Archives de catégorie : LPCM

Séminaire : Cultures de l’imagination

« Les cultures de l’imagination »

Séminaire 2017-2018 PHisTeM (CSLF, EA 1586)–LPCM

Coordination : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Alain Vaillant.

Les séances ont lieu à l’université Paris Nanterre (RER Nanterre-Université) le vendredi, de 14 à 17h, en salle des Conseils de l’UFR PHILLIA ).

Présentation : 

Ce séminaire prend la suite de celui que nous avons animé au PHisTeM les deux années précédentes, sur la thématique « fiction, croyance, médias » et qui nous a permis de confronter les théories de la fiction et d’élaborer nos propres outils heuristiques, à la croisée de la poétique historique, de l’anthropologie culturelle et des cultural studies. Les cultures de l’imaginaire désignent aujourd’hui un ensemble de pratiques qui, avec ou sans artefacts techniques, mettent en jeu les compétences ludiques et fictionnelles : jeux de rôles ou de société, jeux vidéo, jeux de simulation. Mais l’imagination englobe, bien plus largement, toutes les pratiques culturelles ou intellectuelles où la faculté imaginative de l’esprit est mise en œuvre : les jeux bien sûr, mais aussi les religions, les arts et la littérature, la pensée spéculative, et toute activité pratique ou technique où l’esprit, même canalisé par des consignes ou des contraintes précises, doit encore s’ingénier à les adapter en fonction de conditions d’application toujours singulières et inattendues.

La visée du séminaire est donc de rendre à l’imagination l’immense territoire qu’on lui a progressivement contesté, parce que l’imagination, longtemps annexée au vocabulaire et à la problématique de la psychologie ancienne des facultés de l’entendement, paraissait une notion obsolète. Elle a donc été concurrencée et en grande partie remplacée par le concept de fiction, qui semblait permettre une description plus concrète et plus précise des mécanismes formels, des productions culturelles et des effets de réception. Mais, au moment même où les sciences cognitives ont profondément renouvelé l’approche des réalités psychiques, la fiction nous paraît à la fois plus restrictive et ambiguë dans ses usages. De fait, elle tend à confondre l’imaginaire avec la narrativité ou le jeu, qui impliquent tous deux une structure ou des règles précises : elle interdit donc de prendre en compte tout ce que l’imagination garde de fondamentalement informe, dans sa participation à l’intuition, aux mécanismes de l’invention intellectuelle ou esthétique, à l’activité onirique ou libidinale de l’esprit.

Concrètement, notre objet d’analyse ne sera pas l’imagination au général (car il va de soi que toute activité humaine implique une participation de l’imagination, qui permet à l’individu de s’adapter et de réagir à un environnement par nature imprévisible), mais seulement les pratiques, individuelles ou collectives, où les plaisirs de l’imagination sont recherchés pour eux-mêmes (notamment dans les sphères ludique, littéraire, artistique ou médiatique). Ce sont elles que désigne ici, de façon restrictive, l’intitulé « les cultures de l’imagination ».

Programme

13 octobre 2017 – Anne Besson (université d’Artois), Matthieu Letourneux (université Paris Nanterre) et Alain Vaillant (université Paris Nanterre), « Imagination/Fiction : introduction générale ».

8 décembre 2017 – Pierre Lagrange (École d’art d’Avignon), « Extraterrestres, science et fiction ».

19 janvier 2018 – Jérôme David (université de Lausanne), « Les Secondes Lumières françaises : une culture démocratique de l’imagination ».

23 mars 2018 – Patrick Suter (université de Berne), « Les combats de l’imagination. Avant-gardes er autres –ismes ».

6 avril 2018 – Sébastien François (université Paris 8), « Les fabricants de l’imaginaire enfantin : regards croisés sur la production des objets et des médias de l’enfance ».

Parution : « Belphégor », JO 1936

Nouveau numéro de Belphégor, juin 2017

1936: les Jeux olympiques dans la presse internationale. Presse, mondialisation et imaginaires médiatiques

Paul Aron, Micheline Cambron, Gianni Haver, Marie-Eve Thérenty et François Vallotton

La présente livraison de la revue Belphégor publie les résultats d’une vaste étude internationale sur l’impact des Jeux olympiques de Berlin de 1936 dans la presse belge, française, québécoise et suisse.

