The 2011 Eaton Science Fiction Conference

Les « Eaton Science Fiction Conferences » de l’Université de Californie à Riverside sont des congrès académiques de haut niveau dédiés à l’étude de la science-fiction et des interrelations entre sciences et humanités. Son objectif de base était de fonder les études de sciences-fiction en une discipline académique sérieuse, et d’attirer les critiques académiques majeurs vers la littérature, le cinéma et la culture SF. A cette fin, les congrès rassemblent des spécialistes de toutes disciplines, des scientifiques, des écrivains et des éditeurs.

La prochaine édition du congrès aura lieu du 10 au 12 février 2011.

Pour en savoir plus, cliquez sur l’image ou sur ce lien: http://eatonconference.ucr.edu/

Parution: Du « poche » aux collections de poche

Du « poche » aux collections de poche

Du poche aux collections de poche : histoire et mutations d’un genre est le titre de l’ouvrage qui vient de paraître, sous la direction de Jean-Yves Mollier, enseignant-chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, et de Lucile Trunel aux éditions du Céfal.
La Bibliothèque nationale de France a choisi, parmi diverses actions de promotion de l’écrit, de faire connaître les conditions de la création, de la production et de la diffusion des livres par un cycle spécifique de journées d’étude ouvert à tous les publics. Ce cycle de manifestations, les Ateliers du livre, a été créé en 2002 à l’initiative de Lucile Trunel, conservatrice en chef des bibliothèques, comme un lieu de rencontre à la croisée des savoirs et des métiers. Le livre n’y est pas étudié comme un simple support de l’écrit mais comme un objet complexe qui excède la pratique de l’auteur, prend forme entre les mains de l’éditeur et influence les pratiques culturelles et sociales du lecteur. Cet espace de débat sur le livre, sur les succès et les difficultés du monde de l’édition, fait intervenir des acteurs de la chaîne du livre et des historiens de l’édition, du livre et de la lecture. Le croisement de l’approche historique, de l’analyse des problématiques contemporaines du livre et de l’expérience des professionnels de l’édition permet de saisir les phénomènes complexes propres à l’édition.
Le choix du thème pour le premier atelier s’est tout naturellement porté sur un concept qui croise la forme et le fond, les contraintes de la production éditoriale et la nécessité de fidéliser un public : la collection. Issue d’une tradition historiographique qui nous mène de la célèbre « Bibliothèque bleue » à l’emblématique « Livre de poche », la collection éditoriale est née véritablement en tant que genre éditorial au XIXe siècle, en France comme partout ailleurs en Europe. Elle a alors contribué à structurer la forme de nos livres, de nos bibliothèques et de nos pratiques culturelles. Aujourd’hui c’est un signe de reconnaissance fort qu’envoie le livre à destination de l’initié comme du néophyte.
Dans la lignée de cette première journée qui a défriché la notion de collection, il était tout naturel qu’un Atelier du livre soit consacré en 2003 à la célébration du cinquantenaire de la création du livre de poche. En 1953, Henri Filipacchi inaugurait la collection Le Livre de Poche avec la publication de Koenigsmark de Pierre Benoît. Le livre de poche, grâce à sa maniabilité et à son petit prix, connaît depuis un essor qui ne s’est jamais démenti. En effet, notre société de consommation de masse a très vite adopté une formule qui s’est déclinée dans un large éventail de genres, de l’édition des textes classiques au roman sentimental. Aujourd’hui, des textes inédits côtoient des rééditions de qualité ; plus de quatre livres sur dix vendus en 2005 ont été publiés au format de poche. La Bibliothèque nationale de France et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ont souhaité souligner et commenter cette réussite exceptionnelle, qui a profondément bouleversé le monde du livre contemporain.
Jean-Yves MOLLIER est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et directeur de l’Ecole doctorale Culture, Régulations, Institutions, Territoires.
Contact : cefal@skynet.be
Jean-Yves MOLLIER, Lucile TRUNEL (Dir.), Du poche aux collections de poche : histoire et mutations d’un genre • Editions du Céfal • Liège • Collection Les cahiers des paralittératures, N°10 • 2010 • ISBN : 978-2-87130-293-3 • 129 pages • 20 €.

