Archives de catégorie : LPCM – activités membres

Appel : Du rétro au néo

Appel à contribution

Recherches en communication

Du rétro au néo, entre nostalgie et réinvention. Objets en mouvement !

Numéro coordonné par Sarah Sepulchre et Sébastien Fevry (Université catholique de Louvain).

image : Retour vers le retro émission web sur le rétrogaming!

Les 8 et 9 décembre 2016, le Groupe interdisciplinaire de recherches sur les cultures et les arts en mouvement (Gircam, ILC, UCL) a organisé le colloque Du rétro au néo, entre nostalgie et réinvention. Objets en mouvement ! Suite à la richesse des communications et des débats qui ont eu lieu lors de cet événement nous avons décidé de monter un numéro sur cette thématique au sein de la revue Recherches en communication.

En ces temps de dématérialisation, à l’heure du tout virtuel, il semblerait que nous assistions à un retour des objets du passé. Des mots, des modes et des usages culturels confirment le phénomène : vintage, reboot, remake, remastering, vinyle, polaroïd, rétro, néo, customisation, sépia… Récemment, un magazine féminin consacrait l’un de ses articles à l’art oublié du diorama. En 2011, le journaliste et théoricien anglais Simon Reynolds signait déjà un ouvrage intitulé Rétromania montrant comment la culture musicale contemporaine se tournait désormais essentiellement vers le passé…

Face à cette constellation de phénomènes, il semble important Continuer la lecture de Appel : Du rétro au néo

Parution : Emerveillement littéraire

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des XIXe et XXe siècles, sous la dir. de Julie Anselmini et Marie-Hélène Boblet, Grenoble, ELLUG

Depuis l’étude magistrale de Mickael Edwards, De l’émerveillement, qui promouvait l’irréductible capacité de découverte, d’étonnement et d’enthousiasme qui fonde notre culture depuis la philosophie platonicienne, il importait de révéler la persistance de cette humeur et de ce moteur, souvent passés sous silence par la modernité. À côté du désenchantement, de la crise des valeurs et de la nostalgie du sacré qui irriguent largement la littérature d’après la Révolution, du romantisme à la fin du xixe siècle, à côté de la mélancolie et du soupçon qui ont caractérisé le xxe siècle, certaines œuvres expriment pourtant le sens profane du miracle, le don de la surprise ou la révélation de l’épiphanie, et l’émerveillement, processus affectif et cognitif complexe, nourrit dans la modernité aussi bien le récit que la poésie.

L’expérience de l’émerveillement, son expression et sa Continuer la lecture de Parution : Emerveillement littéraire

Appel : Roman populaire et villes

Romanesque et ville dans le roman populaire du XIXe au XXIe s. : documents, indices, stratégies

Colloque international à Amiens, 12-14 octobre 2017

Appel : avant le 31 mars 2017

Ce projet de colloque s’inscrit dans le cadre d’un programme Balaton porté, d’une part, par le Centre d’Etudes des Relations et des Contacts Linguistiques et Littéraires (axe Roman & Romanesque) de l’Université de Picardie Jules Verne et, d’autre part, par le Département des Sciences de la Communication et des Médias et le Département des Études Françaises de l’Université de Debrecen. Il en constitue le second volet, après un séminaire de recherche organisé à Debrecen du 16 au 19 novembre 2016 pour préciser les questions propres au romanesque de la ville dans le roman populaire européen du XIXe au XXIe siècle.

Idéalement, les nouveaux échanges permis par ce colloque international déboucheront sur une troisième étape : celle d’un jumelage avec un autre centre de recherche et un autre pays, de façon à préciser notre perspective comparatiste selon un axe géographique, dans le cadre du programme Elargissement d’Horizon 2020 [1].

Les travaux retenus pourront alors faire l’objet d’un volume de la collection Romanesques [2] en 2020.

