Archives de catégorie : Colloques et séminaires

Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Journée « Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

séminaire doctoral « TransLittéraires », E.A.  Textes et Cultures, projet LégiPop de la MESHS Nord

vendredi 5 mai, Université d’Artois (Arras) en Salle des colloques de  la maison de la recherche

 

Programme

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSic), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche » Continuer la lecture de Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Colloque : Prescription culturelle

La prescription culturelle en question

Cultural prescription in question

Dijon, 5-7 avril 2017

Tout au long du XXe siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Ce colloque se propose de décrire, discuter et analyser différentes formes de prescription culturelle que celles-ci soient traditionnelles ou émergentes et ce dans un contexte de globalisation croissante et de crise de l’expertise.

Colloque international à la MSH de Dijon organisé par le GEP (Groupe d’Études de la Prescription) avec le soutien des laboratoires Cimeos et Geriico, de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et de l’ESPE (Université de Bourgogne).

Programme

5 avril, Demi journée 1

Continuer la lecture de Colloque : Prescription culturelle

Colloque : Kaamelott

Colloque – Kaamelott, la relecture de l’histoire

Le 24 et 25 mars, Université Paris-Sorbonne, Paris

Attention : l’inscription obligatoire est close

Colloque organisé par Florian Besson (doctorant en histoire médiévale à l’Université Paris-Sorbonne) et Justine Breton (docteure en littérature médiévale de l’Université de Picardie-Jules-Verne)

Programme :

Vendredi 24 mars 2017

9h : accueil des participants
9h30-10h Introduction (Florian Besson – Justine Breton)

Session 1 Pouvoirs arthuriens

10h-10h25 Aurélie Houdebert (Université Paris III-Sorbonne) – « Le poète et le roi : le Perceval d’Alexandre Astier »
10h25-10h50 Rudi Beaulant (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – « « Demain, on gracie » ! Représenter la justice mediévale dans Kaamelott »
1050-11h15 Jonathan Bocquet (de Lyon) – « De l’idéal de la table ronde à l’exercice du pouvoir, le politique dans Kaamelott »
11h15-11h45 Questions
Repas 11h45-13h15

Session 2 Images de Rome

13h15-13h40 Maxime Emion (Université de Rouen) – « L’armée romaine dans Kaamelott »
13h40-14h05 Pauline Ducret (Université Paris 8-Saint Denis) – « Arturus Rex, roi des Bretons. Images de la Rome antique dans Kaamelott » Continuer la lecture de Colloque : Kaamelott

Colloque : chapitres en BD

Les avatars du chapitre en bande dessinée

11-12 mai 2017

Université de Lausanne

Auditoire 125, Bâtiment Extranef, UNIL-Dorigny

Colloque international organisé par Prof. Raphaël Baroni et Anaïs Goudmand dans le cadre du Projet ANR : « Pratiques et poétique du chapitre du XIXe au XXIe siècle »

PROGRAMME

JEUDI 11 MAI

08h45 Raphaël Baroni et Anaïs Goudmand : Ouverture du colloque

09h00 Thierry Groensteen : Jacques Tardi ou le parti pris de la continuité

09h30 Raphaël Baroni : De l’épisode au chapitre dans les graphic novels : le cas de Daniel Clowes et de Chester Brown Continuer la lecture de Colloque : chapitres en BD

Séminaire LPCM : « L’art magique »

Frédéric Tabet « L’art magique, constructions et écritures d’un regard paradoxal »

Séminaire LPCM/Phistem, vendredi 10 février 2017, 14h, Université Paris-Ouest, Nanterre, bâtiment L, salle L436 (salle des conseils)

 

L’art magique se distingue des autres formes de représentation par son caractère paradoxal. Le spectateur assiste à des effets impossibles réalisés de manière hautement réaliste, indubitablement réels — car sensibles, visibles, audibles et parfois palpables, au point qu’on ne peut pas ne pas croire en ces phénomènes. Or, simultanément, le spectateur se sait pertinemment témoin d’apparences trompeuses, d’élaborations scientifiques rationnelles et par là face à de totales fictions. Cette injonction paradoxale crée le sentiment magique, distinct de l’émerveillement ou de la désillusion. Il nait au moment où l’effet fait irruption, au moment où s’inversent les poids du cru et du perçu dans les esprits.

Notre communication explorera les dispositifs de la prestidigitation, de l’illusionnisme et du post-modernisme. Nous montrerons par le biais de leurs écritures magiques comment les artistes-magiciens en détournant les moments de croyance construisent par l’illusion un regard lucide et critique.

 

Frédéric Tabet est Maître de Conférences à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, membre du Laboratoire Lara-Seppia (EA 4154). Sa thèse et ses publications portent sur les modalités d’échanges et les emprunts entre l’art magique et les médias. Il est l’auteur d’articles sur l’histoire ainsi que l’esthétique du cinéma, ses intérêts actuels explorent la généalogie des effets et leurs mutations à l’aune de nouvelles technologies.

