Colloque: 6ème université d’été de la bande dessinée mangaphilie, mangafolie ? du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)

6ème université d’été de la bande dessinée

mangaphilie, mangafolie ?

du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)


Après plus de vingt ans de présence du manga en France, l’Université d’été de la bande dessinée, organisée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Pôle Image Magelis, fait le bilan du phénomène qui a modifié le paysage de l’édition de la bande dessinée et établi un nouveau modèle économique, voire engendré une nouvelle culture.

Alors phénomène de société ou mode ? Comment expliquer le succès fulgurant des mangas chez les jeunes ? Quid de la « japanisation » de la bande dessinée ?
Pour répondre à ces interrogations les différents spécialistes réunis pour ce rendez-vous désormais incontournables évalueront les conséquences de l’arrivée du manga en occident, analyseront sa situation économique après deux décennies de succès et regarderont la situation de la bande dessinée japonaise aujourd’hui, en France, au Japon et dans le reste du monde, et les développements à venir.
Les conférences permettront de mieux cerner la notion de « culture manga » – à travers des études inédites sur le lectorat des mangas par exemple – et les débats porteront sur le statut des mangakas, le manga à la française ou encore la place du manga au sein de l’édition numérique…

Benoît Berthou sera le grand témoin des débats.
Frédéric Bézian sera le témoin graphique.

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

p r o g r a m m e

lundi 2 juillet 2012 de 14h à 18h
le phénomène manga

l’arrivée du manga en Occident, les conséquences
Retour sur l’histoire de la diffusion des mangas dans le monde. Impacts sur les territoires ayant une forte tradition bande dessinée : la France et les États-Unis. Conséquences pour l’édition, en librairie, en bibliothèque.
en Europe par Jean-Pierre Mercier
en Amérique du Nord par Paul Gravett

la situation économique en Occident
L’étranger représente la part croissante des ventes de mangas. Les demandes des éditeurs en Occident n’ont cessé d’augmenter ces dix dernières années, au point que dans certains pays « consommateurs » elles ont pratiquement supplanté les productions nationales. Et en France ? La machine à succès a-t-elle encore de belles années devant-elle ? Le marché n’est-il pas en train de se tasser, quid des autres productions asiatiques ?
par Xavier Guilbert

l’économie du manga aujourd’hui au Japon Même s’il accuse un tassement significatif ces dernières années, le manga représente tout de même 40% du marché de l’édition japonaise pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 4 milliards d’euros par an. Examen de ce marché et de la situation aujourd’hui.
par Kensuké Noda

table ronde : les implications économiques et politiques du système de publication japonais et de la diffusion des mangas dans le reste du monde

mardi 3 juillet 2012 de 9h à 18h
manga et culture

le manga d’auteur
Un des pionniers de l’édition du manga en France, Tonkam, devenu depuis une des collections des éditions Delcourt, a très vite défriché le terrain de la bande dessinée d’auteur (Taiyō Matsumoto, par exemple) avec Amer béton, Frères du Japon. Ouvrant la voie à d’autres : Vertige Graphic (Gen d’Hiroshima de Keiji Nakasawa, Coup d’éclat de Yoshihiro Tatsumi), ego comme X (Yoshiharu Tsuge, Kazuichi Hanawa), Cornélius (Shigeru Mizuki), Imho (Tori Miki, Nekojiru, Junko Mizuno, Shigeru Sugiura), le Lézard noir (Suehiro Maruo, Akino Kondoh, Ax, Takashi Fukutani). Ces dernières années la bande dessinée d’auteur n’est plus seulement l’apanage des indépendants. Casterman avec ses collections « Écritures » et « Sakka », outre Jirô Taniguchi, publie Yôji Fukuyama, Kiriko Nananan, Hideji Oda, Kan Takahama… Pika (Hachette) a fait découvrir l’œuvre de Moyoko Anno. Kana (Dargaud) a introduit le travail de Naito Yamada ou de Kamimura.
par Pierre Laurent Daurès

figures du mangaka dans les manga une approche de la condition d’auteur de bande dessinée au Japon à travers ses représentations dans les fictions et les autobiographies.
par Nobuhiko Saito

table ronde : la bande dessinée japonaise d’auteur dans l’édition française.

la culture manga ?

Difficile d’imaginer désormais un festival de la bande dessinée, du dessin animé, du jeu vidéo, un tant soit peu important, sans son versant manga, fût-il symbolique : bandes dessinées, produit dérivés (goodies), musiques, jeux vidéo, travestissements (cosplay), formant un ensemble solidaire auquel s’identifient des communautés aux comportements fortement ritualisés. Se reconnaissant donc dans ce que certains désignent comme la « culture manga ». Mais peut-on véritablement parler de culture ?

les lecteurs de mangas : qui lit des mangas, quels mangas ?
Présentation des résultats de la vaste étude sur les lecteurs de bandes dessinées réalisée par le Département des études et de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et la Bibliothèque publique d’information. Destinée à compléter les premières données issues de l’enquête sur les Pratiques culturelles de 2008, cette enquête nationale apporte des éléments inédits en termes de taux de pénétration de la lecture de bandes dessinées et de profil sociodémographique des lecteurs. Cette présentation situera plus particulièrement la lecture des mangas dans le champ de la lecture des bandes dessinées.
par Christophe Evans

les mangados, lire des mangas à l’adolescence
Titre de l’ouvrage de Christine Détrez et Olivier Vanhée, fruit d’une enquête sur les pratiques de lecture adolescentes. Comprendre ce qui pousse un adolescent ou une adolescente à lire des mangas aujourd’hui oblige à procéder en deux temps. Tout d’abord, le manga « s’encastre » parfaitement dans la « culture jeune » : il s’insère dans toute une constellation d’intérêts, dont la musique, la sociabilité, le numérique, les pratiques amateurs. Mais le manga est aussi le support d’appropriations savantes ou concrètes (apprendre à dessiner, s’habiller, etc.), éthiques et identificatoires.
par Christine Détrez

table ronde : la culture manga, la segmentation du lectorat, les festivals, les cosplays…

mercredi 4 juillet 2012 de 9h à 13h
extensions

l’édition numérique au japon
Selon certains observateurs : l’édition du manga au Japon doit sa sortie de crise au numérique qui lui a ouvert de nouveaux débouchés économiques. Quelle place occupe occupe le manga numérique aujourd’hui. Quelle est son influence sur l’édition papier traditionnelle ?

manga numérique, quelle offre chez les éditeurs français ?
Étonnamment, l’édition française de manga semble accuser un certain retard en la matière. Quelles en sont les raisons ?
par Mario Geles

le scantrad
Entre démarche fanique et piratage industriel, le phénomène a pris une ampleur telle que les auteurs et les éditeurs, hier complaisants, se mobilisent pour limiter voire s’opposer au phénomène. Mais de nouvelles relations ne sont-elles pas en train de se développer entre éditeurs et “teams” de “scantrad” ?
par Aurélien Pigeat

vers une bande dessinée globale
Bandes dessinées « hybrides », global manga, manfra… : doit-on voir dans ces productions l’émergence de ce qui pourrait s’apparenter à une « bande dessinée globale » ? Quelle est la place aujourd’hui occupée par ces mangas « locaux » ?
par Benoit Berthou

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne,
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

Appel à communications. Fantômas en Europe. Les origines industrielles, sociales et esthétiques (fin XIXe – années 1930)

Fantômas en Europe.

