Archives de catégorie : Billets

Table ronde « Situation du cinéma de genre en France »

Organisée le jeudi 16 mars 2017, de 12h à 14h dans le cadre de la 2édition de la Semaine des Arts et des Médias, Université Sorbonne Nouvelle –Paris 3, Amphi D02, entrée libre

« Mauvais objet » cinématographique par excellence, aussi peu considéré que peu visible et peu étudié, le cinéma dit « de genre » existe pourtant en France, où il fédère tant bien que mal une horde de passionnés (auteurs-réalisateurs, scénaristes, producteurs, distributeurs, programmateurs, fans, spectateurs, étudiants) en dépit d’un manque de reconnaissance critique, d’une économie dangereusement précaire et de nombreux obstacles institutionnels.

Continuer la lecture de Table ronde « Situation du cinéma de genre en France »

Parution: « Harry Potter, adaptations et interprétations »

Parution du numéro 73 :2 de la revue trimestrielle Mélanges de Science Religieuse :

Harry Potter : adaptations et interprétations.

SOMMAIRE
Présentation – Anne-Frédérique Mochel-Caballero (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)

Harry Potter et la poétique de l’adaptation – David Goldie (Université d’Aix-Marseille)

Fanfictions et les limites du texte original dans Harry Potter :
hommage ou trangression – Marion Jolin (King’s College, University of Western Ontario)

Les figures christiques dans la série Harry Potter – Anne-Frédérique Mochel-Caballero (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)

Reliques, horcruxes ou don de soi : vaincre la mort dans la série Harry Potter – Suzanne Bray (Université Catholique de Lille)

Recensions et comptes rendus

Colloque Danielle Darrieux – CFP

univ-bordeaux-montaigne              logo_244Appel à communications
Colloque Danielle Darrieux
La traversée d’un siècle
Université Bordeaux Montaigne, 4 et 5 mai 2017

Danielle Darrieux est née le 1er mai 1917 à Bordeaux. Sa carrière est d’une longévité exceptionnelle (1931-2010) et se déploie dans plusieurs champs artistiques : cinéma, chanson, théâtre, télévision, music-hall. Pourtant, aucun ouvrage de référence ne lui a encore été consacré. Le centenaire de sa naissance est l’occasion de réparer cet oubli.

Au cinéma, depuis le début des années 1930, elle a incarné successivement :
– les désirs d’émancipation des jeunes filles pendant les années 30,
– des femmes autonomes pendant l’Occupation
– des femmes intelligentes après-guerre suscitant la peur
– la muse d’un cinéma moderne alternatif
– une figure valorisante du vieillissement

A travers ces successives métamorphoses, elle n’a cessé d’être une figure moderne du féminin, y compris dans son image médiatique. Dans le contexte d’un cinéma populaire abonné à des stéréotypes féminins dévalorisants, elle a pu trouver le succès en construisant une persona contradictoire, entre tradition et modernité. En effet, dans les années 1930, elle incarne des daddy’s girls dont l’émancipation est contrôlée par le patriarcat. Dans les années 1940, sa carrière est hypothéquée par les pressions qu’elle subit sous l’Occupation, puis déstabilisée par les règlements de compte de la Libération. Dans les années 1950, elle retrouve le succès à travers des rôles misogynes de femmes qui utilisent leur intelligence pour dominer et/ou détruire les hommes. Il faudra attendre l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes (Demy, Delouche, Vecchiali, Téchiné, Jacquot, Sautet, Treilhou) pour que Danielle Darrieux puisse faire émerger une figure de vieille dame indigne.

Parallèlement au cinéma, Danielle Darrieux débute sa carrière au théâtre en 1937 pour répondre aux sollicitations de son mari Henri Decoin. Après des débuts hasardeux le théâtre devient un autre pilier de sa carrière au tournant des années 1950, au moment où les rôles qu’on lui propose au cinéma sont moins intéressants. Elle sera une actrice de tous les registres, de Musset à Bernstein, de Noël Coward à Guitry, d’Anouilh à Sagan, de Marcel Achard à Pierre Barrillet, en passant par Feydeau jusqu’à Éric-Emmanuel Schmitt qui lui permettra d’obtenir un Molière en 2003.