L’événement, en lui-même, est bien connu et a fait l’objet de nombreuses publications. Les Jeux de 1936 ont été, de toute l’histoire de l’Olympisme, ceux qui ont suscité le plus d’études. Pour la première fois en effet, l’histoire du sport affrontait l’épreuve de la politique à l’échelle mondiale et à grande ampleur. Les historiens ont parfaitement décrit l’importance que le régime nazi a accordée aux Jeux, la manière dont ils ont orchestré leur mise en scène spectaculaire. Ceux-ci marquaient à la fois le grand retour de l’Allemagne dans l’organisation du sport international, et une occasion unique de montrer au monde les réalisations du Reich. Par ailleurs, les débats occasionnés par les orientations racistes et militaires du régime ont suscité nombre de réactions. La manière dont le Comité international olympique (CIO) a géré ces questions est également bien connue.

Pourquoi donc y revenir, et sous l’angle particulier de l’étude de la presse écrite ? Depuis une vingtaine d’années, la presse a pris une place de plus en plus importante dans la recherche. La numérisation des journaux, et notamment celle, rétroactive, de quotidiens anciens, a donné une nouvelle vie aux collections. Mais au-delà de cette opportunité, le constat qui fonde cet intérêt nouveau des chercheurs est avant tout lié à une nouvelle manière de penser la presse. Au lieu de considérer le journal comme une simple source historique, il convient de reconnaître que s’y jouent une série de phénomènes qui font du média non seulement le vecteur d’une information, mais aussi l’organisateur de celle-ci, selon des codes spécifiques progressivement mis au point pendant la période d’expansion de la presse écrite. Celle-ci s’est imposée comme la référence première de l’information au cours du xixsiècle, dépassant dans ce rôle la correspondance privée, la conversation ou les récits imprimés des siècles précédents. Pendant la même période, la presse a inventé à la fois un langage, des catégories d’expression (des rubriques), et mis en place tout un personnel aux fonctions différenciées (du pigiste au journaliste professionnel, du reporter à l’interviewer). La civilisation du journaldécrit cela en détails1. Au début du xxe siècle, ce système s’est étendu à d’autres médias, comme la radio et le cinéma, sans toutefois en changer les données essentielles.

Continuer la lecture de Parution : « Belphégor », JO 1936

Appel : Assises CPM 2018

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

« Approches  critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes »

Research on Popular Cultures and Media Cultures Convention 2018: “Critical approaches to media fictions: stakes, tools and methods”

 

Appel à communications/Call for proposals

 

Dates : 11-13 octobre 2018

Lieu : Nanterre et Paris

Langues des communications : français, anglais

Organisation : Plusieurs équipes de recherche ou associations de chercheur-e-s  actives dans le champ de la culture populaire, de l’étude des médias, des fictions, des jeux, etc. collaborent afin d’organiser ces assises fondatrices, qui visent à susciter des convergences inédites.

English below

La recherche sur les cultures populaires et médiatiques, si elle a débuté dès les années 1960 par quelques travaux pionniers, s’est considérablement développée depuis 25 ans, a fortiori depuis une dizaine d’années avec la contribution de nouvelles générations de chercheur-e-s assumant leur immersion dans la culture transmédiale et sérielle contemporaine. Des études sectorielles ou plus synthétiques ont ainsi exploré des domaines aussi divers que la littérature, le cinéma, les séries télévisées, les productions transmédias, les jeux vidéo, les jeux, la bande dessinée, la littérature jeunesse, les figurines, les images …

Une moisson considérable de recherches éclairantes et objectivement complémentaires a donc été réalisée depuis les années 1990, qui mérite aujourd’hui d’être ressaisie collectivement, sur la base de coopérations inédites et en recherchant des synergies pluridisciplinaires.  De fait, si de nombreux colloques ont été organisés dans le champ de la culture médiatique, si les chercheur-e-s s’entrelisent souvent, si nous connaissons souvent les recherches Continuer la lecture de Appel : Assises CPM 2018

Séminaire LPCM : Tintin et les Martiens

Séance du 9 juin 2017

André Gunthert

Tintin et les Martiens. Du réalisme dans la fiction

En comparant deux processus où des œuvres de fiction présentent un gain de vraisemblance, dans les premiers albums de Tintin et dans les films de conquête extra-terrestre, on propose de mettre en évidence la dimension du réalisme comme un opérateur de distinction, dont les effets sont perceptibles y compris au sein de l’univers fictionnel.