Au cours du XIXème siècle, la population des villes, particulièrement celle de Londres et de Paris, augmente considérablement sous l’effet Continuer la lecture de Appel : Roman populaire et villes

Colloque : chapitres en BD

Les avatars du chapitre en bande dessinée

11-12 mai 2017

Université de Lausanne

Auditoire 125, Bâtiment Extranef, UNIL-Dorigny

Colloque international organisé par Prof. Raphaël Baroni et Anaïs Goudmand dans le cadre du Projet ANR : « Pratiques et poétique du chapitre du XIXe au XXIe siècle »

PROGRAMME

JEUDI 11 MAI

08h45 Raphaël Baroni et Anaïs Goudmand : Ouverture du colloque

09h00 Thierry Groensteen : Jacques Tardi ou le parti pris de la continuité

09h30 Raphaël Baroni : De l’épisode au chapitre dans les graphic novels : le cas de Daniel Clowes et de Chester Brown Continuer la lecture de Colloque : chapitres en BD

Colloque : « Troubles en série »

Colloque international

 » Troubles en série (saison 2) : les séries télévisées à l’âge adulte »

troubles-en-serie

2, 3 et 4 février, Université Paris-Nanterre, Salle des conférences (Bât. B)

Organisation du colloque :

Fabien Boully et Jean-Pierre Esquenazi

 

Programme
Jeudi 2 février 2017
9h30
Accueil des participants au colloque
10h
Introduction au colloque
Jean-Pierre ESQUENAZI (Professeur émérite, Université Jean Moulin Lyon 3) et Fabien BOULLY (Maître de conférences, Université Paris Nanterre)
10h15
Conférence inaugurale
Pierre BEYLOT (Professeur, Université Bordeaux Montaigne)
Comment définir l’identité d’une série ? Le cas de Homeland

Continuer la lecture de Colloque : « Troubles en série »

Publication : « Play it again, Pinocchio »

Luciano Curreri

Play it again, Pinocchio. Saggi per una storia delle pinocchiate, Moretti et Vitali, 2016, 120 p.

 

pinocchiate

Les « pinocchiate », ce sont ces textes qui reflètent, sous des formes très différentes, le personnage créé par Carlo Collodi/Carlo Lorenzini, dans les aventures de Pinocchio. Histoire d’une marionnette, au début des années 1880.

Avec Play it Again, Pinocchio, Luciano Curreri s’efforce de dessiner, au miroir du XXe siècle et de l’idée de l’enfance, une histoire des « pinocchiate » : l’éternel retour de l’espiègle marionnette est une odyssée de la politique, de la propagande, de la publicité ainsi que de la critique – littérature, cinéma, théâtre, théâtre de marionnettes, chansons, bandes dessinées… Après en avoir suivi les traces dans le futurisme, proposé un historique des affiches et de la période de la guerre en Europe, l’auteur cerne un couple de catégories plus précises : le Pinocchio « fasciste » et le Pinocchio « salgarien  ».

La première étude montre une exploitation de la marionnette, subordonnant la volonté anarchique à l’aventure, tandis que la seconde propose de surmonter, au moins en partie, l’opposition canonique entre Collodi et Salgari dans l’histoire littéraire italienne.

HOMEPAGE

Parution : Statut culturel de la BD

 Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions/The Cultural Standing of Comics. Ambiguities and changes,

Maaheen AHMED, DELNESTE Stéphanie et TILLEUIL Jean-Louis (dir.),

histoire_de_france_bd

Louvain-la-Neuve, Academia/L’Harmattan, 2016, 277 p., coll. « Texte-Image, n°8 ».
En ce temps de crise des légitimités culturelles, il est pour le moins pertinent de faire le point sur les statuts des productions qui en sont l’objet. Et ce, quelle que soit leur position au sein du marché concerné, jusqu’il y a peu dominante ou, inversement, dominée. Se focaliser sur la bande dessinée parmi ces productions s’avère particulièrement de circonstance, pour peu que l’on tienne compte de la critique qui lui est faite.

Parution : BD au XIXe siècle

Le Magasin du XIXe siècle n°5 : « Et la BD fut ! »

 couv-magasin

La BD est née au XIXe siècle. Fille de la caricature et des chroniques de la petite presse, elle emprunte à l’illustration romantique, au théâtre et à la pantomime, anticipe le cinéma et lorgne vers la chronophotographie.
Véritable champ d’expérimentation libre et multiforme, elle inspire aux écrivains et aux dessinateurs de nouvelles manières de raconter des histoires. Hors des règles du grand art et des normes de la littérature, elle est foncièrement irrévérente, d’où son potentiel satirique, politique et subversif. Sans date de naissance précise, la BD s’est élaborée tout au long du siècle sous la plume et le crayon de Grandville, Töpffer, Nadar, Doré, Rops, Robida ou encore Christophe et d’une foule d’autres qui méritent un coup d’oeil, ne serait-ce que pour le plaisir d’en rire.

