Tengour Hossein (docteur de l'université Paris III)


Professeur de Culture Générale et d’expression à l’Ecole Nationale de Commerce, Paris (ENC)

Professeur de Lettres Modernes à PREPASUP, Paris

Chargé de cours au DEPAES, Université Paris 7

Docteur en littérature, langue et civilisation française, Université Paris III (2010)

Champs de recherche

Littérature populaire ; cinéma populaire ; Bande dessinée ; Chansons de v
ariétés française ; Séries télévisées…

Ouvrage

Le Comte de Monte Cristo, Parcours de Lecture, éditions Bertrand Lacoste

Articles

« Génération Vaillant… Et Pif vint… », Le Rocambole n° 52/53, Automne-Hiver 2011, p.291-302.

« A LA RECHERCHE DE L’EMPIRE CACHE ou comment je suis devenu chercheur en littérature populaire », Le Rocambole n° 48/49, Eté-Automne 2009, p. 153-154.

« L’Evolution du personnage féminin dans les séries télés », Le Rocambole n° 46, Printemps 2009, p.51-56.

Collaboration à des ouvrages collectifs

Laurence Godec, Philippe Tamic, Hosseïn Tengour, Quiz Mai 68, édition Hors-Collection, 2008.

Almanach de l’Humour et des jeux de l’esprit, Sélection du Reader Digest, 2008. Conception de jeux littéraires et culturels et rédaction des entrées encyclopédiques sur les genres cinématographique : le cinéma muet, le péplum, le western, le film policier, la science-fiction, le film gore, le film catastrophe, le film d’animation, le film de guerre, le film de cape et d’épée, le film comique, le film pour la jeunesse.

Dictionnaire du roman populaire francophone, sous la direction de Daniel Compère, éditions du Nouveau Monde, 2007.

Rédaction de plusieurs entrées encyclopédiques : Bandits, Cars Guy des, Cartouche, Chéri-Bibi, Exotisme, Fanfan la Tulipe, Forçat, Paternité, Pirates et flibustiers, Prison, Reprise, Surhomme, Vidocq.

Mémo-fiches, rubrique « Arts et littérature », éditions Atlas, 2005/2008.

Rédaction de seize articles encyclopédiques : La Commedia dell arte, La Littérature fantastique, Les Films de cape et d’épée, Les Films érotiques, Le Nouveau Roman, Le Théâtre Espagnol, La Légende du roi Arthur, Les Films dramatiques, Le Réalisme poétique, Roger Martin du Gard, Herman Melville, Fenimore Cooper, Mishima, Françoise Sagan, Kandinsky, Le Nu en peinture et en sculpture.

Compte rendu critique

Dictionnaire des personnages populaires de la littérature des XIXe et XXe siècles dirigé par Stéphanie Delestré et Hagar Desanti, Seuil, 2010, Le Rocambole, n° 51, Eté 2010, p.170-171.

Table ronde

2010 (20 nov.) : Participation à une table ronde autour du personnage de Vidocq, avec le réalisateur de la série Vidocq, Marcel Bluwal. Débat retransmis sur le site internet http://sérialement-votre.fr

Autre réalisation

2001/2004 – Création et rédaction en chef d’une rubrique cinéma intitulée « Pour qui sonne le clap » sur le site intranet « Biblionautes » de la Bibliothèque Nationale de France. Analyse et  Critique des films sortant en salle. Critiques de films prenant parfois l’allure de billets d’humeur.

Dutel Jérôme (Université de Saint-Etienne)

Jérôme Dutel

Université Jean Monnet (Saint-Etienne), IUT de Roanne

photo Dutel

Thèmes de recherche : linguistique-fiction, langues imaginaires, linguistique fantastique, science-fiction, littératures de l’imaginaire, bande dessinée (romans graphiques contemporains)
Thèmes de recherche : linguistique-fiction, langues imaginaires, linguistique fantastique, science-fiction, littératures de l’imaginaire, bande dessinée
Spécialité : linguistique-fiction, littératures de l’imaginaire, romans graphiques contemporains

Informations complémentaires

Publications :

– « Comment faire comprendre ce/ceux qu’on ne peut comprendre ? » in L’Indicible dans les œuvres fantastiques et de science-fiction (sous la direction de N. Prince et L. Guillaud), Editions Michel Houdiard, septembre 2008, p. 133-151.
– Co-direction (avec E. Dacheux et S. Le Pontois), La bande dessinée : art reconnu, média méconnu, Hermès n° 54, CNRS Editions, 2009.
– « Une utopie de la communication : la question de la langue universelle à travers trois interlangues minimales tirées de l’anglais (Basic English, Newspeak & Globish)« , article mis en ligne sur le site du GERES-GRIL : http://www.iut-roanne.fr/pages-statiques/lycee/recherche.php

Robustillo Eva (université de Séville)

Eva Robustillo Bayón (1979) est Profesora Ayudante du Département de Philologie Française de l’Université de Séville. Elle fait des recherches sur la littérature fantastique et le roman policier dans le domaine francophone. Sa thèse de doctorat, La literatura policiaca de autoras francófonas (Francia y Bélgica) : la escritura del enigma a partir de 1990, est consacrée à la production policière de six auteures contemporaines. Actuellement, elle fait partie du groupe de recherche « Temático Estructural » de l’Université de Séville.

