Archives de catégorie : Appels

Appel : voyages et imprimés

Appel à textes : Mémoires du livre/Studies in Book Cultures, Volume 10, numéro 1, automne 2018 « VOYAGER DANS LA MODERNITÉ : DES MOYENS TECHNIQUES AUX SUPPORTS IMPRIMÉS DE L’AVENTURE »

Sous la direction de Mélodie Simard-Houde, docteure de l’Université Laval et de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Propositions avant le 15 novembre 2017

Au XIXe siècle, les modalités nouvelles du voyage deviennent l’un des multiples visages du progrès dans les sociétés occidentales. À l’âge d’or de la route succède, au mitan du siècle, celui du chemin de fer, et bientôt des bateaux à vapeur et des paquebots transatlantiques. Au XXe siècle, l’avion prend le relais de ce rêve de progrès, qui trouve un ultime prolongement dans la conquête spatiale. Les innovations techniques permettent de sillonner le monde autrement, d’en repousser les lointains; elles modifient les représentations de l’espace1 et nourrissent l’utopie d’un rapprochement des peuples. Or, leurs échos sont sensibles dans l’histoire du livre, où la révolution industrielle suscite des mutations d’égale ampleur. De la presse mécanique à vapeur aux rotatives Continuer la lecture de Appel : voyages et imprimés

Appel : Fiction brève et désir

“Objects of Desire” – International Conference at Lille Catholic University, 24-26 May 2018

Réponses attendues avant le 15 décembre 2017

Version française ci-dessous

(image : détail de la couverture de Sauvagerie, nouvelles de J.G. Ballard, éd. Tristam)

Organisers: Lille Catholic University, Liverpool Hope University and the ENSFR (European Network for Short Fiction Research)

Call for Papers

Literature, religion and art began with objects of desire and have never abandoned the theme. From Helen of Troy and the forbidden fruit in the Garden of Eden via Novalis’s blue flower to the throne of Westeros, numerous examples spring immediately to mind, and if the ten commandments tell people not to covet anything that belongs to their neighbours, this surely implies that they are highly likely to do just that.

As the philosopher Elizabeth Anscombe defines it: “The primitive sign of wanting is trying to get,”[1] which explains why desire provides the motive for action, in history and in literature. Every love story, but also every crime novel and every political empire starts with desire, and its object may be a person, a diamond or a continent. Although there is a certainly a difference between Continuer la lecture de Appel : Fiction brève et désir

Appel : sérialité au XIXe siècle

CALL FOR PAPERS: « SERIALS, CYCLES, SUSPENSIONS »

Interdisciplinary Nineteenth-Century Studies Conference, http://incsscholars.org

March 1-4, 2018 at the Hotel Whitcomb in San Francisco, CA Host

Institution: San Francisco State University Lead

Organizer: Sara Hackenberg, shackenb@sfsu.edu

CFP deadline: October 15, 2017

The nineteenth century was shaped by serial forms of organization, production, and communication. By the nineteenth century the idea of the « series » had moved from the discipline of mathematics into the culture at large, as theories of temporal and spatial connection became dominant organizing principles for systems of knowledge developed in laboratories, libraries, and museums. Implied within seriality is both the continuity of cycles and the discontinuity of suspensions.

INCS 2018 invites proposals for papers having to do with any aspect of nineteenth-century seriality, including, but not limited to:

SERIAL CULTURE (PRINT, LITERARY, VISUAL ARTS, THEATER, Continuer la lecture de Appel : sérialité au XIXe siècle

Appel : Pierre Bourdieu

CFP – Lire la consommation et le marché avec Pierre Bourdieu,

Séminaire, Mercredi 22 novembre 2017 – Le Havre

Réponses attendues avant le 1er octobre 2017

Cet appel à contribution concerne tous ceux qui, quelque soit leur discipline, se proposent de mobiliser l’oeuvre de Pierre Bourdieu dans leurs travaux afin de comprendre et lire la consommation et le marché.

