Special volume French Cultural Studies November 2010

Special issue: Story-Telling in Contemporary French Fiction: le ‘prêt-à-penser’ and Reading Pleasure

Edited by: Diana Holmes and David Platten

Diana Holmes and David Platten

Introduction

Jacques Migozzi

Storytelling: opium du peuple et / ou plaisirs du texte?

Floriane Place-Verghnes

Instruction, distraction, réflexion: lecture de Persepolis

David Platten

Wired to the Word: On Reading Thrillers

Lorna Milne

Monumental Misdeeds: Rewriting French History and Identity with Claude Izner and Alix de Saint-André

Diana Holmes

The Comfortable Reader: Romantic Bestsellers and Critical Disdain

Le CERLI, groupe de recherches

Le CERLI, Centre d’Etudes et de Recherches sur les Littératures de l’Imaginaire est un groupe de recherches principalement consacré à l’étude du fantastique et de la science-fiction dans les domaines anglo-saxon, français, allemand, hispanique mais également esthétiques. Son étude de l’imaginaire comporte également des approches comparatistes, historiques esthétiques et philosophiques.

Le CERLI est également
– et c’est ce qui fait là son originalité – une Association Loi 1901, « Les Amis du CERLI » et regroupe plus de 75 membres, pour la plupart des chercheurs répartis sur l’ensemble du territoire français ainsi que quelques universitaires étrangers.

Un colloque a lieu chaque année.

Séminaire 2010-1011: les littératures populaires aujourd’hui

Le Polar

« Les littératures populaires en France aujourd’hui » est un séminaire du Centre de Recherches sur les Littératures Populaires et les Cultures Médiatiques  (CRLPCM), E.A. 1087 EHIC, université de Limoges.

Programme 2010-2011 du séminaire :

jeudi 9 décembre 2010
Matthieu Letourneux, Université de Paris-X : le roman d’aventure
jeudi 24 février 2011
Diana Holmes, University of Leeds (U.K.) : le roman sentimental & les best-sellers féminins
jeudi 14 avril 2011
Natacha Levet, Université de Limoges & Marc Lits, Université Catholique de Louvain (Belgique) : le roman noir & le polar
jeudi 26 mai 2011
Denis Mellier, Université de Poitiers : le fantastique
jeudi 23 juin
Anne Besson, Université d’Artois : la fantasy

Responsable : Irène Langlet

Argument :

A l’heure où les mass-media diffusent par tous les canaux de l’industrie culturelle une « culture qui plaît à tout le monde » (Martel, Mainstream, 2010), pendant que les études littéraires voient chaque année leur public diminuer, tant dans le cycle secondaire qu’à l’université, il est peut-être temps de s’interroger sur les livres qui prospèrent à la frontière de ces deux phénomènes contradictoires. On les appela jadis romans de gare, romans à quat’sous ; on tenta de les étudier sous les termes de littérature de grande consommation, paralittérature, littératures de divertissement, littérature populaire… Chaque nom qui leur conviendrait devient vite objet de débat, car il laisse aussi échapper une part de leur caractère. Best-sellers, polars, romans d’amour, fantasy et littératures de l’imaginaire, espionnage, thrillers… sont quelques-uns de leurs genres phares. Les connaître et les comprendre, situer leur influence dans le paysage culturel global (et globalisé), détailler leurs « recettes » pour mieux saisir leurs ingéniosités : telles sont les objectifs du Centre de Recherches sur les Littératures Populaires et les Cultures Médiatiques de l’université de Limoges.

Comment fonctionnent ces littératures installées entre l’oeuvre et le produit, entre la distinction littéraire et l’industrie culturelle ? Comment négocient-elles leur place dans la culture multimédiatique contemporaine ? Quelles sont les clés de leur succès, leur histoire récente, leurs évolutions actuelles et leurs perspectives d’avenir ? Bref, où en sont les littératures populaires aujourd’hui en France ? Le CRLPCM de Limoges lance un séminaire de recherche sur deux ans, pour aborder ces questions et partager les hypothèses de quelques spécialistes de renom.

Les séances auront lieu le jeudi, à la Faculté des Lettres de Limoges. Entrée libre et gratuite.

