reframing the Questions • Sophia A. McClennen
22. Cultural Studies to Come • Mahmut Mutman
23. Do the Math: Cultural Studies into Public Policy Needs a New Equation • Marcus Breen
24. Culture and War • Timothy W. Luke
25. Communication and Cultural Labor • Vincent Mosco
26. Towards a Green Marxist Cultural Studies: Notes on Labor, Nature, and the Historical Specificity of Capitalism • Michelle Yates
27. Cultural Studies: A Conversation • Andrew Ross and Paul Smith
Contributors
Index

More information : http://www.temple.edu/tempress/titles/2088_reg.html

Call for papers : La novena edición del Congreso de Novela y Cine Negro

CALL FOR PAPERS

La novena edición del Congreso de Novela y Cine Negro de la Universidad de Salamanca se celebrará durante los días 16, 17, 18 y 19 de abril de 2013. En esta ocasión, el congreso tendrá como título genérico ?La (re)invención de un género? y tendrá como temas preferentes de estudio los que se ajusten a los siguientes centros de interés:

1. (Re)escrituras literarias y fílmicas del género

2. Releer a los clásicos desde la actualidad

3. El caso de Sherlock Holmes: la vigencia de un mito

4. La figura del detective privado: revisiones de un personaje mítico

5. La novela y el cine negro españoles: (re)inventando un género

6. El neopolicial iberoamericano, entre la tradición y la novedad

7.Historia y actualidad de la novela negra europea: polar, giallo, nordic noir?

8. (Re)descubriendo al cine negro: la vigencia de un género

9. Remakes, intertextos y guiños: el cine negro, de lo clásico a lo contemporáneo

10. Cine negro en pequeña pantalla: los nuevos   formatos de ficción televisiva

11. Nuevos formatos del género negro: la renovación del cómic y los videojuegos

12. El género negro como crónica: el reflejo de la realidad

Con las aportaciones de los asistentes se pretenden aportar diversos y novedosos puntos de vista dentro del estudio de la narrativa y el cine negros, y, tal como se ha venido haciendo en las anteriores ediciones del congreso, se publicará un libro de actas.

Además de los comunicantes, participarán en el congreso destacados escritores, directores de cine, periodistas y expertos universitarios como conferenciantes plenarios. También habrá proyecciones, mesas redondas, coloquios y destacadas actividades sociales.

**

PROPUESTAS Y PLAZOS DE PRESENTACIÓN

Las intervenciones en castellano no superarán los 15 minutos y los interesados deberán enviar, dentro la plantilla de comunicaciones que podrán encontrar en <http://www.congresonegro.com/?attachment_id=1296www.congresonegro.com, un resumen (máx. 250 palabras) acompañado de un breve currículum biobibliográfico (200 palabras) ANTES DEL 20 DE DICIEMBRE DE 2012 a la dirección de correo electrónico: prensacongreso@gmail.com.

El comité organizador confirmará la aceptación de las comunicaciones antes día 14 de ENERO de 2013 a través de comunicación vía mail y a través de la página web del congreso.

* *

CUOTAS DE INSCRIPCIÓN

Las cuotas de inscripción serán de *125 euros* (*100 para los miembros de la Universidad de Salamanca y 100 euros para los estudiantes de tercer ciclo * que puedan acreditar documentalmente tal condición) y los cargos de transferencia serán asumidos por el ordenante. Además de los *derechos de lectura de comunicación y participación en las actas,* los comunicantes recibirán un *certificado acreditativo*, la *documentación del congreso* y estarán *invitados a diversas actividades sociales*.

Aquellas personas que deseen asistir a la *cena de gala* del jueves 18 tendrán que abonar* 25 euros más* (sus tasas, por tanto, serán de 150 euros, 125 en el caso de los miembros de la Universidad de Salamanca y los estudiantes de la Universidad de Salamanca).