Quelques indications, non exhaustives, des propositions possibles…

A partir de La Distinction

L’étude des modes de consommation permet de mettre en évidence la violence de la domination sociale qui pèse sur les individus. Du moins, est-ce ce que Bourdieu (1979) nous permet d’entrevoir dans son oeuvre La distinction. Critique sociale du jugement. Cet ouvrage, synthèse de près de vingt années de recherche, demeure à ce jour l’oeuvre de sociologie la plus citée au monde (Coulangeon et Duval, 2013) et sans aucun doute une grille de lecture essentielle pour comprendre le fonctionnement et le rôle de la consommation. Il permet en effet de lire la consommation comme le reflet de goûts, dégoûts, manières de penser, d’agir et/ou de se comporter en société socialement constitués. En d’autres termes, c’est à partir de la position des individus au sein de l’espace social global – définie par la détention de capitaux économiques mais également culturels, sociaux et/ou symboliques – que les individus peuvent (ou non) participer au jeu imposé par les champs au sein desquels ils évoluent ou sont amenés à évoluer (Bourdieu, 1979). C’est par la mise au jour de ces différentes positions que les jeux de pouvoir, de domination, de légitimité culturelle sont révélés par l’auteur, et font de Bourdieu Continuer la lecture de Appel : Pierre Bourdieu

Appel : Media Industry Studies

CFP: ​MEDIA INDUSTRY STUDIES: CURRENT DEBATES AND FUTURE DIRECTIONS

Réponses attendues avant le 15 septembre 2017, pour un congrès international les 18-20 avril 2018,  Department of Culture, Media and Creative Industries, King’s College London

Studies of media industries have formed a distinctive strand of media scholarship. Foundational traditions in this field are marked by the political economy of communications, sociology of media occupations and institutions, media economics, media industry historiography, and critical and cultural studies. Subsequently, insights drawn from critical legal studies, cultural policy studies, economic geography, creative labour, cultural economy, Internet studies, production cultures and informal media economies have diversified and enriched the field.

In part this interest arises from contemporary changes within the media industries themselves, with the global extension and integration of media markets, digitalization of media production and distribution, changing business models, proliferation of supply channels, patterns of corporate convergence, and the blurring of producer/consumer relations. These are only the most recent development, however, of industries built on complex and contested histories.

Continuer la lecture de Appel : Media Industry Studies

Appel : Prothèses et cyborgs

Appel à contributions pour le

Colloque Stella Incognita 2018
« Science-fiction, prothétisation, cyborgisation »

Lyon – 4 et 5 avril 2018. Réponses attendues avant le 15 janvier 2018.
Comité scientifique : Jérôme Goffette, Evelyne Lasserre, Axel Guïoux, Paul-Fabien Groud

Appel à communication

Lunettes, lentilles de contact fantaisie, pace-makers, prothèses dentaires, dispositifs auditifs, implants mammaires, oreilles de chat Neurowear, bras mécatroniques, etc. : notre monde contemporain nous plonge de plus en plus dans un univers de prothèses, à tel point que, l’âge venant, peu d’entre nous y échapperont. Pourtant, cette hybridation passe presque inaperçue alors même qu’elle change nos vies et notre quotidien.

De ce fait, en lien avec le cycle de séminaires « Corps et prothèses » (http://www.corpsprotheses.org/), il semble particulièrement bienvenu de se pencher sur l’abondante source de cogitations prothétiques qu’apporte la science-fiction sous toutes ses formes. Elle nous donne à vivre une multitude d’expériences par procuration qui mêlent anticipation, rêverie, interrogations personnelles et questions sociales et politiques, dont nous ne pouvons donner ci-après que quelques aperçus.

Pour information, à la suite de ce colloque Stella Incognita, une journée « Du proche au lointain : les horizons prothétiques contemporains » est programmée le 7 avril dans le cadre des séminaires « Corps et prothèses », au Musée des Confluences de Lyon. Cette journée est ouverte à tous et gratuite.