Call / Appel de la Coordination (26-27 mai 2011)

Vos recherches et publications portent au moins pour partie sur des corpus fictionnels consommés largement par le grand public sur différents supports ?

english version

Ces récits  et leurs usages, nous en sommes certains, sont au cœur de l’imaginaire partagé moderne et contemporain et méritent qu’on les étudie avec rigueur et sans préventions de principe, dans une optique résolument pluridisciplinaire et intermédiale. D’où notre appel, sans exclusives à des convergences inédites, et notre proposition : celle de fonder dès le printemps une Association internationale de chercheurs, à partir de synergies existantes et de projets en cours.

Contexte institutionnel : les animateurs de la Coordination internationale des chercheurs en Littératures Populaires et  Culture Médiatique, fondée en 1997, n’avaient pas pris jusqu’à présent le parti d’une structuration formalisée sur le plan juridique (a minima par exemple grâce au statut français des associations régies par la loi de 1901).
Cette Coordination, souple et conviviale, en son nom propre ou en soutenant les initiatives de certains de ses piliers institutionnels, a contribué par exemple entre autres aux succès des rencontres de travail de Louvain (1999) sur la culture médiatique, de Limoges (2003) sur le genre en régime médiatique, ainsi qu’aux multiples colloques internationaux organisés par l’équipe LPCM de Limoges (1998, 2002, 2006/2007) ; elle a suscité la création de la revue électronique à comité de lecture Belphégor qui a mis en ligne  19 numéros depuis 2001.
Lors de la dernière assemblée du réseau, en avril 2010, à l’occasion du colloque international de Leeds « Finding the plot. On the importance of storytelling in popular fictions » (coorganisé par l’équipe LPCM de Limoges et le Popular Cultures Research Network de l’Université de Leeds), l’ensemble des présents a jugé nécessaire de donner plus de visibilité institutionnelle à nos activités et surtout d’impulser de nouvelles dynamiques de coopération, en suscitant échanges et rencontres sur une base internationale plurilingue élargie.
Démarche : L’équipe de Limoges a été mandatée pour mettre en place un portail web qui a vocation à se faire le relais de vos initiatives, publications, projets… et pourrait également accueillir des débats. Vous pouvez dès à présent à vous emparer de cet outil collaboratif de liaison, quel que soient vos choix sur nos propositions et perspectives, en utilisant le formulaire de suggestion. Mais nous vous proposons plus!

Nos propositions en 4 points : une association formalisée; un musée en ligne; une base de données; un consortium de recherche.

1) Fédérer  sur une base internationale les chercheurs en Littératures populaires et Culture médiatique en créant une Association, dont le nom exact n’est pas arrêté et pourra bien sûr faire l’objet de débats entre tous les membres fondateurs. Nous désignons ce projet, de manière conservatoire, par le tandem terminologique choisi voici une quinzaine d’années. Ce tandem soulignait d’une part la nécessité de conjoindre scientifiquement l’étude des récits imprimés de grande consommation  liés à « la civilisation du journal » et à « l’âge du papier » à celle de leurs avatars audiovisuels multimédiatiques plus contemporains, impliquant écrans grands et petits. Il entendait d’autre part appeler à une vision plus englobante et pluridisciplinaire de la circulation des représentations et des usages culturels en régime mass médiatique, à laquelle pourraient contribuer, en croisant leurs regards et leurs méthodologies, des historiens de la littérature, du livre, de l’édition, de la culture des médias mais aussi des sociopoéticiens du texte ou de l’image, des sociologues de la culture, des spécialistes de l’information-communication ou d’études culturelles  scrutant les récits multimédiatiques et leurs pratiques de « réception »…

La création de cette Association est prévue à Limoges les 26 et 27 mai 2011, à l’occasion d’une des séances du séminaire international « Les Littératures populaires en France aujourd’hui » consacrée le 26 mai à la littérature fantastique (conférence de Denis Mellier). Nous espérons vivement que cette initiative suscitera votre intérêt et que vous nous accompagnerez dans cette entreprise  en participant à l’Assemblée générale constituante ou, à défaut, en  marquant même à distance votre volonté de vous inscrire d’emblée dans le cercle des fondateurs.

2) Doter l’Association à sa naissance d’un outil de valorisation des recherches multiples menées en son sein. L’équipe LPCM de Limoges propose de tirer parti de l’existence du musée virtuel « Popular roots of european culture ».