Voir le programme du séminaire

André Gunthert est maître de conférences en histoire visuelle à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Auteur de nombreuses études en histoire de la photographie, du daguerréotype à l’image numérique, il est l’un des principaux spécialistes français de la culture visuelle. Ses recherches actuelles sont consacrées aux systèmes narratifs des industries culturelles.

Fondateur de la revue Etudes photographiques en 1996, il a notamment dirigé avec Michel Poivert L’Art de la photographie (Citadelles-Mazenod, 2007). Son dernier ouvrage, L’Image partagée. La photographie numérique (Textuel, 2015) propose une première histoire du basculement vers l’image numérique. Il publie régulièrement ses travaux récents sur le blog L’image sociale. Continuer la lecture de Séminaire LPCM : Tintin et les Martiens

Séminaire LPCM : « L’art magique »

Frédéric Tabet « L’art magique, constructions et écritures d’un regard paradoxal »

Séminaire LPCM/Phistem, vendredi 10 février 2017, 14h, Université Paris-Ouest, Nanterre, bâtiment L, salle L436 (salle des conseils)

 

L’art magique se distingue des autres formes de représentation par son caractère paradoxal. Le spectateur assiste à des effets impossibles réalisés de manière hautement réaliste, indubitablement réels — car sensibles, visibles, audibles et parfois palpables, au point qu’on ne peut pas ne pas croire en ces phénomènes. Or, simultanément, le spectateur se sait pertinemment témoin d’apparences trompeuses, d’élaborations scientifiques rationnelles et par là face à de totales fictions. Cette injonction paradoxale crée le sentiment magique, distinct de l’émerveillement ou de la désillusion. Il nait au moment où l’effet fait irruption, au moment où s’inversent les poids du cru et du perçu dans les esprits.

Notre communication explorera les dispositifs de la prestidigitation, de l’illusionnisme et du post-modernisme. Nous montrerons par le biais de leurs écritures magiques comment les artistes-magiciens en détournant les moments de croyance construisent par l’illusion un regard lucide et critique.

 

Frédéric Tabet est Maître de Conférences à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, membre du Laboratoire Lara-Seppia (EA 4154). Sa thèse et ses publications portent sur les modalités d’échanges et les emprunts entre l’art magique et les médias. Il est l’auteur d’articles sur l’histoire ainsi que l’esthétique du cinéma, ses intérêts actuels explorent la généalogie des effets et leurs mutations à l’aune de nouvelles technologies.

« Méliès et les artistes magiciens – Éléments de lecture d’une écriture virtuose », in Méliès carrefour des attractions – Suivi de Correspondance de Georges Méliès (1904-1937), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, pp. 87-95.

« Entre art magique et cinématographe : un cas de circulation technique, le Théâtre Noir », 1865 Revue d’histoire du cinéma, Paris, AFRHC, n°69, avril 2013, pp. 27-43.

« La Transparence du Fregoligraphe en questions », in Performing New Média, 1890-1915, New Barnet, J. Libey, 2014, pp. 57-66.

« Trucage et réception, une étude de cas, les variétés magiques », in Trucages et Télévision, Revue CIRCAV, n°25, mai 2016, Paris, L’Harmattan, pp. 21-32.

Appel : Belphégor, Emilio Salgari

Appel à contribution :

LES ÂMES D’EMILIO SALGARI

Belphégor (https://belphegor.revues.org/?lang=fr)

Qu’il ait été apprécié ou critiqué, adoré ou ignoré, Emilio Salgari, le doyen du genre du roman d’aventures en Italie, a attiré l’attention de chercheurs de tous niveaux – des amateurs passionnés aux spécialistes universitaires – qui ont exploré un très grand nombre de thèmes reliés à sa vie et à son œuvre. Parmi ceux qui sont restés jusqu’ici dans les marges, toujours ignorés, figure la question de la profondeur psychologique de ses personnages.

