Appel à contributions : Essachess – Journal for Communication Studies, « Communication et mémoire/Communication de la mémoire »

Appel à contributions : Communication et mémoire / Communication de la mémoire, Essachess – Journal for communication Studies, 5, n°2(10), 2012.

Call for Papers : Communication and/of memory, Essachess – Journal for communication Studies, 5, n°2(10), 2012.

Coordination du dossier / Coordinators : Yves CHEVALIER (University of Bretagne Sud, France) and Lucian-Zeev HERSCOVICI (National Library of Israel, Hebrew University of Jerusalem, Israel)

***

English below

« Communication et mémoire / Communication de la mémoire » s’avère un thème complexe et sensible, mais à la fois émergeant et porteur dans la recherche contemporaine en communication. Au fil des ans la recherche impliquant la communication et la mémoire / la communication de la mémoire s’est concentrée sur l’examen des divers aspects interconnectés de la médiation de la mémoire à travers une variété d’approches académiques. À partir de ces approches et du « patrimoine des recherches en cours » lié à la communication et à la mémoire, ce dossier de la revue ESSACHESS – Journal for Communication Studies vise à offrir une perspective interdisciplinaire et internationale sur la façon de lier la communication à la mémoire à travers les thématiques suivantes:

  • la mémoire en tant que catégorie de base dans la recherche en sciences sociales ;
  • les tendances de la recherche actuelle sur la mémoire collective ou sociale ;
  • la mémoire communicative en tant que mémoire générationnelle ;
  • le rôle des médias dans la mémoire culturelle ;
  • discours et  mémoire ;
  • la numérisation de la mémoire ;
  • les métaphores de la mémoire ;
  • les machines de la mémoire dans la société technologisée ;
  • l’impact de la numérisation et des médias sociaux sur la mémoire ;
  • les mémoires culturelles du communisme et de l’Holocauste à travers l’analyse des documents, des musées, des films, des archives, des témoignages oraux, des documentaires, etc. ;
  • la communication de la mémoire: documentation numérique ;
  • la communication de la mémoire: préservation du patrimoine culturel.

Pour ce numéro de la revue ESSACHESS nous attendons des contributions qui peuvent prendre la forme :

  • d’études théoriques ou de textes apportant de nouvelles orientations pour le débat dans la littérature spécialisée ;
  • de recherches empiriques et d’études de cas.

Dates importantes :

  • 15 avril 2012 : envoi de la proposition d’article sous forme d’un résumé d’environ 2500 – 3500 signes espaces compris ;
  • 15 mai 2012 : notification des résultats ;
  • 15 septembre 2012 : soumission intégrale de l’article;
  • 15 novembre 2012 : acceptation définitive de l’article.

Les articles devront comprendre entre 20 000 et 25 000 signes espaces compris. Ils peuvent être soumis en français ou en anglais et doivent être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail de tous les auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à :

essachess@gmail.com

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail. La revue sera publiée en décembre 2012.

***

Communication and/of memory are explosive, complex and challenging topics in the contemporary research in communication and memory studies. Over the years, research involving communication and/of memory has concentrated on the examination of a variety of interconnected aspects of the mediation of memory through different academic approaches.

Starting of these approaches and the current research heritage related to the communication and/of memory this thematical issue seeks to offer an interdisciplinary and international perspective on how to connect communication and memory through the following topics:

  • memory as a basic category for social science research;
  • collective or social memory trends;
  • communicative memory as generational memory;
  • the role of media for cultural memory;
  • narrative and memory;
  • digitization of memory;
  • metaphors for memory;
  • memory devices in the technologized society;
  • the impact of digitization and social media on memory;
  • cultural memories of communism and Holocaust through analyzing documents, museums, films, archives, oral testimonies, documentaries, etc.;
  • communication of memory: digital documentation research;
  • communication of memory : preservation of cultural heritage.

All scholars and researchers with an interest in these subjects are invited to submit papers. Their contributions can be in the form of:

  • theoretical studies or articles adding new insights to the debate in the literature;
  • original empirical research including case studies.

Important Deadlines

  • April 15, 2012: submission of the proposition of article in the form of a summary of 400-500 words;
  • May 15, 2012: acceptance of the proposal;
  • September 15, 2012: full paper submission;
  • November 15, 2012: full paper acceptance.

Papers should be between 6,000-10,000 words in length. Papers can be submitted in English or French. The abstracts should be in English and French, max. 200-250 words followed by 5 keywords. Please provide the full names, affiliations, and e-mail addresses of all authors, indicating the contact author. Papers, and any queries, should be sent to:

essachess@gmail.com

Authors of the accepted papers will be notified by e-mail. The journal will be published in December 2012.