Les origines industrielles, sociales et esthétiques (fin XIXe siècle – années 1930)

Appel à communications [cliquez pour le télécharger en format PDF]

Colloque international bilingue (français/anglais) organisé les 15, 16 et 17 mai 2013 (Limoges, Théâtre de l’Union) par Loïc Artiaga (Université de Limoges), Monica Dall’Asta (Université de Bologne) et Matthieu Letourneux (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense).

Un projet artistique accompagne le colloque. Il est coordonné par Catherine Geel (École nationale supérieure d’Art, Limoges / Sandberg Institut, Amsterdam), David Enon (École supérieure des Beaux-Arts d’Angers) et Pierre Pradinas (Théâtre de l’Union, Limoges)

Présentation

Personnage littéraire créé en 1911 par Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas fait partie des principales figures de la culture médiatique de la Belle Époque, dont il réussit à synthétiser une part des peurs et des fantasmes. Destiné à l’obsolescence, comme l’essentiel des productions populaires de son temps, il y survit néanmoins. Jusque dans les années 1960, il incarne dans l’imaginaire collectif le Méchant superlatif, « le Maître de l’Effroi », le « Génie du crime », « Le Tortionnaire » et même, pour certains, l’archétype du terroriste moderne.

Apparu dans la collection du « Livre populaire » chez Fayard, Fantômas est le fruit des industries culturelles du début du siècle, celles dont les moyens techniques et financiers autorisent les succès de masse. Elles imposent à l’œuvre son format, son prix, son rythme de parution, ses illustrations et les slogans qui y sont associés. Fantômas, annoncé dans des encarts de presse comme « plus inquiétant que Cartouche, plus subtil que Vidocq, plus fort que Rocambole », apparaît ainsi mensuellement durant deux ans et demi, dans des volumes d’un peu plus de 380 pages, dotés de couvertures aisément reconnaissables. Produits culturels voués à une exploitation rapide, les romans sont traduits, imités, adaptés au théâtre et au cinéma. Dès 1914, Fantômas est célèbre pour ses méfaits imprimés autant que pour ceux commis à l’écran ; il est à la fois un personnage populaire et une source d’inspiration pour les avant-gardes, qui signent manifestes, poèmes et tableaux à la Gloire d’un « Génie du crime » qu’ils opposent à l’ordre bourgeois.

En se situant en Europe, à une époque qui se termine avec le basculement des industries culturelles dans une « culture monde » sous influence américaine, le projet collectif proposé ici ne saisit volontairement qu’une partie du phénomène étudié. Rejetant la démarche « généalogique » – que reste-t-il du Fantômas de Souvestre et Allain dans la somme des œuvres postérieures ? – il propose de concentrer l’attention des chercheurs sur les manifestations des premiers temps de la chronologie fantômassienne. Dominique Kalifa l’a montré pour la France : la naissance et le succès de Fantômas se comprennent dans un climat d’obsession sécuritaire, de hantise des Apaches et des attentats anarchistes[1]. Fantômas dépeint l’échec des nouveaux modes d’investigation policière et de contrôle des individus, alors qu’apparaissent dans le Pays les premiers documents portatifs d’identité. Qu’en est-il ailleurs en Europe ? Comment expliquer l’engouement que suscite Fantômas, notamment en Italie où il est traduit pour la première fois, en Espagne, au Portugal ou en Allemagne, qui voit naître son double le plus marquant, le Dr Mabuse  ? Pourquoi donne-t-il naissance au cinéma à une profusion d’épigones ? Comment les sociétés européennes reçoivent-elles et reformulent-elles Fantômas au début du XXe siècle?

Accompagnant l’avènement de nouvelles pratiques éditoriales (liées aux collections populaires) et culturelles (liées à la circulation des fictions d’un média à l’autre), Fantômas illustre les transformations radicales de la culture sérielle au début du XXe siècle. Les changements qui interviennent dans les relations entre les auteurs et les éditeurs, dans les supports et leurs usages, dans les modes de consommation des œuvres vont naturellement se traduire par des mutations des genres populaires, des modèles narratifs, des stéréotypes, des scénarios intertextuels et des séries culturelles dominantes. Ainsi les aventures du personnage éclairent-elles autant les circulations des imaginaires et des représentations que leur adaptation aux bouleversements de l’industrie culturelle et à leur incidence sur les formes et leur réception.

Le présent colloque tend à favoriser des approches comparées ou des études de transferts entre Fantômas et la masse des fictions populaires européennes construites autour de figures de génie du crime. En effet, si Fantômas est bien à la Belle Époque un succès européen, il n’est cependant que l’élément saillant d’une coterie transnationale de génies maléfiques. Le Dr Nikola de Guy Boothby et le Zigomar de Léon Sazie le précèdent dans la chronologie, tandis que les années 1911-1915 voient se multiplier sur papier et à l’écran des personnages similaires : Doctor Gar El Hama au Danemark, Le Mystérieux Docteur Cornélius en France, Fu Manchu et Ultus en Angleterre, Tigris et Za-la-Mort dans le cinéma italien… La rareté des copies conservées des films de l’époque rend difficile un inventaire complet de ces personnages, qui sont aussi repris dans des parodies. Néanmoins, malgré les incontestables influences américaines sur ces fictions – celle des aventures de Nick Carter notamment – et les transferts qui s’opèrent entre l’édition anglaise et celle de la Côte Est des États-Unis, la simultanéité de l’apparition de ces personnages aux qualités similaires invite à initier une approche continentale du phénomène.

Thèmes proposés

L’étude de Fantômas et des génies du crime à l’échelle du vieux Continent est proposée dans une perspective pluridisciplinaire. L’histoire, les études littéraires et cinématographiques, les Cultural studies seront associées dans ce colloque qui devra permettre d’évaluer la place de Fantômas et des génies criminels dans l’imaginaire collectif européen. La perspective proposée – européenne, transnationale et comparée – doit également donner l’occasion de se saisir de questions méthodologiques. L’étude des fictions populaires européennes passe-t-elle par le recours au distant reading ou par de nouvelles approches de la poétique des fictions de grande consommation ? Sur quelles archives faut-il baser l’histoire des fictions populaires ? Comment s’assurer de leur sauvegarde et de leur accès ?