Quoiqu’il soit admis que ses aventures emportent le lecteur dans une sarabande ininterrompue à laquelle on ne sait aisément se soustraire (que l’on mette cela sur le compte d’un indéniable métier, d’un aplatissement banal sur des schémas tout aussi fixes que frénétiques, ou encore qu’on le juge être le résultat de la passion de l’auteur et de sa capacité de se plonger totalement dans son travail), on ne reconnaît la plupart du temps aux personnages salgariens qu’un certain aspect. Un aspect impressionnant, bien sûr, mais tout en extension et aucunement en profondeur. Une présence au lieu d’une essence. Un paraître plutôt qu’un être. Un caractère, mais pas une personnalité, si on veut considérer celle-ci comme une construction complexe et contradictoire faite d’expériences qui se superposent et s’intègrent les unes aux autres. En d’autres termes, les personnages salgariens ne pourraient pas compter sur une psychologie qui leur serait propre, mais seraient simplement constitués de signes unidimensionnels, d’éléments non pas simples, mais plutôt simplistes, visant à en faire uniquement des symboles susceptibles de faire avancer l’action et progresser l’histoire. Cette critique, si on veut la considérer telle, s’applique par ailleurs tout aussi bien à l’écrivain de Vérone qu’aux autres romanciers populaires, non exclusivement de son époque. Il ne s’agirait alors pas d’un défaut qui lui serait exclusif, mais d’un phénomène que l’on associe souvent et volontiers à un prétendu manque de valeur littéraire authentique typique des narrations feuilletonesques et, au-delà, de la narration de masse jusqu’à nos jours. Dans ce contexte, Salgari ne serait donc ni meilleur ni pire que tant d’autres, si ce n’est peut-être encore plus « pur », c’est-à-dire parfaitement détaché d’une quelconque aspiration à la mise en scène de la moindre profondeur psychologique, qui appartiendrait à un registre littéraire auquel il n’aurait jamais pu ni voulu prétendre aspirer.

Des explorations moins classificatoires et canoniquement orientées de l’œuvre de Salgari n’ont pourtant pas pu manquer de relever comment les personnages de ses aventures, et les situations auxquelles ils sont confrontés, présupposent de la part de l’auteur une connaissance loin d’être superficielle de l’âme humaine, une pénétration profonde qui permet de graver certains souvenirs de manière indélébile dans la mémoire et la psyché d’innombrables lecteurs. Ces recherches, après avoir mis en lumière l’évolution cohérente à laquelle l’œuvre salgarienne a été soumise au fil des ans, au-delà d’idées préconçues datées si ce n’est inexplicables, ont révélé par exemple la forte attraction, longtemps ignorée, dont ces romans ont fait preuve sur le public féminin de tous âges, qui s’expliquerait notamment par une identification profonde, projetée au-dessus et au-delà de la simple aventure et de tout sentimentalisme. De même, certains personnages qui se ressentent d’une inspiration autobiographique ou qui sont liés de bien des façons à l’univers de la Bohème, dont la présence a animé des créations soumises à des rythmes de production ardus à gérer, seraient eux-mêmes significatifs de ce point de vue et, lorsqu’ils réapparaissent d’un roman à l’autre, révèlent les traces d’une forte attention au détail, de polissures et d’approfondissements. Ce phénomène est sensible même dans le cas de personnages secondaires, dont la personnalité fortement marquée semble parfois leur permettre d’échapper aux intentions initiales de l’auteur, pour leur conférer l’autonomie nécessaire à leur faire occuper pour un temps les devants de la scène.

Ce numéro de Belphégor tâchera de cerner ces aspects divers et variés pour vérifier s’il est effectivement vrai que l’esprit des personnages salgariens équivaut à une page blanche. Nous essayerons d’analyser la vaste œuvre du romancier, si possible en proposant des excursions dans des lieux encore inexplorés, ou en se concentrant sur certains cas particulièrement représentatifs, pour déterminer en quoi consiste, étymologiquement, ce « souffle » qui transporte les personnages de Salgari, hommes et femmes (ces dernières, particulièrement nombreuses) dans leurs aventures héroïques et sentimentales. Peut-on parler d’une psychologie des personnages salgariens ? Jusqu’à quel point et dans quels buts ? Qu’est-ce qui la construit, qu’est-ce qui révèle sa présence ? Ou alors, quels sont les effets que son absence peut avoir sur les romans et sur les constructions des univers qui sont issus de l’imagination invraisemblablement féconde du romancier ?