El *pago* habrá de abonarse antes del *14 de febrero de 2013* en la cuenta de KUTXA 2101 0674 80 0128359619 código IBAM: ES 6721010674800128359619; código BIC-SWIFT: CGGKES22, indicando en el *destinatario* ?*Asociación de Novela y Cine Negro*? y en el *concepto* ?*Nombre y apellidos del comunicante*?.

Toda la *información* relacionada con el IX Congreso de Novela y Cine Negro ? conferenciantes, escritores invitados, inscripción, alojamiento, actividades, etc.- se podrá consultar en la web : http://www.congresonegro.com.

DIRECCIÓN Y ORGANIZACIÓN: Àlex Martín Escribà (Universidad de Salamanca) y Javier Sánchez Zapatero (Universidad de Salamanca)

SECRETARÍA: María Marcos Ramos (Universidad de Salamanca)

COMITÉ CIENTÍFICO: Dante Barrientos Tecún (Universidad Aix-en-Provence), José F. Colmeiro (Michigan State University), Francisco Javier Frutos Esteban (Universidad de Salamanca), Manuel González de la Aleja (Universidad de Salamanca), Iván Martín Cerezo (Universidad Autónoma de Madrid), Claudio Milanesi (Université Aix-en-Provence), Francisca Noguerol Jiménez (Universidad de Salamanca), José Antonio Pérez Bowie (Universidad de Salamanca), Adolf Piquer Vidal (Universidad Jaume I de Castellón), Joan Ramon Resina (Stanford University), Javier Rodríguez Pequeño (Universidad Autónoma de Madrid), José Luis Sánchez Noriega (Universidad Complutense de Madrid), Enric Sullà (Universidad Autónoma de Barcelona) y Georges Tyras (Université Stendhal, Grenoble 3).

CONTACTO: prensacongreso@gmail.com

Parution: Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder

Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder

sous la direction de Laurence Guellec et de Françoise Hache-Bissette

Les éditions Gaussen publient Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder, sous la direction de Laurence Guellec et de Françoise Hache-Bissette, enseignant-chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines.

« La publicité est l’une des plus grandes catastrophes des deux mille dernières années pour ceux qui aiment la littérature », d’après Frédéric Beigbeder. Son roman, 99 francs, ou l’essai de Naomi Klein, No logo, contre la tyrannie des marques, ont redéfini dans les années 2000 les termes d’un conflit qui oppose, depuis le XIXe siècle, les défenseurs de la culture lettrée, classique, humaniste, aux puissantes industries culturelles et à leur « propagande ».
Mais la publicité hante la littérature autrement que sur un mode polémique. Des « cris » des vendeurs ambulants, dont les échos résonnent encore dans le roman proustien, aux personnages publicitaires (Bébé Cadum, bonhomme Bibendum), la réclame a longtemps fasciné les écrivains. Balzac, Zola, Mallarmé, Desnos ont écrit sur les stratagèmes rhétoriques du slogan, les beautés de l’affiche, le grand barnum commercial. « Pilules PINK pour personnes pâles », ces allitérations d’un rédacteur anonyme ont enchanté Dada et les surréalistes. Cendrars, en quête du lyrisme moderne, a osé dire : « Publicité = Poésie ».
Dans une double perspective historique et critique, les contributeurs de ce volume s’interrogent sur la dimension communicationnelle de la littérature, les cultures médiatiques, l’activité publicitaire des grands écrivains, la publicité comme « art » et comme sujet de fiction, les récupérations publicitaires de la littérature et les formes de la promotion marchande du livre.

Préface de Marc Martin • Entretien inédit avec Frédéric Beigbeder

Laurence Guellec, membre de l’Institut Universitaire de France, est maître de conférences en littérature française à l’Université Paris Descartes et chercheur dans l’équipe « Écritures de la modernité » de la Sorbonne Nouvelle (Sorbonne Paris Cité).
Françoise Hache-Bissette est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC).

Laurence Guellec et Françoise Hache-Bissette (dir.), Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder, Marseille, Editions Gaussen . ISBN : 978-2-35698-054-0 . 28 € . 448 pages.