Fantômas peut ainsi apparaître comme une étude de cas permettant de tirer un bilan des connaissances et des concepts accumulés depuis le milieu des années 1990 dans l’étude des manifestations de la culture médiatique. A l’étude des résonnances sociales de l’émergence des figures de génies du crime, le présent colloque propose d’ajouter un nouvel examen des débuts littéraires de Pierre Souvestre et de Marcel Allain, de leur inscription dans les logiques des premières industries culturelles européennes, des différentes adaptations de Fantômas, ainsi qu’une approche des réceptions et des publics de Fantômas – la critique, les avant-gardes, les lecteurs, les spectateurs. Les communications proposées devront s’inscrire dans l’un des cinq thèmes suivants :

1. L’Europe des génies du crime (situation, cartographie des personnages ; représentation des espaces européens)

2. Les débuts en littérature, au théâtre et au cinéma de Pierre Souvestre, Marcel Allain et de Fantômas

3. Les industries culturelles et le motif du crime à la Belle Époque

4. Les avant-gardes et la figure de Fantômas

5. Les génies criminels, leurs publics et leurs censures

Les propositions de communication, de 2 500 caractères, sont à adresser avant le 9 janvier 2013 à Loïc Artiaga (loic.artiaga@unilim.fr), Monica Dall’Asta (monica.dallasta@unibo.it) et (Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr).

Bibliographie indicative

Loïc Artiaga (dir.), Le Roman populaire : des premiers feuilletons aux adaptations télévisuelles (1836-1960), Paris, Autrement, 2008.

Annabel Audureau, Fantômas, un mythe moderne au croisement des arts, Rennes, PUR, 2010.

Didier Blonde, Les Voleurs de visages, Paris, Métailié, 1992.

Monica Dall’Asta, Trame spezzate, Archeologia del film seriale, Gènes, Le Mani, 2009.

– (dir.), Fantômas. La vita plurale di un antieroe, Udine, Il Principe costante, 2004.

Dominique Kalifa, L’Encre et le sang, Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

-, « Archéologie de l’Apachisme ; Les représentations des Peaux-Rouges dans la France du XIXe siècle », Le Temps de l’Histoire, n° 4, 2002.

-, « Les Lieux du crime. Topographie criminelle et imaginaire social à Paris au XIXe siècle », Sociétés et représentations, 2004/1, n° 17.

-, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, « Pour l’Histoire », 2005.

Jacques Migozzi, Boulevards du populaire, Limoges, PULIM, 2005.

– (dir.), Le Roman populaire en question(s), Limoges, PULIM, 1997.

– (dir.), De l’Écrit à l’écran. Littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques, Limoges, PULIM, 2000.

– et Philippe Le Guern (dir.), Production(s) du populaire, Limoges, PULIM, 2004.

Lise Queffélec, Le Roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, PUF, 1989.

Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien. Lecteurs et lectures à la Belle Époque [1984], Paris, Seuil, « Points Histoire », 2000.

Jean-Claude Vareille, Filatures, Itinéraires à travers les cycles de Lupin et Rouletabille, Grenoble, PUG, 1980.

– , L’homme masqué, le justicier et le détective, Lyon, PUL, 1989

– , « Le Paris de Fantômas », Nouvelle Revue des études fantômassiennes, op. cit.

Robin Walz, Pulp Surrealism: Insolent Culture in Early-Twentieth-Century Paris, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2000.


[1] Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, « Pour l’Histoire », 2005.

Appel à contributions « Les territoires du virtuel »

Appel à contributions

« Les territoires du virtuel » MEI 37

Numéro coordonné par Anolga Rodionoff

Mondes de synthèse, univers virtuels

En raison des nombreuses significations différentes qui lui sont associées, le virtuel se dérobe très souvent à l’analyse. Parmi elles, certaines renvoient au domaine de la technique, d’autres lui accordent le statut d’un concept, d’autres enfin semblent ressortir à un imaginaire. Le pari de ce numéro est de prendre acte de ses diverses significations, une première étape pour déconstruire et circonscrire le virtuel. Une seconde étape nécessaire tient à réduire son champ d’application. Aussi, à travers ce numéro de MEI, souhaitons-nous rassembler des analyses qui interrogent le virtuel, à partir des mondes de synthèse (ou les MMOG) et des univers virtuels (tel Second Life).

Omniprésent, voire omnipotent dans un grand nombre de pratiques sociales, le virtuel construit ainsi des mondes, des univers et, en quelque sorte, des territoires. Des territoires, dont on a quelques raisons de penser qu’ils ont leur réalité propre. Tel est également le pari de ce numéro : suggérer qu’à côté du territoire physique et social existent bel et bien d’autres territoires mais virtuels.

Trois axes sont proposés à la réflexion dans la perspective de ce numéro de la revue MEI intitulé Les territoires du virtuel.

Le virtuel comme matrice logico-mathématique

Comment d’abord le caractère logico-mathématique ou technique du virtuel, au coeur de tout jeu vidéo, est-il défini et en quels termes ? Et l’est-il ? Comment, en particulier, sont pensés les rapports entre la programmation ou la modélisation et les règles qui se rapportent spécifiquement à la jouabilité, i.e. entre notamment le game design et le gameplay ? Le game design conditionne-t-il alors le gameplay, en quels termes et de quelles manières ? Et s’agit-il de considérer, comme S. Natkin, que le gameplay est un gigantesque bluff ?

Si le caractère ludique des mondes de synthèse est, selon certains, illusoire, notamment parce que le hasard est congédié, pour d’autres au contraire, le caractère ludique s’étend à toute sorte de produits culturels (tels les logiciels éducatifs ou serious game), du moment qu’ils appellent à l’interactivité, clef de voûte du virtuel. Comment in fine le virtuel et l’interactivité sont-ils définis techniquement, en quels termes et le sont-ils ?

Le virtuel comme analyseur et/ou comme concept

Comment envisager une partition, tracer une limite entre ce qui relève des activités ludiques (mondes de synthèse), des activités sociales (univers virtuels) ou des activités éducatives (serious game) ? Et le peut-on ?

Avec le virtuel, les pratiques deviennent-elles ou non toutes « jouables » ? Le « jeu », offert par les mondes de synthèse, est-il « hors réel » ou dans le « réel » ? Les mondes de synthèse et les mondes virtuels se rapportent-ils à une « réalité fausse » ou une « réalité vraie » ? En particulier avec les avatars, peut-on distinguer l’identité simulée de l’identité vraie ? Le virtuel, en d’autres termes, gomme-t-il ou efface-t-il les spécificités ou les différences entre jeu/hors-jeu, fiction/réalité, auparavant des repères et des catégories efficaces ?

Partant, le virtuel questionne-t-il alors ce que recouvre le jeu ? Oblige-t-il à le redéfinir ? En somme, les mondes de synthèse interrogent-ils le jeu lui-même ?

Et s’agit-il alors d’en déduire que le virtuel permet de mieux comprendre le jeu ? Autrement dit, le virtuel a-t-il des vertus explicatives, i.e. dévoile-t-il la logique des règles à laquelle tout jeu, qu’il soit ou non saisi par le virtuel, obéit ?

