Séances séminaire LIRE XIXe: Périodiser : les temps recomposés

Séances séminaire LIRE XIXe

Périodiser : les temps recomposés

ISH – 14 av. Berthelot, 69007, Lyon

Le séminaire LIRE XIXe s’attachera, pour cette année 2012-2013, à interroger la conception et les pratiques de la périodisation dans le champ des études littéraires et artistiques.

Cette série de regards croisés permettra tout d’abord d’envisager la périodisation d’un corpus et les critères mobilisés pour le constituer, lorsque celui-ci se fixe pour objectif de mettre en lumière l’émergence d’un genre (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan) ou d’une pratique intimement liée à l’évolution des supports médiatiques, eux-mêmes soumis à des rythmes et à une périodicité spécifiques (« Les revues de fin d’année », resp. O. Bara). Geste critique dont les principes ont pu eux-mêmes varier avec le temps et qui appelle une réflexion également rétrospective sur les pratiques éditoriales (« Recherche sur l’édition critique », resp. Ph. Régnier).

La question sera également envisagée du point de vue de la sociologie du champ littéraire et artistique : placée sur ce terrain, la pratique de la périodisation permet-elle de distinguer et de définir des unités tout autant signifiantes que significatives, comme celle de « génération » (Serge Zenkine) par exemple ? Cette démarche est-elle viable lorsqu’il s’agit de faire le point sur le statut des femmes musiciennes entre le XVIIIe et le XIXe siècles (« Musiciennes », resp. A. Ramaut) ou l’analyse met-elle au jour plus de permanences que de véritables mutations ?

Enfin, si l’histoire littéraire privilégie logiquement une scansion fondée sur les événements internes à la sphère de la littérature (histoire des genres littéraires, émergence des courants et des écoles, prépondérance des chefs de file, polémiques et combats, etc.), comment prend-elle en compte, dans la démarche de périodisation, d’autres temporalités, à partir desquelles les textes « travaillent » et qu’ils réfléchissent ? Temps scientifique, scandé par les découvertes et sous-tendu par une idéologie du progrès (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan ; « Machines à images », resp. D. Gleizes & D. Reynaud) ; temps historique, marqué par la violence de l’événement révolutionnaire (« Romans de la Révolution », resp. J.-M. Roulin) ou par la persistance douloureuse de l’esclavage (« La voix des esclaves » (resp. S. Moussa & D. Lançon). Comment périodiser ces phénomènes de réception, marqués tour à tour par de brusques effets de focalisation, des mécanismes d’amortissement et de normalisation, des moments d’inertie et de rémanence, un travail de mémoire, enfin ?

Mercredi 10 octobre, 14h : accueil des étudiants de master 2 dans le cadre de leur formation à la recherche au LIRE.

1. Jeudi 11 octobre :

« La voix des esclaves » (resp. Sarga Moussa & Daniel Lançon)

– Vanessa Guignery (PR ENS de Lyon, UMR LIRE), « Voix et silence des esclaves du Cap en Afrique du Sud : écritures contemporaines »

– Elodie Gaden (doctorante, Grenoble 3), « La voix des esclaves dans les lettres de Sophia Poole, la soeur d’Edward Lane (The Englishwoman in Egypt, 1844-1845) »

2. Jeudi 15 novembre

« Histoire des genres/histoire des sciences : questions de périodisation » (resp. Claire Barel-Moisan, Delphine Gleizes)

-Claire Barel-Moisan, « Le roman d’aventures scientifiques et d’anticipation à la fin du XIXe siècle : les âges de la vie d’un genre »

-Delphine Gleizes, « La littérature au prisme des inventions optiques : anticiper/refléter »

3. Jeudi 13 décembre :

Matin : « Atelier Thèse » : Amélie Caldérone, Delphine Dufour…

Après-midi : « Musiciennes » (resp. Alban Ramaut)

– Florence Launay, « La prise en compte des musiciennes par l’histoire: un tour d’horizon »

– Etienne Jardin, « Laure Cinti-Damoreau : la formation d’une première chanteuse »

– Muriel Boulan : « Louise Farrenc et la Société des concerts du Conservatoire : la singulière insertion d’une femme sur la scène symphonique française »

4. Jeudi 10 janvier

Serge Zenkine (Université des sciences humaines (RGGU), Moscou – Collegium de Lyon), « La génération sur l’échelle de l’histoire : La valeur d’une notion dans le langage courant et dans les recherches littéraires »