Ce musée virtuel a été conçu dans le cadre du programme « EPOP : Popular Roots of European Culture through Films, Comics and Serialized Literature », lauréat d’un appel à projets de la commission européenne dans le cadre du Culture Programme  2007-2013. Il pourrait constituer en quelque sorte la collection permanente d’un espace muséographique en ligne, qui aurait vocation à accueillir  en sus régulièrement des expositions temporaires thématiques, proposées  par les membres de l’Association en fonction de leurs recherches en cours ou abouties qu’ils voudraient exposer «  en vitrine » à destination d’un large public. Très bientôt, l’équipe de Limoges fêtera ainsi à sa manière le centenaire de Fantômas en proposant dans une nouvelle interface encore plus ergonomique et séduisante pour le visiteur une exposition sur le Maître de l’effroi à la Belle Epoque. Nous proposons de mettre en place un Conseil scientifique pluripartite pour piloter ce musée, à qui il incomberait entre autres d’évaluer les projets soumis, d’adouber les commissaires d’exposition et d’arrêter la programmation.

3) Mettre en place une base de données de grande ampleur : Pour permettre de manière inédite des recherches de grande ampleur et de tous ordres sur la circulation transnationale des récits multimédiatiques (impliquant transferts culturels, logiques médiatiques, adaptations, traductions et appropriations, jeux d’acteurs du pôle de la production comme des publics en leurs pratiques culturelles éclectiques… ), nous avançons enfin le projet de collaborer à la mise en place d’un «silo de données » en open source sur les fictions populaires. Le contenu de cet entrepôt de données, interrogeable par requêtes multicritérisées, serait exploitable scientifiquement en toute autonomie par les différents contributeurs de cette entreprise collective de longue haleine, et les résultats pourraient être retranscrits si nécessaire automatiquement sous des formes graphiques ou spatialisées.

Lors de la rencontre de Limoges des 26 et 27 mai 2011, nous tenterons à l’appui de cette proposition de présenter quelques  courts exposés de travail visant à suggérer l’intérêt de recourir à de tels outils, qui devraient permettre de discerner et de penser, dans une optique de « distant reading » (Franco Moretti), nos traditionnels objets d’étude selon des perspectives renouvelées. Dans le cadre du projet EPOP précédemment évoqué, la construction d’une base de données a en effet été engagée grâce aux ressources locales en ingénierie informatique. Nous visons actuellement à en optimiser le fonctionnement pour la rendre pleinement opérationnelle et nous nous confrontons à toutes les exigences  liées au moissonnage automatique des données à partir du catalogue de la Bibliothèque Nationale de France, qui a marqué sur le principe son intérêt pour une telle exploitation : par ces tests et ces  tâtonnements expérimentaux, que nous pourrons si nécessaire exposer en mai, nous pensons préparer le terrain au projet ultérieur plus ambitieux de « silo » (offrant des garanties supérieures en termes d’interopérabilité et de pérennité des données stockées), en mesurant certains des enjeux théoriques et méthodologiques de ce type de démarche.

4) Constituer un consortium de recherche : L’équipe LPCM de Limoges souhaite poursuivre le  travail au long cours initié par le projet EPOP sur la circulation en Europe des fictions de grande consommation et pour ce faire, en vue de répondre à  court ou moyen terme à des appels à projets nationaux (ANR française) ou internationaux (PCRD européen), ambitionne de s’allier à des partenaires en constituant  un consortium de recherche.

Si certaines des  4 propositions présentées ci dessus, comme le portail LPCM, retiennent votre attention, nous aurions  plaisir à le savoir dans les semaines à venir, car nous espérons que la création de l’Association à la fin mai provoquera des synergies nouvelles.

Nous vous invitons d’ailleurs  en ce sens à faire largement circuler cet appel au sein de vos réseaux de travail.

Pour tous contacts avec l’équipe LPCM de Limoges, organisatrice de la rencontre de mai 2011:

jacques.migozzi@unilim.fr
irene.langlet@unilim.fr
loic.artiaga@unilim.fr
f.pagello@gmail.com

La gare de Bénédictins en l’an 3000. Photomontage par F. Boumediene, université de Limoges, et E. Colon. Droits réservés.

States of Crime: prolongation de l’appel

States of Crime: The State in Crime Fiction

Fourth Interdisciplinary Conference of the Atlantic Alliance of Universities (NUI Galway, UL, UCC, QUB) Crime Genre Research Group

17th-18th of June 2011, Queen’s University, Belfast.