 

Numéro sous la direction de Vittorio Frigerio et Felice Pozzo

Prière d’envoyer les articles d’ici le 31 mars 2017 aux adresses suivantes :

frigerio@dal.ca et felicepozzo@alice.it

 

Belphégor (https://belphegor.revues.org/?lang=fr)

 

THE SOUL OF EMILIO SALGARI

Whether he has been appreciated or criticized, adored or ignored, Emilio Salgari – the dean of Italy’s adventure novelists – has attracted attention at all levels, from aficionados to academics. The studies on varied aspects of his life and his works are now many. One point, however, has hardly been explored at all and remains open to debate and discussion: that regarding the psychology of his characters.

Salgari’s stories are recognized for their ability to transport the reader in an unceasing whirlwind of breath-taking action. Some explain this as proof of outstanding writerly skill, others as a sign of his unimaginative use of frenetic and predictable narrative schemes, others yet as revealing of the author’s passion and ability to invest himself fully in his work. No matter what position is preferred, however, his characters are generally just granted a certain aspect, undoubtedly impressive, but quite superficial and devoid of depth. A presence as opposed to an essence. An appearance that replaces being. A character but not a personality, if we consider the latter a complex and contradictory assemblage of layers of integrated experiences. In other words, Salgari’s characters would not be endowed of their own psychology. They would be simply assembled from unidimensional signs, simplistic (rather than simple) elements that make them into easily decipherable symbols, whose only task is to help the progression of the story. This criticism, however, is not specific to Salgari, but is rather often heard when talking in general terms of the serialized novels of his times, or of modern mass culture, as being essentially devoid of true literary value. Salgari would therefore not be any better, nor any worse, than his many ‘popular’ colleagues. Maybe just ‘purer’, even further detached from any hope of attaining a valid representation of psychological qualities that belong to a kind of literature to which he could not ever have aspired, nor wanted to aspire to. But this is not all. Some less canonical and less depreciatory analysis of Salgari’s opus have revealed how his characters and the situations he depicts show a knowledge of the human soul that is far from superficial. Indeed, one that at times reaches to such depths as to leave an indelible mark in the readers’ memory and their psyche. It has been shown that Salgari’s work has known a coherent evolution over time, from the early frenzied adventures he published just out of his teens. It has also ben shown that women of all ages have been consistently and widely attracted to his novels, and that this unexpected and largely ignored public felt a kinship with Salgari’s work that goes beyond the simple fascination with adventure or simplistic sentimentalism. An otherwise unsuspected depth can also be felt in some characters where autobiographical influences can be identified, in particular those close to bohemian lifestyles. When recurring from novel to novel, they betray the marks of an increasing complexity. This same complexity also appears in a number of secondary characters, whose striking personality seems to provide them with more autonomy than the author originally intended, and makes them rivals of the main heroes for the readers’ attention.

This issue of Belphégor will explore these diverse aspects to debate the validity of the notion according to which the mind of Salgari’s characters is akin to a blank page. We encourage papers that will analyze the novelist’s large opus, with possible incursions into as yet “unexplored territories”, or who focus on single cases that deserve particular attention, to attempt to determine – as the etymology of the word requires it – from which faraway seas comes the “soul” that carries Salgari’s heroes, male and female, towards their multi-faceted adventures. Is it possible to speak of a psychology of Salgari’s characters? How far and for what reasons? What is it made of, and what betrays its presence? Alternately, what are the consequences of its absence on the novels and on the architecture of the universes that have sprung from the writer’s unusually fertile mind?

 

Issue edited by Vittorio Frigerio and Felice Pozzo

Please send all articles by March 31st, 2017 at both addresses below.

frigerio@dal.ca felicepozzo@alice.it

 

Belphégor (https://belphegor.revues.org/)

 

LE ANIME DI SALGARI

 

 

Apprezzato o criticato, adorato o ignorato, Emilio Salgari, il creatore del genere avventuroso in Italia, ha smosso le attenzioni di studiosi ad ogni livello- dagli appassionati agli accademici- su moltissimi temi riferiti alla sua vita e alla sua opera.

Ma, tra i punti rimasti ai margini e perciò insoluti, resta quello riguardante la psicologia dei suoi personaggi.

Per quanto le avventure trascinino il lettore in una sarabanda inarrestabile alla quale è difficile sottrarsi (che si ritenga ciò segno di innegabile mestiere o di banale appiattimento a schemi tanto prefissi quanto frenetici o ancora risultato di passione e a volte di immedesimazione nel lavoro), si è sovente propensi a riconoscere ai suoi personaggi soltanto un certo aspetto.

