Archives de catégorie : Parutions

Parution : villes et crimes

Nicolas Gauthier, Lire la ville, dire le crime. Mise en scène de la criminalité dans les mystères urbains de 1840 à 1860, Limoges, PULIM « Médiatextes », 2018.

Des brutes sauvages et sanguinaires rôdant au coeur de la cité, des policiers qui volent, des médecins qui assassinent, des surhommes punissant en dehors des lois : les mystères urbains offrent au lecteur une imposante galerie de criminels dans une société où les honnêtes gens semblent confinés au rôle de victime. Leur principale contribution au mythe de la ville moderne consiste ainsi à cristalliser une criminalité urbaine anxiogène et à affirmer déchiffrer un espace social chaotique et incompréhensible pour le non-initié.
Entre 1840 et 1860, E. Sue, A. Dumas, P. Féval, L.-F. Raban, C. Robert et E.-F. Vidocq offrent chacun leurs mystères urbains. De ce riche corpus, Continuer la lecture de Parution : villes et crimes

Parution : Reporters en fiction

Mélodie Simard-Houde, Le Reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, PULIM « Médiatextes », 2018

D’un bout à l’autre de la Troisième République, la presse française connaît une profonde mutation qui correspond à l’avènement d’un nouvel acteur journalistique, le reporter, et d’un nouveau genre, le reportage. Peu à peu, le reporter, petit ou grand, l’interviewer, puis l’« envoyé spécial » se fraient un chemin au sein des rédactions, bouleversent la hiérarchie traditionnelle auparavant dominée par le chroniqueur, s’imposent à la « une » des quotidiens. Un nouveau protocole d’écriture et de nouvelles pratiques journalistiques s’inventent, plaçant en leur coeur l’enquête et la mise en scène du journaliste, ému et exposé dans son corps.
À ces mutations répondent des scénarios, des récits, des fictions de grande diffusion qui font du reporter un héros de premier plan au sein de la culture médiatique. Des personnages de Jules Verne aux enquêtes de Joseph Kessel, en passant par les photographies, les interviews et les souvenirs de reporters, cet ouvrage retrace l’histoire et les poétiques d’un imaginaire de l’enquête journalistique, interroge les lieux de son émergence et les conditions de son triomphe dans l’entre-deux-guerres.
Entre sensationnalisme et engagement, quête d’exotisme et dénonciation des maux sociaux, rigueur et invention, comment le reporter en vient-il à incarner, pendant près de soixante-dix années, une forme d’idéal démocratique ? Explorer ce questionnement met en lumière la manière dont la société, la culture médiatique et les acteurs journalistiques ont pensé, à ses origines, le rôle du journalisme d’information.

Parution : « Belphégor : Middlebrow »

Middlebrow

Belphégor 15-2, Décembre 2017

The term ‘middlebrow’ has a strong negative charge. It suggests middle-of-the-road, compromise and insipidity, middle class in an aspirational and snobbish way. The metaphor on which it is based refers back to the discredited nineteenth-century science of phrenology: a high forehead or brow was believed to denote intelligence, a low one its opposite. The hierarchy of brows, however, is not straightforward, for if the ‘high’ and ‘low’ at least have the dignity of the extreme, ‘middlebrow’ is charged with all the opprobrium that attaches to the norm, the median, the merely average. Recently, however, middlebrow culture in Britain and the United States has become the object of scholarly interest and the term has started to be reclaimed as something more than a dismissive epithet. The English word, with all its derogatory connotations, is – as far as we know – unmatched in any other language hence never quite translatable. Yet the phenomenon of the middlebrow itself surely extends beyond Anglophone cultures, and in this volume our aim is to explore the concept’s wider international relevance to cultural history and to the present. We will begin with an outline history of the term itself and its recent critical renaissance in Anglophone scholarship, then introduce the articles collected here through a brief discussion of the questions they collectively address, and the value of this international perspective for the study of the middlebrow.

Diana Holmes Continuer la lecture de Parution : « Belphégor : Middlebrow »

Parution : Mondes imaginaires

The Routledge Companion to Imaginary Worlds, Ed. Mark J.P. Wolf

Présentation

This companion provides a definitive and cutting-edge guide to the study of imaginary and virtual worlds across a range of media, including literature, television, film, and games. From the Star Trek universe, Thomas More’s classic Utopia, and J. R. R. Tolkien’s Arda, to elaborate, user-created game worlds like Minecraft, contributors present interdisciplinary perspectives on authorship, world structure/design, and narrative. The Routledge Companion to Imaginary Worlds offers new approaches to imaginary worlds as an art form and cultural phenomenon, explorations of the technical and creative dimensions of world-building, and studies of specific worlds and worldbuilders.

Table des matières

Content and Story

1. Locations and Borders Gerard Hynes

2. The Hero’s Journey Lily Alexander

3. Invented Languages Dimitra Fimi and Andy Higgins Continuer la lecture de Parution : Mondes imaginaires

Parution : Fabrique du genre

 LE ROSE ET LE BLEU, LA FABRIQUE DU FÉMININ ET DU MASCULIN, CINQ SIÈCLES D’HISTOIRE

Scarlett Beauvalet-boutouyrie et Emmanuelle Berthiaud

Belin, Collection Histoire, 2017

 

Rose pour les filles, bleu pour les garçons ? Il n’en a pas toujours été ainsi. Ce qui semble aujourd’hui une évidence est une habitude récente, comme bien d’autres signes associés au féminin et au masculin. La question du « genre », qui suscite des débats passionnés au sein de la société française, nous incite à regarder au plus près la construction des identités sexuées dans la longue durée. Cette interrogation est d’autant plus essentielle que les définitions de la masculinité et de la féminité ont longtemps servi à justifier la domination masculine.
L’histoire du corps et de ses représentations, des lois juridiques et sociales, de l’éducation, des règles de l’apparence et des enjeux de pouvoir entre sexes, laisse entrevoir, au fil du temps, les contours changeants, parfois surprenants, de ce qui fait de nous des hommes ou des femmes dans la société française.