Parution: Daniel Compère, Les romans populaires

Daniel Compère

Les Romans Populaires

Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, « Les Fondamentaux de la Sorbonne Nouvelle », 2012

Présentation de l’éditeur

Au début du XIXe siècle, un phénomène de grande ampleur donne naissance à une littérature qui s’adapte à la démocratisation de la lecture et au développement de nouvelles formes de publication : les romans populaires. De grands romanciers connaissent alors une véritable consécration : Eugène Sue, Alexandre Dumas, Pierre-Alexis Ponson du Terrail, Emile Gaboriau, Jules Verne, suivis au XXe siècle par Maurice Leblanc, Gaston Leroux, Georges Simenon, Léo Malet et Frédéric Dard. Mais bien souvent leur succès s’accompagne de l’absence de reconnaissance des instances littéraires que sont la critique, les académies ou l’enseignement.
Cet ouvrage s’intéresse à ce domaine littéraire en mal de reconnaissance et en propose un panorama historique qui retrace leur évolution du XIXe au XXe siècle. Au cours de cette évolution, les romans populaires présentent des traits permanents qui permettent de les caractériser, mais posent aussi la question de la méthode pour les aborder. Faisant le point sur les travaux critiques qui leur sont consacrés, cet ouvrage propose de découvrir un domaine de la littérature rarement abordé et d’éclairer sur les plaisirs que peuvent apporter ces romans, leur lecture ou leur étude.

Sommaire

Introduction

I. Un domaine aux frontières incertaines
1. Une définition
2. De multiples appellations
3. Des frontières à dessiner
4. Le statut du romancier

II. Historique des romans populaires
1. La naissance des romans populaires
2. De nouveaux supports de publication
3. Les années 1860
4. Le dernier quart du XIXe siècle
5. Le début du XXe siècle
6. Des genres s’affirment
7. Le mondialisme
8. Et aujourd’hui ?

III. Evolutions et constantes
1. Des pratiques littéraires spécifiques ?
2. Des difficultés pour l’étude
3. Une méthode particulière ?

IV. Les genres principaux
1. Aventures en tous genres
2. Enigmes de toutes les couleurs
3. Des fantastiques de toutes formes
4. L’amour sous toutes les coutures

V. Les romans populaires et les instances littéraires
1. Les intermédiaires
2. Les instances de légitimation
3. Des signes extérieurs de reconnaissance

Conclusion

Bibliographie

Index des noms cités

Édition Première édition
Langue français
Éditeur Presses Sorbonne Nouvelle
ISBN-10 2-87854-561-3
ISBN-13 978-2-87854-561-6
Année de publication février 2012
Prix recommandé 10,00 €

Appel: Plaisir et numérique Approches critiques des enjeux dans la création, les usages et les pratiques (5 mars 2012)

APPEL À COMMUNICATIONS

Plaisir et numérique

Approches critiques des enjeux dans la création, les usages et les pratiques

Pour sa huitième édition, le Colloque Ludovia, lieu d’échanges et de réflexions, poursuit son exploration des problématiques posées par le multimédia dans les pratiques éducatives et/ou ludiques. Que ce soit en production ou en réception, les réalisations sont des creusets de synergies convoquant des approches pluridisciplinaires (arts, informatique, sciences de l’éducation, sciences cognitives, sciences de l’information et de la communication, etc).
Après les problématiques de l’immersion (2006), de la convivialité (2007), du « faire soi-même » (2008), « espace(s) et mémoire(s) » (2009), « interactivité / interactions » (2010), de la mobilité (2011), nous proposons pour l’édition 2012 le thème :

Plaisir et numérique

Approches critiques des enjeux dans la création, les usages et les pratiques.

