Archives de catégorie : Parutions

Korczak, la cause des enfants

Robinson couverture

Parution des Cahiers Robinson n°42

Korczak, la cause des enfants

Ce numéro est issu d’un colloque tenu en lien avec l’Institut de civilisation et d’études polonaises, installé à Lens dans les anciens locaux de la direction des Houillères. Si ces travaux ont apporté beaucoup d’informations sur Korczak, ils n’ont pas levé le mystère. La personne reste étrange, inattendue, toujours double, prise entre identité juive et polonaise, entre fantaisie et gravité. D’où une fragmentation de la réception. La question qui traverse les différentes communications est « Quel lien entre l’action pédagogique et le sacrifice final ? » C’est aussi un homme seul et qui a toujours vécu en communauté, qui n’a pas vraiment laissé d’héritage tout en inspirant de nombreux écrivains et graphistes : une partie importante de cette livraison explore les livres sur Korczak. Mais de nombreux livres de Korczak restent aussi à découvrir par le public français, et l’ensemble ici présenté doit être vu comme une sorte de propédeutique à des recherches plus approfondies Continuer la lecture de Korczak, la cause des enfants

La Planche et le billet : la monnaie au miroir de la bd

« La Planche et le billet : la monnaie au miroir de la bd ».

Livre collectif et interdisciplinaire (SIC, Science économique) rassemble des chercheurs qui analysent des BD connues (Achille Talon, les Schtroumpfs, etc.) pour nous aider à comprendre ce qu’est la monnaie. Ce livre est un pari : montrer que l’art de simplifier le réel permet de comprendre la complexité du monde.

Parution : Poétique de la sérialité

Matthieu Letourneux, Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Seuil, « Poétique ».

http://www.seuil.com/ouvrage/fictions-a-la-chaine-matthieu-letourneux/9782021320886

De Fantômas à James Bond, du récit policier à la science-fiction, d’Harlequin à la Série noire, la culture populaire moderne obéit à une dynamique sérielle : la production et la réception de l’œuvre sont ressaisies dans un ensemble plus vaste de textes qui en détermine la signification. Profondément liées à la culture médiatique et aux logiques de consommation culturelle, ces formes et ces pratiques fictionnelles sont au cœur de notre modernité, dont elles constituent l’une des expressions principales.

C’est cette « poétique de la sérialité » que l’auteur étudie dans ce passionnant essai, suivant des axes théorique, historique, médiatique et culturel. Insistant sur les spécificités de la communication sérielle et leurs conséquences en termes de choix littéraires, de forme et de signification des œuvres, il montre aussi le rôle des pratiques éditoriales et médiatiques depuis le XIXe siècle dans la littérature de masse et leur retentissement sur l’imaginaire fictionnel contemporain. Continuer la lecture de Parution : Poétique de la sérialité

Parution : Pardaillan n°3

Le Pardaillan N°3 – Populaire, moi ?

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan se propose de retourner la notion de « populaire », pour la lire différemment, désancrée de son domaine habituel. On s’est en effet habitué à considérer l’usage du terme « populaire » comme légitime dans certains champs culturels (le jeu vidéo est populaire), et scandaleux dans d’autres (Rembrandt ne l’est pas) : il ne peut être que fructueux d’essayer de réfléchir en sens inverse…

Sommaire

Editorial : Et on tuera tous les éditos

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – Réécriture populaire d’un mythe littéraire : le Don Juan de Michel Zévaco

Dossier : Populaire, moi ?
– Félicité de Rivasson – Paul Féval ou la filiation du populaire. Légendes et conteurs dans les Romans du Mont Saint-Michel.
– Pierre Troullier – Joyce poète : comme une chanson populaire ?
– Gilles Losseroy – Dada à la soupe populaire
– Nicolas Fréry – De toge et de glaive. La référence à Plutarque dans le roman de cape et d’épée.
– Emmanuelle Guittet – Des préférences littéraires au choix des livres : quelles formes populaires de la lecture à l’ère de l’éclectisme des goûts ?
– Isabelle Rachel Casta – « Nous abattrons Robespierre… » Maximilien de Robespierre : une figure populaire… de l’impopularité ?
– Sandrine Caroff-Urfer – Le personnage du duc de Beaufort du XVIIe au XXIe siècle : variations esthétique, éthique et politique de l’idée de « populaire » Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°3

Parution : Voyages imaginaires

Colloque en ligne « Voyages imaginaires et récits des autres mondes (XIXe-XXIe siècles) »

Textes réunis par Elsa Courant (École normale supérieure, Paris), mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

http://www.fabula.org/colloques/sommaire4748.php

L’ensemble de ces articles est le fruit d’un cycle de conférences mené en 2016 à l’École Normale Supérieure de Paris, sur le thème des « Voyages imaginaires et récits des autres mondes dans la littérature européenne ». L’idée de ce séminaire provenait d’une intuition partagée, celle de l’importance de la sensation d’étrangeté dans le plaisir de la fiction. Ce constat, assez simple en apparence, est apparu comme un fil directeur assez fort pour réunir les travaux de chercheurs portant sur Balzac, Jules Verne ou Tolkien. Ces études basées sur des corpus originaux nous permettent de poser en diachronie de nouvelles questions relatives à une double tradition littéraire, celle de l’itinérance imaginaire et de la construction de mondes de papier. Parce que rien n’est jamais tout à fait neuf, ni tout à fait banal, ce recueil d’articles se présente comme une occasion nouvelle d’étudier un fondement du récit : la fabrique d’un imaginaire.