C’est à la suite du succès de La Robe mauve de Valentine, téléfilm adapté en 1969 d’une pièce de Sagan que Darrieux fait de la télévision un nouveau terrain de jeu. Elle y rencontrera de nombreux succès notamment avec la série Miss (1979), puis avec la saga Jalna (1994) qui lui vaudra un Sept d’or.

Darrieux, c’est aussi une chanteuse qui s’impose à l’époque des « petits formats » en chantant jazzie avant l’heure en pleine période des chanteuses réalistes. Musicienne avertie issue d’une famille de mélomanes, elle marquera de son empreinte vocale de soprano léger bon nombre de ses films, du Bal (1931) à Nouvelle chance (2006). Elle se produira lors de tours de chant à la Tête de l’art et l’Alhambra, jusqu’à Brodway même, et sera sollicitée par des compositeurs contemporains comme Philippe Chatel qui inventera pour elle le personnage de l’horloge dans sa reprise du conte musical Émilie Jolie (1997) ou par Patrick Bruel en 2002 pour son album Entre deux consacré aux chansons françaises des années 1930-50.

Voici quelques pistes non exclusives. Toutes les approches disciplinaires sont les bienvenues.

  • Histoire culturelle : Darrieux véhicule de l’identité française
  • études iconiques : le look Darrieux…
  • Star studies :

–     la persona de Darrieux et son évolution

  • Darrieux une star malgré elle : gestion de carrière et vie publique
  • Les genres cinématographiques

Darrieux et les genres populaires du cinéma français : comédie, mélodrame, film à costumes, policier…

  • Histoire du cinéma français
  • Darrieux, la Tradition de la Qualité et la Nouvelle Vague
  • La place de Darrieux dans l’/les histoire(s) du cinéma français.
  • Gender studies : Darrieux, une construction contradictoire de l’identité féminine
  • Études économiques : Darrieux, une actrice « bankable » ?
  • Études de réception
  • Réception critique, spectatorielle, médiatique et box-office
  • Études théâtrales : Darrieux et le théâtre de boulevard
  • Études musicales : Darrieux chanteuse, des années 1930 à nos jours
  • Études télévisuelles :
  • Darrieux héroïne récurrente de feuilletons et de séries : Miss, Marie-Marie, L’Age vermeil, Bonjour maître, Jalna,
  • Études actorales
  • la modernité de son jeu cinématographique au sein du cinéma français classique
  • Études comparatives : Darrieux et les autres
  • ses collaborations répétées avec des réalisateurs et des acteurs… (Henri Decoin, Max Ophüls, Claude Autant-Lara, Julien Duvivier, Jacques Demy ; Albert Préjean, Jean Gabin, Catherine Deneuve, Gérard Philipe)
  • Darrieux, les remakes cinéma ou cinéma-TV (Mayerling 1936-1948-1968, Katia 1938-1959, Ruy Blas 1947-2002, Jean de la lune 1931-1949, Le Rouge et le Noir 1954-1961-1998, : Marie-Octobre 1959-2008, 24 heures dans la vie d’une femme 1968-2002, etc.), et les reprises au théâtre (Sérénade à trois, Faisons un rêve, Domino, Les Amants terribles, Coco, Potiche, Harold et Maude, Oscar et la Dame rose).
  • Destins croisés des trois « glorieuses » : Danielle Darrieux, Michèle Morgan et Micheline Presle

Les propositions de contribution, d’un maximum de 3000 signes (500 mots) accompagnées d’une brève bio-bibliographie, devront être envoyées, en français ou en anglais, avant le 1er octobre 2016 à :

gwenlegras@wanadoo.fr
sellier.g@wanadoo.fr

Gwénaëlle Le Gras, Université Bordeaux Montaigne
Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne

Call for papers
Conference Danielle Darrieux
A Star Crossing the 20th Century
Université Bordeaux Montaigne, the 4th and 5th May 2017

Daniel Darrieux was born May 1, 1917 in Bordeaux. Her career is exceptionally long (1931-2010) and covers several artistic fields: cinema, song, theatre, television, and music hall. However, no reference book has yet been devoted to her. The centenary of her birth is an opportunity to correct this oversight.

