Archives de catégorie : Appels

Appel : Ambivalence du clown

Clownstorming. De l’ambivalence clownesque dans les cultures et pratiques contemporaines

Jeudi 8 et vendredi 9 juin 2017

Université de Lorraine, Nancy

Laboratoire Littératures, Imaginaire, Sociétés (LIS – E.A. 7305)

 

« J’ai un gros nez rouge, des traits sur les yeux… » Nous serions tous capables, pense-t-on, de reconnaître un clown lorsqu’il se présente à nous. Nous n’envisagions cependant pas que la panoplie populaire de ce farceur grimé allait intégrer l’attirail du criminel qui, depuis quelques décennies, œuvre dans la fiction à coups de dents et de tranchants, tandis que dans les villes de France ou du Canada, des clowns sèment la panique. Mais l’habit fait-il le clown ? Car si le nez rouge est bien « le plus petit masque du monde », comme le soulignait Jacques Lecoq, on a tôt fait d’être un clown, ou de cesser d’en être un, faisant de cette figure de la réversibilité quasi instantanée un singulier avatar de nos identités postmodernes.

De fait, le clown n’est pas mort. Certes Fellini a-t-il mis en scène la mort du clown (I Clowns, 1970) dans un dernier tour de piste Continuer la lecture de Appel : Ambivalence du clown

Appel : Mirages du bonheur

Congrès de l’AFEA ( Congrès de l’Association Française des Etudes Nord Américaines)

Université de Strasbourg du 6 au 9 juin 2017

 

Atelier :    Culture(s) populaire(s) et pratiques culturelles :

Miroirs et mirages du bonheur

 

L’expression « la recherche du bonheur » a longtemps signifié aspirer à une vie meilleure et était liée à un rêve américain que chacun pouvait prétendument atteindre, mais ce rêve semble pour beaucoup inatteignable. La culture populaire nord-américaine rend visible aussi bien la dichotomie entre la réalité et l’idéal que la fluctuation du terme « bonheur », dont le sens varie selon les sociétés et les périodes. Doit-on repenser le bonheur ? Si oui, en quels termes ?

L’utilisation de l’expression « la recherche du bonheur », comme titre de maintes productions culturelles et comme enjeu commercial, montre que si cette notion est un droit inaliénable qui fait partie de l’héritage nord-américain et de ses valeurs, elle est aussi  insaisissable et trompeuse. La société nord-américaine est fondée sur une économie capitaliste dont l’un des mécanismes consiste à persuader les individus qu’ils doivent toujours se procurer/acheter quelque chose afin d’être parfaitement heureux. La culture populaire pousse à repenser le sens de ce que sont et impliquent le bonheur et sa recherche.                                      Continuer la lecture de Appel : Mirages du bonheur

Appel : « BD et journal »

Appel à communications  pour le colloque

« Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques (XIXe-XXIe siècles) »

 

Organisé par l’Université de Reims, l’Université Laval et le CELSA Paris-Sorbonne.

Responsables : Alexis Lévrier (Université de Reims) et Guillaume Pinson (Université Laval).

Le colloque aura lieu à l’Université de Reims les 28, 29 et 30 juin 2017.

Les relations entre la bande dessinée et le journalisme sont anciennes et durables. Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal et de la culture périodique, exploitant dès l’origine les enjeux de l’actualité, recyclant les imaginaires médiatiques et inventant des personnages qui évoluent proches des milieux de l’information, souvent journalistes eux-mêmes. Ce colloque international souhaitera ainsi interroger l’ensemble de ces relations à partir d’une réflexion alliant une poétique de la bande dessinée et un historique de ses formes telles qu’elles se sont développées au cœur de la culture médiatique et des supports périodiques.

La séquence temporelle que nous envisageons pour ce colloque sera largement ouverte, du XIXe siècle à aujourd’hui. Au XIXe siècle, la Continuer la lecture de Appel : « BD et journal »

Appel : « Populaire, moi ? »

 

 Le Pardaillan n°3 : Populaire, moi ?

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2017

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan souhaite revenir sur l’épineux adjectif « populaire », et sur les délimitations du champ populaire, pour essayer d’en proposer des éclairages différents. Cet adjectif sert de point d’appui épistémologique, en ce qu’il est constitutif d’une catégorie théorique, alors même qu’il est sémantiquement flottant. Il hérite en effet de tous les jeux polysémiques, rhétoriques et idéologiques du mot « peuple », de la masse indifférenciée aux couches socialement défavorisées, en passant par la communauté souveraine ou encore le populisme… Lourd de toutes ces significations possibles, il s’est constitué comme pôle d’adversativité (le populaire comme polarisation constante du non-populaire), définissant en négatif une « culture légitime ».