Si la question du plaisir semble attachée d’abord à la sexualité et aux disciplines liées à la psychanalyse (Freud), elle a aussi été abordée d’un point de vue philosophique par Husserl, pour qui le plaisir est une attitude, le sentiment pour un sujet d’être présent à l’objet, de l’apprécier, d’y attacher de la valeur.
La diffusion d’objets numériques, qui peuvent paraître « intelligents », questionne le plaisir dans le cadre d’une société de consommation à consonance hédoniste. Dans cette perspective la thématique du plaisir est peu abordée sur le plan scientifique comme nombre d’enjeux émotionnels à priori non quantifiables. En outre, le plaisir peut sembler futile puisque qu’il est traditionnellement associé au loisir, à l’oisiveté, et de fait opposé au travail. Pourtant, il pourrait être au coeur de notre relation aux objets numériques ; il fait partie des enjeux que Ludovia ne saurait ignorer.
Avec la diffusion des premières applications interactives à destination d’un large public dans les années 1980 a été mise en avant la notion de convivialité (Ludovia 2007), rassemblant dans ce concept la facilité d’appropriation et l’aspect affectif qui peut créer des formes d’attachement et un sentiment d’intimité dans la relation. Il s’agit alors d’imaginer des interfaces favorisant une relation de plaisir entre l’objet et l’usager.
D’un autre côté, les jeux vidéo, activités libres, à priori sans finalités, valorisent le pur divertissement et élèvent le plaisir au coeur de leur principe de fonctionnement. D’ailleurs, sans cette relation de plaisir ils n’existeraient pas. Les pratiques ludiques furent longtemps méprisées et considérées comme relevant d’une activité adolescente compulsive, voire dangereuse et addictive. Elles sont aujourd’hui observées avec attention en éducation, formation et marketing avec l’émergence des jeux dits « sérieux ». Réseau scientifique pluridisciplinaire dans le domaine des technologies, applications et pratiques liées au numérique. http://culture.numerique.free.fr/
La progression des équipements mobiles, des environnements pervasifs et de l’Internet des objets questionne la qualité relationnelle aux objets et aux textes, aux « contenus ». Elle concerne le cadre étroit de l’usage d’ordinateurs ou de consoles mais gagne aussi tous les domaines du quotidien. La recherche d’immersion dans les nouveaux environnements numériques peut-elle se passer des modalités susceptibles d’apporter du plaisir ? Le plaisir n’est-il pas la source première de motivation ? Une clarification des niveaux de plaisir (plaisir dans l’interaction entre l’objet et l’usager, plaisir dans l’interaction entre l’objet et le contenu, etc) est nécessaire pour comprendre le lien entre eux parfois complémentaire, parfois contradictoire.
Les nouveaux contextes organisationnels au sein desquels l’outil numérique s’impose tendent à abolir les coupures spatio-temporelles entre travail et temps libre. Les relations électroniques tendent à se substituer aux relations physiques. Dans le cadre de ces bouleversements, où se situent les dispositifs numériques, entre l’engendrement de nouvelles sources de plaisir et la génération de nouvelles nuisances psycho-sociales ?
Ludovia souhaite mobiliser les chercheurs dans une perspective pluridisciplinaire sur des problématiques de conception et d’usages de dispositifs et applications numériques, dont particulièrement :
L’usage et la conception en général des interfaces : comment la relation à la machine peut-elle être source de plaisir ? Comment les modalités sensibles et cognitives sont-elles convoquées pour nourrir la dimension du plaisir lors de l’interaction homme/machine ? Quelle est l’importance de la dimension plaisir dans cette relation ? Ne peut-elle pas faire obstacle à des finalités plus « utiles »?
Le jeu : comment caractériser le plaisir ludique ? Comment le mettre en oeuvre dans la conception de jeux ? Quelles en sont les composantes ?
L’éducation : comment concilier plaisir et apprentissage ? Comment le plaisir de l’interactivité, de l’hypermédia peut-il être (in)efficace dans l’apprentissage ? Le plaisir peut il être un indicateur de l’efficience d’une activité de production, de conception, de communication de la part de l’élève, de l’enseignant ? Comment l’évaluer ?
Les jeux dits « sérieux » : comment concilier finalités communicationnelles, didactiques, informationnelles, et plaisir ludique ? Les objectifs des jeux sérieux sont-ils intrinsèquement liés à la notion de plaisir ?
Les réseaux sociaux : quels y sont les ressorts et modalités du plaisir ? plaisir de l’affirmation de soi ? plaisir relationnel ?
Les nouvelles applications pour terminaux mobiles mobilisant des interfaces gestuelles, la connexion permanente et la géolocalisation : quelles sont les nouvelles modalités dans la relation valorisant le plaisir ? Comment décliner le plaisir relationnel dans les applications « transmédia » (usages sur ordinateurs domestiques, ordiphones et terminaux dédiés) ?
Le marketing : comment la mise en avant du plaisir favorise t-elle la diffusion des nouveaux objets numériques ? Peut-on mesurer le plaisir ? Quel est par ailleurs, dans le cadre d’un marketing des produits de la communication et de l’information, le gradient à affecter au plaisir de consommer pour créer ou de créer en consommant (consocréation) ?
L’art numérique : comment les artistes anticipent-ils sur les nouvelles relations homme-machine ? Quelle est la part du plaisir dans les propositions artistiques ?
Ces pistes ne sont pas limitatives et toutes les ouvertures permettant d’éclairer notre problématique dans l’esprit pluridisciplinaire qui est le nôtre seront les bienvenues.

LUDOVIA 2012 – ORGANISATION SCIENTIFIQUE

Modalités de soumission
Les propositions doivent être transmises par courrier électronique avant le lundi 5 mars 2012 à :
ludovia2012@free.fr
La réception de chaque proposition donnera lieu à un accusé de réception par mail
La proposition livrée en fichier attaché (titré au nom de l’auteur et Ludovia2012) au format rtf, doc ou odt, sera composée de 3 parties :
– un résumé de la communication de 4000 signes maximum, espaces non compris,
– une courte biographie du(des) auteur(s), incluant titres scientifiques et principales publications récentes, une page maximum,
– une note de positionnement scientifique indiquant la section scientifique de rattachement, la méthode appliquée, le terrain d’expérimentation et les références.
Organisation de la sélection
La lecture des propositions et des articles complets se fera en double aveugle (deux lecteurs, ne disposant que du texte de la communication, sans les mentions liées à son auteur), l’un des lecteurs étant issu du champ de recherche correspondant à l’article, l’autre extérieur.
Chaque auteur recevra un avis circonstancié qui indiquera l’acceptation (conditionnée ou non), ou le refus de l’article et en donnera les critères. Les articles acceptés sous condition devront être modifiés en fonction des remarques des lecteurs.

Modalités techniques
L’article définitif devra respecter les conventions typographiques et de mise en page qui seront envoyées dans une feuille de style type.
La taille de l’article sera comprise entre 25000 et 30000 signes espaces compris.
Il sera envoyé par voie électronique sous la forme d’un fichier au format .doc, .rtf ou .odt, contenant le titre, le résumé, le texte et, le cas échéant, ses illustrations, numérotées de façon incrémentielle (figure 1, figure 2, etc).

Publication

  • Les résumés des articles acceptés, notes biographique et de positionnement scientifique seront édités dans un document papier distribué aux auteurs lors du Colloque. Les auteurs seront conviés à venir présenter leurs travaux à Ax les Thermes dans le cadre d’une communication orale de 20 minutes.
  • La articles seront publiés par voie électronique après le Colloque dans l’espace de publication du site web de Culture numérique, espace destiné à devenir une base de connaissance de référence dans le domaine de la création et des usages des dispositifs numériques.
  • Une publication scientifique ultérieure composée des meilleures contributions du Colloque dans une revue scientifique sera envisagée.