TABLE DES MATIERES

Introduction
Joëlle Garcia
Les collections dʼun siècle à l’autre, XIXe – XXe siècle
Isabelle Olivero
Les collections littéraires au XIXe siècle
Jean-Yves Mollier
La collection « Que sais–je ? »
Valérie Tesnière
Le livre de poche avant le « poche »
Jean–Yves Mollier
1953, la révolution du « poche » en France,
Aurélie Pagnier
Quand un format devient une forme. Le moment Marabout
Pascal Durand
Panorama des collections de poche aujourd’hui
Isabelle Olivero
Le livre de poche jeunesse d’hier à aujourd’hui
Claire Delbard
Le documentaire en poche
Françoise Hache–Bissette
« 10/18 » et les colloques de Cerisy. L’élitisme pour tous
François Chaubet
Biographie
Remerciements

Colloque/appel à communication « Hybridations » (Université de Tours)

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Jeudi 12 et vendredi 13 mai 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527),
avec le soutien du Conseil Scientifique

Argument
Lʼhybridation est dʼabord le nom dʼune catégorie biologique, ou plus exactement
le nom dʼune rupture ou dʼune transgression des limites entre catégories
biologiques : un hybride, cʼest avant tout le produit dʼun croisement, dʼune
greffe, dʼune rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces
différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui
désigne le produit de lʼunion dʼun sanglier et dʼune truie ; puis le terme a été
graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie lʼexcès ou la
démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.
Appliqué au domaine des arts et des lettres, lʼidée dʼhybridation semble
principalement viser la porosité des registres dʼénoncés et des ordres de la
représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui sʼemploient à
explorer les formes de la « condition postmoderne », quʼil sʼagisse de la
littérature1, de lʼarchitecture2 ou du fondement des sciences3, lʼhybridation y est
caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche.
Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et
esthétique de la postmodernité, lʼhybridation est présente dans toutes les
oeuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire
des formes dʼexpression rétives à toute univocité et à toute totalisation.
En appliquant la notion dʼhybridation aux formes de la rencontre en texte et
image, il ne sʼagit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du
« diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan,
Jencks ou Lyotard, que de reprendre lʼétude de ces formes spécifiques de
greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.
Les rencontres du texte et de lʼimage fournissent une très belle occasion
dʼexaminer la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques
ou des supports sʼéchangent en permanence leurs déterminations. Des
processus de lʼadaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre
pratiques venues dʼhorizons différents aux interrogations sur les formes de la
mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que lʼon entend
rassembler autour de lʼidée dʼhybridation est vaste.
Lʼétude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande
dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de lʼalbum pour enfant
au roman-photo. La rencontre entre le texte et lʼimage constitue-t-elle par elle-même
une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non
légitimable » des discours quʼelle engendre ? Favorise-t-elle des formes
narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de
sur-hybridation à partir de lʼhybridation iconotextuelle (adaptation des comics au
cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés dʼobjets, pop-ups, produits
dérivés, etc.) ?
Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin
dʼêtre exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne
sʼagit pas tant dʼélaborer un discours formel général sur la concept dʼhybridation
que dʼen explorer la puissance heuristique en lʼappliquant à des études
dʼoeuvres déterminées.

Les propositions sont à rendre avant le 7 mars 2011.

Contacts :
Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)
Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)

Parution: La Revue des livres pour enfants n°256 :  » Livres en séries »

La Revue des livres pour enfants n°256 :  » Livres en séries »
La production de séries est massive pour les bandes dessinées et significative pour les romans et les albums… sans parler des séries télévisées. Un dossier pour faire le point sur ce phénomène éditorial et s’intéresser aux oeuvres et aux auteurs qui émergent.

Sommaire du dossier :

  • Quand une serial reader finit par écrire des séries, par Marie-Aude Murail
  • Séries, collections et sérialité en littérature pour la jeunesse, par Matthieu Letourneux
  • Ensembles romanesques et genres populaires contemporains, proposition de formalisation, par Anne Besson
  • La description lacunaire, une caractéristique des novellisations pour la jeunesse ?, par Sarah Sepulchre
  • « Caroline », « Émilie », « T’Choupi »,des séries d’albums à succès, par Cécile Boulaire
  • Des séries et des bulles, par Olivier Piffault