A l’évidence, parmi les motifs récurrents de la science-fiction, chacun rencontre celui du cyborg. Toutefois, cette évidence cache un ensemble à la fois plus vaste et moins visible, celui de la prothétisation – qui mérite tout autant une investigation. Alors que l’idée de cyborg est celle d’un collage problématique entre deux parties, mécanique et organique, posées sur un plan identique, l’idée de prothèse ne suit pas un tel schéma d’affrontement, car le noyau humain y reste premier et principal. La prothèse, au moins initialement, est adjointe à ce noyau comme un complément. La Continuer la lecture de Appel : Prothèses et cyborgs

Appel : cinémas de genre

SÉMINAIRE « CINÉMAS DE GENRE : FORMES, USAGES, ÉTIQUETAGES »

Paris III-Sorbonne Nouvelle, IRCAV, ICCA

Appel à communications, avant le 15 septembre 2017

Longtemps délaissés par la littérature académique, la notion de genre et les nombreux enjeux qu’elle recouvre suscitent depuis une quinzaine d’années un nombre croissant de réflexions qui ont contribué à un renouvellement des études cinématographiques ainsi qu’à l’émergence de nouveaux champs de recherche, liés notamment à l’étude de la réception, des publics, de la cinéphilie et des usages sociaux liés au cinéma. Ce séminaire entend participer à ce renouveau et contribuer à fédérer, dans une perspective pluridisciplinaire, un ensemble de travaux se proposant d’étudier de manière plus spécifique les films ou les cinémas dits « de genre », tout en réfléchissant aux différents sens de ce qualificatif polysémique et à la variété de ses usages créatifs, professionnels et cinéphiliques. Traditionnellement opposée au cinéma d’auteur, l’expression « cinéma de genre » désigne le plus souvent un ensemble de films fortement marqués par leur catégorie filmique, reposant sur un mode de production industriel et relevant d’une forme de divertissement sériel et commercial destiné à fidéliser un public large. Pour certain-e-s cinéphiles, chercheur-e-s, critiques et membres de la profession, cette notion a cependant un sens plus particulier, en ce qu’elle renvoie plus précisément à certains genres « illégitimes », aussi peu considérés que peu visibles et peu étudiés, et relevant d’une économie souvent précaire ou marginale. Entre ces deux acceptions dominantes du terme, qui correspondent à deux définitions aux contours flous, assez singuliers pour que les films concernés soient le plus souvent nommés de façon relativement différenciée, mais paradoxalement insuffisamment déterminés pour les opposer ou les distinguer tout à fait, coexistent une variété de formes, d’usages et d’étiquetage liés aux films et cinémas « de genre ». Convaincue que cette variété témoigne à la fois de la richesse des phénomènes envisagés et de la nécessité de les contextualiser de Continuer la lecture de Appel : cinémas de genre

Appel : Ludologie médiatique

Recherches en Communication : « Ludologie Médiatique »

Les résumés des propositions sont attendues pour le 29 septembre 2017.

Numéro coordonné par Thibault Philippette (Université catholique de Louvain) et Maude Bonenfant (Université du Québec à Montréal).

L’objectif de ce numéro est d’interroger la place qu’occupe le ludique dans la sphère médiatique contemporaine, autrement dit les formes de dissémination de jeux dans notre environnement médiatique.

Si on suit la définition qu’en a donné James Anderson (1988, p. 11), un média est « une activité humaine distincte qui organise la réalité en textes lisibles en vue de l’action ». Dans cette perspective, un jeu, avec son système de règles et ses objets (pions, dés, cartes, roulettes, ballons, costumes, avatars, écrans, manettes, etc.) est un média en ce qu’il organise une « réalité particulière » qui invite les joueurs à contribuer à travers leurs actions. Cela étant dit, on ne peut pas, a fortiori, considérer tout média comme étant de nature ludique. « Second degré », « suite de décisions », « règles », « incertitude » ou « frivolité » (Brougère, 2005, p. 58?59), par exemple, ne caractérisent pas l’ensemble de nos expériences médiatiques. Si les computer game studies (Aarseth, 2001) ont depuis le début des années 2000 défendu le caractère spécifiquement simulationnel et interactif des médias vidéoludiques, d’autres formes médiatiques traditionnelles et actuelles, a priori moins ludiques, offrent tout de Continuer la lecture de Appel : Ludologie médiatique

Appel : Femmes de presse

The Presence of Women Editors in the Press Industry 1850-1950

49th annual NeMLA convention (Pittsburgh, 12-15 avril 2018)