Aspetto impressionante, certo, ma sviluppato tutto in estensione e per nulla in profondità. Una presenza, non un’essenza. Un apparire piuttosto che un essere. Un carattere ma non una personalità, se si vuole considerare quest’ultima come un costrutto complesso e contradditorio fatto di un graduale sovrapporsi e integrarsi di esperienze.

In altre parole, i personaggi salgariani non disporrebbero di una psicologia loro propria, ma sarebbero semplicemente costituiti da segni unidimensionali, da elementi non semplici ma semplicistici miranti a farne meri simboli atti a fare avanzare l’azione e progredire la storia.

Questa critica, se tale la si vuole considerare, accomuna d’altronde lo scrittore veronese con gli altri romanzi popolari del suo tempo e non solo. Non sarebbe una deficienza particolare dell’autore a provocare questo fenomeno, associato spesso e volentieri alla mancanza di reale valore letterario attribuita alle narrazioni d’appendice dell’epoca , o a quella di massa dei giorni nostri.

Salgari, in questo contesto, non sarebbe in fondo né migliore né peggiore di tanti altri, forse solo più “puro”, ossia perfettamente distaccato da qualsivoglia aspirazione alla rappresentazione di una profondità psicologica che appartiene a un registro letterario al quale non avrebbe mai aspirato, né al quale avrebbe potuto o dovuto pretendere.

Ricognizioni meno canoniche e classificatorie dell’opera salgariana non hanno peraltro potuto esimersi dal verificare come personaggi e situazioni non solo presuppongano una conoscenza non superficiale dell’animo umano, ma sappiano penetrare nel profondo, così da consentire una sosta pressoché indelebile nella memoria e nella psiche di moltissimi lettori.

Dopo aver constatato- superando datati e forse inspiegabili preconcetti- che anche l’opera di Salgari, che iniziò a pubblicare le prime, esagitate avventure ai limiti della maggior età di allora, abbia ottenuto nel tempo una coerente evoluzione, queste ricognizioni hanno evidenziato, ad esempio, che la grande e a lungo ignorata attrazione del pubblico femminile di ogni età per quell’opera, trova riscontro in una immedesimazione non epidermica, ma proiettata al di là e al di sopra della mera avventura o del semplice sentimentalismo.

Parimenti, certi personaggi, a volte non esenti da richiami autobiografici o legati per molti versi all’universo bohèmien, che hanno vivacizzato pagine sottoposte a ritmi di lavoro tutt’altro che agevoli, risulterebbero rilevanti da questo punto di vista e, se presenti a lungo, sottoposti a evidenti attenzioni, rifiniture, approfondimenti.

Ciò accadrebbe persino quando si tratta di figure di contorno, che sembrano sfuggire alle iniziali intenzioni dell’autore, come dotati di autonomia, per rubare la scena ai protagonisti, grazie alla loro spiccata personalità.

 

Questo numero di Belphégor intende esaminare questi aspetti per verificare, appunto, quanto sia vera l’idea che la mente dei personaggi salgariani si apparenti a una pagina bianca.

Si tratterà, insomma, di esaminare la vasta opera del romanziere, magari con incursioni in “luoghi inesplorati”, o di concentrarsi su qualche singolo caso rappresentativo, per determinare cosa sia, etimologicamente, quel “soffio” che trasporta i personaggi salgariani, maschili e femminili (insolitamente numerosi, questi ultimi) nelle loro avventure eroiche e sentimentali.

Si può parlare di psicologia dei personaggi di Salgari? Fino a che punto e per quali motivi? Cosa la

costruisce, cosa rivela la sua presenza? Oppure, quali sono gli effetti che la sua assenza può avere sui romanzi e sulla costruzione degli universi creati dalla fervida immaginazione del romanziere?

 

 

Numero sotto la direzione di Vittorio Frigerio e Felice Pozzo

Si prega di inviare gli articoli entro il 31 marzo 2017 agli indirizzi seguenti:

frigerio@dal.ca e felicepozzo@alice.it

Belphégor : Littérature populaire espagnole

Revue Belphégor. Littératures populaires et culture médiatique

APPEL À CONTRIBUTION

La littérature populaire espagnole: bilan et approches

Image : El Coyote. El Diablo en Los Angeles, José Mallorqui. Site http://www.novelascoyote.com

Massif encore peu exploré des études universitaires, la littérature populaire espagnole n’a cessé de dialoguer avec les productions des autres pays occidentaux, se nourrissant des modèles offerts par les auteurs et les genres dominants de ce qui est apparu, dès le XIXe siècle, comme une culture médiatique mondialisée. C’est ce vaste ensemble de textes mal connus aujourd’hui, mais qui ont contribué à structurer les imaginaires modernes espagnols en dialogue avec les cultures médiatiques occidentales que ce numéro de Belphégor se propose d’étudier.