Call for papers/ Appel à contribution

Deadline/ Date limite: PROLONGATION DE LA DATE D’ENVOI DES PROPOSITIONS : 28 FEVRIER 2011

Keynote Speaker: Professor Dominique Kalifa, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

Guest Writers: Eoin McNamee, David Peace

This conference examines crime fiction through the various manifestations of its relations to the State. State institutions are unlike other protagonists in criminal affairs, due to their monopoly of legitimate violence and have hitherto received comparatively little attention in literary criticism. Yet, shadows of the state apparatus loom large over crime fiction, both within the narration and as a referential background. The emergence of the detective novel mirrors historically the advent of the modern police state. It reflects the creation of an organised network of surveillance and control. Poe’s ‘The Purloined Letter’

conceals a State affair. The genre has often been shown to display securitarian tendencies. The detective, either himself an agent of the State or a “private eye” objectively fulfilling the role of an auxiliary of justice, classically pursues not only the punishment of deviant individuals, but the restoration of order. At the same time, distinctions between exponents of State order and criminals have been blurred since the origins and the figure of Vidocq. In a similar fashion to Hugo’s couple Valjean/Javert and Dostoievsky’s Raskolnikov/ Porfiri Petrovitch, crime readers’ sympathies have often veered towards the criminal rather than the State. Evolutions within the genre, in the wake of WWI, the Russian revolution and the American Great Depression, have introduced a more explicit critique of State corruption, and of the surrender of public bodies to private interests, lobbies, and organised crime. Post WWII, the “Noir” has accrued its counter cultural credentials with a critique of State oppression, cultural domination, silencing of minorities, and racial and sexist discrimination.

Much contemporary crime fiction continues to buttress the authority of the State but at the same time an increased political radicalisation of the genre has developed worldwide in the context of decolonisation and the Vietnam War.

Marxist, Anarchist and Post-Situationist crime fiction authors have explored the genre’s subversive potential, while experiencing its constraints and contradictions. As crime fiction’s geo-politics reach has expanded, the generic boundaries separating crime, thriller and espionage fiction have been called into question, along with the State’s ability to control its territorial borders and the distinction between domestic and international securitization.

One of the aims of this conference is to compare different international approaches to the State in Crime Fiction within their various historical, national and political contexts. To what extent do different state traditions (i.e. Scandinavia, Italy, the US, the German Democratic Republic) find an echo in crime literature and films produced in their respective area? To what extent do these different state traditions produce distinctive crime fictions? What are the various purposes served in representing the State, and how much do they differ in a federal State, a decentralised State, or a popular democracy? In a one-party state, a Republic and a constitutional monarchy ? Do cultural transfers in the genre reflect such differences? How far is crime fiction – a genre that has developed in consort with the consolidation of the modern State – able to challenge political domination, debunk the ideologies of public discourses, uncover State secrets and revisit official history?

We invite papers in English which discuss, from a range of disciplines all aspects of such questions or deal with some of the following points (the list is by no means exhaustive), in any given literature and country, or in international comparison:

*  Crime fiction and Democracy

*  State culture and literary traditions

*  The State and civil society: neutral umpire or capitalist vehicle?

*  Public vs private: the State as gendered domain?

*  Racism and antiracism

*  Securing the city: race, ethnicity, class and the police

*  Police procedurals and the police

*  State crimes and State affairs

*  State responsibility in war crimes, crimes against Humanity, and Genocide

*  Antiterrorism and State terror/coercion

*  Decolonization and postcolonial crime fiction

*  Hobbes, Marx, Weber, Foucault, and Deleuze… Influence of theory on crime fiction.

*  The Politicization of crime fiction

*  Progressivism and Revolution

*  Anarchism, leftism and reactionary politics

*  Marxist and Situationist crime fiction: a contradiction ?

*  The Noir as “committed” literature : roman noir and engagement

*  Public utilities and general interest

*  The shrinking State: privatisation and the end of the welfare State

*  Dismantlement of the social state and the rise of corporate interests

*  Crime Fiction in the age of advanced financial capitalism

*  Private security agencies and non-elected public authorities

*  Infra-State entities and regional crime fiction

* “Public Choice Theories”, “New Public Management” and “new” forms of governance

*  The Europeanization of the police. Europol, trans-border police cooperation and crime fiction

*  Globalisation and the State.