Pour le 30 septembre 2017

This panel examines the active participation of women in the public dialogue through the prism of their periodical publications. The rise of the periodical press has been recognized as a key factor in the formation of the public sphere in the nineteenth century (Habermas 1962). Studies of twentieth-century editorship, however, tend to take the institutionalization of editorship for granted. Male editors are often known by name, and they are studied in the light of their impact on the socio-political landscape of their time. Historically, however, editorship (and women’s editorship in particular) was often anonymous or pseudonymous and even explicitly staged as performance. Therefore, this panel encourages a thorough study of the common strategies and the cross-cultural networks that women editors developed in order to make their voices heard. More particularly, this panel outlines possible avenues for theoretical reflection on editorship by shedding light on periodical publications across linguistic, socio-cultural and historical boundaries. Continuer la lecture de Appel : Femmes de presse

Appel : Héros de série TV

Les métamorphoses du héros sériel » (Télévision, n° 9)

Proposition de contribution  (2000 signes maximum) à adresser avant le 30 juin 2017

 

Au début, au temps des origines, les choses étaient simples : le héros sériel était un solitaire, plutôt ombrageux et sourcilleux sur ses valeurs, un représentant de l’ordre, sans peur ni reproche, agissant sans barguigner au nom de la loi…  Le récit sériel inscrivait ses aventures dans une perspective narrative plutôt linéaire, une sorte de ligne claire, en quelque sorte. Mais, très vite, les choses ont évolué. Le héros a pris ses habitudes et, à force de s’inviter chaque semaine, voire chaque jour, insensiblement, de « saison » en « saison », il s’est imposé dans notre temporalité de téléspectateur et, dans le même temps, a changé de nature et de statut, nous révélant peu à peu sa « vraie nature » (Sabine Chalvon Demersay). En accentuant sa récurrence, il a perdu son rang, il est devenu « multiple », simple protagoniste de récits devenus parfois choraux, à l’orientation axiologique de plus en plus mal définie.

Télévision s’est demandé récemment (n° 7, 2016) ce que les séries télévisées ont fait au récit : il est temps de se demander ce que le récit sériel fait à son héros et de s’interroger sur les métamorphoses de celui-ci. Ce questionnement pourra se faire selon divers axes épistémologiques : sémantique, narratologique, générique, axiologique, … 

La construction au long cours du héros

Le héros sériel entretient avec la temporalité fictionnelle et spectatorielle un rapport inédit et acquiert de ce fait une épaisseur et une complexité qui ne peuvent être celles du héros cinématographique, fût-il récurrent, comme Fantomas ou James Bond. Le héros sériel est un héros qui se construit dans la durée et la répétition. Il est l’objet d’un « récit sans fin » (Jean-Pierre Esquenazi), d’où un approfondissement inédit dans la construction de ce vecteur audiovisuel de nos émotions et de nos investissements de téléspectateur. Un approfondissement d’autant plus conséquent que le personnage est lui-même de plus en plus souvent le produit d’un travail pluriel, au sein d’ateliers d’écriture qui multiplient les facettes de personnages, désormais dotés d’une capacité à se réinventer presqu’à l’infini – ce que le cinéma, récit fermé, clos sur lui-même, ne permet guère. Cette « consistance ontologique pratiquement inégalable » que leur permet d’acquérir la  « durée du spectacle » (Raphaël Baroni) et qui contraint l’art du récit à s’inventer de nouvelles voies narratives reste à approfondir.