Il peut sembler étonnant d’avoir choisi un mot si instable pour désigner une catégorie littéraire et culturelle, d’autant que « le populaire » a la vie dure, malgré les nombreuses expressions de remplacement (paralittérature, culture médiatique…) qui ont pu être proposées. Mais il est possible d’apporter des éclairages à cet usage de l’adjectif « populaire » en se penchant sur des cas-limites, frontaliers. Le fait de prendre la culture populaire comme objet d’étude implique en effet de forger des outils théoriques adaptés, et de réfléchir à ces outils que l’on se crée (comme le fait, par exemple, le dernier numéro de Poétiques comparatistes, « Fictions médiatiques et récit de genre. Pour en finir avec le populaire ? »). Que se passe-t-il lorsque l’on applique ces outils à des objets qui semblent inattendus, car ils n’appartiennent a priori pas au champ du populaire ? Un auteur comme Martial, du fait de son ancienneté et de son genre littéraire, l’épigramme, est aujourd’hui un auteur de spécialistes, relégué au domaine des études littéraires et antiques. Mais que devient ce même Martial lorsqu’on le considère comme populaire au point d’avoir été imité par d’innombrables auteurs jusqu’au XVIIIe siècle, et que devient la notion de « populaire » ainsi employée ? De nombreux auteurs du XIXe siècle, aujourd’hui intégrés au canon littéraire et faisant figure de monstres sacrés, ont publié leurs écrits dans les mêmes circuits de diffusion que la littérature dite populaire, à savoir le feuilleton. Comment articuler ce croisement entre populaire et canon, et comment, peut-être, relire le canon à la lumière de ce mode de diffusion ? Autre forme de croisement possible, la figure de Louis XIV, figure non-populaire au possible, à un certain sens du mot du moins, est aujourd’hui l’un des personnages historiques les plus populaires de la culture médiatique, de la série télévisée à la comédie musicale. Les zones de croisement sont nombreuses, on le voit. Continuer la lecture de Appel : « Populaire, moi ? »

Appel: Sacré et profane en BD

Le sacré & le profane dans la bande dessinée

Cinquième édition du CRAS (ou Colloque de recherche en arts séquentiels)

Samedi 27 mai 2017 dans le cadre de la programmation de Mai, mois de la BD du Festival BD de Montréal.

Tel que nous l’entendons, le sacré englobe bien sûr ce qui se rapporte au divin, au culte ou à la liturgie, mais peut aussi renvoyer, par analogie, à ce qui mérite un respect absolu, à ce que l’on tient pour intouchable. Le profane, quant à lui, peut être compris comme ce qui est simplement dénué de caractère divin (l’humain, le terrestre) ou comme ce qui porte atteinte au divin (l’impie, le sacrilège). Le profane peut également désigner celui qui ne fait pas partie d’un groupe ou qui est considéré comme un non-initié.

Nous vous invitons à étudier ces notions dans la bande dessinée sous leur aspect thématique, technique ou social (votre réflexion pourra être bien campée dans un de ces aspects ou se situer à leur confluent).

Aspect thématique

De nombreux auteurs de BD accordent une place privilégiée au sacré dans leur œuvre. On peut penser, notamment, à Philippe Girard (La grande noirceurTuer Vélasquez) ou à Craig Thompson Continuer la lecture de Appel: Sacré et profane en BD