Publications et communications:

2004: “Efecto Fantástico y Traducción” in Cuadernos de Filología Francesa, nº 16, Cáceres, ISSN 1135-8637, pp. 193-206.

2004: “Le cinéma fantastique en Espagne. El espinazo del diablo” in Ri.L.Un.E. Revue des Littératures de l’Union Européenne. Numéro Spécial DESE: Le fantastique dans la littérature européenne. Casa Editrice CLUEB, Bologna, ISSN: 1827-7047:

http://www2.lingue.unibo.it/dese/didactique/travaux/Robustillo/Robustillo_Artfantastique.pdf

2004: “Le romantisme en Espagne” in Ri.L.Un.E. Revue des Littératures de l’Union Européenne. Numéro Spécial DESE: Le fantastique dans la littérature européenne. Casa Editrice CLUEB, Bologna, ISSN: 1827-7047:

http://www.rilune.org/dese/tesinepdf/Robustillo/Robustillo_Histoiredesid%E9es.pdf

2008 : « Nadine Monfils et l’écriture du noir »  in Le Désir et ses interprétations, Paris : Éditions L’Improviste, coll. « Les aéronautes de l’esprit », pp. 165-177

2008: « Presencia de lo fantástico en lo policiaco: Maud Tabachnik », VII Coloquio Internacional de Literatura Fantástica, Otto-Friedrich-Universität Bamberg, 3-6 septembre.

2011: « Lecturas del extranjero en L’homme à l’envers de Fred Vargas »,   Colóquio Internacional APEF APFUE SHF O Estrangeiro. Universidade do Algarve, 9-12 novembre.

2012: « Tiempo y novela policiaca: el caso de Sous les vents de Neptune de Fred Vargas », Actes du XIX Coloquio de la APFUE. Tiempo: Texto e Imagen (21-23 avril 2010), Universidad Complutense de Madrid, pp. 655-662.

2012: « Entre hombres lobos y fantasmas: la novela policiaca según Fred Vargas », I Congreso Internacional de Literatura Trivial y de Entretenimiento, Universidad de Sevilla, 26-29 juin.

CFP: Belphégor, Les narrations fantastiques et le monde naturel (1e septembre 2012)

Appel à contributions

Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique

http://etc.dal.ca/belphegor/

Les narrations fantastiques et le monde naturel

La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel. Pour que s’affichent leur spécificité, les événements contre nature ou surnaturels nécessitent un arrière-plan contre lequel se dessiner. Dans son étude consacrée à l’inquiétante étrangeté, Freud remarquait que le mot allemand unheimlich est à la fois un antonyme et un synonyme de heimlich, un terme évoquant le bien-être et la familiarité, mais également le secret et la dissimulation. Le surnaturel ne peut émerger que du naturel, et c’est ce qui est beau, attrayant et sublime, qui se transforme le mieux d’inquiétantes forces, créant ainsi le lieu de l’incertitude que Todorov identifie comme étant la caractéristique déterminante du fantastique.

L’Histoire naturelle de Pline illustrait déjà les particularités du monde animal et végétal à l’aide de légendes et d’histoires où se mêlent savoir et mystères, où s’allient l’étude scientifique et la recherche de l’inexplicable. Alors que le recours au surnaturel est une stratégie courante pour expliquer le naturel, ce dernier sous-tend notre compréhension et notre représentation de ce qui se trouve au-delà de ses limites. Lors de sa descente aux enfers, Dante parcoure différents paysages peuplés d’être hybrides, et caractérisés par leurs infractions aux lois naturelles; néanmoins, le Paradis terrestre y est simplement comparé à la forêt de pins aux abords de Ravenne. Dans Macbeth, quand Birnam Wood parvient à Dunsinane, le fantastique n’y est qu’un bref éclair, car aussitôt la réalité est rétablie par l’explication rationnelle. Quand, dans Le Seigneur des Anneaux, les Ents de Fangorn attaquent Isengard, la signification même de la réalité est mise en doute.