Contact éditeur :
contact@editionsgaussen.fr

> Table des matières

Préface – Marc Martin
Avant-propos – Laurence Guellec et Françoise Hache-Bissette

1 – Littérature et publicité : histoires communes
Les métamorphoses littéraires des cris de Paris au Moyen Âge – Laurent Vissière
Proto-réclames : poésie scientifique et boniment publicitaire (1800-1850) – Hugues Marchal
Histoires(s) à la mode : la Tour de Nesle d’Alexandre Dumas et la commercialisation du passé – Jennifer Terni
Les concurrents, ou la promotion de la poésie à l’ère de la publicité – Muriel Louâpre
Communication littéraire, culture médiatique et publicité au XIXe siècle – Alain Vaillant

2 – L’écrivain, la réclame et le slogan
Zola, écrivain public – Éléonore Reverzy
Le mystère dans l’étalage. Mallarmé et la réclame – Pascal Durand
Nul n’est censé ignorer Dada – Eddie Breuil
Troubles de la valeur. La littérature, image des marques – Laurence Guellec

3 – Littérature, arts et publicité
La Revue Blanche ou l’art de la publicité – Cécile Barraud
Cirque, affiche et littérature : l’américanisation du roman fin de siècleCatherine Dousteyssier-Khoze
Le dernier cri ? Proust, la réclame et le mélodrame. – Cécile Leblanc
« De l’automne au printemps, l’esthétique change ». Cinéma, littérature et publicité – Laura Marcus

4 – La publicité, objet littéraire
Sketch sur le puff. Réclame, personnage et forme littéraire – Guillaume Bordry
La promesse du chiffre : l’écriture de la publicité financière, de Jérôme Paturot à L’Argent de Zola – Christophe Reffait
Réclames pour se souvenir – Myriam Boucharenc

5 – Pensées critiques et tyrannie des marques
« Froid, vide, magnifique » : publicité et fascisme à l’Exposition internationale de 1937 au prisme de Good Morning, Midnight de Jean Rhys. – Garry M. Leonard
Écrivains de langue française et publicité américaine, de l’entre-deux-guerres aux années 1960 – Véronique Pouillard
Hommes de lettres et publicité : histoire sociale d’une résistance culturelle – Valérie Sacriste
L’inversion de la vie et le moyen d’y remédier : réflexions sur le détournement de la publicité par Guy Debord – Fabien Danesi
Bret Easton Ellis ou la psychose en réclame – Béatrice Pire
Réalisme sponsorisé ou publicité gratuite. Les deux faces du placement de produit en littérature – Francesco Ghelli

6 – La littérature dans l’image et l’écrit publicitaire
La « littérature » de la publicité en France : traités et revues, XIXe-XXe siècles – Réjane Bargiel
Praticiens du verbe publicitaire du XIXe siècle à nos jours : des rédacteurs « divers » de la publicité aux concepteurs-rédacteurs – Nathalie Pelier
Fleurs et rhétorique. L’inspiration littéraire dans la publicité pour la parfumerie – Eugénie Briot
Quand la publicité parodie la littérature. Récupération ou dégradation ? – Marc Bonhomme

7 – Publicité de la littérature et stratégies éditoriales
Les mises en scène de la littérature à la Belle Époque – Jean-Yves Mollier
Prix littéraires et aléas de l’aura auctoriale : l’écrivain plébiscité ou « publi-cité » ? – Sylvie Ducas
Mordre la main qui te nourrit ? Les magazines littéraires entre critique et publicité – Claire Blandin
Le marketing de la littérature en Grande-Bretagne : une étude de cas, TrainspottingClaire Squires
Le paratexte éditorial : quand le livre fait sa publicité – Françoise Hache-Bissette
La littérature à l’épreuve du web publicitaire. Le cas du book trailerSylvie Decaux et Xavier Sense

Postface – Sara Thornton
« Regardez-moi dans les yeux… J’ai dit les yeux ». – Entretien avec Frédéric Beigbeder

Les contributeurs
Index

Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Appel: Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne (popenstock)