Appel : Du ludique au narratif

Appel à textes pour le numéro 9 de Sciences du jeu

Du ludique au narratif. Enjeux narratologiques des jeux vidéo

Dossier thématique sous la coordination de Sébastien Genvo

Le paradigme narratif a été l’un des premiers modèles théoriques à être mobilisé lorsqu’il a été question de penser les spécificités médiatiques du jeu vidéo (Murray, 1997). Si cette approche initiale a permis de formaliser rapidement certaines particularités des modalités narratives du domaine, par exemple à travers la notion de narration spatialisée (Jenkins, 2002), elle a aussi fait l’objet de débats incitant l’exploration d’autres cadres, notamment à travers l’approche « ludologique » (Frasca, 2003). Mais davantage qu’une opposition ou incompatibilité entre différents modèles, ces confrontations ont finalement fait apparaître une complémentarité d’approches (Murray, 2005 ; Neitzel, 2005 ; Ryan, 2006), voire un enrichissement mutuel. On peut en effet considérer que les réflexions narratologiques sur le jeu ont amené à revisiter le rôle du récepteur dans la production du sens au sein d’une narration, en plaçant différemment le point focal sur la structure de jeu ou sur le joueur, qui serait parfois à investir comme auteur d’intrigues ou de récit de jeu (Marti, 2014). Cela encourage de fait à repenser les articulations qui peuvent exister entre histoire, narration et récit. Enfin, comme le remarquait Janet Murray, il est indéniable que les jeux vidéo servent de source d’inspiration pour concevoir plus largement ce qu’elle nommait alors les « cyberfictions ». Aujourd’hui, la façon dont on raconte par le jeu sert de modèle à d’autres formes médiatiques, comme les webdocumentaires. La frontière entre fiction numérique interactive et jeu se veut parfois ténue, comme le Continuer la lecture de Appel : Du ludique au narratif

Appel : Belphégor, Emilio Salgari

Appel à contribution :

LES ÂMES D’EMILIO SALGARI

Belphégor (https://belphegor.revues.org/?lang=fr)

Qu’il ait été apprécié ou critiqué, adoré ou ignoré, Emilio Salgari, le doyen du genre du roman d’aventures en Italie, a attiré l’attention de chercheurs de tous niveaux – des amateurs passionnés aux spécialistes universitaires – qui ont exploré un très grand nombre de thèmes reliés à sa vie et à son œuvre. Parmi ceux qui sont restés jusqu’ici dans les marges, toujours ignorés, figure la question de la profondeur psychologique de ses personnages.

Quoiqu’il soit admis que ses aventures emportent le lecteur dans une sarabande ininterrompue à laquelle on ne sait aisément se soustraire (que l’on mette cela sur le compte d’un indéniable métier, d’un aplatissement banal sur des schémas tout aussi fixes que frénétiques, ou encore qu’on le juge être le résultat de la passion de l’auteur et de sa capacité de se plonger totalement dans son travail), on ne reconnaît la plupart du temps aux personnages salgariens qu’un certain aspect. Un aspect impressionnant, bien sûr, mais tout en extension et aucunement en profondeur. Une présence au lieu d’une essence. Un paraître plutôt qu’un être. Un caractère, mais pas une personnalité, si on veut considérer celle-ci comme une construction complexe et contradictoire faite d’expériences qui se superposent et s’intègrent les unes aux autres. En d’autres termes, les personnages salgariens ne pourraient pas compter sur une psychologie qui leur serait propre, mais seraient simplement constitués de signes unidimensionnels, d’éléments non pas simples, mais plutôt simplistes, visant à en faire uniquement des symboles susceptibles de faire avancer l’action et progresser l’histoire. Cette critique, si on veut la considérer telle, s’applique par ailleurs tout aussi bien à l’écrivain de Vérone qu’aux autres romanciers populaires, non exclusivement de son époque. Il ne s’agirait alors pas d’un défaut qui lui serait exclusif, mais d’un phénomène que l’on associe souvent et volontiers à un prétendu manque de valeur littéraire authentique typique des narrations feuilletonesques et, au-delà, de la narration de masse jusqu’à nos jours. Dans ce contexte, Salgari ne serait donc ni meilleur ni pire que tant d’autres, si ce n’est peut-être encore plus « pur », c’est-à-dire parfaitement détaché d’une quelconque aspiration à la mise en scène de la moindre profondeur psychologique, qui appartiendrait à un registre littéraire auquel il n’aurait jamais pu ni voulu prétendre aspirer.