Tout comme la flore, la faune est loisible de dépasser sa représentation traditionnelle en force étrangère à maîtriser, de se métamorphoser et d’inspirer quelques déconcertantes identifications. La pseudo-science de la physiognomonie (littéralement: « connaissance de la nature ») et ses adeptes proposaient une concordance entre les traits humains et les espèces animales; dans la littérature fantastique, ces affinités s’expriment parfois littéralement, alors que l’humain et l’animal se métamorphosent l’un en l’autre. Pareillement, les théories darwiniennes ont inspiré certaines narrations fantastiques qui, en poussant la notion de sélection naturelle jusqu’à d’extrêmes conséquences, ont illustré la correspondance de l’ontogenèse et de la phylogenèse, les origines des organismes individuels et le développement des espèces.

Nous invitons donc les propositions de communication abordant les problèmes d’intersection entre le monde naturel et le fantastique, et tout particulièrement d’approches pan-culturelles ou pluridisciplinaires. Les articles, accompagnés d’un bref paragraphe bio-bibliographique, doivent être envoyés au plus tard le premier septembre 2012 à l’attention de Elisa Segnini à l’adresse fantasticnarratives@gmail.com

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

– La nature comme arrière-plan ou comme personnage du fantastique

– La nature fantastique, merveilleuse, étrange

– Les lectures allégoriques et poétiques de paysages imaginaires

– Les forêts enchantées

– Les végétations imaginaires et les écosystèmes impossibles

– Les métamorphoses et les créatures hybrides

– L’intrusion du fantastique dans les sciences de la nature

Instructions pour la présentation de l’article:

Longueur: 15-20 pages à double interligne.

Police de caractères: Times New Roman 12, marges d’un pouce. Document à envoyer en format Word.

Prière de s’en tenir au style MLA (Modern Language Association) pour les références et la bibliographie (instructions : http://www.library.dal.ca/Files/How_do_I/pdf/mla_style6.pdf)

Notes en fin de document plutôt qu’en bas de page.

Inclure une bibliographie à la fin de l’article.

Illustrations:

• Les illustrations doivent être numérotées en séquence (par exemple : Fig. 1, Fig. 2). Le titre de l’illustration doit comprendre le nom du détenteur du copyright (par exemple: reproduit avec l’aimable autorisation de…).

• Les images doivent être  en format TIFF plutôt que Jpeg, scannées avec une résolution de 300 dpi.

• L’auteur de l’article est responsable de l’obtention des autorisations de reproduction nécessaires de la part du détenteur des droits.

• L’auteur de l’article est responsable pour tout frais pour l’acquisition desdits droits de reproduction.

Responsable : Elisa Segnini
Url de référence :
http://etc.dal.ca/belphegor/

Parution: S. Bernard-Griffiths, C. Bricault (dir.), Magie et magies dans la littérature et les arts du XIXe siècle français

Magie et magies dans la littérature et les arts du XIXe siècle français
Sous la direction de Simone Bernard-Griffiths et Céline Bricault

Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, Coll. Révolutions et Romantismes – vol. 19, 2012.

488 p.
EAN 9782845165311. 28 € pour l’édition papier
EAN 9782845165328. 18 € pour le pdf

Présentation de l’éditeur :
Nés dans un monde privé de dieux et de lumières, les artistes français du XIXe siècle s’étaient donné pour mission de ré-enchanter l’univers et de lui faire recouvrer son unité. Alors même que la rationalité, le scientisme et le positivisme devenaient les valeurs de leur temps, ils choisissaient de questionner ces valeurs montantes en les confrontant à des pratiques et des croyances d’un autre âge. À une civilisation qui s’embourgeoisait au gré même de ses révolutions, ils décidaient d’opposer les mystères insondables d’une magie à laquelle, déjà, l’on ne croyait plus, mais qu’ils allaient réinvestir sous de multiples formes dans leurs textes, leur musique, leur peinture ou leurs mises en scène. Ce sont ces enchantements lexicaux, ce personnel féérique, ces représentations visuelles ou ces charmes verbaux propres aux « magies » artistiques que le présent volume se propose d’interroger.

Table des matières

Préface. Savoirs et croyances du 19e siècle : entre magie et magies (Céline Bricault)

I. Pratiques autour de la magie, lexiques et discours

– Magie, sorcellerie et fictionnaires (Jacques-Philippe Saint-Gérand)
– « Mage », « magie », « magique », « magicien(ne) » chez les poètes romantiques (Lise Sabourin)
– Le « magisme » de Balzac (Anne-Marie Baron)
– Enjeux et dangers du ravissement : le magnétisme dans les romans d’Alexandre Dumas (Julie Anselmini)
– Michelet et la sorcière (Paule Petitier)