*  The detective novel in popular democracies

N. B. Papers should be no more than twenty minutes in length.

Conference organisers: Dr. Dominique Jeannerod, French Studies, QUB, and Dr.

Andrew Pepper, English Studies, QUB.

Please send 300-word abstracts of papers to statesofcrime2011@gmail.com by 28th february 2011

A publication of proceedings from the conference is planned.

Parutions: Les Cahiers du GRIT: n°1 en ligne

Le premier numéro des Cahiers du GRIT est sorti !

CHAQUE année, le GRIT, Groupe de Recherches sur l’image et le texte, basé à l’Université de Louvain-la-Neuve, organise ou coordonne de nombreux événements scientifiques : colloques internationaux, cycles de conférences, expositions, débats, journées d’études, formations, etc.

Afin de garantir la mémoire et la diffusion des nombreux travaux scientifiques auxquels ces événements donnent régulièrement lieu, le GRIT a décidé de se doter d’un organe de publication propre : Les Cahiers du GRIT. Il s’agit d’une publication électronique, disponible gratuitement sur le site du GRIT, qui proposera au rythme de nos travaux des dossiers et des articles consacrés aux domaines de recherches de notre groupe : l’image et le texte, bien entendu, dans tous leurs rapports, mais aussi, et de manière plus générale, la culture médiatique.

Continuer la lecture de Parutions: Les Cahiers du GRIT: n°1 en ligne

Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel – du 5 au 7 mai 2011

 
Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel – du 5 au 7 mai 2011
 
Lieu : Institut d’Etudes Anglophones Charles V – Bâtiment A – 4ème et 5ème étages,  10 rue Charles 5, 75004 Paris

Inscription par mail avant le 30 avril 2011 :
– Tarif normal : 10 euros
– Tarif étudiants : 4 euros  

Colloque international organisé par l’UFR d’Etude anglophones-Charles V (équipe LARCA)

Depuis le milieu des années 1990, les séries américaines connaissent un nouvel « âge d’or », marqué par des productions de grande qualité, par un engouement international spectaculaire (lié aussi aux nouveaux modes de visionnage – DVD, streaming ou VOD), et par un nouveau respect critique pour la forme elle-même. Ce colloque se propose d’explorer le lien que tissent ces œuvres entre fiction et réalité. Pourquoi, par exemple, certaines réalités semblent-elles se prêter plus particulièrement à la forme sérielle (le monde médical, policier, ou judiciaire par exemple)? Les communications pourront aussi s’interroger sur l’idéologie qui sous-tend les choix de la fiction : quelle fonction la fiction a-t-elle quand elle prend en charge un certain aspect de la réalité (sociale, politique, économique) à un moment donné ? (comme la représentation de l’administration américaine dans The West Wing [A la Maison Blanche], ou la dénonciation des dysfonctionnements institutionnels dans The Wire [Sur Ecoute]).
Les approches plus esthétiques et formelles pourront se pencher sur les modes et stratégies utilisées par ces fictions pour représenter le réel. En quoi consiste le « réalisme » prétendument affiché par certaines d’entre elles, depuis la représentation en « temps réel » de 24 jusqu’à l’utilisation de la caméra à l’épaule dans Californication, ou encore aux détails corporels très crus de Nip/Tuck ? D’autres œuvres, au contraire, témoignent d’une ambition de stylisation ou de caricature (Desperate Housewives), et que dire des mondes fantasmés de Battlestar Galactica ou True Blood, ou du rapport à une quelconque « réalité historique » dans des séries comme Deadwood, Mad Men, ou Rome ?
Ce lien entre fiction et réalité pourra aussi nous aider à réfléchir sur la manière dont ces séries s’inscrivent dans la réalité même des spectateurs. Le processus d’identification et d’appropriation semble atteindre des niveaux sans précédents. Les spectateurs poursuivent l’expérience de « leur » série sur internet, par des discussions, des « re-créations » audiovisuelles, ou tout simplement par la consommation de produits dérivés. Les séries influent par la suite sur la manière dont nous appréhendons la réalité qui nous entoure. De tout temps bien sûr, l’individu s’est construit en partie grâce aux fictions auxquelles il était exposé, mais on pourra s’interroger, lors de ce colloque, sur la spécificité de l’impact des séries sur le spectateur, qui y trouve à la fois le pouvoir hypnotique et séducteur du film de cinéma et le plaisir de la complexité narrative et de la durée plus généralement associé au roman littéraire.