Des explorations moins classificatoires et canoniquement orientées de l’œuvre de Salgari n’ont pourtant pas pu manquer de relever comment les personnages de ses aventures, et les situations auxquelles ils sont confrontés, présupposent de la part de l’auteur une connaissance loin d’être superficielle de l’âme humaine, une pénétration profonde qui permet de graver certains souvenirs de manière indélébile dans la mémoire et la psyché d’innombrables lecteurs. Ces recherches, après avoir mis en lumière l’évolution cohérente à laquelle l’œuvre salgarienne a été soumise au fil des ans, au-delà d’idées préconçues datées si ce n’est inexplicables, ont révélé par exemple la forte attraction, longtemps ignorée, dont ces romans ont fait preuve sur le public féminin de tous âges, qui s’expliquerait notamment par une identification profonde, projetée au-dessus et au-delà de la simple aventure et de tout sentimentalisme. De même, certains personnages qui se ressentent d’une inspiration autobiographique ou qui sont liés de bien des façons à l’univers de la Bohème, dont la présence a animé des créations soumises à des rythmes de production ardus à gérer, seraient eux-mêmes significatifs de ce point de vue et, lorsqu’ils réapparaissent d’un roman à l’autre, révèlent les traces d’une forte attention au détail, de polissures et d’approfondissements. Ce phénomène est sensible même dans le cas de personnages secondaires, dont la personnalité fortement marquée semble parfois leur permettre d’échapper aux intentions initiales de l’auteur, pour leur conférer l’autonomie nécessaire à leur faire occuper pour un temps les devants de la scène.

Ce numéro de Belphégor tâchera de cerner ces aspects divers et variés pour vérifier s’il est effectivement vrai que l’esprit des personnages salgariens équivaut à une page blanche. Nous essayerons d’analyser la vaste œuvre du romancier, si possible en proposant des excursions dans des lieux encore inexplorés, ou en se concentrant sur certains cas particulièrement représentatifs, pour déterminer en quoi consiste, étymologiquement, ce « souffle » qui transporte les personnages de Salgari, hommes et femmes (ces dernières, particulièrement nombreuses) dans leurs aventures héroïques et sentimentales. Peut-on parler d’une psychologie des personnages salgariens ? Jusqu’à quel point et dans quels buts ? Qu’est-ce qui la construit, qu’est-ce qui révèle sa présence ? Ou alors, quels sont les effets que son absence peut avoir sur les romans et sur les constructions des univers qui sont issus de l’imagination invraisemblablement féconde du romancier ?

 

Numéro sous la direction de Vittorio Frigerio et Felice Pozzo

Prière d’envoyer les articles d’ici le 31 mars 2017 aux adresses suivantes :

frigerio@dal.ca et felicepozzo@alice.it

 

Belphégor (https://belphegor.revues.org/?lang=fr)

 

THE SOUL OF EMILIO SALGARI

Whether he has been appreciated or criticized, adored or ignored, Emilio Salgari – the dean of Italy’s adventure novelists – has attracted attention at all levels, from aficionados to academics. The studies on varied aspects of his life and his works are now many. One point, however, has hardly been explored at all and remains open to debate and discussion: that regarding the psychology of his characters.

Salgari’s stories are recognized for their ability to transport the reader in an unceasing whirlwind of breath-taking action. Some explain this as proof of outstanding writerly skill, others as a sign of his unimaginative use of frenetic and predictable narrative schemes, others yet as revealing of the author’s passion and ability to invest himself fully in his work. No matter what position is preferred, however, his characters are generally just granted a certain aspect, undoubtedly impressive, but quite superficial and devoid of depth. A presence as opposed to an essence. An appearance that replaces being. A character but not a personality, if we consider the latter a complex and contradictory assemblage of layers of integrated experiences. In other words, Salgari’s characters would not be endowed of their own psychology. They would be simply assembled from unidimensional signs, simplistic (rather than simple) elements that make them into easily decipherable symbols, whose only task is to help the progression of the story. This criticism, however, is not specific to Salgari, but is rather often heard when talking in general terms of the serialized novels of his times, or of modern mass culture, as being essentially devoid of true literary value. Salgari would therefore not be any better, nor any worse, than his many ‘popular’ colleagues. Maybe just ‘purer’, even further detached from any hope of attaining a valid representation of psychological qualities that belong to a kind of literature to which he could not ever have aspired, nor wanted to aspire to. But this is not all. Some less canonical and less depreciatory analysis of Salgari’s opus have revealed how his characters and the situations he depicts show a knowledge of the human soul that is far from superficial. Indeed, one that at times reaches to such depths as to leave an indelible mark in the readers’ memory and their psyche. It has been shown that Salgari’s work has known a coherent evolution over time, from the early frenzied adventures he published just out of his teens. It has also ben shown that women of all ages have been consistently and widely attracted to his novels, and that this unexpected and largely ignored public felt a kinship with Salgari’s work that goes beyond the simple fascination with adventure or simplistic sentimentalism. An otherwise unsuspected depth can also be felt in some characters where autobiographical influences can be identified, in particular those close to bohemian lifestyles. When recurring from novel to novel, they betray the marks of an increasing complexity. This same complexity also appears in a number of secondary characters, whose striking personality seems to provide them with more autonomy than the author originally intended, and makes them rivals of the main heroes for the readers’ attention.