5. Jeudi 14 février

« Présentation de l’ANR Médias19 » (resp. Olivier Bara)

– Olivier Bara, « Editer en ligne des revues dramatiques de fin d’année »

– Amélie Calderone (doctorante, LIRE/Lyon 2), « Etude de cas »

6. Jeudi 21 mars

« Les romans d’anticipation » (resp. Claire Barel-Moisan)

-Irène Langlet (Université de Limoges), « La première littérature d’anticipation française au pied de la lettre, ou : la longue marche vers une poétique du futur »

-Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest), « Anticipation Belle Epoque et rétrofuturisme générique: oeuvres sérielles et horizon(s) d’attente »

7. Jeudi 4 Avril

« Romans de la Révolution » (resp. Jean-Marie Roulin)

-Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), « Républiques et Révolution »

-Aude Déruelle (Université d’Orléans), « Décentrements et décalages »

8. Jeudi 16 mai : Journée des doctorants

9. Jeudi 13 juin : « Recherche sur l’édition critique » (resp. Philippe Régnier)

Pour mémoire :

31 janvier et vendredi 1er février : journées conclusives sur le Théâtre populaire (resp. Olivier Bara)

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Appel à contributions

« La science-fiction française depuis 1970 »

(automne 2013)

ReSF est en passe d’ouvrir ses pages en open access. Le carnet qui l’accompagne lance en avant première l’appel à contribution pour le numéro 3, qui paraîtra à l’automne 2013. Les consignes sont listées dans le menu du carnet et seront répétées sur le site de la revue. A vos plumes…

***

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » ReS Futurae, numéro 3 (automne 2013)
Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 20 décembre 2012, à: irene.langlet@unilim.fr
– réponse de ReSF le 20 février au plus tard.
– remise des articles le 31 mai 2013 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

***

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques œuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les œuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertain, Cette chère humanité, Delirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (Blue, Rempart des naufrageurs, Poupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner City, F.A.U.S.T., La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraie, Les Guerriers du silence, Le Chant du cosmos, Aucune étoile aussi lointaine, Une porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalité, Structura maxima, Pollen, Plaguers, Rêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera de proposer des études sur des œuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, telles que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvage, Les Maîtres du temps, Gandahar), ou les œuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace Hotel, Tykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

Séminaire: Histoire de l'édition, du livre et de la lecture en Europe

HISTOIRE DE L’EDITION, DU LIVRE ET DE LA LECTURE
EN EUROPE DU XVIIIe au XXIe SIECLE


Responsable :
Jean-Yves Mollier, professeur à l’UVSQ.

Statut :
Séminaire d’enseignement et de recherche.

Horaire :
Vendredi, de 14 à 17 heures pour le séminaire et lundi, de 14 à 17 heures pour les séances de suivi des recherches (lundis 8 et 22 octobre, 12 novembre et 3 décembre 2012, ainsi que 28 janvier, 18 février, 11 mars et 15 avril 2013).

Lieu :
UVSQ, Bâtiment Vauban, 47 boulevard Vauban à Guyancourt (salle 524).

> Accès à l’UVSQ

Présentation :

L’arrivée récente du livre électronique puis des liseuses et autres tablettes numériques modifie radicalement le visage de l’édition dans les pays les plus développés. Née entre les années 1770 et 1830, d’abord en Angleterre, en France et en Allemagne, la figure de l’éditeur qui s’est imposée au reste du monde au XIXe et au XXe siècle est fortement remise en cause par la troisième révolution des manières de lire. La possibilité et l’envie de supprimer les intermédiaires – en oubliant leur fonction de médiateurs culturels – peuvent aboutir, si ce n’est à une disparition, du moins à une véritable redéfinition du rôle de celui qu’Elias Regnault qualifiait, à l’aube des années 1840, de « puissance redoutable » et de « talisman magique ». Avant d’aborder, au deuxième semestre, les mutations les plus récentes du système éditorial, on reviendra, en début d’année, sur la naissance et le développement de cette grande figure mondiale que fut l’éditeur. En comparant des situations différentes empruntées soit à l’Europe, soit aux Amériques, à l’Asie ou au monde arabo-musulman, on tentera de cerner avec précision ces deux siècles et demi de triomphe du livre et, plus généralement, de l’imprimé, qui ont transformé les habitudes des hommes et fait du papier couvert d’encre un produit de première nécessité ou presque.