Calendrier (dates importantes)

  • Date limite de soumission : lundi 5 mars 2012.
  • Notification d’acceptation des propositions : mercredi 25 avril 2012.
  • Remise des textes complets (30 000 signes maximum, espaces compris): mercredi 30 mai 2012.
  • Colloque : du lundi 27 au jeudi 30 août 2012.

En savoir plus
Pour de plus amples renseignements sur l’appel à communications, vous pouvez nous contacter par l’adresse de réception des communications :
ludovia2012@free.fr
Coordinateur de l’organisation scientifique : Michel Lavigne (Mcf Universités Toulouse 2 & 3).
Présidents du Colloque Scientifique Ludovia 2012 : Jean-Pierre Jessel (Pr Université Toulouse 3) & Patrick Mpondo-Dicka (Mcf Université Toulouse 2).
Les informations ultérieures concernant le Colloque, seront diffusées :
– pour les aspects scientifiques sur le site : http://culture.numerique.free.fr/
– et pour les aspects matériels (inscriptions, hébergement…) sur le site : www.ludovia.org/

CFP: Media Across Borders The 1st International Conference on the Localisation of Film, Television and Video Games (2 avril 2012)

Media Across Borders

The 1st International Conference on the Localisation of Film, Television and Video Games

Saturday 9th June, 2012 at the University of Roehampton, London

Launch event of the Media Across Borders network, funded by the Arts & Humanities Research Council (AHRC) as part of the Translating Cultures programme.

What happened when the UK TV series The Office was reworked for French audiences as Le Bureau? Or when Vishal Bhardwaj adapted Othello in the Bollywood musical Omkara? Or when the Tomb Raider video game had to be altered for the Japanese market? The practice of adapting media content across borders is spreading. Opportunities offered by digital technologies have accelerated creative borrowing and have firmly established content franchising.

This international conference seeks to interrogate the myriad ways in which media content is translated and adapted across cultural borders. Bringing together academic scholars and industry professionals, the conference will discuss processes of media localisation and contemplate the broader significance of cultural translation within the creative industries.

We will consider all proposals relevant to this theme, although we particularly welcome those that engage with the following topics:

– Cross-cultural remakes and adaptations
– TV Formats
– Video game localisation
– Media content franchising
– Transmedia storytelling
– Localisation through para-texts
– Fan appropriation across borders
– Cultural translation
– The universal and the particular

Please submit an abstract of 300 words along with a short biographical note to:

mab@roehampton.ac.uk

Deadline for abstracts is 2nd April 2012

Lancement de Res Futurae – le carnet.

Res Futurae – le carnet

http://resf.hypotheses.org/

Res Futurae est un projet rassemblant des universitaires dont les sujets de recherche concernent la science-fiction. Il envisage la création d’une revue arbitrée en ligne, Res Futurae – Revue d’Etudes sur la Science-Fiction (ReSF), partenaire de la revue de référence Science Fiction Studies.

Le carnet de recherches se propose d’accompagner la revue, des premières étapes de sa mise au point à son lancement puis à sa vie éditoriale de croisière: il diffusera les premières annonces et appels à contribution avant le lancement effectif du site de la revue, puis les annonces diverses qui ne pourraient pas y trouver leur place en raison de leur calendrier ou de leur nature, favorisera la structuration d’une communauté scientifique sur le sujet, encouragera les échanges et signalements de parutions ou de ressources… Il sera alimenté par les comités de rédaction et de lecture de ReSF, mais aussi par toute personne intéressée, qu’elle appartienne au monde universitaire ou non.

CFP – Dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics

Équipe d’accueil 3476 – communication, langue, art, culture

AJC CREM
Association des Jeunes Chercheurs du Centre de Recherche sur les Médiations

3ème colloque international de l’AJC CREM

Appel à contribution

Dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics

(Metz, 24 et 25 mai 2012)

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2012

Langues de travail : français et anglais

Dans la continuité du précédent colloque sur « Les dispositifs de médiation : théories, méthodes et enjeux » (Aghababaie, Bonjour, Clerc, Rauscher, 2010), organisé les 19 et 20 novembre 2009, l’association des jeunes chercheurs du Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA 3476) organise son 3ème colloque international les 24 et 25 mai 2012 à l’université de Lorraine autour de la thématique : « Dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics ».

Des chercheurs (doctorants, docteurs et post-doctorants) de toutes origines et de toutes disciplines sont invités à venir proposer leurs réflexions, aussi bien théoriques, épistémologiques, que méthodologiques, et à débattre autour de ce sujet.

Lire l’appel complet (en français et en anglais)

Pop en stock (revue en ligne)

Nouvelle revue numérique entièrement dévolue à l´observation en temps réel de la culture populaire contemporaine dans une perspective académique:

http://popenstock.ca/

Les collaborations sont encouragées, soit sous forme d´articles soumis à des dossiers déjà établis (ceux-ci restent perpétuellement ouverts à des nouveaux ajouts, contrairement aux numéros clos des revues traditionnelles), soit par la création de nouveaux dossiers (chaque responsable de dossier établit l´appel à contribution et assume le suivi des réceptions d´articles; dès qu´on a un nombre minimum de 3 articles on met le dossier en ligne) ou l´apport de nouveaux articles sans dossier préalable, soit tout simplement par la diffusion de cette  bonne nouvelle.

Contact:

Antonio Dominguez Leiva

CFP: Fan Phenomena: Batman

Call for Contributors

Fan Phenomena: Batman

On the eve of Christopher Nolan’s trilogy-closer The Dark Knight Rises, Intellect is seeking contributors for Fan Phenomena: Batman. This new series, Fan Phenomena, is prompted by a growing appetite for books that tap into the fascination we have with what constitutes an iconic or cultish phenomenon and how a particular person, TV show or film character/film infiltrates their way into the public consciousness. The series will look at particular examples of ‘fan culture’ and approach the subject in an accessible manner aimed at both fans and those interested in the cultural and social aspects of these fascinating – and often unusual – ‘universes’.

Papers are invited that discuss any aspect of Batman and Fandom, including, but not limited to, the following:

FAN MEDIA
From widely distributed fan films such as Batman: Dead End to slash fiction that imagines Batman and Robin as more than just crime-fighting colleagues, fan responses to Batman frequently broaden the scope of the source material. Topics might include: fan art and fiction, fan films, mashups, machinima as well as issues surrounding authorship and copyright.

ADAPTATIONS and INFLUENCE
Although Batman may have his origin in comics, the Dark Knight has cast his shadow over a number of media and entertainments. Batman fans also migrate between media, often bringing their expectations and habits with them. Papers are invited which consider the interaction between Batman, adaptations and fans. Topics might include: Online fandom, Fan criticism of adaptations, viral marketing such as The Dark Knight, Comic-Conventions, Transmedia Storytelling and Convergence Culture.

FASHION
From Bat-Symbol emblazoned T-shirts to full on cosplay, Batman’s ionic status has inspired many fashion choices. Papers are invited which consider this relationship. Topics might include: Merchandise, Escapism, Fashion Trends and Cultural Impact of Style.

REPRESENTATIONS OF FANS
Papers are invited which discuss representations of “fans” in Batman texts such as the “Beware the Gray Ghost” episode of Batman: The Animated Series in which Bruce Wayne meets his childhood icon, or The Dark Knight in which Batman inspires like-minded vigilantes.

ECONOMICS AND POPULARITY
Despite occasional dips in popularity, Batman has been an important force in popular culture for over seventy years. Papers are invited which consider the role fans have played in sustaining the hero’s recognition.

Please submit abstracts of no more than 300 words, an academic bio and contact details (either in the body of a mail or as a single attachment) to Liam Burke at liam.burke@nuigalway.ie by 12 March 2012. Final papers will be 3,000 – 3,500 words and will be need to be submitted no later than 31 May 2012.

Appel à contributions : Le pouvoir des fictions audiovisuelles

Appel à contributions pour la revue Communication

« LE POUVOIR DES FICTIONS AUDIOVISUELLES »

Dossier thématique coordonné par

Céline Bryon-Portet

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches

Ce numéro de la revue Communication se propose d’étudier le pouvoir d’influence des fictions cinématographiques et télévisées, tant au plan individuel qu’au niveau sociétal.

Longtemps ravalées au rang de simples productions divertissantes, avec tout ce que cette catégorisation comporte de péjoratif depuis que la philosophie pascalienne a vu dans le divertissement une activité futile et dérisoire entre toutes, les fictions audiovisuelles sont pourtant bien plus que des histoires imaginaires frappées d’irréalité. Les chercheurs leur reconnaissent aujourd’hui la capacité de modifier les représentations mentales des spectateurs, voire même de changer leur comportement.

Au niveau individuel, les études pionnières de Henry Jenkins[1] sur les fans des séries télévisées, notamment, montrent que la notion de participation est primordiale lorsque l’on veut étudier le phénomène de la culture fan. Les travaux de Dominique Pasquier[2], en France, sur la série Hélène et les garçons, soulignent les processus d’identification des téléspectateurs à des personnages qu’ils considèrent comme des modèles à imiter, et la fonction d’apprentissage de la vie amoureuse que ces fictions télévisées remplissent auprès des jeunes publics, grâce à leur réalisme émotionnel. Ce processus d’identification, lorsqu’il se trouve exacerbé et décliné sur un « mode mimétique élevé »[3], peut amener certains fans de super-héros à se comporter comme leur idole fictive, comme c’est le cas aux Etats-Unis (notamment dans la ville de Cincinnati), où des vengeurs masqués qui se font appeler Batman, Superman ou Wonder Woman, concurrencent la police en tentant d’arrêter des criminels.

L’on peut donc aller jusqu’à se demander si certaines fictions audiovisuelles ne jouent pas un rôle assez similaire à celui que joue le mythe dans les sociétés traditionnelles, lequel représente un « exemple concret de la conduite à tenir »[4] et est « vivant, en ce sens qu’il fournit des modèles pour la conduite humaine et confère par là même signification et valeur à l’existence »[5].

Au niveau sociétal, les fictions audiovisuelles participent également de la construction sociale de la réalité, grâce à l’univers diégétique qu’elles élaborent. Les travaux menés par Sabine Chalvon-Demersay[6] et Guillaume Le Saulnier[7], par exemple, ont montré que les héros fictifs des séries policières possèdent une véritable influence sur l’image que l’opinion publique possède du métier de « flic ». Les nombreuses séries qui mettent en scène, depuis une dizaine d’années, le métier d’urgentiste ou de médecin (Urgences, Grey’s anatomy, Dr House…), sont également aptes à transformer les représentations existantes, voire à créer des vocations. D’autres études ont souligné la capacité d’une série comme Plus belle la vie à faire passer des messages idéologiques et politiques auprès des téléspectateurs, sur des thèmes tels que le don d’organes, l’homosexualité et la diversité socioculturelle[8], ou encore à valoriser l’image d’un territoire, en l’occurrence l’image de la ville de Marseille[9]. De la même manière, des films comme Le Bonheur est dans le pré et Bienvenue chez les ch’tis ont contribué à véhiculer une image positive du Gers et de la région Nord-Pas-de-Calais, en construisant puis diffusant une véritable identité socioculturelle autour de la convivialité et du bien-vivre, ainsi qu’en ont témoigné la presse locale ainsi que différentes enquêtes[10]. Enfin, des chercheurs se sont demandés si la présence d’un Président des Etats-Unis noir dans la série 24h00 chrono (le Président David Palmer), n’avait pas aidé les américains à se familiariser à cette idée, à faire tomber certains préjugés racistes et par conséquent à faciliter l’arrivée au pouvoir de Barack Obama, tandis que certains journalistes, à l’instar de Brian Stelter du New York Times, préfèrent considérer la série pionnière The West Wing (diffusée en 1999 et 2006 sur NBC), comme la fiction qui joua le rôle de déclencheur, à travers le Président hispanique Matthew Santos[11].

Cette (re-)construction de la réalité paraît en outre favorisée par la confusion croissante qui existe aujourd’hui entre la fiction et la réalité, à travers la création de genres hybrides, empruntant tout à la fois à la fiction et au documentaire, mélangeant « mode fictif » et « mode authentifiant »[12], au point d’aboutir à des productions « transgénériques »[13]. Le développement du storytelling participe également d’un brouillage des frontières et d’une transformation représentationnelle[14]. Cette influence des fictions est telle que d’aucuns dénoncent leur pouvoir potentiellement manipulatoire. Les uns pointent leur aptitude à modifier la réalité, tandis que les autres les accusent d’être des instruments de propagande qui naturalisent des rapports de domination existants[15]. Enfin, il convient aussi de prendre en compte les bouleversements qu’entraînent dans ce domaine les dernières innovations techniques, et plus précisément la convergence des écrans (par exemple, l’arrivée de iTV chez Apple), ou encore l’interconnectivité des écrans avec le réseautage (par exemple, le phénomène grandissant du visionnement sur demande et du « média social » qui permet aux téléspectateurs-internautes de réagir en direct aux diffusions d’émission-événement), susceptibles d’avoir un impact non seulement sur la production des fictions, mais aussi sur leurs effets.

Les contributions attendues pour ce dossier thématique s’interrogeront donc sur ce pouvoir d’influence des fictions audiovisuelles. Elles prendront la forme d’essais théoriques ou d’études de cas, et pourront explorer, par exemple, les questions et problématiques suivantes :

  • Y-a-t-il une spécificité des fictions audiovisuelles ? Les séries télévisées, notamment,  possèdent-elle un pouvoir d’influence supérieur aux autres fictions (littéraires, par exemple), par le climat d’intimité et la complicité[16] qu’elles forgent autour du téléspectateur, voire la confusion qui peut s’établir entre un personnage fictif et le comédien qui l’incarne, au point de conférer une existence quasi réelle au premier[17] ?
  • Ce pouvoir d’influence est-il en train de croître avec le développement de « docu-fictions », ou encore de séries télévisées qui se présentent comme de véritables critiques sociales[18], à l’instar de Hill Street Blues, Law & Oder, Nip Tuck, Les Sopranos et Desperate housewises, qui dénoncent implicitement les travers d’une société en crise ?
  • Quel est le rôle joué par « l’effet de réel » sur ce pouvoir des fictions ? Et sur quels principes narratifs et techniques repose cet effet de réel[19] ?
  • Comment se réalisent les processus d’identification des cinéphiles et des téléspectateurs à leurs personnages de fiction favoris ?
  • Comment s’effectue la modification des représentations mentales, chez les cinéphiles et les téléspectateurs ? Et comment s’opère le passage de la modification des représentations mentales à la modification comportementale ?
  • Quelles représentations socioculturelles les séries télévisées contemporaines sont-elles en train de modifier ?
  • Ne peut-on pas craindre que cette reconstruction de la réalité soit sujette à des manipulations volontaires ? Peut-on aller jusqu’à parler de propagande, pour certaines fictions audiovisuelles ?
  • Quel est le pouvoir de résistance du spectateur face à une instrumentalisation possible des ressorts idéologiques des fictions audiovisuelles ?
  • Quelles sont les limites de ce pouvoir d’influence des fictions ? Comment les fans s’approprient-ils à leur tour leurs productions télévisuelles préférées par le biais de contributions amateurs sur le Web, de la simple discussion entre fans sur des blogues et forums (pouvant influencer éventuellement les scénaristes) aux détournements, mash-up et autres « mèmes » réalisés à partir des œuvres, sans oublier des créations originales qui court-circuitent les réseaux de production et de diffusion traditionnels des industries culturelles ?
  • Certaines fictions télévisuelles peuvent-elles devenir des mythes, et endosser des fonctions similaires aux anciens récits mythiques ?
  • Comment le storytelling, qui procède à une mise en récit de plus en plus utilisée comme outil à des fins politiques et de marketing, peut-il s’apparenter à un processus de mythification et actualise-t-il la question des frontières/recouvrements entre récit et fiction?