Comité scientifique :
Ariane Hudelet (Etudes anglophones, Université Paris Diderot)
Sophie Vasset (Etudes anglophones, Université Paris Diderot)
Pierre-Olivier Toulza (Etudes cinématographiques, Université Paris Diderot)
Marjolaine Boutet (Histoire, Université d’Amiens)
Sarah Hatchuel (Etudes anglophones, Université du Havre)
Monica Michlin (Etudes anglophones, Université Paris IV-Sorbonne)
Thibaut de Saint-Maurice (Philosophe, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison)

Contacts : Ariane Hudelet et Sophie Vasset

Programme du jeudi 5 mai 2011

Salle A 50

13h30 : accueil et inscriptions

14h00 : ouverture du colloque (Ariane Hudelet et Sophie Vasset)

Panel 1 : Quelle réalité, quelle fiction ?
Présidente de séance : Ariane Hudelet 

14h30 : De quel réalisme la sérialité est-elle la forme ? – Thibaut de Saint-Maurice (philosophe)
15h : Le temps des séries  – Jean-Pierre Esquenazi (Université Lyon III)
15h30 : Du roman réaliste à la série télé, la fresque sociale en miettes – Antonia Zagamé (CNRS)

Pause

16h30 : Effet de réel contre réalisme dans les séries télévisées contemporaines – Hervé Glévarec (CNRS)
17h : The treatment of the law: between reality and imagination in television legal series – Barbara Villez (Université Paris VIII)
17h30 : Les séries judiciaires : histoires de cour, histoires de cœur. L’écriture dramatique au service de la culture juridique – Nathalie Maroun Taraud (ENS Ulm)
 

Programme du vendredi 6 mai 2011

Panel 2 : Histoire et histoires
Salle A 50
Présidente de séance : Marjolaine Boutet 

9h : Les séries historiques entre la fiction et le réel : quand les scénaristes rivalisent avec les historiens –  Ioanis Deroide (Historien, lycée Richelieu, Rueil Malmaison)
9h30 : “The West Wing with Wigs?”: Politics and History in HBO’s John Adams – Aurélie Godet (Université Paris Diderot)
10h :           Les bonds historico-médiatiques de Sam Beckett. Code Quantum, voyage au temps des images -Vincent Baticle (Université Paris Diderot)

pause

11h : Fiction and Reality in TV Series Portraying Presidents: Reality effect, Déjà Vu, Groundhog Day, Prophecy, or Time Warp? – Monica Michlin (Université Paris Sorbonne)
11h30 : « Qumar », le pays qui n’existait pas. The West Wing et le spectre du Moyen-Orient – Joseph Belletante (Triangle, ENS-LSH)
12h : Le remake de la série V et le système de santé universel de Barack Obama: entre réalité et fiction, histoire d’une défaite programmée – Audrey Viguier (University of Florida)

Déjeuner 

Panel 3 : Réalisme du corps
Salle A 50
Présidente de séance: Sophie Vasset

14h : Evidence of the Body: Death, Illness and Representation of Truth in Contemporary American TV series – Maria Neklyudova (Russian State University of Humanities, Moscou)
14h30 : Au plus près de la chair : corps malades et corps morts dans les séries contemporaines (titre provisoire) – Maud Desmet (Université de Poitiers)
15h : Deadwood entre réalité et fiction : inscription de l’Histoire, figurations du corps, et jeux de langage – Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

pause

Panel 4 : Esthétiques du réalisme
Salle A 50
Présidente de séance : Shannon Wells-Lassagne 

16h : Mad Men, Nostalgia, and the Aesthetics of Consumption, or: Don Draper Gets an iPhone – Simone Knewitz (Bonn University)
16h30 : Fiction and Reality in HBO’s Treme : A Narrative Alchemy at the Service of Political Truth – Catherine Dessinges, Dominique M. Gendrin, Wendy Hajjar (Tulane University)