« Méliès et les artistes magiciens – Éléments de lecture d’une écriture virtuose », in Méliès carrefour des attractions – Suivi de Correspondance de Georges Méliès (1904-1937), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, pp. 87-95.

« Entre art magique et cinématographe : un cas de circulation technique, le Théâtre Noir », 1865 Revue d’histoire du cinéma, Paris, AFRHC, n°69, avril 2013, pp. 27-43.

« La Transparence du Fregoligraphe en questions », in Performing New Média, 1890-1915, New Barnet, J. Libey, 2014, pp. 57-66.

« Trucage et réception, une étude de cas, les variétés magiques », in Trucages et Télévision, Revue CIRCAV, n°25, mai 2016, Paris, L’Harmattan, pp. 21-32.

Colloque : « Troubles en série »

Colloque international

 » Troubles en série (saison 2) : les séries télévisées à l’âge adulte »

troubles-en-serie

2, 3 et 4 février, Université Paris-Nanterre, Salle des conférences (Bât. B)

Organisation du colloque :

Fabien Boully et Jean-Pierre Esquenazi

 

Programme
Jeudi 2 février 2017
9h30
Accueil des participants au colloque
10h
Introduction au colloque
Jean-Pierre ESQUENAZI (Professeur émérite, Université Jean Moulin Lyon 3) et Fabien BOULLY (Maître de conférences, Université Paris Nanterre)
10h15
Conférence inaugurale
Pierre BEYLOT (Professeur, Université Bordeaux Montaigne)
Comment définir l’identité d’une série ? Le cas de Homeland

Continuer la lecture de Colloque : « Troubles en série »

Détective, le grand hebdomadaire des fait-divers

detectivefabrique_846

Détective, le grand hebdomadaire des fait-divers

Journée d’étude : sous la présidence de Anne-Emmanuelle Demartini et Matthieu Letourneux,  le samedi 14 janvier 2017 de 09:30 à 17:00

En 1928, Détective, lancé par Gallimard, grâce à l’aide des frères Kessel, prétend être le premier hebdomadaire de faits divers, à la fois journal et magazine : chaque jeudi, la petite fabrique de crimes alimente les kiosques de ses numéros sanglants pour des lecteurs venus chercher leur dose d’énigme et d’horreur. Ses photographies impressionnent, ses reportages passionnent, ses signatures prestigieuses (Carco, Mac Orlan, Kessel) attirent. Détective devient l’atelier où se forge une certaine vision de la France criminelle des années trente et où certaines affaires emblématiques (les soeurs Papin, la parricide Violette Nozière, Stavisky) sont exposées au public.

Véritable succès de vente pour les éditions Gallimard mais aussi cible numéro 1 des critiques qui condamnent son immoralité et son manque de fiabilité, le journal ne laisse pas indifférent. Mais que connaît-on vraiment de son histoire? Comment expliquer une telle réussite ?

Programme : Continuer la lecture de Détective, le grand hebdomadaire des fait-divers

Séminaire : l’essai médiatique

« L’essai médiatique », séminaire de l’EA 1087 EHIC

Université de Limoges

 

Le séminaire « L’essai médiatique » de l’EA 1087 EHIC, université de Limoges, courra sur 2 ans, à raison de 4 séances par année universitaire, et se conclura par un colloque international.

Organisatrices : Irène Langlet et Chloé Ouaked, avec l’aide de Maxime Hureau.

cropped-l_l-de-mars-allegorie-verite

Argument (résumé)

De la forme de discours de savoir inventée par Montaigne, libre et subjective, nous souhaitons interroger les espèces qui se sont mêlées à, et ont migré vers d’autres supports que le livre et d’autres systèmes de signes que le texte littéraire: l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué.

Dans un deuxième sens, plus relatif à la réception de l’essai, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les médias. Résolument contre la position des ceux qui expulsent du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), nous examinerons sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et tenterons de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé.

Lire l’argument complet.

Calendrier

Mercredi 14 décembre 2016, 16h-19h L’essai photographique Andrew Stafford, University of Leeds (Royaume-Uni) Continuer la lecture de Séminaire : l’essai médiatique

Séminaire LPCM : Françoise Lavocat

25 novembre 2016 : Séminaire PHisTeM/LPCM

14h-17h, Paris Ouest, bâtiment L, salle des actes, 4e étage.

Françoise Lavocat (Paris III-Sorbonne nouvelle)

« Fiction et hantise des simulacres, du livre au rituel »

Parler de « hantise du simulacre » suppose de revenir au livre fondateur de Jean-Marie Schaeffer (Pourquoi la fiction, 1999). C’est ce que nous ferons dans un premier temps, en proposant de décomposer cette « hantise » en plusieurs usages, jugés traditionnellement périlleux et nocifs, de la fiction. Nous proposerons ensuite une hiérarchie des différents médias au regard de l’immersion fictionnelle, en posant la question fondamentale du lien éventuel entre degrés d’immersion et croyance, ou plus précisément, plasticité doxastique (mobilité des croyances). Finalement, en guise de test de ces propositions, nous analyserons l’impact des dispositifs impliquant une première personne (opérateur privilégié de leurre) dans différents médias.