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie est professeure d’histoire moderne à l’université de Picardie Jules-Verne et auteure de nombreux ouvrages dont une Histoire de la solitude féminine dans la France moderne et une Histoire de la sexualité à l’Époque moderne.
Emmanuelle Berthiaud, agrégée et docteure en histoire moderne et contemporaine, est l’auteure de Enceinte, une histoire de la grossesse entre art et société.

Parution : « Je suis ton père »

Marc Atallah (dir.), Alain Boillat et Frédéric Jaccaud, Je suis ton père. Origines et héritages d’une saga intergalactique, Paris, Huginn & Munnin (Fantask), 2017

Véritable livre d’art, il expose les travaux d’artistes internationaux, dont certains pour la première fois. Précis de culture pop, il contient aussi deux longs essais illustrés, de Frédéric Jaccaud et d’Alain Boillat, sur les origines et les héritages des univers créés par George Lucas. L’ouvrage fait donc à la fois office d’étude scientifique des films de la saga « Star Wars » et de catalogue d’une exposition proposée par la Maison d’Ailleurs (Yverdon-les-Bains) et consacrée au travail de treize artistes contemporains internationaux qui, tous, se réapproprient l’univers de Star Wars pour en proposer une version personnelle et décalée, souvent en exploitant les possibilités du numérique. L’intégralité des oeuvres de l’exposition sont reproduites en grand format dans le catalogue. Dans un essai intitulé « Stars Wars, encore et toujours : d’une logique sérielle répétitive à la création d’un mythe intemporel », illustré notamment par des pièces issues des fonds d’archives de la Maison d’Ailleurs, Alain Boillat analyse certaines de ces oeuvres contemporaines – en particulier les photographies de Cédric Delsaux, auquel Marc Atallah accorde un entretien en fin d’ouvrage – et commente sur un plan narratif et visuel les phénomènes de sérialité et de répétition présents dans les huit longs-métrages de cinéma, ainsi que les modalités selon lesquelles cette logique répétitive se poursuit en dehors des films à travers les médias et les produits dérivés.

 

Korczak, la cause des enfants

Robinson couverture

Parution des Cahiers Robinson n°42

Korczak, la cause des enfants

Ce numéro est issu d’un colloque tenu en lien avec l’Institut de civilisation et d’études polonaises, installé à Lens dans les anciens locaux de la direction des Houillères. Si ces travaux ont apporté beaucoup d’informations sur Korczak, ils n’ont pas levé le mystère. La personne reste étrange, inattendue, toujours double, prise entre identité juive et polonaise, entre fantaisie et gravité. D’où une fragmentation de la réception. La question qui traverse les différentes communications est « Quel lien entre l’action pédagogique et le sacrifice final ? » C’est aussi un homme seul et qui a toujours vécu en communauté, qui n’a pas vraiment laissé d’héritage tout en inspirant de nombreux écrivains et graphistes : une partie importante de cette livraison explore les livres sur Korczak. Mais de nombreux livres de Korczak restent aussi à découvrir par le public français, et l’ensemble ici présenté doit être vu comme une sorte de propédeutique à des recherches plus approfondies Continuer la lecture de Korczak, la cause des enfants

La Planche et le billet : la monnaie au miroir de la bd

« La Planche et le billet : la monnaie au miroir de la bd ».

Livre collectif et interdisciplinaire (SIC, Science économique) rassemble des chercheurs qui analysent des BD connues (Achille Talon, les Schtroumpfs, etc.) pour nous aider à comprendre ce qu’est la monnaie. Ce livre est un pari : montrer que l’art de simplifier le réel permet de comprendre la complexité du monde.

Parution : Poétique de la sérialité

Matthieu Letourneux, Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Seuil, « Poétique ».

http://www.seuil.com/ouvrage/fictions-a-la-chaine-matthieu-letourneux/9782021320886

De Fantômas à James Bond, du récit policier à la science-fiction, d’Harlequin à la Série noire, la culture populaire moderne obéit à une dynamique sérielle : la production et la réception de l’œuvre sont ressaisies dans un ensemble plus vaste de textes qui en détermine la signification. Profondément liées à la culture médiatique et aux logiques de consommation culturelle, ces formes et ces pratiques fictionnelles sont au cœur de notre modernité, dont elles constituent l’une des expressions principales.

C’est cette « poétique de la sérialité » que l’auteur étudie dans ce passionnant essai, suivant des axes théorique, historique, médiatique et culturel. Insistant sur les spécificités de la communication sérielle et leurs conséquences en termes de choix littéraires, de forme et de signification des œuvres, il montre aussi le rôle des pratiques éditoriales et médiatiques depuis le XIXe siècle dans la littérature de masse et leur retentissement sur l’imaginaire fictionnel contemporain. Continuer la lecture de Parution : Poétique de la sérialité