Thème de l’année universitaire 2012-2013 :
Les mutations de la figure et des fonctions de l’éditeur en Europe et dans le monde du XVIIIe au XXIe siècle.

Bibliographie :
L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France, de la fin du XVIIIe siècle au début du XXIe siècle : approche bibliographique. (Actualisation février 2012)

Programme

28 septembre 2012

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Présentation du séminaire, des orientations de l’année 2012- 2013 et commentaire de la bibliographie sur l’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en Europe du XIXe au XXIe siècle.
Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798), archétype ou prototype de l’éditeur moderne ?

12 octobre 2012

Pascal Durand (université de Liège) : Pierre-François Ladvocat (1791-1854) et l’avènement de l’éditeur littéraire au début du XIXe siècle.

26 octobre 2012

Marie-Françoise Cachin (université Paris 7) : Quelques portraits de publishers britanniques au début du XIXe siècle.

16 novembre 2012

Frédéric Barbier (CNRS-EPHE) : Les Brockhaus, Cotta et Reclam, trois dynasties d’éditeurs allemands au XIXe siècle.

23 novembre 2012

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Louis Hachette (1800-1864) et Michel Lévy (1821-1875), deux éditeurs emblématiques des mutations de l’édition moderne.
Lucia Granja (UNESP, Sao Paulo) : Baptiste-Louis Garnier et la maison Garnier de Rio de Janeiro aux origines de l’édition brésilienne.

7 décembre 2012

Bruno Dubot (UVSQ) : De Pierre Larousse (1817-1875) à Claude Augé (1854-1924), permanences et mutations dans l’édition scolaire en France.
François Gaudin (Université de Rouen) : Maurice Lachâtre (1814-1900), un éditeur socialiste théoricien du crédit au service du livre.

14 décembre 2012

Cécile Boulaire (Université d’Angers) : Alfred Mame (1811-1893), un grand éditeur catholique engagé dans son siècle.
Loïc Artiaga (Université de Limoges) : un torrent de livres édifiants au service de la reconquête des esprits.

21 décembre 2012

Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) : Jules Tallandier (1863-1933) et les débuts de la culture de masse.
Sylvie Chaudat (UVSQ) : Jules Rouff (1846-1927), un éditeur parisien multimédia.

25 janvier 2013

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : La Deuxième Guerre mondiale et la Libération : une tentative avortée de renouvellement du système éditorial français.
Isabelle Antonutti (UVSQ) : Cino Del Duca (1899-1967) et la presse du cœur, un exemple de mutation du lectorat populaire.

15 février 2013

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Les révolutions du livre de poche en Europe dans la deuxième moitié du XXe siècle.
Françoise Hache-Bissette (UVSQ) : Les collections de livres de poche aujourd’hui.

1er mars 2013

Jean-Paul Gabilliet (Université de Bordeaux 3) : Les Comics Books américains et les mutations des modes de consommation culturelle.

15 mars 2013

Hala Bizri (UVSQ) : La naissance de l’édition libanaise au XXe siècle.
Franck Mermier (CNRS) : Le livre et l’imprimé dans le monde musulman.

29 mars 2013

Fabien Tillon (journaliste et scénariste) : Les éditeurs japonais face au phénomène des mangas.

5 avril 2013

Catherine Servan-Schreiber (CNRS) : Les éditeurs indiens aujourd’hui.
Kil-Ho Lee (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La foire du livre de Séoul.

12 avril 2013

Jean Sarzana : Editer sur fichier numérique, une révolution des pratiques professionnelles.Jean-Yves Mollier (UVSQ) : L’éditeur a-t-il (encore) un avenir prévisible ?

19 avril 2013

Ouzi Elyada (Université de Haifa) : l’évolution des éditeurs israéliens de 1948 à nos jours.
Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Conclusions du séminaire et perspectives pour 2013-2014.

Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

CFP: Edited Collection on Dark Fairy Tales in Children’s and Young Adult Literature (20 octobre)

CFP: Edited Collection on Dark Fairy Tales in Children’s and Young Adult Literature

Scholarly essays are sought for a collection on the « dark/gothic » fairy tale motif in children’s and young adult literature. One of the most popular and long standing traditions in literature for youth, fairy tales have always had elements of fantastical horror, dark motifs, and other Gothic themes built into them. Cannibalism, murders, despair, rape, kidnapping, reincarnations, broken families and many other horrific elements are to be found in these stories. Countless experts insist that their inclusion was, and still is, vital to the growth and maturation of the child reader. The melding of the traditional fairy tale and Gothic literature themes help the reader not only to see the positive aspects of life, but the darker side as well. Ghosts and ghouls, graveyards, ancient houses, and other such spooky elements allow the reader to transpose their fears into the fairy tale, analyze them, and grow past that obstacle.