Appel

Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne

A l’occasion du cinquantième anniversaire de la projection sur les écrans du film de Kubrick adaptant Lolita de Nabokov, nous voudrions nous pencher sur les représentations culturelles des jeunes filles dans les fictions narratives – littéraires, cinématographiques, télévisuelles et autres – des ancêtres de cette oeuvre fondatrice à notre ère hypermoderne. Lointaines héritières des pueri delicati et des doctæ puellæ romaines, ces jeunes filles couvrent  une vaste gamme, des blondes « petites demoiselles » angéliques du romantisme jusques aux lolitas-trash d’aujourd’hui (Taylor Momsen, Vanessa Hudgens, Lindsay Lohan, etc.) qui inondent les émissions de télé-réalité aussi bien que les placards publicitaires ornant nos abribus et nos couloirs de métro – en passant par les nymphettes, les femmes-enfants, les lolycéennes gainsbouriennes, les mean girls américaines, les media lolitas nippones. Né, avec l’érotisme libertin des Lumières, de débris anciens, le type de la jeune fille délurée, friponne et lascive triomphe aujourd’hui : elle est le bel emblème de la société de consommation dirigée de notre culture de masse, une jolie icône de l’érotisme et de la pornographie autant qu’une figure centrale de la littérature savante. Tour à tour funeste, énigmatique et salvatrice, l’adolescente dégourdie est toujours désirable même lorsqu’elle est criminelle, non seulement parce qu’elle est fraîche et ravissante, mais aussi parce qu’elle détient le pouvoir fabuleux de ressusciter le passé et d’apaiser la crainte de l’avenir.

Les propositions ou contributions sur ce thème, d’ampleur assez libre (à partir de 3000 mots), sont à adresser à sebastien.hubier@univ-reims.fr ou à sebastien.hubier@sciences-po.org.

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration.

http://popenstock.ca/dossier/lolita-de-nabokov-la-trashitude-hypermoderne

Vient de paraître : Isabelle-Rachel Casta Pleins feux sur le polar

Aujourd’hui, le genre policier s’aventure et fleurit loin, bien loin souvent de son origine narrative « classique » : le crime se chante, se dessine et se peint, se met en scène, jouxte la littérature d’enfance autant que la nouvelle fantastique, se fait loufoque ou bien nous glace le sang… En un mot, le crime contamine toutes les formes de la fiction contemporaine.
Et c’est là l’idée forte de ce livre : en un siècle et demi, à mesure que s’éloignait l’ancien canon des frontières du littéraire, le dire policier est devenu la mère de tous les récits. Il leur a transmis son esthétique, ses propres registres d’attente et de réception, et il imprime son rythme (énigme-leurres-indices-résolution partielle-dénouement) à la « posture » mentale de générations entières.
En terme de problématologie (Michel Meyer), on peut dire que la procédure criminelle est à la fois du côté de la question (comme la science-fiction) et de la réponse (comme le mythe) et que, ainsi, elle nous constitue en sujet lyrique, contrairement à bien d’autres créations de la modernité.
Oui, tout se passe comme si l’œuvre criminelle savait trouver en nous une forme d’acquiescement fasciné, d’addiction sans retour, consumés que nous sommes par le feu noir.

Isabelle- Rachel Casta est professeur de littérature à l’université d’Artois; spécialiste des oeuvres noires, tant criminelles que fantastiques, elle a écrit de nombreux articles sur la dark fantasy, la sérialité et les sagas vampiriques et à publié récemment Nouvelles Mythologies de la mort.

 

Pour le sommaire , voir  http://www.klincksieck.com/livre/?GCOI=22520100420840

Parution: Stéphane Dorin (dir.) Sound Factory

Stéphane Dorin (dir.)

Sound Factory

Présentation

“D’une révolution à l’autre”. C’est le titre que Jeremy Deller avait choisi pour son exposition au Palais de Tokyo afin de souligner les liens inattendus entre le déclin de l’industrie manufacturière et la naissance de l’industrie musicale.