Enfin, et plus largement, mondes de synthèse et univers virtuels rendent-ils davantage intelligibles les règles sociales, l’économie, etc., des sociétés hors ligne ?

Des représentations associées au virtuel

Les pratiques des mondes de synthèse et des univers virtuels ont-elles des incidences sur les joueurs, et en particulier, sur la sociabilité ?

Le virtuel favorise-t-il à travers de telles pratiques, le rapport à l’autre et accompagne-t-il, complète-t-il ou enrichit-il les relations sociales ? Ou à l’inverse, éloigne-t-il de l’autre, produit-il de l’isolement social, rend-il « autiste », pour in fine substituer, progressivement, aux relations sociales, une socialité virtuelle illusoire ? Et arase-t-il les hiérarchies sociales ou les renforce-t-il ?

En d’autres termes encore, le jeu des identités via les avatars conduit-il à une autonomie relationnelle, aide-t-il à la construction de soi ou, au contraire, renforce-t-il un processus d’enfermement ?

S’agit-il, enfin, de reconnaître le caractère thérapeutique du jeu virtuel, voire sur un autre plan ses vertus pédagogiques ou, symétriquement, de ne retenir que son caractère addictif avec l’existence de différentes formes de « cyberaddictions » ?

De multiples approches disciplinaires sont à l’oeuvre pour cerner les incidences du virtuel, à propos des mondes de synthèse et des univers virtuel et, généralement, des jeux vidéo, en s’intéressant à leurs pratiques : de la sociologie (Tremel L., 2001), à la psychologie (Gaon T., 2008), à la psychanalyse (Tisseron S., 2000) ou encore à la socio-économie (Natkin, S., 2004), aux sciences de l’éducation (Brougere G., 2008) et aux sciences de l’information et de la communication (Perriault J., 1994, Boullier D., 2008), à la philosophie (Boyer E., 2010, A. Cauquelin, 2010). Toutes les approches disciplinaires pour comprendre les enjeux introduits par le virtuel seront appréciées.

Calendrier et organisation scientifique :

Soumission des propositions

– avant le 9 juillet 2012, les propositions seront à adresser à

anolga.rodionoff@univ-paris8.fr

– Rédigée en 300 mots maximum, en français ou en anglais, chaque proposition contiendra :

– un titre explicite (provisoire) ;

– une présentation de la problématique traitée et l’/les axe(s) à laquelle elle se rapporte ;

– une description du/des terrains(s) et l’approche disciplinaire pour le/les explorer.

– Une brève présentation de l’auteur complétera la proposition.

Calendrier

9 juillet 2012 : date limite de réception des propositions ;

20 juillet 2012 : avis aux auteurs de la sélection des propositions et envoi des consignes éditoriales ;

20 octobre 2012 : date limite de réception des articles ;

20 novembre 2012 : transmission aux auteurs des évaluations ;

20 décembre : remise des articles définitifs après expertise et navette avec les auteurs ;

premier trimestre 2013 : publication du numéro de MEI 37

Modalités d’évaluation des textes

La revue MEI fonctionne en lecture « double aveugle » : les articles sont anonymisés avant d’être lus et les relecteurs restent également anonymes.

Un premier comité de lecture international se réunira, au mois de juillet 2012, pour sélectionner les résumés des propositions, après leur évaluation en « double aveugle ».

Un second comité de lecture international élargi se réunira, pour évaluer en « double aveugle » les articles présélectionnés.

La revue MEI a été créée en 1993 par Bernard Darras (Université Paris I) et Marie Thonon (Université Paris VIII), MEI « Médiation Et Information » est une revue thématique à comité de lecture en double aveugle publiée deux fois pas an sous forme d’ouvrages de référence.

Call for Papers

‘The Territories of the Virtual’ MEI 37

An issue coordinated by Anolga Rodionoff

Synthetic and virtual worlds

Because of the many different meanings associated with it, the virtual often eludes analysis. Some of these meanings refer to the technical domain; others give it the status of a concept, while others seem to refer to an imaginary world. The challenge of this issue is to recognize these meanings, which is the first step in deconstructing and defining the virtual. A second necessary step is to reduce its field of application. Through this new MEI issue, we therefore want to gather analyses that question the virtual, through synthetic worlds (or MMOGs) and virtual worlds (such as Second Life).

Omnipresent, or even omnipotent in a large number of social practices, the virtual indeed builds worlds, universes and, somehow, territories, of which we have some reason to think that they have their own reality. This is another challenge for this issue: suggesting that besides the physical and social territory, there actually are other territories, but virtual ones.

We suggest three areas for you to reflect on for the new MEI issue entitled The Territories of the Virtual.

The Virtual as a logico-mathematical matrix

First, how to define the logico-mathematical or technical character of the virtual, which is at the core of all video games, and under what terms? And is it really the case? How, in particular, are conceived the relationships between programming or modelling and the rules that specifically relate to gameplay, i.e. notably between game design and gameplay? Does game design influence gameplay, under what terms and in what ways? And should one consider, as S. Natkin does, that gameplay is a huge bluff?

If the playfulness of synthetic worlds is, according to some, illusionary, especially because chance is not an issue, for others on the contrary, this playfulness extends to all kinds of cultural products (such as educational software or ‘serious games’), as long as they use interactivity, the keystone of the virtual. Ultimately how are the virtual and interactivity defined technically, and under what terms?

The virtual as an analyzing tool and/or as a concept

How to envisage a partition, draw a line between what is considered as recreational activities (synthetic worlds), social activities (virtual worlds) or educational activities (serious games)? And is it possible at all?

With the virtual, do practices always become ‘playable’? Is the ‘game’ offered by synthetic worlds ‘beyond reality’ or ‘part of reality’? Do synthetic and virtual worlds relate to a ‘false reality’ or a ‘true reality’? Especially regarding avatars, can one distinguish simulated identity from true identity? In other words, does the virtual erase or obliterate the specificities or differences between in game/outside game, fiction/reality, which were once effective benchmarks and categories?

As a result, does the virtual question what is covered by gaming? Does it oblige one to redefine it? In short, do synthetic worlds question the game itself?

And could one then conclude that the virtual allows us to better understand the game? In other words, does the virtual have some explanatory virtues, i.e. does it reveal the logic of the rules to which all games comply, whether they are ‘seized’ by the virtual or not?

Finally, and more broadly, do synthetic and virtual worlds make the social rules, the economics, etc. of offline societies more intelligible?

Representations associated with the virtual

Do the practices related to synthetic and virtual worlds affect players, and in particular, their sociability?

Does the virtual favour, through such practices, relationships with other people and does it accompany, complete or enrich social relationships? Or conversely, does it distance players from others, does it lead to social isolation, does it provoke autism, ultimately gradually replacing social relationships, by an illusionary virtual sociality? And does it level social hierarchies or does it reinforce them?

In other terms, does playing with identities through avatars lead to relational autonomy, does it help the building of the self or, conversely, does it reinforce a process of enclosure?