Le rapport au corps de l’acteur

De cette permanence, de cette présence réitérée découle également une manière inédite d’investir nos vies qui fait que nous, téléspectateurs, vieillissons avec le personnage, en « observant le vieillissement non simulé des acteurs qui les incarnent » (François Jost, Raphaël Baroni), ce qui produit un effet de familiarité inédite. C’est qu’en effet le héros sériel procède « d’une fusion d’un type particulier entre le personnage et le comédien » (Sabine Chalvon-Demersay). Le comédien se glisse régulièrement dans la peau du personnage et celui-ci, beaucoup plus qu’au cinéma où les acteurs sont souvent interchangeables pour un même rôle, s’incarne dans le comédien. Il y a dans le récit sériel une accoutumance au visage, aux tics de langage, à la gestuelle du comédien, etc., qui rend le personnage consubstantiel à l’acteur au point de constituer une « être hybride qui a un pied dans le monde et un pied hors du monde, un être composite qui a un seul corps et deux âmes » (Sabine Chalvon-Demersay). En conséquence de quoi, la construction des héros de fiction ne peut pas faire l’économie du temps qui passe, pour le personnage comme pour le comédien qui l’incarne. Dans l’univers sériel, on note aujourd’hui le retour en force de « la mise en feuilleton » (Stéphane Bénassi), qui fait se multiplier les « séries feuilletonnantes » ou les « feuilletons sérialisants », ce qui est une manière de prendre en compte une temporalité qui n’était guère de mise dans les « séries canoniques » où le héros était figé dans une éternelle jeunesse. Par ailleurs, bien des auteurs confient que des personnages mineurs dans leur dessein initial ont pu prendre une ampleur imprévisible et accéder au statut de protagonistes par le truchement du corps et du jeu de l’acteur. Sans compter les « incidents de production » (Jean-Pierre Esquenazi), qui peuvent contraindre un show runner à « tuer » l’un de ses personnages majeurs…et à donner à l’intrigue une direction inattendue.

Du simple au « multiple »

Le temps du « pauvre cow-boy solitaire » est passé. Le héros sériel d’aujourd’hui trouve souvent sens et place dans une communauté de destin qui est celle d’un commissariat, d’une étude d’avocats, d’un service hospitalier, d’un « village », … au point d’en devenir « multiple ». Dans cette « configuration où plusieurs personnages remplissent l’actant sujet » (Sarah Sépulchre), le héros ne se disperse pas en une collection de personnages juxtaposant leurs solitudes mais devient une entité collective qui va faire l’objet d’un récit « choral ». Le héros devient alors le support mosaïque d’une caractérisation multiple dont la construction mobilise, au fil des épisodes et des saisons, toute l’attention des ateliers d’écriture. Comment le héros sériel « multiple » se construit-il dans la multiplicité des « rôles » qu’il doit assumer ? D’autant que, loin des seuls commissariats d’antan, les séries envahissent aujourd’hui les sociétés de pompes funèbres, les séminaires, les « bureaux des légendes » des agences de renseignement… L’expansion générique des séries semble infinie et, loin de la mythologie du demi-dieu redresseur de torts, voici venu le temps des héros ordinaires (ou presque).

L’art et la manière de devenir méchant

Autrefois, le héros était, sans contestation possible, un « gentil », un « incorruptible », qui, sans être un « super-héros », faisait toujours triompher le Bien. Il assumait en quelque sorte des missions régaliennes, et s’il n’était pas gendarme, du moins était-il justicier, bandit d’honneur ou voleur gentleman… Puis est venu le temps de héros plus problématiques, parfois qualifiés d’« anti-héros », qui, loin de réconcilier le téléspectateur avec lui–même et de le conforter dans ses valeurs, le laissent dans le trouble et l’incertitude (Umberto Eco) : Est-il bon ? Est-il méchant, comme eût dit Denis Diderot. Nous en sommes aujourd’hui à l’ère des « nouveaux méchants » (François Jost) qui font « bouger les lignes du Bien et du Mal ». Le temps du héros « monolithique » est révolu : voici venu celui des « breaking bad ».  Le positionnement éthique du téléspectateur s’en trouve chamboulé et des postures nouvelles – l’empathie plus que la sympathie, par exemple – sont à inventer  dans l’appréhension du héros par le téléspectateur.

Être devenu méchant, mais aussi définitivement hybride, le héros sériel, multiple et mosaïque,  continue, chaque nouvelle « saison », ses métamorphoses. Ce sont les métamorphoses décrites brièvement ici, et sans doute bien d’autres encore, qu’il conviendra de mettre en perspective et de questionner plus avant dans ce numéro de Télévision.

Proposition de contribution  (2000 signes maximum) à adresser avant le 30 juin 2017 à :

François Jost (francoisjost@orange.fr) et Bernard Papin (bernard.papin@u-psud.fr)

Les textes feront de 35 000 à 45 000 signes et devront être envoyés fin octobre. Après une lecture en double aveugle, le texte définitif, après correction si nécessaire, devra être remis le 22 décembre 2017.