Parution – "Le littéraire en régime journalistique" (Contextes, 11/2012)

Sous la direction de Paul Aron et Vanessa Gemis, « Le littéraire en régime journalistique », Contextes, 11/2012. URL : http://contextes.revues.org/5296.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication du dossier « Le littéraire en régime journalistique », qui fait suite au colloque de mai dernier à l’Université libre de Bruxelles.

Ce dernier est désormais accessible  sur le site de la revue Contextes : http://contextes.revues.org/5296

Tous les articles sont accessibles en intégralité.

Sommaire

Call for papers – Urban Mobility 2012

CALL  FOR  PAPERS

Faculty of Humanities in cooperation with Faculty of Public Health of Airlangga University will hold its 3rd International Conference. The main theme of the 2012 conference is “Urban Mobility: Its Impacts on Socio-Cultural and Health Issues”. The conference seeks to bring analysis in the field of humanities and health sciences to explore and redefine social relationships, religious identities, gender identities, social norms, and health issues in urban societies characterized by rapid pace of  changes.

OBJECTIVES

The general objective of this international conference is to understand moving urban societies from multidisciplinary perspectives. Specifically, the objectives of the conference are:

  • to provide a forum for sharing and learning ideas, developments, and research findings on socio-cultural and health issues in the domain of urban studies.
  • to capture mobile societies more comprehensively. As this will be an interdisciplinary conference, the phenomena of these moving societies will be analyzed from different perspectives, such as from the perspectives of Cultural Studies, Literature, History, Sociology, Law, Psychology, Medicine, Public Health and others.
  • to redefine social relationships, religious identities, gender identities, and social norms of urban societies from multidisciplinary perspectives.
  • to build a collaborative partnership among universities, so that the issues which become the concerns of this conference can be discussed more elaborately.

MAIN AND SUB-THEMES

The main theme of the conference is “Urban Mobility: Its Impacts on Socio-cultural and Health Sciences”. The program committee welcomes original contributions on the following sub-themes:

  • shifting gender and sexual identities
  • urban mobility and language variations
  • language and social changes
  • urban communities and popular cultures
  • health and life styles in urban societies
  • diseases in moving societies
  • eco awareness in urban societies
  • local traditions in urbanized societies
  • literatures, languages, and identities in cyber societies
  • religious practices in urbanized societies
  • urban space and economy

DATE

7-8 December 2012

VENUE

Kantor Manajemen Universitas Airlangga (The Management Building of Universitas Airlangga)

Campus C, Jalan Mulyorejo

Surabaya – INDONESIA

KEYNOTE SPEAKERS

Associate Prof. Catherine Driscoll (The University of Sydney, Australia), Constance Kampf, PhD (Aarhus University, Denmark), Associate Prof. Goh Beng Lan (National University of Singapore), Deny Arnos Kwary, PhD (Universitas Airlangga, Indonesia), Manneke Budiman, PhD (University of Indonesia), Dr. Purnawan Basundoro (Universitas Airlangga, Indonesia), Dr. Rahmat Hargono (Universitas Airlangga), Prof. Wan Zawawi Ibrahim (Universiti Brunei Darussalam)

Deadline for abstract: 20 July 2012

Notification for selected abstracts: 3 August 2012

Deadline for full papers: 5 October 2012

Please send your abstract (no more than 350 words) and a short bio-note to: urbanfib2012@gmail.com

For further information, please visit our website: www.fib.unair.ac.id/urbanmobility2012

Parution – L'expérience esthétique. Une archéologie des arts et de la communication

Stéphane Olivesi, L’expérience esthétiqueUne archéologie des arts et de la communication, 456 p., ISBN 978-2-7453-2311-8.

Lire un polar, regarder un film d’auteur, interpréter une partition, représenter des paysages naturels ou mentaux relèvent de routines dont on ne s’étonne plus guère. Pourtant, cette familiarité avec les œuvres d’art laisse intacte l’énigme répétée que constitue l’expérience esthétique, c’est-à-dire la rencontre entre des producteurs et des consommateurs, des auteurs et des spectateurs, des créateurs et des publics, autour de ces objets singuliers. Des logiques très diverses portent les uns à s’exprimer, àproduire, à créer et les autres à contempler, à lire, à écouter… quand d’autres encore commentent, classent, éditent, produisent, répertorient.