As a movie actress since the early 1930s, she successively embodied:
– young women’s aspiration of emancipation during the 1930s,
– self-determining women during the Occupation
– apprehension of intelligent women in the post-war period
– muse of an alternative modern cinema in the 1970s and 1980s
– a positive and unruly aging figure in the 1990s and 2000s

Through these successive metamorphoses, she remained an important figure of modernity, including in her image in the medias. In the context of a popular cinema used to female stereotypes, she found success by building a contradictory persona, between tradition and modernity. In the 1930s, she personifies “the daddy’s girls” whose emancipation is controlled by patriarchy. In the 1940s, her career was compromised by the German pressures during the Occupation, and destabilized by the settling of score after the Liberation. In the 1950s, she found success through misogynistic roles of women using their intelligence to dominate and/or destroy men. We will have to wait until the emergence of a new generation of filmmakers after the New Wave (Demy, Delouche, Vecchiali, Téchiné, Jacquot, Sautet, Treilhou) allowed Darrieux to bring out the figure of an unworthy old lady.

Darrieux began her career in theatre in 1937 to meet the demands of her husband Henri Decoin. After a risky debut, theatre became another pillar of her career in the early 1950s, when the roles offered to her in the films were less interesting. She experimented all registers and genres, from Musset to Bernstein, from Noël Coward to Guitry, from Anouilh to Sagan, from Achard to Barrillet, from Feydeau to Eric-Emmanuel Schmitt, thanks to whom she received a Molière Award in 2003.

After the success of the TV movie La Robe mauve de Valentine, adapted in 1969 from a play by Sagan, Darrieux became a successful TV star, thanks to TV shows including the serie Miss (1979), the saga Jalna (1994), for which she won a Golden Seven Award.

Darrieux is also a singer who was able to sing jazzy during the time of successful realist singers such as Piaf. From a family of music amateurs, she marked her voiceprint of a light soprano on many films, from Le Bal (1931) all the way to Nouvelle Chance (2006). She made several singing tours at La Tête de l’Art and at l’Alhambra, even on Broadway, and many contemporary composers wrote songs for her, such as Philippe Chatel who invent for her the character of “the Clock” in his musical tale Emilie Jolie (1997) or like Patrick Bruel who included her in his 2002 album Entre deux devoted to 1930s French songs.

Here are some non-exclusive suggestions. All approaches to this subject are welcome.

1- Cultural History: Darrieux, vehicle of French identity

2- Iconic studies: the Darrieux look …

3- Star studies:

  • the Darrieux persona and its evolution
  • Darrieux, a star despite her: career management and public life

4- Genre studies

  • Darrieux and popular genres of French cinema: comedy, melodrama, costume drama, crime film…

5- French film history:

  • Darrieux, the Tradition of Quality and the New Wave
  • the place of Darrieux in French film history
  1. Gender studies: Darrieux, a contradictory construction of female identity

7- Economic studies: Darrieux, a « bankable » actress?

8- Reception Studies

  • Critical reception, spectatorship, media and box office

9- Theatre studies: Darrieux and the boulevard

10- Musical studies: Darrieux singer from the 1930s until today

11- Television studies:

  • Darrieux, recurrent heroine of shows and serials: Miss, Marie-Marie, L’Age vermeil, Bonjour maître, Jalna

11 Performance studies

  • Her modern way of acting in the classic French cinema

12 Comparative studies: Darrieux and other

  • Her repeated collaborations with directors and actors ((Henri Decoin, Max Ophüls, Claude Autant-Lara, Julien Duvivier, Jacques Demy; Albert Préjean, Jean Gabin, Catherine Deneuve, Gérard Philipe)
  • Her movie and TV remakes ((Mayerling 1936-1948-1968, Katia 1938-1959, Ruy Blas 1947-2002, Jean de la lune 1931-1949, Le Rouge et le Noir 1954-1961-1998, : Marie-Octobre 1959-2008, 24 heures dans la vie d’une femme 1968-2002, etc.), et les reprises au théâtre (Sérénade à trois, Faisons un rêve, Domino, Les Amants terribles, Coco, Potiche, Harold et Maude, Oscar et la Dame rose)
  • Crossing destinies of the three female stars: Darrieux, Morgan and Presle