Books such as The Graveyard Book (Gaiman), Coraline (Gaiman), Red Riding Hood (Blakely-Cartwright), The Book of Lost Things (Connolly), Cinder (Meyer), Beastly (Flinn), and Fablehaven (Mull), to name but a few, provide example of such modern stories which expose young readers to both the positive and negative sides of life, to love and hate, to victory and defeat, etc. Such dark/Gothic motifs helped foster the longevity of the traditional fairy tales for hundreds of years, as well as thematically drive their modern counterparts.

Focusing upon contemporary children’s and young adult literature, classic fairy tales, and modern retelling’s thereof, this collection is calling upon academics, scholars, researchers, students, and lovers of fairy tales to submit abstracts of 250 to 300 words for consideration. Topics may include, but are not limited to the following:

-Critical and theoretical approaches
-The child as fairy tale hero
-The role of the female hero
-The “monster” as fairy tale hero
-Retellings of classic fairy tales (Red Riding Hood, Beastly, Zel, etc.)
-Comic and graphic novel adaptations
-Fairy tale structure in non-traditional fairy tale texts (The Graveyard Book, Coraline, Someone Comes to Town/Someone Leaves Town, etc.)
-Societal/psychological/cultural implications of dark fairy tales in literature for children and young adults
-Dark fairy tales and popular culture
-Coming of age issues (sexuality, maturity, etc.) in young adult “fairy tales”

Please note that this is a collection that focuses on children’s and young adult literature with dark fairy tale elements. This is not a collection on fairy tales. As such, please focus your abstracts accordingly.

Please send abstracts of 250 to 300 words to Tanya Jones and Joe Abbruscato at editors@lilredwritinghood.com by October 20, 2012. Please include contact information, CV, and a short bio. This collection has already been discussed with agents at McFarland, though other publishing companies are possible.

Benassi, Stéphane (Université Lille 3)

couvBenassi

Stéphane Benassi est Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Lille 3 où il dirige le Master « Communication Interne et Externe des Entreprises et des Organisations ».

Sémiologue et narratologue, spécialiste des fictions télévisuelles, il est l’auteur notamment de Séries et Feuilletons TV (Editions du CEFAL, Liège, 2000), de Littérature et télévision (CinémAction, Corlet/Télérama, 1996) ainsi que de nombreux articles sur la télévision et le cinéma. Ses recherches actuelles portent sur la question de l’esthétique télévisuelle et il s’apprête à publier un nouvel ouvrage intitulé Les émotions imaginaires : une expérience esthétique du télévisuel.

Journée d’études: Le siècle des Lumières dans la Bande Dessinée, 10 octobre 2012

Le siècle des Lumières dans la Bande Dessinée.

Journée d’études, ENS de Lyon, 10 octobre 2012

Amphithéâtre Descartes

Mercredi 10 octobre 2012, Ens de Lyon, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon. Amphithéâtre Descartes

1ère partie : « Clio en cases » : Historiens, cases et Lumières

9h 00 – 10h30 : 1ère session- Le juge et le curé: les figures du siècle des Lumières dans la Bande Dessinée ?

P. Martin (Lyon II) – « Le clergé des Lumières imaginé par la Bande Dessinée »

P. Chopelin (Lyon III) – « Juges, bourreaux et cachots : l’imaginaire judiciaire du XVIIIe siècle dans la bande-dessinée occidentale »

Pause

10h45 – 12h15 : 2ème session : Des Lumières à la Révolution : quelles représentations dans la Bande Dessinée ?

