Archives de catégorie : Parutions

Parution : Scandales de Paris

La Vierge du Trottoir, Dubut de Laforest, collection « Les Oubliés », La Taupe médite (éditions du CMZ)

En octobre 1898, Dubut de Laforest et son nouvel éditeur, Fayard, se lancent dans l’entreprise prodigieuse des Derniers Scandales de Paris. Le défi qu’ils se lancent consiste à présenter au public une vaste série romanesque composé de 37 épisodes, totalisant plus de 5000 pages, et diffusée le plus largement possible. Rien de moins !
Depuis qu’il s’est installé à Paris, en 1881, Dubut de Laforest a écrit une trentaine d’ouvrages, des romans, principalement, mais aussi des recueils de contes et des pièces de théâtre. De cette manière, il a acquis une certaine notoriété, laquelle est accrue pas la condamnation de son roman, Le Gaga, pour « outrage aux bonnes mœurs » en 1886. Continuer la lecture de Parution : Scandales de Paris

Le Pardaillan n°2 : le jeu

Le N°2 du Pardaillan propose un éclairage transmédiatique et interdisciplinaire sur la question du jeu, entendu au sens le plus large, ou plutôt aux sens les plus larges : du jeu de plateau au jeu vidéo, en passant par l’écriture cinématographique ou littéraire du jeu, que disons-nous de nous-mêmes lorsque nous jouons ?

Sommaire

Editorial : L’édito dont vous êtes le héros

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – Le romancier en joueur d’échecs : fous, dames et rois chez Michel Zévaco

Dossier : Le Jeu
– Margaux Coquelle-Roëhm – Jeu avec les formes, jeu des formes : les tridents dans Octogone et C de Jacques Roubaud
– Laurent Bozard – Cluedo it yourself. Un polar dont le lecteur est le héros
– Florian Coppier – Jeux de morphologie narrative
– Marine Deregnoncourt – Hunger Games, un jeu au sens propre comme au sens figuré Continuer la lecture de Le Pardaillan n°2 : le jeu

Parution : Séries et adaptations

Shannon Wells Lassagne, Television and Serial Adaptation, Routledge, 2017

As American television continues to garner considerable esteem, rivalling the seventh art in its « cinematic » aesthetics and the complexity of its narratives, one aspect of its development has been relatively unexamined. While film has long acknowledged its tendency to adapt, an ability that contributed to its status as narrative art (capable of translating canonical texts onto the screen), television adaptations have seemingly been relegated to the miniseries or classic serial. From remakes and reboots to transmedia storytelling, loose adaptations or adaptations which last but a single episode, the recycling of pre-existing narrative is a practice that is just as common in television as in film, and this text seeks to rectify that oversight, examining series from M*A*S*H to Game of Thrones, Pride and Prejudice to Castle.

Image : la série « Bosch », adaptée des romans de Michael Connelly

Parution : « Encore Robinson »

Cahiers Robinson n°41 (1er semestre 2017):

Encore Robinson

 

 

Les Cahiers Robinson ont été créés en 1997. A l’occasion de cet anniversaire, ils rendent hommage au personnage qui leur a prêté son nom. Après un rappel historique sur les origines de la robinsonnade française et sur certaines approches éducatives comme celle de Germaine Tortel, ce sont les développements récents du mythe, dans la littérature et au cinéma, qui sont principalement envisagés. La figure de Robinson, — quelquefois même son nom seulement —, continue de hanter la conscience occidentale tout en colonisant le reste du monde. Elle illustre aussi le croisement des publics jeunes et adultes que la critique anglo-saxonne range sous le terme de crossover. Robinson devient transculturel, transgénérique et transmédiatique. Mais cette universalité s’accompagne de significations de plus en plus divergentes. D’un côté, la futilité de l’invocation à Robinson dans des jeux qui s’évertuent à dissiper l’angoisse de la réelle solitude ; de l’autre, la morosité des apprentis Robinson, qui connaissent Defoe mais ne l’ont pas bien lu et qui sont incapables aujourd’hui de se hisser à la hauteur de leur modèle. On conclura donc cette revue avec des formes d’insularité trouvées dans le psychisme intérieur plus que dans les territoires exotiques

SOMMAIRE

Danielle Dubois-Marcoin : Robinson, le roman de la mauvaise conscience

Isabelle Nières-Chevrel : À la naissance des « robinsonnades » françaises. Petite bibliographie commentée de La Vie et les Aventures surprenantes de Robinson Crusoé […] au Robinson de douze ans Continuer la lecture de Parution : « Encore Robinson »

Parution : Espionnage et complots

« Espionnage, complots, secrets d’État : l’imaginaire de la terreur» 

Etudes littéraires, volume 46.3

sous la direction de François-Emmanuël Boucher, Sylvain David et Maxime Prévost.

Le monde a peur. L’imaginaire social occidental se définit aujourd’hui, en grande partie, par la terreur : nos discours – et, de plus en plus, nos pratiques – sont ceux de l’État d’exception, voire de l’État de siège, c’est-à-dire ceux de la guerre perpétuelle contre un ennemi dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est fuyant. Ce dossier d’Études littéraires se donne pour aire d’analyse les textes qui alimentent et dessinent les grands paramètres de ce monde qui serait encore plus réel que le réel (avec des complots inconnus, des espions de toutes sortes, des menaces qu’on ne saurait détruire et des moyens techniques, financiers, informatiques, etc., d’une puissance sans cesse grandissante). Il prend pour hypothèse que le roman d’espionnage institue, dès ses origines, les mécanismes d’un imaginaire de la terreur et préfigure ses glissements ultérieurs.