The proposals (500 words maximum), with a brief bio-bibliography, will be sent in English or in French, before October 1st 2016 to:

gwenlegras@wanadoo.fr
sellier.g@wanadoo.fr

Gwénaëlle Le Gras, Université Bordeaux Montaigne
Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne

RESF 12 (CFP) Science-fiction et jeu vidéo

Appel à contributions pour le n°12 de la revue ReS Futurae (2ème semestre 2018)

Dossier dirigé par Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten, université de Liège.

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 30 octobre 2016  à Julie Delbouille (jdelbouille@ulg.ac.be), Björn-Olav Dozo (bodozo@ulg.ac.be) et à Lison Jousten (Lison.Jousten@ulg.ac.be).

La date de remise des articles est fixée au 30 septembre 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Lorsque Spacewar!, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. À l’heure où l’informatique est encore fort peu micro, la thématique spatiale que ce précurseur exploite présente en effet un avantage certain : celui de déployer à l’écran un « espace dont la principale caractéristique est le vide […] un lieu qui exige moins de puissance de calcul » (Triclot, 2011). Cette thématique traverse d’ailleurs toujours une grande partie de la production vidéoludique, comme en témoignent Dead Space (EA, 2008) ou Mass Effect (Microsoft Game Studio, 2007). De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford qui interrogent la place occupée par la science-fiction au sein des industries du divertissement, en prenant en compte le contexte socio-politique (Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., 2003).

Par ailleurs, les médias entretiennent aujourd’hui des rapports de plus en plus nombreux, en perpétuelle évolution – et expansion –, entraînant la circulation d’un imaginaire, de formes, de figures et de récits. Cette perméabilité autorise les glissements de contenu fictionnel entre jeu vidéo d’une part, et cinéma, littérature, bande dessinée,… d’autre part. La thématique sur laquelle se centre ce numéro se prête ainsi particulièrement bien à une approche intermédiale. En effet, le jeu vidéo est devenu un motif récurrent pour d’autres objets culturels – comme dans No pasarán, le jeu de Christian Lehman (L’école des Loisirs, 1996) en littérature (sur les rapports entre jeu vidéo et livre, voir Barnabé et Dozo, 2015), Tron réalisé par Steven Lisberger au cinéma (voir Blanchet, 2010), ou encore à travers la figure du jeune « geek » dans Kid Paddle, en bande dessinée. A contrario, le jeu vidéo s’exporte également sous une forme littéraire (avec, par exemple, la novellisation de la série Halo) ou filmique (comme en témoigne l’adaptation de l’univers de Silent Hill) ; enfin, il peut lui-même reposer sur l’adaptation d’œuvres préexistantes (comme le jeu The Walking Dead [Telltales Games, 2012] dérivé des comics de Kirkman et Moore). Continuer la lecture de RESF 12 (CFP) Science-fiction et jeu vidéo

CFP « Du rétro au néo » – LOUVAIN-LA-NEUVE/MONS, 8-9 DEC 2016

GIRCAM2

Colloque international:
« Du rétro au néo, entre nostalgie et réinvention. Objets en mouvement ! »
8-9 décembre 2016, : Louvain-la-Neuve et/ou à Mons (Belgique)

En ces temps de dématérialisation, à l’heure du tout virtuel, il semblerait que nous assistions à un retour des objets du passé. Des mots, des modes et des usages culturels confirment le phénomène : vintage, reboot, remake, remastering, vinyle, polaroïd, rétro, néo, customisation, sépia… Récemment, un magazine féminin consacrait l’un de ses articles à l’art oublié du diorama. En 2011, le journaliste et théoricien anglais Simon Reynolds signait déjà un ouvrage intitulé Rétromania montrant comment la culture musicale contemporaine se tournait désormais essentiellement vers le passé…

Continuer la lecture de CFP « Du rétro au néo » – LOUVAIN-LA-NEUVE/MONS, 8-9 DEC 2016