Panel 5 : Genres et publics
Salle A 43
Président de séance – à confirmer

14h : House of mirrors: New realities, new fictions of the suburbs in The Middle – Donna Spalding Andreolle (Université Stendhal – Grenoble III)
14h30 : The L Word : Le réel sous le glamour : ou « The way that they live » – Adrienne Boutang (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)
15h : Veronica Mars vs Don Draper : le réalisme des séries adolescentes contemporaines – Pierre-Olivier Toulza (Université Paris Diderot)

pause

16h : Is there a Doctor in the HOUSE ?: les séries télévisées médicales  face au monde réel – Pamela Tytell (Université Lille 3)
17h : “Unreal” gender messages in late 90s women-centered action dramas – Anne Sweet (Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle)

Programme du samedi 7 mai 2011

Panel 6 : Représenter quelque chose qui n’existe pas : de l’Antique à la science-fiction
A 50
Présidente de séance : Sarah Hatchuel 

9h : Jules César au secours des  américains : l’incipit de la série Rome – Julie Gallego (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
9h30 : Rome : un péplum enfin réaliste ? – Vivien Bessières (Université Toulouse II, Le Mirail)
10h : Rome ou le grain de l’antique – Isabelle Schmitt-Pitiot (Université de Bourgogne, Dijon)

pause

11h : Occupation, collaboration, résistance et épuration dans la troisième saison de Battlestar Galactica – Marjolaine Boutet (Université d’Amiens)
11h30 : Battlestar Galactica and the Global War on Terror – Lori Maguire (Université Paris VIII)
12h : De Babylon  à Caprica: la nouvelle science-fiction télévisuelle et l’effet-réalité – Medhi Achouche (Université Stendhal, Grenoble)

Panel 7: Du crime au châtiment
A 44
Présidente de séance : Barbara Villez 

9h : Quand la fiction irrigue la réalité : les usages sociaux des séries policières dans la fiction policière – Guillaume Le Saulnier (Université Paris 2)
9h30 : Qu’y a-t-il de « policier » dans les séries policières ? – Yann Philippe (Université de Reims)
10h : Entre ombres et lumières : les figures de policiers en eaux troubles, symbole d’une Amérique en perte de repères (The Shield, The Wire, Dexter) – Julien Achemchame (Université Paul Valéry, Montpellier)

pause

11h : La perspective narrative dans les séries « Cop and Lab ». Quelles contributions aux représentations du monde scientifique et technique ? – C. Bruguière (Université Claude Bernard, Lyon), M. Chouteau (INSA, Lyon), C. Nguyen (INSA, Lyon), E. Triquet (Université Joseph Fourier, Grenoble)
11h30 : From Oz to Lockup: Bringing Prison Life (Back) Home – Claudia Schippert (University of Central Florida, Orlando)
12h : Fictions et réalités : principes miroirs ? Castle ou la rencontre de la vie et de l’écrit – Anaïs Kompf (Université Paris Diderot)

Panel 8: L’inquiétante étrangeté
A 50
Président de séance : Monica Michlin 

14h : Twin Peaks, conte de la modernité, modernité du conte – Marine Legagneur (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)
14h30 : X-Files : allégorie de la condition postmoderne du monde – Frédéric Gai (Université de Caen)
15h : « Reality lies elsewhere? Le néo-réalisme fantastique dans quelques épisodes de X-files » – Emmanuëlle Delanoë-Brun (Université Paris-Diderot)

Pause

Panel 9: Déformation et marginalité comme mode de représentation  
A 44
Président de séance : Emmanuelle Delanoë-Brun 

14h : “Alan Ball’s California and Louisiana series: a troubled state of the nation” – Anne-Marie Paquet-Deyris (Université Paris X-Nanterre
14h30 : Which is the “True Blood”?: A Reflection on Otherness in Contemporary America – Marta Bosch (University of Barcelona)
15h : Carnivàle entre fiction et réalité historique – Jean Du Verger (Université Paris 5-Sorbonne)

pause

Panel 10 : Conclusion : le vertige post-moderne ou la fusion entre réalité et fiction
A 50
Président de séance : Pierre-Olivier Toulza 

16h : Lost in Lost (le retour): Réalité alternative et/ou fiction collective – Sarah Hatchuel (Université du Havre)
16h30 : Transforming the traditional sitcom: the postmodern reflexivity of Abed in Community – Shannon Wells-Lassagne (Université Bretagne Sud)
17h : Desperate Housewives : fiction de toutes les fictions – Renan Cros (Université Paris Diderot)

Clôture du colloque