This issue of Belphégor will explore these diverse aspects to debate the validity of the notion according to which the mind of Salgari’s characters is akin to a blank page. We encourage papers that will analyze the novelist’s large opus, with possible incursions into as yet “unexplored territories”, or who focus on single cases that deserve particular attention, to attempt to determine – as the etymology of the word requires it – from which faraway seas comes the “soul” that carries Salgari’s heroes, male and female, towards their multi-faceted adventures. Is it possible to speak of a psychology of Salgari’s characters? How far and for what reasons? What is it made of, and what betrays its presence? Alternately, what are the consequences of its absence on the novels and on the architecture of the universes that have sprung from the writer’s unusually fertile mind?

 

Issue edited by Vittorio Frigerio and Felice Pozzo

Please send all articles by March 31st, 2017 at both addresses below.

frigerio@dal.ca felicepozzo@alice.it

 

Belphégor (https://belphegor.revues.org/)

 

LE ANIME DI SALGARI

 

 

Apprezzato o criticato, adorato o ignorato, Emilio Salgari, il creatore del genere avventuroso in Italia, ha smosso le attenzioni di studiosi ad ogni livello- dagli appassionati agli accademici- su moltissimi temi riferiti alla sua vita e alla sua opera.

Ma, tra i punti rimasti ai margini e perciò insoluti, resta quello riguardante la psicologia dei suoi personaggi.

Per quanto le avventure trascinino il lettore in una sarabanda inarrestabile alla quale è difficile sottrarsi (che si ritenga ciò segno di innegabile mestiere o di banale appiattimento a schemi tanto prefissi quanto frenetici o ancora risultato di passione e a volte di immedesimazione nel lavoro), si è sovente propensi a riconoscere ai suoi personaggi soltanto un certo aspetto.

Aspetto impressionante, certo, ma sviluppato tutto in estensione e per nulla in profondità. Una presenza, non un’essenza. Un apparire piuttosto che un essere. Un carattere ma non una personalità, se si vuole considerare quest’ultima come un costrutto complesso e contradditorio fatto di un graduale sovrapporsi e integrarsi di esperienze.

In altre parole, i personaggi salgariani non disporrebbero di una psicologia loro propria, ma sarebbero semplicemente costituiti da segni unidimensionali, da elementi non semplici ma semplicistici miranti a farne meri simboli atti a fare avanzare l’azione e progredire la storia.

Questa critica, se tale la si vuole considerare, accomuna d’altronde lo scrittore veronese con gli altri romanzi popolari del suo tempo e non solo. Non sarebbe una deficienza particolare dell’autore a provocare questo fenomeno, associato spesso e volentieri alla mancanza di reale valore letterario attribuita alle narrazioni d’appendice dell’epoca , o a quella di massa dei giorni nostri.

Salgari, in questo contesto, non sarebbe in fondo né migliore né peggiore di tanti altri, forse solo più “puro”, ossia perfettamente distaccato da qualsivoglia aspirazione alla rappresentazione di una profondità psicologica che appartiene a un registro letterario al quale non avrebbe mai aspirato, né al quale avrebbe potuto o dovuto pretendere.

Ricognizioni meno canoniche e classificatorie dell’opera salgariana non hanno peraltro potuto esimersi dal verificare come personaggi e situazioni non solo presuppongano una conoscenza non superficiale dell’animo umano, ma sappiano penetrare nel profondo, così da consentire una sosta pressoché indelebile nella memoria e nella psiche di moltissimi lettori.

Dopo aver constatato- superando datati e forse inspiegabili preconcetti- che anche l’opera di Salgari, che iniziò a pubblicare le prime, esagitate avventure ai limiti della maggior età di allora, abbia ottenuto nel tempo una coerente evoluzione, queste ricognizioni hanno evidenziato, ad esempio, che la grande e a lungo ignorata attrazione del pubblico femminile di ogni età per quell’opera, trova riscontro in una immedesimazione non epidermica, ma proiettata al di là e al di sopra della mera avventura o del semplice sentimentalismo.

