Archives de catégorie : Appels

Appel : Femmes de presse

The Presence of Women Editors in the Press Industry 1850-1950

49th annual NeMLA convention (Pittsburgh, 12-15 avril 2018)

Pour le 30 septembre 2017

This panel examines the active participation of women in the public dialogue through the prism of their periodical publications. The rise of the periodical press has been recognized as a key factor in the formation of the public sphere in the nineteenth century (Habermas 1962). Studies of twentieth-century editorship, however, tend to take the institutionalization of editorship for granted. Male editors are often known by name, and they are studied in the light of their impact on the socio-political landscape of their time. Historically, however, editorship (and women’s editorship in particular) was often anonymous or pseudonymous and even explicitly staged as performance. Therefore, this panel encourages a thorough study of the common strategies and the cross-cultural networks that women editors developed in order to make their voices heard. More particularly, this panel outlines possible avenues for theoretical reflection on editorship by shedding light on periodical publications across linguistic, socio-cultural and historical boundaries. Continuer la lecture de Appel : Femmes de presse

Appel : Héros de série TV

Les métamorphoses du héros sériel » (Télévision, n° 9)

Proposition de contribution  (2000 signes maximum) à adresser avant le 30 juin 2017

 

Au début, au temps des origines, les choses étaient simples : le héros sériel était un solitaire, plutôt ombrageux et sourcilleux sur ses valeurs, un représentant de l’ordre, sans peur ni reproche, agissant sans barguigner au nom de la loi…  Le récit sériel inscrivait ses aventures dans une perspective narrative plutôt linéaire, une sorte de ligne claire, en quelque sorte. Mais, très vite, les choses ont évolué. Le héros a pris ses habitudes et, à force de s’inviter chaque semaine, voire chaque jour, insensiblement, de « saison » en « saison », il s’est imposé dans notre temporalité de téléspectateur et, dans le même temps, a changé de nature et de statut, nous révélant peu à peu sa « vraie nature » (Sabine Chalvon Demersay). En accentuant sa récurrence, il a perdu son rang, il est devenu « multiple », simple protagoniste de récits devenus parfois choraux, à l’orientation axiologique de plus en plus mal définie.

Télévision s’est demandé récemment (n° 7, 2016) ce que les séries télévisées ont fait au récit : il est temps de se demander ce que le récit sériel fait à son héros et de s’interroger sur les métamorphoses de celui-ci. Ce questionnement pourra se faire selon divers axes épistémologiques : sémantique, narratologique, générique, axiologique, … 

La construction au long cours du héros

Le héros sériel entretient avec la temporalité fictionnelle et spectatorielle un rapport inédit et acquiert de ce fait une épaisseur et une complexité qui ne peuvent être celles du héros cinématographique, fût-il récurrent, comme Fantomas ou James Bond. Le héros sériel est un héros qui se construit dans la durée et la répétition. Il est l’objet d’un « récit sans fin » (Jean-Pierre Esquenazi), d’où un approfondissement inédit dans la construction de ce vecteur audiovisuel de nos émotions et de nos investissements de téléspectateur. Un approfondissement d’autant plus conséquent que le personnage est lui-même de plus en plus souvent le produit d’un travail pluriel, au sein d’ateliers d’écriture qui multiplient les facettes de personnages, désormais dotés d’une capacité à se réinventer presqu’à l’infini – ce que le cinéma, récit fermé, clos sur lui-même, ne permet guère. Cette « consistance ontologique pratiquement inégalable » que leur permet d’acquérir la  « durée du spectacle » (Raphaël Baroni) et qui contraint l’art du récit à s’inventer de nouvelles voies narratives reste à approfondir.