Les contributions de chercheurs en sciences sociales, réunis ici sous la direction de Stéphane Dorin, et précédées d’un entretien avec Jeremy Deller, prennent toutes au sérieux les musiques populaires, dans leurs dimensions industrielles et commerciales, mais aussi dans leur propension à renouveler les pratiques culturelles, les politiques économiques et les esthétiques.

Révolutionnaires, les musiques le sont donc bel et bien, à la fois par leurs origines lointaines, dans la naissance du capitalisme industriel et commercial au XIXe siècle, et par leur impact, numérique ou non, sur nos manières d’écouter, de voir et de vivre ensemble au début du XXIe siècle. D’une révolution à l’autre, les musiques populaires sont toujours aux avant-postes des transformations sociales à l’œuvre dans les sociétés contemporaines.

Sommaire

  • Stéphane Dorin : Introduction. Musiques populaires et logiques industrielles
  • Jeremy Deller : conversation avec Julien Fronsacq :« J’aime tout ce mélange… »
  • Simon Frith : L’industrialisation de la musique
  • Patrick Mignon : Culture populaire et innovation musicale : les origines industrielles du rock anglais
  • Stéphane Dorin : Deviens une superstar. Démocratie du génie et capitalisme flexible dans la Factory de Warhol
  • Vincent Arquillière : Industrial Music by Industrial People : Factory, le son de l’usine
  • Gérôme Guibert : La notion de scène locale. Pour une approche renouvelée de l’analyse des courants musicaux
  • Philippe Bouquillion : Mutations des industries musicales et actualité des théories des industries culturelles
  • David Hesmondhalgh : La musique et le numérique : au-delà du battage
  • Bibliographie

CFP: Special Issue: Before and Beyond 50 Shades of Grey: New Approaches to Erotic Romance Fiction (deadline: February 1 2013)

CALL FOR PAPERS

Before and Beyond Fifty Shades of Grey: New Approaches to Erotic Romance Fiction

Deadline february 1, 2013

Since the 1970s, both the content and the institutional practices surrounding erotic romance fiction have been transformed. The remarkable popularity of E. L. James’s Fifty Shades of Grey trilogy has brought a number those transformations to light, not just in terms of the novels’ BDSM-inflected sexual content (old news in the romance world) but also in their publishing history, moving from online Twilight fan-fiction to e-book format to paperback bestsellers.

Yet the world of erotic romance fiction extends far beyond Fifty Shades—not just historically and aesthetically, but geographically, racially, and in the range of sexual identities and practices made visible by these texts. The range of critical and scholarly approaches to these texts ought to be equally various, whether looking back to foundational essays like Ann Barr Snitow’s “Mass-Market Romance: Pornography for Women is Different” or drawing on the latest in queer theory and cultural studies.

To that end, the Journal of Popular Romance Studies is looking for essays, interviews, and pedagogical materials on the subject of erotic popular romance fiction, now and in the past. Essays on individual authors and texts are encouraged, along with work on the business side of the genre—its publishers, its marketing, etc.—and explorations of its reception, including fandom, censorship, and the public debates surrounding erotic romance. All theoretical approaches are welcome. Submissions are due by February 1, 2013, and this special issue of JPRS will be published in December, 2013.

Published by the International Association for the Study of Popular Romance (IASPR), the peer-reviewed Journal of Popular Romance Studies is the first academic journal to focus exclusively on representations of romantic love across national and disciplinary boundaries. Our editorial board includes representatives from English, Comparative Literature, Ethnomusicology, History, Religious Studies, African Diaspora Studies, and other fields. JPRS is available without subscription at http://jprstudies.org.

Please submit scholarly papers of no more than 10,000 words to An Goris, Managing Editor managing.editor@jprstudies.org. Longer manuscripts of particular interest will be considered on a case-by-case basis.

Submissions should be Microsoft Word documents, with citations in MLA format; please remove all identifying material (i.e., running heads with the author’s name) so that submissions can easily be sent out for anonymous peer review. Suggestions for appropriate peer reviewers are welcome.