En Espagne, les romanciers considérés comme « populaires » commencent à être publiés à partir de 1834. Tout au long du XIXe siècle, la littérature populaire française représente la source d’inspiration la plus importante dans ce pays. Les romanciers français sont hispanisés et la distance entre les deux cultures n’est pas trop grande pour empêcher un processus d’assimilation. La littérature populaire met en valeur des concepts comme l’honneur, l’amour pur, la fidélité, l’orgueil de race, la fierté et la noblesse, autant de qualités qui font écho à une certaine tradition espagnole, puisqu’au XVIIe siècle des écrivains comme Calderón de la Barca et Lope de Vega les ont bien illustrées. Les romans de Sue, Féval ou Hugo trouvent ainsi un terrain propice et le public espagnol est tout prêt à les aimer et à les accepter comme propres. Continuer la lecture de Belphégor : Littérature populaire espagnole

Séminaire LPCM « Fictions médiatiques »

 

« Fictions médiatiques »

 

Séminaire LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures populaires et Culture Médiatique) et CSLF (EA 1586, équipe Phistem)

coordonné par Anne Besson (Université d’Artois) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

 

Université Paris Ouest-Nanterre La Défense,

vendredi 11 décembre 2015, vendredi 11 mars 2016, vendredi 13 mai 2016

15-18h, salle L 205

11 décembre : Ruth Mayer (Université de Hanovre) : « In the Nick of Time? Detective Film Serials, Temporality, and Contingency Management, 1919-1926 »

11 mars : Irène Langlet (Université de Limoges) : « Pour une poétique des fictions industrielles »

13 mai : Marie-Eve Thérenty (Université Paul-Valery, Montpellier) : « Chalumeaux, espadrilles de crêpe et escarpins. Dispositifs fictionnels, médiatiques et sériels dans Détective (1928-1940) »

 

[Image : la fresque du bar « Fu Manchu », Clapham, Londres]

Depuis le XIXe siècle, on a vu se multiplier les dispositifs médiatiques. Ceux-ci ont pris une place de plus en plus importante dans l’espace culturel et social, au point d’apparaître au début du XXIe siècle comme le principal mode d’appréhension de la réalité et le vecteur essentiel de consommation des œuvres de fiction. Dans le domaine de la culture populaire, le basculement d’une culture de transmission communautaire (folklore, légendes) à une culture médiatique portant déjà en elle la logique de la culture de masse, ou tout au moins celle des communautés médiatisées, a changé en profondeur la relation aux récits, au point que celle-ci apparaît comme l’une des sources de structuration majeures de l’imaginaire collectif et du discours social. C’est en ce sens que l’articulation entre le médiatique et le fictionnel s’impose tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’étudier les productions sérielles, d’autant que celles-ci tendent à reformuler dans leurs structures narratives ou leurs thèmes les contraintes que fait peser sur elles la reproductibilité technique associée aux médias de masse. C’est cette relation entre fiction et culture médiatique que le séminaire monté en association par la LPCM et le CSLF (équipe PHISTEM) se propose d’examiner en mettant l’accent sur différents niveaux :

 

D’abord, il apparaît que les contraintes du support de production s’imposent sur les formes des récits, non seulement à travers les modes d’expression qui leur sont associés mais aussi à travers les dynamiques de communication et la matérialité du support elle-même. Chaque nouveau média a altéré la façon de concevoir les fictions, affectant à la fois les structures narratives et les imaginaires des auteurs qui ont choisi d’en exploiter les possibilités.

La multiplication des médias a en outre entraîné la circulation transmédiatique des œuvres et des imaginaires et leur déclinaison dans des modes d’expression différents. Une telle circulation a favorisé la cohésion des imaginaires. Elle a permis le développement de nouvelles logiques transfictionnelles, a imposé des univers de fiction encyclopédiques excédant largement leur actualisation dans la somme des œuvres qui les explorent, et de véritables synergies transmédiatiques. Mais elle a entraîné en parallèle une fragmentation de ces œuvres-architextes, invitant aux appropriations et aux recompositions, et favorisant les logiques de participation communautaires.