II. Le personnel de la magie

– Sorcières médiévales romantiques (Isabelle Durand-Le Guern)
– La fée Velléda : figure de l’imaginaire et première Sylphide de l’Enchanteur (Olivier Catel)
– À l’origine des Wilis de Giselle, fées du monde slave (Carole Teulet)
– Les enchantements de la « dernière fée » (Jeannine Guichardet)
– Rhapsodie sandienne sur la Dame blanche : du légendaire à la magie personnelle (Pascale Auraix-Jonchière)
– Un chronotope de la rencontre magique : le seuil dans les romans normands de Barbey d’Aurevilly (Céline Bricault)
– La féerie nervalienne (Charlotte Michaux)
– Entre science et magie : les personnages des romans de Jules Verne (Simone Vierne)

III. Magies visuelles, magies musicales et magies du Verbe

1) Magies visuelles

– Magies et machines : l’atelier de l’illusion de la scène à la salle (Isabelle Michelot)
– La féerie théâtrale au 19e siècle : de la magie « mise en scène » à la magie de l’écriture (Roxane Martin)
– Le surnaturel sur la scène romantique : la « baguette magique » de Dumas père (le cas du Don Juan de Marana) (Sylviane Robardey-Eppstein)
– Magie et peinture : le « Michel-Ange de la féerie ». Théophile Gautier et Sir Noël Paton (Marie-Hélène Girard)

2) Verbe et magie

– Magie de l’oeil et magie du verbe chez Théophile Gautier (Alain Montandon)
– Magie et Fantasme dans Le Diable amoureux de Jacques Cazotte (Marie-France Borot)
– De Joubert à Chateaubriand : cercle de magie et inspiration littéraire (Emmanuelle Tabet)
– Formes et significations de la magie baudelairienne (Makki Rebai)
– « Une écriture qui a le diable au corps » : charmes aurevilliens (Vigor Caillet)
– La magie biographique selon Sainte-Beuve (Daniel Madelénat)
– « Arrière ces superstitions », la magie romantique en procès chez Rimbaud et Lautréamont (Jean-Luc Pestel)
– Les « sophismes magiques » dans Délires II. Alchimie du verbe (Rimbaud, Une saison en enfer) (Yann Frémy)
– Sapho et l’envoûtement amoureux dans l’oeuvre de Renée Vivien (Marie-Ange Bartholomot Bessou)

Bibliographie primaire
Bibliographie secondaire
Index des noms de personnes
Présentation des auteurs

Adresse : CELISMaison des sciences de l’homme4 rue Ledru63057 Clermont-Ferrand cedex 1

CFP: NeMLA 2013; The Originality of Adaptation and Novelization (Sept. 30, 2012).

NeMLA 2013

The Originality of Adaptation and Novelization

This panel studies how adaptations of literature into film, and novelizations of film into literature, stress their originality. How do such derivative works manage their break with their sources while not alienating their audience?

Marketing and reception studies of adaptations / novelizations are welcome, as are papers on works only re-using characters or loosely borrowing from sources in other media.

Please send 250 word abstracts to Ana Oancea (aio2101@columbia.edu) by Sept. 30, 2012.

This panel has been approved for the 2013 NeMLA Convention. It is listed in areas: Cultural Studies and Film; Theory and Literary Criticism.

The Convention will be held in Boston, MA, March 21-24, 2013.

Parution: Les Ciseaux de Jules Verne

Parution

Magasin du Club Verne  N° 2
Volker Dehs
Les Ciseaux de Jules Verne
“Aventures surprenantes de trois vieux marins” par James Greenwood
Un volume broché, 15 × 22 cm, 154 pages — avril 2012
ISBN 978-2-36058-022-4 — Prix public 15.00 €

Entre la rédaction de Vingt mille lieues sous les mers et Autour de la Lune, Jules Verne avait été sollicité par son éditeur Hetzel pour remanier un livre écrit par le romancier et journaliste anglais James Greenwood (1832-1929) et illustré par le Français Ernest ­Griset (1843-1907), dont les aventures débridées paraissaient à première vue bien compatibles avec celles des « Voyages extraordinaires ». Mais l’éditeur Hetzel s’était trompé : les changements proposés par Verne étaient si radicaux qu’il recula devant leur réalisation.

L’édition établie par Volker Dehs d’après l’original conservé aux Bibliothèques d’Amiens Métropole permet d’apprécier — simultanément ou l’une après l’autre — la version originale des Aventures surprenantes de trois vieux marins (1866) et la version que Jules Verne aurait voulu en faire en 1869. L’introduction présente J. Greenwood, un des protagonistes les plus singuliers du journalisme anglais, indûment oublié de nos jours, et retrace la curieuse destinée de ce livre dont l’humour caustique peut encore aujourd’hui déconcerter comme lors de sa première parution.