Finally, should one recognize the therapeutic nature of virtual gaming, or even, on another level, its educational value or, symmetrically, should one only retain its addictive nature, given the existence of different forms of ‘cyberaddictions’?

Multiple approaches in various disciplines are being researched in order to identify the implications of the virtual, on synthetic and virtual worlds and, more generally, on video games, focusing on their different practices: sociology (Tremel L., 2001), psychology (Gaon T., 2008), psychoanalysis (Tisseron S., 2000) or socio-economics (Natkin, S., 2004), education science (Brougere G. , 2008), information and communication science (Perriault J., 1994, Boullier D., 2008), philosophy (Boyer E., 2010, A. Cauquelin, 2010). All disciplinary approaches allowing better understanding of the issues provoked by the virtual are welcome.

Schedule and scientific organisation:

Submission of proposals

– Proposals should be sent before July 9th, 2012 to

anolga.rodionoff@univ-paris8.fr

– 300 words or less, in English or in French, each proposal must comprise of:

– A self-explanatory title (provisional);

– A presentation of the issue addressed and of the area(s) to which it relates

– A description of the discipline(s) involved and of the disciplinary approach used to explore it/them.

– A brief presentation of the author will complement the proposal.

Schedule

July 9th, 2012: Deadline for receipt of proposals;

July 20th, 2012: Notice to authors of selected proposals and provision of editorial guidelines;
October 20th, 2012: Deadline for receipt of papers;

November 20th, 2012: Notification of assessments to authors;

December 20th: Submission of final papers after expert proofreading and editing with authors;
First quarter 2013: Publication of MEI 37

Procedures for evaluating papers

MEI uses a ‘double-blind’ proofreading procedure, with both authors and reviewers remaining anonymous.

A first restricted international peer reading committee will meet in July 2012 to select the abstracts of proposals that have been assessed in our ‘double-blind’ procedure.

A second broader international reading committee will then meet to carry out a ‘double-blind’ evaluation of the preselected papers.

The MEI review was founded in 1993 by Bernard Darras (University Paris I) and Marie Thonon (University Paris VIII), MEI ‘Mediation & Information’ is a thematic review with a ‘double-blind’ reading committee published twice a year in the form reference books.

Responsable : Rodionoff
Url de référence :
http://www.mei-info.com

Parution/ressources: Marginalia 73

Parution

Marginalia 73

Bulletin bibliographique des études sur les littératures et les films de genre

www.scribd.com/marginalia

Chers correspondants,

Voici donc le premier Marginalia totalement virtuel (plus de version imprimée plus d’abonnements). Résultat: il a dix pages

de plus et toutes les rubriques sont présentes,  y compris la littérature jeunesse trop longtemps négligée par faute

d’espace. Dorénavant, chaque numéro aura un nombre de pages variable et si l’occasion se présente, je n’exclus pas la

possibilité de publier un numéro supplémentaire si l’actualité s’y prête. Comme toujours, le bulletin sera mis en ligne sur mes sites habituels où paraîtront aussi bientôt de volumineuses bibliographies sur le polar africain. A suivre…

Dear friends,

This is Marginalia 73. This is the first issue entirely virtual (no more printed version, no more subscriptions). It has 10 more

pages and all sections are covered. Now, every issue will have a variable pages count and if possible, il shall publish one

more issue a year. This issue will be online soon. And check my websites for some bibliographies on african mystery and detective stories (in french and in english).

Best, and please excuse my frenglish !

Norbert Spehner

éditeur de Marginalia, le bulletin bibliographique des études sur les littératures et les films de genre

www.scribd.com/marginalia

Lisez ses articles,chroniques et critiques de polars dans La Presse, les revues Alibis, Solaris, Entre les Lignes et Le Libraire

CFP: Crime Series (deadline: 31 juillet 2012).

CFP

Crime Series

Following our recent project The Foreign in International Crime Fiction: Transcultural Representations (forthcoming from Continuum, August 2012, see information available at www.continuumbooks.com/books/detail.aspx?BookId=167802&SubjectId=997&Subject2Id=927), we invite interested scholars and specialists to contribute to a planned volume on crime series.  We envisage including studies of print, television, and film series and are keen to consider a wide range of authors, countries and time periods. The category ‘crime fiction’ is here understood in the broad sense i.e. detective, spy, mystery and thriller. Research which includes interview input from crime fiction authors is especially welcome.

According to Eco (1966) in his study of the Bond books, a series is constructed around a fixed grammar. Other critics such as Cawelti (1976) have insisted on the formulaic nature of crime fiction, including the series. To what extent is this accurate? What are the mechanisms that anchor a series? What constitutes a series? How do the central characters evolve over time? Can a series (eg. Sherlock Holmes or James Bond) be successfully continued by another author or authors? What moves or allows an author to create more than one series? Might a series be based on elements other than the main protagonist, for example a place? Are series able to create a “sense of a place” (Geherin 2008)? Are there different criteria for a series in different cultures, or across genders and age groups? Can series address the problems and anxieties of a specific class, gender or age group? To what extent do readers’ expectations play a role? How do print series translate into visual form or vice-versa? We welcome proposals addressing these and any other pertinent aspects.

Schedule: Proposals of approximately 500 words, a short bibliography and a 50-word author note should be sent by 31st July 2012. Selected proposers will be invited by 31st August 2012 to send their full article of no more than 5000 words including bibliography and notes by 30th November 2012. Final acceptance will be advised by 31st January 2013.

Please, feel free to circulate this.

All inquiries and initial proposals to: carolina.miranda@vuw.ac.nz.

Jean Anderson

Carolina Miranda

Barbara Pezzotti

Parution: Salon double, 2012, « Les meilleurs vendeurs »

Salon double,  2012, « Les meilleurs vendeurs »

http://salondouble.contemporain.info/dossier/les-meilleurs-vendeurs

Les «meilleurs vendeurs»: qu’ils appartiennent à une forme littéraire, un mode, ou un genre bien précis ou qu’ils s’inscrivent plus «simplement» dans le champ du roman de grande consommation, les livres qui réussissent à se hisser dans les palmarès dressés religieusement à chaque semaine par les grands journaux, les chaînes de librairies et les autres intervenants du monde du livre sont bien souvent l’objet de cynisme et de critiques a priori, comme si l’engouement commercial et médiatique pour une oeuvre remettait inévitablement en question ses potentialités esthétiques et littéraires. Toutefois, les bestsellers ne forment une catégorie que dans la mesure où leur succès commercial leur mérite ce titre, ce qui relève d’une entrée dans la catégorie a posteriori. Comment alors penser le meilleur vendeur en littérature autrement que par une posture critique négative, atrabilaire, d’emblée convaincue de la médiocrité de ces oeuvres?