Le rapport au corps de l’acteur

De cette permanence, de cette présence réitérée découle également une manière inédite d’investir nos vies qui fait que nous, téléspectateurs, vieillissons avec le personnage, en « observant le vieillissement non simulé des acteurs qui les incarnent » (François Jost, Raphaël Baroni), ce qui produit un effet de familiarité inédite. C’est qu’en effet le héros sériel procède « d’une fusion d’un type particulier entre le personnage et le comédien » (Sabine Chalvon-Demersay). Le comédien se glisse régulièrement dans la peau du personnage et celui-ci, beaucoup plus qu’au cinéma où les acteurs sont souvent interchangeables pour un même rôle, s’incarne dans le comédien. Il y a dans le récit sériel une accoutumance au visage, aux tics de langage, à la gestuelle du comédien, etc., qui rend le personnage consubstantiel à l’acteur au point de constituer une « être hybride qui a un pied dans le monde et un pied hors du monde, un être composite qui a un seul corps et deux âmes » (Sabine Chalvon-Demersay). En conséquence de quoi, la construction des héros de fiction ne peut pas faire l’économie du temps qui passe, pour le personnage comme pour le comédien qui l’incarne. Dans l’univers sériel, on note aujourd’hui le retour en force de « la mise en feuilleton » (Stéphane Bénassi), qui fait se multiplier les « séries feuilletonnantes » ou les « feuilletons sérialisants », ce qui est une manière de prendre en compte une temporalité qui n’était guère de mise dans les « séries canoniques » où le héros était figé dans une éternelle jeunesse. Par ailleurs, bien des auteurs confient que des personnages mineurs dans leur dessein initial ont pu prendre une ampleur imprévisible et accéder au statut de protagonistes par le truchement du corps et du jeu de l’acteur. Sans compter les « incidents de production » (Jean-Pierre Esquenazi), qui peuvent contraindre un show runner à « tuer » l’un de ses personnages majeurs…et à donner à l’intrigue une direction inattendue.

Du simple au « multiple »

Le temps du « pauvre cow-boy solitaire » est passé. Le héros sériel d’aujourd’hui trouve souvent sens et place dans une communauté de destin qui est celle d’un commissariat, d’une étude d’avocats, d’un service hospitalier, d’un « village », … au point d’en devenir « multiple ». Dans cette « configuration où plusieurs personnages remplissent l’actant sujet » (Sarah Sépulchre), le héros ne se disperse pas en une collection de personnages juxtaposant leurs solitudes mais devient une entité collective qui va faire l’objet d’un récit « choral ». Le héros devient alors le support mosaïque d’une caractérisation multiple dont la construction mobilise, au fil des épisodes et des saisons, toute l’attention des ateliers d’écriture. Comment le héros sériel « multiple » se construit-il dans la multiplicité des « rôles » qu’il doit assumer ? D’autant que, loin des seuls commissariats d’antan, les séries envahissent aujourd’hui les sociétés de pompes funèbres, les séminaires, les « bureaux des légendes » des agences de renseignement… L’expansion générique des séries semble infinie et, loin de la mythologie du demi-dieu redresseur de torts, voici venu le temps des héros ordinaires (ou presque).

L’art et la manière de devenir méchant

Autrefois, le héros était, sans contestation possible, un « gentil », un « incorruptible », qui, sans être un « super-héros », faisait toujours triompher le Bien. Il assumait en quelque sorte des missions régaliennes, et s’il n’était pas gendarme, du moins était-il justicier, bandit d’honneur ou voleur gentleman… Puis est venu le temps de héros plus problématiques, parfois qualifiés d’« anti-héros », qui, loin de réconcilier le téléspectateur avec lui–même et de le conforter dans ses valeurs, le laissent dans le trouble et l’incertitude (Umberto Eco) : Est-il bon ? Est-il méchant, comme eût dit Denis Diderot. Nous en sommes aujourd’hui à l’ère des « nouveaux méchants » (François Jost) qui font « bouger les lignes du Bien et du Mal ». Le temps du héros « monolithique » est révolu : voici venu celui des « breaking bad ».  Le positionnement éthique du téléspectateur s’en trouve chamboulé et des postures nouvelles – l’empathie plus que la sympathie, par exemple – sont à inventer  dans l’appréhension du héros par le téléspectateur.

Être devenu méchant, mais aussi définitivement hybride, le héros sériel, multiple et mosaïque,  continue, chaque nouvelle « saison », ses métamorphoses. Ce sont les métamorphoses décrites brièvement ici, et sans doute bien d’autres encore, qu’il conviendra de mettre en perspective et de questionner plus avant dans ce numéro de Télévision.