Le rythme et la logique des médias ont par ailleurs structuré notre manière d’appréhender la réalité, imposant une relation de la littérature sérielle au monde oscillant en permanence entre des logiques réalistes de représentation (celles d’une relation médiatisée et périodique au monde) et une vraisemblance intertextuelle insistant sur le spectaculaire et l’émerveillement (celle qui accompagne la standardisation des imaginaires sérialisés et l’autonomisation des logiques référentielles).

Enfin les conditions de production des œuvres, marquées par une industrie culturelle et médiatique toujours plus puissante, ont imposé leurs logiques industrielles et commerciales aux œuvres, à leurs formes et à leurs imaginaires, mettant en évidence une articulation profonde entre le développement des fictions sérielles, de la culture médiatique et de la culture de consommation. Favorisant une logique de circulation de plus en plus grande de la fiction entre les formes narratives et les formes mimétiques et ludiques (celles en particulier des produits dérivés, jeux, jouets et biens de consommation courante), ces « fictions médiatiques » sont donc au cœur des phénomènes de « consommation culturelle » sur lesquels on peut aujourd’hui s’interroger en en rappelant les contextes successifs de développement.

 

Belphégor : nouveau numéro double

Le nouveau numéro de la revue Belphégor est arrivé !

belphégor-couverture-
Distinction That Matters/Fictions Économiques.

Un double numéro en quatre langues qui examine d’une part « the various relationships and interdependencies between book production and distinctions of taste by examining how the material aspects of literary texts, such as the cover, binding, typography, and paper stock, reflect or even determine their cultural status. » Ce dossier est dirigé par  Anthony Enns et Bernhard Metz. La seconde partie porte sur la fiction d’affaires soit une fiction qui place au centre de son récit les mécanismes et acteurs économiques dans le contexte d’une entreprise, privée ou publique. Ce dossier est dirigé par Chris Reyns-Chikuma.

Disparition de Charles Grivel

[English version here]

Notre collègue Charles Grivel s’est éteint le jeudi 14 mai, à l’issue d’une longue maladie contre laquelle il luttait depuis 8 ans avec une allégresse courageuse.

Charles a été un pionnier en matière de recherche ès littératures populaires, et sur la « photo de famille » LPCM prise à Limoges lors de l’Assemblée générale constituante de notre Association en mai 2011 il figure en bonne place, car il avait tenu, malgré la fatigue, à participer à cet élan fondateur. Charles croyait en effet aux vertus de l’échange et de la coopération : il présida ainsi de 1993 à 1999 l’Association des Amis du Roman Populaire et fit partie du premier « bureau » de la Coordination internationale LPCM, aussi informelle que précieuse, qui se mit en place en 1997 lors de la rencontre de Saint Etienne, première d’une belle série.

Profondément originale dans la variété de ses objets et le style, ciselé jusqu’à l’aphorisme, de ses analyses faisant la nique à l’académisme, la démarche de Charles Grivel a eu un retentissement considérable pour beaucoup d’entre nous, depuis son ouvrage fondateur Production de l’intérêt romanesque. Un état du texte (1870-1880, un essai de constitution de sa théorie), en 1973 (rédité par Belphégor sous forme numérique), jusqu’à Alexandre Dumas l’homme 100 têtes (2010), en passant par Fantastique-fiction en1992, pour ne citer que ces trois balises dans une œuvre critique éclectique qui le vit s’intéresser au populaire et à l’excentrique, au Naturalisme et à la Fin de siècle, à Dumas et à Dracula, au roman-photo et au roman-cinéma, à l’illustration et aux plaisirs retors du texte et de ses lecteurs…

D’ici quelques mois la LPCM rendra hommage à Charles et mettra en lumière l’actualité stimulante de ses travaux par un dossier inséré dans Belphégor. Ce numéro spécial, dont Jacques Migozzi assurera la coordination, devrait panacher rééditions de textes malaisément accessibles de Charles Grivel et commentaires de quelques « discutants », à qui ses travaux donnèrent à penser le « populaire infiniment parlant ».

Le bureau LPCM