Les analyses proposées sondent l’historicité de ces rapports aux œuvres. Elles déconstruisent les catégories impliquées dans les manières de faire de l’art, de le pratiquer, de l’apprécier et de le juger. Elles explorent les formes de subjectivité qui se cristallisent dans cette expérience. Elles tentent aussi d’expliciter ce qui rend possible une telle communauté d’expérience, parfois résumée à des «langages de l’art». Comprendre comment «ça» communique suppose en effet que soit esquivé le piège de l’abstraction et du formalisme auquel se heurtent les approches inspirées par la linguistique et la phénoménologie,mais il faut aussi que soit déjoué l’écueil du repli positiviste sur la seule explicitation de logiques sociales coupées du vécu propre à cette expérience.

The aesthetic experience, notably the meeting between producers and consumers, authors and spectators, creators and the public in regard to works of art, can be enigmatic. To understand its functioning the following domains need to be examined: linguistic formalism or even phenomenological abstraction. This study also looks at the cultural determination that is at the heart of our relation to art.

Auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages critiques consacrés à la communication, Stéphane Olivesi est Professeur à l’Université Lumière Lyon 2.

(Appel) Fiction policière et série télévisée : Nicolas Le Floch, un "expert" au temps des Lumières (31 octobre 2012)

Fiction policière historique et série télévisée

Nicolas Le Floch, un « expert » au temps des Lumières

Journée d’étude

Université de la Sorbonne Nouvelle, Maison de la recherche

22 mars 2013


Organisée conjointement par le CEISME-CIM (Paris 3), TELEM (Bordeaux 3) et l’Equipe « Culture et communication » du Centre Norbert Elias de l’université d’Avignon (UMR 8562), et avec la participation de l’INA.

Depuis 2008, France 2 propose dans sa case « polar » du vendredi soir, et à raison de deux épisodes par an (huit en tout à ce jour), une série policière historique, mettant en scène les enquêtes d’un commissaire de police, Nicolas Le Floch, au service du lieutenant général de police Sartine pendant le règne de Louis XV. Avec ses amis l’inspecteur Bourdeau, son adjoint, et Sanson le bourreau, également préposé aux dissections (et autopsies !), il mène l’enquête avec sens du devoir, humanité et humour. Affichant assez ouvertement son adhésion aux valeurs des Lumières, il ne cache pas son amour de la vie et cède volontiers aux séductions d’un libertinage bien tempéré. Celui qui est aussi le marquis de Ranreuil est un familier du roi, souvent chargé d’ « affaires extraordinaires » où se mêlent énigme policière, espionnage et diplomatie.

La fiction policière historique est un genre relativement rare sur le petit écran et elle ne s’est que peu aventurée en-deçà du 19 ème siècle. Celle dont il est ici question n’entretient avec la « réalité » du 18ème siècle qu’un rapport de seconde main. En effet, cette fiction filmique résulte de l’adaptation des romans policiers historiques de Jean-François Parot, qui s’efforcent de restituer au plus près la réalité politique, économique et sociale des règnes de Louis XV et de Louis XVI, tout en s’efforçant de procéder à une « restitution vraisemblable » (Jean-François Parot) de la langue de l’époque. Mais seuls les quatre premiers épisodes de la série sont de véritables « adaptations » car aujourd’hui, personnage affranchi de la tutelle de son créateur, Nicolas Le Floch est télévisuellement franchisé. Ce personnage récurrent et ses principaux comparses appartiennent en effet désormais à la société de production Phares et Balises, qui peut leur faire vivre des aventures originales sous la plume du scénariste Hugues Pagan. Et, comme le dit Ariane Gardel, la directrice littéraire (www.nicolaslefloch.fr), à l’issue de toutes ces médiations, nous n’avons pas affaire à « un « documentaire sur le 18ème » ni à une adaptation littéraire mais bien à « une série, en prime time, pour la télévision. »

Notre journée d’étude – sous le regard croisé de dix-huitiémistes, d’historiens des médias, de sémiologues, de sociologues de la réception, de linguistes… – aura pour vocation de mettre en lumière toutes les médiations qui construisent cet objet télévisuel complexe et d’en dessiner l’archéologie génétique ; de souligner les rapports que cette série entretient avec l’Histoire et de s’interroger sur la « vérité de la fiction » (Jean-Pierre Esquenazi, La vérité de la fiction, Hermès-Lavoisier, 2009.) ; de mettre en évidence les ressorts de l’écriture sérielle ainsi que son inscription dans l’histoire du genre policier à la télévision ; de questionner son rapport singulier à la langue ; de s’efforcer enfin de définir le(s) public(s) au(x)quel(s) elle se destine.