Salon double a posé la question à ses collaborateurs. Les contributions à ce dossier tentent donc de rendre compte de la production littéraire de grande consommation actuelle, à travers l’étude d’oeuvres parues dans les dix dernières années et ayant reçu un accueil commercial important. L’objectif de ce deuxième dossier était de réfléchir à certaines oeuvres et au concept du «meilleur vendeur» en évitant les écueils habituels que la réflexion sur une forme d’art populaire peut contenir.

Luc Breton, dans le premier texte du dossier, examine avec finesse et curiosité le récit Le secret du coffre bleu de l’humoriste québécoise Lise Dion. Il prend pour parti de situer cette oeuvre dans la contemporanéité en révélant de quelle manière, selon lui, le livre de Lise Dion participe à la mouvance actuelle de la littérature mémorielle. Le texte de Fernando Stefanich cherche à comprendre de quoi est fait un bestseller. Pour ce faire, l’auteur s’intéresse au mythe et à la philosophie et démontre, à travers l’étude de la sagaHarry Potter et des romans de Dan Brown, qu’un bestseller traduit «le fonctionnement intime, l’essence profonde de son époque.» Adina Balint-Babos, quant à elle, interroge la réception des oeuvres de Jacques Lacan en France, aujourd’hui, trente ans après son décès. Elle se demande, à travers cette réflexion, si ces oeuvres sont encore lues et si elles sont toujours d’actualité. Jean-Philippe Gravel, dans sa contribution, observe l’ensemble de la production romanesque de Stephen King à l’aune des commentaires que celui-ci a formulés dans son ouvrage pratique Écriture, mémoires d’un métier. Sur un ton parfois personnel et plutôt humoristique, il interroge rigoureusement ce qui fait le succès de l’oeuvre de Stephen King tout en puisant dans son expérience personnelle de lecteur pour tenter de comprendre pourquoi il ne s’intéresse plus à ce que produit l’auteur. Le texte de Pierre-Alexandre Bonin porte lui aussi sur une grande partie de l’oeuvre de Stephen King; il analyse quant à lui le réseau d’antécédents intertextuels qui se déploie dans les romans de King. Cette contribution suggère une réflexion sur la fidélisation du lecteur par les romanciers à l’oeuvre foisonnante. Pierre-Paul Ferland traverse dans son texte la trilogieMillénium de Stieg Larsson en portant une attention toute particulière au personnage de Lisbeth Salander. Il analyse en effet la morale particulière de ce personnage et questionne la possibilité de lire cette série de façon féministe. Zishad Lak, quant à elle, démontre de quelle façon un roman comme Truismes de Marie Darrieussecq peut programmer différentes lectures et comment ces «niveaux» peuvent être garants et du succès critique et du succès commercial d’une même oeuvre. Le texte de Stéphane Courant, qui vient clore le dossier, analyse par le biais de quelques outils anthropologiques le succès des romans de Dan Brown. Il suggère que la création de «faux-authentiques» puisse être à l’origine du succès de romans comme le Da Vinci code et Anges et démons.

Ce dossier suggère donc une multiplicité de points de vue sur un sujet extrêmement vaste: comme le terme «meilleur vendeur» ne sert qu’à désigner un livre dont les chiffres de vente justifient qu’il se retrouve dans les palmarès, il était plutôt difficile d’orienter la réflexion de manière à obtenir un dossier cohérent et suivant une certaine ligne directrice. C’est toutefois cette abondance et cette pluralité d’angles d’approche, de positions critiques et de manières de voir et de juger les choses qui font la force de l’agencement de textes que nous vous proposons ici : tout en n’apportant pas de réponse(s) définitive(s) concernant toutes les questions soulevées par la prise de position qu’implique la parution d’un tel dossier —c’est-à-dire celle qui sous-entend que les meilleurs vendeurs sont tout de même digne de faire l’objet, malgré leur succès populaire, d’une étude plus sérieuse et d’une réflexion intellectuelle—, les textes que nous recueillons suggèrent tous une manière de lire ces livres, une manière de réfléchir au concept et une manière d’être, en tant que critiques, face à ces objets culturels problématiques.


http://salondouble.contemporain.info/dossier/les-meilleurs-vendeurs

12 janvier 2012

Loin de se limiter à un simple divertissement, Le secret du coffre bleu de Lise Dion est aussi un récit de transmission qui participe plus largement de la tendance actuelle de la littérature mémorielle. C’est dans cette perspective que je propose de lire le récit; en tentant de voir comment il actualise certaines préoccupations, tant du point de vue générique que narratif, que l’on reconnaît plutôt à la littérature contemporaine de circuit restreint.

12 janvier 2012

Qu’y a-t-il de commun entre Harry Potter de J. K. Rowling, le Da Vinci Code de Dan Brown, la saga Twilight de Stephenie Meyer et les polars de James Ellroy? Ils sont tous à la tête des listes des ventes. Alors, la question qui s’impose est la suivante: Pourquoi? Pourquoi ces livres plaisent autant au public? De quoi un best-seller est-il fait? La réponse est sans doute multiple. Un texte qui se place à la tête des ventes fait souvent l’objet de critiques. On le taxe d’artificialité et de superficialité; c’est-à-dire, d’appliquer des recettes avec le but de plaire à un public aussi large que possible. Cette vision, cynique et assez répandue, manque de rigueur et ne suffit pas pour expliquer les motifs d’un succès d’édition. Mon hypothèse est qu’un texte devient un best-seller parce qu’il réussit à traduire le fonctionnement intime, l’essence profonde de son époque.

12 janvier 2012

Parler de Lacan aujourd’hui, et assumer que ses deux derniers Séminaires se vendent, c’est aussi croire à une aventure intellectuelle qui tient une place importante dans notre contemporanéité; aventure porteuse d’un certain souffle pour qui peut et veut l’entendre: espoir de comprendre la folie, la famille, le désir; plaisir des transgressions, liberté de parole et des mœurs, envie d’émancipation. Depuis un demi-siècle, Lacan n’a pas fini de nous étonner.

13 janvier 2012

C’est à Stephen King que je dois mes premiers émois de lecteur de romans. J’ai lu The Shining (1977) en cachette à onze ans; premier roman que je lus de ma propre initiative, dans une ambiance grisante de secret et de clandestinité. Je ne conçois toujours pas de meilleure porte, aujourd’hui, pour entrer dans le monde de la littérature que celle-là: montrez-moi un lecteur assidu de Beckett et de Proust, et je vous montrerai un adolescent qui a fait ses premières classes littéraires en lisant des auteurs comme King. Mais la suite de l’histoire se complique. Au cours des six années suivantes, j’ai lu du King à m’en écœurer. Et c’est à It (1986) que revient le mérite de m’avoir écœuré de ses histoires pour de bon. Depuis It, King semble publier ce qu’il veut, allongeant au kilomètre des romans plus ou moins bien ficelés, dans une apparente absence de contrôle éditorial, lui permettant de devenir une industrie à lui tout seul. Son nom fait confortablement recette, même si son imaginaire n’a pas su imposer à l’horreur moderne des figures aussi marquantes, iconiques, que celles de ses débuts.