Les articles composant ce dossier s’intéressent aux fondations de l’imaginaire de la terreur, des proto-origines du roman d’espionnage à son âge d’or, aux effets de la terreur au quotidien à travers différents genres et littératures nationales, et aux enjeux contemporains investis par la littérature de la terreur et du complot. Ils analysent une belle sélection d’auteurs, allant de Paul Féval à Jean-Jacques Pelletier, en passant par Jules Vernes, Ian Fleming, George Orwell, Martín Kohan, Pedro Mairal, André Benchetrit, Continuer la lecture de Parution : Espionnage et complots

Parution : Japanese Pop Culture

Mutual Images Journal: Japanese pop culture in Europe today: economic challenges, mediated notions, future opportunities.

En ligne :  http://www.mutualimages-journal.org/index.php/MI/issue/view/6

 

ARTICLES

Manuel Hernandez Perez, Kevin Corstorphine, Darren Stephens : Cartoons vs. Manga Movies: A Brief History of Anime in the UK

Björn-Ole Kamm : Brokers of “Japaneseness:” Bringing table-top J-RPGs to the “West »

Bounthavy Suvilay : The Anime VHS Home Video Market in France

José Andrés Santiago Iglesias : Dragon Ball Popularity in Spain Compared to Current Delocalized Models of Consumption How Dragon Ball developed from a regionally-based complex system into a nationwide social phenomenon Continuer la lecture de Parution : Japanese Pop Culture

Parution : Emerveillement littéraire

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des XIXe et XXe siècles, sous la dir. de Julie Anselmini et Marie-Hélène Boblet, Grenoble, ELLUG

Depuis l’étude magistrale de Mickael Edwards, De l’émerveillement, qui promouvait l’irréductible capacité de découverte, d’étonnement et d’enthousiasme qui fonde notre culture depuis la philosophie platonicienne, il importait de révéler la persistance de cette humeur et de ce moteur, souvent passés sous silence par la modernité. À côté du désenchantement, de la crise des valeurs et de la nostalgie du sacré qui irriguent largement la littérature d’après la Révolution, du romantisme à la fin du xixe siècle, à côté de la mélancolie et du soupçon qui ont caractérisé le xxe siècle, certaines œuvres expriment pourtant le sens profane du miracle, le don de la surprise ou la révélation de l’épiphanie, et l’émerveillement, processus affectif et cognitif complexe, nourrit dans la modernité aussi bien le récit que la poésie.

L’expérience de l’émerveillement, son expression et sa Continuer la lecture de Parution : Emerveillement littéraire

Parution : Marges du jeu

Sciences du jeu n°7 : Marges du jeu

 

 

Revue internationale et interdisciplinaire, Sciences du jeu a pour mission de développer la recherche en langue française sur le jeu, de lui donner une visibilité, de nourrir le dialogue entre les disciplines autour de cet objet, et de susciter des débats. Publiée par le laboratoire Experice de Paris 13, elle est ouverte à toutes les approches ou méthodes disciplinaires, portant sur tous les objets ludiques (dont, mais non exclusivement, les jeux vidéo), et a pour ambition de présenter des recherches issues de différents terrains concernant le jeu dans un sens large (objets, structures, situations, expériences, attitudes ludiques).

 

https://sdj.revues.org/755

Publication : « Play it again, Pinocchio »

Luciano Curreri

Play it again, Pinocchio. Saggi per una storia delle pinocchiate, Moretti et Vitali, 2016, 120 p.

 

pinocchiate

Les « pinocchiate », ce sont ces textes qui reflètent, sous des formes très différentes, le personnage créé par Carlo Collodi/Carlo Lorenzini, dans les aventures de Pinocchio. Histoire d’une marionnette, au début des années 1880.

Avec Play it Again, Pinocchio, Luciano Curreri s’efforce de dessiner, au miroir du XXe siècle et de l’idée de l’enfance, une histoire des « pinocchiate » : l’éternel retour de l’espiègle marionnette est une odyssée de la politique, de la propagande, de la publicité ainsi que de la critique – littérature, cinéma, théâtre, théâtre de marionnettes, chansons, bandes dessinées… Après en avoir suivi les traces dans le futurisme, proposé un historique des affiches et de la période de la guerre en Europe, l’auteur cerne un couple de catégories plus précises : le Pinocchio « fasciste » et le Pinocchio « salgarien  ».

La première étude montre une exploitation de la marionnette, subordonnant la volonté anarchique à l’aventure, tandis que la seconde propose de surmonter, au moins en partie, l’opposition canonique entre Collodi et Salgari dans l’histoire littéraire italienne.

HOMEPAGE

Parution : Julius Corentin Acquefacques

Dany RASEMONT, Julius Corentin Acquefacques, par-delà la bande et le dessin, réédition augmentée,

Louvain-La-Neuve, Academia/L’Harmattan, 2016, 112 p., coll. « Texte-Image, n°1 ».
Bande dessinée particulièrement déroutante, Julius Corentin Acquefacques de Marc-Antoine Mathieu invite le lecteur curieux dans un labyrinthe aux contours absurdes, surréalistes et humoristiques à la fois. L’œuvre suscite et parfois implique la relecture en un mouvement circulaire tendant à absorber toute référence rationnelle. Mais, comme souvent, l’absurdité a ses raisons et sous l’apparente perte de repères, des lignes de force subsistent qui, mises au jour, invitent à une nouvelle relecture…