Les axes d’étude majeurs de cette journée pourraient être, sans en exclure d’autres :

L’Histoire et la fiction

Quel rapport la fiction historique proposée ici entretient-elle avec la « vérité » historique et les événements historiques dans lesquels elle s’inscrit ? Quel(s) usage(s) fait-elle des personnages historiques (Sartine, par exemple) qu’elle met en scène ? Quelle image de la société du temps, de ses moeurs et usages, nous renvoie la série ? En quoi cette série contribue-t-elle à la « construction d’une culture commune par la fiction » ? (Images du Siècle des Lumières à la télévision. Construction d’une culture commune par la fiction, de boeck-INA, 2010, dir. Bernard Papin).

Les stratégies de l’adaptation et l’intertextualité télévisuelle

Les romans de Jean-François Parot et leur adaptation. La triple médiation Histoire/roman/scénario. Construction du personnage et intertextualité : quels modèles littéraires, cinématographiques et télévisuels pour le commissaire Le Floch (le « Maigret des Lumières » ou déjà un véritable « expert » ?). La « franchisation » progressive du personnage.

Ecriture sérielle, genre et ton

Structure des épisodes. Construction du « personnel » sériel. Musique, costumes et décors : dénotation et connotation.

La fiction policière historique, un « genre intermédiatique » (Fictions patrimoniales sur grand et petit écran, Contours et enjeux d’un genre intermédiatique, PUB, 2009, dir. Pierre Beylot, Raphaëlle Moine) et le mélange des genres : adaptation littéraire, série policière, film historique « en costumes », « fiction patrimoniale », « heritage films », « téléfilms de prestige » …

La diversité des tons au fil des épisodes.

La langue comme mode de contextualisation

La mise en oeuvre de la langue comme mode de contextualisation. Etudes des discours et des interactions. Syntaxe et lexique : héritage, emprunt et/ou empreinte historique, modernisation, rupture ? Citation des dialogues des romans de Jean-François Parot dans la série ? Les personnages parlent –ils « comme » au 18ème siècle – c’est-à-dire comme les personnages des romans du 18ème siècle ? Leur langue est-elle une récriture archaïsante à partir du français d’aujourd’hui ou une actualisation du français du 18ème ?

Programmation et réception

Le canal (public) de diffusion (La série est-elle concevable sur TF1 ? France 2 est-elle la chaîne par excellence de l’Histoire et du patrimoine ?).

Programmations horizontale et verticale : la case horaire du vendredi soir « polar » sur France 2 ; les publics visés ; PDA ; étude de réception (médiatique, publique). Convergence et storytelling transmédiatique.

Les propositions de contributions (3000 signes/500 mots), devront être envoyées aux trois adresses suivantes :

genevieve.landie@laposte.net ; papin.b@orange.fr ; alainsebbah@orange.fr

pour le délai de rigueur du 31 octobre 2012.

Les auteurs des propositions seront informés de la réponse du comité scientifique le 15 décembre 2012.

Comité scientifique : Sabine Chalvon-Demersay, directrice de recherche CNRS ; François Jost, professeur Paris 3 ; Geneviève Landié, MCF université d’Avignon ; Philippe Lavat, docteur, Paris 3 ; Denis Maréchal, INA ; Emmanuelle Meunier, docteur, Paris 8 ; Bernard Papin, MCF Paris 11 ; Alain Sebbah, MCF Bordeaux 3 ; Geneviève Sellier, professeur Bordeaux 3 ; Myriam Tsikounas, professeur Paris 1.