Proposition de contribution  (2000 signes maximum) à adresser avant le 30 juin 2017 à :

François Jost (francoisjost@orange.fr) et Bernard Papin (bernard.papin@u-psud.fr)

Les textes feront de 35 000 à 45 000 signes et devront être envoyés fin octobre. Après une lecture en double aveugle, le texte définitif, après correction si nécessaire, devra être remis le 22 décembre 2017.

Appel : adaptation et animation

AU MILIEU DE L’IMAGE COULENT LES TEXTES

(Adaptation littéraire & Courts métrages d’animation)

 22, 23 et 24 mars 2018

COLLOQUE INTERNATIONAL

CELEC (EA 3069), Université Jean Monnet Saint-Etienne

en partenariat avec l’IUT de Roanne et le Festival Ciné Court de Roanne, 9ème édition

et avec le soutien de la NEF Animation

 Direction : Jérôme Dutel

 

« Dans les rapports entre l’histoire et l’image,

l’histoire, pour moi, ressemble à un vampire

qui essaie de vider l’image de son sang. »

Wim Wenders[1]

 

Appel à contribution

Après ses premières années et expérimentations, le cinéma d’animation a très tôt été rattrapé par la question de l’adaptation de sources littéraires. Ce qui a été longtemps considéré comme le premier long métrage d’animation, Les Aventures du Prince Ahmed (Die Abenteuer des Prinzen Achmed, 1926) de Lotte Reininger (1899-1981), puise ainsi directement dans Les Mille et une nuits. En 1928, l’ouverture d’un des premiers chefs d’œuvre de Walt Disney (1901-1966) montre elle aussi à quel point le passage « du littéraire au filmique »[2] est devenu un enjeu fondamental.

Blanche Neige débute par l’image d’un livre à lourd fermoir et respectable reliure, luxueusement serti d’enluminures dorées, le Continuer la lecture de Appel : adaptation et animation

Appel : Verne américain

L’Imaginaire nord-américain de Jules Verne

Colloque par Guillaume Pinson et Maxime Prévost

Université d’Ottawa

7 et 8 juin 2018

 

Appel à communications

L’Amérique du Nord et les Nord-Américains sont omniprésents dans les Voyages extraordinaires : Marie-Hélène Huet y dénombre 85 personnages américains jouant un rôle de premier plan dans 26 romans, auxquels s’ajoutent les trois romans entièrement consacrés au Canada que Verne, dans une lettre du 31 mai 1887 à Louis-Jules Hetzel, appelle «mon pays de prédilection» (Le Pays des fourrures, 1873; Famille-sans-nom, 1889; Le Volcan d’or, première publication posthume en 1906). Il est pourtant fascinant de constater que, dans toute son existence, Jules Verne n’aura passé que quelques jours aux États-Unis et moins de vingt-quatre heures au Canada : tout son savoir sur l’ethnologie et les mœurs de ces pays lui proviennent de sources livresques et, surtout, de la presse contemporaine, tant quotidienne que périodique. Tel Phileas Fogg, Jules Verne est en effet un homme en prise directe sur le discours social de son époque, et qui se distingue par la maîtrise qu’il en affiche : tout ce qui s’écrit, se pense et se représente dans la presse et la littérature contemporaine pénètre ses notes de lecture et la composition de ses romans. Ainsi, son Amérique textuelle procède entièrement de l’imaginaire social ambiant, qui le nourrit et auquel il ajoute en retour des représentations marquantes. Continuer la lecture de Appel : Verne américain

Appel : Assises CPM 2018

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

« Approches  critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes »

Research on Popular Cultures and Media Cultures Congress 2018: “Critical approaches to media fictions: stakes, tools and methods”

 

Appel à communications/Call for proposals

 

Dates : 11-13 octobre 2018

Lieu : Nanterre et Paris

Langues des communications : français, anglais

Organisation : Plusieurs équipes de recherche ou associations de chercheur-e-s  actives dans le champ de la culture populaire, de l’étude des médias, des fictions, des jeux, etc. collaborent afin d’organiser ces assises fondatrices, qui visent à susciter des convergences inédites.