P. Delisle (Lyon III) – « Traite négrière et esclavage dans la BD franco-belge : d’une image édulcorée et héroïque à une vision critique (années 1950-2000) »

C. Weiss (ENS de Lyon) –  « D’une représentation didactique à une esthétisation : la Révolution française dans la Bande Dessinée (des années 1970 à nos jours) »

2e partie : Des Auteurs et des Lumières (en présence de P. Pellerin)

14h30 – 17h30 : « Dessinateur, Scénariste et Historien ? Entretien avec P. Pellerin (L’Epervier) »,  conduit par T. Martine (Marne-la-Vallée/Université de Lorraine)

Journée d’études organisée par T. Martine, C. Weiss et A. Landot dans le cadre du festival « Lumières à l’ENS » ( http://lumieres.ens-lyon.fr/)

Contact : tristan.martine@yahoo.fr

Parution: L’Ecole de Francfort Jean-Marc Durand-Gasselin

L’Ecole de Francfort
Jean-Marc Durand-Gasselin

DATE DE PARUTION : 05/04/12 EDITEUR : Gallimard (Editions) COLLECTION : Tel ISBN : 978-2-07-043703-0 EAN : 9782070437030 PRÉSENTATION : Broché NB. DE PAGES : 568 p
Repérer les traits constitutifs de ce qui, de manière d’ailleurs assez tardive, s’est appelé  » École de Francfort « , présente une certaine difficulté. Sans  doute trouve-t-on quelque unité dans le mouvement théorique allemand auquel ont appartenu des figures importantes de la pensée du XXe et du début du XXIe siècles comme Horkheimer, Benjamin, Adorno, Marcuse, Habermas ou Honneth. Ils partagent, par exemple, quelques références communes comme Hegel, Marx et Weber ou encore Lukacs ; et quelques thèmes communs comme la critique de la modernité capitaliste sous l’angle de la réification.

Mais la variété de leurs productions théoriques majeures, de leurs polarités respectives et de leurs styles semble interdire de parler d’une École. Quoi de commun en effet entre les fulgurances énigmatiques de Benjamin évoquant la figure baudelairienne du flâneur et la rude élaboration théorique par Habermas d’une théorie de l’agir communicationnel ? Entre l’exigeante théorie de l’art d’avant-garde d’Adorno et celle du besoin de reconnaissance de Honneth, tournée vers la vulnérabilité ? Entre les aphorismes pessimistes du jeune et du vieux Horkheimer, et la philosophie explosive du désir de Marcuse ? Et où placer des figures importantes comme Neumann, Fromm ou Wellmer ? À cette variété s’ajoute la discontinuité des générations et des expériences historiques, et celle des références intellectuelles.

Ainsi, entre le pessimisme radical d’Adorno et de Horkheimer d’un côté, liés par l’expérience du nazisme, du stalinisme et de l’exil, et ancrés dans une culture philosophique et intellectuelle allemande, et Habermas et Honneth de l’autre, davantage réconciliés avec des institutions démocratiques consolidées par l’après guerre, et se référant notamment à la psychanalyse anglo-saxonne, au pragmatisme, aux théories américaines de la justice ou au structuralisme français, il n’y aurait pas plus de points communs qu’avec n’importe quel représentant d’une philosophie sociale ambitieuse et critique, à Francfort ou ailleurs.

Aussi c’est précisément parce que seuls quelques références communes et quelques thèmes identiques paraissent les unir que se multiplieront deux types de réception. Soit les lectures trop lointaines, qui se contentent de placer toutes ces figures dans une postérité marxiste, celle par exemple du  » marxisme occidental « , et pour qui l’appartenance à l’École de Francfort ne joue alors presque plus aucun rôle intellectuel distinctif, soit les lectures plus méticuleuses mais qui exagèrent les discontinuités, et alimentent alors les procès en trahison ou en légitimité, et donnent une impression de dispersion ou d’unité factice.
Jean-Marc Durand-Gasselin articule la diversité de ces penseurs à l’identité du projet d’origine : articuler données empiriques, enquêtes et approches plurielles des sciences humaines pour décrire au plus près la réalité sociale.

Sommaire:

LE PROJET ET LE DEFI DE LA CATASTROPHE
L’originalité du projet de Horkheimer
Genèse du marxisme esthétique : Benjamin inspirateur d’Adorno
La dynamique centrifuge des trajectoires individuelles

LE REAJUSTEMENT DEMOCRATIQUE
Expliciter les liens de la démocratie et de la Théorie critique : le problème de Habermas
Conjoncture et critique

REINTRODUIRE LA CONFLICTUALITE
La gauche habermassienne et le programme inaugural de Honneth
La reconnaissance comme enjeu des luttes sociales

Appel à contributions: Télévision n°5, La télévision et les autres médias (15 décembre 2012)

Appel à contribution

Télévision n°5,

La télévision et les autres médias

(CNRS éditions)

(Coord. Virginie SPIES, avril 2014)