Comité d’organisation : Geneviève Landié, MCF université d’Avignon, Centre Norbert Elias Avignon ; Philippe Lavat, docteur, CEISME-CIM Paris 3 ; Emmanuelle Meunier, docteur, Centre de recherche sur les arts du spectacle en Italie, Paris 8; Isabelle Meunier-Messika, doctorante université de Franche-Comté ; Bernard Papin, MCF Paris 11, CEISME-CIM Paris 3 ; Alain Sebbah, MCF Bordeaux 3, TELEM ; Nicolas Schmidt, ingénieur de recherche à l’IHTP-CNRS

I Congreso Internacional de Literatura Trivial y de Entretenimiento Sevilla (26 a 29 de Junio de 2012)

I Congreso Internacional de Literatura Trivial y de Entretenimiento
Sevilla, 26 a 29 de Junio de 2012

Se invita a investigadores, docentes, escritores y aficionados de la Literatura Trivial y de Entretenimiento a participar en
el encuentro que tendrá lugar en la Facultad de Filología de la Universidad de Sevilla los días 26, 27, 28 y 29 de junio
de 2012. El Congreso pretende animar a reflexionar, desde una perspectiva multidiciplinar (en la que tienen cabida
tanto las distintas filologías, la traducción literaria, la literatura comparada o los estudios sociales, entre otras ramas de
conocimiento) sobre cualquier cuestión relacionada con alguno de estos géneros hasta ahora marginados de la
atención científica.

Programme téléchargeable ici: Programa congreso



Comicalités, nouvelles publications (mai)

Comicalités

Nouvelles publications

En ce mois de mai pluvieux, Comicalités explore les non-dits et les marges de la bande dessinée à travers les travaux de trois chercheurs (résumés plus bas).

– « The construction of national and foreign identities in French and Belgian postwar comics (1939-1970) », de Pascal Lefèvre

– « Le journal humoristique El Papus (1973-1986). Contre-culture et transgression pendant la transition démocratique espagnole », de Marine Lopata

– « Wokker. Notes on a Surrealist comic strip », de Roger Sabin.

Nous rappelons à nos lecteurs que Les Carnets de la bande dessinée sont à leur disposition pour poursuivre les réflexions entamées dans ces articles. Il est également possible d’y retrouver des billets présentant la dernière thématique de Comicalités : « Raconter à l’ère du numérique ».

CFP: Edited Collection: Challenger Unbound (Revaluating Arthur Conan Doyle’s Professor Challenger Narratives)



Edited Collection: Challenger Unbound

(Revaluating Arthur Conan Doyle’s Professor Challenger Narratives)

Habitually characterised as a late-appearing variant upon the Victorian Quest Romance, Arthur Conan Doyle’s « The Lost World » (1912) in fact marked the beginning of the author’s prolonged investigation of science, ideology and belief under the inhibiting constraints of early twentieth-century modernity. The narratives span from 1912 to 1929 and this new collection will be dedicated to re-evaluating the narratives, their author, the wider culture that he inhabited and the legacy of his work for the twentieth and twenty-first centuries. We are interested in work that treats the texts either directly or tangentially through other aspects of Conan Doyle’s life and thought.

The editors would like to solicit abstracts of 200-300 words or completed articles of 6,000-12,000 words. We are interested in covering as many divergent approaches to the narratives as possible but potential topics might include:

• The Twentieth-Century Quest Romance.
• Arthur Conan Doyle: Low Modernist.
• Arthur Conan Doyle’s Contribution to Science-Fiction and/or Speculative Fiction
• Modernity and the State in Early Twentieth-Century Popular Fiction.
• Science and the Popular Press, 1912-1930.
• Science as a Public Discourse, 1912-1930.
• Science as State-Craft, 1912-1930.
• Spiritual vs. Material Science.
• Grief, Trauma, Mourning and Science during and after the Great War.
• Twentieth-Century Medievalism/Primitivism.
• Spiritualism, Science and the Great War.
• The Strand Magazine in the Twentieth-Century.
• The Twentieth-Century Afterlife of “Victorian” Ideology/Thought/Literary Forms.
• Weapons of Mass Destruction, 1912-1930.
• Heroism, Chivalry and Masculinity after the Great War.
• Science, Technology and European Competition, 1912-1930.
• The Twentieth-Century Legacy of Arthur Conan Doyle in Europe.
• Machines, Weapons, Products, Commodities.
• Conan Doyle’s Non-Fiction, 1912-1930.
• The Endurance of Professor Challenger in Critical Theory (Deleuze & Guattari, Jon McKenzie etc…).
• Early Treatments of Capitalist/Communist Confrontations in Popular Fiction.