DOSSIER : ET LA BD FUT !

24 • Présentation
Nicolas Wanlin
30 • Questions de méthode et zones d’ombre Thierry Groensteen
36 • Entre rêve et rébus
J.-J.Grandville bédélste ?
Valérie Stiénon
42 • Le creuset du périodique :préhistoire médiatique de la bande dessinée Laurent Bihl et Julien Schuh

Continuer la lecture de Parution : BD au XIXe siècle

Séminaire : l’essai médiatique

« L’essai médiatique », séminaire de l’EA 1087 EHIC

Université de Limoges

 

Le séminaire « L’essai médiatique » de l’EA 1087 EHIC, université de Limoges, courra sur 2 ans, à raison de 4 séances par année universitaire, et se conclura par un colloque international.

Organisatrices : Irène Langlet et Chloé Ouaked, avec l’aide de Maxime Hureau.

cropped-l_l-de-mars-allegorie-verite

Argument (résumé)

De la forme de discours de savoir inventée par Montaigne, libre et subjective, nous souhaitons interroger les espèces qui se sont mêlées à, et ont migré vers d’autres supports que le livre et d’autres systèmes de signes que le texte littéraire: l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué.

Dans un deuxième sens, plus relatif à la réception de l’essai, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les médias. Résolument contre la position des ceux qui expulsent du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), nous examinerons sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et tenterons de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé.

Lire l’argument complet.

Calendrier

Mercredi 14 décembre 2016, 16h-19h L’essai photographique Andrew Stafford, University of Leeds (Royaume-Uni) Continuer la lecture de Séminaire : l’essai médiatique

Appel : « Populaire, moi ? »

 

 Le Pardaillan n°3 : Populaire, moi ?

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2017

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan souhaite revenir sur l’épineux adjectif « populaire », et sur les délimitations du champ populaire, pour essayer d’en proposer des éclairages différents. Cet adjectif sert de point d’appui épistémologique, en ce qu’il est constitutif d’une catégorie théorique, alors même qu’il est sémantiquement flottant. Il hérite en effet de tous les jeux polysémiques, rhétoriques et idéologiques du mot « peuple », de la masse indifférenciée aux couches socialement défavorisées, en passant par la communauté souveraine ou encore le populisme… Lourd de toutes ces significations possibles, il s’est constitué comme pôle d’adversativité (le populaire comme polarisation constante du non-populaire), définissant en négatif une « culture légitime ».

Il peut sembler étonnant d’avoir choisi un mot si instable pour désigner une catégorie littéraire et culturelle, d’autant que « le populaire » a la vie dure, malgré les nombreuses expressions de remplacement (paralittérature, culture médiatique…) qui ont pu être proposées. Mais il est possible d’apporter des éclairages à cet usage de l’adjectif « populaire » en se penchant sur des cas-limites, frontaliers. Le fait de prendre la culture populaire comme objet d’étude implique en effet de forger des outils théoriques adaptés, et de réfléchir à ces outils que l’on se crée (comme le fait, par exemple, le dernier numéro de Poétiques comparatistes, « Fictions médiatiques et récit de genre. Pour en finir avec le populaire ? »). Que se passe-t-il lorsque l’on applique ces outils à des objets qui semblent inattendus, car ils n’appartiennent a priori pas au champ du populaire ? Un auteur comme Martial, du fait de son ancienneté et de son genre littéraire, l’épigramme, est aujourd’hui un auteur de spécialistes, relégué au domaine des études littéraires et antiques. Mais que devient ce même Martial lorsqu’on le considère comme populaire au point d’avoir été imité par d’innombrables auteurs jusqu’au XVIIIe siècle, et que devient la notion de « populaire » ainsi employée ? De nombreux auteurs du XIXe siècle, aujourd’hui intégrés au canon littéraire et faisant figure de monstres sacrés, ont publié leurs écrits dans les mêmes circuits de diffusion que la littérature dite populaire, à savoir le feuilleton. Comment articuler ce croisement entre populaire et canon, et comment, peut-être, relire le canon à la lumière de ce mode de diffusion ? Autre forme de croisement possible, la figure de Louis XIV, figure non-populaire au possible, à un certain sens du mot du moins, est aujourd’hui l’un des personnages historiques les plus populaires de la culture médiatique, de la série télévisée à la comédie musicale. Les zones de croisement sont nombreuses, on le voit. Continuer la lecture de Appel : « Populaire, moi ? »