Date limite : 15 décembre 2012

Les liens entre la télévision et les autres médias ont toujours existé, et ils semblent aujourd’hui encore plus resserrés. Qu’il s’agisse de formats empruntés à la radio ou au cinéma, ou encore de l’expansion des discours sur la télévision dans les autres médias, ce numéro se propose d’explorer les liens qui se tissent entre la télévision et les autres médias, à partir de plusieurs pistes :

. Aussi bien dans l’histoire de la télévision qu’à l’heure actuelle, nombre de programmes trouvent leur genèse dans des émissions radiophoniques. Qu’il s’agisse de jeux radiophoniques devenus des émissions à succès, ou même des programmes de variétés ou de divertissements qui ont commencé à la radio, quels formats ont pu être adaptés de la radio à la télévision, quelles transformations furent opérées ?

. La relation de la fiction aux autres médias et les spécificités télévisuelles : Les premiers réalisateurs de la télévision provenaient du monde du cinéma, et de nombreuses émissions dramatiques ont puisé dans le savoir-faire radiophonique de l’époque, inspiré lui-même des mises en scènes théâtrales. Comment s’est forgée l’écriture de la fiction télévisuelle, quels récits appartiennent aujourd’hui spécifiquement à la télévision, et en retour, comment la télévision inspire-t-elle d’autres formes artistiques et médiatiques ?

. Les relations entre les programmes télévisuels et le web : une attention particulière pourra être portée sur le web social et notamment la pratique du live-tweet. Pratique nouvelle en 2009, le fait de commenter les programmes sur Twitter est devenu une pratique banale pour de nombreux utilisateurs. Elle a été par ailleurs institutionnalisée par les chaînes et les sociétés de production : certaines émissions, comme The Voice sur TF1, déclinent d’abord un dispositif spécifique sur le web social, avant même d’arriver à l’antenne. Dès lors, les programmes connaissent une nouvelle temporalité, ils continuent d’exister entre deux diffusions, et leur communication a évolué.

. Dans un autre mouvement, la télévision fait l’objet de nombreux discours dans les autres médias : qu’il s’agisse de la radio, de la presse écrite ou d’Internet, nombreux sont les lieux médiatiques d’où surgissent des discours sur la télévision : on parle de l’actualité de la télévision, de promotion ou d’un regard plus analytique voire critique. De quoi est-il question, lorsque les autres médias se penchent sur la télévision ?

Par une approche décloisonnée, ce numéro aura pour ambition d’étudier les  formats, les dispositifs médiatiques et artistiques qui ont inspiré la télévision, et donc de dégager les spécificités de l’écriture télévisuelle. Il s’agira également d’observer comment la télévision est abordée dans le champ médiatique, et donc d’éclairer les rapports entre télévision et société. Les pistes évoquées ici ne sont pas exclusives, et les propositions épistémologiques, méthodologiques et historiques, ainsi que les analyses de corpus sont les bienvenues.

Les projets sont à envoyer avant le 15 décembre 2012 au responsable du numéro, Virginie Spies : Virginie.spies@univ-avignon.fr

Les auteurs des articles retenus seront prévenus le 30 janvier 2013 et les articles seront à rendre pour le 30 juin 2013 .

Parution: Gérard Genette, Des genres et des oeuvres.

Gérard Genette, Des Genres et des oeuvres

Paris, Éditions du Seuil, collection « Points Essais »

528 p. – 9 €

Ce volume réunit sept textes tirés de Figures IV et de Figures V. Écrits et publiés après L’Oeuvre de l’art, ils en précisent et en justifient le propos, qu’ils prolongent en une interrogation d’ensemble sur la relation esthétique en général, l’art et la littérature en particulier, et le rapport qui s’y manifeste entre les genres et les oeuvres – dont une mérite un détour et un hommage particulier : celle de Chateaubriand. Un mode de création inclassable ou transversal, le comique, jusqu’ici – depuis la perte du légendaire Traité d’Aristote – dédaigné ou négligé par les poétiques classiques et modernes, y fait son apparition sous ce titre stimulant : « Morts de rire ».

Cet ouvrage est composé d’une sélection de textes issus de Figures IV (1999) et de Figures V (2002).

Parution: Marginalia 74.

Parution
Marginalia 74

Norbert Spehner
éditeur de Marginalia, le bulletin bibliographique des études sur les littératures et les films de genre
Lisez ses articles,chroniques et critiques de polars dans La Presse, les revues Alibis, Solaris, Entre les Lignes et Le Libraire
Pour télécharger la dernière livraison de Marginalia: