Hurel Cyril

Cyril Hurel est docteur en esthétique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). D’abord conférencier d’art contemporain, il enseigne aujourd’hui la communication graphique en enseignement professionnel en Île-de-France. Il participe également au dispositif d’encadrement du pôle de recherche à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges. Ses recherches, caractérisées par une approche iconologique, portent sur les relations de la création à la technique et à l’industrie, avec un intérêt particulier pours les thématiques de la ville et de la flânerie.

Son intérêt pour les littératures populaires s’est développé dans le cadre d’une réflexion portant sur le rapport entre la photographie et certaines formes modernes de récit, en particulier le récit policier et la bande dessinée. Sa thèse, intitulée « imaginaire photographique, de la conception visuelle du récit de détection chez Edgar Poe et Hergé », procède d’abord à une réévaluation esthétique d’une dimension délaissée de la technique photographique : sa qualité d’enregistrement et sa mécanique de déclenchement. Elle montre ensuite comment le récit de détection, première forme de récit policier dont l’invention est consécutive à celle de la photographie, « relève » le choc de cette dernière au prix d’une mise en question de la « visibilité littéraire ». La seconde partie de la thèse est ainsi consacrée à la compréhension de ce qui apparaît comme une réforme visuelle de la fiction sur le modèle du processus photographique. Elle s’intéresse à la manière selon laquelle le récit s’instaure chez Edgar Poe d’une part en espace énigmatique d’autopsie, d’analyse et d’interprétation, d’autre part en forme esthétique de riposte au contexte d’industrialisation. La figure du détective guide le lecteur vers l’expérience d’une « vérité optique » du texte littéraire lui-même. Avec le récit de détection se définit un imaginaire – une forme de sensibilisation au photographique organisée par la fiction – qui n’est pas opposé au réel sur le mode de l’imagination classique mais constitue plutôt une sorte de réserve esthétique critique. Dans une troisième partie, la thèse s’intéresse enfin à la manière dont le récit de détection, étant donné l’imaginaire dont il vient d’être question, prend valeur de laboratoire d’expérimentation de nouvelles formes de consommation visuelle de l’imprimé. L’analyse porte alors sur l’œuvre d’Hergé. Elle montre comment l’imaginaire photographique y est réinvesti pour l’élaboration d’une esthétique de la bande dessinée, comment il contribue à la définition d’une cinématique propre à celle-ci, comment il conserve sa pertinence photographique à proximité du modèle cinématographique.