Séminaire LPCM/Nanterre : le 11 mars, Irène Langlet

Irène Langlet (Université de Limoges)

« Pour une poétique des fictions industrielles »

Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, salle L 205

Vendredi 11 mars, 15-18h

Séminaire « Fictions médiatiques », LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures populaires et Culture Médiatique) et CSLF (EA 1586, équipe Phistem)

coordonné par Anne Besson (Université d’Artois) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

On s’intéressera au texte des fictions industrielles, et pour commencer à leur texte littéraire, qui me semble resté coincé dans l’angle mort des perspectives de la recherche et de l’enseignement sur les littératures populaires et les cultures médiatiques. L’interdisciplinarité requise, et désormais acquise, dans l’enquête sur les dynamiques multimédiatiques des fictions de grande consommation, a rendu marginales les lectures de leur matériau verbal, de leur style, de leur littérature, finalement – et rien ne semble plus éloigné de ce champ de recherche qu’une approche poéticienne. Des contresens paradoxalement féconds (comme ce malheureux « plaisir du texte » barthésien injustement attribué aux lectures de l’élite) ; la nécessité de rendre justice à des fonctionnements hétérogènes, et leur progressive prise d’autonomie épistémologique (que l’on pense à la querelle des ludologues, ou à la défunte image de la « caméra-stylo ») ; le poids, aussi, de certaines pratiques académiques faisant figure de remparts du ghetto (de la « belle page » à l’explication de texte) : on portera le regard sur quelques lignes qui dessinent cet angle aveugle textuel. On tentera ensuite de les comprendre : entre « l’Absolu littéraire » des Romantiques d’Iéna (Lacoue-Labarthe & Nancy), qui règle probablement encore le régime d’une « Littérature » conçue comme l’un des Beaux-Arts, et « l’objet trouvé » des esthétiques néo-analytiques américaines de Goodman et Binkley, qui ouvrait déjà il y a 40 ans la possibilité d’un régime attentionnel de la littérarité, en passant par les « poétiques du support » que laisse attendre l’histoire de la « civilisation du journal » (Thérenty) ou les contradictions anciennes ou récentes d’une politique des fictions populaires (Gramsci, Trotski, Citton), on prendra le risque de circuler à travers, non seulement « deux siècles de paralittérature » (Thoveron) mais aussi deux cents ans de dialogue de sourds entre l’art et l’industrie, la poétique des textes et les littératures de genre, la littérature et les cultures médiatiques, pour proposer quelques raisons de souhaiter son dépassement positif.

Irène Langlet est professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges, où elle dirige le master Lettres et arts. Elle est spécialiste de science-fiction, des cultures médiatiques et des littératures non-fictionnelles. Elle a publié de nombreux articles sur l’essai ainsi que La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Paris, 2006) et dirige la revue internationale en ligne ReS Futurae

 

« Morphogénèse du héros dans les séries policières américaines »

« Morphogénèse du héros dans les séries policières américaines (1968 – 2008) » thèse présentée par Madame Monika Siejka, sous la direction de Madame Sylvie Dallet.

Date :
Le lundi 23 novembre 2015 à 14h30

Lieu :
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Bâtiment d’Alembert – Salle des thèses
5/7 Boulevard d’Alembert
78280 Guyancourt

Membres du jury :
Francis BALLE, Professeur des Universités Emérite, à l’Université Paris II Panthéon-Assas – Rapporteur
Marc ROLLAND, Professeur des Universités, à l’Université du Littoral Côte d’Opale – Dunkerque – Rapporteur
Sylvie DALLET, Professeur des Universités, HDR, à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée rattachée au laboratoire CHCSC de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directrice de thèse
Françoise HACHE-BISSETTE, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines –Examinateur
Yannick LEBTAHI, Maître de Conférences, à l’Université Lille 3 – Villeneuve-d’Ascq – Examinateur

Discipline :
Sciences de l’information et de la communication

Résumé :
A l’instar de Shéhérazade qui devait tenir le Sultan en haleine afin de survivre, les séries télévisées policières se doivent de capter l’attention du téléspectateur afin de connaître plusieurs saisons. Nous questionnons les multiples morphogénèses des héros des séries policières américaines qui ont rencontré un grand renouvellement stylistique et un succès mondial entre 1968 et 2008 autour de la promesse de justice du héros policier. Nous interrogeons les transformations des modes de construction et de réception interactives du héros provoquées par la montée en puissance des réseaux sociaux. A la différence du Sultan qui était assujetti à sa conteuse, le téléspectateur ne participerait-il pas dorénavant à la construction de la représentation du héros non sans projeter sa propre intimité ?