Parimenti, certi personaggi, a volte non esenti da richiami autobiografici o legati per molti versi all’universo bohèmien, che hanno vivacizzato pagine sottoposte a ritmi di lavoro tutt’altro che agevoli, risulterebbero rilevanti da questo punto di vista e, se presenti a lungo, sottoposti a evidenti attenzioni, rifiniture, approfondimenti.

Ciò accadrebbe persino quando si tratta di figure di contorno, che sembrano sfuggire alle iniziali intenzioni dell’autore, come dotati di autonomia, per rubare la scena ai protagonisti, grazie alla loro spiccata personalità.

 

Questo numero di Belphégor intende esaminare questi aspetti per verificare, appunto, quanto sia vera l’idea che la mente dei personaggi salgariani si apparenti a una pagina bianca.

Si tratterà, insomma, di esaminare la vasta opera del romanziere, magari con incursioni in “luoghi inesplorati”, o di concentrarsi su qualche singolo caso rappresentativo, per determinare cosa sia, etimologicamente, quel “soffio” che trasporta i personaggi salgariani, maschili e femminili (insolitamente numerosi, questi ultimi) nelle loro avventure eroiche e sentimentali.

Si può parlare di psicologia dei personaggi di Salgari? Fino a che punto e per quali motivi? Cosa la

costruisce, cosa rivela la sua presenza? Oppure, quali sono gli effetti che la sua assenza può avere sui romanzi e sulla costruzione degli universi creati dalla fervida immaginazione del romanziere?

 

 

Numero sotto la direzione di Vittorio Frigerio e Felice Pozzo

Si prega di inviare gli articoli entro il 31 marzo 2017 agli indirizzi seguenti:

frigerio@dal.ca e felicepozzo@alice.it

Voyages illustrés aux pays froids : appel

Froid

Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècle)

De l’invention de l’imprimerie à celle de la photographie

Ce colloque international, qui aura lieu en l’Abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson (Lorraine) du 14 au 17 juin 2017, se propose d’envisager la notion de « pays froid » dans les récits de voyage illustrés entre l’invention de l’imprimerie et celle de la photographie. Il s’agira de définir et d’établir un vaste corpus de sources dans une perspective de recherche interdisciplinaire (littérature, histoire, géographie, histoire de l’art, anthropologie…).

Continuer la lecture de Voyages illustrés aux pays froids : appel

Les nouveaux avatars du roman policier

Policier

« Mais où va donc le roman policier ? »

s’interrogent beaucoup de critiques dont quelques-uns ont fini par succomber à l’idée que la mort du genre est inéluctable. « Il ne va nulle part, rétorque ironiquement le tandem Boileau-Narcejac. C’est un pommier qui donne différentes variétés de fruits, mais ce sont toujours des pommes. L’erreur, précisément, est de vouloir modifier son essence par des greffes qu’il supporte toujours mal ». Depuis les années soixante-dix du siècle écoulé, et devant l’évolution rapide du roman policier, la multiplication de ses branches (roman de suspense, roman noir, néopolar, roman d’espionnage, polar humoristique, polar historique, polar mythique, etc.) et l’apparition de nouvelles formes romanesques mi-littéraires, mi-policières, les théoriciens commencent cependant à s’interroger sur l’avenir de la littérature noire et les risques qu’elle court si elle poursuit ses « mues » successives. Le présent projet d’ouvrage collectif invite les universitaires et les jeunes chercheurs à réfléchir sur les nouveaux avatars du roman policier en étudiant par exemple les enjeux de l’écriture policière subversive et les principales stratégies de détournement, la réception des romans policiers hybrides, le coefficient du style « littéraire » dans le polar, et les nouvelles approches théoriques et méthodologiques pour aborder les avatars contemporains du roman policier. Continuer la lecture de Les nouveaux avatars du roman policier

Peau d’âne : Appel à projet

Peau d'âne

Dans le cadre de ses expositions et plus spécifiquement en direction du jeune public, le centre culturel de Bellegarde (Toulouse) invite de jeunes artistes, étudiants d’écoles d’art, à participer dans la pluralité des pratiques et l’hybridation des formes à une exposition collective sur la thématique du conte Peau d’âne. L’exposition aura lieu du 10 mars au 12 avril 2017.

Conditions d’éligibilité :

Cet appel à projet est ouvert à de multiples champs d’expression : graphisme, photographie, vidéo, animation, arts plastiques, installation, arts textiles, design, etc.

Date limite de candidature : 30 novembre 2016, 18h00

Pour en savoir plus : Appel