Calendrier :

  • 20 mars 2012 : date limite d’envoi des propositions d’articles sous la forme d’un résumé de 3500 signes environ (espaces compris), à Céline Bryon-Portet. Courriel : celine.bryonportet@ensiacet.fr
  • 5 avril 2012 : notification aux auteurs de la décision du comité de coordination.
  • 15 septembre 2012 : date limite d’envoi des articles (entre 40 000 et 60 000 signes, espaces non compris) au comité de coordination qui les transmettra à la revue Communication pour évaluation. La direction de la revue accusera réception et avisera les auteurs de la constitution des comités de lecture.

Procédure et consignes :

Chaque proposition d’article sera évaluée à l’aveugle par un comité de lecture composé de lecteurs experts

Les auteurs devront se conformer aux normes éditoriales en vigueur au sein de la revue Communication. Le guide de consigne aux auteurs est téléchargeable à partir du lien suivant :

http://communication.revues.org/index2590.html

Notes

[1] Henry Jenkins, Textual poachers : Television fan and participatory culture, Routledge, 1992.

[2] Dominique Pasquier, « Identification au héros et communautés de téléspectateurs : la réception d’ »Hélène et les garçons » », Hermès, n° 22, 1998, p.101-109.

Dominique Pasquier, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

[3] A partir de la classification des fictions de Northop Frye, François Jost définit ce mode mimétique comme celui qui met en scène « des héros supérieurs en degré aux autres hommes », par opposition au mode mimétique bas qui propose des « personnages qui sont à la fois égaux à leur environnement et à l’être humain ».

François Jost, « Séries policières et stratégies de programmation », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.65.

[4] Roger Caillois, Le Mythe et l’homme, Paris, Gallimard, Folio essais, 1987, p.154.

[5] Mircea Eliade, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, Folio essais, 1993, p.12.

[6] Sabine Chalvon-Demersay, « Fiction policière et identité sociale virtuelle », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.305-326.

[7] Guillaume Le Saulnier, « Les Policiers réels devant leurs homologues fictifs : fiction impossible ? Pour une sociologie de la réception dans la sphère professionnelle », Réseaux, vol. 29, n° 165, 2011, p.109-135.

[8] Céline Bryon-Portet, « Les productions télévisées, genre oublié dans la construction de l’image d’un territoire ? L’exemple de co-construction de l’image socioculturelle de la ville de Marseille par la série Plus belle la vie », Études de communication, n° 37, 2011.

[9] Céline Bryon-Portet, « La dimension politique de la série Plus belle la vie : mixophilie, problématiques citoyennes et débats socioculturels dans une production télévisuelle de service public », Mots. Les Langages du politique, n°97 (parution en juillet 2012).

[10] Daniel Bley et Laurence Licht, Les perceptions de la qualité de vie dans un département rural français (Gers), in S. Fleuret (dir.), Espaces, Qualité de vie et Bien-être, Angers, Presses Universitaires d’Angers, 2006, p.257-263.

« L’Aubaine « bienvenue chez les ch’tis ». Mesure de l’impact du film sur les demandes d’information touristique en région Nord – Pas de Calais », Les études de l’Observatoire, Comité Régional de Tourisme Nord – Pas de Calais, mars-octobre 2008.

Laurent Decotte, « Les touristes comprennent notre fierté d’être ch’tis », La Voix du Nord, 30 mars 2011.

[11] Brian Stelter, « Following the Script: Obama, McCain and ‘The West Wing’ », 29 octobre 2008.

http://www.nytimes.com/2008/10/30/arts/television/30wing.html?scp=1&sq=west%20wing&st=cse

[12] Stéphanie Pontarolo, « Documentarisation des séries policières ? L’exemple de la télévision française », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.151-169.

[13] François Jost relève cette tendance des séries actuelles à créer des « no genre’s land, où une image pourrait appartenir aussi bien à un reportage qu’à une série ». François Jost, « Séries policières et stratégies de programmation », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.71.

[14] Christian Salmon, Storytelling. La Machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, 2007.

[15] Jean-Pierre Piemme, La Propagande inavouée. Approche critique du feuilleton télévisé, Paris, 10-18, 1975.

[16] Jean-Pierre Esquenazi, Mythologie des séries télé, Paris, La Cavalier bleu, 2009, p.86.

[17] Sabine Chalvon-Demersay, « Enquête sur l’étrange nature du héros de série télévisée », Réseaux, vol. 29, n°165, p.183-214.

[18] Jean-Pierre Esquenazi, Mythologie des séries télé, Paris, La Cavalier bleu, 2009, p.86-89.

[19] Muriel Mille, Rendre l’incroyable quotidien. Fabrication de la vraisemblance dans Plus Belle la vie, in Réseaux, vol. 29, n°165, 2011, p.53-81.