English below

La recherche sur les cultures populaires et médiatiques, si elle a débuté dès les années 1960 par quelques travaux pionniers, s’est considérablement développée depuis 25 ans, a fortiori depuis une dizaine d’années avec la contribution de nouvelles générations de chercheur-e-s assumant leur immersion dans la culture transmédiale et sérielle contemporaine. Des études sectorielles ou plus synthétiques ont ainsi exploré des domaines aussi divers que la littérature, le cinéma, les séries télévisées, les productions transmédias, les jeux vidéo, les jeux, la bande dessinée, la littérature jeunesse, les figurines, les images …

Une moisson considérable de recherches éclairantes et objectivement complémentaires a donc été réalisée depuis les années 1990, qui mérite aujourd’hui d’être ressaisie collectivement, sur la base de coopérations inédites et en recherchant des synergies pluridisciplinaires.  De fait, si de nombreux colloques ont été organisés dans le champ de la culture médiatique, si les chercheur-e-s s’entrelisent souvent, si nous connaissons souvent les recherches Continuer la lecture de Appel : Assises CPM 2018

Appel : érudition des amateurs

Des savants amateurs aux fans experts : contours et évolutions de l’érudition, entre populaire et académique

 

16- 17 novembre 2017, MESHS de Lille, colloque coordonné par Anne Besson et Anne-Gaëlle Weber (Université d’Artois)

Réponses attendues avant le 31 juillet 2017 (résumés de 1000 à 3000 signes, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique).

Le champ de l’expertise critique, entend-on souvent ces dernières années, serait en crise ; du moins subirait-il une profonde mutation, qui conduirait d’une traditionnelle verticalité (le savoir se diffusant de haut en bas, du « sachant » au néophyte) à une nouvelle horizontalité, celle des pairs connectés, des communautés d’amateurs partageant leur intelligence collective, celle des réseaux, sociaux bien sûr. La prégnance d’Internet dans nos vies culturelles est en effet bien identifiée comme la source principale de ce transfert d’influence décisif : des critiques érudits, savants professionnels, et seuls aptes à conférer la légitimité, vers un pouvoir aux consommateurs, lecteurs, joueurs, spectateurs – fans. Au passage, de nouveaux équilibres s’instaurent, donnant plus de visibilité aux productions qu’on qualifiera de « geek », culture populaire et médiatique, goût pour les séries, les genres de l’imaginaire et les œuvres « transgénérationnelles »[1].

Il s’agira durant ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre du projet LegiPop (MESHS Lille-Nord de France : voir descriptif ci-dessous), d’interroger de tels constats, pour repenser les contours et évolutions de l’érudition qu’ils sous-entendent. Continuer la lecture de Appel : érudition des amateurs

Appel : publicité du livre

Appel à contributions – « Auteur, éditeur et stratégies publicitaires au XXe siècle »

Date limite d’envoi des propositions : vendredi 30 juin 2017

Université de CAEN NORMANDIE/LASLAR et IMEC, 26-27-28 avril 2018
ANR LITTEPUB – « Littérature publicitaire et publicité littéraire de 1830 à nos jours »

Organisateurs : Marie-Hélène Boblet, Laurence Guellec, Marie Hartmann et Brigitte Diaz

Ce colloque se propose de mettre en lumière l’influence des techniques de plus en plus offensives du marketing sur le monde des lettres au XXe siècle. Si Sainte-Beuve déplorait déjà en 1839 l’entrée dans l’ère de « la littérature industrielle », et si la publicité éditoriale — à travers l’annonce et la réclame — était déjà devenue pratique courante au XIXe siècle, comment les stratégies publicitaires mises au service de la promotion, de la médiatisation et de la diffusion de la littérature se sont-elles diversifiées et généralisées au cours du siècle suivant, caractérisé par le règne de la publicité et la société du spectacle ?

On se demandera si, dans ces nouvelles conditions économiques qui font de la littérature une marchandise culturelle comme une autre, celle-ci peut encore, et à quel prix, se présenter comme un objet culturel d’exception.
Pour ce faire il s’agira tout d’abord d’exploiter le matériel promotionnel constitué par les affiches et affichettes publicitaires, les bulletins d’informations et de liaison à destination des lecteurs, les brochures et dépliants déposés sur les lieux de vente, les catalogues pour libraires, mais aussi les argumentaires commerciaux Continuer la lecture de Appel : publicité du livre

