Guillaumie Marc (Limoges)

Marc GUILLAUMIE, né en 1956, est agrégé de Lettres modernes et docteur ès Lettres. Après un début de carrière dans l’enseignement technique à Lyon et à Limoges, il enseigne en lycée et est chargé de cours à la Faculté de lettres de Limoges.
Militant politique et syndical, engagé dans un mouvement d’auto-éducation populaire, il est père de trois enfants. Il pratique le dessin d’humour et de presse, l’écriture parodique, le jardinage. No sport.

Dans le domaine des fictions populaires, Marc Guillaumie a pour principal centre d’intérêt le rapport qu’ont les sciences et les croyances avec les récits ou les images. Plus exactement : la façon dont la fiction, tout en sollicitant la suspension du jugement critique, réclame pourtant un certain degré d’adhésion, voire de croyance ; cette dernière étant au service de l’idéologie dominante d’une époque, ou du moins compatible avec elle.
Au XIXème siècle, le roman préhistorique et les images de fiction inspirées par la Préhistoire fondaient leur sérieux apparent sur des sciences nouvelles : la paléontologie, l’anthropologie criminelle, sexuelle, raciale, la linguistique, la mythologie comparée ; curieusement, la jeune archéologie préhistorique influençait assez peu le roman. En fait, derrière toute cette scientificité affichée, se sont glissées de grandes figures mythiques : par exemple celle du héros civilisateur, le tueur de monstres armé de la massue. Mais la vraie source d’inspiration des illustrateurs et des écrivains, c’étaient les images, les idées reçues et les spéculations qui étaient dans l’air du temps : reportages sur le bagne, sur les cannibales, sur les paysans arriérés ; mesures des crânes ; vulgarisations hasardeuses des théories transformistes ; spéculations sur le génie propre de telle « race » ou tel sexe ; récits d’explorateurs et de chasseurs coloniaux… tout cela, intégré avec talent dans les meilleures fictions préhistoriques du XIXème siècle, n’apparaît pas à l’état brut ; mais l’observation permet de distinguer, derrière la mise en scène, des enjeux qui n’ont rien de préhistorique : entre autres une idéologie libérale progressiste et anticléricale, mais aussi le racisme, le mépris de classe, et une conception naturalisante du rôle supposé de chaque sexe.
Qu’est-ce qui fait que, d’une certaine façon, on croit toujours un peu à une fiction ?
A notre époque, marquée semble-t-il par un « retour du religieux » (ou du glanage religieux individuel) et la vigueur peut-être accrue des superstitions, ainsi que par la révérence envers ce qui est présenté comme scientifique, les croyances et les fictions intègrent ces intérêts contradictoires, ou paradoxalement complémentaires. Ainsi on peut croire aujourd’hui à la présence des défunts, en convoquant ensemble la catéchèse la plus traditionnelle, le Bardo Thödol, les near death experiences et la théorie quantique. Une telle croyance, ou un tel conglomérat idéologique, nourrit de façon diffuse de nombreux romans populaires contemporains.
Peut-on établir des filiations ? (dans notre exemple : avec l’occultisme chrétien, l’orientalisme et Mme Blavatsky, Alan Kardec et le spiritisme, ou avec les recherches de Camille Flammarion). Peut-on identifier des types de lecteurs, de spectateurs ? Peut-on repérer des modèles narratifs, des figures ou des motifs obligés, des situations de lecture, des voies de diffusion particulières du roman ou du film ?

Sans renier son intérêt pour la fiction préhistorique du XIXème siècle et d’aujourd’hui, c’est ce type particulier de fictions populaires que Marc Guillaumie se propose d’étudier. Domaine immense, mal balisé. Il s’agit d’une littérature au sujet de laquelle se prononcent fort peu les littéraires, qui abandonnent le terrain aux « spécialistes » : médecins, théologiens, ésotéristes, physiciens, orientalistes… de même que le roman préhistorique, il y a une vingtaine d’années, était surtout jugé par des préhistoriens en fonction de sa scientificité supposée.

SÉLECTION :
Un livre sur le roman préhistorique :
Marc GUILLAUMIE, Le Roman préhistorique : essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe, Limoges, PULIM, 2006.
Deux articles sur les théories de Charles Darwin et leur usage abusif dans la fiction :
Marc GUILLAUMIE, « Roman préhistorique et darwinisme : amour impossible ou mariage blanc ? » séminaire Sciences Techniques Pouvoirs Fictions sous la dir. de Lise Dumasy, Grenoble, 2008. A paraître dans La Science au miroir de la littérature : triomphe et contestations de la Révolution à nos jours.
Marc GUILLAUMIE, « Rêver la Préhistoire : pseudo-darwinisme, idéologies et fictions », séminaire de l’INRP de Lyon sous la dir. de Marie Musset, 16 décembre 2009. Texte mis en ligne par l’INRP de Lyon.
Un article sur la parodie et l’humour dans les médias contemporains :
Marc GUILLAUMIE, « L’Allusion comique : petits rôles et seconds couteaux dans le travestissement, le pastiche ou la parodie », revue en ligne Belphégor n° VI, vol. 1 « Seconds Rôles et comparses » sous la dir. de Daniel Couégnas, novembre 2006.