Parution: Nouvelles anarchistes. La création littéraire dans la presse militante (1890-1646) Textes réunis Vittorio Frigerio

Nouvelles anarchistes. La création littéraire dans la presse militante (1890-1646)
Textes réunis et présentés par Vittorio Frigerio

Grenoble, ELLUG, coll. « Archives critiques », 2012.

  • ISBN :   978-2-84310-216-5
  • Prix : 25 €

Présentation de l’éditeur

Les rapports entre la littérature et l’anarchisme ne se limitent pas aux convergences avec le symbolisme et aux « petites revues » de la fin de siècle. La presse militante et de propagande a toujours réservé une place importante à la création littéraire. Dans les journaux phares du mouvement et jusque dans les feuilles les plus éphémères, des écrivains improvisés ou d’authentiques professionnels de la plume ont donné pendant des décennies une forme littéraire aux préoccupations sociales du mouvement. Styles et genres divers sont ainsi appelés à hâter la venue prochaine du « grand soir » à travers une floraison continue de textes épicés de mélancolie, d’indignation, de rage parfois, mais aussi souvent imbus de sarcasme vengeur ou d’un humour rafraîchissant. Cet ouvrage offre un choix de nouvelles signées tout aussi bien par de parfaits inconnus, des militants dont le nom est le plus souvent cité en raison seulement de leur activisme politique, et des écrivains ayant fréquenté pendant quelque temps le mouvement ou dont certains textes ont été récupérés par celui-ci. Les nouvelles sont divisées en sept sections dictées par l’importance de la présence de certains thèmes dans la production analysée : L’imaginaire de la violence ; Paraboles et allégories ; Le rêve ; L’amour et les femmes ; La Parodie et l’humour ; Tranches de vie ; Contes de Noël. Le tout est précédé d’une étude historique et critique et suivi par des notices bio-bibliographiques sur les auteurs.

Sommaire
INTRODUCTION
L’IMAGINAIRE DE LA VIOLENCE

Méténier, Oscar, « Libre »
Chaumel, « Le Meurtre »
Méric, Victor, « Les bandits tragiques. Comment fut pris Garnier »
Sterne, Hermann, « Tant pis pour eux ! »
Mercereau, Brutus, « Le rat »
Savanier, André, « Un provocateur »
Armand, Émile, « Le paragraphe treize (Récit d’un cauchemar) »


PARABOLES ET ALLEGORIES

Richepin, Jean, « Triptyque »
Bertrand, Pierre, « Légendes du futur – Ils étaient trois »
Vandérem, Fernand, « Le 3 mai »
Multatuli, « Providence »
Upward, Allen, « Karos, Dieu »
Sans nom d’auteur, « Le philosophe facétieux » (traduit du sanskrit par R. D.)
Southall, Joseph, « Fable »
De Casseres, Benjamin, « Aristophane sur le Calvaire »
Devaldès, Manuel, « Au royaume des Borgnes »
Mirbel, Xavier, « Conte de Jadis. La fin d’Énaus »
Ryner, Han, « Le Père Diogène »
LE REVE
Chaumel, « Espoir »
Fabre, Henri, « L’Orage »
Mauricius, « Lorsqu’Ivariska s’éveilla… (Prophétie dans la manière de Wells) »
Méric, Victor, « La parole des Morts »
L’AMOUR ET LES FEMMES
Libertad, Albert, « La haine »
Sartoris, Augustin, « Contes amers. Soir d’ivresse »
Sans nom d’auteur, « Amour et mère »
Leblanc, Maurice, « Selon la nature »
Montégut, Maurice, « Morale pratique »
Mendès, Catulle, « Selon le désir »
Lucie de la rue Monge, « Toute la flamme »
Libertad, Albert, « Ultime bonté »
Devaldès, Manuel, « L’Amour platonique »
Madel, « Maternité »
LA PARODIE ET L’HUMOUR
Dhorr, Henri, « L’amateur de gigots. Comment on écrit l’Histoire !) »
Libertad, Albert, « Obsession »
Descaves, Lucien, « La vieille »
Paraf-Javal, « À feu & à sang, ou Le râtelier du pendu. Roman (idiot naturellement) »
Kolney, Fernand, « Carnet du guérillero »
K. X., « Propos du’n Qorec teur »
TRANCHES DE VIE
Barrucand, Victor, « Tableaux de misère »
Frapié, Léon, « L’Écolière »
Ner, Henri, « La tombe scellée »
Castagné, Ferdinand, « Au bureau de bienfaisance »
Montégut, Maurice, « Comment on arrive »
Almereyda, Miguel, « Fémur est républicain »
Devaldès, Manuel, « Le héros »
Martray, Charles, « Les contaminés »
Mercereau, Brutus, « Le puits »
Loiselet, Pierre, « Un Assassin ! »
CONTES DE NOËL
Pouget, Émile, « Le Noël des pauvres bougres »
Libertad, Albert, « Légende de Noël »
Snell, Victor, « Le Noël des enfants »
Clar, Fanny, « Contes de Noël. La Véridique Histoire de l’Enfance du Petit Jésus »
NOTICES BIOGRAPHIQUES SUR LES AUTEURS DES NOUVELLES
BIBLIOGRAPHIE

Vous pouvez commander cet ouvrage :
–    chez votre libraire auprès de  FMSH-diffusion, 18-20, rue Robert Schuman, 94220 Charenton-le-Pont
–    Directement en ligne sur le site : http://www.lcdpu.fr/
–    ou auprès des ELLUG