13 janvier 2012

Mais existe-t-il un lecteur type pour les meilleurs vendeurs? Répondre par l’affirmative serait réducteur, puisqu’on assimile ainsi une frange de la population à un type de lecture bien précis. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’auteurs qui développent une base de lecteurs qui suivent avec attention la sortie d’un nouveau roman. Chez King, le fan a un statut particulier. L’appellation «Constant Reader» illustre très bien, selon nous le rapport que King entretient avec ses fans. En effet, il est parfaitement conscient que, sans le (Fidèle) lecteur, son art ne peut exister.

14 janvier 2012

Chez les «méchants» dans la trilogie Millénium, il existe donc une nette dialectique entre l’espace public qu’ils dominent en vertu de leur capital symbolique, économique ou juridique, et l’espace privé où ils abusent de leur statut aux dépens de femmes parce qu’elles sont, justement, des femmes. Tout se passe comme si l’autorité sociale se transposait dans le privé où le pouvoir se déchaînerait. Lisbeth Salander en contrepartie incarne cet individu exclu des instances sociales officielles (de tous les points de vue) qui parvient à violer l’espace privé de ces hommes en pénétrant sur leur ordinateur et c’est seulement en renversant cet état, c’est-à-dire en les menaçant de rendre publiques ces informations par le truchement des médias, qu’elle peut accéder à la légitimité officielle.

14 janvier 2012

La particularité du roman réside dans son succès simultanément commercial et critique. En effet, ce premier roman de Marie Darrieussecq accepté par plusieurs éditeurs prestigieuses tels que POL, Grasset et le Seuil, s’est vendu à un million d’exemplaire dans le monde et a été traduit en trente langues. En même temps, ce récit a fait l’objet d’études écrites pas plusieurs critiques littéraires. Ce double consensus découle sans aucun doute du vaste faisceau d’interprétations possibles que met en place ce roman en présentant un récit à plusieurs couches, chacune ciblant un lectorat particulier.

14 janvier 2012

Dan Brown a, en quelque sorte, transformé le cadre et du coup les horizons d’attente des lecteurs. Le lecteur sait qu’il a acheté un roman et pourtant, par l’entremise des deux pages présentant «les faits», il y a une remise en question des attentes. Où est le vrai? S’agit-il seulement d’un roman historique, puisque l’auteur nous rappelle qu’il s’agit de faits «avérés», qu’ «on peut encore les admirer» (même les bâtiments du CERN) et que même la «Confrérie des Illuminati […] a aussi existé»? Le «aussi» apparaît être plus qu’un adverbe, c’est surtout l’élément qui permet de valider l’ensemble des propos comme vrai. Par cette manipulation adroite, Brown dirige son lecteur, mais surtout fabrique des faux-authentiques.

Appel: Hetzel et l’invention des Voyages extraordinaires (15 septembre).

Appel à contributions

Hetzel et l’invention des Voyages extraordinaires

Hetzel et l’invention des Voyages extraordinaires

Le Centre International Jules Verne organise les 21, 22 et 23 mars 2013 ses dixièmes rencontres internationales. Afin de célébrer le cent cinquantenaire de la parution de Cinq semaines en ballon et le bicentenaire de la naissance d’Hetzel, ces rencontres s’intéresseront à la figure de l’éditeur et à la naissance de cet édifice éditorial unique que sont les Voyages Extraordinaires.

Soucieux de favoriser des approches transdisciplinaires, comparatistes, généticiennes mais aussi historiques, artistiques et bibliophiliques, le comité d’organisation a choisi de retenir quatre axes de réflexion et d’exploration :

Hetzel, un éditeur de premier plan.

Hetzel est une figure « absolument moderne » de l’éditeur. Visionnaire, il publie et même découvre des auteurs devenus aujourd’hui incontournables dans l’histoire littéraire : Balzac, Baudelaire, Hugo, Sand, Verne. Fin stratège, il accompagne ses publications d’une vaste communication  (pré-publication, campagne de publicité, démarchage de critiques) qui marque profondément notre monde éditorial. Citoyen averti, il prend des positions politiques fortes (exil en 1851, laïcité du Magasin d’éducation et de récréation, publication clandestine des Châtiments). Homme de lettres, il participe aux débats littéraires de son temps, signe lui-même des textes et collabore avec de nombreuses personnalités littéraires. Toutes ces caractéristiques constituent tant la modernité d’Hetzel que son génie. Les participants pourront s’intéresser à ses positions idéologiques, aux auteurs qu’il publie (ou dont il s’entoure) et aux textes qu’il signe. Ils pourront en outre situer Hetzel dans l’histoire de l’édition, mettre en avant ses apports techniques et stratégiques, etc.

Le rôle d’Hetzel dans l’écriture des romans de Verne et dans l’invention de la collection.

La relation entre Hetzel et Verne a déjà fait l’objet de beaucoup de commentaires, souvent fort passionnés. Dans quelle mesure peut-on considérer les Voyages extraordinaires comme le fruit d’une écriture à quatre mains ? Comment devons-nous envisager le rôle d’Hetzel dans le processus de création vernien ? Comment mesurer l’apport d’Hetzel dans le succès du roman de Verne ?

L’objet éditorial : le livre de prix, les cartonnages, les illustrations…

Devenus objets de collection, pouvant atteindre des prix très élevés, les cartonnages auront marqué plusieurs générations de lecteurs. Il s’agira d’envisager le « livre à voir » tant dans sa dimension technique (composition, rôle de l’image) que sentimentale.

Le premier roman de la série : Cinq semaines en ballon.

Quelle place tient ce roman dans l’ensemble de la production de Verne ? Pouvons-nous y lire un contrat de lecture valable pour l’ensemble des Voyages ? Comment s’est organisée la réception critique de Verne ? A-t-elle attendu la parution d’autres ouvrages ?

Les communications ne devront pas excéder trente minutes. Les propositions de communication d’environ 300 mots doivent être adressées par courriel à renoir.bachelier@ac-amiens.fr avant le 15 septembre 2012.

Après avis du comité de lecture, les communications seront publiées dans la Revue Jules Verne. Elles devront néanmoins être rendues avant le 15 avril 2013.

Parution: The Foreign in International Crime Fiction Transcultural Representations

The Foreign in International Crime Fiction

Transcultural Representations

Description

‘The foreigner’ is a familiar character in popular crime fiction, from the foreign detective whose outsider status provides a unique perspective on a familiar or exotic location to the xenophobic portrayal of the criminal ‘other’. Exploring popular crime fiction from across the world, The Foreign in International Crime Writing examines these popular works as ‘transcultural contact zones’ in which writers can tackle such issues as national identity, immigration, globalization and diaspora communities. Offering readings of 20th and 21st century crime writing from Norway, the UK, India, China, Europe and Australasia, the essays in this book open up new directions for scholarship on crime writing and transnational literatures.