 

Parution : « Les Soprano »

Les Soprano. Une Amérique désenchantée

Frédéric Foubert et Florent Loulendo

PUF, 2017

Présentation de l’éditeur

Un chef mafieux se confesse à sa psy, sur fond sanglant de règlements de compte entre gangsters dans le New Jersey… En 1999, HBO diffuse l’épisode pilote des Soprano, coup d’envoi d’une série qui ne tarde pas à fasciner les spectateurs par son mélange des genres intrépide, son propos sarcastique érigeant la mafia en parangon de la middle class et son ambition esthétique inédite, qui en fait immédiatement un classique du genre.
Saluée en son temps par Norman Mailer comme un « grand roman américain », la série créée par David Chase constitue l’un des tableaux les plus justes et les plus féroces des États-Unis du début du XXIe siècle. Cet ouvrage en dévoile la dimension de « série-monde » et souligne à quel point elle est une œuvre charnière : en dépeignant une nouvelle étape de l’éternelle désillusion américaine, Les Sopranosaisit un moment de bascule et fait le lien entre deux époques, deux siècles, deux idées de l’Amérique et deux approches de la télévision.

Table des matières

Continuer la lecture de Parution : « Les Soprano »

Parution : « Rouages de l’intrigue »

Raphaël Baroni, Les rouages de l’intrigue. Les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires, préface de Jean-Louis Dufays, Genève, Slatkine, 2017.

Image : L’Apache et la cocotte , (c) Duphot et Betbeder, Glénat, 2016

Aujourd’hui, l’enseignement de la littérature ne peut plus se limiter à interroger le texte en se demandant : de quoi parle ce livre ? Comment est-il écrit ? Quelle est sa place dans l’histoire ? À l’heure où la dimension affective de la lecture retrouve sa pertinence, il faut pouvoir traiter de nouveaux problèmes : comment l’auteur est-il parvenu à intriguer son lecteur ? Comment fonctionne le suspense dans ce chapitre ? Ou encore : pourquoi ces questions importent-elles ? Cet ouvrage offre de nouveaux outils pour répondre à ces questions, pour analyser la dynamique de l’intrigue et pour justifier son intérêt dans l’enseignement.  Continuer la lecture de Parution : « Rouages de l’intrigue »

Parution : Culture et (in)dépendance

Olivier Alexandre, Sophie Noël, Aurélie Pinto (éd.)

Culture et (in)dépendance : les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles

Peter Lang, 2017

« Indépendant », « alternatif », « indie », « underground », « avant-garde », « de création »… Depuis les années 1970, la revendication d’indépendance a pris une importance grandissante dans les univers de production culturelle. Qu’elle se rapporte à des contenus, des méthodes de travail ou des dispositifs de médiation, cette revendication propose une alternative à la domination des groupes et des productions mainstream. Son succès conduit cependant à s’interroger sur la cohérence même d’une notion progressivement transformée en label de qualité.

À travers douze contributions traitant de l’édition, du cinéma, de la musique, des médias et de la vulgarisation scientifique, cet ouvrage Continuer la lecture de Parution : Culture et (in)dépendance

Parution : Fleming en France

Pierre Olivier Lombarteix

La France de Fleming : James Bond, une passion française 

Pornic, Le Temps éditeur, 2017.

 

Présentation de l’éditeur

Avec deux histoires intégralement situées sur le territoire français et plus de 1000 références à l’hexagone dans l’ensemble de son œuvre, la France joue un rôle essentiel dans la saga James Bond. Pourtant à ce jour, aucune étude ne s’est intéressée à la place qu’occupe notre pays (et notre nation)  dans l’œuvre mais aussi dans la vie de Fleming. C’est donc ce que se propose de faire cet ouvrage préfacé par le président du club James Bond France et illustré par Floc’h. En se basant sur un analyse détaillée de l’œuvre mais aussi du triple contexte historique, littéraire et familial, cet essai sur La France de Fleming permet d’aborder l’œuvre sous un angle aussi nouveau que surprenant. Du décès de son père en France en passant par l’évacuation de Bordeaux, ses plongées aux côtés de Jacques Cousteau au large de Marseille, son attirance pour Continuer la lecture de Parution : Fleming en France

Parution : Séries françaises

Pierre Ziemniak  

Exception française. De Vidocq au Bureau des légendes  : 60 ans de séries

 Vendémiaire,  coll. « L’univers des séries », 2017.

Texte de présentation de l’ouvrage :

Dix pour centLes RevenantsUn village françaisEngrenagesProfilageLe Bureau des Légendes… Si quelques séries françaises semblent annoncer un renouveau créatif, la production nationale souffre encore de la comparaison avec les séries américaines, britanniques, scandinaves ou encore israéliennes. Y aurait-il en ce domaine une malédiction française ? Aux origines de ce handicap, un ensemble de facteurs : poids symbolique du cinéma, dissociation des fonctions de producteur et de diffuseur, manque de reconnaissance du statut de scénariste. La situation est inquiétante. Mais pas irrémédiable. Les créateurs français ont toutes les capacités pour émerger à leur tour. Encore faut-il qu’ils soient soutenus par une politique publique.