Abstract :
Just like Scheherazade, from The Arabian Nights, who had to hold the Sultan spellbound in order to survive, police television series must capture the attention of the viewer for several seasons. We question the multiple morphogenesis of heroes in American police series produced with great stylistic renewal and worldwide success between 1968 and 2008. The ongoing theme is the promise of justice by the policeman hero. We investigate the transformations of reception and construction modes of the hero provoked by the rise of social networks. Unlike the Sultan, who had to follow the storyteller, is the viewer now participating in the construction of the representation of the hero, projecting into it his own intimacy?

 

Ganar o morir. Lecciones políticas en Juego de tronos. P. Iglesias (coord.)

Ganar_o_morir-Iglesias

http://www.amazon.es/morir-Lecciones-pol%C3%ADticas-Pensamiento-Critico-ebook/dp/B00UC8QT64/

Ganar o morir. Lecciones políticas en Juego de tronos

«¿Qué sentido tiene dedicar tiempo a escribir un libro sobre Juego de tronos? ¿No es acaso una tarea ociosa? ¿No hay asuntos más importantes a los que prestar atención ante el drama social y político en el que estamos inmersos? Para responder a estas preguntas, conviene antes preguntarse por las razones del éxito tanto de los libros como de las distintas temporadas de la serie. En principio, podría parecer que la clave del éxito es simplemente una combinación eficaz de intrigas, violencia, aventuras y sexo inscrita en un escenario de resonancias románticas que constituye una fórmula infalible. Continuer la lecture de Ganar o morir. Lecciones políticas en Juego de tronos. P. Iglesias (coord.)

SCIENCE DU JEU: Numéro 4 en ligne

Le numéro 4 de la revue Sciences du jeu vient d’être mis en ligne. Intitulé « Evolution des jeux : catalyseurs, mécanismes et agents », ce numéro a été coordonné par Jonathan Lessard et Carl Therrien. Vous pouvez le consulter sur le site de la revue :

SdJ-page-001


Voici la table des matières:

COLLOQUE « PENSER L’HISTOIRE DES MEDIAS »

Appel à communication : « Penser l’histoire des médias ».  Premier Congrès de la Société pour l’histoire des médias (SPHM).

Untitled

Les propositions (3000 signes maximum en fichiers word ou pdf) comporteront un titre, une problématique explicite et une courte bibliographie. Les propositions feront l’objet d’un processus d’expertise en double-aveugle. Elles doivent être envoyées au plus tard le 25 novembre 2015 à l’adresse suivante : congressphm2016@gmail.com

Calendrier :
25 novembre 2015 : réception des propositions
10 janvier 2016 : notification d’acceptation
26-27 mai : Congrès sur le Campus de l’UVSQ

Ce premier Congrès de la Société pour l’histoire des médias (SPHM) se donne pour objectif de réunir des chercheuses et chercheurs français et étrangers, juniors ou confirmés, historiens ou spécialistes d’autres disciplines, autour d’un champ d’études commun : l’histoire des médias. Si ce premier rendez-vous vise d’abord à dresser un état des lieux des évolutions institutionnelles et historiographiques de l’histoire des médias depuis son émergence, ces deux journées ont aussi pour projet de sonder les territoires d’étude les plus récents, de questionner les relations, les circulations et les frontières entre l’histoire des médias et les autres champs de l’histoire, tout en envisageant les affinités existant entre les historienn-e-s et leurs homologues des autres disciplines (SIC, sociologie, philosophie…).

Continuer la lecture de COLLOQUE « PENSER L’HISTOIRE DES MEDIAS »