Abstracts, submissions and questions should be sent to Dr. Jonathan Cranfield (j.cranfield@kent.ac.uk) and Prof. Hélène Machinal (helene.machinal@univ-brest.fr)

Captivity and Culpability: The Disciplining Subject in the Literary and Cultural Imagination

Captivity and Culpability: The Disciplining Subject in the Literary and Cultural Imagination

14 December 2012, 10:00 – 15 December 2012 18:00

Organised by: Human Rights Consortium
Event Type: Conference / Symposium
Venue: The Senate Room (Senate House, First Floor)
Venue Details: South Block of Senate House, Ground Floor

Description

Societies often have ambiguous and even conflicting attitudes towards state institutions that fulfil normalising, reformatory, punitive or disciplinary functions. This unease is frequently represented in an ambivalence or a hostility not only towards those disciplined or incarcerated but also, and perhaps paradoxically, towards the agents of those institutions, e.g. state incarcerators, the police, interrogators, soldiers, counterterrorist agents, or staff in mental hospitals. These figures tend to be conceptualised and represented in simplistic and often reductively negative terms. This demonisation reflects an unease towards institutions that are understood to be at once socially and politically necessary and saturated with threatening potential.

Connected to this is a complex social attitude towards state violence. At the same time as societies sanction it, figures such as executioners, torturers, and concentration camp guards are frequently despised. For this reason, while severe state violence is sometimes deemed to have situational or conditional necessity, expedience, or legitimacy, it often must also seek to conceal or disguise its own extreme nature as violence. Much as those perpetrating acts of state-sanctioned violence are disavowed, the violence itself is also surrounded by an apparent uncomfortable double standard.

This conference aims to interrogate literary, filmic, popular cultural and artistic representations of the agents of those institutions, specifically in terms of guilt and culpability. Why, for example, can we observe a tendency to hold at a cautious distance the disciplining subject whilst accepting (or even celebrating) the institutions they represent as socially and politically necessary? Why, when the actions of such agents become extreme, transgressive or criminal, is there a tendency to pathologise such actions in terms of individual perversity – as the actions of ‘bad apples’ – and thereby transfer culpability from the institution to the individual subject, rather than explaining such actions in systemic, structural or institutional terms?

Please see the Call for Papers

The conference is organised by Alex Adams (Newcastle University) and Cornelia Wächter (University of Paderborn, Bielefeld University) in cooperation with the Institute of English Studies (University of London) and the Human Rights Consortium (University of London). Please email 200-300 word abstracts for 20 minute papers to a.t.adams@newcastle.ac.uk and cornelia.waechter@uni-paderborn.de by Sunday, 19th August 2012.

Réédition: Hans Magnus Enzensberger Culture ou mise en condition ?

Hans Magnus Enzensberger

Culture ou mise en condition ? Essais

Paris : Les Belles Lettres, collection « Le goût des idées », 2012.

EAN 9782251200255.

336p.

15,50EUR

Réédition d’un recueil, devenu un classique, d’études sur les productions de la culture médiatiques et de l’industrie culturelle. On sera en particulier attentif à ses analyses consacrées au format poche.

Présentation de l’éditeur :

Essayiste et poète, H.M. Enzensberger, l’un des jeunes écrivains allemands les mieux doués de l’après-guerre, analyse ici en les démystifiant divers éléments de la vie culturelle de notre temps, muée depuis peu en une véritable « industrie de la culture ». Avec une intelligence et un humour peu communs il démonte les mécanismes d’un grand quotidien bourgeois, ceux du célèbre Spiegel, des actualités filmées, des livres de poche, des organisations touristiques… autant d’outils destinés, consciemment ou non, à façonner les esprits, à les pré-fabriquer ou à les abrutir.
Quelques études littéraires pénétrantes (sur Böll, Grass, Johnson et divers poètes) complètent ce recueil, ainsi qu’un essai sur l’ « avant-garde » politique et littéraire, aussi méchant que sain et lucide.
Mais H.M. Enzensberger ne se contente pas de dénoncer les maladies culturelles de notre temps, il propose des solutions, il éclaire déjà les voies possibles de l’avenir.