Table of Contents

Contributors Introduction Part 1: Inside Out or Outside In? The Scene of the Crime as Exotic Décor Chapter 1: Cannibalistic Maori Behead Rupert Murdoch: (Mis)representations of Antipodean Otherness in Caryl Férey’s ‘Maori Thrillers Ellen Carter and Deborah Walker Chapter 2: ‘A desk is a dangerous place from which to watch the world’: Britishness and Foreignness in le Carré’s Karla Trilogy Sabine Vanacker Chapter 3: Havana Noir: Time, Place and the Appropriation of Cuba in Crime Fiction Philip Swanson Chapter 4: Shanghai, Shanghai: Placing Qiu Xiaolong’s Crime Fiction in the Landscape of Globalized Literature Hui Luo Chapter 5: Seeing Double: Representing Others in the Franco-Pacific Thriller Jean Anderson Part 2: Private Eyes, Hybrid Eyes: The In-Between Detective Chapter 6: ‘Don’t Forget the Tejedor’: Community and Identity in the Crime Fiction of Rosa Ribas Stewart King Chapter 7: An American in Paris or Opposites Attract: Dominique Sylvain’s ‘In-Between’Bicultural Detective Stories France Grenaudier-Klijn Chapter 8: Arthur Upfield and Philip McLaren: Pioneering Partners in Australian Ethnographic Crime Fiction John and Marie Ramsland Chapter 9: From Wolf to Wolf-Man: Foreignness and Self-Alterity in Fred Vargas’s L’Homme à l’envers Alistair Rolls Chapter 10: Others Knowing Others: Stieg Larsson’s Millennium Trilogy and Peter Høeg’s Smilla’s Sense of Snow Andrew Nestingen and Paula Arvas Chapter 11: Smog, Tweed and Foreign Bedevilment: Bourland’s Twenty-First-Century Remake of the Sherlock Holmes Crime Story Keren Chiaroni Part 3: When Evil Walks Abroad – Towards a Politics of Otherness Chapter 12: ‘The Meanest Devil of the Pit’: British Representations of the German Character in Edwardian Juvenile Spy Fiction, 1900–1914 Andrew Francis Chapter 13. Reading Others: Foreigners and the Foreign in Roberto Arlt’s Detective Fiction Carolina Miranda Chapter 14: Who is the Foreigner? The Representation of the Migrant in Contemporary Italian Crime Fiction Barbara Pezzotti Chapter 15: Images of Turks in Recent German Crime Fiction: A Comparative Study in Xenophobia Margaret Sutherland 16. The Representation of Chinese Characters in Leonardo Padura’s La cola de la serpiente (2000): Sinophobia or Sinophilia? Carlos Uxó Bibliography Index

Author(s)

Jean Anderson, Jean Anderson is Associate Professor at Victoria University of Wellington, New Zealand and Director of the New Zealand Centre for Literary Translation. She is the Editor of The New Zealand Journal of French Studies.

Barbara Pezzotti, Barbara Pezzotti is Teaching Fellow at Victoria University of Wellington, New Zealand.

Carolina Miranda,

Carolina Miranda is Lecturer at Victoria University of Wellington, New Zealand.

CFP: Journal of Popular Romance Studies, Georgette Heyer Special Issue (Deadline 1 oct.)



Journal of Popular Romance Studies

Georgette Heyer Special Issue

Deadline Extended 10/1/2013

The Journal of Popular Romance Studies is soliciting papers for a special forum on Heyer as a romance novelist, guest-edited by Phyllis M. Betz. Papers may focus on individual novels or groups of texts, on Heyer’s changing status as a middlebrow and popular novelist, on paratextual and contextual issues (covers and marketing, publication history, reception), or on Heyer’s legacy. All theoretical approaches are welcome. The deadline for submissions is October 1, 2012; the issue is slated for publication in April, 2013.

Essays / proposals on Heyer’s work in other genres, and on her genre-crossing texts, are also solicited for a separate anthology, also edited by Phyllis M. Betz.

Published by the International Association for the Study of Popular Romance (IASPR), the peer-reviewed Journal of Popular Romance Studies is the first academic journal to focus exclusively on representations of romantic love across national and disciplinary boundaries. JPRS is available without subscription at http://jprstudies.org.

For the special JPRS forum on Heyer as a romance novelist, please submit scholarly papers to An Goris, Managing Editor managing.editor@jprstudies.org and betz@lasalle.edu. Submissions should be Microsoft Word documents of no more than 10,000 words,, with citations in MLA format. To facilitate blind peer review, please remove your name and other identifying information from the manuscript. Feel free to suggest appropriate peer reviewers.

For more information about the anthology on Heyer’s work in other genres, please contact Phyllis M. Betz directly at betz@lasalle.edu.

Parution: A
rnaud Join-Lambert, Serge Goriely et Sébastien Fevry (dir.) L’imaginaire de l’apocalypse au cinéma

A
rnaud Join-Lambert, Serge Goriely et Sébastien Fevry (dir.)

L’imaginaire de l’apocalypse au cinéma

Paris : L’Harmattan, coll. « Structures et pouvoirs des imaginaires », 2012.

EAN 978229696971.

198p.

21EUR

Présentation de l’éditeur :

Apocalypse(s) ! Depuis ses débuts, le cinéma n’a cessé de projeter des images de fin du monde, de cristalliser sur grand écran les craintes suscitées aussi bien par le devenir collectif de l’humanité que par le sens de l’existence individuelle. Qu’il s’agisse d’une destruction planétaire filmée à grand renfort d’effets spéciaux ou d’un effondrement plus silencieux, les films apocalyptiques ne manquent pas de soulever les questions des fins dernières : Quel monde espérer après le chaos ? Qu’en est-il de la révélation ultime ? Au cinéma, ces interrogations prennent les formes les plus diverses, alimentant une création foisonnante où les allusions au texte biblique côtoient les références à des périls réels ou fantasmés. Pour se pencher sur cet imaginaire apocalyptique, sont ici conviés des chercheurs de différentes provenances (spécialistes de l’expression artistique et théologiens), offrant une approche plurielle et critique, à la mesure de la richesse et des enjeux de ce type de cinéma. Tandis que la première partie aborde, en une série de plans d’ensemble, les traits dominants du genre, notamment à travers le prisme du film-catastrophe, la seconde partie se resserre sur une suite d’études consacrées à la dimension apocalyptique présente dans l’oeuvre de réalisateurs marquants (Tarkovski, Herzog, Kieślowski, etc.) et de créateurs en art vidéo (Viola, Theys).

Cet ouvrage a été coordonné par des membres du Groupe de recherche Cinespi de l’université catholique de Louvain : Arnaud Join-Lambert, professeur à la faculté de théologie, Serge Goriely, docteur en lettres et chargé de cours au Centre d’études théâtrales, et Sébastien Fevry, docteur en sciences de la communication, chargé de cours invité à l’École de communication et professeur à l’Institut des arts de diffusion (IAD).

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=37108