Le merveilleux scientifique en spectacle

Appels à contributions

Dans la relation privilégiée, quoique paradoxale et souvent conflictuelle, que la culture occidentale entretient avec le domaine du visuel, le xixe siècle occupe une place de choix. C’est en effet le moment où le goût pour l’image sous toutes ses formes se voit offrir une prolifération de modalités de consommation avec, entre autres : le recours en littérature, en histoire ou en histoire de l’art, aux stratégies rhétoriques de la visualisation (hypotypose, ekphrasis, etc.) ; l’exploitation systématique de l’illustration, avec le développement de nouvelles techniques de gravure et d’impression qui en favorise l’essor dans l’édition grand public ainsi que dans la presse ; l’invention de la photographie, suivie des premières tentatives d’enregistrement du mouvement puis de la naissance du cinéma ; le développement de nouveaux supports de communication (brochures, affiches publicitaires, colonnes Morris, etc.) ; l’apparition de lieux et événements dédiés (salons, musées, vitrines, expositions universelles) ; enfin l’explosion des arts du spectacle, y compris sous leurs formes les plus populaires (revues, cabarets, opérettes, pantomimes, cirques, etc.). Continuer la lecture de Le merveilleux scientifique en spectacle

Appel : « Signatures »

Le Pardaillan n°4, « Signatures »

Appel à propositions d’articles, pour le 15 septembre 2017

 

Le quatrième numéro du Pardaillan, revue de littérature populaire et culture médiatique, se propose d’interroger la notion de signature dans les productions culturelles, artistiques et médiatiques. La question de la signature renvoie à celle de la paternité de l’œuvre : signer une œuvre entérine une forme de reconnaissance de cette paternité, mais aussi une propriété et un droit moral. La signature est également le lieu où s’établit un jugement de valeur sur l’œuvre, distinguant le domaine de l’art de tous les autres domaines. En outre, elle entretient un lien étroit avec l’empreinte personnelle de l’auteur. Si l’on postule en effet que tout artiste signe son œuvre dans les formes qu’il manipule, on peut alors penser que toute œuvre induit une signature spécifique par la récurrence, plus ou moins consciente, de motifs, d’obsessions, ou de procédés particuliers et originaux.

La signature se caractérise en premier lieu par le nom : elle est le Continuer la lecture de Appel : « Signatures »

Appel : Contre-culture

Appel de propositions d’articles
La contre-culture et ses marges

Sous la direction de Simon Harel (Département de littératures et de langues du monde, Université de Montréal) et
Simon-Pier Labelle-Hogue (Département et langue et littérature françaises, Université McGill)

Photo: Archives Le Devoir (Québec)

La contre-culture, voire les contre-cultures, ont fait l’objet de plusieurs travaux qui exposent à la fois la richesse et l’ambiguïté de ce syntagme (Bennett, 2014). On remarque en effet une concentration des études portant sur les sixties, où la contre-culture devient un élément indissociable des mouvances culturelles et contestataires de l’époque (Roszak, 1969; Rochon, 1979; Heath et Potter, 2005; Dogget, 2007; Larose et Rondeau, 2016). À l’inverse, plusieurs chercheurs traitent de la contre-culture en mettant de l’avant son caractère pluriel.

De ces travaux procèdent deux attitudes, puisque traiter des contre-cultures sous-entend une série de déclinaisons dans l’espace et le temps. Ainsi, plusieurs auteurs adoptent l’usage du pluriel pour rendre compte des interprétations individuelles du processus comme de la multiplicité des pratiques sociales afférentes en raison de son aspect polymorphe (Bourseiller et Penot-Lacassagne, 2013; Lacroix, Landrin, Pailhes, Rolland-Diamond et Landrin, 2015). Déjà en 1978, Jules Duchastel montrait que la contre-culture jouait sur les contrastes pour ainsi permettre à chacun de se forger une identité. D’autres publications, qui ont porté sur les contextes québécois (Warren et Fortin, 2015) et américain (Saint-Jean-Paulin, 1997; Robert, 2012), soutiennent quant à elles avec justesse que les modes d’appropriation de la contre-culture et de plusieurs de ses caractéristiques culturelles (pseudonymes, prénoms, coiffures, vêtements, musique, etc.) découlent, à tout le moins en partie, de l’opposition aux régimes parental et sociétal. Les jeunes issus du Continuer la lecture de Appel : Contre-culture